Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Présences chrétiennes dans le Bilād al-Šām

Les chrétiens d’Orient vus par les voyageurs en Terre sainte

Louis de Rochechouart entre réalité et sources

Mireille Issa

Texte intégral

  • 1  Richard 2003, XXVI, p. 96.

1Deux siècles après la rupture que provoque la chute du Royaume latin, le nombre croissant de pèlerinages d’Occidentaux en Terre sainte refléterait la reprise des relations entre le monde occidental chrétien et les pays musulmans. Dans la deuxième moitié du xive siècle, « les auteurs de récits de pèlerinage reprennent la plume1 ». Dans leur voyage, les pèlerins suivent à peu près le même itinéraire : ils prennent le bateau jusqu’en Italie, descendent vers l’Égypte, avant de se rendre à Jérusalem. Animés d’une ferveur religieuse et de curiosité, ils bravent l’adversité en affrontant les phénomènes naturels (tempêtes ou chaleurs excessives), les difficultés de la navigation, les différences culturelles ainsi que les pénibles incommodités individuelles, comme le manque de nourriture ou d’hygiène. Certains voyageurs enregistrent leurs observations, souvent dans des conditions précaires, et nous nous attendons le plus souvent à un type d’écriture légère, celle d’un carnet de voyage, avant de découvrir que ces récits, comme le Journal de voyage à Jérusalem de Louis de Rochechouart, peuvent avoir un certain intérêt historique.

  • 2  Louis de Rochechouart, Journal de voyage à Jérusalem, p. 168-274.
  • 3 Louis de Rochechouart, p. 170.

2Selon la biographie que propose Camille Couderc, éditeur du texte2, Louis de Rochechouart, né en 1433, est le descendant d’une grande famille. Il est déjà évêque de Saintes en 1460. Un an plus tard, il entreprend sous le pontificat de Pie II son pèlerinage en Palestine. Il identifie les hauts lieux témoins des souvenirs néotestamentaires, des églises et des reliques3, grâce à ses connaissances théoriques aussi bien que littéraires, pouvant embrasser les auteurs de l’Antiquité, que religieuses ou encore historiques comme les sources des croisades des xiie et xiiie siècles. Le Journal, récit simplement chronologique, est composé de huit parties ou chapitres qui tentent de suivre pas à pas le voyage. Louis de Rochechouart consacre les chapitres I et II à la narration des premières étapes du voyage, à savoir de Venise à Jaffa et ensuite de Jaffa à Jérusalem. C’est aux chapitres III et IV que vient le tour de la Ville sainte. Les chapitres V et VI ont pour cible les régions qui avoisinent celle-ci : Bethléem, la vallée de Josaphat, Béthanie. Ils embrassent par la suite les endroits que Louis de Rochechouart ne peut visiter, tels que Jéricho, le Jourdain, la mer Morte, Acre, Hébron, et pour la connaissance desquels l’évêque pèlerin doit se suffire des explications des Frères mineurs. Le bref chapitre VII apporte une description topographique de Jérusalem et le chapitre VIII celle des habitants musulmans de la Palestine.

  • 4 Nous avons adopté, pour les Lettres de la cinquième croisade, le texte latin établi par Huygens et (...)
  • 5 Louis de Rochechouart, ch. vi, p269 : « Accepi in monte Syon, e libro episcopi Acconensis, hec qu (...)

3C’est le quatrième chapitre que réserve le voyageur au commentaire des communautés chrétiennes. Certaines notes font curieusement songer à celles qu’émettent sur les chrétiens orientaux les chroniqueurs de la croisade, notamment Jacques de Vitry, aussi bien dans les Lettres de la cinquième croisade que dans l’Historia Orientalis4. Vers la fin du sixième chapitre qu’il destine à la description de divers endroits de pèlerinage en Palestine, l’évêque de Saintes dit s’être rendu à Hébron, situé à quinze milles du désert de saint Jean-Baptiste. La visite fournit alors l’occasion d’un souvenir puisé dans l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry. Louis de Rochechouart dit en effet : « J’ai trouvé au mont Sion, dans un livre de l’évêque d’Acre, ce qui suit : dans le désert de saint Jean, il y a des tiges ayant un suc très doux. De ce suc on tire le sucre5. » Cette référence directe nous incite à une lecture parallèle du Journal et des deux œuvres de Jacques de Vitry, laquelle tenterait de détecter une possible influence de l’historiographie des croisades sur le Journal de voyage.

  • 6 Louis de Rochechouart, ch. iii, p. 251 : « Ibi olim edificata fuit capella mire et eximie pulchritu (...)
  • 7 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Sed quando venimus, non voluerunt Greci permittere nos do (...)

4Il convient avant tout de souligner l’importance du lieu où se fait l’évocation des communautés chrétiennes. Louis de Rochechouart concentre son observation à Jérusalem même, en particulier sur les lieux de culte partagés par différentes communautés chrétiennes et lui offrant l’occasion d’une peinture collective. Certaines communautés partagent une même église voire un même autel. Par exemple, le voyageur évoque avec admiration la chapelle située sur le Saint-Sépulcre, probablement celle du mont Calvaire, somptueusement décorée et contenant trois autels, dont deux appartiennent aux Arméniens et le troisième aux Latins6. Toutefois, la cohabitation de ces différentes communautés chrétiennes à Jérusalem pose des problèmes : la relation conflictuelle entre Grecs et Latins, que le pèlerin voyageur résume en termes polémiques, l’illustre parfaitement. Le jour de l’arrivée de l’évêque au Saint-Sépulcre se produit un incident fâcheux. Les Grecs lui refusent le coucher, car il est latin. Les Sarrasins saisissent et conduisent en prison l’énergumène qui jette de l’eau dans le lieu où il doit se reposer7 !

5La plupart des communautés bénéficient d’un commentaire individuel plus ou moins étendu, pouvant porter sur les détails du culte, comme les chants liturgiques, la façon de jeûner, la circoncision, la confession, le type de pain utilisé pour la consécration et la communion, ainsi que le rattachement à la juridiction romaine, la fonction des religieux dans les églises de Jérusalem ou le type de caractère utilisé pour l’écriture. À ce traitement échappent les Latins. En effet, les connaissant parfaitement, Louis de Rochechouart se contente d’indiquer leurs fonctions et ne précise pas s’ils sont tous occidentaux ou s’ils admettent dans leurs rangs des éléments orientaux :

  • 8 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 254-255 : « Latini dicuntur Hierosolimis Fratres Minores, qui hab (...)

Les Latins sont appelés à Jérusalem Frères mineurs. Ils habitent le mont Sion, mais ils ont continuellement trois ou quatre frères dans l’église du Saint-Sépulcre, qui récitent l’office de la chapelle de la Bienheureuse-Marie qu’ils gardent, où ils possèdent deux ou trois chambres. Derrière la chapelle de la Bienheureuse-Marie, il y a une bonne citerne et d’autres choses nécessaires pour l’usage quotidien. Ils ont en outre la garde du Saint-Sépulcre ainsi que l’autel du mont Calvaire8.

6Qui sont donc les chrétiens orientaux proprement dits cités dans le Journal de voyage à Jérusalem ? L’inventaire qui suivra présente d’abord les deux communautés des Indiens et des chrétiens de la Ceinture qui ne sont pas cités par Jacques de Vitry. Il évoquera ensuite, tout en respectant l’ordre adopté par l’auteur, celles qui font l’objet d’une mention commune à Louis de Rochechouart et à Jacques de Vitry. Voici d’abord les Indiens :

  • 9 C’est plutôt par l’expression « plusieurs fois », au lieu de « mille fois », que nous rendons « mil (...)
  • 10 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Indi seu Orientales, sub dominio presbyteri Johannis. Hi (...)

Les Indiens ou Orientaux sont sous le pouvoir du Prêtre Jean. Ils observent la circoncision, célèbrent dans du pain fermenté et s’entendent avec les Jacobites sur beaucoup de points. Ils chantent leur messe tenant des bâtons dans les mains, font le tour du chœur et hululent à la manière des loups quand ils disent Christe eleison ou quand ils chantent plusieurs fois9 l’Alleluia. Ils font de nombreuses abstinences. Ils ne mangent pas entre la Cène du Seigneur et le jour du dimanche. Ils ne se confessent pas10.

  • 11 Le début du chapitre iv, p. 254, qui énumère les différentes communautés chrétiennes habitant à Jér (...)
  • 12 Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem et au mont Sinaï, p. 1190.
  • 13 Emmanuel Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 1263.
  • 14 Assfalg et Kruger (1991, p. 173) disent que l’Éthiopie aurait connu le monophysisme avec l’arrivée (...)

7Les Indiens ou Orientaux, ainsi que les désigne Louis de Rochechouart11, peuvent bien être les Éthiopiens, hypothèse qui illustre que jusqu’au xve siècle prévaut encore l’assimilation médiévale, faite par les voyageurs, des trois Indes et de l’Éthiopie. Par exemple, le Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem évoque les Basins ou Indiens, « car ils sont originaires de l’Inde de la terre du Prêtre Jean12 ». Celui-ci est également désigné par Emmanuel Piloti tel le « seigneur de l’Inde13 », et c’est dans son obédience que Louis de Rochechouart, à son tour, place les Indiens. La consécration du pain fermenté montre qu’il s’agit de l’Église éthiopienne orientale. Sans s’étendre sur les points en commun avec les Jacobites, Louis de Rochechouart laisse comprendre une influence incertaine du monophysisme14. Les autres informations relatives au mode de vie ou aux usages liturgiques communs avec les Jacobites, à savoir l’inutilité de la confession et la pratique de la circoncision, paraissent plausibles. Néanmoins, ces analogies ne nous renseignent pas davantage sur l’Église de ces Indiens.

8Plus difficile encore est la réflexion faite sur les chrétiens de la Ceinture. L’évêque de Saintes ne livre pas, hormis l’explication de leur origine, de renseignement liturgique sûr :

  • 15 Nous soulevons la difficulté que pose l’expression « in capite », dont nous serions encline à tenir (...)
  • 16 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 257 : « Hi omnes sunt Greci sed gerunt parem et similem habitum S (...)

Ils sont tous Grecs et portent un vêtement pareil à celui des Sarrasins, à l’exception de la couleur, car les Sarrasins ont un vêtement de couleur blanche15, alors que ces chrétiens perse ou bleu. La controverse sur leur nom de chrétiens de la Ceinture est grande. Certains disent qu’ils le tirent de la ceinture de la Vierge, que celle-ci envoya au bienheureux Thomas le jour de son assomption et que Thomas convertit tous ces chrétiens à la foi. Ceci est faux, car Thomas prêcha en Inde. Ainsi, la raison la plus importante pour laquelle ils sont dits chrétiens de la Ceinture est la suivante : l’usage vestimentaire des Sarrasins, que les chrétiens observent en tout hormis la couleur, est de marcher la ceinture mal nouée. De leur côté, les chrétiens se ceignent les reins et ne vont point autrement. Nous témoignons de ce que vous avons vu, et c’est exactement ce que les Frères confirment16.

9Les chrétiens de la Ceinture ou « Christiani de Zona » sont des Grecs qui possèdent en commun avec les Sarrasins le vêtement, que distingue cependant la couleur, blanche pour les Sarrasins, et bleu perse pour les chrétiens. Sans justifier l’emploi du bleu, Louis de Rochechouart fournit en revanche une explication onomastique dont il rapporte l’argument commun : leur nom proviendrait de la ceinture que la Vierge aurait envoyée le jour de son assomption à saint Thomas, afin que celui-ci convertît les païens à la foi chrétienne. Le voyageur ne manque pas aussitôt de réfuter cette explication, étant donné que Thomas est allé prêcher en Inde, au profit d’un argument plus prosaïque qu’il puise dans l’explication des Frères mineurs : ils sont appelés chrétiens de la Ceinture parce qu’ils se ceignent tout simplement les reins quand ils marchent.

  • 17 Nous proposons « maisons » à mansiones qui pourrait désigner aussi bien « demeures » que « sièges » (...)
  • 18 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 144.
  • 19 Pour Jacques de Vitry (Histoire des croisades, liv. i, p. 145) Grecs et Syriens nient que le Saint (...)

10Le traitement des Indiens et des chrétiens de la Ceinture précède celui des communautés citées à la fois par Louis de Rochechouart et Jacques de Vitry. Dans la présentation qui suit, les mentions faites dans le Journal de voyage à Jérusalem du xve siècle et celles de Jacques de Vitry au xiiie siècle offrent, en dépit de différences significatives, des similitudes de contenu, de ton, voire de phraséologie. Cités par Rochechouart après les Latins, les Grecs, par exemple, sont estimés les plus importants en nombre car ils possèdent plusieurs maisons17 à Jérusalem, et en prérogatives puisqu’ils tiennent le chœur du Saint-Sépulcre. À la différence de son prédécesseur, l’évêque de Saintes s’abstient de rappeler que les Grecs contestent l’autorité religieuse latine, dont l’excommunication constitue la sentence ecclésiastique suprême18. Il regrette toutefois leur persévérance dans leurs erreurs, comme il l’estime, notamment dans la question du filioque, autrement dit la procession de l’Esprit saint du Père seul, ou du Père et du Fils ensemble, thème de la querelle qui opposa Latins et chrétiens de rite byzantin19. Rochechouart ne s’intéresse toutefois pas au conflit des doctrines, comme le fait Jacques de Vitry, qui fournit dans le prolongement de l’extrait d’autres informations relatives au concile de Nicée :

  • 20 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Ipsi vero de die in diem vertuntur in errores suos in pro (...)
  • 21 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 144.

Journal de voyage à Jérusalem

Histoire des croisades

Eux-mêmes [les Grecs] se tournent de jour en jour vers leurs erreurs, en ce qui concerne la procession du Saint Esprit du Père et du Fils, célèbrent dans du pain levé, ne croient pas que le pontife romain est le vicaire du Christ20.

Et quoiqu’on eût affirmé dans cette assemblée [le concile de Nicée] que le Saint Esprit procède du Père, on n’y nia point cependant qu’il procède aussi du Fils, car beaucoup de principes qui n’ont pas été exprimés dès le commencement ont été successivement déterminés et déclarés par les conciles suivants lorsqu’il a fallu connaître les erreurs. Ainsi, les Grecs disent dans leur Symbole « et au Saint Esprit Seigneur vivifiant qui procède du Père », et les Latins disent plus expressément encore « qui procède du Père et du Fils » ; et de même, là où les Grecs disent : « Le Saint Esprit, qui n’a pas été fait, ni créé, ni engendré par le Père, mais qui en procède », les Latins ajoutent « qui procède du Père et du Fils » sans ajouter cependant une chose différente ou contraire21.

  • 22 Joseph 1983, p. 32: « After the Crusades, Benedict XII called (1340) a provincial synod in Cyprus, (...)
  • 23 Louis de Rochechouart, p. 171.

11Bien d’autres différences, telles la consécration occidentale avec le pain azyme et le pain fermenté chez les Orientaux, la controverse au sujet du vicariat du pape et le refus d’accorder aux Latins la possibilité d’officier sur les autels byzantins, viennent à leur tour aggraver le conflit entre Latins et Grecs. Louis de Rochechouart raconte ces choses en toute simplicité sans s’attarder sur les raisons du grand schisme de l’Église. Ce genre de réticences soulève deux hypothèses, dont il faudrait écarter celle d’une déficience de connaissances en matière d’histoire religieuse, car on peut présumer que Louis de Rochechouart ne saurait méconnaître les tentatives de réconciliation entre le siège du catholicisme et l’Église grecque de Constantinople, qui datent de l’époque des croisades ou qui lui sont presque contemporaines, dont la plus récente est notamment le concile de Florence22 tenu en 1439. C’est, en revanche, dans l’identité du destinataire du Journal de voyage à Jérusalem, à savoir Pierre Mamoris, chanoine ou curé de Sainte-Opportune à Poitiers et ami du voyageur à qui celui-ci dédie son récit23, qu’on retrouverait une motivation recevable. Il est évident ainsi que le souci de Louis de Rochechouart n’est pas plus d’instruire moyennant de fastidieux exposés dogmatiques, que de distraire avec les notes d’un voyageur curieux de reproduire la réalité telle qu’elle se présente à son regard.

12Le cas des Arméniens offre des similitudes frappantes, notamment celles qui concernent le manque de sympathie entre Arméniens et Grecs, la consommation de la viande uniquement le vendredi et l’observance du jeûne en temps de Noël, solennisant, non pas la Nativité elle-même, mais l’Épiphanie :

  • 24 Il nous a paru plus logique de prendre « hostium » pour « ostium » ou « entrée ».
  • 25 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Armeni a Latinis modicum discrepant, sed inter eos et Gre (...)
  • 26 Jacques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 158-160.

Journal de voyage à Jérusalem

Histoire des croisades

Ils se distinguent des Latins en peu de choses, mais entre les Grecs et eux il y a une haine implacable et, à la différence des Grecs, ils mangent de la viande deux fois par an, le vendredi. Ils sont très amis avec nous, ils baisent nos mains et nous respectent beaucoup. Ils ont un habit presque similaire à celui des Grecs. Ils ont leur évêque ou patriarche qui réside dans sa propre maison, qu’ils possèdent à Jérusalem. Ils ont aussi des terres et des propriétés... Sur leur foi, il faut savoir qu’ils ne célèbrent pas la Nativité du Christ mais qu’ils jeûnent pendant le temps de la Nativité et qu’ils célèbrent cette fête le jour de l’Épiphanie. Dans d’autres choses, ils s’entendent avec les nôtres. Ils ont leur propre alphabet. Ils gardent le Calvaire, l’église de Saint-Jacques-le-Majeur et le lieu dans lequel se tient la pierre déposée à l’entrée24 du monument appelé la maison de Caïphe25.

Il y a entre les Arméniens et les Grecs une haine et des dissensions implacables, les uns et les autres détestent réciproquement leurs rites et leurs institutions. Ils ont une langue parlée et une langue écrite qui leur sont propres, et lisent les Écritures divines en langue vulgaire, en sorte que leurs prêtres et leurs clercs sont entendus dans les églises par les laïcs, de même que chez les Grecs, comme je l’ai déjà dit. Ils ne célèbrent point la Nativité du Seigneur selon la chair, et jeûnent eux-mêmes aux jours qui rappellent cette époque. Leur jeûne fini, et le jour de l’apparition du Seigneur, ils célèbrent, en même temps que la solennité de l’apparition, la fête du baptême du Seigneur... Les Arméniens observent le carême avant la Résurrection du Seigneur, et jeûnent avec une telle sévérité que non seulement ils s’abstiennent de viande, de fromage, d’œufs, de lait, mais même de poisson, d’huile et de vin.

Et toutefois, peut-on appeler ces abstinences un jeûne, puisqu’ils mangent des fruits toutes les fois qu’il leur plaît pendant le jour ? En outre, et afin de se mettre plus manifestement en opposition avec leurs rivaux, les Grecs et les Syriens, il est certains vendredis où ils mangent de la viande. Dans le sacrement du sang du Christ, ils ne mettent point d’eau dans le vin, coutume perverse26.

  • 27 Dalmais 1980, p. 57.
  • 28 Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième Croisade, Lettre ii, p. 51.
  • 29 Jacques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 160.

13Les nombreuses convergences ne dissipent certes pas les incertitudes que fait naître leur contenu même. D’abord, la mise en œuvre des mêmes épithètes, dans l’évocation de la haine réciproque entre Arméniens et Grecs, ne permet pas d’identifier une information fiable ou une reprise textuelle sans modification. On pourrait enregistrer ensuite une certaine exagération dans la pratique du jeûne, dans sa durée notamment. Un point important fait cependant défaut chez Louis de Rochechouart : au moment de la consécration du pain, les Arméniens ne mélangent pas l’eau et le vin. C’est l’extrait de Jacques de Vitry qui témoigne de l’existence de cette tradition qui fut « universellement attestée depuis le iie siècle »27 et qui se maintient encore au xiiie siècle. Dans les Lettres de la cinquième croisade28, Jacques de Vitry ne réserve que quelques lignes pour commenter la consécration catholique des Arméniens, célébrée moyennant le pain azyme et le vin pur. Faisant dans l’Histoire des Croisades un reproche sévère de cette abstinence, l’évêque d’Acre allègue plusieurs motifs, dont, évidemment, le besoin de tempérer les effets physiques du vin et, tout en suivant l’exemple de Jésus-Christ qui célébrait avec du vin dilué, de respecter la métaphore chrétienne qui établit que le vin est le sang du Christ et que l’eau « glissante et coulante désigne le peuple mortel et transitoire29 ».

  • 30 Assfalg et Kruger 1991, p. 179.
  • 31 Nous nous référons à l’anthologie de Sandoli 1983, vol. III, p. 98, pour puiser les exemples suivan (...)

14Les Géorgiens, quant à eux, sont fidèles à Byzance « en matière ecclésiastique et culturelle30 », ainsi que s’entendent Louis de Rochechouart et Jacques de Vitry à le signaler. Mais alors que Jacques de Vitry se distingue par une certaine estime qu’il réserve à cette nation redoutable aux yeux des Sarrasins, dans le Journal de voyage la bonne mesure de réprobation qui vient accuser d’hérésie et d’erreur saint Georges, patron éponyme, paraît d’autant plus insolite que les voyageurs qui avaient précédé Louis de Rochechouart saluent le saint dans leur panégyrique, tout comme Jacques de Vitry, tel un défenseur31 :

  • 32 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255-256 : « Georgiani dicuntur qui sanctum Georgium solemnizant, (...)
  • 33 Jaques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 161-162.

Journal de voyage à Jérusalem

Histoire des croisades

Ils sont dits Géorgiens car ils vénèrent saint Georges, ou plutôt à cause de Georges l’hérétique dont ils suivent l’erreur. Ils laissent pousser la barbe et les cheveux abondamment et portent d’énormes bonnets en feutre. Les Géorgiens, aussi bien les laïcs que les ecclésiastiques, portent des tonsures, les laïcs carrées, les ecclésiastiques rondes. Ils font le Sacrifice avec du pain au levain et imitent les Grecs presque en tout. Ils ont cependant leur propre alphabet. Ils gardent l’autel du mont Calvaire ainsi que le lieu où fut trouvée la Croix32.

Ces hommes sont appelés Géorgiens parce qu’ils ont saint Georges pour défenseur et patron dans les combats qu’ils livrent à la race des infidèles parce qu’ils le servent et l’adorent avec le plus profond respect comme leur porte-bannière, et l’honorent d’une façon particulière, au-dessus de tous les autres saints. Ils se servent de la langue grecque pour les diverses écritures, et suivent d’ailleurs dans les sacrements les coutumes des Grecs. Leurs clercs ont la tonsure en rond, et les laïcs l’ont en carré. Toutes les fois qu’ils arrivent en pèlerins dans la cité sainte pour visiter le sépulcre du Seigneur, ils y entrent sans payer aucun tribut et bannières déployées, et les Sarrasins n’osent les tracasser en quoi que ce soit... Ils soignent beaucoup leur barbe et leurs cheveux, et les portent presque de la longueur d’une coudée ; ils ont aussi des bonnets sur la tête33.

  • 34 Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem et au mont Sinaï (p. 1190) : « Une fois par an, ils [les Géor (...)

15Le détail pittoresque des immenses barbes et cheveux et des tonsures communes aux laïcs et aux religieux contribue, chez les deux auteurs qui n’en commentent point les raisons religieuses ou ethniques, à élaborer un portrait unique des Géorgiens. L’éloge fait à la fois de leur bravoure et leurs privilèges fiscaux apporte chez Jacques de Vitry la preuve irréfutable de la prospérité de l’Église géorgienne au xiiie siècle, alors que dans le Journal la présentation des Géorgiens souffre d’insuffisance. Les informations que sacrifie Louis de Rochechouart, à savoir la dispense des impôts et l’entrée des pèlerins géorgiens à Jérusalem « les bannières déployées », sont confirmées en revanche dans Le récit anonyme d’un voyage à Jérusalem34. Le tout ne permet pas toutefois de cerner avec précision la situation de cette nation au xve siècle.

16Les Jacobites sont héritiers de l’Église d’Antioche, au même titre que les Maronites et les Nestoriens. Ils tirent leur nom de Jacques Baradée, évêque d’Édesse au vie siècle, et s’opposent au dogme défini par le concile de Chalcédoine de la double nature du Christ :

  • 35 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Jacobite sive Jacobini, a Jacobo heretico, in Nestorianam (...)
  • 36 Jacques de Vitry, Lettres de la cinquième croisade, Lettre ii, p. 49. 

Journal de voyage à Jérusalem

Lettres de la cinquième croisade

Les Jacobites ou Jacobins tirent leur nom de Jacques l’hérétique qui s’était dépravé dans l’hérésie nestorienne. Ils ont une écriture chaldéenne et possèdent une chapelle derrière le Sépulcre, qui lui est attenante. Ils se circoncisent, ne se confessent pas, mais en guise de confession, ils se mettent derrière l’autel, avec de l’encens brûlé, et disent que les péchés montent avec la fumée. Ils se couvrent la tête pendant l’office et ils se déchaussent35.

Il y avait là des Jacobites avec leur archevêque ; ils circoncisaient leur fils en bas âge, à la manière des juifs, et n’avouaient en confession leurs péchés à personne sinon à Dieu. D’autres, parmi eux, n’étaient pas circoncis et confessaient leurs péchés à des prêtres ; les uns comme les autres, ils se signaient tous d’un seul doigt en faisant le signe de la croix.

Jacques de Vitry tente de les dissuader de se circoncire.

Ils furent pénétrés de la grâce de Dieu et me promirent fermement qu’ils ne se feraient plus circoncire et feraient dorénavant leurs confessions à des prêtres. Ils se signaient cependant d’un doigt en cachette. Je le tolérai en raison de l’unité de l’essence, et de la trinité de la personne, car il y a trois parties dans un doigt, et nous nous signons au nom de la Trinité et de l’Unité. On m’a signalé plus tard, sous le sceau du secret, le motif pour lequel ils se signent d’un seul doigt ; ils croient qu’il y a une seule et unique volonté dans le Christ, alors qu’il y a d’une part la volonté de la divinité et de l’autre celle de la partie humaine, celle-ci étant soumise à la première comme il est écrit dans l’Évangile36.

  • 37 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 149.
  • 38 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 152.
  • 39 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 149-151.

17Sur le monophysisme des Jacobites, c’est dans l’Histoire de Jacques de Vitry que nous trouverons un supplément d’informations. L’évêque d’Acre confirme que les Jacobites tirent leur nom de leur maître Jacques, disciple d’un patriarche d’Alexandrie37. Excommuniés par Dioscore, patriarche de Constantinople, ils sont séparés de l’Église grecque, puis convertis par Matthieu avant d’être à nouveau induits en erreur. Ils s’alignent sur l’hérésie de la seule nature ou personne dans le Christ, que condamne le concile de Chalcédoine38. Quant à la circoncision et à la confession, elles sont communes à Louis de Rochechouart et à Jacques de Vitry. Cependant, la circoncision, tout comme le dessin de marques distinctives dans la chair par le fer chaud39, encourt la vive condamnation de l’évêque d’Acre qui les juge sans vertu après baptême. Les deux auteurs s’entendent également sur l’originalité de la confession qui, faite à Dieu directement, semble vouloir occulter l’autorité de l’officiant.

  • 40 Par contre, sans avancer l’exposé théologique sur les deux natures du Christ, Jacques de Vitry se c (...)

18Parallèlement, ce que dit l’évêque d’Acre dans ses Lettres sur la symbolique du doigt unique dans le signe de la croix est appliqué par Rochechouart de manière identique aux Nestoriens eux-mêmes, comme nous le verrons ci-après. S’agit-il cependant d’un souvenir que ce dernier puise dans ses lectures, ressuscitant ainsi une vieille idéologie, ou bien d’une observation faite sur le vif ? Nous pencherions pour la deuxième possibilité, puisque Louis de Rochechouart n’entend pas représenter par la symbolique du doigt unique le monophysisme des Jacobites, qui croient à la seule et unique nature dans le Christ, alors qu’il est clair que Jacques de Vitry agit par souci de vulgariser la théologie des deux natures, l’une divine et l’autre humaine, du Christ40.

19Dans la présentation des Nestoriens, c’est surtout le détail dogmatique qui constitue le point capital de divergence. La profession des deux personnes, natures et volontés dans le Christ fait défaut chez Louis de Rochechouart :

  • 41 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Nestoriani dicuntur ab heretico illo Nestorio. Inter cete (...)
  • 42 Jacques de Vitry, Lettres de la cinquième croisade, Lettre ii, p. 71. L’évêque reprend la même idée (...)

Journal de voyage à Jérusalem

Lettres de la Cinquième Croisade

Ils sont dits Nestoriens en raison de cet hérétique Nestorius. Ils disent, entre autres, que le Christ ne fut pas homme. Ils adoptent l’alphabet chaldéen et tiennent la chapelle de Sainte-Marie-Madeleine en pleurs qui se trouve à droite, à la sortie de la chapelle de la Bienheureuse-Marie, que gardent les Frères. Les Nestoriens se signent avec un seul doigt41.

Les Nestoriens ensuite affirment qu’il y a deux personnes dans le Christ, de même qu’il y a en lui deux natures et deux volontés ; en foi de quoi, tout en admettant que le Christ est Dieu, ils disent que Marie a été la mère du Christ, mais non pas de Dieu42.

  • 43 Sur les deux conciles d’Éphèse et de Chalcédoine qui concourent à établir une seule définition de l (...)

20La différence entre Jacques de Vitry et Louis de Rochechouart peut montrer une confusion de nuances. Faut-il comprendre par les « deux personnes », chez Jacques de Vitry, les deux hypostases de la doctrine nestorienne ? Nestorius, moine d’origine syrienne et patriarche de Constantinople à partir de 428, professe en effet dans le Christ une divinité et une humanité conjointes, mais qui ne sont pas unies, alors que le concile d’Éphèse, tenu en 431, établit que le Christ a une seule personne divine comprenant deux natures43. Sous l’influence de Cyrille, patriarche d’Alexandrie, qui bénéficie de l’aval du pape Célestin, les détracteurs de Nestorius en concluent que leur adversaire professe la théorie des deux personnes. L’évêque d’Acre adhère, semble-t-il, à ce parti. Louis de Rochechouart, quant à lui, avance un argument qui cherche à escamoter les considérations théologiques, voire qui toucherait au monophysisme.

  • 44 Badger 1987, vol. ii, p. 2. Grillmeier (1973, p. 436) dit de son côté que Nestorius finit par admet (...)
  • 45 Hatch 1946, p. 27, commente l’écriture des Nestoriens : « Until that time [au milieu du xiiie siècl (...)
  • 46 Badger 1987, p. 14.

21Nous ajoutons trois autres points de différence, dont en premier celui de la fonction de Marie. Jacques de Vitry reproduit la conception nestorienne selon laquelle il est difficile d’admettre que la divinité puisse être engendrée par une femme. Par conséquent, Marie devrait être appelée non pas « mère de Dieu » mais « mère du Christ44 ». Quant à l’alphabet, il est qualifié par Louis de Rochechouart de chaldéen, terme qui serait à prendre comme synonyme de syriaque, puisque l’auteur l’applique à l’écriture des Jacobites. Certaines définitions confirment l’écriture syro-orientale des Nestoriens, dérivant de l’estrangelo45, ornementale et à caractère oncial46. Enfin, la manière particulière de se signer avec un seul doigt est commune aux Jacobites, ainsi que nous le verrons plus loin dans la savante note de Jacques de Vitry qui met en œuvre bien avant Louis de Rochechouart la formule uno digito signum crucis facere, confirmant que l’usage d’un seul doigt, pour se signer, symbolise l’unité de Dieu.

  • 47 Selon Grabois (1998, p. 141) : « Aux xive et xve siècles, les Syriens sont mentionnés par les pèler (...)

22Les Syriens, quant à eux, sont la cible de l’âpre désapprobation de Jacques de Vitry, notamment en ce qui concerne le refus de l’obédience occidentale, lequel mobilise les mêmes expressions dans les Lettres et dans l’Histoire des croisades. Il s’agit du mépris total des sacrements occidentaux et de la révérence des prêtres latins, tel que l’exprime parfaitement la purification des autels après la messe latine. Les Syriens seraient très vraisemblablement les Melkites, qu’une commune tradition veut traduire par « royalistes », dont l’allégeance est initialement vouée au basileus47 : 

  • 48 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Siriani dicuntur a Siria. Improprie vocantur Syriani, qui (...)
  • 49 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, Lettre ii, p. 49-51.

Journal de voyage à Jérusalem

Lettres de la cinquième croisade

Ils sont dits Syriens en raison de la Syrie. Ils s’appellent improprement « Syriani » car le « y » grec est prononcé pendant longtemps « u », comme dans « cupressus » qui signifie cyprès. Ils viennent de la terre des Sarrasins. Il y a de petites différences entre leur culte et celui des Jacobites. Ils adoptent partout la langue et le caractère arabes ou syriens, notamment dans le vernaculaire. En matière de foi, ils s’entendent avec les Jacobites. Ils laissent pousser la barbe et ils la taillent un peu. Ils ont un autel, loin derrière le Sépulcre, et ils gardent le lieu où le Christ fut oint48.

J’ai trouvé en outre des Syriens, traîtres fort corrompus : élevés en effet parmi les Sarrasins, ils se conformaient à leurs mauvaises mœurs, et certains d’entre eux, séduits à prix d’argent, révélaient à des Sarrasins les secrets de la chrétienté. Comme ils utilisaient, à la manière des Grecs, du pain fermenté pour le consacrer, ils méprisaient mes propres sacrements faits à partir de pain azyme ; en foi de quoi ils ne voulaient pas les adorer ni incliner leurs têtes devant eux quand le corps du Seigneur était porté à des malades par nos prêtres ; pis encore, ils refusaient de célébrer sur nos autels, s’ils ne les avaient pas purifiés par les ablutions au préalable. Leurs prêtres, quoiqu’ils eussent des tonsures, coiffaient néanmoins leurs chevelures à la manière des laïcs, et avaient des femmes comme les Grecs ; ils n’en refusaient pas moins les troisièmes noces à leurs laïcs. Leurs filles ne sortaient que voilées, de sorte que personne ne pouvait voir à quoi elles ressemblaient – pas même leurs maris, jusqu’au moment où ils les emmenaient et s’unissaient à elles en mariage49.

  • 50 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 141.
  • 51 La Roque 1984, t. i, vol. i, p. 140-141.
  • 52 Tout en faisant preuve d’un peu plus de réalisme, Jacques de Vitry (Histoire des croisades, liv. i, (...)

23L’explication étymologique, rattachant les Syriens à la Syrie, ne renseigne pas suffisamment sur l’origine de cette nation. L’Histoire des croisades tente de son côté la même onomastique, reprenant l’argument phonétique qui fait des Syriens les originaires soit de la ville de Sūr autrement dit Tyr, soit de la Syrie elle-même50. Certaines explications généralisantes remontent à la période qui précède l’effritement de l’Église orientale : « Le nom de Syrien était celui de tous les chrétiens du vaste pays qui est entre la Cilicie et l’Égypte et qui s’étend depuis l’Euphrate et l’Arabie jusqu’à la mer51. » L’historiographie des croisades semble perpétuer cet usage qu’elle applique aux chrétiens orientaux sans distinction de pays ou d’origine. Jacques de Vitry fait remarquer que la cohabitation des Syriens avec les Sarrasins se fait de son époque au grand dam des préceptes de la foi chrétienne. Dans son réquisitoire, un sujet soulève son indignation plus que d’autres. Les Syriens partagent avec les musulmans certaines mœurs matrimoniales et sociales, en particulier l’usage des « troisièmes noces » que le clergé tolère aux laïcs – point obscur nécessitant commentaire – et le voile obligatoire des femmes52. De son côté, Louis de Rochechouart donne l’impression que ces déviances n’ont plus lieu d’exister au xve siècle.

24Quant aux Maronites, ils sont situés avant tout par Louis de Rochechouart dans leur cadre géographique traditionnel. Évalués à cinquante mille fidèles environ, ils habitent autour des sommets du Liban. Dans la suite, le pèlerin voyageur livre des informations concernant l’alliance politique des Maronites avec les chrétiens occidentaux, laquelle remonte au temps des croisades :

  • 53 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 257 : « Marones sive Maroniti christiani sunt habitantes juxta ju (...)
  • 54 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 156-158.

Journal de voyage à Jérusalem

Histoire des Croisades

Les Maronites sont des chrétiens qui habitent à côté des hauteurs du Liban, près de Damas, de Baruk et de Tripoli. Ils sont dits alors Maronites à cause d’un hérétique, Maron, car ils assurent qu’il y a une seule volonté dans le Christ, mais ils furent convertis par les Frères mineurs. Aujourd’hui, ils s’entendent en tout avec les Latins et ils célèbrent sur les autels. Ils sont différents uniquement par la langue syrienne. Ils obéissent à notre seigneur le pape en toute révérence, et chaque année ils écrivent à sa Sainteté. Ils jeûnent pendant le carême mais ils ne mangent pas de poisson. Ils ont un prince qu’ils appellent le « Moukaddam » et qui est tributaire du sultan. Ce prince possède cinquante villes et cinquante mille hommes habitant à côté des hauteurs du Liban, dans la province de Phénicie. Les Frères nous dirent que les Maronites les interrogeaient très souvent sur la venue des chrétiens et s’ils venaient pour reprendre la Terre sainte qu’ils chérissent eux-mêmes grandement53.

Des hommes, habitant en assez grand nombre auprès de la chaîne du Liban, dans la province de Phénicie et non loin de Biblios, armés d’arcs et de flèches, sont appelés Maronites, du nom d’un certain homme, leur maître, Maron, hérétique qui affirmait qu’il n’y a en Christ qu’une seule volonté et une seule opération. Un certain évêque d’Antioche, nommé Macaire, fut le premier inventeur de cette erreur. Il fut, ainsi que ses complices, condamné dans le sixième concile de Constantinople.

Suit un développement sur la double volonté du Christ et sur le rattachement des Maronites, après une séparation de cinq siècles, à la profession catholique.

Alors cependant rentrant dans leur cœur, ils firent profession de la loi catholique, en présence du vénérable père Amauri, patriarche d’Antioche, abjurèrent leur erreur, et adoptèrent les traditions de la sainte Église romaine. Ainsi, tandis que tous les prélats d’Orient, excepté toutefois les Latins, ne portent point l’anneau et la mitre pontificale, n’ont point en main le bâton pastoral, et au lieu d’employer les cloches pour appeler le peuple dans les églises, ont coutume de faire battre sur les tables avec le bâton ou le marteau, les Maronites, en témoignage d’obéissance, suivent les coutumes et les rites des Latins54.

  • 55 Guillaume de Tyr, Chronicon, liv. xxii, ch. 9, p. 1018.
  • 56 La Roque 1984, p. 141.

25Une telle évocation pousse à réfléchir sur deux points précis. Il s’agit d’abord du nombre des Maronites qui, conformément au Journal de voyage, est bien modeste au xve siècle. En l’espace de trois siècles, leur nombre aurait décrû d’une dizaine de milliers d’individus, si l’on se réfère à l’estimation de Guillaume de Tyr qui s’en tient, lui, au chiffre de soixante mille55. Un problème se pose : les évaluations démographiques telles que les avancent les sources premières occidentales des croisades se fondent sur des approximations, et celles-ci sont relancées plus tard, sans réexamen, par d’autres sources. La question du nom de « Maronite », ensuite, semble avoir besoin de précision, car les fidèles de Maron possèdent plusieurs monastères en Syrie, parmi lesquels celui de Saint-Maron, construit sur l’Oronte, dont les moines établissaient des relations étroites avec la population56. C’est cette relation qui valut aux fidèles de la communauté leur nouvelle appellation, provenant ainsi non pas directement du chef mais de son monastère et les distinguant par conséquent des autres communautés chrétiennes.

  • 57 Guillaume de Tyr de son côté se sert de celle de « heresiarcha ». Pour La Roque (1984, p. 135-137) (...)
  • 58 Nous trouvons dans le lexique hérésiologique de Sélis (1988, p. 60) que les ancêtres des Maronites (...)
  • 59 Ceci eut lieu en 1182, tel que le dit Guillaume de Tyr, Chronicon, liv. xxii, ch. 9, p. 1018-1019.

26D’autre part, le propos dogmatique fait sur la profession des Maronites mérite d’être revu. Quand il évoque Maron, qu’il accuse de professer une seule volonté dans le Christ, Louis de Rochechouart reprend l’expression d’« hereticus57 ». Les Maronites eux-mêmes ne s’acharnent pas à réfuter cette critique, puisqu’il s’agit non pas de monophysisme, qui professe la seule nature divine du Christ, tel que les confusions historiques semblent vouloir le confirmer, mais de monothélisme58 qui soutient les deux natures, l’une divine et l’autre humaine, la divinité absorbant l’humanité, auxquelles les fidèles ajoutent cependant une seule volonté. Ceci nous conduit à dire que, jusqu’au xve siècle, ne sont pas encore clairement dégagés les concepts d’hérésie et de secte, d’où la nécessité de relativiser certaines affirmations, comme, en particulier, l’expression de « conversi fuerunt », mise en œuvre à tort, là où il vaudrait mieux dire rattachement de la communauté maronite à la juridiction catholique de Rome59.

27On ne saurait être insensible à la méthode des deux auteurs. Privilégiant le style énumératif, tous deux excluent le discours direct, voire le rapport indirect de dignitaires ou de fidèles, pour se fonder sur l’unique observation personnelle – la mise en œuvre des modestes témoignages des Frères mineurs ne leur vaut pas le statut de référence. Il importe cependant de tirer au clair deux intentions inégales. Jacques de Vitry entreprend une description appesantie de la Terre sainte, alors qu’il s’acquitte de son épiscopat à Saint-Jean d’Acre. L’inspiration anthropologique de ses œuvres, mieux visible dans les Lettres de la Cinquième croisade que dans l’Histoire des croisades, favorise la prééminence de son observation. Par contre, le court récit de Louis de Rochechouart inventorie des notes selon un rythme de courte haleine, celui d’un pèlerinage réalisé dans la difficulté et consigné au jour le jour. C’est ce qui scelle son genre de carnet de voyage. La longue introduction de Couderc, confiante dans les archives officielles et divers témoignages, laisse comprendre que Louis de Rochechouart n’a pas eu le temps matériel de tout examiner. L’évêque de Saintes dit qu’il part de Paris le 9 avril 1461, qu’il se trouve déjà à Jérusalem au mois de juillet, mais ne précise pas la fin du voyage. C’est Couderc, l’éditeur du texte, qui nous informe que le pèlerin est rentré en France vers la fin de la même année. Si certaines de ses observations sont d’un réalisme incontestable, la présence des calques serait justifiée par la précipitation du voyage.

28En tout cas, un récit de voyage n’est pas obligatoirement un récit « savant ». Certes, le texte renferme des aperçus judicieux permettant une exploration objective de la Jérusalem de la fin du xve siècle, ne pouvant pas toutefois prétendre à l’élaboration d’une prosopographie suffisante des différentes communautés chrétiennes. Les réflexions, tant celles qui véhiculent une même réalité depuis la genèse des communautés que celles qui paraissent toutes originales, contiennent assez souvent incertitudes et confusions. Il s’agit au total d’un texte susceptible d’un apport historique, qui n’est point cependant historique lui-même puisque son intention n’est pas de faire de l’histoire pure. Nous l’aurons senti sans doute à l’incohérence de la structure de ses commentaires, au manque d’érudition dans beaucoup d’informations, à l’expression du désir premier de s’initier à l’Ailleurs dans un endroit non connu, ainsi qu’à la ferveur d’effectuer le saint pèlerinage.

Bibliographie

Sources
Anonyme, De Via eundi de Iope in Ierusalem et de sancto sepulchro et aliis locis, dans éd. S. de Sandoli: Itinera Hierosolymitana Crucesignatorum, sæculo XII- XIII, vol. III, Tempore recuperationis Terræ sanctæ (1187-1244), Jérusalem, Franciscan Printing Press, 1983.

Emmanuel Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, dans Régnier-Bohler, Danielle (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe–XVIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 1173-1225 [Introduction, p. 1168-1172].

Guillaume de Tyr, Chronicon, éd. R. B. Huygens, Turnhout, Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediævalis, LXIII A), 1986.

Jacques de Vitry, Histoire des croisades, éd. F. Guizot, Paris, J.-L.-J. Brière (Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France de Guizot), 1825.

Lettres de la cinquième croisade, éd. R. B. Huygens et trad. G. Duchet-Suchaux, Turnhout, Brepols, 1998.

Louis de Rochechouart, « Journal de voyage à Jérusalem », éd. C. Couderc, Revue de l’Orient latin 1, 1893, p. 168-274.

Journal de voyage à Jérusalem, trad. B. Dansette, dans Régnier-Bohler, Danielle (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe–XVIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 1129-1167 [Introduction, p. 124-128].

[Maître Thietmar =] Magister Thetmarus, Iter ad Terram Sanctam, dans éd. S. de Sandoli : Itinera Hierosolymitana Crucesignatorum, sæculo XII-XIII, vol. III, Tempore recuperationis Terræ sanctæ (1187-1244), Jérusalem, Franciscan Printing Press, 1983.

Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem et au mont Sinaï, trad. B. Dansette, dans Régnier-Bohler, Danielle (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe–XVIe siècle , Paris, Robert Laffont, 1997, p. 1173-1225 [Introduction, p. 1168-1172].

Simeon Semeonis, Le voyage de Simeon Semeonis d’Irlande en Terre sainte, trad. Ch. Deluz, dans Régnier-Bohler, Danielle (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe – XVIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1997, p. 964-995 [Introduction, p. 959-963].

Études
Assfalg, Julius, Kruger, Paul, 1991 : Petit dictionnaire de l’Orient chrétien, Turnhout, Brepols.

Badger, Georges Percy, 1987: Nestorians and their Rituals, vol. II, Londres, Darf Publishers Limited.

Clermont-Ganneau, Ch., 1905 : « Le Pèlerinage de Louis de Rochechouart », Recueil d’archéologie orientale, Paris, Ernest Leroux, p. 125-141.

Dalmais, Irénée-Henri, 1980 : Liturgies d’Orient, Rites et symboles, Paris, Le Cerf.

Grabois, Aryeh, 1998 : Le Pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Age, Paris-Bruxelles, De Boeck Université, p. 137-144.

Grillmeier, Aloys, 1973 : Le Christ dans la tradition chrétienne. De l’âge apostolique à Chalcédoine (451), Paris, Le Cerf.

Hatch, William Henry Paine, 1946: An Album of Dated Syriac Manuscripts, Boston-Massachusetts, The American Academy or Arts and Sciences.

Joseph, John, 1983: Muslim-Christian Relations and Inter-Christian Rivalries in the Middle East: The Case of the Jacobites in an Age of Transition, New York, State University of New York.

La Roque, Jean de, 1984 : Des Maronites, dans recueil de textes établis, traduits et présentés par Y. Moubarak, t. I, vol. I, Pentalogie antiochienne : domaine maronite, Beyrouth, Cénacle libanais.

Legrand, Léon, 2001 : « Relation du pèlerinage à Jérusalem de Nicolas Martoni (1394-1395) », Revue de l’Orient latin 3, 1895, p. 566-669, réimpression.

Moosa, Matti, 1986: The Maronites in History, Syracuse New York, Syracuse University Press.

Richard, Jean, 2003 : « ‘Manières de Crestiens’ : les Chrétiens orientaux dans les relations de pèlerinages aux Lieux-saints (XIIe–XVe siècles) », dans S. Pittaluga (éd), Relazioni di viaggio e conoscenza del mondo fra medievo e umanesimo, Genova, 1993. Réimpr. dans Francs et Orientaux dans le monde des croisades, Ashgate, Variorum, ch. XXVI, p. 89-110.

Sélis, Claude, 1988 : Les Syriens orthodoxes et catholiques, Turnhout, Brepols.

Notes

1  Richard 2003, XXVI, p. 96.

2  Louis de Rochechouart, Journal de voyage à Jérusalem, p. 168-274.

3 Louis de Rochechouart, p. 170.

4 Nous avons adopté, pour les Lettres de la cinquième croisade, le texte latin établi par Huygens et traduit par Duchet-Suchaux 1998 ; et pour l’Histoire des croisades, la traduction de l’Historia Orientalis faite par Guizot 1825. Les traductions de Louis de Rochechouart sont de nous

5 Louis de Rochechouart, ch. vi, p269 : « Accepi in monte Syon, e libro episcopi Acconensis, hec que sequuntur : In deserto Johannis Baptiste sunt calami habentes succum dulcissimum, et fit ex illo succo zucara. » Le témoignage de Clermont-Ganneau 1905, p. 126, confirme l’influence de Jacques de Vitry « dont [Rochechouart] a lu ou relu sur place l’histoire, dans un manuscrit conservé dans le couvent franciscain du Mont-Sion. »

6 Louis de Rochechouart, ch. iii, p. 251 : « Ibi olim edificata fuit capella mire et eximie pulchritudini, tota vestita marmoreo tabulatu ... Tectum sive volta ab intus tota deaurata fuit cum sumptuosis picturis... In capella predicta sunt tria altaria. In eadem ordine, inter duo prima, est locus affixionis crucis et rupis incise locus. Et hec duo, cum residuo capelle, est Armenorum. Tercium altare est in angulo, quod est Latinorum, et habent Fratres Minores, quando volunt ibi celebrare divina. »

7 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Sed quando venimus, non voluerunt Greci permittere nos dormire, et proiecerunt aquam in loco quo quiescere debebamus. Sed gardianus fecit planctum et tunc Sarraceni posuerunt malefactorem in carceribus. »

8 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 254-255 : « Latini dicuntur Hierosolimis Fratres Minores, qui habitant in monte Syon, sed habent fratres continue in ecclesia Sepulchri tres vel quatuor, qui dicunt horas beate Marie quam custodiunt, et habent duas vel tres cameras. Retro capellam beate Marie, est cisterna bona et cetera necessaria pro usu cothidiano. Habent insuper custodiam Sanctissimi Sepulchri et altare proprium in monte Calvarie. »

9 C’est plutôt par l’expression « plusieurs fois », au lieu de « mille fois », que nous rendons « mille vicibus ».

10 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Indi seu Orientales, sub dominio presbyteri Johannis. Hi observant circumcisionem, celebrant in fermentato, conveniunt in multis cum Jacobitis, cantant divina, tenentes baculos in manibus, circulum faciunt in modum choree et ululant, more luporum quando dicunt : Christe eleyson, vel : Alleluya, dicunt mille vicibus. Faciunt abstinencias multas ; a cena Domini ad diem dominicam non comedunt ; non confitentur. »

11 Le début du chapitre iv, p. 254, qui énumère les différentes communautés chrétiennes habitant à Jérusalem, assimile Indiens à Abyssins : « Et primum Latini, Greci, Armeni, Jacobite, Gorgiani vel Giorgiani, Syriani, Indi, qui alio modo dicuntur Abassis, Marones, Nestoriani et Christiani de Zona. »

12 Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem et au mont Sinaï, p. 1190.

13 Emmanuel Piloti, Traité sur le passage en Terre sainte, p. 1263.

14 Assfalg et Kruger (1991, p. 173) disent que l’Éthiopie aurait connu le monophysisme avec l’arrivée des رeuf saints romains en l’an 500, sans que l’Église éthiopienne en devînt pour autant monophysite. L’explication que donne Régnier-Bohler du Prêtre Jean dans le Traité sur le passage en Terre sainte d’Emmanuel Piloti (n. 1, p. 1263), établit que le Prêtre Jean est le négus d’Abyssinie, un Copte égyptien monophysite.

15 Nous soulevons la difficulté que pose l’expression « in capite », dont nous serions encline à tenir compte pour proposer « les Sarrasins ont un turban de couleur blanche ». D’ailleurs, on retrouve le même sens chez Nicolas de Martoni : « Sunt christiani de centura qui vadunt cum dictis vestimentis et portant capita ita ligata, verum facioli sunt coloris azolini et sunt boni christiani... », voir Legrand 2001, p. 588. Toutefois, pour admettre une telle traduction, il faudrait sacrifier le terme de « habitum ». Ceci est difficile, puisque dans Le voyage de Symon Semeonis d’Irlande en Terre sainte (p. 977), l’auteur dit que les chrétiens de la Ceinture se distinguent par la couleur, non pas de la coiffe, mais de la toile : « Les juifs Rabanym portent une toile jaune ou écarlate pour être aisément reconnus, et les chrétiens, sauf les Francs, une bleue ou rouge ; ces chrétiens portent la ceinture dont ils tirent leur nom ; elle est de soie ou de lin. »

16 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 257 : « Hi omnes sunt Greci sed gerunt parem et similem habitum Sarracenis, excepto colore, quoniam Sarraceni habitum coloris albi [habent] in capite, christiani isti perseum sive azurinum colorem. Magna est controversia quare de Zona vocantur. Dicunt uni quia a zona Virginis, quam misit ad beatum Thomam, quando ipsa assumpta est in celum et hos omnes christianos convertit ad fidem. Hoc falsum est, quia Thomas predicavit in India. Ideo racio potissima quare dicuntur de Zona est ista : quia mos Sarracenorum, in habitu quem isti in omnibus observant, excepto colore, est quod decincti gradiuntur, et isti pariter quandoquidem accinctis renibus et nullomodo aliter ingrediuntur. Quod vidimus testamur, et hoc idem asserunt Fratres. »

17 Nous proposons « maisons » à mansiones qui pourrait désigner aussi bien « demeures » que « sièges ».

18 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 144.

19 Pour Jacques de Vitry (Histoire des croisades, liv. i, p. 145) Grecs et Syriens nient que le Saint Esprit procède du Fils. Fort de l’appui des évangiles, l’évêque d’Acre confirme que Jésus, en recommandant à ses disciples de recevoir le Saint Esprit, a « manifestement démontré que lui-même souffle ce Saint Esprit, et qu’il procède par conséquent de lui comme du Père, comme le lien et l’amour qui les unit tous deux ».

20 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Ipsi vero de die in diem vertuntur in errores suos in processione Spiritus Sancti a Patre et Filio, celebrantque in pane fermentato, nec credunt Romanum pontificem, vicarium Christi. »

21 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 144.

22 Joseph 1983, p. 32: « After the Crusades, Benedict XII called (1340) a provincial synod in Cyprus, where the Jacobite, Armenian, Georgian, and Nestorian bishops professed the Catholic faith, but this move too proved to be without any firm foundation. A more formal contact was made between Rome and the various Middle Eastern Churches at the Council of Florence (1438) about a hundred years later. After healing the schism with the Greek Orthodox Church of Constantinople, union with the Monophysite Armenians was effected in 1439, followed by others: Egyptians and Ethiopians (1442); Syrian Jacobites (1444); and Nestorians (1445). »

23 Louis de Rochechouart, p. 171.

24 Il nous a paru plus logique de prendre « hostium » pour « ostium » ou « entrée ».

25 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255 : « Armeni a Latinis modicum discrepant, sed inter eos et Grecos odium implacabile, et in contumeliam Grecorum bis comedunt carnes, in die Veneris, annuatim. Sunt amicissimi nostri ; osculantur manus nostras et venerantur nos plurimum ; habent habitum fere similem Grecis. Habent suum episcopum sive patriarcham in domo morantem propria, quam habent Hierosolimis. Habent etiam terras et possessiones… De fide eorum sciendum est quod non celebrant Nativitatem Christi, sed tempore Nativitatis jejunant, et in die Epyphanie solemnizant. In ceteris satis conveniunt nobiscum. Habent propriam litteram. Armeni custodiunt locum Calvarie, ecclesiam Sancti Jacobi Majoris et locum in quo stat lapis positus ad hostium monumenti, qui dicitur domus Cayphe. »

26 Jacques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 158-160.

27 Dalmais 1980, p. 57.

28 Jacques de Vitry, Lettres de la Cinquième Croisade, Lettre ii, p. 51.

29 Jacques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 160.

30 Assfalg et Kruger 1991, p. 179.

31 Nous nous référons à l’anthologie de Sandoli 1983, vol. III, p. 98, pour puiser les exemples suivants. Dans le De Via eundi de Iope in Ierusalem et de sancto sepulchro et aliis locis, datant de 1175, l’auteur anonyme s’exprime en termes de vénération élogieuse : « Alii sunt Georgiani, sanctum Georgium solempni pompa colentes... ». De son côté, Maître Thietmar fait observer la même chose dans son Iter ad Terram sanctam qui remonte à 1217 : « Alii quidem sunt Georganii sanctum Georgium venerantes… », ibid., p. 290.

32 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 255-256 : « Georgiani dicuntur qui sanctum Georgium solemnizant, vel melius a Georgio heretico, cujus sequuntur errorem, barbam et comam immensam nutrientes, gestant pilleos immensos. Isti, tam laici quam ecclesiastici, coronas deferunt, sed laici quadratas, ecclesiastici vero rotundas. Sacrifiant in fermentato pane et fere in omnibus imitantur Grecos. Litteram tamen propriam habent. Tenent altare sub monte Calvarie et locum in quo fuit inventa crux. »

33 Jaques de Vitry, Histoire des Croisades, liv. i, p. 161-162.

34 Récit anonyme d’un voyage à Jérusalem et au mont Sinaï (p. 1190) : « Une fois par an, ils [les Géorgiens] se rendent très nombreux en procession au Saint-Sépulcre, sans payer aucun tribut au sultan ni aux Maures, entrant à Jérusalem et dans la basilique la bannière déployée. »

35 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Jacobite sive Jacobini, a Jacobo heretico, in Nestorianam heresim depravato, Caldeam habent litteram propriam, et habent capellam retro sepulchrum contiguam. Hi circumdunt se, non confitentur, sed loco confessionis ponunt se retro altare, cum incenso fumante, et dicunt quod ascendunt peccata cum fumo. Velant capita celebrando, discalciatis pedibus. »

36 Jacques de Vitry, Lettres de la cinquième croisade, Lettre ii, p. 49. 

37 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 149.

38 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 152.

39 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 149-151.

40 Par contre, sans avancer l’exposé théologique sur les deux natures du Christ, Jacques de Vitry se contente dans l’Histoire des croisades (liv. i, p. 153) du seul noyau de l’information : les Jacobites se signent avec un seul doigt qui symbolise « l’unité de l’essence divine et la Trinité par les trois actes successifs ».

41 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Nestoriani dicuntur ab heretico illo Nestorio. Inter cetera dicunt Christum hominem non fuisse. Habent litteram Caldeam, habent capellam Sancte Marie ante apparicionem Magdalene, ad manum dextram, in exitu capelle Beate Marie, quam tenent fratres. Hi faciunt signum crucis cum uno digito. »

42 Jacques de Vitry, Lettres de la cinquième croisade, Lettre ii, p. 71. L’évêque reprend la même idée dans l’Histoire des croisades (liv. i, p. 153-154) disant que Nestorius, évêque de Constantinople, est hérésiarque, qu’il nie que la Vierge Marie soit mère de Dieu et que l’hérésie établissant les deux personnes dans le Christ mais refusant le Christ unique par le Verbe de Dieu et par la chair est réprouvée par le concile d’Éphèse.

43 Sur les deux conciles d’Éphèse et de Chalcédoine qui concourent à établir une seule définition de la personne de Jésus-Christ, voir l’exposé de Grillmeier 1973, p. 17-31.

44 Badger 1987, vol. ii, p. 2. Grillmeier (1973, p. 436) dit de son côté que Nestorius finit par admettre que Marie peut être nommée « Mère de Dieu », en raison de l’union de l’humanité du Christ avec sa divinité.

45 Hatch 1946, p. 27, commente l’écriture des Nestoriens : « Until that time [au milieu du xiiie siècle] their handwriting was of the Estrangela type. » Cette écriture dut subir des modifications après cette date.

46 Badger 1987, p. 14.

47 Selon Grabois (1998, p. 141) : « Aux xive et xve siècles, les Syriens sont mentionnés par les pèlerins, essentiellement lors de leurs classifications des religions de la Terre sainte. À ce propos, on a maintes fois confondu les melkites, donc l’Église syrienne ralliée aux Grecs orthodoxes, dont la liturgie était en syriaque, avec les Jacobites, qui s’en sont séparés au vie siècle. C’est ainsi qu’on les qualifiait tantôt de schismatiques, à l’instar des Grecs, tantôt d’hérétiques, prouvant par là que les auteurs de récits n’étaient pas capables ou ne désiraient pas en savoir plus sur cette communauté, en cherchant à aller au-delà des récits superficiels des guides. »

48 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 256 : « Siriani dicuntur a Siria. Improprie vocantur Syriani, quia illa y greca interdum resonant pro u, ut cupressus, cypressus. Isti sunt de terra Sarracenorum ; inter cultum eorum et Jacobitarum parva differencia. Litteram, linguamque habent in omnibus arabicam sive syriam, precipue in vulgari. In fide conveniunt cum Jacobitis. Nutriunt barbam, sed parumper illam castigant. Habent altare, remote, retro Sepulchrum, et custodiunt locum in quo Christus unctus fuit. »

49 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, Lettre ii, p. 49-51.

50 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 141.

51 La Roque 1984, t. i, vol. i, p. 140-141.

52 Tout en faisant preuve d’un peu plus de réalisme, Jacques de Vitry (Histoire des croisades, liv. i, p. 141-148) corrobore de son côté l’ensemble de ces détails. Toutefois, la chronique mentionne non pas les troisièmes noces des laïcs, mais le mariage des prêtres syriens, identique à l’usage actuel. Ceux-ci gardent les femmes qu’ils épousent avant d’entrer dans l’ordre, alors que les célibataires doivent observer le vœu de chasteté, après engagement.

53 Louis de Rochechouart, ch. iv, p. 257 : « Marones sive Maroniti christiani sunt habitantes juxta juga Libani, prope Damascum et Baruc atque Tripolim. Dicuntur autem Marones a quodam heretico Marone, qui tantum unam voluntatem in Christo esse asserunt, sed conversi fuerunt per Fratres Minores, et hodie in omnibus conveniunt cum Latinis, et celebrant ad altare. Eorum sola differencia in lingua quam habent Syriani. Hii cum summa reverencia obediunt domino nostro pape et singulis [annis] ad suam scribunt sanctitatem. In quadragesima jejunant, sed pisces non comedunt. Habent principem quem Machademum vocant, qui tributarius est soldano. Iste princeps habet quinquaginta villas et quinquaginta milia hominum habitancium prope juga Libani, in provincia Phenicis. Dixerunt nobis Fratres quod sepius eos interrogaverunt de adventu Christianorum, si veniant pro recuperacione Terre Sancte, quod magnopere ipsi affectant ; et occulte interficiunt Sarracenos ; et interrogaverunt Fratres Minores si peccatum erat ex quo presbyteri eorum non voverunt castitatem. Habent patriarcham qui ordinat presbiteros suos. »

54 Jacques de Vitry, Histoire des croisades, liv. i, p. 156-158.

55 Guillaume de Tyr, Chronicon, liv. xxii, ch. 9, p. 1018.

56 La Roque 1984, p. 141.

57 Guillaume de Tyr de son côté se sert de celle de « heresiarcha ». Pour La Roque (1984, p. 135-137) Guillaume de Tyr est incapable de faire autorité, puisqu’il s’aligne sur l’avis d’Eutychius, patriarche d’Alexandrie, autrement dit Saīd b. Batrīk, le seul à défendre la thèse de l’hérésie de Maron. Saīd b. Batrīk prétend que la lettre du pape Jean IV comporte une condamnation de Maron et de son erreur. Pour se défendre, les Maronites réfutent l’hypothèse d’Ibn Batrīk et disent qu’il vaut mieux lire cette lettre dans les actes arabes des conciles et dans Anastase le Bibliothécaire, où elle ne dit rien de l’hérésie. En général, on ne trouve ni chez les Pères de l’Église ni dans les actes des conciles de condamnation de Maron.

58 Nous trouvons dans le lexique hérésiologique de Sélis (1988, p. 60) que les ancêtres des Maronites auraient pu être adeptes du monothélisme que l’auteur définit comme une « tentative de conciliation entre Chalcédoniens et Monophysites », et qui professe non plus une seule énergie mais une seule volonté dans le Christ. C’est ce que tente de confirmer de son côté Moosa 1986, p. 101: « In fact, these monks of Marun and the people who joined them after 630 continued to profess the faith of Chalcedonian Malkites, they maintained that the two natures of Christ were united in one person and in one will. They only became distinct from each other after 680, when the Malkites accepted the doctrine of the two wills in Christ propagated by Maximus and confirmed by the Sixth Council. »

59 Ceci eut lieu en 1182, tel que le dit Guillaume de Tyr, Chronicon, liv. xxii, ch. 9, p. 1018-1019.

Auteur

Université Saint-Esprit de Kaslik

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540