Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sacré et le salut à Antioche au IVe siècle apr. J.-C.

 | 
Emmanuel Soler

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À travers l’Antiochikos qu’il a écrit en 356 ou 360, Libanios nous a laissé d’Antioche l’image d’une cité animée, brillante, envoûtante au point qu’il faut « pardonner à ceux qui délaissent parents ou patrie sous l’influence des philtres d’Antioche : ils ont vu une ville telle qu’il n’y en a pas d’autre et ils savent qu’ils ne trouveront ailleurs rien de semblable1 ». Les fêtes, nombreuses, sont une des causes de cet engouement ; Hypnos ou Endymion n’ont pas le droit de cité à Antioche car, comme le dit Libanios, « au flambeau du soleil succèdent d’autres luminaires qui surpassent la fête des lampes en Égypte et la nuit chez nous ne diffère du jour que par la nature de la lumière2 ».

À l’image rayonnante que nous en donne le sophiste3 (païen) s’ajoute immédiatement celle de la cité chrétienne où les chrétiens furent appelés pour la première fois de ce nom4. Le siège épiscopal d’Antioche avait une importance cruciale que le sixième canon du concile de Nicée (325) et le deuxième canon ...

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540