Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Première partie. Dionysisme, divination et déclin du culte sacrificiel à Antioche au IVe siècle

Chapitre premier. Les temples : lieux de culte ou musées des images divines au ive siècle ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Chrysostome, dans sa troisième homélie Sur les Statues prononcée en 387, veut réconforter les Antiochiens en leur rapportant les paroles que l’évêque Flavien doit prononcer, à Constantinople, pour obtenir la mansuétude de l’empereur Théodose :

« Cette cité est celle où, pour la première fois, des chrétiens ont pris ce nom ; crains le Christ, respecte cette cité qui fut la première à proclamer ce nom doux et désiré par tous ; cette cité est celle qui est devenue le lieu de repos des apôtres, la demeure des justes1. »

Pourtant, Antioche au ive siècle est encore une cité où le paysage urbain est marqué par la monumentalité païenne, où le temps festif est scandé en partie par les fêtes « païennes », où les comportements de nombreux Antiochiens sont ceux de « païens ».

1.1 LA SAUVEGARDE DES TEMPLES D’ANTIOCHE

Dans son discours Pro templis daté de 390 selon R. Van Loy2, Libanios rappelle la politique des prédécesseurs de Théodose : Constantin « a pillé les temples » pour enrichir Constan...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540