Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Perceptions des Mongols dans le Bilād al-Šām

Les réactions des ordres religieux-militaires face aux invasions mongoles au Proche-Orient d’après les sources chrétiennes

Marie-Anna Chevalier

Texte intégral

1Dans la première moitié du xiiie siècle, le fragile équilibre des forces implantées depuis plus d’un siècle au Proche-Orient fut bouleversé par l’arrivée de nouveaux conquérants. Les autorités musulmanes et chrétiennes de Syrie et de Palestine ne s’attendaient pas à devoir affronter les incursions répétées des Mongols ou les conquêtes de la nouvelle dynastie mamelouke. En effet, l’invasion mongole des années 1220-1240, la prise de Jérusalem par les Khorezmiens en juillet 1244, suivie de la défaite de La Forbie, le 17 octobre 1244, et l’accession au pouvoir des Mamelouks Baḥriyya au Caire en 1250, remirent en question toute l’organisation politique de la région. Dès lors, les principaux affrontements se tinrent essentiellement entre Mongols d’Iran et Mamelouks. Les chrétiens se contentèrent d’apporter un soutien manifeste ou discret, selon leur situation, à celui qui était le plus proche d’eux géographiquement ou à celui qui représentait la plus grande menace pour leurs territoires.

  • * Dans cet article, nous utilisons principalement les sources chrétiennes ainsi que quelques sources (...)

2Étant donné l’ampleur du phénomène, tous les historiens et chroniqueurs qui vivaient dans ces régions (et même au-delà, en Occident), quelle que fût leur origine ou leur confession, ont écrit sur les invasions mongoles dans diverses langues*. Plusieurs lettres de papes (en particulier de Clément V), de membres d’ordres militaires (Thomas Bérard, Hugues Revel, Joseph de Cancy et Guy de Basainville) et de seigneurs laïcs nous sont également parvenues à ce sujet, de même que des récits de missionnaires et de voyageurs ayant séjourné à la cour du grand Khan.

3Comment les dignitaires et les frères des ordres militaires installés en Orient réagirent-ils devant l’avancée fulgurante des Mongols, mais aussi face aux choix diplomatiques des souverains chrétiens envers ces derniers ? De quelle manière les ordres furent-ils affectés par ces choix ? Quel soutien militaire apportèrent-ils aux différents protagonistes ?

4Nous nous intéresserons d’abord à la réaction des maîtres des ordres militaires en fonction de l’état de leur connaissance des méthodes et des projets des Mongols. Puis nous essaierons d’analyser la manière dont les commandeurs des ordres présents dans les États alliés aux Mongols durent s’adapter à cette situation, avant d’étudier l’évolution de la conjoncture qui aboutit, à partir des années 1270, à la recherche d’une alliance plus systématique avec les Ilkhans de Perse.

De sérieuses craintes à l’égard des Mongols

L’invasion mongole au Proche-Orient

  • 1 Kirakos, texte, p. 201-202, trad. Brosset, p. 100 [les abréviations des sources sont données dans l (...)

5Les circonstances de l’arrivée des Mongols dans le Caucase et en Asie Mineure furent à l’origine d’une profonde inquiétude chez les chrétiens, parmi lesquels les membres des ordres militaires, confortés dans ce sens par les récits des historiens arméniens sur leurs invasions. En effet, en 1220-1221, après avoir conquis tout le nord de la Chine et s’être emparée de l’Empire du Khorezm, l’armée de Gengis Khan lança des attaques en Azerbaïdjan, en Grande Arménie et en Géorgie. Ils dévastèrent tout et massacrèrent les populations sur leur passage, n’épargnant, selon l’historien Kirakos de Gandzak, que les chevaux1, et provoquant de ce fait l’exode des rescapés pour la Cilicie :

  • 2 Kirakos, texte, p. 190 (voir aussi trad. Brosset, p. 94 ; éd. Dulaurier, p. 429-430). Sur ce sujet, (...)

Le pays se remplit d’une multitude de gens, manouvriers et artisans, qui furent rassemblés de tous côtés. Ils avaient été mis en fuite par la ruine causée par les Tatars venus du nord-est, lesquels détruisirent tout l’univers2.

  • 3 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 123-138, 141-142, 150-168, 171-173, 426-459; Kamāl al-Din, vol. V, p. 70, (...)
  • 4 Kirakos, texte, p. 231-270 (trad. Brosset, p. 114-134) ; Grigor d’Akner, p. 294-297, 302-313 ; Hetʿ (...)

6Peu après, c’est le sultan khorezmien, Ǧalāl al-Dīn Mengüberti qui, chassé du Khorasan par les Mongols, envahit à son tour le Caucase, avant de s’avancer jusqu’en Asie Mineure où il prit la ville d’Aḫlāt en 1229. Cet événement provoqua la formation d’une vaste coalition de princes musulmans et chrétiens contre lui, laquelle lui infligea une lourde défaite dont il ne se releva pas3. En 1235-1236 et 1239, les armées mongoles revinrent piller et ravager la Géorgie et la Grande Arménie, dont les princes furent contraints de se déclarer vassaux du grand Khan, lui verser un lourd tribut et servir d’auxiliaires dans ses armées4.

  • 5 Ǧuvaynī, Gengis Khan, chap. XXXIV, p. 239-244 ; Ibn Bībī, éd. Duda, p. 224-230 ; Kirakos, texte, p. (...)

7Les Mongols représentèrent une menace plus directe pour le royaume arménien de Cilicie et pour les États latins du Levant lorsque, dirigés par le grand émir Baiju, ils vainquirent l’armée du sultan seldjoukide de Rūm, Kayḫusraw II, le 26 juin 1243, à Köseh Dagh. Le roi arménien Hetʿum Ier se désolidarisa alors de Kayḫusraw II, pourtant son allié et suzerain, et livra les femmes de sa famille au général mongol5. En 1244, Baiju envoya deux ambassades à Bohémond V, prince d’Antioche et comte de Tripoli, pour lui signifier qu’il devait démanteler toutes les murailles des cités et châteaux de ses États, lui remettre la totalité des revenus de la principauté et lui livrer trois mille jeunes filles. Le chroniqueur Matthieu Paris, par lequel nous avons connaissance de ces menaces, évoque aussi la réponse négative et catégorique du prince :

  • 6 Extrait trad. de la Chronica majora (vol. IV, p. 389-390), dans Richard 1995, p. 63-64.

Il s’exclama : Vive le Seigneur et vivent les saints, parce que jamais je ne me plierai à aucune de ces exigences. Je préfère que ceci se décide au péril de nos vies (pro capitibus) et que le jugement s’effectue devant la face du Seigneur6.

  • 7 Matthieu Paris, vol. IV, p. 547, cité dans Richard 1995, p. 64, 170-171.

8Mais l’auteur ajoute que, en 1246, Bohémond V finit par accepter de verser un tribut, beaucoup moins élevé que ce qui lui était initialement réclamé, à la veuve du grand Khan Ögödei, la régente Töregene – apparemment grâce à l’intercession du prêtre nestorien Siméon Rabban-Ata en sa faveur7.

L’alerte donnée par les maîtres des ordres militaires

  • 8 Malgré certaines hypothèses contradictoires sur la localisation de La Roche Roissol et La Roche Gui (...)
  • 9 Chevalier 2009, passim. Nous renvoyons ici le lecteur à la carte de Riley-Smith et d’Agostino intit (...)

9Au milieu du xiiie siècle, les ordres religieux-militaires tenaient la plupart des principales forteresses encore aux mains des Francs et certaines villes fortifiées du littoral syro-palestinien ainsi qu’une partie de celles des marches du royaume arménien de Cilicie. Dans le royaume de Jérusalem, où leur maison chèvetaine se trouvait à Acre comme celle des Hospitaliers et des Teutoniques, les Templiers avaient, dans les années 1260, la garde de Caco (Qāqūn), Château-Pèlerin (Aḫlīṯ), Safed (Ṣafad), Beaufort (Šaqīf Arnūn) et Sidon, tandis que les Hospitaliers avaient celle d’Arsour (Arsūf) et du mont Thabor, et les Teutoniques, celle de Castellum Regis (Maʿalya), de Montfort et de Château-Neuf. Ils avaient peut-être également celle de Judin (Qalʿat Ǧiddīn), acquise vers 1249. Dans le comté de Tripoli, les frères du Temple tenaient Aryma (Qalʿat al-Arīma), Tortose et Chastel Blanc (Ṣāfītā), et ceux de l’Hôpital, le Crac des Chevaliers (Ḥisn al-Akrād), Chastel Rouge (Qalʿat Yaḥmur), Margat (Marqab), et peut-être encore le château de la Vieille et Ǧabala (Gabala, act. Jablé). Les possessions templières sur la frontière de la principauté d’Antioche et du royaume arménien (dans l’Amanus et sur le littoral du golfe d’Alexandrette) furent, quant à elles, intégrées dans la commanderie d’Antioche jusqu’à la prise de cette ville et des places fortes templières de Baġrās, La Roche Roissol (Çalan)8 et Port-Bonnel (Ḥiṣn Rūsūs, act. Arsūz) en 1268. C’est seulement après cette date qu’une commanderie d’Arménie fut créée, regroupant les sites templiers qui n’avaient pas encore été pris par les Mamelouks, à savoir la forteresse de La Roche Guillaume (Ḥaǧar Šuġlān ou Tchivlan Kale), chef-lieu de la nouvelle commanderie, ainsi que la zone entourant le petit port d’Alexandrette et le château de Sari Seki. Les possessions arméniennes des Hospitaliers, au départ situées sur la marche occidentale du royaume (avec Séleucie), s’étendaient dans la plaine cilicienne : Castellum Novum, Camardias, Dcheker, Vaner et Canamella (Ḥisn al-Tīna ou al-Tīnāt), alors que celles des Teutoniques étaient regroupées sur la marche nord-orientale de l’État arménien : Amuta, Hārūnīyā, la « Tour noire » (Hasanbeyli ou Karaferenk), Kum, Cumbethfor et Ayun9.

  • 10 Historia e Francorum, vol. V, p. 272 ; Histoire littéraire de la France, vol. XV, p. 97-99, vol. XX (...)
  • 11 Tabula e, p. 98-103, n° 116 ; Cart. Hosp., vol. II, p. 859-863, n° 2902.

10Les dignitaires de l’ordre du Temple firent connaître, par des lettres particulièrement alarmantes, leur inquiétude devant les succès des Mongols contre le sultanat seldjoukide de Rūm. Lorsque, dans une lettre datée du 4 octobre 1256, le commandeur templier du royaume de Jérusalem, Guy de Basainville, averti par le roi d’Arménie Hetʿum Ier, informa l’évêque d’Orléans de l’intention de l’Ilkhan, Hülegü, de prendre la cité de Jérusalem, cela revenait, pour lui, à provoquer la chute des derniers États latins10. Pour Hetʿum Ier, au contraire, la conquête de Jérusalem par les Mongols devait aboutir à la restauration du christianisme dans la Ville sainte. Cependant, dans l’accord conclu le 9 octobre 1258 entre les trois ordres religieux-militaires, où les maîtres Thomas Bérard, Hugues Revel et Hanno de Sangerhausen réglèrent leurs droits réciproques dans les royaumes de Jérusalem, de Chypre et d’Arménie, la principauté d’Antioche et le comté de Tripoli, aucune allusion n’est faite aux invasions mongoles11.

  • 12 Voir aussi la lettre envoyée par les trois maîtres, Thomas Bérard, Hugues Revel et Hanno de Sangerh (...)

11Par contre, plusieurs lettres émises par le maître du Temple, Thomas Bérard, et par l’évêque de Bethléem et légat pontifical, Thomas Agni de Lentino, entre le 1 er mars et le 22 avril 1260, annoncèrent à tous les souverains occidentaux les prises successives des villes de Bagdad et d’Alep et les soumissions de Homs, Hama et Amman. Thomas Bérard énuméra les quelques bastions qui pourraient encore être en mesure de résister aux Mongols dans les régions de Jérusalem, Acre (ʿAkkā), Antioche et Tripoli, la plupart étant aux mains des ordres militaires. Le légat évoqua, quant à lui, les travaux de fortification, la confection de machines de guerre et les divers aspects de la préparation matérielle des frères qui s’attendaient à l’imminence d’un assaut des Mongols. L’appel à l’aide du maître du Temple fut relayé par des membres de chacun des trois principaux ordres religieux-militaires en Occident, en particulier auprès des rois de France et d’Angleterre12, mais il n’y rencontra que peu d’échos concrets ; Louis IX se contenta de réunir la haute noblesse et les prélats français pour manifester son inquiétude à ce sujet, sans toutefois envoyer de renforts en Orient :

  • 13 Guillaume de Nangis, p. 221-222.

Ludovicus rex Franciae congregavit […] pra elatos, barones et principes regni sui, eo quod dominus Papa sibi scripsisset Tartaros in transmarinis irruisse, Sarracenos vicisse, Armeniam, Antiochiam, Tripolim et Damascum, Halapiam et terras alias subjugasse, et tam Acconi civitati quam toti Christianitati illis in partibus periculum imminere13.

  • 14 Menko, Chronicon Werumensium, vol. XXIII, p. 547-549 ; Matthieu de Westminster, Flores historiarum, (...)

12L’évêque de Bethléem fut, quant à lui, surtout choqué par la soumission de Bohémond VI au grand Khan et à la substitution, à la demande de Hülegü, d’un patriarche grec au patriarche latin en place, Opizon de Fieschi ; ce qui valut au prince d’Antioche plusieurs excommunications de la part d’Opizon et du légat lui-même, lequel semble avoir aussi frappé le roi d’Arménie de cette sentence14.

  • 15 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 103-104 ; et, Amitai 1996, p. 36.

13En 1260, le sultan mamelouk Quṭuz (1259-1260), s’inquiétant de voir le danger se rapprocher et auquel on avait aussi enjoint par une lettre transmise par des messagers de Hülegü de se soumettre aux ordres du grand Khan sous peine d’être mis à mort15, décida d’enrayer la progression des Mongols. Il réunit son armée, longea le littoral syro-palestinien en traversant les seigneuries franques et le royaume de Jérusalem où, selon l’historien al-Maqrīzī, les Francs d’Acre lui proposèrent leur coopération :

  • 16 Al-Maqrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 103-104.

Il prit la route du Sâhel, et se dirigea vers la ville d’Akka. Les Francs, qui étaient alors maîtres de cette place, sortirent avec des présents à la rencontre de Koutouz et lui offrirent de l’accompagner comme auxiliaires. Il les remercia et leur fit promettre d’observer dans cette guerre une stricte neutralité16.

  • 17 Voir Chevalier 2009, p. 518-519.

14Propos étonnants, dont il faut mettre toutefois la crédibilité en question. En effet, si les barons du royaume de Jérusalem, effrayés après le sac de Sidon en 1260 par les Mongols17, laissèrent passer les troupes du sultan mamelouk, il paraît excessif de prétendre qu’ils aient voulu se joindre à son armée et, ainsi, de prendre le risque de combattre leurs voisins antiochiens, alliés des Mongols.

  • 18 Gestes des Chiprois, p. 843 ; Kirakos, texte, p. 387-389 (trad. Brosset, p. 189-190) ; Grigor d’Akn (...)
  • 19 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXVI, DA, II, p. 175 (trad. Deluz, p. 841) ; H (...)

15Les deux gouverneurs mongols encore stationnés en Syrie, le chrétien Kitbuġa et Baidara, furent vaincus par les Mamelouks, dont la supériorité numérique était incontestable, à la bataille de ʿAyn Ǧālūt le 3 septembre 126018. Hülegü voulut mener une contre-offensive et convoqua à sa cour les souverains d’Antioche, d’Arménie et de Géorgie en 1264, mais sa mort l’année suivante l’empêcha de mener à bien son projet19.

  • 20 Sur le règne de Baybars, l’organisation de son pouvoir et ses conquêtes, voir Thorau 1987, trad. an (...)

16L’inquiétude des ordres militaires basés dans le royaume de Jérusalem face aux conquêtes et à l’ampleur des dévastations va croître dans les années 1260 mais cette fois, non plus à cause des Mongols, dont la réputation d’invincibilité fut ébranlée après ʿAyn Ǧālūt, mais en raison de la politique offensive menée par les sultans mamelouks d’Égypte contre les Francs à partir du règne de Baybars20.

Une adaptation nécessaire au contexte politique

Le pragmatisme des commandeurs d’Arménie et d’Antioche-Tripoli

17Dans les États chrétiens du nord du littoral méditerranéen du Proche-Orient, les commandeurs des ordres militaires furent contraints d’adopter une vision plus réaliste de la situation que les maîtres de leurs institutions respectives, afin de s’adapter aux choix politiques des souverains qui régnaient dans ces régions. En effet, le roi d’Arménie Hetʿum Ier fut le premier des rois chrétiens à prendre conscience du risque de désastre militaire et de la ruine à venir de son royaume s’il n’agissait pas rapidement, suivi en cela par le prince d’Antioche et comte de Tripoli Bohémond VI.

  • 21 Grigor d’Akner, p. 312-315 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XVI, DA, II, p. 1 (...)
  • 22 Hetʿum Ier et son épouse Zapēl ont concédé le château de Hārūnīyā et son territoire à l’ordre teuto (...)
  • 23 Matthieu Paris, trad. Huillard-Bréholles, vol. VIII, p. 191, 201, 233-234 ; Gestes des Chiprois, p. (...)
  • 24 D’après la Chronique de Melrose, citée dans Richard 1995, p. 63, n. 14.

18En 1247, Hetʿum Ier décida d’envoyer son frère, le connétable Sembat, à Qaraqorum, la capitale de l’Empire mongol, pour faire allégeance en son nom à celui qui était en passe de devenir grand Khan, Güyük21. Bien que les sources ne nous renseignent pas sur la réaction des membres des ordres militaires présents en Arménie concernant cette initiative, nous pouvons supposer qu’à leur habitude, les chevaliers teutoniques ont dû approuver la décision des Hétʿumiens, leurs donateurs22, d’autant plus qu’ils étaient déjà familiers (avec Frédéric II) des solutions diplomatiques entre partis éloignés à tout point de vue. Quant aux Templiers et aux Hospitaliers, ils furent probablement, dans un premier temps, davantage partagés, à l’image des Francs, entre la crainte d’une trop grande mésalliance et l’espoir de créer une coalition capable de vaincre les musulmans. Les trois ordres étaient alors considérablement affaiblis et, leurs effectifs, très réduits, après les désastres consécutifs d’al-Darbsāk (pour les Templiers) en 1237 et de La Forbie (pour l’ensemble d’entre eux) en 124423. De surcroît, les frères du Temple qui étaient présents sur la frontière arméno-antiochienne ressentirent vraisemblablement les mêmes inquiétudes que Bohémond V lorsqu’ils apprirent que les troupes mongoles se seraient avancées jusqu’au Pont de Fer24. De leur côté, les Hospitaliers durent comprendre la démarche de Hetʿum Ier puisque certaines de leurs forteresses de Cilicie occidentale étaient désormais directement exposées, comme celles des chevaliers teutoniques au nord-est du pays, à d’éventuels assauts des Mongols. Il est donc fort probable que dans les rangs des ordres religieux-militaires implantés en Cilicie et dans l’Amanus le pragmatisme ait prévalu sur la répugnance devant une telle soumission.

  • 25 Kirakos, texte, p. 317 (trad. Brosset, p. 157-158).
  • 26 Grigor d’Akner, p. 314-315.
  • 27 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 249-250.

19Sembat put assister à la diète (quriltai) de tous les chefs mongols chargés de choisir et d’investir le nouveau grand Khan. Le connétable arménien fut reçu avec les honneurs par Güyük qui apprécia la soumission spontanée du roi d’Arménie et octroya « un diplôme authentique [qui] accordait au roi de nombreuses provinces et plusieurs forteresses ayant autrefois appartenu au roi Lewon25 » et d’autres diplômes exonérant de taxes le royaume, ses monastères et tous les chrétiens26. L’historien persan al-Ǧuvaynī dresse la longue liste de tous les chefs et de tous les représentants des peuples présents ; il évoque même des « envoyés des Francs », il devait s’agir de Jean de Plan Carpin et de ses compagnons, ambassadeurs de Louis IX à Qaraqorum27.

  • 28 Voir l’étude consacrée à cette lettre par Richard 1986, p. 683-696 (pour ce qui concerne sa datatio (...)
  • 29 Richard 1986, p. 685, 688-692 – 1995, p. 166.
  • 30 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 257.
  • 31 Lettre d’Eudes de Châteauroux, reproduite en partie par Vincent de Beauvais, trad. en français par (...)

20Lors de son voyage, Sembat envoya une lettre, probablement écrite le 7 février 1248, à ses sœurs et à leurs époux respectifs, Henri Ier de Chypre et Jean d’Ibelin, seigneur de Jaffa, leur décrivant les dévastations causées par les Mongols, mais aussi l’implantation de nombreuses églises et la diffusion du christianisme – nestorien – dans l’Empire28. Cette lettre, portée à la connaissance de Louis IX et du pape Innocent IV, contribua à entretenir leur espoir d’une conversion du grand Khan Güyük et du peuple mongol à la religion chrétienne29 ; étant donné l’enjeu, son contenu dut également être communiqué aux maîtres des ordres religieux-militaires, qui se trouvaient aux côtés du roi de France pendant sa croisade, afin qu’ils puissent exposer leur avis à ce sujet. Le résultat de l’ambassade envoyée par Louis IX auprès des Mongols fut décevant ; la veuve de Güyük, Oġul Qaïmiš (régente de 1249 à 1251), exigea de lui et du pape un tribut sous peine d’être massacrés avec leurs peuples ; seul Eljigideï, représentant du grand Khan dans les régions de « Roum, de Géorgie, d’Alep, de Mossoul et de Takavor30 », lui proposa d’unir leurs forces pour « triompher des ennemis qui méprisent la croix31 ».

  • 32 Grigor d’Akner, p. 314-315, chap. X, p. 324-327 ; Kirakos, texte, p. 361-365, 367 (trad. Brosset, p (...)
  • 33 Voir Chevalier 2009, p. 476-479.

21Hetʿum Ier partit à son tour à la rencontre du grand Khan Möngke (r. 1251-1259), en 1254 ; celui-ci accéda à toutes ses requêtes32. L’entreprise de Hetʿum dut être tacitement cautionnée par l’empereur germanique et par l’ordre teutonique car c’est peu avant son départ que certains de leurs représentants durent lui apporter la couronne du royaume d’Arménie, envoyée par Conrad IV33.

22À partir du moment où le souverain arménien se déclara vassal du grand Khan, il participa, avec sa cavalerie, aux batailles menées par les généraux mongols au Proche-Orient. Il est évident que les commandeurs du Temple, de l’Hôpital et des Teutoniques qui tenaient des forteresses arméniennes ne purent se désolidariser de son action, probablement sous peine de perdre leurs bailliages dans le royaume (comme ce fut le cas pour les Templiers à l’époque du règne de Lewon Ier), et qu’ils durent mener leurs hommes au combat avec les contingents arméniens.

  • 34 Hétʿum II, Annales, p. 81 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 69 – Rovbinankʿ, p. 105 ; Lignages, p (...)
  • 35 Cahen 1940, p. 702-703 ; Amitai 1996, p. 24.

23Lorsqu’en 1254, Bohémond VI, nouveau prince d’Antioche et comte de Tripoli, épousa la fille de Hetʿum Ier, les deux souverains se rapprochèrent et adoptèrent rapidement une politique commune à l’égard des Mongols34, entraînant dans leur sillage les membres des ordres militaires de la principauté et du comté. En 1258, Bohémond VI entreprit lui aussi le voyage à Qaraqorum pour prêter hommage en personne au grand Khan35.

24Les démarches opposées et la divergence des réactions entre les chrétiens des États du nord de la Méditerranée orientale et ceux du sud révèlent l’antagonisme de fond qui séparait désormais les Francs établis en Orient ; les premiers ayant noué des liens étroits avec le royaume arménien frontalier et ressentant la menace mongole de façon plus pressante et les seconds renforcés dans leur sentiment d’indépendance après s’être débarrassés des lieutenants de Frédéric II et plus proches géographiquement des Mamelouks qu’ils perçurent initialement – ce en quoi ils se fourvoyèrent – comme les héritiers naturels des Ayyoubides avec lesquels des négociations et des alliances furent toujours possibles. Il semblerait que les membres des ordres militaires suivirent la politique choisie par les chefs des États dans lesquels ils résidaient, ce qui aboutit à certaines incohérences internes.

  • 36 Voir supra. Sur cette bataille, voir aussi Kirakos, texte, p. 373-377 (trad. Brosset, p. 182-183) ; (...)
  • 37 Ludolf de Sudheim, Descriptio Terrae Sanctae, p. 373 ; Gestes des Chiprois, p. 842-843 ; Marino San (...)

25Le commandeur templier Guy de Basainville, en contact avec Hetʿum Ier, apprit de lui la victoire remportée par les Mongols contre le sultanat seldjoukide de Rūm en 1256, à laquelle le roi d’Arménie contribua36. Mais l’une des campagnes mongoles qui eut le plus grand retentissement dans le monde musulman est celle de 1258, menée par Hülegü, avec le concours des armées des peuples soumis (Arméniens, Géorgiens et très probablement Antiochiens) contre la ville de Bagdad. Au printemps de cette année-là, un corps de l’armée mongole, avec des « auxiliaires chrétiens », entreprit également le siège de la cité de Mayyāfāriqīn (Moupʿargin), qui tomba deux ans plus tard37.

  • 38 Ibn al-Furāt, p. 41 ; Kirakos, texte, p. 387-389 (trad. Brosset, p. 189) ; Hetʿum l’Historien, Flor (...)
  • 39 Grigor d’Akner, p. 348-349 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XX, DA, vol. II, (...)
  • 40 Delaville Le Roulx 1883, p. 196, n° 89 – 1895, p. 95, n° 314 ; Cart. Hosp., vol. II, p. 868, n° 291 (...)

26L’autre grande expédition lancée par Hülegü, accompagné de Hetʿum Ier, de Bohémond VI et de leurs troupes (qui devaient compter chevaliers, sergents et turcoples des ordres), en 1259-1260, aboutit à la prise sanglante d’Alep. À cette nouvelle, les habitants de Damas livrèrent leur ville aux Mongols, qui prirent également Homs et Hama38. Grigor d’Akner signale que, pour la première fois, ces conquêtes se firent avec l’aide des « chevaliers francs » lesquels, dit-il, n’étaient, jusqu’à présent, pas alliés aux Mongols. On peut se demander si par cette désignation de « chevaliers francs » (dont la plupart devaient être originaires des provinces d’Antioche et de Tripoli), il voulait également évoquer la participation des chevaliers des ordres militaires39. En effet, les Templiers, les Hospitaliers et les Teutoniques, qui avaient des possessions dans les États de Hetʿum et de Bohémond, étaient directement concernés par ces interventions, d’autant plus qu’en 1259 le maître de l’Hôpital, Hugues Revel, s’était réconcilié avec le prince d’Antioche grâce aux efforts du roi d’Arménie et du maître du Temple40.

  • 41 Annales de Terre sainte, p. 450 B ; Amadi, p. 206 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 71 ; Ibn al-F (...)

27Les membres des ordres implantés en Arménie cilicienne qui, jusque-là, même s’ils n’approuvaient pas forcément la vassalité du souverain envers les Mongols mais en comprenaient les enjeux et bénéficiaient, eux aussi, de la protection accordée au royaume, vont connaître, comme leurs frères de l’État franc de Jérusalem, les premiers assauts des Mamelouks à l’époque de Baybars. Dès 1262, des attaques lancées par des troupes égyptiennes et plusieurs émirs syriens contre la principauté d’Antioche aboutirent à la prise de Port Saint-Syméon et à une tentative de siège contre la ville d’Antioche ; c’est l’annonce de l’arrivée de renforts mongols qui leur fit rebrousser chemin41. Cette offensive constitua cependant un premier signal d’alerte pour les Templiers de la zone littorale frontalière entre le royaume arménien et la principauté d’Antioche car Port Saint-Syméon se trouvait à peine à trente kilomètres au sud de leur forteresse de La Roche Roissol.

Le prix de l’alliance mongole pour leurs alliés chrétiens.

28À partir des années 1260, les ordres militaires vont subir de plein fouet le contrecoup de la politique pro-mongole des Arméno-Antiochiens dans leurs marches amaniques et ciliciennes, sans pouvoir compter sur l’appui militaire des Mongols.

  • 42 Grigor d’Akner, p. 356-359 ; Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 473 ; Vahram Raboun, tr (...)

29Ce fut le cas lorsqu’en août 1266 Baybars profita de l’absence du roi Hetʿum (qui séjournait à la cour de l’Ilkhan Abāqā) pour lancer une attaque contre son royaume. Hormis sa politique de conquêtes, le Mamelouk voulait aussi faire payer aux Arméniens leur soutien à l’armée mongole. Les troupes égyptiennes traversèrent les Pyles amaniques, contrôlées par les chevaliers teutoniques – qui tenaient Amuta, Hārūnīyā, Qaraferenk et peut-être Hasanbeyli et Kum – et la branche hetʿumienne des barons de Sarwandikʿar. Elles infligèrent une lourde défaite aux chevaliers teutoniques auxquels elles prirent la forteresse d’Amuta, ainsi qu’aux Arméniens, puisqu’elles tuèrent Tʿoros, le fils cadet du roi, et capturèrent son aîné, Lewon, avant de dévaster Sīs et la plaine cilicienne42. Quand Hetʿum Ier rentra dans son royaume avec un petit détachement mongol, les Mamelouks venaient de partir.

  • 43 Alichan 1885, texte, p. 209 – 1899, trad., p. 239 ; RHC, DA, vol. II, p. 840, note d ; Forstreuter, (...)

30Avec la destruction d’Amuta, la taille de la marche teutonique en Cilicie fut réduite, mais elle ne disparut pas puisque la présence de l’ordre est attestée dans cette zone par un acte conclu entre le maître Hanno de Sangerhausen et Kostandin de Sarwandikʿar en 127143.

  • 44 Gestes des Chiprois, p. 771-772 ; Estoire de Eracles, p. 457 ; Marino Sanudo, p. 223 ; Bustron, p. (...)
  • 45 Analyse dans Cart. Hosp., vol. III, p. 158, n° 3260.
  • 46 Analyse dans ibid., vol. III, p. 291-293, n° 3308.

31Deux ans plus tard, ce furent les Templiers de l’Amanus qui subirent les assauts des Mamelouks pour les mêmes raisons. En mai 1268, Baybars s’empara d’Antioche, dont le prince était vassal des Mongols ; il détruisit la ville jusque dans ses fondations, massacra une partie des habitants et réduisit les survivants en esclavage44. Un an auparavant, le pape Clément IV pressentait déjà la menace qui pesait sur les alliés des Mongols puisque, le 17 mai 1267, il fit appel au patriarche de Jérusalem, Guillaume II d’Agen, et aux maîtres du Temple, de l’Hôpital et des Teutoniques, afin qu’ils interviennent auprès de Hetʿum Ier et de Bohémond VI pour les aider à défendre Antioche45. Les ordres militaires répondirent à son appel, comme l’atteste la lettre envoyée par Hugues Revel à Ferraud de Barras, le prieur de Saint-Gilles, ce qui leur causa de très lourdes dépenses et provoqua, par la suite, l’acharnement du sultan sur leurs forteresses46.

  • 47 Catalan rule of the Templars, p. 81-87, n° 180; Cart. Hosp., vol. IV, p. 291-293, n° 3308 ; Gestes (...)
  • 48 Voir Demurger 2002, p. 46, 58 ; Chevalier 2009, p. 530-532.

32Après avoir pris Antioche, les troupes égyptiennes s’avancèrent vers la portion de littoral et la marche amanique gardés par les Templiers ; ceux-ci furent contraints d’abandonner Baġrās, La Roche Roissol et Port-Bonnel47. Pendant quelques décennies encore, les frères continuèrent à tenir les environs d’Alexandrette, avec le château de Sari Seki, et la forteresse amanique de La Roche Guillaume, qui devint le chef-lieu de la nouvelle province templière d’Arménie48.

Un consensus sur la nécessité d’une coalition avec les Mongols

La prise de conscience des années 1270

33Dans les années 1270, les dirigeants francs et parmi eux les maîtres des ordres militaires, accablés par les conquêtes des Mamelouks à leurs dépens, commencèrent à envisager l’opportunité d’une alliance ou du moins d’une forme de collaboration militaire avec les Mongols.

  • 49 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXI, DA, vol. II, p. 181-182 (trad. Deluz, p. (...)
  • 50 Cart. Hosp., vol. III, p. 330-331, n° 3584 ; Estoire de Eracles, p. 460-462 ; Annales de Terre sain (...)

34Les circonstances étaient favorables à l’émergence d’un tel projet car l’Ilkhan Abāqā, par l’intermédiaire du roi d’Arménie, proposa au pape ainsi qu’aux souverains et seigneurs occidentaux d’unir leurs forces aux siennes afin de repousser les Mamelouks49. Après l’échec de la croisade franque au Maghreb en août 1270, le fils du roi d’Angleterre Henri III, Édouard, qui y participait, gagna la Terre sainte avec ses troupes en mai 1271. Il fit parvenir une ambassade à Abāqā qui lui envoya 10 000 cavaliers en renfort au mois d’octobre suivant. Cependant, Édouard ne put mener, avec l’aide des ordres militaires, que quelques expéditions de faible envergure. Malgré tout, sa présence et sa capacité à s’allier avec les Mongols ainsi que l’intercession de Charles d’Anjou incitèrent Baybars à accorder une trêve de dix ans, dix mois et dix jours au roi de Jérusalem (et souverain de Chypre), Hugues III, le 21 avril 127250.

  • 51 Estoire de Eracles, p. 460 ; Gestes des Chiprois, p. 777-778 ; Annales de Terre sainte, p. 454 A, p (...)
  • 52 Bar Hebræus, p. 454.

35En 1271, les ordres militaires subirent les assauts des Mamelouks contre leurs principales forteresses orientales : les Templiers perdirent Chastel Blanc le 15 février ; les Hospitaliers, le Crac des Chevaliers, le 30 mars ; et, les chevaliers teutoniques, leur quartier général de Montfort, le 12 juin51. Dans une lettre au roi d’Angleterre, le maître de l’Hôpital Hugues Revel lui explique comment, après une nouvelle invasion de la Cilicie en 1275, l’Ilkhan Abāqā envoya son armée (de 70 000 cavaliers, selon Bar Hebræus52) au Proche-Orient l’année suivante, sollicitant des renforts auprès de Lewon II :

  • 53 Cart. Hosp., III, p. 330-331, n° 3584.

Des Tatars … se aprochent des Aigues-Froides et sont pres d’Ermenie, et hont mandé querre le rey d’Ermenie … à ceo que il porra aver de gens, et il s’apareille de l’aller53.

  • 54 Cart. Hosp., III, p. 330-331, n° 3584; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 22; Bar Hebræus, p. 454; (...)

36Cependant, le froid rigoureux et la neige décimèrent un grand nombre de leurs chevaux sur les rives de l’Euphrate, les contraignant à rebrousser chemin54.

La présence avérée des ordres aux côtés des Mongols

  • 55 Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. 786 ; Marino Sanudo, p. 228-229 ; Con. (...)

37C’est en 1280 que l’Ilkhan Abāqā lança sa grande contre-offensive. Au mois d’octobre, les troupes mongoles envahirent la Syrie du Nord et, le 18, s’emparèrent de la ville de ʿAyn Tāb ; elles reprirent ensuite les anciens châteaux templiers de Baġrās et d’al-Darbsāk, puis, le 20, la cité d’Alep55. On ne sait si les frères du Temple eux-mêmes combattirent aux côtés des Mongols et des Arméniens afin de recouvrer l’intégralité de leur marche amanique ni si à l’issue de cette conquête ils obtinrent la garde de ces forteresses ou si celle-ci fut confiée au roi d’Arménie. Bien que la participation des membres des ordres religieux-militaires d’Arménie aux précédentes batailles menées par les troupes arméno-mongoles soit fortement envisageable, les sources évoquent pour la première fois, en 1280, la présence des Hospitaliers dans les rangs de cette coalition :

  • 56 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 27. Voir aussi Gestes des Chiprois, p. 784 ; C (...)

On écrivit à l’émir Seïf-eddin-Belban-Tabâkhi, naïb (gouverneur) du château des Curdes, pour lui enjoindre d’aller attaquer les Francs de Markab, attendu qu’ils avaient donné des secours aux Tatars56.

  • 57 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 26-27. Sur les entreprises militaires de Qalāw (...)
  • 58 Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. 786 ; Bosio, p. 50 ; Hetʿum l’Historien(...)
  • 59 Annales de Terre sainte, p. 458 A ; Gestes des Chiprois, p. 791-792 ; Hetʿum l’Historien, Chronique(...)

38Les frères de l’Hôpital subirent ensuite des représailles pour leur alliance avec les Mongols puisque le sultan mamelouk Qalāwūn (1279-1290) mandata son émir Sayf al-Dīn Balabān al-Ṭabbāḫī pour aller assiéger leur forteresse de Margat57. En dépit des moyens militaires (entre 2 000 et 7 000 cavaliers selon les sources) et de techniques (plusieurs machines de siège) déployés contre les Hospitaliers, ceux-ci parvinrent, avec 200 à 600 cavaliers seulement, à mettre en échec leurs assaillants et même à piller leur campement58. Les Mamelouks ne purent s’emparer de la forteresse de Margat que cinq ans plus tard, le 25 mai 1285, après un siège de trente-huit jours59.

  • 60 Cart. Hosp., III, p. 417-418, n° 3766 ; Gestes des Chiprois, p. 786-787 ; Bosio, p. 50 ; Hetʿum l’H (...)

39En 1281, les Mongols reformèrent leur alliance militaire avec les Arméniens et les Francs avec pour objectif l’invasion de la Syrie. Leur armée se divisa en deux corps près du territoire alépin ; l’Ilkhan Abāqā alla assiéger Raḥba, tandis que son frère Mengü Temür, accompagné par le roi d’Arménie, descendit vers Hama. Le sultan mamelouk, qui avait réuni toutes les forces musulmanes d’Égypte, de Syrie et du Moyen-Orient, partit à la rencontre de Mengü Temür60. Les Hospitaliers avaient prévu de participer au combat aux côtés des Mongols, mais la rapidité de l’engagement les prit de court ; voici le témoignage du frère de l’Hôpital, Joseph de Cancy :

  • 61 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782.

Les osts des Tatars et des Sarrasins estoient si aprochiés que les Sarrasins estoient entre nos gents et les Tatars, si que nos gens, ni le prince, comme le roy de Chipre ne fust pas encore venus, ne pourent aller as Tatars, ni les Tatars ne les purent mender querre, si come ils avoient mandé qu’ils fereint ; sur ce se aprocherent les osts des dues parties61.

  • 62 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782 ; Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. (...)

40Les deux armées combattirent dans la plaine de Homs à la fin du mois d’octobre. Selon Joseph de Cancy, l’aile droite des Mongols était composée de l’armée arménienne, de 1 000 Géorgiens — 5 000, menés par leur roi Dimitri, selon Bar Hebræus —, de 2 000 Mongols et de 3 000 soldats venus du sultanat seldjoukide de Rūm (dirigés par Samaġar), formant trois bataillons placés sous le commandement de Lewon II. Elle vainquit l’aile gauche des Mamelouks, mais se retrouva isolée après la fuite de Mengü Temür et de ses soldats, et fut piégée par le sultan mamelouk Qalāwūn qui remporta ainsi la victoire finale. À la nouvelle de ce désastre, Abāqā abandonna le siège de Raḥba et repartit pour Bagdad62.

41Une lettre du frère de l’Hôpital Joseph de Cancy adressée à Édouard Ier nous apprend que, lorsque Qalāwūn lança de nouvelles expéditions en Cilicie en 1282-1283 (profitant des tentatives de rapprochement du nouvel Ilkhan Tegüder Aḥmad, converti à l’islam), les Hospitaliers envoyèrent cent cavaliers, cinquante fantassins et cinquante turcoples au secours des Arméniens, en dépit des menaces qui pesaient sur leur forteresse de Margat :

  • 63 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782.

Nostre maistre [Nicolas Lorgne], par le preere dou rey d’Ermenie, por le meschief en quoi il estoit et por le damage que les Turquemans li avoient fait en sa terre pues sa venue, qui li gasterent et arserent une partie de sa cité, qui a nom Layas [Ayas], et autres viles et casaus, li a mandé C hommes d’arme a chevalle, L freres bien en harneis, et L turcopleis63.

  • 64 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, II, 3e partie, appendice, p. 201-212 ; RRH, p. 380, n° 1457 ; Langloi (...)
  • 65 Sur les traités négociés entre les maîtres des ordres militaires et le sultan mamelouk Qalāwūn en 1 (...)
  • 66 Demurger 2002, p. 76-77. Le sultan et le maître du Temple disposaient d’informateurs dans le camp a (...)

42L’ordre du Temple fut à son tour sollicité quand le roi d’Arménie, privé temporairement du soutien mongol, chercha sans succès à obtenir une trêve du sultan Qalāwūn. Le commandeur templier de la province d’Arménie et surtout le maître de l’ordre, Guillaume de Beaujeu, parvinrent à convaincre le sultan d’accepter de signer un traité, le 6 juin 1285, qui accordait une paix d’une durée de dix ans, dix mois et dix heures au royaume arménien64. Les maîtres des ordres militaires, interlocuteurs « francs » privilégiés des sultans mamelouks, eu égard à leur position sociale, à leur force militaire et à leur connaissance du contexte politique proche-oriental (et souvent à leur compréhension des différents enjeux), étaient régulièrement sollicités par les souverains chrétiens affaiblis par les conquêtes pour négocier des trêves avec les Mamelouks. Ainsi, les Hospitaliers parvinrent à obtenir un accord à Acre le 3 mai 1281, les Templiers à Tortose, le 15 avril 1282, et les trois ordres à Acre, le 3 juin 128365. L’autorité morale, politique et militaire acquise par ces institutions constituait, pour Qalāwūn, un gage du respect à venir des traités conclus. Selon Alain Demurger, le renseignement était la contrepartie de l’octroi de tels accords66.

De sérieuses tentatives d’alliance militaire à l’initiative de Ġāzān Ḫān

43L’audacieux projet de réunir toutes les forces franques – et plus largement chrétiennes – et mongoles pour lutter contre les musulmans et les chasser de Terre sainte faillit se concrétiser à la toute fin du xiiie siècle, sous le règne de l’Ilkhan Ġāzān Ḫān.

44D’après Hetʿum l’Historien et plusieurs sources franques, l’invasion mamelouke de la Cilicie par le sultan mamelouk Ḥusām al-Dīn Lāǧīn et les gouverneurs des provinces de Syrie en 1298 fut l’événement déclencheur de la première expédition de Ġāzān en Syrie, pendant l’hiver 1299-1300 :

  • 67 Trad. d’Amadi, p. 234.

Le 4 octobre, Ghazan, le Grand Khan des Tartares, partit de son pays avec son armée, et avec lui le roi de Géorgie, pour se battre contre les Sarrasins ; c’est Hétʿoum, roi d’Arménie, qui l’avait persuadé de le faire67.

  • 68 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 132-133.
  • 69 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXIX, DA, vol. II, moy. fr., p. 191, chap. XL (...)
  • 70 Gestes des Chiprois, p. 845, 847 ; Guillaume de Nangis, I, p. 307-308 ; Amadi, p. 234 ; Bustron, p. (...)

45Il en est autrement selon les sources arabes, puisque d’après al-Maqrīzī ce serait des pillages commis par des Alépins dans la ville de Mārdīn qui auraient déclenché la colère de l’Ilkhan68. L’adoption de la foi musulmane par Ġāzān Ḫān ne modifia pas les rapports traditionnels des Mongols de Perse avec les princes chrétiens. C’est pourquoi les Hetʿumiens se rendirent régulièrement à la cour de l’Ilkhan et qu’ils lui demandèrent de l’aide lorsque les Mamelouks laissèrent une fois de plus leur royaume exsangue69. Ġāzān Ḫān semble avoir répondu à cet appel puisqu’en octobre 1299 il envahit la Syrie, accompagné de ses auxiliaires arméniens et géorgiens70.

  • 71 Amadi, p. 234; Bustron, p. 129-130; Acta Aragonensia, vol. III, p. 89-91, n° 41; Edbury 1991, p. 10 (...)

46L’idée d’une alliance franco-mongole, en germe depuis plusieurs décennies, avait fait son chemin dans l’esprit du dernier souverain franc d’Orient et de ceux d’Occident, du pape et des maîtres du Temple et de l’Hôpital. Il avait fallu la chute d’Acre et la perte totale de la Terre sainte pour que toutes les réticences disparaissent ; les maîtres des ordres militaires partageaient désormais la même approche de la situation que leurs frères vivant en Arménie et dans les anciens États d’Antioche et de Tripoli. Cependant, Ġāzān Ḫān ne prévint le roi de Chypre, les maîtres du Temple, de l’Hôpital et des Teutoniques de son expédition qu’en octobre puis en novembre 1299, par l’intermédiaire de deux ambassades successives, alors qu’il était déjà au Proche-Orient, en leur demandant de joindre leurs forces aux siennes, ce qui ne leur laissait pas assez de temps pour s’organiser71. En dépit de cela, les maîtres des ordres militaires et le roi de Chypre se rapprochèrent du roi d’Arménie, leur principal intermédiaire avec l’Ilkhan, afin de participer au projet de coalition avec les Mongols pour la reconquête du littoral syro-palestinien. Giacomo Bosio nous dit à propos du maître de l’Hôpital, Guillaume de Villaret :

  • 72 Bosio, p. 57.

Aïton Roy d’Armenie le manda […] soliciter de se preparer pour retourner en la terre Saincte, l’asseurant qu’il s’y trouveroit avec toutes ses forces, et que Cassan, Roy des Tartares son gendre s’y trouveroit72.

  • 73 Sur la reprise des forteresses conquises en 1298, voir Abū l-Fidā, Memoirs, p. 37 ; al-Mufaḍḍāl, vo (...)
  • 74 Sur les raisons supposées de ce désintérêt, voir Chevalier 2009a, p. 556-559.
  • 75 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 164 ; Guillaume de Nangis, vol. I, p. 307-308  (...)

47L’expédition de Ġāzān Ḫān permit aux Arméniens de recouvrer, à l’automne 1299, l’intégralité des châteaux conquis par les Égyptiens l’année précédente dans leur royaume, à l’exception de La Roche Guillaume73, le dernier siège de la commanderie templière d’Arménie74. Ġāzān Ḫān infligea une sévère défaite aux Mamelouks près de Homs, le 24 décembre 1299, et, en janvier 1300, les habitants de Damas lui apportèrent les clefs de leur cité. Plusieurs sources arméniennes, franques et arabes signalent la prise de Jérusalem par les troupes arméno-mongoles pendant cette campagne militaire75. Bosio extrapole sur les ordres militaires à partir de cet événement :

  • 76 Bosio, p. 57. Sur la diffusion de cette légende, voir Röhricht 1881, p. 649, et n. 76 ; Demurger 20 (...)

Cassan en suite de cete victoire reprit toutes les places de Syrie et Hierusalem, qu’il visita par devotion, et y laissa les Hospitaliers et Templiers76.

48Cette théorie est improbable étant donné les dévastations commises par la division mongole responsable de l’expédition sur Jérusalem :

  • 77 Al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 667.

Les Tatars poussèrent ensuite un raid contre Jérusalem […]. Ils massacrèrent les Musulmans et les Chrétiens77.

  • 78 Sur cette première expédition de Ġāzān Ḫān et la reconquête des Mamelouks après son départ, voir Ge (...)
  • 79 Gestes des Chiprois, p. 848-849; Marino Sanudo, p. 242; Amadi, p. 235-237; Bustron, p. 130-132; Sch (...)
  • 80 Acta Aragonensia, vol. I, p. 85-86, n° 60.

49Une telle attitude, si al-Mufaḍḍāl dit vrai, n’aurait pu être cautionnée par les frères des ordres militaires qui avaient pour mission de protéger les chrétiens, et qui, par conséquent, ne durent pas participer à cette entreprise. Après le départ de Ġāzān Ḫān pour la Perse, les Mamelouks parvinrent à reprendre tous leurs anciens territoires en mai de la même année78. De leur côté, les Francs menèrent quelques actions sur le littoral syro-palestinien ; le 20 juillet, le roi de Chypre, le maître du Temple et le grand commandeur de l’Hôpital, avec l’ambassadeur de Ġāzān Ḫān – le Pisan « Chiol » ou Iso –, armèrent une petite flotte et commirent des pillages en Égypte, avant de remonter le long de la côte syrienne jusqu’en Arménie et de rentrer en Chypre79. Dans une lettre du 2 juillet 1300, Roméo de Marimundo écrivait au roi d’Aragon Jacques II que des envoyés des Mongols, des rois d’Arménie et de Chypre ainsi que du maître du Temple étaient en route pour voir le pape ; ils voyageaient ensemble et se trouvaient pour l’heure en Apulie80.

50Après avoir eu connaissance de la reconquête des Mamelouks, Ġāzān Ḫān programma une nouvelle offensive pour l’hiver 1300-1301 et, cette fois, en informa suffisamment tôt les maîtres des ordres militaires et le roi de Chypre, en leur donnant rendez-vous en Arménie :

  • 81 Gestes des Chiprois, p. 849.

En se dit an vint en Chipre .I. mesage de par Cazan, roi des Tatars, quy dist que Cazan devet venir en sel yver, et voloit que le roy et tous les Frans alassent atendre sa venue en Ermenie81.

  • 82 Gestes des Chiprois, p. 849-850 ; Marino Sanudo, p. 241-242 ; Amadi, p. 237-238 ; Bustron, p. 132-1 (...)

51Les Hospitaliers, les Templiers et leurs maîtres, ainsi que 300 cavaliers chypriotes, placés sous le commandement d’Amaury de Tyr, le frère cadet de Henri II, partirent ensemble de Chypre au mois de novembre et se rendirent à Tortose (Ṭarṭūs) où ils attendirent les Mongols. Comme Ġāzān Ḫān n’arrivait pas, ils se replièrent dans l’îlot de Rouad (Arwād), en face de la ville de Tortose. L’armée mongole, commandée par le général Qutluġ-Šāh, apparut dans le nord de la Syrie en janvier 1301 avec 30 à 40 000 cavaliers ; elle vint chercher Hetʿum II et ses troupes dans la plaine d’Antioche. Cette campagne fut décevante pour les maîtres des ordres militaires et les Chypriotes qui avaient mobilisé toutes leurs forces, puisque les Mongols et leurs alliés chrétiens se contentèrent de piller les territoires qu’ils traversèrent pendant trois mois et ce jusqu’à la ville de Homs, avant de repartir, sans même avoir mené d’action conjointe avec le gros de l’armée franque82. En dépit de cela, il semblerait toutefois, d’après les propos de Hetʿum l’Historien, qu’une partie des Chypriotes et peut-être même des frères du Temple et de l’Hôpital aient pu les rejoindre :

  • 83 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLI, DA, vol. II, moy. fr., p. 198 (trad. Delu (...)

Quant l’esté fu passée e l’iver comença à venir, Casan assembla son ost sur la rive du flum Eufrates, e manda tout avant Cotolossa [Koutloushâh], o XXXm Tartars, e comanda que alassent vers la cité d’Antioche, e mandast por le roi d’Ermenie e por les Crestiens qui estoient en Chipre, e les preïst en sa compaignie83.

  • 84 Gestes des Chiprois, p. 850, 852 ; Amadi, p. 238-239 ; Bustron, p. 133 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 40 (...)
  • 85 Boniface VIII, vol. III, col. 184-185, n° 4199.
  • 86 Gestes des Chiprois, p. 852-853 ; Marino Sanudo, p. 242 ; Amadi, p. 238-239 ; Bustron, p. 133 ; Abū (...)

52Après le départ des Mongols, les Hospitaliers et les troupes d’Amaury regagnèrent Chypre, laissant la garde de Rouad au maréchal du Temple, Bartholomé de Quincy, et aux frères de l’ordre84. En novembre 1301, le pape concéda la totalité de l’île aux Templiers85, mais en 1302 les Mamelouks envoyèrent une vingtaine de navires à l’assaut de Rouad ; les Templiers, en nette infériorité numérique, durent se rendre aux Égyptiens après s’être battus avec acharnement et furent emmenés en captivité au Caire86.

  • 87 Al-Yūnīnī, trad. Li Guo, p. 192-198; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 40-75; al-Makrīzī, trad. Quatremère, (...)

53En septembre 1301, Ġāzān Ḫān envoya plusieurs ambassades au sultan mamelouk al-Nāṣir Muḥammad auxquelles ce dernier répondit en lui reprochant les exactions commises sur ses terres par les Mongols, avec l’aide « des chrétiens, des Géorgiens et des Arméniens87 ». Selon certaines sources chrétiennes, en 1303, l’Ilkhan Ġāzān Ḫān lança sa troisième offensive au Proche-Orient. Il rassembla une immense armée et s’avança en direction des rives de l’Euphrate où il fut rejoint par le roi d’Arménie. Cependant, ayant appris que le fils du Khan de Chaghataï avait profité de son absence pour envahir son Empire, Ġāzān Ḫān repartit et confia le commandement des 40 000 cavaliers qu’il laissait sur place à son général Qutluġ-Šāh, avec pour mission d’envahir la Syrie avec Hetʿum II. Les coalisés s’emparèrent de la cité de Homs et s’apprêtaient à assiéger Damas lorsque les habitants leur livrèrent leur ville. Pour Bosio, cet événement se fit avec l’aide des ordres militaires et des Chypriotes :

  • 88 Bosio, p. 58.

Apres cela se ioignant à luy les Hospitaliers et Templiers, et les troupes de Cypre, et allerent ensemble à Damas88.

  • 89 Sur la troisième expédition des Mongols, voir Guillaume de Nangis, vol. I, p. 335 ; Marino Sanudo, (...)
  • 90 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLIII, DA, vol. II, moy. fr., p. 204 (trad. De (...)
  • 91 Clément V, vol. III, p. 331-332, n° 3549; Acta Aragonensia, vol. II, p. 746-748, n° 464; Mutafian 1 (...)

54Qutluġ-Šāh décida ensuite, contre l’avis de Hetʿum II – et des Hospitaliers, selon Bosio – d’aller attaquer le sultan et ses troupes qui se trouvaient à une journée de là, mais il ne parvint pas à prendre le site fortifié où ils s’étaient retranchés. L’armée arméno-mongole fut piégée pendant la nuit par les habitants de Damas qui ouvrirent les vannes des canalisations de la région et inondèrent la plaine où leurs ennemis avaient établi leur campement ; nombreux furent noyés, de même que leurs montures, les armes furent endommagées ou perdues et ils durent fuir dans la plus grande débandade89. Hetʿum partit sur la lancée à Ninive, à la rencontre de Ġāzān Ḫān qui lui accorda 1 000 cavaliers mongols pour l’aider à défendre son pays90. La mort de l’Ilkhan l’année suivante sonna le glas des tentatives d’invasion de la Syrie et de la Palestine par les Mongols, et ce, malgré les ambassades envoyées par le successeur de Ġāzān Ḫān, son frère Öljeitü (1304-1316), auprès des rois de France et d’Angleterre ainsi que du pape Clément V entre 1305 et 1308 pour unir leurs forces contre les Mamelouks91.

  • 92 Al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 111.

55Lorsqu’en juillet 1305 le gouverneur d’Alep, Qara Sunqur, vint une nouvelle fois envahir la plaine cilicienne, Hetʿum II parvint à mobiliser 6 000 cavaliers, parmi lesquels les Mongols que lui avait confiés Ġāzān Ḫān, mais aussi, selon Abū al-Fidā et al-Mufaḍḍāl, des « Francs92 ». Il s’agissait ici peut-être de membres des ordres militaires, puisque ces historiens désignaient déjà les Templiers par le terme de « Francs » à propos de la prise de Rouad. Geffroy de Paris atteste d’ailleurs la présence des Hospitaliers à la bataille qui opposa le roi d’Arménie aux Alépins, dans sa Chronique métrique, rédigée à peine une dizaine d’années après les faits ; nous retranscrivons ici de courts extraits du passage concernant la victoire arménienne, lors de laquelle Hetʿum II « trouva que l’Hôpital fit ses preuves » :

  • 93 Geffroy de Paris, p. 154, vers 3297-3300, 3307-3308, 3315-3316.

Le roy de Tarse, le leal,
Son signe desploia royal
Sus paiens […]
De feu et d’armes lor fist guerre […]
I fu ocis et maint riche homme
Des paiens dont l’en ne set somme […]
Lors le roy de Tarse trouva
Que bien l’Ospital se prouva93.

56Une lettre du maître de l’Hôpital Foulques de Villaret, datée du 6 mars 1306, confirme la venue de son oncle, Guillaume de Villaret, alors lui-même maître de cet ordre, accompagné de cavaliers et de fantassins, à deux reprises en Arménie entre 1301 et 1305 :

  • 94 Acta Aragonensia, vol. III, p. 146, n° 65 ; Luttrell 1978, p. 123.

Avunculus noster veniendo citra mare […], eundo bis in Armeniam cum magna comitiva equitum et peditum et ibidem morando aliquo tempore94.

  • 95 Al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 112.
  • 96 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLIV, DA, vol. II, moy. fr., p. 204-206 (trad. (...)
  • 97 Marino Sanudo, p. 243 ; Gestes des Chiprois, p. 274-275 ; Amadi, p. 269-271 ; Bustron, p. 156-157 ; (...)
  • 98 Marino Sanudo, p. 243 ; Gestes des Chiprois, DA, II, p. 274-275 ; Amadi, p. 269-271 ; Bustron, p. 1 (...)

57L’armée du souverain arménien parvint à surprendre les Alépins à Ayās et à leur infliger une cuisante défaite car, d’après Hetʿum l’Historien, sur les 7 000 « Sarrasins » envoyés (10 000 dans l’Histoire d’al-Mufaḍḍāl95), il n’en resta plus que 30096. Ce fut probablement la dernière bataille menée par les frères des ordres aux côtés des Mongols puisque deux ans plus tard, le 17 novembre 1307, le jeune roi d’Arménie Lewon III et son régent, l’ancien roi Hetʿum II, furent assassinés par le général mongol Bilarġu après que Hetʿum eut refusé de lui céder la forteresse d’Anazarbe (ʿAyn Zarba)97. Il semblerait que le Mongol ait ainsi voulu se rendre maître du pays, mais les frères cadets de Hetʿum rassemblèrent toutes les forces dont ils disposaient, incluant des Chypriotes envoyés par Amaury de Tyr, et contraignirent Bilarġu à fuir98.

  • 99 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. IV, chap. XIX-XXIII, XXV-XXVII, DA, vol. II, moy. fr., p. (...)

58Pendant la deuxième moitié du xiiie siècle, le Proche-Orient fut le théâtre d’importants bouleversements, contraignant les membres des ordres religieux-militaires à s’adapter à la situation politique de chaque État sans pouvoir prétendre à un rôle décisif. L’alliance arméno-mongole déstabilisa certainement, dans un premier temps, les frères basés en Arménie cilicienne, étant donné les lettres alarmantes envoyées par leur hiérarchie en Occident ; néanmoins, au niveau local, les chevaliers et sergents des trois grands ordres durent se rallier à la politique choisie par les souverains. Les grandes offensives mameloukes, en représailles à l’appui militaire des Arméniens et Antiochiens aux Mongols, s’avérèrent désastreuses pour les marches teutonique et templière d’Arménie, lesquelles disparurent complètement dans les années 1290. Les Hospitaliers choisirent de combattre ouvertement aux côtés des Mongols et des Arméniens à partir de 1280, ils en payèrent eux aussi le prix. La perspective d’une alliance de grande envergure avec l’Ilkhan mongol Ġāzān Ḫān suscita l’espoir des frères des ordres religieux-militaires, des Chypriotes des Arméniens à la charnière des xiiie et xive siècles ; cependant, le manque de coordination entre les coalisés fit systématiquement perdre tous les bénéfices des conquêtes mongoles dans un délai de quelques mois à peine. Après la mort de Ġāzān Ḫān, il n’y avait plus d’espoir de reformation d’une grande coalition réunissant les Francs (dont les ordres militaires), les Arméniens et les Mongols. Cependant, certains auteurs de projets de croisade comme Hetʿum l’Historien, probablement Othon de Grandson et Philippe VI de Valois ne semblaient pas avoir pris acte de l’affaiblissement de l’alliance mongole et comptaient encore sur celle-ci dans les premières décennies du xive siècle pour tenter de « récupérer la Terre sainte99 ».

  • 100 Jean XXII, Lettres secrètes et curiales, II, fasc. 4, col. 198-207, n° 1571, col. 207-213, n° 1572  (...)

59Au contraire, le pouvoir mongol prit de plus en plus ses distances avec ses anciens vassaux chrétiens ; si l’attitude du général Bilarġu avait été, en 1307, un cas isolé, quinze ans plus tard, les Mongols devinrent ouvertement les ennemis du dernier État chrétien du continent asiatique en l’attaquant, au même titre que les Qaramanides, les Turcomans et les Mamelouks, en 1221. Le gouverneur mongol d’Anatolie, Tīmūrtāš, qui envahit alors le pays, aurait cyniquement annoncé aux Arméniens : « Je suis venu vous rendre visite en toute amitié », avant de causer d’importants dégâts pendant vingt-cinq jours100. Lors de ces invasions, le commandeur de l’Hôpital en Arménie, Maurice de Pagnac, combattit aux côtés des Arméniens, avec les frères de son ordre et un certain nombre de mercenaires engagés à ses frais.

Bibliographie

Sources
[Abū l-Fidā, Annales =] Abū l-Fidā, Résumé de l’Histoire des Annales, extraits et trad. fr. dans Recueil des historiens des croisades, Historiens orientaux, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1872-1906, I, p. 1-165.

[Abū l-Fidā, Autobiographie =] Abū l-Fidā, Autobiographie, extraite de sa chronique, éd. et trad. fr. dans Recueil des historiens des croisades, Historiens orientaux, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1872-1906, I, p. 166-186.

[Abū l-Fidā, Memoirs =] Abū l-Fidā, The Memoirs of a Syrian Prince, introduction, trad. angl. et notes, P. M. Holt, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1983.

[Abū Šāma =] Abū Šāma, Le Livre des Deux Jardins. Histoire des deux règnes, celui de Nour ed-Dîn et celui de Salah ed-Dîn, extraits et trad. fr. dans Recueil des historiens des croisades, Historiens orientaux, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1872-1906, IV, p. 3-522, et V, p. 3-149.

[Abū Šāma =] Abū Šāma, Extrait du livre intitulé “Complément des Deux Jardins”, dans Recueil des historiens des croisades, Historiens orientaux, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1872-1906, V, p. 151-206.

[Acta Aragonensia =] Acta Aragonensia. Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen, zur Kirchen und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II (1291-1327), éd. H. Finke, 3 vol., Berlin, Leipzig, Walther Rothschild, 1908-1922. Rééd. en 3 vol., Aalem, Scientia Verlag, 1966-1968.

[Amadi =] Amadi, Chroniques d’Amadi et de Strambaldi, éd. R. de Mas Latrie, 2 vol., I, Chronique d’Amadi, Paris, Imprimerie nationale (Collection des documents inédits sur l’Histoire de France), 1891.

[Annales de Terre sainte =] Annales de Terre sainte, éd. R. Röhricht et Gaston Raynaud, Archives de l’Orient latin, Société de l’Orient latin, Paris, Ernest Leroux, 1881-1884, II, Documents, Paris, Ernest Leroux, 1884, p. 427-461.

[Anonyme, Chronique (xviie siècle) =] Anonyme, Chronique (xviie siècle), éd. V.-A. Hakobyan, Chroniques mineures, t. I, Erevan, Publication de l’Académie des sciences d’Arménie, 1956, p. 52-261 (en arm.).

[Anonyme syriaque =] Anonymi auctoris chronicon ad A.C. 1234 pertinens II, trad. fr. A. Abouna et introduction, notes et index, J.-M. Fiey, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalum, 154, Louvain, 1974.

[Assises d’Antioche =] Assises d’Antioche, traduites en arménien par Sempad le Connétable, éd. et trad. fr. L. Alichan, Venise, Imprimerie arménienne médaillée, 1876.

[Bar Hebræus =] Bar Hebræus, The chronography of Gregory Abû’l Faradj, the son of Aaron, the Hebrew physician commonly known as Bar Hebræus being the first part of his political history of the world, trad. angl. A. Wallis, Budge, Oxford University Press, 1932.

[Bar Sauma =] Bar Sauma, « Histoire du patriarche Mar Jabalaha III et du moine Rabban Çauma », trad. fr. du syriaque J.-B. Chabot, Revue de l’Orient latin II, 1894, p. 73-142, 235-304, 566-640.

[Boniface VIII =] Les registres de Boniface VIII. Recueil des bulles de ce pape, publiées ou analysées d’après les manuscrits originaux des Archives du Vatican, éd. A. Thomas, M. Faucon et G. Digard, 3 t., Paris, de Boccard, 1904-1921.

[Bosio =] Bosio, Giacomo, Dell’istoria della sacra religione et illustrissima militia di San Giovani gierrosolimitano, 3 t. en 2 vol., Rome, 1594-1604. Trad. Histoire des chevaliers de Saint-Jean, 2 vol., Paris, 1629.

[Bustron =] Bustron, Chronique de l’île de Chypre par Florio Bustron, éd. R. de Mas Latrie, Mélanges historiques, Paris, Imprimerie nationale (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, V), 1896.

[Catalan rule of the Templars =] The Catalan rule of the Templars. A critical edition and English translation from Barcelona, éd. J. Upton-Ward, Archivo de la Corona de Aragón, Carta Reales, MS 3344, Woodbridge, The Boydell press, 2003.

[Cart. Hosp. =] Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), éd. J. Delaville le Roulx, 4 vol., Paris, Ernest Leroux, 1894-1906.

[Clément V =] Regestum Clementis Papae V, editum cura et studia monachorum Ordinis S. Benedicti, 9 t., Rome, Ex Typographia Vaticana, 1885-1888.

[Dardel =] Jean Dardel, Chronique d’Arménie, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, II, p. 1-109.

[« Deux projets de croisade » =] « Deux projets de croisade en Terre sainte composés à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle », éd. Ch. Köhler, Revue de l’Orient latin X, n° 3-4, 1905, p. 406-457.

[Estoire de Eracles =] L’Estoire de Eracles empereur et la conqueste de la terre d’Outremer, Recueil des historiens des croisades, Historiens occidentaux, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1844-1895, II.

[Forstreuter, Deutsche Orden =] Forstreuter, Kurt, Der deutsche Orden am Mittelmer : Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, Bd. 2, Verlag Wissenschaftliches Archiv, Bonn, 1967.

[Geffroy de Paris =] Chronique métrique attribuée à Geffroy de Paris, 1312-1316, éd. A. Diverrès, Paris, Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg 129, 1956.

[Gestes des Chiprois =] Les Gestes des Chiprois, dans Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, II, p. CCXIX-CCLXIV, p. 651-872.

[Grigor d’Akner =] Grigor d’Akner, The History of the Nation of the Archers by Grigor of Akancʿ hitherto ascribed to Malakʿia the Monk, éd. et trad. angl. P.R. Blake et Richard N. Frye, Harvard Journal of Asiatic Studies 12-3/4, Harvard, Yenching Institute, 1949, p. 269-293.

[Guillaume de Nangis =] Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis de 1113 à 1300 et de ses continuateurs de 1300 à 1368, éd. H. Géraud, 2 vol., Paris, Jules Renouard et Cie, 1843.

[Hetʿum II, Tables =] Hetʿum II, Tables chronologiques [faussement attribuées à Hetʿum de Korykos], dans Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, I, p. 471-490.

[Hetʿum II, Poème =] Hetʿum II, Poème de Hétʿoum II, Roi d’Arménie, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, I, p. 550-555.

[Hetʿum II, Annales =] Hetʿum II, Annales de Hétʿoum II, éd. V.-A. Hakobyan, Chroniques mineures, t. I, Erevan, Publication de l’académie des sciences d’Arménie, 1956, p. 74-101.

[Hetʿum l’Historien, Chronique =] Hetʿum l’Historien, Chronique de Hetʿoum l’Historien (XIIIe s.), éd. Hakobyan, V.-A., Chroniques Mineures, II, Erevan, Publication de l’académie des sciences d’Arménie, 1956, p. 33-93.

[Hetʿum l’Historien, Rovbinankʿ =] Hetʿum l’Historien, Histoire de l’azg des Rovbinankʿ, éd. V.-A. Hakobyan, Chroniques mineures, II, Erevan, Publication de l’académie des aciences d’Arménie, 1956, p. 100-105.

[Hetʿum l’Historien Flor des estoires, DA, II, moy. fr. =] Hayton, La flor des estoires des parties d’Orient, version originale en moyen français publiée dans Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, II, p. 113-254.

[Hetʿum l’Historien Flor des estoires, DA, II, lat. =] Hayton, Flos Historianum Terre Orientis, version latine publiée dans Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, II, p. 255-363.

[Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, trad. Deluz =] Hayton, La Fleur des histoires de la terre d’Orient, trad. du moyen français, présentation et notes Deluz, Christiane, dans Danielle Régnier-Bohler (dir.), Croisades et pèlerinages, récits, chroniques et voyages en Terre sainte, xiie-xvie  siècle, Paris, Robert Laffont, 1997.

[Histoire de la Géorgie =] Histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle, I, Histoire ancienne jusqu’en 1469, trad. du géorgien, éd. et notes M.-F. Brosset, Saint-Pétersbourg, Imprimerie de l’Académie impériale des Sciences, 1849.

Histoire littéraire de la France. Réimpr. Paris, H. Welter, 1895, puis Nendeln (Liechtenstein), Kraus Reprint, 1971.

[Historiæ Francorum =] Historiæ Francorum scriptores coaetani, éd. A. Duschesne, 5 vol., Paris, G. Cramoisy, 1636-1649.

[Ibn Bībī, Abrégé, trad. Massé =] « Le sultan seldjoukide Keykobad Ier et l’Arménie, documents persans traduits », éd. H. Massé, Revue des études arméniennes 9, fasc. 1, Paris, 1929, p. 113-129. (Extraits de l’abrégé anonyme de l’Histoire d’Ibn Bîbî).

[Ibn Bībī, trad. Duda =] Ibn Bībī, Die Seltschukengeschichte des Ibn Bībī, trad. all. H. W. Duda, Copenhague, Munksgaard, 1959.

[Ibn al-Furāt =] Ibn al-Furāt, Ayyubids, Mamlukes and Crusaders, selections from the Tārīkh al-Duwal wa’l-Mulūk of Ibn al-Furāt, éd. et trad. angl. U. Lyons, introduction historique et notes J. S. C. Riley-Smith, 2 vol.(vol. 1, texte arabe, vol.2 : traduction), Cambridge, W. Heffer and sons LTD, 1971.

[Ibn Šaddād, Description de la Syrie du Nord =] Ibn Šaddād, Description de la Syrie du Nord (al-Aʿlāq al-hatīra fī dikr umarā’ al-Šām wa l-Ǧazīra), trad. fr. et notes A.-M. Eddé-Terrasse, Damas, Publication de l’Institut français de Damas, 1984.

[Ibn al-Suqāʿī =] Ibn as-Suqāʿī, Tālī Kitāb Wafayāt al-aʿyān (Un fonctionnaire chrétien dans l’administration mamelouke), éd. et trad. fr. J. Sublet, Damas, Institut français de Damas, 1974.

[Ibn Taymiyya =] Ibn Taymiyya, Lettre à un roi croisé (al-Risâlat al-Qubrusiyya), trad. fr., introduction et notes, J. Michot, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia et Lyon, Tawhid, 1995.

[Ibn ʿAbd al-Zāhir =] Ibn ʿAbd al-Zāhir, Tašrīf al-Ayyām wa-al-ʿUsūr bi-Sīrat al-Sulṭān al-Malik al-Manṣūr (Honneur des jours et des âges, avec la vie du sultan al-Malik al-Mansoûr), extraits trad. en it. F. Gabrieli, Chroniques arabes des Croisades, trad. fr. de l’it. V. Pâques, Arles, Sindbad, Actes Sud, 1977, rééd. 1996 (1re éd. it., 1963), p. 335-342, 344-345, 352-361, 364-372.

[Jean XXII, Lettres secrètes et curiales =] Jean XXII (1316-1334), Lettres secrètes et curiales relatives à la France extraites des registres du Vatican, éd. A. Coulon et S. Clémencet, 3 t., 10 fasc., Paris, Fontemoing et Cie et de Boccard, 1906-1972.

[Ǧuvainī, Gengis Khan =] ʿAla-ad-Din ʿAta-Malik Juvaini, Gengis Khan. The History of the World-Conqueror, trad. angl. J. A. Boyle, Manchester, Manchester University Press – Unesco Publishing, 1958 (rééd. 1997).

[Kamāl al-Dīn =] « L’Histoire d’Alep de Kamāl-ad-Dīn, version française d’après le texte arabe », trad. fr. partielle É. Blochet, Revue de l’Orient Latin III, 1895, p. 509-565, IV, 1896, p. 145-225, V, 1897, p. 37-107, et, VI, 1898, p. 1-49.

[Kirakos, texte =] Kirakos de Gandzak, Histoire d’Arménie, éd. K. A. Mélikʿ-Ohandjanyan, Erevan, éditions de l’Académie des sciences d’Arménie, 1961 (en arménien).

[Kirakos, trad. Brosset =] Kirakos de Gandzak, Histoire d’Arménie, trad. fr. M.-F. Brosset, Deux historiens arméniens, Saint-Pétersbourg, Académie impériale des Sciences, 1870, p. 1-194.

[Kirakos, éd. Dulaurier =] Kirakos de Gandzak, Histoire d’Arménie, extrait éd. et trad. É. Dulaurier, dans Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, I, p. 413-430.

[Langlois, Trésor =] Langlois, Victor, Le Trésor des chartes d’Arménie ou Cartulaire de la chancellerie royale des Roupéniens, Venise, Typographie arménienne de Saint-Lazare, 1863.

[“Lettre des chrétiens” =] « Lettre des chrétiens de Terre sainte à Charles d’Anjou (22 avril 1260) », éd. H.-F. Delaborde, Revue de l’Orient latin II-2,1894, p. 206-215.

[Lignages =] Lignages d’Outremer, éd., introduction et notes M.-A. Nielen, Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 18, Paris, F. Paillart, 2003.

Ludolf de Sudheim, Descriptio Terræ Sanctæ, éd. G. A. Neumann, Archives de l’Orient latin, II, Documents, Paris, Ernest Leroux, 1884, p. 305-377.

[al-Makīn =] al-Makīn ibn al-ʿAmīd, Chronique des Ayyoubides (602-658/1205-6-1259-1260), trad. fr., introduction et notes A.-M. Eddé et F. Micheau, Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 16, Paris, F. Paillart, 1994.

[al-Makrīzī, trad. Blochet =] « Histoire d’Égypte de Makrîzî, traduction française accompagnée de notes historiques et géographiques », trad. fr. et notes E. Blochet, Revue de l’Orient latin VI, p. 435-489, VIII, p. 165-212, 501-553, IX, p. 6-163, 466-530, X, p. 218-371, XI, p. 192-260.

[al-Makrīzī, trad. Quatremère =] Taki-Eddin-Ahmed-Makrîzî, Histoire des sultans mamlouks de l’Égypte, trad. fr. et notes, M. Quatremère, 2 vol. (divisés chacun en 2 parties), Paris, Benjamin Duprat, 1845 (et trad. angl. R.J.C. Broodhurst, Boston, 1980).

[Marino Sanudo =] Marinus Sanutus dictus Torsellus Patricius Venetus, Liber secretorum : Gesta Dei per Francos, éd. J. Bongars, Hanovre, Typis Wechelianis, chez J. Aubry et fils, 1611, II, p. 1-281 ; repr. anastatique J. Prawer, Toronto-Jérusalem, Presses académiques de l’université de Toronto, Massada Press Limited, 1972.

[Matthieu Paris =] Mattha ei Parisiensis, monachi sancti Albani, Chronica majora, éd., H. R. Luard, 7 vol., Rerum Britannicarum medii a evi scriptores, 57, Londres, 1872-1883.

[Matthieu Paris, trad. Huillard-Bréholles =] La grande chronique d’Angleterre de Matthieu Paris, trad. fr. A. Huillard-Bréholles, 9 vol., Paris, 1840-1841, rééd., 13 vol., Clermont-Ferrand, Paleo, 2001-2005.

Matthieu de Westminster, Flores historiarum, éd. H. R. Luard, 3 t., Rerum Britannicarum medii a evi scriptores, 95, Londres, 1890.

Menko, Chronicon Werumensium, éd. L. Weiland, Monumenta Germania e Historica, Scriptores 23, Hanovre, éd. G. H. Pertz, 1874, p. 523-572 (réimpr. New York, Kraus Reprint, 1963).

[Michaud, Bibliothèque des croisades =] Michaud, Joseph-François, Bibliothèque des croisades, 4 vol., Paris, éd. A. J. Ducollet, 1829 (réimpr. New York, AMS Press, 1978).

[Al-Mufaḍḍal =] al-Mufaḍḍal, Histoire des sultans mamlouks, éd. et trad. fr. (jusqu’à l’année 1316) E. Blochet, Patrologie orientale, t. XII, p. 407-550, t. XIV, p. 375-672, et, t. XX, p. 17-267, Paris, 1919, 1920, 1929.

[Nersês Palients (en arm.) =] Nersês Palients, Fragments de chroniques (xive siècle), éd. V.-A. Hakobyan, Chroniques mineures, t. II, Erevan, 1956, p. 185-186 (en arménien).

[Richard, Au-delà de la Perse =] Richard, Jean, Au-delà de la Perse et de l’Arménie. L’Orient latin et la découverte de l’Asie intérieure. Quelques textes inégalement connus aux origines de l’alliance entre Francs et Mongols (1145-1262), Turnhout, Brepols, 2005.

[Rinaldi =] Annales ecclesiastici ab anno 1198 ubi desinit cardinalis Baronius, éd. O. Rinaldi, rééd. G. D. Mansi, 15 vol., Lucques, Imprimerie Leonardi Venturini, 1747-1756 (rééd. A. Theiner, 38 vol., Bar-le-Duc, Paris, 1864-1882).

Röhricht, Reinhold, Forschungen zur Deutschen Geschichte, Innsbruck, Libraria Academica Wagneriana, 1886.

[RRH =] Röhricht, Reinhold, Regesta Regni Hierosolymitani (MXCVII-MCCXI), Innsbruck, Libraria Academica Wagneriana, 1893 ; additamentum, Innsbruck, Libraria Academica Wagneriana, 1904.

[Cont. Samouêl d’Ani, Chronique =] Continuateur de Samouêl d’Ani, Chronique, éd. A. Ter Mikʿayêlian, Etchmiadzin, 1893 (en arménien).

[Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques =] Continuateur de Samouêl d’Ani, « Tables chronologiques », trad. fr. M.-F. Brosset, Collection d’historiens arméniens, t. II, Saint-Pétersbourg, imprimerie de l’Académie, 1876, p. 339-483.

[Sembat, trad. Langlois =] Extrait de la chronique de Sempad, suivi de celle de son continuateur, trad. fr., introduction et notes V. Langlois, Saint-Pétersbourg, Académie هmpériale des Sciences, 1862.

[Sembat, RHC, DA, I =] Sembat le Connétable, Chronique, éd. et trad. fr. du manuscrit d’Edjmiatzin, É. Dulaurier, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1869-1906, I, p. 610-673.

[Sembat, trad. Dédéyan =] La chronique attribuée au Connétable Smbat, introduction, trad. partielle du manuscrit de Venise, et notes, G. Dédéyan, Académie des inscriptions et belles-lettres, Documents relatifs à l’histoire des croisades, XIII, Paris, Librairie Paul Geuthner, 1980.

Simon de Saint-Quentin, Historia Tartarorum, extrait de trad. fr. J. Richard, Au-delà de la Perse et de l’Arménie. L’Orient latin et la découverte de l’Asie intérieure. Quelques textes inégalement connus aux origines de l’alliance entre Francs et Mongols (1145-1262), Turnhout, Brepols, 2005, p. 61-62, 102-103, 122-127, 132-134.

[Tabula e =] Tabula e Ordinis Theutonici ex tabulari regii berolinensis codice potissimum, éd. E. Strehlke, Berlin, Weidmannos, 1869, 2 e éd., préface et ajouts H. E. Mayer, Jérusalem, University Toronto Press, 1975.

[Villani =] Villani, Giovanni, Nuova Cronica, éd. G. Porta, 3 vol., Parme, Fondazione Pietro Bembo, Ugo Guanda Editore, 1991.

Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. Bénédictins de Douai, 1624, réimpr., Akademische Druck, Graz, 1964.

[Al-Yūnīnī, trad. Melkonian =] Die Jahre 1287-1291 in der Chronik al-Yūnīnīs, introduction, éd., trad. all. et commentaire, A. Melkonian, Fribourg, université de Fribourg, 1975.

[Al-Yūnīnī, trad. Li Guo = ] Early Mamluk Syrian Historiography. Al-Yūnīnī’s Dhayl Mir’āt al-zamān, trad. angl. Li Guo, 2 vol., Leyden, Boston, Cologne, Brill, 1998.

Études
Aigle, Denise, 2003 : « Les inscriptions de Baybars dans le Bilad al-Šam. Une expression de la légitimité du pouvoir », Studia Islamica 96, p. 87-115.

— 2006 : « La légitimité islamique des invasions de la Syrie par Ghazan Khan », Eurasien Studies VI/2, p. 5-29.

— 2007 : « The Mongol invasions of Bilād al-Shām by Ghāzān Khān and Ibn Taymiyya’s three ʿanti-Mongol’ fatwas », Mamluk Studies Review XI/2, p. 89-120.

— 2008 : « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur la diplomatie entre les Mongols et l’Occident latin » dans Aigle, Denise et Buresi, Pascal (dir.), Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin, Oriente moderno LXXXVI/1, p. 395-436 [volume thématique].

— 2009 : « La parole et l’écrit. Baybars et le califat abbaside au Caire », dans M.-F. Auzépy (éd.), Oralité et lien social au Moyen Âge (Occident, Byzance, Islam) : parole donnée, foi jurée, serment, Paris, Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance (Monographies 29), p. 123-136.

Alichan, Léonce, 1885, texte, 1899, trad., Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, description géographique et historique, et Léon le Magnifique, Venise, S. Lazare.

Amitai-Preiss, Reuven, 1990 : « In the afermath of ʿAyn Jalut : the beginning of the Mamluk-Ilkhanid cold war », al-Masaq 10, p. 1-21.

— 1992 : « ʿAyn Jalut revisited », Tarih 2, p. 119-150 ; réimp. dans The Mongols in the Islamic Lands. Studies in the History of the Ilkhanate, Aldershot, Ashgate Variorum. 2007.

— 1996 : Mongols and Mamluks. The Mamluk-Īlkhānid War, 1260-1281, Cambridge, Cambridge University Press.

Amitai, Reuven, 2002: « Whither the Ilkhanid army? Ghazan’s first campain into Syria », dans Di Cosmo, Nicola (éd.), Warfare in Inner Asian History (500-1800), Leyde, Brill, p. 221-264; réimp. dans The Mongols in the Islamic Lands. Studies in the History of the Ilkhanate, Ashgate, Variorum, 2007.

2004: « The Mongol occupation of Damascus in 1300: a study of Mamluk loyalties », dans Winter M. et Levanoni E. (éd.), The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, Leyde, Brill, 2004, p. 21-39; réimp. dans The Mongols in the Islamic Lands. Studies in the History of the Ilkhanate, Ashgate, Variorum, 2007.

Barber, Malcolm, 1972 : « James of Molay, the Last Grand Master of the Order of the Temple », Studia Monastica 14, p. 91-124.

1994 : The new knighthood : a history of the Order of the Temple, Cambridge, Cambridge University Press.

Bériou, Nicole et Josserand, Philippe, 2009 : Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Fayard.

Bogdan, Henry, 2002 (rééd.) : Les chevaliers teutoniques, Paris, Perrin (1re éd., 1995).

Cahen, Claude, 1940 : La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

1988 : La Turquie pré-ottomane, Istanbul, Paris, Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul.

Canard, Marius, 1967 : « Le royaume d’Arménie-Cilicie et les Mamelouks jusqu’au traité de 1285 », Revue des études arméniennes, nouvelle série 4, p. 217-259.

Chevalier, Marie-Anna, 2009a : Les ordres religieux-militaires en Arménie cilicienne. Templiers, hospitaliers, teutoniques et Arméniens à l’époque des croisades, Paris, Paul Geuthner (Collection Orient chrétien médiéval).

2009b : « La Roche Guillaume », dans Bériou, Nicole et Josserand, Philippe (éd.), Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Librairie Arthème Fayard, p. 799.

Claverie, Pierre-Vincent, 2005 : L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre au xiiie siècle (Sources et études de l’histoire de Chypre, 53), 3 t., Nicosie, Centre de recherche scientifique de Chypre.

Coureas, Nicholas, 1997 : The Latin Church in Cyprus, 1195-1312, Aldershot, Ashgate.

Delaville Le Roulx, Joseph, 1883 : Les Archives, la bibliothèque et le trésor de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Malte, 1re série, Paris, Ernest Thorin (BEFAR).

1895 : « Inventaire des pièces de Terre sainte de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », Revue de l’Orient latin 3, p. 36-106.

Demurger, Alain, 1991 : « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre Sainte », dans Balard, Michel (dir.), Le combattant au Moyen Âge (Actes du XVIIIe congrès de la SHMESP, Montpellier, 1987), Saint-Herblain, S.H.M.E.S. et Cid éditions, p. 77-96. Rééd. Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

2002 : Jacques de Molay, Le crépuscule des Templiers, Paris, Payot.

2005 (rééd.) : Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil.

2006 : « Between Barcelona and Cyprus : The Travels of Berenguer of Cardona, Templar Master of Aragon and Catalonia (1300-1) », dans Nicholson, Helen et Burgtorf, Jochen (dir.), International Mobility in the Military Orders (Twelfth to Fifteenth Centuries), Travelling on Christ’s Business, Cardiff, University of Wales Press, p. 65-74.

Der Nersessian, Sirarpie, 1962 : « The Kingdom of Cilician Armenia », dans Setton, K. M. (éd.), History of the Crusades, t. II, The later Crusades 1189-1311, University of Pennsylvania Press, chap. XVIII, p. 630-659.

Deschamps, Paul, 1973 : Les châteaux des croisés en Terre sainte, t. III, La défense du comté de Tripoli et de la principauté d’Antioche. Étude historique, géographique, toponymique et monumentale, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

Edbury, Peter, 1991 : The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374, Cambridge, New York, Melbourne, Cambridge University Press.

1994 : « The Templars in Cyprus », dans Barber, Malcolm (éd.), The Military Order : Fighting for the Faith and Caring for the Sick, Aldershot, Variorum, p. 189-195.

Eddé, Anne-Marie, 1999 : La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-658/1260), Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Freiburger Islamstudien, XXI).

Forey, Alan, 1992 : The Military Orders. From the Twelfth to the Early Fourteenth Centuries, Hong Kong, Macmillan Education LTD.

Grousset, René, 2004 (rééd.) : L’Empire des steppes. Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris, Bibliothèque historique Payot (1re éd., 1965).

Holt, Peter, 1995 : Early Mamluk Diplomacy (1260-1290) : Treaties of Baybars and Qalāwūn with Christian Rulers, Leyde, New York, Cologne, Brill (Islamic History and Civilization. Studies and Texts, 12).

Humphreys, R.-Stephen, 1977 : From Saladin to the Mongols. The Ayyubids of Damascus. 1193-1260, New York, State University of New York Press.

Irwin, Robert, 1986 : The Middle East in the Middle Ages, the early Mamluk sultanate, 1250-1382, Londres-Sydney, Croom Helm.

Jackson, Peter, 1980 : « The Crisis in the Holy Land in 1260 », English Historical Review 95, p. 481-513.

Luisetto, Frédéric, 2007 : Arméniens et autres chrétiens d’Orient sous la domination mongole. L’Ilkhanat de Ghâzân, 1295-1304, Paris, Paul Geuthner (Collection Orient chrétien médiéval).

Luttrell, Anthony, 1978 : « The Hospitallers’ interventions in Cilician Armenia : 1291-1375 », dans Boase, Thomas S. R. (éd.), The Cilician Kingdom of Armenia, Edimbourg, Londres, Scottish Academic Press, p. 118-144.

Mas Latrie, Louis de, 1894 : « Les patriarches latins d’Antioche », Revue de l’Orient Latin 2-2, p. 192-205.

Morgan, David O., 1985 : « The Mongols in Syria. 1260-1300 », dans Edbury, Peter (éd.), Crusade and Settlement, Cardiff, University College Cardiff Press, p. 231-235.

Mutafian, Claude, 1996 : « Le siècle mongol (1220-1320), planche de salut ou coup de grâce ? », dans Kévorkian, Raymond H. (dir.), Arménie entre Orient et Occident, 3000 ans de civilisation, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 174-183.

Northrup Linda S., 1998 : From Slave to Sultan. The Career of al-Mansur Qalawun and the Consolidation of Mamluk Rule in Egypt and Syria (678-689 A.H./1279-1290 A.D.), Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Rey, Emmanuel-Guillaume, 1883 : Les colonies franques de Syrie aux xie et xiie siècles, Paris, Picard.

1900-1901 : « Les dignitaires de la principauté d’Antioche : grands-officiers et patriarches (xie-xiiie siècle) », Revue de l’Orient latin VIII, p. 116-157.

Richard, Jean, 1969 : « The Mongols and the Franks », Journal of Asian History 3-1, p. 45-57. Réimpr. Orient et Occident au Moyen Âge : contacts et relations (xiie-xve s.), Londres, Variorum Reprints, 1976.

Richard, Jean, 1973 : « Ultimatums mongols et lettres apocryphes : l’Occident et les motifs de guerre des Tartares », Central Asiatic Journal 17, p. 212-222. Réimpr. Orient et Occident au Moyen Âge : contacts et relations (xiie-xve s.), Londres, Variorum Reprints, 1976.

1983 : Saint Louis, roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, Fayard.

1986 : « La lettre du connétable Smbat et les rapports entre chrétiens et mongols au milieu du xiiie siècle », dans Kouymjian, Dickran (éd.), Armenian studies in Memoriam Haïg Berbérian, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, p. 683-696.

1996 : Histoire des croisades, Paris, Fayard.

1997 : « D’Älǧigidäi à Ġazan : la continuité d’une politique franque chez les Mongols d’Iran », dans Aigle, Denise (dir.), L’Iran face à la domination mongole, Téhéran, Institut français de recherche en Iran, (Bibliothèque iranienne, 45), p. 57-69.

Röhricht, Reinhold, 1881 : « Les batailles de Hims (1281 et 1299) », Archives de l’Orient latin, I, Paris, Ernest Leroux, p. 633-652.

Runciman, Steven, 2006 (rééd.) : Histoire des Croisades, trad. de l’angl. Canal, Denis-Armand et Guillaume Villeneuve, Paris, Tallandier (1re éd., 1951 : A History of the Crusades, Cambridge, Cambridge University Press).

Samaran, Charles, 1981 : « Projets français de croisades de Philippe le Bel à Philippe de Valois », dans Histoire littéraire de la France, t. XLI, Paris, Imprimerie nationale, p. 33-74.

Saunders, John Joseph, 2001 : The History of the Mongols Conquests, Philadelphie, PENN-University of Pennsylvania Press.

Schein, Sylvia, 1979 : « Gesta Dei per Mongolos. 1300. The Genesis of a Non-Event », English Historical Review 94, p. 805-819.

Stewart, Angus Donal, 2001 : The Armenian Kingdom and the Mamluks. War and Diplomacy during the Reigns of Hétʿum II (1289-1307), Leyde, Boston, Cologne, Brill.

Thorau, Peter, 1985 : « The Battle of ʿAyn Jalut : a re-examination », dans Edbury, Peter W. (éd.), Crusade and Settlement : Papers Read at the First Conference of the Society for the Study of the Crusades and the Latin East and Presented to R.C. Smail, Cardiff, p. 236-241.

1987, trad. angl. 1992 : Sultan Baibars I. von Ägypten, Wiesbaden, Reichert ; trad. angl., The Lion of Egypt. Sultan Baybars I and the Near East in the Thirteenth Century, Londres, New York.

Notes

* Dans cet article, nous utilisons principalement les sources chrétiennes ainsi que quelques sources arabes traduites. Je remercie Denise Aigle de m’avoir donné des indications bibliographiques et pour avoir établi toutes les translittérations de l’arabe.

1 Kirakos, texte, p. 201-202, trad. Brosset, p. 100 [les abréviations des sources sont données dans la bibliographie].

2 Kirakos, texte, p. 190 (voir aussi trad. Brosset, p. 94 ; éd. Dulaurier, p. 429-430). Sur ce sujet, voir aussi Grigor d’Akner, p. 290-295 ; Histoire de la Géorgie, p. 492-494 ; Guillaume de Nangis, p. 166, 306-308.

3 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 123-138, 141-142, 150-168, 171-173, 426-459; Kamāl al-Din, vol. V, p. 70, 77-79; al-Makrīzī, trad. Blochet, vol. X, p. 254-258, 259; al-Makīn, p. 40-41, 44-45; Ibn Bībī, trad. Duda, p. 178-182, Abrégé, trad. Massé, p. 123-124, 126 ; Kirakos, texte, p. 224-230 (trad. Brosset, p. 112-114) ; Anonyme syriaque, p. 172-174, 175-177 ; Bar Hebræus, p. 390, 396 ; Histoire de la Géorgie, p. 491-492, 496-511 ; Richard 1995, p. 34-39, 45-48, 55-56 (extrait trad. de la Relatio de Davide), p. 61-62, 102-103 (extrait trad. de l’Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin) ; Grousset 2004 (rééd.), p. 296-306, 324-326 ; Saunders 2001, p. 77-78 ; Mutafian 1996, p. 175-176.

4 Kirakos, texte, p. 231-270 (trad. Brosset, p. 114-134) ; Grigor d’Akner, p. 294-297, 302-313 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. IX, DA, vol. II, moy. fr., p. 156 (trad. Deluz, p. 831) ; Histoire de la Géorgie, p. 510-511 ; Guillaume de Nangis, p. 195-196 ; Richard 1995, p. 59-60, 62-63, 107 (extrait trad. de l’Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin) ; Grousset 2004 (rééd.), p. 326-327 ; Amitai-Preiss 1996, p. 8-9 ; Mutafian 1996, p. 176.

5 Ǧuvaynī, Gengis Khan, chap. XXXIV, p. 239-244 ; Ibn Bībī, éd. Duda, p. 224-230 ; Kirakos, texte, p. 278-288 (trad. Brosset, p. 138-143) ; Continuateur Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 473 (ci-après, Continuateur = Cont.) ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XI-XII, DA, vol. II, p. 158-159 (trad. Deluz, p. 832-833) ; Bar Hebræus, p. 406-408 ; Guillaume de Nangis, p. 195-196 ; Richard 1995, p. 122-127, 133-134 (extrait trad. de l’Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin) ; Alichan 1885, texte, p. 73, 84 –1899, trad., p. 88 ; Grousset 2004 (rééd.), p. 328, 333-334 ; Cahen 1988, p. 90-97 ; Amitai-Preiss 1996, p. 9 ; Saunders 2001, p. 79, 93 ; Mutafian 1996, p. 176.

6 Extrait trad. de la Chronica majora (vol. IV, p. 389-390), dans Richard 1995, p. 63-64.

7 Matthieu Paris, vol. IV, p. 547, cité dans Richard 1995, p. 64, 170-171.

8 Malgré certaines hypothèses contradictoires sur la localisation de La Roche Roissol et La Roche Guillaume, il apparaît, d’après les lettres pontificales, et après un recoupement des informations données sur la localisation et sur certaines caractéristiques de ces forteresses dans plusieurs sources franques et arabes, que le château de La Roche Roissol semble pouvoir être situé au niveau de la ville actuelle de Çalan. Voir Deschamps 1973, p. 131-133, 363-365 ; Chevalier 2009a, p. 131-136 – 2009b, p. 799.

9 Chevalier 2009, passim. Nous renvoyons ici le lecteur à la carte de Riley-Smith et d’Agostino intitulée : « Les ordres militaires dans les États latins d’Orient (1197-1291) » qui montre l’ensemble des possessions des ordres avec une très grande clarté (dans Bériou et Josserand 2009).

10 Historia e Francorum, vol. V, p. 272 ; Histoire littéraire de la France, vol. XV, p. 97-99, vol. XXI, p. 794-795 ; Röhricht, Forschungen zur Deutschen Geschichte, p. 102, n° 15 ; analyses dans RRH, p. 328, n° 1251 et dans Claverie, Ordre du Temple, vol. III, p. 531-532, n° 600.

11 Tabula e, p. 98-103, n° 116 ; Cart. Hosp., vol. II, p. 859-863, n° 2902.

12 Voir aussi la lettre envoyée par les trois maîtres, Thomas Bérard, Hugues Revel et Hanno de Sangerhausen, ainsi que par le légat du pape le 4 avril 1263 au roi d’Angleterre, Henri III, concernant la menace mongole, analysée dans Tabula e, p. 115, n° 124 ; Cart. Hosp., vol. III, p. 69, n° 3059 ; Histoire littéraire de la France, vol. XXI, p. 804-805 ; RRH, p. 346-347, n° 1325. Sur ce sujet, voir également « Lettre des chrétiens », p. 206-215.

13 Guillaume de Nangis, p. 221-222.

14 Menko, Chronicon Werumensium, vol. XXIII, p. 547-549 ; Matthieu de Westminster, Flores historiarum, vol. II, p. 451-452 ; Michaud, Bibliothèque des croisades, vol. III, p. 337 ; Histoire littéraire de la France, XXI, p. 727 ; « Lettre des chrétiens », p. 206-215 ; RRH, p. 337, n° 1288, p. 337-338, n° 1290, p. 340, n° 1299, additamentum, p. 83, n° 1291a ; Richard 1995, p. 171-173 ; Mas Latrie 1894, p. 197-198 ; Rey 1900-1901, p. 143-144, 148-149 ; Cahen 1940, p. 685 ; Jackson 1980, p. 494-495 ; Barber 1994, p. 156, 157.

15 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 103-104 ; et, Amitai 1996, p. 36.

16 Al-Maqrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 103-104.

17 Voir Chevalier 2009, p. 518-519.

18 Gestes des Chiprois, p. 843 ; Kirakos, texte, p. 387-389 (trad. Brosset, p. 189-190) ; Grigor d’Akner, p. 348-349 ; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 18-19 ; Hetʿum II, Annales, p. 82 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXV, DA, II, p. 175 (trad. Deluz, p. 841) ; Ibn al-Suqāʿī, p. 67, notice 79 ; Ibn al-Furāt, p. 41-42 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 104-108 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 380-381 (introduction) ; Grousset 2004 (rééd.), p. 437-439 ; Cahen 1940, p. 710-711 ; Mutafian 1996, p. 180. Sur cette bataille, voir les études de Thorau 1985, p. 236-241 ; Amitai 1990, p. 1-21 – 1992, réimpr. 2007, p. 119-150 1996, p. 26-45.

19 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXVI, DA, II, p. 175 (trad. Deluz, p. 841) ; Histoire de la Géorgie, p. 569, n. 6-570 ; Mutafian 1996, p. 180.

20 Sur le règne de Baybars, l’organisation de son pouvoir et ses conquêtes, voir Thorau 1987, trad. angl. 1992 ; Aigle 2003, p. 87-115 – 2009, p. 123-136.

21 Grigor d’Akner, p. 312-315 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XVI, DA, II, p. 164 (trad. Deluz, p. 835) – Chronique, p. 67 ; Hetʿum II, Annales, p. 81 ; Amitai 1996, p. 25 ; Richard 1995, p. 132 (extrait trad. de l’Historia Tartarorum de Simon de Saint-Quentin).

22 Hetʿum Ier et son épouse Zapēl ont concédé le château de Hārūnīyā et son territoire à l’ordre teutonique le 22 janvier 1236 ; voir Langlois, Trésor, p. 141-143 ; Tabulae, p. 65-66, n° 83 ; Forstreuter, Deutsche Orden, p. 235-236.

23 Matthieu Paris, trad. Huillard-Bréholles, vol. VIII, p. 191, 201, 233-234 ; Gestes des Chiprois, p. 740 ; Amadi, p. 197 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 75 (en arm.) ; Demurger 1991, p. 80 ; Richard 1996, p. 340-341 ; Runciman 2006 (rééd.), p. 850-851.

24 D’après la Chronique de Melrose, citée dans Richard 1995, p. 63, n. 14.

25 Kirakos, texte, p. 317 (trad. Brosset, p. 157-158).

26 Grigor d’Akner, p. 314-315.

27 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 249-250.

28 Voir l’étude consacrée à cette lettre par Richard 1986, p. 683-696 (pour ce qui concerne sa datation, voir p. 683-684). Sur ce sujet, voir aussi Vincent de Beauvais, Speculum historiale, l. XXXI, c. 92 ; Guillaume de Nangis, p. 360-362 ; Assises d’Antioche, p. 90-91 ; RRH, p. 304-305, n° 1155 ; Richard 1995, p. 165-170.

29 Richard 1986, p. 685, 688-692 – 1995, p. 166.

30 Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 257.

31 Lettre d’Eudes de Châteauroux, reproduite en partie par Vincent de Beauvais, trad. en français par Matthieu Paris et citée dans Richard 1995, p. 160-162. Voir aussi Vincent de Beauvais, Speculum historiale, l. XXXI, c. 91 ; Guillaume de Nangis, p. 358-360 ; Matthieu Paris, vol. VI, p. 163-165 ; Rinaldi, ann. 1248, § 34-36 ; RRH, p. 315, n° 1195 ; Richard 1969, p. 49-52 – 1973 – 1997, p. 60-63 ; Aigle 2005, p. 147-152 – 2008, p. 414-417. 

32 Grigor d’Akner, p. 314-315, chap. X, p. 324-327 ; Kirakos, texte, p. 361-365, 367 (trad. Brosset, p. 175-176, 178) ; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 18 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 69 ; Hetʿum II, Annales, p. 81 ; Annales de Terre sainte, p. 445 B ; Marino Sanudo, p. 236-237 ; Amadi, p. 202 ; Dardel, p. 11-12 ; Villani, p. 53 v-54 r ; RRH, p. 319, n° 1211 ; Cahen 1940, p. 700-701 ; Grousset 2004 (rééd.), p. 348-349 ; Amitai 1996, p. 21 ; Mutafian 1996, p. 178

33 Voir Chevalier 2009, p. 476-479.

34 Hétʿum II, Annales, p. 81 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 69 – Rovbinankʿ, p. 105 ; Lignages, p. 139 ; Bosio, p. 42 ; Richard 1983, p. 250.

35 Cahen 1940, p. 702-703 ; Amitai 1996, p. 24.

36 Voir supra. Sur cette bataille, voir aussi Kirakos, texte, p. 373-377 (trad. Brosset, p. 182-183) ; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 18 ; Hetʿum II, Annales, p. 82 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 69 – Flor des estoires, l. III, chap. XVIII, DA, II, moy. fr., p. 167-168 (trad. Deluz, p. 837).

37 Ludolf de Sudheim, Descriptio Terrae Sanctae, p. 373 ; Gestes des Chiprois, p. 842-843 ; Marino Sanudo, p. 237-238 ; Annales de Terre sainte, p. 448 A-B, p. 449 B ; Kirakos, texte, p. 376-387 (trad. Brosset, p. 183-189) ; Grigor d’Akner, p. 332-335 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XIX, DA, vol. II, moy. fr., p. 168-170 (trad. Deluz, p. 837-838) ; Hetʿum II, Annales, p. 82 – Tables, p. 486 ; Ǧuvaynī, Gengis Khan, p. 607 ; Amitai 1996, p. 23.

38 Ibn al-Furāt, p. 41 ; Kirakos, texte, p. 387-389 (trad. Brosset, p. 189) ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XX-XXII, DA, II, p. 170-172 (trad. Deluz, p. 838-839) ; Hetʿum II, Annales, p. 82 – Tables, p. 486 ; Grigor d’Akner, p. 348-349 ; Annales de Terre sainte, p. 449 A-B ; Gestes des Chiprois, p. 843 ; Marino Sanudo, p. 221, 238 ; Röhricht 1881, p. 636 ; Grousset 2004 (rééd.), 432-437 ; Richard 1969, p. 52-53 ; Mutafian 1996, p. 180. Il faut souligner que ce n’est pas Hülegü qui prit Damas, mais son grand émir mongol Kitbuġa.

39 Grigor d’Akner, p. 348-349 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XX, DA, vol. II, p. 171 (trad. Deluz, p. 839).

40 Delaville Le Roulx 1883, p. 196, n° 89 – 1895, p. 95, n° 314 ; Cart. Hosp., vol. II, p. 868, n° 2917 ; analyse dans RRH, p. 335, n° 1284.

41 Annales de Terre sainte, p. 450 B ; Amadi, p. 206 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 71 ; Ibn al-Furāt, p. 50 ; Abū Šāma, vol. V, p. 204 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 1re partie, p. 236; Canard 1967, p. 222-223; Stewart 2001, p. 47; Cahen 1940, p. 712; Demurger 2002, p. 57.

42 Grigor d’Akner, p. 356-359 ; Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 473 ; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 19 ; Sembat, trad. Dédéyan, p. 115-118, 122 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 73-74 – Flor des estoires, l. III, chap. XIX, DA, vol. II, p. 177 (trad. Deluz, p. 842) ; Hetʿum I, Poème de Hétʿoum II, Roi d’Arménie, in RHC, DA, I, p. 551-552 – Annales, p. 83 – Tables, p. 486 ; Lignages, p. 139 ; Estoire de Eracles, p. 457 ; Gestes des Chiprois, p. 766, 772 ; Annales de Terre sainte, p. 452 A-B, p. 453 B ; Dardel, p. 12 ; Marino Sanudo, p. 222-223 ; Amadi, p. 208, 210 ; Bustron, p. 111-113 ; Bosio, p. 46-47 ; Bar Hebræus, p. 446, 448 ; Abū l-Fidā, Annales, p. 151 ; Ibn al-Furāt, p. 99 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 29-31, 34-36, 68 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 490-494. Voir aussi Amitai 1996, p. 116-118, 203-204.

43 Alichan 1885, texte, p. 209 – 1899, trad., p. 239 ; RHC, DA, vol. II, p. 840, note d ; Forstreuter, Deutsche Orden, p. 236-237.

44 Gestes des Chiprois, p. 771-772 ; Estoire de Eracles, p. 457 ; Marino Sanudo, p. 223 ; Bustron, p. 113 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 74 ; Grigor d’Akner, p. 370-371 ; Bar Hebræus, p. 448 ; Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, p. 335-342 ; Abū l-Fidā, Annales, p. 152 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 52-54 ; Ibn al-Furāt, p. 121-126 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 508-514 ; RRH, p. 355, n° 1358 ; Amitai 1996, p. 123.

45 Analyse dans Cart. Hosp., vol. III, p. 158, n° 3260.

46 Analyse dans ibid., vol. III, p. 291-293, n° 3308.

47 Catalan rule of the Templars, p. 81-87, n° 180; Cart. Hosp., vol. IV, p. 291-293, n° 3308 ; Gestes des Chiprois, p. 772 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 74 ; Estoire de Eracles, p. 457 ; Marino Sanudo, p. 223 ; Amadi, p. 210 ; Bustron, p. 113 ; Ibn al-Furāt, p. 127 ; Abū l-Fidā, Annales, p. 152 ; Ibn Šaddād, Description de la Syrie du Nord, p. 266-267 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 14 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 56.

48 Voir Demurger 2002, p. 46, 58 ; Chevalier 2009, p. 530-532.

49 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXI, DA, vol. II, p. 181-182 (trad. Deluz, p. 844) ; Bosio, p. 48 ; Grousset 2004 (rééd.), p. 405-407, 444-445 ; Mutafian 1996, p. 181 ; Richard 1997, p. 62-63.

50 Cart. Hosp., vol. III, p. 330-331, n° 3584 ; Estoire de Eracles, p. 460-462 ; Annales de Terre sainte, p. 454 A, 455 A-B ; Gestes des Chiprois, p. 777-779 ; Marino Sanudo, p. 224 ; Amadi, p. 212 ; Bosio, p. 47 ; Sembat, trad. Dédéyan, p. 124; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 75-76; Bar Hebræus, p. 449; Ibn al-Furāt, p. 130-131; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 527-528, 545-548 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 86-87, 100-103 ; Grousset 2004 (rééd.), p. 445 ; Cahen 1940, p. 719-720 ; Amitai 1996, p. 98-99 ; Richard 1997, p. 63 ; Demurger 2002, p. 59.

51 Estoire de Eracles, p. 460 ; Gestes des Chiprois, p. 777-778 ; Annales de Terre sainte, p. 454 A, p. 455 B ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 75 ; Hetʿum II, Annales, p. 83 ; Marino Sanudo, p. 224 ; Amadi, p. 212 ; Bustron, p. 114-115 ; Bosio, p. 47 ; Ibn al-Furāt, p. 139-141, 143-149, 191-192 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xii, p. 532 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 84 ; Bogdan 2002 (rééd.), p. 66 ; Demurger 2002, p. 58-59.

52 Bar Hebræus, p. 454.

53 Cart. Hosp., III, p. 330-331, n° 3584.

54 Cart. Hosp., III, p. 330-331, n° 3584; Vahram Raboun, trad. Bedrosian, p. 22; Bar Hebræus, p. 454; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. I, 2e partie, p. 127. Sur les détails de cette nouvelle invasion de la Cilicie par les Mamelouks, voir Amitai 1996, p. 133-136.

55 Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. 786 ; Marino Sanudo, p. 228-229 ; Con. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 475 ; Bar Hebræus, p. 463 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 483- 484 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 25-26 ; Röhricht 1881, p. 638 ; Amitai 1996, p. 183-185.

56 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 27. Voir aussi Gestes des Chiprois, p. 784 ; Cahen 1940, p. 720 ; Luttrell 1978, p. 119 ; Demurger 2002, p. 74-75.

57 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 26-27. Sur les entreprises militaires de Qalāwūn, voir Northrup 1998.

58 Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. 786 ; Bosio, p. 50 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 77 ; Bar Hebræus, p. 463 ; al-Mufaḍḍāl, 14, p. 484-485 ; Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 27 ; Cahen 1940, p. 720.

59 Annales de Terre sainte, p. 458 A ; Gestes des Chiprois, p. 791-792 ; Hetʿum l’Historien, Chronique, p. 78 ; Hetʿum II, Annales, p. 85 ; Amadi, p. 216 ; Bustron, p. 116-117 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 12 – Annales, p. 161 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3ème partie, p. 80 ; Demurger 2002, p. 75.

60 Cart. Hosp., III, p. 417-418, n° 3766 ; Gestes des Chiprois, p. 786-787 ; Bosio, p. 50 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXII, DA, vol. II, p. 182-184 (trad. Deluz, p. 844-845) ; Bar Hebræus, p. 464 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 33-36.

61 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782.

62 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782 ; Annales de Terre sainte, p. 457 A ; Gestes des Chiprois, p. 786-787, 844 ; Bosio, p. 50 ; ContSamouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 475 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXII, DA, II, p. 182-184, trad. Deluz, p. 844-845 – Chronique, p. 77 ; Hetʿum II, Annales, p. 84-85 – Tables, p. 486 ; Bar Hebræus, p. 464-465 ; Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 3e partie, p. 36-39, 41-42 ; Villani, p. 82r-82v ; Röhricht 1881, p. 638-641 ; Canard 1967, p. 244-246 ; Grousset 2004 (rééd.), p. 445-446 ; Amitai 1996, p. 187-201 ; Stewart 2001, p. 53-55.

63 Cart. Hosp., III, p. 424-428, n° 3782.

64 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, II, 3e partie, appendice, p. 201-212 ; RRH, p. 380, n° 1457 ; Langlois, Trésor, p. 80, 217-231 ; Rey 1883, p. 115 ; Canard 1967, p. 247-259 ; Holt 1995, p. 21-22, 92-105 ; Stewart 2001, p. 55-61 ; Demurger 2002, p. 76-77.

65 Sur les traités négociés entre les maîtres des ordres militaires et le sultan mamelouk Qalāwūn en 1282 et en 1283, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, p. 352-355, 355-361 ; Northrup 1998, p. 103, 113.

66 Demurger 2002, p. 76-77. Le sultan et le maître du Temple disposaient d’informateurs dans le camp adverse. L’auteur signale que l’informateur du maître du Temple au Caire était Badr al-Dīn Baktaš al-Faḫrī, un proche du sultan. Certaines sources font également état de liens d’amitié entre Guillaume de Beaujeu et Qalāwūn ; voir Gestes des Chiprois, DA, II, p. 807 ; Amadi, p. 220 ; Bustron, p. 119 ; Demurger 2002, p. 79-80.

67 Trad. d’Amadi, p. 234.

68 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 132-133.

69 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXIX, DA, vol. II, moy. fr., p. 191, chap. XLIII, DA, vol. II, moy. fr., p. 204-206, DA, vol. II, lat., p. 323 (trad. Deluz, p. 848, 854-855) ; Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 475, 477 ; Hetʿum II, Annales, p. 87 (en arm.) ; Bar Hebræus, p. 505-506 ; Bar Sauma, p. 137-139 ; Gestes des Chiprois, p. 844 ; Richard 1997, p. 64-65. Sur les relations de Ġāzān Ḫān avec les Arméniens, il convient de se reporter à l’ouvrage de Luisetto 2007 ; et, sur les implications politiques de la conversion de Ġāzān Ḫān à l’islam, voir Aigle 2006, p. 5-29 – 2007, p. 89-120.

70 Gestes des Chiprois, p. 845, 847 ; Guillaume de Nangis, I, p. 307-308 ; Amadi, p. 234 ; Bustron, p. 128-129 ; Bosio, p. 57 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXIX, DA, vol. II, moy. fr., p. 191-193 (trad. Deluz, p. 848-849) ; Dardel, p. 16 ; Ibn Taymiyya, p. 172-174 (voir aussi l’introduction, p. 36-48) ; al-Yūnīnī, trad. Li Guo, p. 139-140 ; Al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 640. Sur cette expédition de 1299-1300, voir les études de Amitai 2002, p. 221-264 – 2004, p. 21-39 ; Aigle 2006 – 2007 ; voir également sa contribution à ce volume.

71 Amadi, p. 234; Bustron, p. 129-130; Acta Aragonensia, vol. III, p. 89-91, n° 41; Edbury 1991, p. 104; Demurger 2002, p. 143.

72 Bosio, p. 57.

73 Sur la reprise des forteresses conquises en 1298, voir Abū l-Fidā, Memoirs, p. 37 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 603 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 65.

74 Sur les raisons supposées de ce désintérêt, voir Chevalier 2009a, p. 556-559.

75 Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 164 ; Guillaume de Nangis, vol. I, p. 307-308 ; Bosio, p. 57 ; Nersês Palients, p. 185-186 (en arm.) ; al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 667 ; Röhricht 1881, p. 647 ; l’introduction de Michot 1995, p. 45-46 ; Amitai 2004, p. 21-39.

76 Bosio, p. 57. Sur la diffusion de cette légende, voir Röhricht 1881, p. 649, et n. 76 ; Demurger 2002, p. 141-142, 144, 276-277.

77 Al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 667.

78 Sur cette première expédition de Ġāzān Ḫān et la reconquête des Mamelouks après son départ, voir Gestes des Chiprois, p. 844-848 ; Guillaume de Nangis, vol. I, p. 307-308, 311 ; Marino Sanudo, p. 239-240 ; Amadi, p. 234-235 ; Bustron, p. 130 ; Bosio, p. 57-58 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XXXIX-XLI, DA, vol. II, moy. fr., p. 191-198 (trad. Deluz, p. 848-851) ; Bar Sauma, p. 252 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 35-36 ; Ibn Taymiyya, p. 172-178 (voir aussi l’introduction, p. 36-48) ; Al-Yūnīnī, trad. Li Guo, p. 132-169; al-Mufaḍḍāl, vol. xiv, p. 626-672 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 144-171 ; Villani, p. 102v-103v ; Acta Aragonensia, vol. III, p. 89-91, n° 41 ; Röhricht 1881, p. 643-647 ; Der Nersessian 1962, p. 657 ; Mutafian 1996, p. 182 ; Stewart 2001, p. 136-149 ; Amitai 2002, p. 221-264 ; Aigle 2006, p. 5-29.

79 Gestes des Chiprois, p. 848-849; Marino Sanudo, p. 242; Amadi, p. 235-237; Bustron, p. 130-132; Schein 1979, p. 805-819; Morgan 1985, p. 231-235; Barber 1972, p. 98; Irwin 1986, p. 99-101; Edbury 1991, p. 104-105; Forey 1992, p. 95-96; Richard 1997, p. 65; Demurger 2002, p. 145-146.

80 Acta Aragonensia, vol. I, p. 85-86, n° 60.

81 Gestes des Chiprois, p. 849.

82 Gestes des Chiprois, p. 849-850 ; Marino Sanudo, p. 241-242 ; Amadi, p. 237-238 ; Bustron, p. 132-133 ; Bosio, p. 58 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLI, DA, vol. II, moy. fr., p. 196-199 (trad. Deluz, p. 852) ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 38 ; al-Yūnīnī, trad. Li Guo, p. 175-177; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 34-38; Al-Makrīzī, trad. Quatremère, II, 4e partie, p. 176 ; Röhricht 1881, p. 647-648 ; Barber 1972, p. 98 ; Edbury 1991, p. 105-106 ; Demurger 2002, p. 146-148 – 2006, p. 71 ; Aigle 2008, p. 425-434.

83 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLI, DA, vol. II, moy. fr., p. 198 (trad. Deluz, p. 852). Voir aussi Marino Sanudo, p. 240.

84 Gestes des Chiprois, p. 850, 852 ; Amadi, p. 238-239 ; Bustron, p. 133 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 40 ; Edbury 1994, p. 193 ; Coureas 1997, p. 132-133 ; Demurger 2002, p. 148, 150-154.

85 Boniface VIII, vol. III, col. 184-185, n° 4199.

86 Gestes des Chiprois, p. 852-853 ; Marino Sanudo, p. 242 ; Amadi, p. 238-239 ; Bustron, p. 133 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 40 ; Al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 81-82 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 190, 195-196 ; Demurger 2002, p. 153-157 – 2005 (rééd.), p. 420.

87 Al-Yūnīnī, trad. Li Guo, p. 192-198; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 40-75; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4ème partie, p. 182-183 ; Aigle, contribution à ce volume.

88 Bosio, p. 58.

89 Sur la troisième expédition des Mongols, voir Guillaume de Nangis, vol. I, p. 335 ; Marino Sanudo, p. 240 ; Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLII, DA, vol. II, moy. fr., p. 199-203 (trad. Deluz, p. 852-854) ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 41-42 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 85-86 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 197-204 ; Stewart 2001, p. 149-153.

90 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLIII, DA, vol. II, moy. fr., p. 204 (trad. Deluz, p. 854-855) ; ContSamouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 477 ; Bosio, p. 58.

91 Clément V, vol. III, p. 331-332, n° 3549; Acta Aragonensia, vol. II, p. 746-748, n° 464; Mutafian 1996, p. 182; Stewart 2001, p. 181-183; Richard 1997, p. 66.

92 Al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 111.

93 Geffroy de Paris, p. 154, vers 3297-3300, 3307-3308, 3315-3316.

94 Acta Aragonensia, vol. III, p. 146, n° 65 ; Luttrell 1978, p. 123.

95 Al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 112.

96 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. III, chap. XLIV, DA, vol. II, moy. fr., p. 204-206 (trad. Deluz, p. 855-856). Voir aussi Marino Sanudo, p. 240 ; Sembat, trad. Langlois, p. 33 ; Abū l-Fidā, Autobiographie, p. 173 – Memoirs, p. 44-45 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 110-112.

97 Marino Sanudo, p. 243 ; Gestes des Chiprois, p. 274-275 ; Amadi, p. 269-271 ; Bustron, p. 156-157 ; Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 477 ; Sembat, trad. Langlois, p. 34 ; variantes E et B de la continuation de Hetʿum II, Annales, p. 89 (en arm.) ; Anonyme, Chronique (xviie siècle), p. 257 (en arm.) ; Nersês Palients, p. 188 (en arm.) ; Dardel, p. 16-17 ; al-Mufaḍḍāl, vol. xx, p. 140 ; al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 279.

98 Marino Sanudo, p. 243 ; Gestes des Chiprois, DA, II, p. 274-275 ; Amadi, p. 269-271 ; Bustron, p. 156-157 ; Finke, Acta Aragonensia, vol. III, p. 181, n° 8 ; Cont. Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 477 ; Sembat, trad. Langlois, p. 34 ; variantes E et B de la continuation de Hetʿum II, Annales, p. 89 (en arm., trad. en annexe) ; Anonyme, Chronique (XVIIe siècle), p. 257 (en arm.) ; Nersês Palients, p. 188 (en arm.) ; Dardel, p. 16-17 ; Al-Mufaḍḍāl, PO, t. 20, p. 140 ; Al-Makrīzī, trad. Quatremère, vol. II, 4e partie, p. 279 (selon lui, Bilarġu aurait assassiné Hetʿum parce que celui-ci aurait refusé de construire une mosquée ; cette version est difficilement plausible, la sanction paraissant disproportionnée par rapport à la teneur du désaccord et les intentions de Bilarġu étant plus prosaïques). Sur les circonstances des meurtres de Hetʿum et de Lewon et sur la réaction de l’Ilkhan Öljeitü, voir aussi Stewart 2001, p. 171-180.

99 Hetʿum l’Historien, Flor des estoires, l. IV, chap. XIX-XXIII, XXV-XXVII, DA, vol. II, moy. fr., p. 242-252 (trad. Deluz, p. 871-878) ; « Deux projets de croisade », p. 406-457 ; Samaran 1981, p. 68-69.

100 Jean XXII, Lettres secrètes et curiales, II, fasc. 4, col. 198-207, n° 1571, col. 207-213, n° 1572 ; Nersês Palients, p. 188 (en arm.) ; Sembat, RHC, DA, vol. I, p. 667 ; Sembat, trad. Langlois, p. 35 ; Samouêl d’Ani, Tables chronologiques, p. 479 ; Abū l-Fidā, Memoirs, p. 82.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Montpellier III

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540