Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Première partie. Dionysisme, divination et déclin du culte sacrificiel à Antioche au IVe siècle

Chapitre II. L’observance des jours, les lamentations et la liesse « païennes »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De même que certains temples sont plus préservés que d’autres, certaines fêtes et pratiques religieuses païennes paraissent, au ive siècle, plus prisées que d’autres. Elles sont même célébrées par l’ensemble de la population antiochienne.

2.1 LES ADONIES

Ammien Marcellin relate ainsi l’arrivée de Julien à Antioche, en juillet 362 :

« Mais, de là, ayant hâte de voir Antioche, belle couronne de l’Orient, il arrive par les routes habituelles. Aux abords de la ville, il est accueilli par des vœux publics comme pour un dieu. Il s’étonne de cette grande foule qui l’acclame en criant qu’une étoile porteuse de salut a commencé à éclairer l’Orient. Cependant, la fête dont l’occurrence se produisait dans ces mêmes jours était celle d’Adonis, aimé de Venus (comme les légendes le représentent), tué par la dent sauvage d’un sanglier, que l’on célébrait selon un rite ancien, alors que le cycle annuel était achevé. Cela annonce le temps de la moisson au moment où la végétation a fini sa croissance. E...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540