Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Perceptions des Mongols dans le Bilād al-Šām

L’impact de la présence mongole dans l’imaginaire de la population syrienne

Essai sur la typologie de la peur

Alaa Talbi

Texte intégral

  • * Au terme de ce travail, je tiens à remercier mes deux co-tuteurs de thèse : Mme Denise Aigle et M.  (...)
  • 1  Concept de Jean Delumeau, voir Lebrun 1979, p. 1264.
  • 2  Il s’agit de l’histoire des sensibilités et des émotions, et comme l’a présentée Lucien Febvre dan (...)
  • 3  Voir Bouthoul 1961, p. 17-18.

1Poser la question de la présence mongole dans l’imaginaire de la population syrienne nous engage à une réflexion sur les principes même de la compréhension du sentiment de la peur*, celle « du plus grand nombre1 » ou « la peur au pluriel ». Notre étude s’inscrit dans une perspective qui vise à étudier la peur dans son aspect social. Cette approche s’inscrit également dans l’histoire des mentalités2, visant à comprendre la peur de la population face à la mort et au péril mongol, dans une attitude que l’on peut qualifier de collective devant la vie et la mort. Mais, à la différence de la démarche de Jean Delumeau, dans sa prospection de l’histoire religieuse, nous essaierons d’appliquer une approche sociologique3 pour mettre en lumière les mécanismes de la « peur » afin d’en dégager une typologie des comportements collectifs au temps des guerres ilkhano-mameloukes.

  • 4  Voir Mannoni 1982, p. 66.

2Notre point de référence sera le schéma de la peur proposé par Pierre Mannoni dans son ouvrage intitulé La peur4. Il s’agit d’un schéma explicatif de la manifestation de la peur. À l’origine, il existe un facteur provocateur, un « stimulus extérieur », c’est-à-dire l’apparition d’un « prédateur ou un rival », lequel est représenté dans notre étude par le péril mongol qui menace la vie des habitants du Bilād al-Šām. Ce phénomène de peur n’est qu’un comportement d’alerte qui se manifeste à travers des mouvements de fuite pendant les guerres entre les deux camps.

Étude du vocabulaire

Vocabulaire de la peur

  • 5  Sur le rapport entre l’histoire et la psychologie, voir Levi-Valensi 1965, p. 925-926.

3L’histoire des guerres ilkhano-mameloukes (658-720/1260-1320) est riche en expressions relatives à la peur. Dépassant la simple expérience subjective, elle a pénétré la mémoire collective, jusqu’à devenir « un sentiment chronique5 » qui accompagne toute tentative d’expédition ou d’agression mongole. L’importance de ce sentiment se mesure par le nombre de mots permettant de le qualifier et de suivre son évolution et la réaction de la population locale face au danger.

4Pour commencer, nous avons relevé tous les termes appartenant au registre de la peur, de l’angoisse et de l’inquiétude figurant, d’une part dans deux sources contemporaines des faits ; l’une, syrienne : al-Yūnīnī (m. 726/1326) et l’autre égyptienne : Baybars al-Manṣūrī (m. 723/1323) ; et, d’autre part, dans deux autres sources, tardives, l’une syrienne : Ibn Kaṯīr (m. 774/1373) et l’autre égyptienne : al-Maqrīzī (m. 845/1442).

  • 6  Ibn Manẓūr, Lisān al-ʽArab, entrée raǧafa. Voir également Kazimirski 1860, p. 829 : « Être inquiet (...)
  • 7  Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 156, 160 ; Ibn Taġrī birdī, al-Nuǧūm al- (...)

5Le premier terme est raǧafa. Dans le dictionnaire Lisān al-ʽarab, nous trouvons la définition suivante de ce verbe : « raǧafa al-qalb iḍṭaraba min al-ǧazaʽ6 » (raǧafa [employé avec le mot] cœur : s’agiter de frayeur). Ce mot présente la première étape de la peur, fondée sur les échos de l’avancée mongole. Al-irǧāf est causé par l’angoisse, liée à un état de guerre. Les sources étudiées utilisent ce mot pour désigner la réaction face à la progression de la conquête mongole et son approche des frontières syriennes7, créant de fait une menace pour la population du Bilād al-Šām. En effet, il ne s’agit pas de simples rumeurs, mais d’une guerre imminente.

  • 8  « Ḫāfa al-nās bi-Dimašq ḫawf šadīd li-ʿilmi-him anna al-tatār qad qaṭaʿū al-Fūrāt », voir al-Maqrī (...)
  • 9  Voir Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, volXIII, p. 215.
  • 10  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 417.
  • 11  Voir Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. XIII, p. 215.
  • 12  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 417.
  • 13  Voir Ibn Taġri birdī, al-Dalīl al-šāfī, notice biographique n° 408, p. 117.

6Le deuxième terme est ḫawf (peur). Plus fréquent dans nos sources, ce mot indique l’angoisse qui se manifeste parfois même avant le contact direct avec l’armée mongole8, c’est-à-dire la peur de la population syrienne lorsqu’elle apprend la traversée de l’Euphrate par les Mongols. Dans leur description de la peur, les sources différencient la peur éprouvée par al-Malik al-Nāṣir al-Ayyūbī en 657/1259 (pour laquelle elles utilisent les termes al-inzi ?ʿ ? ?āǧ/l’inquiétude9 et ḫāfa/craindre10) de celle de la population damascène (avec les éléments ḫāfa11 et ḫawf šadīd/une grande peur12). Cette distinction nous conduit à nous interroger sur l’inégalité sociale devant la peur. Est-ce que la population se trouve dans une situation différente de celle des émirs et hommes d’État ? À l’inégalité traditionnelle devant la vie, s’ajoute une autre devant la peur de la mort, les hommes (population et émirs) ne pouvant qu’inégalement se procurer les moyens nécessaires pour fuir et chercher la sécurité. Afin de mesurer la réaction devant le danger mongol de ceux qui s’inquiètent (les émirs, les hommes d’État, ceux qui ont le pouvoir et l’argent13, leurs familles) et de ceux qui sont effrayés (la population locale), les sources arabes présentent le sentiment de peur selon un classement catégoriel et non comme un sentiment uniforme, identiquement éprouvé par tous les habitants de la Syrie (émirs ou hommes ordinaires).

7Autre niveau d’inégalité, celui du degré de peur : le sentiment de peur apparaît très rapidement et de manière excessive chez la population ordinaire ; en revanche, il se manifeste tardivement chez les hommes de pouvoir. Il résulte d’une évolution de la crainte à la frayeur et à l’effroi, en passant par l’appréhension et l’angoisse. Ces degrés sont dus à la source même de l’information. Si les hommes de pouvoir sont prévenus directement, la population, elle, est informée par la rumeur et elle ne possède pas les moyens de se défendre.

8Al-Maqrīzī utilise un lexique qui change selon la catégorie de population : la peur d’al-Malik al-Nāṣir al-Ayyūbī, la frayeur de ses émirs et la grande peur et la dispersion des « al-nās » (les gens). Il ne reste à Damas que « ʿāmmatu-hā (petit peuple) ». Cette description nous conduit à classer les personnes concernées par la peur comme suit : al-Malik al-Nāṣir al-Ayyūbī, ses émirs, al-nās et al-ʿāmma. Cette répartition confirme l’existence d’une relation dialectique entre la naissance de ce sentiment chez les hommes de pouvoir et son évolution, qui atteint la phase de l’effroi chez le petit peuple de Syrie. Cette relation trouve sa légitimité dans le sentiment de peur, lequel est ressenti différemment.

  • 14 Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 160.
  • 15 Voir aussi Abū l-Fidā, Ta’rīḫ Abū l-Fidā, vol. II, 3, p. 211.
  • 16 C’est-à-dire qu’al-nās sont d’un rang élevé dans la société comme le montre la catégorie d’awlād al (...)

9Il s’agit également d’une relation de cause à effet : la crainte éprouvée par le sultan ayyoubide est un argument qui explique la peur des émirs syriens. Cette peur a engendré diverses réactions : la vente des biens par la population, à des prix très bas, en échange de la fuite, loin du danger, un danger décrit par Baybars al-Manṣūrī comme étant yawm al-qiyāma (le jour du Jugement dernier)14. En revanche, cette classification d’al-Maqrīzī est loin d’être claire, surtout pour distinguer entre « al-nās » et « al-ʿāmma15 ». Nous supposons que l’auteur définit les deux catégories en se fondant sur les solutions trouvées par chacune pour échapper au péril. À cet égard, on peut définir « al-nās » comme étant ceux qui peuvent assumer normalement les énormes charges financières de la fuite16, bien que cette action ne soit pas une vraie garantie de sécurité (la mort peut survenir dans un mouvement de foule, le pillage en cours de route…). À l’opposé, al-ʿāmma inclut ceux qui ne trouvent rien à vendre pour assurer les frais de leur fuite. Ils n’ont d’autres moyens que d’attendre leur sort.

  • 17  Selon la citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 97.

10Pour sa part, al-Yūnīnī utilise le mot « al-nās » dans la même logique qu’al-Maqrīzī. En cela, il le différencie du mot « al-šāmiyyūn », qu’il paraît utiliser comme un synonyme probable de « al-ʿāmma », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas les moyens de se déplacer vers les villes refuge et qui prévoient d’accompagner « al-nās » pour chercher, ensemble, la sécurité17.

  • 18  Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, vol. II, p. 332.

11D’autre part, ḫawf est un terme polysémique, ce qui explique son emploi fréquent dans nos sources. Ajoutons à cela que l’une des définitions de ḫawf dans le Lisān al-ʿArab est « qatl18 », c’est-à-dire mettre à mort ou tuer, ce qui peut renvoyer à l’état psychologique critique de la population syrienne. Cette association de la peur à la mort brutale implique que la mort est ressentie comme une certitude imminente. La peur est également liée à la mort violente.

Vocabulaire de la fuite

  • 19  Voir Kazimirski 1860, p. 305.
  • 20  Kazimirski 1860, p. 436.
  • 21  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 409.
  • 22  Voir al-ʿUmarī, Masālik al-abṣār, p. 488.

12Le mot peur présente aussi le degré primitif d’un état généralisé : un stimulus (les nouvelles sur l’avancée mongole), un danger qui pèse lourdement sur la vie de la population, la réaction devant le péril qui se manifeste par l’évacuation du territoire, d’où l’emploi du verbe « ǧafala » et du nom verbal « al-ǧafl » (frayeur et fuite19), ainsi que de vocables proches du dérivé aǧfal signifiant dans le Lisān al-ʿArab « s’enfuir précipitamment20 ». Certaines sources emploient aussi, dans le même ordre d’idées, les expressions « tamazzaqat al-nās21 » et « tamazzaqū bi-l-aqṭār22 » pour décrire l’état de dispersion des gens dans toutes les directions, afin de s’éloigner d’une manière systématique du danger. Cette pluralité met en valeur l’aspect psychologique du phénomène de la peur qui connaît des manifestations physiques, des émotions et des tremblements généralisés.

Le déclencheur de la peur : la rumeur

  • 23  Voir Delumeau 1978, p. 171-180.
  • 24  Voir Aldrin 2003, p. 130. Souligné par nous.
  • 25  Voir Gauvard 1994, p. 157.
  • 26  Voir Aldrin 2003, p. 129. Souligné par nous.

13Ce passage de l’expérience de la peur du singulier au pluriel nous pousse à nous interroger sur sa propre évolution. Il semble également nécessaire de mener une réflexion sur les mécanismes de la peur et le processus de son installation dans la mémoire collective. À cet égard, la rumeur se présente comme le principal déclencheur de ce phénomène. Jean Delumeau définit l’état de rumeur comme un synonyme de l’affect de la peur23. Dans la même logique, Tamotsu Shibutani définit la rumeur comme « une transaction collective dans laquelle les individus mettent en commun leurs connaissances pour ajuster le sens à donner à un événement24 ». Quant à Claude Gauvard, elle associe cette notion à l’importance de l’oralité au Moyen Âge25. À cela, on peut ajouter, d’une part, la place très importante du manuscrit à l’époque mamelouke et, d’autre part, la souplesse de la transmission et de la circulation de l’information (l’existence de l’institution de poste à relais dans l’État mamelouk). Contrairement à la définition [de Gordon Allport et Leo Postman] qui considère que la rumeur fonctionne comme « un mécanisme collectif de transfert d’agressivité par lequel le corps social projette une angoisse collective sur un groupe minoritaire (élite politique ou sociale, administration, communautés étrangères)26 », la population cherche spontanément un refuge, sans attendre la réaction de l’État ou de ses gouverneurs.

  • 27  La citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 95.
  • 28 « Arǧafū fī al-madīna bi-kaḏā ay aḫbarū bi-hi ʿalā an yūqiʿū fī al-nās al-iḍṭirāb min ġayr an yaṣiḥ (...)
  • 29  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 1, p. 241.
  • 30  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 1, p. 251.
  • 31  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 273, 312.
  • 32  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 313, 355.
  • 33  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 399, 497.
  • 34  Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 163.

14Par ailleurs, les rumeurs se manifestent à travers un état de crainte. Al-Yūnīnī parle des « al-arāǧīf » et « al-aḫbār al-muzʿiǧa »27 à cause du mouvement de l’armée mongole qui prend la Syrie pour cible. L’auteur utilise ici « al-arāǧīf » pour désigner les fausses nouvelles28. La rumeur émerge donc autour d’un événement : celui de la progression militaire mongole. Elle reflète aussi un état d’incertitude, de suspens, d’attente et de questionnement sur la nature de ce danger. Elle a des répercussions sur la population locale civile. On remarque que la rumeur se schématise dans une courbe ascendante : l’énoncé le plus fréquent est « tawātarat aḫbār » auquel sont rapidement ajoutés d’autres mots comme les verbes taḥarraka29, sāra30, qaṣada31, qadima32 avec pour sujet al-muġūl. Puis, le mouvement s’accélère : « qawā amr33 al-muġūl » ou « qawā al-irǧāf bi-wuṣūli-him ilā al-aṭrāf34 [du Bilād al-Šām] », pour finir avec une des deux certitudes : soit l’arrivée de l’armée mongole, soit son retour à l’ilkhanat de Perse sans menacer la Syrie. En conséquence, l’état psychologique de la population (peur ou tranquillité) dépend de chacune de ces deux réalités. D’autre part, l’existence de ce sentiment au pluriel nécessite une enquête sur les différentes formes de la peur.

Les différentes formes de la peur

  • 35  Voir Mannoni 1982, p. 70. 

15La peur s’inscrit dans les phobies sociales ou anthrophobies. Comme l’explique Pierre Mannoni, sa genèse ne serait pas à chercher dans la peur de la foule, mais dans la présence et la perception d’autrui35. Dans cette logique, nous avons choisi de subdiviser ce phénomène en trois formes : peur salutaire, peur humiliante ou avilissante, peur fonctionnalisée. 

La peur salutaire

  • 36  Voir Jeudy-Ballini et Voisenat 2004, p. 5-14.

16Il s’agit de la peur de la population syrienne qui ne semble pas bien préparée, en l’absence d’équipement militaire adéquat, pour se défendre devant une armée mongole qui avance vers les villes de Syrie, saccageant et brûlant tout sur son passage. C’est la « peur du plus grand nombre », une peur instinctive, irrationnelle. Elle s’inscrit essentiellement dans l’imaginaire et semble nourrie par les actes violents et agressifs attribués aux Mongols lors de leurs campagnes précédentes. L’idée même de la confrontation directe avec cette armée et l’insécurité dans le Bilād al-Šām accentuent cette peur. D’autre part, ce sentiment de peur représente un moment limite entre « la vie » et « la mort ». En conséquence, on peut le définir aussi comme étant le sentiment qui vient au bon moment puisqu’il permet de fuir un danger mortel. Par contre, « fuir » n’équivaut pas toujours à « échapper à la mort » ou à « garantir sa sécurité36 ». Nous essayerons d’étudier les réactions spontanées des gens face à ce danger : quelle réaction la population syrienne a-t-elle adoptée devant un tel danger ou état de peur sans attendre l’intervention de l’armée mamelouke ? Il s’agit de voir la réaction de l’individu et du groupe incapables de repousser le péril. Ces réactions sont essentiellement les suivantes : brader des biens qu’on vend à des prix insignifiants et fuir loin du danger réel ou potentiel.

17Dans tous les cas, nous sommes devant un rapport d’inégalité : une armée qui sème la peur et la terreur partout face à une population qui essaie de s’adapter à la menace, l’évacuation territoriale, la fuite loin du péril, le retour au calme et les images de la destruction des maisons et des citadelles.

– Les manifestations de la peur dans la population

18Les sources syriennes nous fournissent plus de détails sur les comportements collectifs et les manifestations de la peur en temps de danger que les sources égyptiennes, surtout celles proches de la cour mamelouke, qui concentrent leurs discours sur le rôle et la place du sultan en temps de victoire. Ces sources justifient les défaites et décrivent la joie des Égyptiens, après toute réussite mamelouke à repousser les Mongols. Cette dualité pose beaucoup de questions sur l’existence ou non de la « peur en Égypte ». Pourquoi toutes ces apparences de festivité et de joie en Égypte ? S’agit-il d’une réaction spontanée, ou est-ce un mouvement organisé par l’État mamelouk pour répondre à toute contestation quant à sa légitimité à défendre le dār al-islām ?

  • 37  Voir al-Ǧazarī, Ta’rīḫ ḥawādiṯ al-zamān, vol. I, p. 463 ; al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p.  (...)
  • 38  al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 220 ; Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. XIV, p. 15 ; (...)
  • 39  L. Guo 1998 p. 98 ; al-Ǧazarī, Ta’rīḫ ḥawādiṯ al-zamān, vol. I, p. 463 ; al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwa (...)

19En outre, la mortalité parmi ceux qui sont restés sur place, dans les villes assiégées par les Mongols, la destruction des villes, l’arrêt de toute activité et la hausse des prix en Syrie ont engendré des réactions psychologiques extrêmes. Les exemples de ces comportements sont multiples, tels que les vœux et les prières publiques37, d’où l’emploi des mots « al-qunūṭ (désespoir) » et « ṣalāt, prière d’al-qunūṭ ». D’autre part, nous avons des attestations (chez al-Yūnīnī, Ibn Kaṯīr et Ibn Taġrī Birdī) sur les comportements des femmes syriennes lors de la campagne de Ġāzān Ḫān au début du xive siècle38. Elles poussent des hurlements et des cris aigus et prolongés en pleurant, courant ensuite sans couvrir leurs visages (« sāfirāt al-waǧh »). Le troisième comportement décrit dans les sources est l’acceptation du fait accompli, telle qu’elle apparaît dans le discours des habitants de la ville de Damas après la victoire de l’armée mongole sur les Mamelouks en 699/1300 (cité par al-Yūnīnī, al-Ǧazarī et al-Ḏahabī39). Ils commencent à décrire les grâces et les bienfaits des Mongols et à expliquer que leur Malik (le terme est d’al-Ǧazarī) et ses soldats sont des musulmans. Cette description, jusqu’alors inexistante et sans précédent dans les sources, montre la difficulté que trouve la population syrienne à se positionner par rapport aux pouvoirs en place qu’ils soient mamelouk ou mongol.

– Les conséquences de la peur dans la population

- 1. La rareté des produits alimentaires contribuant à la hausse des prix

  • 40  Voir Ashtor 1964.
  • 41  Voir Chapoutot-Remadi 1983, p. 218 ; 1961 ; 1969.
  • 42  Voir al-Dawādārī, Kanz al-durar, vol. VIII, p. 69 ; al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. I, p. 269.
  • 43  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 717-718 ; al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,2, p. 423, 600 (...)
  • 44  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 717-718 ; al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,2, p. 423.
  • 45  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,3, p. 908.

20Il existe une forte corrélation entre les expéditions militaires mongoles contre les Mamelouks en Syrie et la hausse des prix des produits alimentaires40. En fait, nous distinguons entre la hausse « artificielle » des prix, en liaison avec les préparatifs de la guerre, et la hausse réelle des prix, surtout dans le Bilād al-Šām41. En 658 / 1260, et lors du siège de la ville d’Alep par l’armée mongole, le prix de la viande, du poulet et du sucre a été multiplié par 10 pour atteindre respectivement 70 dirhams, 10 dirhams et 100 dirhams42. Cette hausse a touché aussi le prix du pain. Le prix de location des animaux – qui assurent le déplacement vers les villes lointaines, pour fuir le danger – a également augmenté43. Ces données confirment le rapport direct entre l’obligation de fuir et la hausse des prix. En revanche, le même contexte presse les habitants à vendre leurs biens aux plus bas prix44 afin d’assurer le coût, très élevé, de la fuite. Par contre, ces mêmes sources précisent que la situation économique de l’Égypte était bonne à la même époque malgré le nombre considérable « d’immigrés » syriens s’ajoutant à la population locale. Al-Maqrīzī, par exemple, le prouve en reliant la présence des Syriens et l’essor économique en Égypte45.

  • 46  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, t. XV, p. 718.

21Cette réalité montre l’intérêt qu’avait l’État mamelouk à exercer son pouvoir en réussissant à fournir un refuge aux habitants de la Syrie. Al-Ḏahabī précise que le mouvement d’immigration, lors de la campagne de Ġāzān Ḫān en 699/1300, a été organisé par le « mutawallī al-bilād » qui représente l’autorité mamelouke46. Peu importe l’existence ou non d’une politique officielle mamelouke, nous sommes devant la réalité de la dimension démographique qui accompagne, naturellement, les invasions. Nous sommes devant un état de dépeuplement ou de « dépression démographique » dans le Bilād al-Šām, dont l’Égypte, noyau de l’État, a tiré profit, d’où l’abondance économique et l’activité culturelle intense au Caire, tandis que les villes syriennes étaient en situation de ruine.

- 2. Le pillage

  • 47  al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, t. XV, p. 688.
  • 48  Voir al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab, vol. XXX, p. 188.

22Ce phénomène est plus dangereux pour les habitants que la peur ou la mort elle-même. Les villes syriennes furent prises d’assaut et pillées par les Mongols, mais les acteurs des pillages dépassent largement la sphère mongole. Certains parmi les habitants de la Syrie rejoignaient les brigands qu’ils trouvaient tout au long de leur route en direction de l’Égypte. Al-Ḏahabī mentionne la revanche des habitants de Damas sur al-Faḫr al-Kinǧī qui a collaboré avec al-Šams al-Qummī et les Mongols afin de piller les réfugiés47. Des émirs syriens ont aussi confisqué une somme d’environ 1 600 000 dirhams48.

- 3. L’insécurité

  • 49  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 705.
  • 50  Voir al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. IV, p. 24.
  • 51  Voir Ibn Subāṭ, Ta’rīḫ Ibn Subāṭ, vol. II, p. 577.

23Le phénomène de la peur est accompagné d’un état d’insécurité et de pagaille, vu l’absence d’une autorité capable d’exercer son pouvoir sur Damas. Les sources citent le cas de détenus de la prison de Bāb al-Ṣaġīr qui ont profité de l’état d’insécurité pour s’échapper49. Al-ʿAynī indique que Damas en 699/1300 vit dans le vide, sans gouverneur, à l’exception du nā’ib al-qalʿa, Sayf al-Dīn Arǧuwāš50, les autres avant laissé la ville aux mains des Mongols. Quant à Ibn Subāṭ (m. 932/1526), il précise qu’il ne reste plus dans la ville aucun de ses gouverneurs qui en assume la charge : « man yatwallā-hā min ḥukkāmi-hā »51.

La peur humiliante ou avilissante 

24C’est la peur qui s’oppose simultanément à la culture influente (islamique) qui préconise le courage et au discours qui consiste à défendre le dār al-islām contre les païens (les Mongols) et leurs collaborateurs. Ce discours est proféré par la classe mamelouke dirigeante dans ses deux aspects : religieux (il est garant du consensus de la population autour du régime politique) et militaire (la guerre contre les Mongols). Cette peur ne permet pas de convaincre la population ni les soldats de la possibilité de briser le mythe de l’invincibilité mongole, même après la bataille de ʿAyn Ǧālūt en 658/1260, de sorte que l’on se trouve devant une élite militaire qui a peur face à un danger qu’elle est normalement censée repousser. L’image du soldat mamelouk désertant le champ de bataille montre que les sources arabes sont tombées dans l’exagération quant aux effets réels de la victoire à ʿAyn Ǧālūt, d’autant plus que les contingents mongols étaient peu nombreux face aux troupes mameloukes.

  • 52  Sur les invasions de Ġāzān Ḫān en Syrie, voir Aigle 2006.
  • 53  Voir al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. IV, p. 10.
  • 54  Voir Ibn Taymiyya, Maǧmūʿ fatāwā, vol. XVIII, p. 544. Analyse des fatāwā « anti-mongoles » par Raf (...)
  • 55  La citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 99.
  • 56  Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 98.
  • 57  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 3, p. 885.

25Par ailleurs, les exemples de désertion se concentrent plus précisément dans un laps de temps très limité (l’an 1300, lors de la conquête de l’Ilkhan Ġāzān Ḫān)52. Al-ʿAynī précise que le chef de la troupe mamelouke (muqaddam) perd la moitié de ses soldats à cause de leur désertion53. Par conséquent, Ibn Taymiyya, dans une fatwā portant sur les soldats qui refusent de combattre les Mongols, insiste sur le devoir de lutter contre eux, même après leur conversion à l’islam54. Cette fatwā montre l’importance du phénomène de désertion des soldats. Al-Yūnīnī est très incisif en précisant que « al-ǧayš wa-akābir al-balad qad harabū (les soldats et les notables de la région ont pris la fuite)55 », accusant les soldats mamelouks, au nom des habitants du Bilād al-Šām, de lâcheté56. D’ailleurs, cette image négative du pouvoir mamelouk a favorisé un état de désobéissance sociale. De fait, leurs agents ne purent rassembler qu’à grand peine l’argent nécessaire pour équiper l’armée et la préparer à une revanche contre l’armée de Ġāzān Ḫān en 700/130157.

La peur fonctionnalisée

26Le phénomène de la peur a servi les trois acteurs suivants : les Mongols, les Mamelouks et la population syrienne. Les Mongols se servaient de la terreur qu’ils inspiraient comme d’une arme redoutable et redoutée, qu’ils utilisèrent avec le plus grand succès dans toutes leurs conquêtes.

27Pourtant, si l’on doit considérer la peur comme un enjeu de pouvoir, il ne faut pas mettre en doute l’évidence de son efficacité. L’effort considérable que l’autorité mamelouke au cours des xiiie et xive siècles a fourni avait pour but de garantir une certaine légitimité à gouverner et assurer un consensus basé sur le principe de protection du dār al-Islām contre les menaces extérieures.

  • 58  Voir Bloch 1983, p. 54.
  • 59  « La crainte de la mort est l’une des raisons qui poussent les hommes à s’assembler et à s’associe (...)
  • 60  Voir Amitai 1992, p. 119-150.
  • 61  « Wa-min al-ʿaǧā’ib anna al-tatār kusirū wa-hulikū bi-abnā’ ǧinsi-him min al-turk », voir Al-ʿAynī(...)

28Pour l’inquiétude, les registres d’expression sont nombreux. En effet, la crainte conduit à exprimer l’insécurité. Ce sentiment pousse la population syrienne à rechercher la protection ou à s’adresser à l’État protecteur, ce qui crée chez elle un sentiment identitaire. Cette identité se construit à partir du réel et des émotions éprouvées. À cet égard, nous pensons que ce phénomène de la peur peut être considéré comme un marqueur d’identité pour les habitants de la Syrie. En nous fondant sur la définition de Marc Bloch qui considère « la fausse nouvelle comme un miroir où la conscience collective contemple ses propres traits58 », nous pouvons dire que la peur, dans ses étendues spatiale (tout le Bilād al-Šām et parfois l’Égypte) et temporelle (plus d’un demi-siècle), a longtemps persisté dans l’imaginaire de la population syrienne. Ce sentiment a permis aux habitants de vivre l’expérience de la même manière et de penser leur identité collective, exprimée par les réactions et les comportements qui sont parfois irrationnels59. C’est une manière culturelle de sentir et de marquer sa différence avec les « autres » : ceux qui sont présents (l’autorité mamelouke et l’armée mongole) ou absents (l’image des Mongols qui pèse lourdement sur l’imaginaire collectif). En conséquence, la population « locale » cherche son identité collectivement, à travers le sentiment de peur et face à l’autorité mamelouke, une autorité « étrangère », plus ou moins à l’abri des conséquences directes du danger, mais qui se sert de la peur comme d’une idéologie qui légitime son pouvoir politique. De nombreuses études, mais aussi les sources elles-mêmes, mettent en avant l’origine commune des Mongols et des Mamelouks, tous deux issus des steppes asiatiques, comme l’un des facteurs déterminants de la défaite mongole à ʿAyn Ǧālūt. En d’autres termes, l’identité ethnique comme l’identité géographique ont favorisé les Mamelouks qui ont utilisé des tactiques similaires à ceux des Mongols60. Al-ʿAynī associe la victoire à une identité « étrangère » turque61 qui possède le pouvoir, contrairement à la population locale tombée dans l’incertitude et la peur.

  • 62  Voir Lipiansky 1998, p. 23.
  • 63  Voir Dortier 1998, p. 54.

29Par ailleurs, il y a un autre motif pour penser l’identité collective : il s’agit de la définition que donnent les psychologues du corps comme étant l’origine de tout sentiment identitaire62. Le mouvement du corps qui s’est manifesté en cris, en hurlements, en fuite en groupe, a permis l’évolution du sentiment individuel au collectif. Ce passage donne place à de nouvelles relations de voisinage, de « solidarité » et de similitudes au niveau des comportements, d’où la naissance d’une certaine identité collective. En fait, et si l’on adopte la logique suivie par Lipiansky pour la formation des identités sociales autour des mécanismes de défense ou de mouvement63 (c’est-à-dire les stratégies de l’identité qu’on distingue par l’aspect culturel de la peur : champ lexical, prières, vœux), le vocabulaire utilisé et les différentes réactions de tous les acteurs (le social, le politique et le religieux…) poussent l’individu à chercher, d’une part, les points de ressemblance avec les autres membres de la société et, d’autre part, les points de différence avec celui qui a peur et avec celui qui se trouve incapable de le protéger, à savoir l’État mamelouk.

Conclusion

30Ce qu’on peut finalement retenir, c’est tout d’abord l’existence du danger et par conséquent la présence d’un sentiment de peur qui a pesé lourdement sur la population syrienne confrontée à un danger : l’avance terrifiante des armées mongoles. Ensuite, le sentiment de peur a évolué pour donner naissance à un phénomène social : le sentiment identitaire. Aujourd’hui, on se pose beaucoup de questions quant à la valeur réelle de cette évolution. Une simple comparaison entre nos sources qui étaient, rappelons-le deux sources contemporaines et deux autres tardives nous révèle la richesse du vocabulaire de la peur, de la fuite, du déplacement, du mouvement des populations et de l’immigration, notamment dans les sources tardives (et plus précisément syriennes). Cela confirme la persistance de l’image de la peur dans l’imaginaire de la population syrienne. La plus grande partie du lexique étudié, qui reflète l’insistance de ce sentiment, date de la première défaite mamelouke, lors de la campagne de Ġāzān Ḫān (699/1300), après quarante ans de combats et de guerre, ce qui met en doute la fragilité de la population et de l’État mamelouk.

Bibliographie

Sources
Abū l-Fidā, Tarīḫ Abū l-Fidā, vol. II, 3, Constantinople, Dār al-ṭibāʿa al-ʿāmira, 1896.

ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān fī ta’rīḫ ahl al-zamān, éd. M. Amīn, Le Caire, al-Hay’a al-miṣriyya al-ʿāmma li-l-kitāb, t. I, 1987.

Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya fī l-dawlat al-turkiyya, éd. ʿA. Ḥamdān, Le Caire, al-Dār al-miṣriyya al-lubnāniyya, 1987.

Ḏahabī (al-), Ta’rīḫ al-duwal wa-wafayāt al-mašāhīr wa-l-aʿlām, éd. B. ʿAwwād Maʿrūf, Beyrouth, Dār al-ġarb al-islāmī, 2003.

Ǧazarī (al-), Ta’rīḫ ḥawādiṯ al-zamān wa-wafayāt al-aʿyān min abnā’i-hi, éd. ʿU. al-Tadmurī, Beyrouth, al-Maktaba al-ʿaṣriyya, 1998.

Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir fi ġazwat al-malik al-Nāṣir, éd. ʿU. al-Tadmurī, Beyrouth, al-Maktaba al-ʿaṣriyya, 2005.

Ibn al-Dawādārī, Kanz al-durar wa-ǧāmiʿ al-ġurar, éd. U. Haarmann, t. VIII, Fribourg, Le Caire, 1971.

Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, éd. Ṣ. al-ʿAṭṭār et al., 11 vol., Beyrouth, Maktabat al-maʿārif, 1990.

Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, Beyrouth, Dār Ṣādir,1997.

Ibn Subāṭ, Ta’rīḫ Ibn Subāṭ, éd. ʿU. al-Tadmurī, Tripoli, Ǧarrūs Briss, 1993.

Ibn Taġrī Birdī, al-Dalīl al-šāfī ʿalā al-manhal al-ṣāfī, éd. M. F. Šaltūt, t. II, Le Caire, Dār al-kutub wa-l-waṯā’iq al-qawmiyya, 1998.

al-Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, t. VII, Le Caire, s.d.

Ibn Taymiyya, Maǧmūʿ fatāwā, t. XXVIII, Maktabat Ibn Taymiyya, s.l, 1982.

Maqrīzī (al-), Kitāb al-Sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk, éd. M. M. Ziyāda et S. A. F. ʿĀšūr, Le Caire, Maṭbaʿat laǧnat al-ta’līf wa-l-našr wa-al-tarǧama, 1956-1973.

Nuwayrī (al-), Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, éd. M. Šaʿīrat et M. Muṣṭafā, t. XXX, Le Caire, al-Hay’a al-miṣriyya al-ʿāmma li-l-kitāb, 1987.

ʿUmarī (al-), Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, ta’rīḫ al-ḥurūb al-ṣalībiyya wa-l-duwal al-muta’aḫḫira, éd. Ḥ. A. ʿAbbās, Abou Dhabi, al-Maǧmaʿ al-ṯaqāfī, 2004.

[Yūnīnī (al-) =], Early Mamluk Syrian Historiography, al-Yūnīnī, Ḏayl Mir’āt al-zamān, éd. et trad. Li Guo, Leyde, Brill,1998.

Zamaḫšarī (al-), Asās al-balāġa, éd. M. Naʿīm et Šawqī al-Maʿarrī, Beyrouth, Maktabat Lubnān, 1998.

Études
Aigle, Denise, 2006 : « La légitimité islamique des invasions de la Syrie par Ghazan Khan », Eurasian Studies V/1-2, p. 5-29.

2007 : « The Mongol invasions of Bilād al-Shām by Ghāzān Khān and Ibn Taymiyya’s three ʿanti-Mongol’ fatwas », Mamluk Studies Review 11/2, p. 89-120.

Aldrin, Philippe, 2003 : « Penser la rumeur : Une question discutée des sciences sociales », Genèses 50, p. 126-141.

Amitai, Reuven, 1992 : « Ayn Jālūt revisited », Tārīḫ 2, Philadelphia, p. 119-150. Réimp. dans The Mongols in the Islamic Lands, Studies in the History of the Ilkhanate, Aldershot, Ashgate Variorum, 2007.

Ashtor, Eliyahu, 1961 : « L’évolution des prix dans le Proche Orient à la basse époque », Journal of the Economic and Social History of the Orient 4, p. 15-46.

— 1964 : « La recherche des prix dans l’Orient médiéval : Sources, méthodes et problèmes », Studia Islamica 21, p. 101-144.

— 1969 : Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval, Paris, sevpen.

Ayalon, David, « Awlād al-nās », Encyclopaedia of Islam, Second Edition, vol. I, p. 765.

Biberstein Kazimirski (De), Albin, 1860 : Dictionnaire arabe-français, Beyrouth, Librairie du Liban.

Bloch, Marc, 1999 : Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Paris, Éditions Allia.

Bouthoul, Gaston, 1961 : « Fonctions sociologiques des guerres », Revue française de sociologie 2-2, Guerre, armée, société, p. 15-21.

Chapoutot-Remadi, Mounira, 1983 : « Une grande crise à la fin du xiiie siècle en Égypte », Journal of the Economic and Social History of the Orient 21, p. 217-245.

Corbin, Alain, 1999 : « Les mondes retrouvés de l’histoire », dans Ruano-Borbalan, Jean-Claude (dir.), L’Histoire aujourd’hui, Auxerre, Sciences humaines éditions, p. 257-264.

Gauvard, Claude, 1994 : « Rumeur et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, XXIVe Congres de la S. H. M. E. S. (Avignon, juin 1993), Paris, Publications de la Sorbonne, p. 157-177.

Delumeau, Jean, 1978 : La peur en Occident, Paris, Fayard.

Dortier, Jean-François, 1998 : « L’individu dispersé et ses identités multiples », dans Ruano-Borbalan, Jean-Claude (dir.), L’identité : l’individu, le groupe, la société, Auxerre, Sciences Humaines Éditions, p. 51-56.

Hintermeyer, Pascal, 2007 : « La mort », dans Marzano, Michela (dir.), Dictionnaire du corps, Paris, PUF, p. 610-614.

Jeudy-Ballini, Monique et Voisenat, Claudie, 2004 : « Ethnographier la peur », Terrain 43, p. 5-14.

Lebrun François, 1979 : « Jean Delumeau, La peur en Occident (xive-xviiie siècles). Une cité assiégée », Annales. Histoire, sciences sociales 34/6, p. 1262-1264.

Levi-Valensi, Éliane Amado, 1965 : « Histoire et psychologie », Annales. Histoire, sciences sociales 20-5, p. 23-938.

Lipiansky Edmond Marc, 1998 : « L’identité personnelle », dans Ruano-Borbalan, Jean-Claude (dir.), L’identité : l’individu, le groupe, la société, Auxerre, Sciences humaines éditions, p. 21-27.

Mannoni, Pierre, 1982 : La peur, Paris , PUF (Que sais-je).

Martel-Thoumian, Bernadette, 2001 : « Voleurs et assassins à Damas et au Caire (fin ixe/xve-début xxe/xvie siècle) », Annales islamologiques 35, p. 193-240.

2004 : « La mort volontaire : le traitement du suicide et du suicidé dans les chroniques mameloukes tardives », Annales islamologiques 38, p. 405-435.

2005 : « Plaisirs illicites et châtiments dans les sources mamloukes (fin ix e/xve- début xe/xvie siècle) », Annales islamologiques 39, p. 275-323.

2006 : « De l’équité à l’arbitraire : états de prisons et des prisonniers sous les derniers mamlouks (872-923/1468-1517) », Annales islamologiques 40, p. 205-246.

Marzano, Michela (dir.), 2007 : Dictionnaire du corps, Paris, PUF.

Meloy, John L, « Awlād al-nās », Encyclopaedia of Islam, THREE. Edited by G. Krämer, D. Matringe, J. Nawas and E. Rowson. Brill, 2009, Brill Online.

Raff, Thomas 1973: Remarks on an Anti-Mongol Fatwā by Ibn Taimiya, Leyde.

Ruano-Borbalan, Jean-Claude (dir.), 1998 : L’identité : l’individu, le groupe, la société, Auxerre, Sciences humaines éditions.

(dir.), 1999 : L’Histoire aujourd’hui, Auxerre, Sciences humaines éditions.

Annexes

Schéma de la peur : Mannoni 1982, p. 66.

Stimuli extérieurs : Apparition d’un prédateur ou un rival : le péril mongol

 

 

Peur (comportement d’alerte) Connotations diverses :

 

 – Évacuation territoriale64

 

– Menace vitale

 

– – –

 

Fuite Combat (guerres) Agression

 

- Retour au calme

   

Notes

* Au terme de ce travail, je tiens à remercier mes deux co-tuteurs de thèse : Mme Denise Aigle et M. Tahar Mansouri.

1  Concept de Jean Delumeau, voir Lebrun 1979, p. 1264.

2  Il s’agit de l’histoire des sensibilités et des émotions, et comme l’a présentée Lucien Febvre dans l’un de ses articles, c’est l’histoire de l’amour, de la mort, mais aussi de la joie et de la peur. Voir Corbin 1999, p. 262. Nous remarquons l’influence de cette approche historique sur les travaux de Bernadette Martel-Thoumian, voir : Martel-Thoumian 2001, p. 193-240 2004, p. 405-435 2005, p. 275-323 – 2006, p. 205- 246.

3  Voir Bouthoul 1961, p. 17-18.

4  Voir Mannoni 1982, p. 66.

5  Sur le rapport entre l’histoire et la psychologie, voir Levi-Valensi 1965, p. 925-926.

6  Ibn Manẓūr, Lisān al-ʽArab, entrée raǧafa. Voir également Kazimirski 1860, p. 829 : « Être inquiet, agité ».

7  Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 156, 160 ; Ibn Taġrī birdī, al-Nuǧūm al-zāhira, vol. VII, p. 72.

8  « Ḫāfa al-nās bi-Dimašq ḫawf šadīd li-ʿilmi-him anna al-tatār qad qaṭaʿū al-Fūrāt », voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 417.

9  Voir Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, volXIII, p. 215.

10  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 417.

11  Voir Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. XIII, p. 215.

12  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 417.

13  Voir Ibn Taġri birdī, al-Dalīl al-šāfī, notice biographique n° 408, p. 117.

14 Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 160.

15 Voir aussi Abū l-Fidā, Ta’rīḫ Abū l-Fidā, vol. II, 3, p. 211.

16 C’est-à-dire qu’al-nās sont d’un rang élevé dans la société comme le montre la catégorie d’awlād al-nās : voir Ayalon, « Awlād al-nās », EI2 et Meloy, « Awlād al-nās », EI3 (version numérique).

17  Selon la citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 97.

18  Voir Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, vol. II, p. 332.

19  Voir Kazimirski 1860, p. 305.

20  Kazimirski 1860, p. 436.

21  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 409.

22  Voir al-ʿUmarī, Masālik al-abṣār, p. 488.

23  Voir Delumeau 1978, p. 171-180.

24  Voir Aldrin 2003, p. 130. Souligné par nous.

25  Voir Gauvard 1994, p. 157.

26  Voir Aldrin 2003, p. 129. Souligné par nous.

27  La citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 95.

28 « Arǧafū fī al-madīna bi-kaḏā ay aḫbarū bi-hi ʿalā an yūqiʿū fī al-nās al-iḍṭirāb min ġayr an yaṣiḥḥa ʿinda-hum », voir Zamaḫšarī, Asās al-balāġa, p. 278.

29  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 1, p. 241.

30  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 1, p. 251.

31  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 273, 312.

32  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 313, 355.

33  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. II, 1, p. 399, 497.

34  Voir Baybars al-Manṣūrī, Kitāb al-Tuḥfat al-mulūkiyya, p. 163.

35  Voir Mannoni 1982, p. 70. 

36  Voir Jeudy-Ballini et Voisenat 2004, p. 5-14.

37  Voir al-Ǧazarī, Ta’rīḫ ḥawādiṯ al-zamān, vol. I, p. 463 ; al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 703.

38  al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 220 ; Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. XIV, p. 15 ; L. Guo 1998, p. 98.

39  L. Guo 1998 p. 98 ; al-Ǧazarī, Ta’rīḫ ḥawādiṯ al-zamān, vol. I, p. 463 ; al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 704.

40  Voir Ashtor 1964.

41  Voir Chapoutot-Remadi 1983, p. 218 ; 1961 ; 1969.

42  Voir al-Dawādārī, Kanz al-durar, vol. VIII, p. 69 ; al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. I, p. 269.

43  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 717-718 ; al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,2, p. 423, 600 ; vol. I,3, p. 932.

44  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 717-718 ; al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,2, p. 423.

45  al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I,3, p. 908.

46  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, t. XV, p. 718.

47  al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, t. XV, p. 688.

48  Voir al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab, vol. XXX, p. 188.

49  Voir al-Ḏahabī, Ta’rīḫ al-duwal, vol. XV, p. 705.

50  Voir al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. IV, p. 24.

51  Voir Ibn Subāṭ, Ta’rīḫ Ibn Subāṭ, vol. II, p. 577.

52  Sur les invasions de Ġāzān Ḫān en Syrie, voir Aigle 2006.

53  Voir al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. IV, p. 10.

54  Voir Ibn Taymiyya, Maǧmūʿ fatāwā, vol. XVIII, p. 544. Analyse des fatāwā « anti-mongoles » par Raff 1973 ; Aigle 2007.

55  La citation d’al-Yūnīnī, voir Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 99.

56  Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 98.

57  Voir al-Maqrīzī, al-Sulūk, vol. I, 3, p. 885.

58  Voir Bloch 1983, p. 54.

59  « La crainte de la mort est l’une des raisons qui poussent les hommes à s’assembler et à s’associer », voir Hintermeyer 2007, p. 610.

60  Voir Amitai 1992, p. 119-150.

61  « Wa-min al-ʿaǧā’ib anna al-tatār kusirū wa-hulikū bi-abnā’ ǧinsi-him min al-turk », voir Al-ʿAynī, ʿIqd al-ǧumān, vol. I, p. 249.

62  Voir Lipiansky 1998, p. 23.

63  Voir Dortier 1998, p. 54.

64 Nous avons modifié le terme « éviction territoriale » employé par Pierre Mannoni.

Auteur

Université de Tunis - EPHE - Paris

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540