Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Présences chrétiennes dans le Bilād al-Šām

Genèse des relations entre Arméniens et Mamelouks

La bataille de Marrī, première attaque sur le Bilād Sīs (664/1266)

Julien Gilet

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier Denise Aigle qui m’a apporté de nombreux et précieux conseils, corrections et (...)
  • 1 Alishan 1899, p. 480-481.
  • 2 Canard 1967, en particulier p. 227-237.
  • 3 Amitai-Preiss 1995, p. 116-118.
  • 4 Stewart 2001, p. 48-49.
  • 5 Āl Ṯānī 2007, p. 226-227.

1Aucune véritable étude sur la première attaque du royaume arménien de Cilicie n’a été réalisée jusqu’à aujourd’hui*. Certains auteurs ont consacré quelques pages à cet événement, qui nous semble fondateur dans les futures relations entre Arméniens et Mamelouks. Le père Léonce Alishan, dans son ouvrage intitulé Sisouan ou l’Arméno-Cilicie1, décrit la bataille. Mais malheureusement pratiquement sans aucun apparat critique ; les auteurs des passages traduits ne sont même pas cités. Par conséquent, cet ouvrage, qui est une mine d’informations pour l’histoire arménienne, ne peut pas être exploité à sa pleine mesure. Dans un article sur les relations entre le sultanat mamelouk et le royaume arménien2, Marius Canard, en une dizaine de pages, décrit la bataille sans véritablement en faire une étude historique approfondie. Reuven Amitai l’évoque rapidement, en trois pages, dans son ouvrage qui se concentre sur les relations entre Mamelouks et Mongols. Cette bataille n’est finalement que secondaire dans son étude3. Nous trouvons peu de choses dans le livre d’Angus Stewart publié en 2001, qui utilise presque uniquement des sources traduites4. Il est vrai que ces événements n’ont pas eu lieu dans la tranche chronologique de son étude (dernier tiers du viie/xiiie-début du viiie/xive), mais Stewart aurait pu montrer dans son introduction la portée (militaire, diplomatique et symbolique) que cette première attaque mamelouke eut sur les relations entre Arméniens et Mamelouks jusqu’en 776/1375, date de la chute définitive du royaume arménien de Cilicie. Plus récemment encore est parue une thèse soutenue à l’université du Caire en 2006 sur les relations politiques entre les Mongols et le royaume arménien de Cilicie (629-673/1232-1277) seules deux pages sont consacrées à cet événement5.

2Comme nous pouvons le constater, finalement, peu de choses ont été écrites sur cette attaque, alors même que les sources sont très nombreuses et que certaines fournissent de nombreux détails intéressants, non seulement pour l’étude de cet événement, mais aussi pour la compréhension des relations complexes entre Arméniens, Mamelouks et Mongols dans le dernier tiers du xiiie siècle. Les principales sources sont bien entendu en arabe et en arménien, mais nous disposons également de textes en syriaque, moyen français et latin. Soit, en fait, dans presque toutes les langues qui permettent d’étudier le Proche-Orient à cette époque. Cette première attaque a marqué les esprits des auteurs et des populations chrétiennes et musulmanes du Proche-Orient.

  • 6 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers.
  • 7 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelcʿi.
  • 8 Ce que les sources arabes du viie-viiie/xiie-xive siècle nomment « Bilād Sīs » ou « Bilād al-Arman  (...)
  • 9 Sembat, La chronique attribuée au connétable Smbat.
  • 10 Hayton, La fleur des histoires de la Terre d’orient et Table chronologique. Voir Mutafian 1996, qui (...)
  • 11 Vahram d’Édesse, Chronique rimée des rois de Petite Arménie.
  • 12 Jean Dardel, Chronique.
  • 13 Dédéyan 1998.
  • 14 Nous tenons à remercier le professeur Gérard Dédéyan de nous avoir transmis ses traductions tirées (...)

3Si nous considérons que les sources arabes rapportent la vision du camp vainqueur et les sources arméniennes celle des vaincus, nous pouvons nous attendre à des contradictions entre les deux groupes de sources. Mais, paradoxalement, les textes ne divergent que sur quelques détails. Nous pouvons les répartir en grandes familles. Les sources arméniennes peuvent être divisées en deux ensembles : celles dites de « Grande Arménie » (Grégoire d’Akner6 et Vardan l’Oriental7) et celles du Bilās Sīs8 (le Connétable Sembat9, Hayton10 et Vahram d’Édesse11). Tous ces auteurs sont contemporains des faits. Les deux premiers, qui sont loin de l’action, livrent des récits parfois imprécis, comme nous le constaterons plus tard. Cependant, ils sont intéressants : ils forgent une « représentation » de cette invasion afin de la graver dans la mémoire du peuple arménien. Les autres auteurs contemporains des faits livrent des témoignages de première main. On peut supposer qu’ils ont participé militairement à la défense du royaume, c’est sans doute le cas pour le connétable Sembat. Un texte plus tardif, écrit en moyen français par Jean Dardel, apporte un témoignage en quelque sorte « extérieur12 ». L’ouvrage fut rédigé plus de cent ans après le déroulement des faits, par un religieux franciscain, natif d’Étampes. Lors d’un pèlerinage à Jérusalem en 778/1377, Jean Dardel fait la rencontre au Caire du roi Lewon V alors prisonnier du sultan al-Ašraf Šaʿbān (r. 764-778/1363-1377). Il devient son secrétaire personnel et retourne en Occident pour interpeller les monarchies européennes sur le sort du roi. Il est finalement libéré et conserve Jean Dardel à son service en tant que « chancelier d’Arménie ». Il se met alors à rédiger une chronique universelle qui se termine au milieu de l’année 786/1384. Jean Dardel est bien l’auteur, mais Lewon V lui a sans doute dicté avec précision cette partie de l’histoire du royaume arménien. Le récit, quasi légendaire, au début du texte, se transforme en ce qui concerne les dernières années en un véritable « récit de mémoire » du roi  Lewon V. Le texte est empreint d’un « patriotisme arménien » que le contexte de la perte du royaume au profit des Mamelouks rendait presque obligatoire. En cela il se rapproche de l’ouvrage écrit par Hayton (Hetʿum l’Historien) qui fut présenté au pape Clément V à Poitiers en août 1307. Ces deux textes sont de véritables appels à inciter de nouveaux croisés à partir pour délivrer les lieux saints. À côté de ces chroniques arméniennes, nous avons utilisé également des colophons de manuscrits. Ces notes prises sur le vif, parfois écrites durant les événements mentionnés ou peu de temps après, nous donnent des renseignements très précis13. Nous avons étudié deux colophons écrits à l’époque des faits par un auteur anonyme et par un certain Stepʿanos de Vahka, sur lequel nous reviendrons plus tard14.

  • 15 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar.
  • 16 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya fī l-tārīḫ
  • 17 Ibn Šākir al-Kutubī, ʿUyūn al-tawārīḫ.
  • 18 ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān fī tārīḫ ahl al-zamān.
  • 19 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk.
  • 20 Ibn Abī l-Faḍāʾil, al-Nahǧ al-sadīd wa-l-durr al-farīd fī mā baʿda tārīḫ Ibn al-ʿAmīd.
  • 21 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira.
  • 22 Ḏahabī (al-), Tārīḫ al-islām.
  • 23 Yūnīnī (al-), Ḏayl mirʾat al-zamān.
  • 24 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra fī tārīḫ al-hiǧra ; — Muḫtār al-aḫbār.
  • 25 Ḫazindārī (al-), Taʾrīḫ maǧmūʿ al-nawādir.
  • 26 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir fī sīrat al-Malik al-Ẓāhir.
  • 27 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarāʾ al-Šām wa-l-Ǧazīra.
  • 28 Voir en annexe l’étude sur le champ lexical.

4Nous avons sélectionné une quinzaine d’auteurs arabes qui ont fait le récit de cette bataille. Que ce soient des auteurs syriens (Abū l-Fidā15, Ibn Kaṯīr16, Ibn Šākir al-Kutubī17), égyptiens (al-ʿAynī18, al-Maqrīzī19, Ibn Abī l-Faḍāʾil20, Ibn Taġrī Birdī21), qu’ils soient religieux (al-Ḏahabī22, al-Yūnīnī23), militaire (Baybars al-Manṣūrī24), « fonctionnaire » du sultanat mamelouk (al-Ḫazindārī25), des proches du sultan Baybars auteurs de biographies royales (Ibn ʿAbd al-Ẓāhir26 et Ibn Šaddād27), tous ont mentionné cet événement, tout en ayant chacun une manière particulière de le raconter en fonction du but recherché ou de la position de l’auteur par rapport au pouvoir. Certains se sont contentés de quelques lignes succinctes, tandis que d’autres ont largement décrit les faits et loué en particulier la figure du sultan Baybars28.

  • 29 Les biographies royales de Baybars s’inscrivent dans la même perspective que celles composées à l’a (...)
  • 30 ʿAbbāsī (al-), Nuzhat al-mālik wa-l-mamlūk.
  • 31 Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya.

5Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, secrétaire et biographe officiel de Baybars, est l’auteur qui détaille le plus les événements qui se déroulent dans le royaume arménien de Cilicie. Ce dernier est largement copié par Baybars al-Manṣūrī et complété par Ibn Šaddād. Il donne du règne du sultan mamelouk une vision beaucoup plus nuancée et apporte de nombreux renseignements de première main sur la géographie historique du Bilād al-Šām. Malheureusement, la partie de sa chronique, antérieure à 670/1270 et également dédiée à Baybars, ne nous est pas parvenue. Ce texte contenait peut-être des informations complémentaires. Nous aurions ainsi pu comparer deux « chroniques royales » rédigées par des témoins directs des faits29. Les auteurs plus tardifs ont aussi mentionné l’attaque sur le Bilād Sīs mais, avec le temps, les versions d’al-ʿAbbāsī30 ou d’Ibn Duqmāq31, par exemple, se réduisent à quelques faits. L’étude de ces textes tardifs est toutefois intéressante dans la mesure où les auteurs donnent, comme Jean Dardel, une représentation de l’événement plus de cent ans après son déroulement. Les auteurs rapportent ce que la mémoire sociale collective en avait retenu.

  • 32 Bar Hebræus, The Chronography of Gregory Abûl Faraj.
  • 33 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal.
  • 34 Voir Aigle 2005 — 2008. Sur la perspective dans laquelle s’inscrit l’historiographie syriaque, voir (...)
  • 35 Aigle (2005 — 2008, p. 25-61) fait une étude littéraire des parties concernant les Mongols et en mo (...)
  • 36 Dioscorus de Gazarta a rédigé une biographie dans laquelle il prétend que Bar Hebræus avait une pra (...)
  • 37 Teule 2003, p. 22, 38, n. 16 ; Aigle 2008, p. 43.
  • 38 Teule 2003, p. 38-39, n. 16 ; Aigle 2008, p. 43.

6Ibn al-ʿIbrī (m. 684/1286), connu également sous le nom de Bar Hebræus, a rédigé deux chroniques d’ampleur inégale. Sa chronique universelle en syriaque est constituée de deux parties : une « histoire profane32 »(Maktebonut zabnē) et une « histoire ecclésiastique ». Il est également l’auteur d’une chronique en arabe intitulée Muḫtaṣar taʾrīḫ al-duwal33 que l’on a souvent considérée, à tort, comme un résumé du texte syriaque34. Bien que tardif par rapport à l’attaque sur Sīs, le témoignage de ce patriarche jacobite est plus neutre35. Il n’est pas certain qu’Ibn al-ʿIbrī connaissait la langue arménienne. Les témoignages en effet divergent sur cette question36. Au moment de son ordination en tant que maphrien à Sīs, il fallut traduire son sermon en arménien37. Son Histoire ecclésiastique indique que certains moines (dayrōyē) du monastère de Mār Mattai comprenaient l’arménien38. Ibn al-ʿIbrī a peut-être utilisé des témoignages oraux d’Arméniens, mais par l’intermédiaire de traducteurs.

  • 39 Gérard de Montréal, Gestes des Chyprois.

7Rares sont les sources franques qui mentionnent cet événement ; nous n’avons retenu que Gérard de Montréal39 et Jean Dardel que nous avons déjà présentés dans le groupe des auteurs arméniens. Les Francs étaient sans doute plus préoccupés par la situation politique et militaire alarmante de leurs derniers territoires au Levant que par cette attaque qui ne les concernait pas directement.

8Les sources sont très diverses, par leur origine, leur forme et dans le temps. Mais nous sommes frappés par la complémentarité des sources arméniennes et arabes et la quasi-absence de contradiction sur le déroulement des événements entre les écrits émanant des deux protagonistes. Après avoir présenté les principales sources sur lesquelles nous nous sommes appuyés, mettons cette première « rencontre » dans son contexte géopolitique et militaire.

  • 40 Les rapports entre Arméniens et Mongols en Armīniyya, en particulier le système social et militaire (...)
  • 41 Hetʿum ne signa pas directement le traité. Il envoya Sembat, connétable du royaume et auteur de la (...)

9Dans les années 627-637/1230-1240, les Mongols prennent rapidement le contrôle de l’Armīniyya40, alors aux mains de différentes tribus turques et du royaume de Géorgie. Hetʿum décide de devancer les armées en signant en 640/1243 un traité d’alliance avec les Mongols41. La finalité de cette alliance militaire pour les Arméniens est, d’une part, éviter le déferlement des Mongols sur le royaume et, d’autre part, de se détacher de la quasi- « suzeraineté » que font peser les Seldjoukides d’Asie Mineure, leurs voisins immédiats du nord. Dès 653/1256, les Mongols attaquent le Bilād al-Rūm et battent les Seldjoukides à la bataille de Köse Dagh. Les Arméniens n’apportent aucune aide militaire aux Seldjoukides, alors qu’ils étaient tributaires de ces derniers. Ils réussissent ainsi à se détacher de leurs anciens suzerains.

  • 42 Voir par exemple, Amitai-Preiss 1987 ; Sembat, Chronique, p. 104-105 ; Makīn (al-), al-Maǧmūʿ al-Mu (...)
  • 43 Voir Amitai-Preiss 1992. L’auteur de cet article fait dans un premier temps un point historiographi (...)

10En 641/1243, le roi Hetʿum apporte, au contraire, un renfort militaire conséquent à Hülegü qui, avec des contingents géorgiens et arméniens d’Armīniyya, ainsi que d’autres peuples ralliés, réussit un début de campagne victorieux dans le Bilād al-Šām en prenant en particulier les villes d’Alep et de Damas42, avant d’être finalement battu à la bataille de ʿAyn Ǧālūt43. Cette victoire des troupes mameloukes sur les Mongols, considérés jusque là comme invincibles, a été surévaluée par les historiens mamelouks, alors que les forces en présence n’étaient pas en faveur des Mongols. Cependant elle a été en quelque sorte « mythifiée » et posée comme un modèle illustrant la puissance des forces mameloukes.

  • 44 En particulier les places fortes de Baḥasnā et Raʿbān, voir Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 (...)

11Pour autant cette campagne aux côtés des Mongols ne s’avère pas désastreuse pour le royaume arménien, puisqu’il reprend des places fortes en Syrie du Nord, perdues face aux Ayyoubides d’Alep quelques décennies plus tôt. Il agrandit par la même occasion son territoire jusqu’à la rive ouest de l’Euphrate44.

12La bataille de Marrī (664/1266) correspond à un véritable tournant dans l’histoire du Bilād Sīs, après environ quatre-vingts années de prospérité économique et de stabilité politique. Cette confrontation directe avec les armées du sultan Baybars modifie les équilibres politiques et militaires entre Arméniens, Mamelouks et Mongols d’Iran.

Marrī, un champ de bataille pour deux armées

Du Caire au Bilād al-Arman : une campagne militaire contre les places franques et arméniennes

  • 45 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 254-265.
  • 46 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 255.
  • 47 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 263.
  • 48 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216.
  • 49 Voir Canard 1967, p. 229.
  • 50 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.
  • 51 RCEA, vol. 12, p. 104-106.
  • 52 Sur cette question, voir Aigle 2003.

13Les troupes mameloukes sortent d’une campagne militaire contre les Francs auxquelles elles viennent de prendre Tripoli, Tyr et Ḥiṣn Ṣafad. La description la plus précise de la prise de cette dernière place est rapportée par Ibn ʿAbd al-Ẓāhir45, qui accompagnait dans ses campagnes. Il donne comme date de son arrivée avec son armée à Ḥiṣn Ṣafad le lundi 8 ramaḍān 664/13 juin 126646. Onze jours seront nécessaires à Baybars pour prendre la forteresse, le 19 ramaḍān 664/24 juin 1266. Après la victoire, les troupes partent pour Damas le 27 šawwāl 664/1er août 126647. Selon Ibn Šaddād, l’armée se remet en marche, à partir de Damas, en direction du Bilād Sīs, le 4 ḏū al-ḥiǧǧā 664/6 août 126648. Al-Maqrīzī fait partir l’expédition le 6 ḏū al-ḥiǧǧā 664/8 août 126649. Quoi qu’il en soit, même s’il y a un décalage de deux jours entre les deux récits sur cette date, il ne se serait écoulé qu’à peine deux mois entre la prise de Ḥiṣn Ṣafad et le départ de Damas vers le Bilād al-Arman. Baybars et ses troupes suivent la route intérieure en direction de la Syrie du Nord. Les troupes mameloukes se divisent en trois grands corps d’armée : l’armée du sultan (al-manṣūra), les troupes égyptiennes et les troupes syriennes50. L’arrêt des armées à Homs non précisé dans les sources écrites mais attesté par l’épigraphie, donne l’occasion au sultan de restaurer le tombeau de Ḫālid b. al-Walīd. Les deux inscriptions qu’il y fait graver confirment les dates que nous avons évoquées. Elles indiquent bien le mois de ḏū al-ḥiǧǧā 664/août 1266 et précisent la raison du passage de Baybars à Homs : « la guerre dans le Bilād Sīs51 ». Il est bien connu que les inscriptions d’un souverain sont le reflet de la politique qu’il mène pour se donner une légitimité52.

  • 53 Sembat, Chronique, p. 117.
  • 54 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 253.
  • 55 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 254.
  • 56 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 260.
  • 57 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216.

14Le connétable Sembat comprend bien, lui aussi, que l’attaque dont est victime le Bilād al-Arman est la continuation de la campagne menée contre les places fortes franques du littoral53. Il note les prises des villes franques, puis le passage par Damas et ensuite par Alep, avant l’arrivée sur les terres arméniennes. À la lecture des sources issues des deux camps, il apparaît clairement que la prise de Ḥiṣn Ṣafad et l’attaque du Bilād Sīs ne font partie que d’une seule et même campagne programmée par le sultan Baybars. La vitesse des déplacements des troupes ne laisse pas de doute quant au dessein du sultan. La présence des mêmes émirs qui commandent les forces mameloukes renforce cette idée. ʿIzz al-Dīn Awġān et le futur sultan Qalāwūn participent au siège de Tyr54, à celui de Ḥiṣn Ṣafad55 puis à l’attaque du Bilād Sīs56. Le point de départ des troupes n’est ni Alep, ni Damas, mais bien Le Caire d’où est parti Baybars et une grande partie de ses troupes. Elles effectuent une marche d’environ dix-sept jours, à partir de Damas, pour parvenir à l’entrée du Bilād al-Arman, puisque Ibn Šaddād écrit que l’armée arrive devant le défilé de Marrī le 20 ḏū al-ḥiǧǧā /23 août57. La dernière halte faite par les Mamelouks semble être celle qui est mentionnée dans la Chronique du connétable Sembat :

  • 58 Sembat, Chronique, p. 117.

[Les Mamelouks] arrivèrent à une localité appelée Nikopolis [Niqābulus], au pied de la Montagne noire, où ils établirent leur camp58.

15Niqābulus se situe sur le versant est des montagnes du Ǧabal Lukkām, elle correspond à l’actuelle ville turque d’Islahiye. Les Mamelouks sont entrés dans le Bilād al-Arman, mais il leur reste encore à franchir les sommets qui protègent le cœur du pays des Arméniens.

  • 59 Sembat, Chronique, p. 116-117 ; Vahram d’Édesse, Chronique, p. 521.
  • 60 Il s’agit de l’émir ʿIzz al-Dīn Awġān al-Ruknī, surnommé par cette appellation « le poison mortel » (...)
  • 61 Sembat, Chronique , p. 115.
  • 62 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. 15, p. 407.

16Selon les propos de deux auteurs arméniens, Baybars tente, avant l’épreuve de force avec les Arméniens, une conciliation. Il mène une action diplomatique assez importante auprès du roi arménien. Selon Sembat, le sultan réclame des places fortes frontalières, sans doute les places prises par les Mongols en 658/1260 et laissées en possession des Arméniens59. Cette action diplomatique sans succès auprès des Arméniens pousse le sultan à prendre l’option militaire, mais une nouvelle fois sans réussite. C’est encore chez Sembat que nous trouvons ce détail : les Mamelouks, emmenés par Baybars qui est accompagné de « son général Samm al-Mawt60 et d’autres chefs » se dirigent vers la porte d’Antioche au sud du royaume. Le roi arménien forme une armée et bloque le col. Des espions de Baybars sont envoyés en éclaireurs et rapportent que le pays est très bien défendu. Le sultan « ayant peur d’entrer en Cilicie » retourne en Égypte61. On ne trouve cet enchaînement d’événements que chez Sembat. Rien ne concorde avec les récits des autres auteurs arméniens ou arabes, mis à part le détail concernant l’envoi d’espions qui est mentionné chez Ibn Kaṯīr62 mais que nous ne pouvons pas véritablement rattacher à cette « première attaque » décrite par Sembat. La véracité de ce passage est peu fiable.

Les montagnes comme remparts

  • 63 Une carte placée en annexe permet de localiser les différents lieux et forteresses du Bilād al-Arma (...)

17Le royaume arménien bénéficie de frontières naturelles particulièrement bien dessinées63. La plaine cilicienne est en effet entourée de hautes montagnes aussi bien à l’est (Amanus dont fait partie le Ǧabal Lukkām) qu’au nord et à l’ouest (Taurus). La stratégie arménienne est simple : bloquer les cols pour attendre des renforts alliés et empêcher les assaillants d’atteindre la plaine cilicienne :

  • 64 Sembat, Chronique, p. 117.

Quand aux troupes du roi Hetʿum, elles avaient été partagées en trois corps ; le premier suivit le roi, parti demander au peuple des Archers [les Mongols] d’envoyer du renfort à son armée ; le deuxième se trouvait à l’endroit qu’on appelle Duṙn ; le troisième, marchant à la rencontre des infidèles, se porta le lundi 23 août à l’endroit appelé Maṙi, où il établit son camp64.

  • 65 Les forts du « Pilier de Jonas » et de Sari Seki composaient ce système défensif, voir Edwards 1987 (...)

18Ce passage nous donne une vision de la mise en place d’un système défensif complet mêlant une stratégie de blocage des cols menant à la plaine cilicienne et une demande d’aide aux puissants Mongols du nord. Les deux lieux mentionnés dans le récit correspondent respectivement à La Portelle (Duṙn), entre la mer Méditerranée et le sud du Ǧabal Lukkām, et aux Pyles amaniques (Marrī), défilé situé au centre de la même chaîne de montagnes. Le premier passage semble avoir été fortifié et même avoir bénéficié d’un système complexe de défense, avec en particulier une porte qui donnait accès à la plaine cilicienne65. La seconde passe est décrite par Ibn Šaddād qui note la présence de fortifications en dur :

  • 66 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 217, Ibn Abī l-Faḍāʾil, al-Nahǧ al-sadīd, t. XII (...)

Il [Hetʿum] construisit sur le défilé deux tours et s’occupa sans relâche à les fortifier pour qu’elles empêchassent quiconque de traverser le défilé66.

  • 67 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, trad. p. 217 n. 1.
  • 68 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 303 et trad. p. 269.
  • 69 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.
  • 70 Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, p. 32.

19La traductrice d’Ibn Šaddād écrit que le défilé en question est celui d’al-Darbsāk, forteresse sise au sud du Ǧabal Lukkām67. Elle fonde cette conclusionsur un passage qui, plus loin dans le récit, décrit ladite forteresse68, ainsi que sur un passage d’al-Maqrīzī69 qui est très certainement une copie du Muḫtār al-aḫbār écrit par Baybars al-Manṣūrī70. Nous ne sommes pas convaincus par cette hypothèse : al-Darbsāk est trop au sud d’Islahiye. Les troupes mameloukes sont sans doute passées près d’al-Darbsāk, en marchant vers le nord en direction d’Islahiye.

  • 71 Edwards 1987, p. 146-148.
  • 72 Edwards 1987, p. 154-157.
  • 73 Edwards 1987, p. 167-169.
  • 74 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 376 et trad. p. 97.
  • 75 Edwards 1987, p. 143-147.
  • 76 Voir l’article de Chevalier dans ce volume.
  • 77 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

20Les deux tours, évoquées par Ibn Šaddād, étaient sans doute situées sur les pentes du Ǧabal Lukkām non loin d’Islahiye. Les sources ne mentionnent malheureusement pas les noms de ces tours. Mais en suivant les travaux d’Edwards, nous pouvons conjecturer que les sites en question faisaient partie des forts de Hasanbeyli71, Karafrenk72 et Kozcaǧiz73. Ces petites forteresses, dont il ne reste pratiquement plus rien aujourd’hui, correspondent assez bien à l’idée qui ressort des textes. Les trois sites sont assez semblables de part le rôle qu’ils semblent avoir joué, à savoir le contrôle de la route est-ouest à travers le Ǧabal Lukkām. Il nous semble que Hasanbeyli et Karafrenk, situées dans la montagne, et du fait de leur position, l’une par rapport à l’autre, correspondent assez bien aux « burǧayn » des sources arabes. Elles n’ont pas été construites par le roi Hetʿum mais sous les ordres de Hārūn al-Rašīd, alors que les Abbassides étaient maîtres de cette région ; tout comme la forteresse d’al-Hārūniyya un peu plus au nord74. Par contre, d’après Edwards, des traces de construction datant de l’époque arménienne sont visibles75. Elles étaient dans les mains de l’ordre militaire teutonique qui devait garder cette marche frontière76. Abū l-Fidā donne une description différente de la fortification des défilés par les Arméniens, mais pas contradictoire. Il ne parle pas de fortifications en dur, mais d’une présence en hommes et machines de guerre (maǧanīq) importante77. Ces textes, confrontés aux sources archéologiques, fournissent des indications sur la mise en place d’un système défensif complexe mêlant fortifications, troupes et armes de guerre. Il semblerait qu’un plan défensif ait été préétabli.

— Le problème des effectifs militaires 

  • 78 Voir Russel 1958 ; 1972 ; 1986.
  • 79 Voir Flori 1993 ; Zouache 2008 a fait une très bonne mise au point sur le problème de la valeur des (...)
  • 80 Jean Dardel, Chronique, p. 12. Le même auteur, p. 71, utilise le même chiffre plus loin dans le réc (...)
  • 81 Ḫazindārī (al-), Tārīḫ maǧmūʿ al-nawādir, p. 221. Voir pour une explication détaillée du mot fāris/(...)

21Traiter de la démographie à l’époque médiévale est une tâche particulièrement difficile78, qu’il s’agisse de quantifier des populations rurales, urbaines, ou des effectifs militaires79. Les sources ne fournissent que quelques chiffres, le plus souvent d’ordre symbolique. Du côté « arménien », Jean Dardel dénombre 45 000 hommes d’armes chez les Mamelouks et 15 000 du côté arménien « tant à pié comme à cheval80 », soit un rapport de un pour trois entre les deux armées. Du côté mamelouk, peu de sources donnent quelques chiffres. Al-Ḫazindārī, par exemple, dénombre 3 000 « fāris81 ». Nous avons ici un chiffre qui nous paraît beaucoup plus plausible par rapport à ceux annoncés par Jean Dardel. Nous savons que ce dernier a rédigé son ouvrage sous la dictée du dernier roi arménien, Lewon V, soit plus d’un siècle après les faits, à l’intention des cours d’Europe dans le but d’inciter les Latins à reprendre la croisade. Les effectifs annoncés par Jean Dardel ne sont en fait que des chiffres symboliques, relevant d’une pure invention. La bataille fut une défaite arménienne, il fallait surévaluer les effectifs mamelouks et minimiser ceux des Arméniens afin de donner une image recevable de la victoire des musulmans.

— La supériorité mamelouke

  • 82 « À l’aube du mardi, les infidèles s’ébranlèrent et parvinrent au camp des chrétiens », Sembat, Chr (...)

22Les historiens arméniens et mamelouks donnent quelques renseignements utiles pour « reconstruire une histoire de cette bataille ». D’après les différents témoignages, elle aurait commencé dès le matin et ce sont les Mamelouks qui auraient attaqué les premiers82. Le combat semble équilibré dans un premier temps puisque selon Jean Dardel :

  • 83 Jean Dardel, Chronique, p. 12.

Et se combatirent les deux osts l’un contre l’autre deux jours tous entiers, et au tiers jour, furent les Armiins desconfis, car il ne porent resister pour la grant multitude de Sarrasins qui sur eulz survint83.

  • 84 Ce ne sont pas les seules occurrences dans le texte. Jean Dardel note par exemple que les chefs arm (...)
  • 85 Genèse, 6 : 10.
  • 86 Après sa résurrection, le Christ se réfère à trois sections : la Torah, les Neviim, les Kethubim, L (...)
  • 87 Thessaloniciens 1, 5 : 23.
  • 88 Hayton utilise également le mot « Sarrasins » pour désigner les Mamelouks, alors qu’en tant qu’Armé (...)

23Jean Dardel utilise de nouveau le nombre trois84. Le religieux franciscain avec cette utilisation répétée du nombre trois fait indéniablement un renvoi à la Bible, dans laquelle le chiffre « trois » relève d’une symbolique toute particulière, par exemple la « sainte trinité », les trois fils de Noé représentant la totalité de ses descendants85, l’Ancien Testament formé de trois parties86 ou encore l’homme constitué de l’esprit, de l’âme et du corps87. L’utilisation du mot « Sarrasins » pour désigner les Mamelouks démontre bien que cet auteur destinait son ouvrage à un public chrétien occidental et non à des Francs en Orient qui eux connaissaient parfaitement les mots à employer88. Finalement, la défaite, selon Jean Dardel, est imputable au nombre insuffisant de combattants dans les rangs arméniens. Nous voyons ici la volonté d’héroïser les soldats arméniens qui ne peuvent résister à une force bien supérieure en nombre. Encore une fois, l’idée de repartir en croisade et de renforcer les rangs arméniens est bien présente. Sembat qui, lui, a vécu les événements, fait intervenir les forces surnaturelles :

  • 89 Sembat, Chronique, p. 117.

Ceux-ci résistèrent d’abord un petit peu, mais ensuite, comme sous l’inspiration du Malin, on vit les troupes des croyants prendre la fuite sans combat ni bataille. Mais les fils du roi, Lewon, baron des Arméniens, et son frère Thoros [Tʿoros], quittant l’armée, se retournèrent contre les infidèles et les affrontèrent89.

  • 90 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 365.
  • 91 Cette littérature était très en vogue au xixe siècle, voir par exemple Châteauneuf 1820 ; Mazas 187 (...)

24Seuls les deux fils du roi Hetʿum repartent au combat. Sembat ne dévalorise pas les troupes arméniennes en les faisant quitter le champ de bataille, car c’est bien devant des troupes de Satan qu’elles fuient. Il renforce, dans le même temps, les qualités guerrières de Lewon et Tʿoros. Grégoire d’Akner a une vision plus pragmatique des faits. Il accuse les barons arméniens de trahison vis-à-vis des princes Lewon et Tʿoros90. Ce serait la cause première de la défaite des Arméniens. L’auteur, loin des faits et détaché de liens familiaux avec des barons arméniens de Cilicie, livre peut-être une version plus proche de la vérité. Quoi qu’il en soit, les deux auteurs donnent aux fils du roi une position héroïque. Ils cherchent ainsi à magnifier les gestes attribuées aux princes royaux. Ils écrivent ce que l’on pourrait appeler, par anachronisme, une histoire des « Grands Capitaines91 » dans laquelle seuls les « chefs » jouent un rôle important et où chaque coup d’éclat est loué.

25De son côté, et à l’inverse, Ibn Šaddād transcende la victoire du sultan Baybars :

  • 92 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad., p. 217.

Les tours se soumirent humblement à son approche, s’inclinèrent et se prosternèrent par vénération pour lui et lui épargnèrent l’utilisation de sa hache92.

  • 93 Zouache 2009, p. 63-64. Sur Baybars omnipotent, voir l’annexe « Remarques sur le champ lexical ».

26La victoire entière et complète des Mamelouks sans qu’ils n’aient été affrontés à une véritable résistance arménienne est exprimée en utilisant des topoï propres à cette « littérature de guerre93 ». Tous les récits, qu’ils soient arméniens ou mamelouks, s’accordent finalement sur la supériorité des troupes de Baybars et sur la rapidité des combats : les Arméniens ne sont pas de taille à combattre les Mamelouks.

Les razzias dans la plaine du Bilād Sīs

Un aperçu des relations entre les Arméniens et les Mongols du Bilād al-Rūm

  • 94 Bar Hebræus, Chronography, p. 445-446 ; Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285.
  • 95 Actuellement Elbistan et Goksun en Turquie.
  • 96 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 357; Sembat, Chronique, p. 117.
  • 97 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 367.
  • 98 Bar Hebræus, Chronography, p. 406-408, Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 255-256.

27Alors que ses deux fils affrontent les troupes mameloukes, le roi arménien Hetʿum tente de rallier les Mongols installés au nord du royaume dans le Bilād al-Rūm. Le récit de cette rencontre est intéressant dans la mesure où il livre de nouveaux matériaux sur les relations entre Mongols et Arméniens, souvent considérées comme une alliance sans faille. Les auteurs arabes se sont totalement désintéressés de ces faits, peut-être même qu’ils leur étaient inconnus. Seuls Grégoire d’Akner et Ibn al-ʿIbrī ont écrit sur ces relations. Il est à noter qu’Ibn al-ʿIbrī accorde une place égale à cet épisode dans sa version arabe et dans sa version syriaque94, mais le récit de cet événement est plus détaillé que celui de Grégoire d’Akner. Selon ce dernier, le roi Hetʿum se rend, dès que les Mamelouks s’approchent de son territoire, chez les Mongols campés entre al-Bulustayn et Kokoson95 au nord du royaume arménien, dans le but de ramener avec lui des troupes mongoles96. Hetʿum est ralenti dans ces démarches par des « Arabes » signalés comme proches d’Abāqā97. Ils communiquent avec les Mamelouks et semblent vouloir la perte de Hetʿum. Grégoire d’Akner fait peut-être référence à des Seldjoukides de Rūm passés dans les rangs de l’Ilkhan. Comme nous l’avons déjà dit, les Arméniens se sont alliés aux Mongols en 640/1243 pour se détacher de la suzeraineté des Seldjoukides. Après la défaite de ces derniers face aux Mongols à Köse Dagh, en šawwāl 641/juin 1243, les Arméniens leur livrent une partie de la famille princière seldjoukide, venue se réfugier en Cilicie98. Un sentiment de trahison s’est sans doute installé chez certains Seldjoukides qui ont tenté de profiter de l’occasion pour se venger. Cette vision d’une coalition de tous les musulmans (« Arabes » et Mamelouks) face au camp des chrétiens n’est pas inhabituelle dans le récit d’un moine du Moyen Âge.

  • 99 Ibn Šaddād, Tārīḫ, p. 156, 159.
  • 100 Amitai-Preiss 1995, p. 117.

28Ibn al-ʿIbrī de son côté précise à propos du déplacement du roi Hetʿum chez les Mongols qu’il rencontre un personnage nommé Nafǧī. Amitai se propose de rapprocher ce dernier d’un certain Nabǧī, cité dans la biographie royale de Baybars écrite par Ibn Šaddād99. Il semble être le commandant mongol du Bilād al-Rūm en l’année 675/1276100. Les deux sources susmentionnées (Grégoire d’Akner et Ibn al-ʿIbrī) se complètent très bien et font penser que le rapprochement fait par Amitai est tout à fait plausible. Le quartier général des Mongols serait donc à chercher entre al-Bulustayn et Kokoson, qui est un endroit stratégique car il contrôle les routes venant du nord vers la Syrie ainsi que celle de l’ouest qui contourne la chaîne du Taurus.

  • 101 Bar Hebræus, Chronography, p. 445.
  • 102 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285.
  • 103 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 286 et Chronography, p. 446.
  • 104 Voir Stewart 2005.

29Le roi Hetʿum se voit répondre par Nafǧī qu’il ne peut agir sans le « puqdānā du roi des rois101 » dans la version syriaque ou sans l’« amr al-sulṭān Abāqā102 » dans la version arabe. Le roi est donc obligé d’attendre un ordre écrit venant directement de l’Ilkhan Abāqā. Le roi Hetʿum repart finalement avec des troupes mais ils arrivent trop tard en Cilicie : les Mamelouks sont déjà rentrés dans leur État. Hetʿum apparaît alors comme totalement dépassé par la situation. Les Mongols, accompagnés de leurs vassaux seldjoukides, se mettent à ravager le royaume arménien103. Ibn al-ʿIbrī, pourtant familier de la cour des Ilkhans, donne une image négative des Mongols qui au lieu d’aider leur allié arménien profitent de sa faiblesse pour le piller. Ce commentaire d’Ibn al-ʿIbrī remet partiellement en cause l’alliance entre Arméniens et Mongols, trop souvent vue comme une alliance indéfectible. Cet évènement peut être considéré comme une prémisse à l’assassinat de Hetʿum II par les Mongols du Bilād al-Rūm en 707/1307104.

30Si l’on suit Ibn al-ʿIbrī, le royaume arménien sort de l’année 664/1266 bien affaibli. Les Mongols ont razzié une partie des terres, et juste avant eux, les Mamelouks ont également pratiqué la même tactique dans les montagnes et dans la plaine cilicienne.

La première razzia mamelouke en Cilicie : une topographie militaire du Bilād Sīs

  • 105 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.
  • 106 Ibn al-ʿIbrī, Taʾrīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285 et Chronography, p. 446, utilise étonnamment une tra (...)
  • 107 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.
  • 108 Ibn al-Wardī, Taʾrīḫ, p. 212
  • 109 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.
  • 110 ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān, vol. 1, p. 423.
  • 111 Pour une étude castellologique, voir Edwards 1987, p. 58-62.
  • 112 Outre le fait que le Chrysobulle de Lewon II, écrit en latin et datant de 1212, nous informe qu’une (...)
  • 113 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61-62.
  • 114 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.
  • 115 Voir l’introduction de ʿU. Tadmurī, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 10-16.
  • 116 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.
  • 117 L’information est confirmée par Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270. Ce dernier mentionne l (...)

31Après leur victoire à la bataille de Marrī, les Mamelouks ont le champ libre. Le col passé, ils débouchent dans la plaine cilicienne, aucune troupe ne semblant en mesure de les arrêter. Selon Ibn ʿAbd al-Ẓāhir105, ils passent près de Karanǧīl, Sarfandikār106, Till Hamdūn, Ḥamūṣ et, finalement, Qalʿat al-Āmūdayn. Mis à part Karanǧīl, les autres forteresses sont bien identifiées et situées avec précision. Le site de Karafrenk, que nous avons déjà évoqué, se situe peut-être dans la même zone que Karanǧīl. Mais si nous tentons de dessiner le trajet proposé par Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, nous nous rendons compte qu’il est difficile d’admettre que ce soit le véritable chemin emprunté par les troupes mameloukes car ces dernières seraient descendues dans la plaine puis remontées dans les montagnes, ce qui paraît peu probable. Nous pouvons supposer qu’Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, laudateur des actions de Baybars, a rajouté des noms de forteresses pour donner une ampleur plus grande encore à la victoire des Mamelouks. La dernière place forte mentionnée, Qalʿat al-Āmūdayn est la forteresse qui a le plus attiré l’attention des auteurs arabes qu’ils soient contemporains ou tardifs : Ibn al-Muġayzil, Abū l-Fidā107, Ibn al-Wardī108, al-Maqrīzī109, al-ʿAynī110. Connu sous le nom d’Amutay en arménien ou de Castrum Amudam en latin111, cette forteresse est aux mains des chevaliers teutoniques depuis 608/1212. La signature d’un chrysobulle par le roi Lewon II donnait à ces derniers la possession du château et des casaux qui l’entouraient112. Le récit d’Ibn al-Muġayzil est tout à fait singulier par rapport aux autres auteurs arabes113. Il débute par la description de l’organisation de l’armée mamelouke, puis il détaille le déroulement de la bataille qu’il place dans la « région du défilé de Marrī114 ». C’est d’ailleurs le seul auteur arabe qui utilise le toponyme « Marrī ». On peut poser l’hypothèse que le nom de ce défilé lui est connu parce qu’il a participé à cette campagne. Il était en effet âgé de vingt-deux ans en 664/1266, en âge pour servir dans les troupes syriennes115. Son récit est dès lors concentré sur la prise de Qalʿat al-Āmūdayn et uniquement sur cet évènement. Selon Ibn al-Muġayzil, al-Malik al-Manṣūr, le prince ayyoubide de Ḥamā, part accompagné de l’émir de Baybars, ʿIzz al-Dīn Awġān, jusqu’au Nahr Ǧayhan (écrit Ǧān), puis l’armée campe au pied d’une forteresse inaccessible (manīʿa) appelée al-Āmūdayn116. La population regroupée dans la forteresse demande l’amān, mais finalement les soldats massacrent la garnison et la population117. Les combattants mamelouks emportent beaucoup de têtes de bétail et pillent les objets précieux. Le récit, qui se termine brutalement par rapport aux nombreux détails que l’auteur donne sur la prise de la forteresse, pourrait confirmer l’hypothèse qu’il a participé à la bataille. La prise de cette forteresse n’est pas due au hasard du passage des troupes mameloukes. En effet, elle contrôle stratégiquement la rivière, le « Nahr Ǧayhan », et la route nord-sud qui relie le défilé de Marrī à la capitale Sīs. Il était particulièrement important pour les troupes mameloukes de ne pas laisser derrière eux des forces armées capables de leur barrer le chemin du retour. On comprend mieux le pourquoi de cet assaut et l’exécution de la garnison.

  • 118 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.
  • 119 Gérard de Montréal, Gestes des Chyprois, p. 766.
  • 120 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223.
  • 121 Hetʿum, Table chronologique, p. 487.
  • 122 Abū l-Fidā, Taqwīm al-buldān, p. 250-251.
  • 123 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.
  • 124 Voir l’article de Chevalier dans ce volume.
  • 125 Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya, p. 59. Cet auteur ne mentionne que la pris (...)
  • 126 Sembat, Chronique, p. 118.
  • 127 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.
  • 128 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.
  • 129 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359; Vardan l’Oriental, The Historical c (...)

32Contrairement aux sources arabes, les écrits des historiens arméniens mentionnent peu de prises de citadelles. Ils rapportent plutôt avec force détails les ravages que les Mamelouks infligent au royaume. Selon Vahram d’Édesse, les troupes du sultan dévastent le pays par le feu et le fer118. Les autres auteurs arméniens et francs dénoncent également de véritables massacres perpétrés par les Mamelouks. Gérard de Montréal parle de « course » dans tout le pays, de destruction de « cazaux » et de prisonniers119. Les récits sont écrits pour bien mettre en avant toutes les dévastations causées par les Mamelouks afin de marquer les esprits des lecteurs. Il semble que les dévastations s’étendent à tout le pays. Vardan fait avancer les assaillants jusqu’à Adana120. Hayton complète cette information en indiquant que Partzerpert et Adana sont à leur tour attaquées121. Non seulement les armées mameloukes sont entrées dans le royaume arménien, mais elles l’ont traversé pratiquement sur toute sa longueur, d’est en ouest. Alors qu’Adana, qui se trouve dans la plaine cilicienne, est facilement localisable puisqu’elle existe encore aujourd’hui sous le même nom, la forteresse de Partzerpert ou Bars Bart sous la plume d’Abū l-Fidā dans son Taqwīm al-buldān, n’est pas située avec précision. Selon ce dernier, la citadelle se trouvait au nord de la ville de Sīs, sur la frontière entre le Bilād Sīs et le Bilād Qaramān. Résidence d’été des souverains arméniens dans les sommets de l’Anti-Taurus, Partzerpert semble également avoir abrité le trésor royal122. Il est sans doute probable que les Mamelouks, qui sont entrés en Cilicie pour faire du butin et non pas garder le pays, avaient choisi certains lieux stratégiques comme la citadelle de Partzerpert, d’autant plus qu’elle rassemblait les richesses des rois arméniens. Ce choix des lieux à attaquer est confirmé par Ibn ʿAbd al-Zāḥir123. Il montre la stratégie adoptée par les envahisseurs. Les troupes mameloukes se divisent en trois groupes sous les ordres de trois grands commandants présents. Samm al-Mawt se dirige vers le nord, nous pouvons supposer qu’il s’attaque à Partzerpert ; Qalāwūn reste dans la plaine et attaque al-Maṣīṣā, Adana, Tarse et Qalʿat al-Duyūiyyā, appelée également al-Ṯaniyyāt124, ainsi qu’Ayās125 ; enfin al-Malik al-Manṣūr, le prince de Ḥamā, fond sur la capitale, Sīs. Un plan préétabli est mis en place par les Mamelouks, rien n’est laissé au hasard, l’entrée par Marrī, la prise d’al-Āmūdayn et enfin la dispersion des troupes à travers le pays. Cette dernière phase montre également que les Mamelouks ne souhaitaient pas rester longtemps en Cilicie, mais qu’ils voulaient véritablement faire « le coup de main » sur certains lieux stratégiques en faisant bien entendu du butin, mais aussi en terrorisant les populations. Les sources arméniennes ne sont pas avares de renseignements sur les massacres perpétrés par les Mamelouks. La chronique du connétable Sembat décrit le sac de la ville et le massacre de la population de Sīs mais aussi la destruction par le feu de la ville126. Stepʿanos de Vahka, dans un colophon de manuscrit daté de 664/1266 écrit que la résidence royale de Sīs et la grande église Sainte-Sophie sont incendiées127, lieux les plus importants de la capitale arménienne. Vahram d’Édesse ajoute, à la destruction des lieux symboliques de la ville, le départ de ses habitants128. Ce qui va de pair finalement avec la mise à feu de la ville. Alors que les auteurs arméniens de Cilicie s’arrêtent à ces destructions, ceux de Grande Arménie ajoutent le pillage et la destruction des tombeaux royaux129. Aux lieux symboliques touchés par les Mamelouks s’ajoute la profanation des reliques royales vénérées aussi bien par les Arméniens du royaume que ceux de l’extérieur. Hayton transcrit la même ambiance dans la ville de Sīs :

  • 130 Hayton, Table chronologique, p. 487.

Sis et sa principale église furent livrées aux flammes, les tombeaux des rois et des princes violés, leurs ossements arrachés de ce dernier asile et brûlés et la cendre jetée au vent130.

33Ces détails sur la violation des sépultures royales sont placés à ce moment pour bien choquer le lecteur ou l’auditoire. Tout cela fait partie d’une propagande anti-mamelouke qui tentait de revivifier l’esprit de la croisade qui, à l’époque de Hayton (milieu du xive siècle), devait se concentrer sur le royaume arménien de Cilicie, le seul État continental chrétien du Proche-Orient.

  • 131 Sembat, Chronique, p. 118.
  • 132 Sembat, Chronique, p. 118.
  • 133 Ces grottes fortifiées devaient sans doute être semblables à celles tenues par des Arméniens dans l (...)
  • 134 Voir les travaux de Pierre Nora en particulier, Les Lieux de mémoire 1984-1992.

34Les troupes mameloukes mobilisées à Sīs ne semblent pas avoir voulu prendre la citadelle131. Pour deux raisons : premièrement le but de l’expédition n’était pas comme nous l’avons déjà dit de conquérir le territoire arménien, mais de faire du butin et ruiner la région. Secondement, les Mamelouks savaient sans doute que le roi Hetʿum allait bientôt revenir sur ses terres avec l’aide militaire des Mongols. Ils préféraient donc s’en prendre à des cibles plus faciles : les casaux de la plaine ou certains endroits où la population s’était réfugiée comme le confirme le témoignage de Sembat132. Selon cet auteur, au moins vingt mille personnes se seraient réfugiées dans deux grottes fortifiées133. La « multitude des infidèles » prit le dessus sur les assiégés et les massacra. Il faudrait donc comprendre qu’il y avait plus de vingt mille mamelouks qui assiégeaient les Arméniens. Ce qui ne peut en aucun cas être possible. Encore une fois la symbolique des nombres prend le dessus sur la réalité. Tout est hors norme dans ce passage, aussi bien le nombre de soldats que le nombre de morts, tout est fait pour frapper les esprits des lecteurs arméniens. L’auteur créé ainsi des lieux de mémoire134.

  • 135 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.
  • 136 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.
  • 137 Sembat, Chronique, p. 118.
  • 138 Voir Geary 2002 1996, p. 27.
  • 139 Voir les travaux de Spiegel 1987 1990 1993 ; Meisami 1993. La bataille de Marrī et bien plus en (...)

35Nous n’avons pu localiser les deux grottes de Kema et Beknkʿar citées par Sembat. Cette information nous aurait permis de connaître un peu mieux les déplacements des troupes mameloukes dans le Bilād Sīs, mais nous pouvons supposer que ces deux places se trouvaient sur le chemin du retour. Il est d’ailleurs diversement commenté. Abū l-Fidā y voit une victoire qui a rapporté beaucoup de butin135. En revanche, Vahram d’Édesse se lamente de cette expédition « qui leur réussit à souhait136 ». Encore une fois, du côté arménien, c’est la chronique de Sembat qui est la plus intéressante. En effet, implicitement, l’auteur montre le chemin parcouru par les Mamelouks en Cilicie : « Ils ne sortirent pas par où ils étaient entrés, mais par la porte d’Antioche137. » En d’autres termes, les Mamelouks sont entrés par les Pyles amaniques, ils se sont ensuite emparés de Qalaʿat al-Āmūdayn, se sont dirigés vers Sīs et sont redescendus vers le sud pour sortir près de la mer par Sari Seki, faisant ainsi pratiquement le tour de tout le royaume. L’ensemble de la plaine cilicienne aurait été complètement ravagée : des Pyles amaniques jusqu’à Tarse. Dans les deux camps, mais pour des raisons différentes, il était nécessaire de mettre l’accent sur la défaite ou la victoire afin d’intégrer ces événements dans la mémoire collective. La mémoire, la memoria, joue un rôle important quant à la manière d’appréhender un événement, qu’il soit valorisant ou non. Il faut tenir compte du fait que, dans la majorité des cas, les informations, au départ, ont été transmises oralement avant de devenir texte écrit. Patrick Geary explique que les chroniqueurs, tout comme les historiens aujourd’hui, sélectionnent parmi de possibles « memorabilia » les choses qui sont « memoranda », c’est-à-dire des faits jugés dignes d’entrer dans la mémoire138. En d’autres termes, il s’agit d’étudier une « propagande » : le choix des événements à se remémorer et les modalités de cette remémoration. Ainsi, vue sous cet angle, toute mémoire a une fonction bien précise. Les récits fondateurs ou de batailles mémorables, tout comme les personnages historiques, s’inscrivent dans un passé qui devient légendaire pour les générations suivantes139.

  • 140 Sembat, Chronique, p. 118.
  • 141 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.
  • 142 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359.
  • 143 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223.
  • 144 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.
  • 145 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359.
  • 146 Nous trouvons dans la chronique de Jean Dardel, à une époque plus tardive, l’évocation d’une rencon (...)
  • 147 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

36L’arrêt effectué par les Mamelouks à Antioche (ville sous contrôle franc) pour vendre le butin peut paraître surprenant140. Celui-ci doit être en partie formé d’objets de valeur, mais aussi, pour une bonne part, de têtes de bétail dont les Mamelouks souhaitent tirer un bon prix. Un bovin se négociait deux dihrams141. Les Mamelouks ont également ramené un grand nombre d’esclaves. Grégoire d’Akner ne donne pas de chiffre précis et reste vague142. Alors que Vardan avance que 40 000 personnes auraient été capturées lors de la razzia143, al-Maqrīzī précise que ce sont en majorité des femmes144. Ceci signifie-t-il que les hommes ont été en grande partie tués145 ? Le chiffre avancé par Vardan ne peut être pris au sérieux, mais il indique de manière symbolique l’état dans lequel les Mamelouks ont laissé le royaume arménien. Les auteurs arabes ne s’embarrassent pas de ces considérations propres aux vaincus. La razzia est parfaitement réalisée : butin, prisonniers que l’on va pouvoir enrôler dans les troupes mameloukes ou contraindre à l’esclavage civil146. Par ailleurs, les troupes rentrent sans avoir subi de grosses pertes. Elles continuent leur chemin jusqu’à Apamée, située entre Alep et Hama, puis vers Damas et, enfin, en direction de l’Égypte pour une partie d’entre elles147.

  • 148 RCEA, vol. 12, p. 128-130.
  • 149 RCEA, vol. 12, p. 141-143.
  • 150 RCEA, vol. 12, p. 193-194 et p. 195.
  • 151 RCEA, vol. 12, p. 226-227.
  • 152 Sur les inscriptions de Baybars dans le Bilād al-Šām comme un miroir de ses actions politiques, voi (...)

37Aussitôt la victoire remportée, Baybars a fait graver une inscription à Homs sur le tombeau de Ḫālid b. al-Walīd, le conquérant de la Syrie face aux Byzantins. Dans la titulature de Baybars est énoncée, implicitement, la victoire que ses troupes viennent de remporter sur les Arméniens : « exterminateur (mubīd) des Francs, des Arméniens et des Tatars148 ». Le jeu de miroir entre les deux personnages est évident. Il est d’autant plus flagrant que cette allusion à sa victoire sur les Arméniens ne se trouve sur aucune autre inscription gravée en son honneur. Par exemple, l’inscription de 668/1270 à Nabī Mūsā149, les deux situées sur la Citadelle de Damas en 673/1274150 et en 676/1277151 reprennent uniquement l’expression « exterminateur des Francs et des Tatars ». En se rattachant symboliquement dans ses inscriptions à Ḫālid b. al-Walīd, comparé dans ses biographies royales au calife al-Muʿtaṣim bi-llāh, Baybars s’inscrit ainsi dans une lignée de grands vainqueurs sur les « infidèles152 ».

Épilogue de la bataille

De la valeur d’un prisonnier : échange de Lewon l’Arménien contre Sunqur al-Ašqar le Mamelouk

  • 153 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.
  • 154 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 357.

38Les évènements de 664/1266 qui ont secoué le Bilād Sīs ont des répercussions sur les années suivantes. Outre l’état désastreux dans lequel se trouve le royaume arménien, de nombreux captifs sont emmenés en Égypte. Le plus célèbre d’entre eux est le fils du roi Hetʿum : Lewon. Ibn ʿAbd al-Ẓāhir explique au début de son récit que les troupes mameloukes capturent « al-Malik Bārūn Lūfūn153 ». Même si nous n’avons pas davantage de renseignements, nous pouvons penser que c’est bien lors de la bataille à Marrī que le prince a été capturé. Grégoire d’Akner précise qu’il est accompagné de soldats154. Mais, encore une fois du côté arménien, la chronique du connétable Sembat est la source la plus précise. Il donne plus de détails sur les captifs de renom :

  • 155 Sembat, Chronique, p. 119. Gérard Dédéyan dans son commentaire de la chronique note la présence d’u (...)

Lewon, baron des Arméniens, et Vasil, surnommé Tʿatʿar, fils de Sembat, sparapet des Arméniens, ainsi que d’un certain Cilart et d’un autre Atom155

  • 156 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216-217.
  • 157 Le mariage eut lieu en 644-645/1247-1248, voir Rüdt Collenberg 1963, p. 63-64, 66.
  • 158 Weitenberg 2005. Les frères Toʿros et Sembat ont été unis tous deux la même année (695-1297) à deux (...)

39La fine fleur des barons arméniens est emmenée prisonnière par les Mamelouks. Ce que confirme Ibn Šaddād, qui à son tour précise que le neveu du roi, c’est à dire Vasil, est captif ainsi que de nombreux hommes parmi les plus courageux156. Vasil est le fils du sparapet/connétable Sembat et d’une princesse mongole du nom de Baḫataḫavor Ḫātūn, de la famille de Batū, Khan de la Horde d’Or157. Son surnom, Tʿatʿar, est évidemment lié à cela. Les mariages entre des princes arméniens et des princesses mongoles étaient, semble-t-il, assez courant158.

  • 159 Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm, vol. 7, p. 140 ; ʿAbbāsī (al-), Nuzhat al-mālik wa-l-mamlūk, p. 153.
  • 160 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 523.
  • 161 Sembat, Chronique, p. 119. Voir également Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p (...)
  • 162 Jean Dardel, Chronique, p. 86-87.

40La capture de Lewon constitue l’évènement le plus marquant. Ce haut fait d’armes est digne d’entrer dans la mémoire à titre d’exempla, tant pour les auteurs arméniens qu’arabes. Les historiens plus tardifs comme Ibn Taġrī Birdī ou al-ʿAbbāsī mentionnent la razzia opérée dans le Bilād Sīs seulement en quelques lignes, mais ils n’oublient pas de noter la capture de Lewon159. Il devint, comme nous allons le voir, une monnaie d’échange. Nous disposons de peu de renseignements sur l’état de captivité du prince, mais le récit de Vahram d’Édesse apporte quelques informations. Le sultan semble se montrer plein de bienveillance et lui accorde même le droit de se rendre en pèlerinage à Jérusalem160. Sembat rajoute qu’il « les enferma, […] dans un petit hôtel, au Caire ; lui donna des gardiens et des serviteurs et leur prodigua continuellement des marques d’honneurs et de respect161 » .Il est assez surprenant de trouver chez cet auteur arménien l’évocation de la bonté de Baybars en faveur des prisonniers arméniens. Cette information ne se trouve d’ailleurs chez aucun autre auteur qu’il soit arménien ou mamelouk. Cette mention fait par contre écho à la détention du dernier roi arménien,  Lewon V, qui, selon Jean Dardel, est logé par la communauté arménienne du Caire et à qui le sultan al-ʿAšraf Šaʿbān donne « xv dragmes pour le jour162 » pour vivre.

  • 163 Le mot ḫušdāš est également employé par Sembat pour qualifier Sunqur al-Ašqar. Ce qui démontre enco (...)
  • 164 Sur ces tractations, voir Amitai-Preiss 1995, p. 118-121.

41Hetʿum tente alors de récupérer son fils. Plusieurs ambassades, au moins trois, sont envoyées au Caire dans l’année 665/1267 pour négocier la libération de Lewon. Baybars semble prendre son temps et finalement demande en échange de Lewon son compagnon (ḫušdāš163), Sunqur al-Ašqar, qui avait été emmené en captivité par Hülegü après la prise d’Alep164. Lewon aurait-il été si célébré dans les sources si Baybars n’avait pas demandé, en échange de sa liberté, que lui soit rendu son plus fidèle ami Sunqur al-Ašqar ? L’amitié qui lie les deux hommes est également commentée chez d’autres auteurs arméniens :

  • 165 Sembat, Chronique, p. 119.

Il avait un camarade bien aimé, avec lequel il avait été au service du sultan d’Alep ; or lorsque le khān Hulagu vint mettre à sac Alep et fit prendre la fuite aux survivants, Baybars, celui qui devait devenir sultan, et son camarade […], qui avait un cheval plein de feu, en descendit et y fit monter Baybars, lui donnant la liberté ; il resta lui-même sur place et fut pris par l’armée du khān qui l’emmena en captivité en Orient165.

  • 166 Sur les personnages étudiés d’un point de vue littéraire, voir l’annexe « Remarques sur le champ le (...)

42Ce récit relève quasiment de l’imaginaire. Les principaux ingrédients de la littérature de fiction sont présents : la guerre, la fougue, l’amitié poussée à son paroxysme, le courage. Cependant celui qui est mis en valeur dans cet extrait n’est pas Baybars qui fuit mais bien Sunqur al-Ašqar qui se confronte aux Mongols166.

  • 167 Voir supra.

43À côté de cet échange, qui finalement se termine bien pour les deux camps, Baybars réclame des forteresses situées sur la rive ouest de l’Euphrate. Ce sont ces mêmes forteresses que le sultan réclamait avant d’entamer sa campagne militaire contre les Arméniens167.

La délimitation de la frontière orientale du royaume arménien 

  • 168 La carte en annexe permet de se rendre compte de l’importance stratégique des places fortes dont il (...)

44Deux régions sont concernées par les demandes de Baybars : la rive ouest de l’Euphrate et le nord de la région d’Antioche, deux endroits hautement stratégiques pour la défense du sultanat mamelouk car elles donnaient un accès direct au Bilād al-Rūm ; elles permettaient aussi de contrôler le couloir commercial nord-sud168.

  • 169 Les sources donnent souvent des noms différents pour une même forteresse, voir Amitai-Preiss 1995, (...)
  • 170 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 328.
  • 171 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 329 ; Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, p. 38.

45Ibn ʿAbd al-Ẓāhir mentionne six forteresses appartenant aux Arméniens convoitées par Baybars. Elles sont, dans l’ordre du texte : al-Baḥasnā, al-Darbsāk, Marzabān, Raʿayn (Raʿbān), al-Zarb (al-Zūb) et Šayḫ al-Ḥadīd (Šīḥ Ḥadīd)169. « Toutes sont situées dans le Bilād al-Islām » ajoute l’auteur qui met ainsi l’accent sur le fait que ces forteresses appartiennent aux musulmans170. La trêve entre les deux États, liée à la reddition des places fortes par les Arméniens, se signe finalement à Antioche en ramaḍān 666/mai 1268171.

  • 172 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 376 et trad. p. 70-71.

46Ibn ʿAbd al-Ẓāhir ne semble pas faire de distinction entre les six citadelles alors qu’elles constituent deux ensembles bien distincts. Le premier, avec al-Darbsāk et Šīḥ al-Ḥadīd, se situe à l’entrée sud du royaume arménien. Ces citadelles contrôlent la route venant du nord et forment une première ligne de défense de la ville d’Antioche. Les quatre autres, Baḥasnā, Marzabān, Raʿbān, al-Zūb, se situent sur la rive ouest de l’Euphrate et forment une frontière quasi rectiligne nord-sud. En suivant Ibn Šaddād, il faudrait sans doute ajouter également la citadelle de Ḫurūṣ qui est traitée dans un même chapitre avec al-Marzabān et al-Zūb172. Elles contrôlent également cette même route nord-sud et donnent au royaume arménien une profondeur de défense importante jusqu’aux premières pentes du Ǧabal Lukkām.

  • 173 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p. 74.
  • 174 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p. 73.

47La trêve signée entre les deux camps stipule donc la remise de toutes ces forteresses, mais Ibn Šaddād indique que Sunqur al-Ašqar intercéda en faveur des Arméniens pour qu’ils conservent Baḥasnā173. Baybars accepta cette proposition. Nous ne comprenons pas véritablement les motifs de la demande de Sunqur al-Ašqar, si ce n’est pour remercier les Arméniens de l’avoir délivré de sa prison mongole. Ibn Šaddād indique que la population ne souhaitait pas se mettre sous la protection du roi arménien après le passage des Mongols en 658/1260. Elle voulait se rattacher au sultanat mamelouk, mais comme aucune réaction ne venait d’Alep, la population décida de remettre la ville au roi Hetʿum174. Baybars savait que les liens entre la population de Baḥasnā et les Arméniens n’étaient pas très forts ; il ne devait donc pas la considérer comme essentielle dans sa stratégie.

  • 175 Bar Hebræus, Chronography, p. 461. Il est le seul auteur à mentionner l’attaque de la forteresse du (...)

48La région passe pratiquement entièrement sous le contrôle des Mamelouks mis à part Qalaʿat al-Rūm, siège du catholicos, la plus haute autorité religieuse des Arméniens. Après une première tentative qui échoua en 677/1279175, le fils de Qalāwūn, al-Ašraf Ḫalīl, prit finalement la citadelle en 692/1293. C’était la fin de l’implantation politique arménienne sur les bords de l’Euphrate. La volonté de s’emparer de ces forteresses sises sur la rive ouest de l’Euphrate montre toute l’importance stratégique qu’elles constituaient pour les Mamelouks dans leur combat contre les Mongols.

Conclusion

49Le déroulement de cette bataille, nous a amené à étudier de nombreuses sources issues des deux camps. Alors que nous aurions pu nous attendre à des divergences flagrantes entre les auteurs, les historiens arméniens et mamelouks apportent de nombreux renseignements qui se complètent sans pour autant être contradictoires.

  • 176 Voir l’annexe « Remarques sur le champ lexical ».

50Les auteurs chrétiens et musulmans font référence à des personnages importants de leur imaginaire. Alors que les références bibliques sont très nombreuses dans les sources arméniennes (Job, Sodome et Gomorrhe par exemple), les sources arabes mettent en place un jeu de miroir entre Baybars et certains chefs de guerre des premiers siècles de l’Islam qui ont lutté contre les « infidèles » comme, par exemple, Ḫālid b. al-Walīd176. À la manière d’un récit de fiction, les auteurs semblent ajouter à ces deux héros deux autres personnages : Lewon et Sunqur al-Ašqar. Plusieurs couples se forment : Baybars/Sunqur al-Ašqar et Hetʿum/Lewon mais aussi Baybars/Hetʿum et Lewon/Sunqur al-Ašqar.

  • 177 Meisami 1993 ; Spiegel 1987.

51Un perpétuel retour sur le passé biblique se met en place. La correspondance entre le présent et le passé permet aux auteurs de légitimer les évènements177. Dans les sources arabes, l’image de cette première attaque victorieuse des Mamelouks semble s’estomper avec le temps (Baybars n’est pratiquement plus cité, les évènements se limitent à l’essentiel) ou se modifie (rôle plus actif de Qalāwūn au détriment des autres commandants mamelouks). Chez Jean Dardel, la défaite arménienne est présentée avec les honneurs : la famille royale a versé le sang et perdu plusieurs fils. Nous comprenons que cette bataille était perçue comme un événement dont il fallait garder le souvenir et qui devait encourager de nouveaux croisés à partir vers l’Orient, pour reprendre cette terre perdue face aux « infidèles ».

52Cette première attaque constitue une sorte de paradigme qui servira de modèle pour décrire les attaques suivantes entreprises par les différents sultans mamelouks sur le Bilād Sīs. Nous avons recensé plus de trente attaques entre 664/1266 et 776/1375, date de la chute du royaume arménien. Tous les récits suivent ce modèle presque immuable décrivant l’entrée des troupes mameloukes à travers un col dans la plaine cilicienne et le pillage des villes et des campagnes. Ce paradigme de la première attaque sur le Bilād Sīs est également appliqué pour décrire les relations diplomatiques qui s’établissent entre Arméniens et Mamelouks, dans lesquelles les Mongols d’Iran ne prennent quasiment aucune part. Les Arméniens apportent leur soutien aux armées ilkhanides lorsqu’elles marchent sur le Bilād al-Šām, mais à aucune occasion ils ne seront secourus par leurs alliés face aux Mamelouks.

Quelques forteresses importantes du Bilād al-Arman

Quelques forteresses importantes du Bilād al-Arman

Bibliographie

Sources
ʿAbbāsī (al-), Nuzhat al-mālik wa-l-mamlūk fī muḫtaṣar sīrat man walīya Miṣr min al-mulūk, éd. ʿU. Tadmurī, Saïda et Beyrouth, al-Maktabat al-ʿaṣriyya, 2003.

Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, éd. M. Dayūb, vol. 2, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, 1997.

Taqwīm al-buldān, éd. J.T. Reinaud et W. Mac Guckin de Slane, Paris, Imprimerie royale, 1840.

Abū Tammām, Šarḥ dīwān Abī Tammām, 2 vol., Beyrouth, 1992.

ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān fī tārīḫ ahl al-zamān, éd. M. Amīn, vol. 1, Le Caire, al-Hayʾa al-miṣriyya al-ʿāmma li-l-kitāb, 1987.

Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, éd. A. Ṣālah Ḥamdān, Le Caire, al-Dār al-Miṣriyya al-Lubnāniyya, 1993.

Zubdat al-fikra fī tārīḫ al-hiǧra, éd. D.S. Richards, Beyrouth, Orient Institut Beirut, Bibliotheca Islamica n° 42, 1998.

Colophons de manuscrits arméniens du xiiie siècle, éd. A. A. Matévosyan, Erevan, Édition de l’Académie des sciences d’Arménie, 1984.

Ḏahabī (al-), Tārīḫ al-islām wa-wafayāt al-mašāhīr wa-l-aʿlām, éd. ʿU. Tadmurī, vol. 49, Beyrouth, Dār al-Kitāb al-ʿArabī, 1999.

Gérard de Montréal, Gestes des Chyprois, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, vol. II, Paris, Imprimerie nationale, 1906, p. 653-873.

Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers (The Mongols), éd. et trad. anglaise R. P. Blake et R. N. Frye, Harvard Journal of Asiatic Studies 12, décembre 1949, p. 269-400.

Hayton, La fleur des histoires de la terre d’Orient, trad. du moyen français, présentation et annotation Ch. Deluz, Croisades et pèlerinages – Récits, chroniques et voyages en Terre sainte xiie-xvie siècle, Régnier-Bohler, Danièle (éd.), Paris, Robert Laffont, 1997, p. 803-878.

Table chronologique, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, vol. I, Paris, Imprimerie impériale, 1869, p. 469-491.

Ḫazindārī (al-), Tārīḫ maǧmūʿ al-nawādir mimmā ǧarah li-l-awāʾil wa-l-awāḫir, éd. ʿU. Tadmurī, Saïda et Beyrouth, al-Maktabat al-ʿaṣriyya, 2005.

Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir fī sīrat al-malik al-ẓāhir, éd. ʿA. al-Ḫuwayṭir, Riyad, ʿAbd al-ʿAzīz Al-Ḫuwayṭir, 1976.

Ibn Abī l-Faḍāʾil, al-Nahǧ al-sadīd wa-l-durr al-farīd fī mā baʿda tārīḫ Ibn al-ʿAmīd, éd. et trad. E. Blochet, vol. XX et XXI, Paris, Firmin-Didot, (Patrologia Orientalis) 20-1, 1929.

Ibn al-Dawādārī, Kanz al-durar wa-ǧāmīʿ al-ġurar, éd. U. Harmann, vol. 8, Le Caire, Deutsches Archäologisches Institut, 1971.

Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya : min kitāb al-ǧawhar al-ṯamīn fī sīyar al-ḫulafāʾ wa-l-mulūk wa-l-salāṭīn, éd. ʿU. Tadmurī, Sayda-Beyrouth, al-Maktabat al-ʿaṣriyya, 1999.

Ibn al-ʿIbrī, The Chronography of Gregory Abûl Faraj, the son of Aaron, the Hebrew physician commonly known as Bar Hebræus, éd. et trad. anglaise E. A. W. Budge, 2 vol., Oxford, Oxford University Press, 1932.

Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, Beyrouth, Dār al-Mašriq, 1996.

Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya fī l-tārīḫ, vol. 15, Beyrouth et Damas, Dār Ibn Kaṯīr, 2007.

Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb fī aḫbār banī Ayyūb, éd. ʿU. Tadmurī, Sayda-Beyrouth, al-Maktabat al-ʿaṣriyya, 2004.

Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarāʾ al-Šām wa-l-Ǧazīra, « La Description de la Syrie de Nord de ʿIzz al-Dīn ibn Šaddād: al-Aʿlāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarāʾ al-Šām wa-l-Ǧazīra », éd. A. M. Eddé, BEO xxxii-xxxiii, 1982, p. 265-401.

Description de la Syrie du Nord, trad. A. M. Eddé, Damas, Institut français de Damas, 1984.

Tārīḫ al-Malik al-Ẓāhir, éd. A. Hutait, Beyrouth, Orient Institut Beirut, Bibliotheca Islamica n° 31, 1983.

Ibn Šākir al-Kutubī, ʿUyūn al-tawārīḫ, éd. F. Al-Sāmir et D.N. ʿAbd al-Munʿim, vol. 21, Bagdad, Wazārat al-Iʿlām, 1980.

Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira, vol. 7, Le Caire, Maṭbaʿat Dār al-Kutub al-Miṣriyya, 1938.

Ibn al-Wardī, Tārīḫ Ibn al-Wardī, vol. 2, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿIlmiyya, 1996.

Jean Dardel, Chronique d’Arménie, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, vol. II, Paris, Imprimerienationale, 1906, p. 1-113.

Le trésor des chartes d’Arménie ou cartulaire de la chancellerie royale des Roûbéniens, éd. V. Langlois, Venise, 1863.

Makīn (al-) Ibn al-ʿAmīd, al-Maǧmūʿ al-Mubārak, « La Chronique des Ayyoubides d’al-Makīn b. al-ʿAmīd », éd. Cl. Cahen, BEO xv, 1955-1957, p. 109-184.

Chronique des Ayyoubides (602-658/1205-6-1259-60), trad. A. M. Eddé et F. Micheau, Documents relatifs à l’histoire des croisades, vol. xvi, Paris, Geuthner, 1994.

Maqrīzī (al-), Kitāb al-Muqaffā al-kabīr, Tarāǧim maġribiyya wa-mašriqiyya min al-fatrā al-ʿubaydiyya, 8 vol., éd. M. al-Yaʿlāwī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 1987-1991.

Kitāb al-Sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk, vol. 2, éd. M. ʿAṭṭā, Beyrouth, Dār al-Kutub al-ʿilmiyya, 1997.

Marco Polo, Voyages de Marco-Polo, Recueil de voyages et de mémoires publiés par la Société de Géographie, tome 1, Paris, 1874.

Répertoire chronologique d’épigraphie arabe, vol. 12, Le Caire, IFAO, 1943.

Ṣafadī (al-), Wāfī bi-l-wafayāt, vol. 9, éd. A. Al-Arnawūṭ et T. Muṣṭafa, Beyrouth, Dar Iḥiāʾ al-turaṯ al-ʿarabī, 2000.

Sembat, La chronique attribuée au connétable Smbat, trad. G. Dédéyan, Documents Relatifs à l’Histoire des croisades, vol. xiii, Paris, Geuthner, 1980.

Vahram d’Édesse, Chronique rimée des rois de Petite Arménie, Recueil des historiens des croisades, Documents arméniens, vol. I, Paris, imprimerie impériale, 1869, p. 491-537.

Vardan l’Oriental, « The Historical compilation of Vardan Arewelc’i », trad. anglaise R. W. Thomson, Dumbarton Oaks Papers 43, 1989, p. 125-226.

Yāqūt al-Ḥamawī, Muʿaǧam al-buldān, 5 vol., Beyrouth, Dār al-Ṣader, 1957 ; rééd. ; 2007 avec 2 vol. supplémentaires d’index.

Yūnīnī (al-), Ḏayl mirʾāt al-zamān, vol. 2, éd. Hyderabad, Dāʾiratu l-Maʿārif al-ʿUṯmāniyya, 1955.

Études
Aigle, Denise, 2000 : « Le mythe créateur d’histoire », dans Aigle, Denise (éd.), Figures mytiques des mondes musulmans [numéro thématique], Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 89-90, p. 7-38.

— 2003 [2006] : « Les inscriptions de Baybars dans le Bilād al-Šām. Une expression de la légitimité du pouvoir », Studia Islamica 97, p. 57-85.

— 2005 : « Bar Hebræus et son public, à travers ses chroniques en arabe et en syriaque », Le Muséon 118/1-2, p. 83-106.

— 2007 : « La conception du pouvoir en islam. Miroirs des princes persans et théories sunnites (xie-xive siècles) », Perspectives médiévales 31, p. 17-44.

2008 : « L’œuvre historiographique de Barhebræus. Son apport à l’histoire de la période mongole », dans Aigle, Denise (éd.), Barhebræus et la renaissance syriaque (Actes du colloque, Collège de France, décembre 2007), Parole de l’Orient 33, p. 25-61.

— 2010: « Legitimizing a low-born, regicide monarch. The case of the Mamluk sultan Baybars and the Ilkhans in the 13th century », dans Charleux, I., Hamayon, R. et Delaplace, G. (éd.), Representing power in ancient Inner Asia: Legitimacy, transmission and the sacred, Bellingham, Western Washington University (Center for East Asian Studies), chap. 2, p. 61-94.

Alishan, Léonce, 1899 : Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, Venise-Saint Lazare.

Āl Ṯānī, ʿAbd Allāh Jāsim ʿAlī, 2007 : al-ʿAlāqāt al-siyāsiyya bayn al-muġūl wa-mamlakat Armīniyya al-ṣuġra 1236-1277 m wa-aṯaruhā fī l-tārīḫ al-islāmī, Beyrouth, Dār al-ʿulūm al-ʿarabiyya.

Amitai-Preiss, Reuven, 1987: « Mongol raids into Palestine (A.D. 1260 and 1300) », Journal of the Royal Asiatic Society, p. 236-255.

1992: « ʿAyn Jālūt revisited », Taʾrīḫ 2, p. 119-150.

— 1995: Mongols and Mamluks, The Mamluk-Īlkhānid war, 1260-1281, Cambridge, Cambridge University Press.

Amitai, Reuven, 2007: The Mongols in the Islamic Lands, Studies in the History of the Ilkhanate, Varorium, Aldershot, Ashgate.

Barthold, Wilhelm, Boyle, John Andrew: « Čaghatay », EI2, vol. 2, p. 3-4.

Bedrossian, Robert, 1979: The Turco-Mongol invasions and the lords of Armenia in the 13-14th centuries, Ph.D. Dissertation, Columbia University. Non éditée mais consultable en ligne : http://rebedrossian.com/dissert/html

Bosworth, Clifford Edmund: « al-Muʿtaṣim bi-llāh », EI2, vol. 7, p. 777-778.

Canard, Marius, 1967 : « Le royaume d’Arménie Cilicie et les mamelouks jusqu’au traité de 1285 », Revue des études arméniennes, nouvelle série IV, p. 217-259.

Châteauneuf, Agricol Lapierre, 1820 : Histoire des grands capitaines de la France, Paris, Abel Lanoë.

Chevalier Marie-Anna, 2006 : « La vision des ordres religieux-militaires par les chrétiens orientaux (Arméniens et Syriaques) au Moyen Âge (du début du xiie siècle au début du xive siècle) », Crusades 5, p. 55-84.

— 2009a : « L’ordre de l’Hôpital en Arménie cilicienne du début du xiie siècle à la fin du règne de Hétʿoum Ier », dans Augé, Isabelle (éd.), L’Église arménienne entre Grecs et Latins (fin xie-milieu xve siècle), Paris, Geuthner.

— 2009b : Les ordres religieux-militaires en Arménie cilicienne. Templiers, Hospitaliers, Teutoniques et Arméniens à l’époque des croisades, Paris, Geuthner.

Dakhlia, Jocelyne, 2002 : « Les Miroirs des princes islamiques : une modernité sourde ? », Annales. Histoire, sciences sociales 5, p. 1191-1206.

Debié, Muriel, 1998 : « Temps linéaire, temps circulaire : chronologie et histoire dans les chroniques syriaques », dans Briquel-Chatonnet, F. et Lozachmeur, H. (éd), Proche-Orient ancien. Temps vécu, temps pensé, Paris, p. 177-196.

— 2006 : « L’héritage de la chronique d’Eusèbe dans l’historiographie syriaque », Journal of the Canadian Society for Syriac Studies 6, p. 18-28.

Dédéyan, Gérard, 1998 : « Les colophons de manuscrits arméniens comme sources pour l’histoire des croisades », dans France, J. et Zajac, W. G. (éd.), The crusades and their sources: Essays presented to Bernard Hamilton, Variorum, Aldershot, Ashgate, p. 89-110.

Dictionnaire encyclopédique de la Bible, 2002 : Bogaert, P.-M., Delcor M., Jacob E. et al. (éd.), Turnhout, Brepols.

Eddé, Anne-Marie, 1999 : La principauté ayyoubide d’Alep (579/1183-658/1260), Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Edwards, Robert William, 1987: The fortifications of Armenian Cilicia, Washington DC, Dumbarton Oaks.

Flori, Jean, 1993 : « Un problème de méthodologie. La valeur des nombres chez les chroniqueurs du Moyen Âge à propos des effectifs de la première croisade », Moyen Âge 99, p. 399-422.

Geary, Patrick J., 1996 : La mémoire et l’oubli à la fin du premier millénaire, Paris, Aubier. Traduit de l’anglais par Jean-Pierre Ricard.

2002: « Oblivion Between Orality and Textuality in the Thenth Century », dans Althoff, G. , Fried, J. et Geary, P. J. (éd.), Medieval Concept of the Past. Ritual, Memory, Historiography, Cambridge, Cambridge University Press, p. 111-122.

Holt, Peter Malcolm, 1980: « The Virtuous Ruler in Thirteenth-Century Mamluk Royal Biographies », Nottingham Medieval Studies 24, p. 27-35.

1982: « Three Biographies of al-Ẓāhir Baybars », dans Morgan, David (éd.), Medieval Historical Writing in the Christian and Islamic Worlds, Londres, School of Oriental and African Studies, p. 19-29.

1983: « Saladin and His Admirers: A Biographical Reassessment », Bulletin of the School of Oriental and African Studies 46/2, p. 235-239.

Jonsson, Einar Már, 2006 : « Les “miroirs aux princes” sont-ils un genre littéraire ? », Médiévales 51, p. 153-166.

Major, Balázs, 2006: « Medieval Cave Fortifications of the Upper Orontes Valley (A Preliminary Report) », dans Kennedy, Hugh (éd.), Muslim Military Architecture in Greater Syria: From the Coming of Islam to the Ottoman Period, Leyde, Brill, p. 251-268.

Mazas, Alexandre, 1875 : Vie des grands capitaines français du Moyen-Âge, Paris, Librairie Jacques Lecoffre.

Mécérian, Jean, 1953 : « Bilan des relations arméno-iraniennes au ve siècle ap. J.C., à l’occasion du xve anniversaire de la bataille d’Avarayr », Mélanges de l’université Saint-Joseph 30, p. 67-98.

Meisami, Julie Scott, 1993: « The Past in Service of the Present: Two Views of History in Medieval Persia », Poetics Today 14/2, p. 247-276.

Mutafian, Claude, 1996 : « Hetʿum de Korikos historien arménien. Un prince cosmopolite à l’aube du xive siècle », Cahiers de recherche médiévale 1, p. 157-176.

— 1998 : La Cilicie au carrefour des empires, 2 vol., Paris, Les Belles Lettres.

Nicolle, David, 1994: « The Reality of Mamluk Warfare: Weapons, Armour, and Tactics », al-Masaq 7, p. 77-109.

Nora, Pierre (éd.), 1984-1992 : Les Lieux de mémoire, 3 tomes, Paris, Gallimard.

Richard, Jean, 1986 : « La lettre du Connétable Smbat et les rapports entre chrétiens et Mongols au milieu du xiiie siècle », dans Kouymjian, Dikran (éd.), Armenian Studies – études arméniennes : In memoriam Haig Berberian, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, p. 683-696.

Rüdt-Collenberg, W.H., 1963: The Rupenides, Hétʿoumides and Lusigans, The structure of the Armeno-Cilician dynasties, Paris, Klincksieck.

Russell, Josiah Cox, 1958: Late ancient and medieval population, Philadelphia, Amecrican Philosophical Society .

— 1972: Medieval Regions and their cities, Newton Abbot, David and Charles.

— 1985: « The population of the Crusader States », dans Setton, K. M. (éd.), A History of the Crusades, t. v, The impact of the Crusades on the Near East, Madison, University of Wisconsin Press, p. 295-314.

— 1986: « Demographic Factors of the Crusades », dans Goss, V. P. et Bornstein, Ch. V. (éd.), The meeting of two worlds. Cultural exchange between East and West during the period of the Crusades, Kalamazoo, p. 53-58.

Spiegel, Gabrielle M., 1987: « Social Change and Literary Language. The Textualization of the Past in Thirteenth-Century Old French Historiography », Journal of Medieval and Renaissance Studies 17, p. 129-148.

— 1990: « History, Historicism, and the Social Logic of the Text in the Middle Ages », Speculum 65/1, p. 59-86.

1993: Romancing the Past: The Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Stewart, Angus, 2001: The Armenian kingdom and the Mamluks, War and Diplomacy during the King Hetʿum Reigns (1289-1307), Leyde, Brill.

— 2005: « The assassination of King Hetʿum II: the conversion of the Ilkhans and the Armenians », Journal of the Royal Asiatic Society 15-1, p. 45-61.

Sublet, Jacqueline, 1998 : « Le sultan Baïbars, héros de roman. Ruptures des liens », Les épopées, littératures de la voix, Diogène 181, p. 100-111, .

2004 : « Un héros populaire dans un espace encombré », Arabica 51-1, p. 144-161.

Teule, Hermann, 2003: « Gregory Barhebræus and his Time: The Syrian Renaissance », Journal of the Canadian Society for Syriac Studies 3, p. 21-43.

Tolan, John, 2003 : Les Sarrasins. L’islam dans l’imagination européenne au Moyen Âge, Paris, Aubier. Traduction française de Dauzat P.-E.

Weitenberg, Jos J. S., 2005: « Cultural Interaction in the Middle East as Reflected in the Anthroponomy of Armenian 12th-14th Century Colophons », dans Van Ginkel J. J., Murre-Van den Berg H. L., Van Lint T. M. (éd.), Redefining Christian Identity. Cultural Interaction in the Middle East since the Rise of Islam, Orientalia Lovaniensia Analecta 134, Louvain, Paris, Dudley, Peeters, p. 265-273.

Wiet, Gaston, « Baybars Ier », EI2, vol. 2, p. 1158-1160.

Zouache, Abbès, 2008 : Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174, Damas, Institut français du Proche-Orient.

Annexes

Remarques sur le champ lexical : vision eschatologie versus vision pragmatique
Tous les auteurs se focalisent sur quelques personnages auxquels ils font jouer des rôles majeurs lors de la campagne militaire. Chaque camp valorise ses héros, voire ses martyrs, et stigmatise ses ennemis. Une vision dualiste est perceptible à la lecture d’écrits considérés généralement comme des sources historiques, mais qui semblent par certains moments prendre la forme de textes littéraires rédigés selon les critères de la littérature de fiction. Deux personnages sont particulièrement évoqués, aussi bien dans les sources arabes qu’arméniennes : le sultan mamelouk Baybars et le roi arménien Hetʿum.

Appelé « Takafūr », transcription arabe du mot arménien (Takavor) signifiant roi, Hetʿum, le « Ṣāḥib Sīs », est particulièrement bien décrit dans les sources arabes. Stepʿanos de Vahka, un copiste arménien, est l’auteur d’un colophon écrit en 1266 près de Partzerpert situé dans le nord du royaume de Cilicie. Dans ce colophon qui relate les évènements se passant en 664/1266, les références bibliques sont nombreuses et Hetʿum se rapproche d’une grande figure biblique qui est Job. Il est « un nouveau Job178 » qui doit se préoccuper du salut de tous indique Stepʿanos. Job représente l’archétype du Juste dont la foi fut mise à l’épreuve par Satan, avec la permission de Dieu179. Hetʿum est donc, dans l’esprit de Stepʿanos, un « Juste » à qui Dieu envoie des épreuves, incarnées par les troupes mameloukes, pour tester sa foi.

L’idée que Dieu envoie des épreuves aux Arméniens en raison de leurs péchés domine tout le texte. Stepʿanos espère que le royaume ne subisse pas « le sort de Sodome et Gomorrhe180 ». La phrase « Dieu […] nous fit boire à la coupe de la colère181 » renvoie directement à la Bible dans laquelle la coupe est le symbole du sort réservé à chacun182, un sort d’ailleurs souvent funeste183. C’est finalement grâce à toutes ces références bibliques que Stepʿanos justifie l’invasion du royaume. Pour ce religieux arménien, Baybars fait partie d’un plan divin mis en place pour châtier les Arméniens en raison de leurs fautes. Mais, Hetʿum/Job doit défendre son royaume en fortifiant sa foi en Dieu.

Dans les sources arméniennes et arabes, Hetʿum apparaît comme un souverain doté de vertus valorisantes. Le roi qualifié d’être « pieux184 » constitue un des topoï des sources arméniennes visant à faire du souverain un modèle idéal ; cela est également le cas dans les sources islamiques et, dans un cadre plus large, les historiens se conforment à la littérature des Miroirs des princes, tant occidentale qu’orientale185.

En général, les chroniqueurs arabes n’ont pas véritablement de jugement sur le roi Hetʿum. Mais certains lui attribuent des qualités valorisantes : il est le roi protecteur, « al-Malik al-Muǧīr186 », encore une qualité qui s’apparente à présenter le souverain arménien comme un modèle. En revanche al-Ḏahabī, savant en sciences religieuses de Syrie, le traite de « chien187 » (kalb). Le qualificatif employé par ce dernier peut se comprendre étant donné les rapports politiques conflictuels entre le royaume arménien allié des Mongols et le sultanat mamelouk. L’expression « al-Malik al-Muǧīr » n’est apparemment employée que dans le cas de Hetʿum ; aucun autre roi ou sultan ne semble avoir été surnommé d’une telle manière. Il est probable que la grande piété manifestée par Hetʿum, jusqu’à entrer en religion sous le nom de Macaire188, était reconnue tant par les chrétiens que les musulmans. Les auteurs en ont donc profité pour en faire un modèle en matière de vertus religieuses. En signalant sa mort en 669/1269, les chroniques musulmanes lui rendent finalement un nouvel et dernier hommage189.

La vision de Baybars par les auteurs arméniens est intéressante car elle se reflète dans la manière dont son nom de règne est en quelque sorte « occulté ». En effet, les auteurs des chroniques ne le désignent jamais par son titre d’al-Malik al-Ẓāhir mais pratiquement toujours par son surnom « al-Bunduqdārī », sous la forme Bundukdārī chez Sembat190, Bunduqdar chez les auteurs de Grande Arménie191. Or, cette appellation met l’accent sur son origine servile, puisque ce surnom fait référence à son premier maître qui l’a acheté. Dans les colophons de manuscrits, Baybars est désigné comme le « Sultan de Misr192 », ou le « Grand d’Égypte ». Ces deux appellations qui rappellent son statut de maître de l’Égypte ont plutôt une connotation positive. Baybars est également mis en relation avec des personnages de la Bible : il est un « nouveau Nabuchodonosor193 » ou le « Pharaon194 » qu’il faut rapprocher de l’expression « tyran d’Égypte195 », mais aussi le « soudant de Babiloyne196 ». Ces figures bibliques sont utilisées pour bien marquer le lecteur arménien, qui comprend facilement l’analogie faite entre Baybars et ces personnages de l’Antiquité. Nabuchodonosor, le maître de Babylone, est connu dans la Bible pour avoir marché sur Jérusalem et enlevé plusieurs princes royaux qu’il fit ensuite élever à sa cour, afin qu’ils puissent servir dans son palais197. Baybars est celui qui a fait assiéger la capitale arménienne et capturer les fils du roi. Le jeu de miroir entre Baybars et Nabuchodonosor est facilement reconnaissable tout comme celui entre Baybars et Pharaon. Ce dernier est une des grandes figures maléfiques de la Bible. Baybars semble en être un successeur tout désigné. Tout deux viennent d’Égypte et tout deux s’en prennent au « peuple élu ». C’est bien une nouvelle bataille entre le mal représenté par Baybars et le bien incarné par Hetʿum qui est en train de se jouer. Comme le souligne Denise Aigle, « l’histoire présente est ainsi vue comme un prolongement de l’histoire sacrée198 ». Baybars n’est pas l’Alexandre du temps (Iskandar al-zamān), titre que l’on trouve gravé dans certaines de ses inscriptions dans le Bilād al-Šām, associé à celui de « né sous la conjonction des astres favorables » (Ṣāḥib al-Qirān). Il est véritablement vu, du côté chrétien, comme un fléau digne des plus grands personnages maléfiques de la Bible.

Au contraire, les laudateurs musulmans de Baybars rivalisent d’ingéniosité pour mettre en avant leur maître. Ibn ʿAbd al-Ẓāhir reprend un vers de poésie199, extrait d’un panégyrique écrit en l’honneur du calife abbasside al-Muʿtaṣim bi-llāh (218-227/833-842), par le poète Abū Tammām (188-230/804-845)200. Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, dans ce passage, ne parle pas de Baybars, mais en empruntant ces vers à Abū Tammām, nous comprendrons que son intention est de faire un parallèle entre al-Muʿtaṣim bi-llāh et Baybars. En recopiant ces vers, Ibn ʿAbd al-Ẓāhir évoque la figure du guerrier qui a combattu les infidèles (Byzantins) et qui fut surtout loué pour ses qualités guerrières ; il fut en particulier qualifié de « marteau des infidèles201 ». En plus des vertus de combattant de l’islam (muǧāhid et murābiṭ) louées dans l’épigraphie monumentale202, Baybars semble dans les sources, aussi bien arméniennes qu’arabes, doté d’un don d’ubiquité. Ibn Šaddād, fidèle à son style de panégyriste, place, à plusieurs reprises, Baybars au centre de l’action, par exemple :

Il [Baybars] parcourut avec ses chevaux les monts et les plaines, fit disparaître le moindre vestige et effaça toute trace203.

En une seule phrase l’auteur fait accomplir à son héros tout ce qu’a fait l’armée mamelouke, alors même que Baybars ne participe pas aux opérations204. Il laisse en effet le commandement de l’expédition sur Sīs à un de ses proches. Pour Ibn Šaddād et Abū l-Fidā, il s’agit d’al-Malik al-Manṣūr, le prince ayyoubide de Hama205. Sembat l’appelle « le sultan d’Alep206 ». Mais, ce dernier voit un autre homme commander les troupes mameloukes qu’il nomme Samm al-Mawt207. La présence de ce surnom arabe, « le poison de la mort », démontre que les Arméniens n’étaient pas étrangers à la langue arabe. Il est aussi tout à fait probable que le nom même du personnage ait poussé l’auteur à en faire le chef de la troupe pour renforcer l’effet de frayeur. Celui qui dirige, selon les deux auteurs arabes, n’est qu’un second pour l’auteur arménien. Ibn Šaddād mentionne un autre nom pour seconder le prince ayyoubide : Šams al-Dīn Aqsunqur al-Fāriqānī al-Ustadār208. Al-Ṣafadī n’a pas jugé utile de mentionner cet épisode dans la biographie qu’il lui consacre dans son Wafī bi-l-wafayāt209. Nous pouvons donc penser qu’il joua sans doute un rôle mineur lors de cette expédition. Un dernier personnage apparaît dans une position qui semble peu importante sur le champ de bataille, il s’agit du futur sultan Qalāwūn. Les auteurs postérieurs aux évènements donnent en revanche à Qalāwūn un rôle plus important lors de cette confrontation militaire210. Cette réécriture de l’histoire se comprend grâce à l’aura dont a bénéficié le second grand sultan mamelouk, lui aussi considéré comme un grand combattant des ennemis extérieurs au sultanat mamelouk.

Notes

* Je tiens à remercier Denise Aigle qui m’a apporté de nombreux et précieux conseils, corrections et références bibliographiques, ainsi que Claude Mutafian pour sa relecture attentive et ses judicieuses corrections.

1 Alishan 1899, p. 480-481.

2 Canard 1967, en particulier p. 227-237.

3 Amitai-Preiss 1995, p. 116-118.

4 Stewart 2001, p. 48-49.

5 Āl Ṯānī 2007, p. 226-227.

6 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers.

7 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelcʿi.

8 Ce que les sources arabes du viie-viiie/xiie-xive siècle nomment « Bilād Sīs » ou « Bilād al-Arman » correspond à l’expression « royaume arménien de Cilicie » fréquemment utilisée dans l’historiographie moderne. Bien que l’idée de royaume ne soit pas présente dans les expressions arabes, la royauté est exprimée par les expressions « mutamalik Sīs », « al-Malik al-Arman » souvent usitées pour désigner le roi arménien.

9 Sembat, La chronique attribuée au connétable Smbat.

10 Hayton, La fleur des histoires de la Terre d’orient et Table chronologique. Voir Mutafian 1996, qui replace parfaitement l’auteur dans son siècle.

11 Vahram d’Édesse, Chronique rimée des rois de Petite Arménie.

12 Jean Dardel, Chronique.

13 Dédéyan 1998.

14 Nous tenons à remercier le professeur Gérard Dédéyan de nous avoir transmis ses traductions tirées du recueil de colophons édité par Matévosyan, Colophons de manuscrits arméniens du xiiie siècle.

15 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar.

16 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya fī l-tārīḫ

17 Ibn Šākir al-Kutubī, ʿUyūn al-tawārīḫ.

18 ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān fī tārīḫ ahl al-zamān.

19 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk li-maʿrifat duwal al-mulūk.

20 Ibn Abī l-Faḍāʾil, al-Nahǧ al-sadīd wa-l-durr al-farīd fī mā baʿda tārīḫ Ibn al-ʿAmīd.

21 Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira.

22 Ḏahabī (al-), Tārīḫ al-islām.

23 Yūnīnī (al-), Ḏayl mirʾat al-zamān.

24 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra fī tārīḫ al-hiǧra ; — Muḫtār al-aḫbār.

25 Ḫazindārī (al-), Taʾrīḫ maǧmūʿ al-nawādir.

26 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir fī sīrat al-Malik al-Ẓāhir.

27 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra fī ḏikr umarāʾ al-Šām wa-l-Ǧazīra.

28 Voir en annexe l’étude sur le champ lexical.

29 Les biographies royales de Baybars s’inscrivent dans la même perspective que celles composées à l’attention de Saladin, voir Holt 1983.

30 ʿAbbāsī (al-), Nuzhat al-mālik wa-l-mamlūk.

31 Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya.

32 Bar Hebræus, The Chronography of Gregory Abûl Faraj.

33 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal.

34 Voir Aigle 2005 — 2008. Sur la perspective dans laquelle s’inscrit l’historiographie syriaque, voir Debié 2006.

35 Aigle (2005 — 2008, p. 25-61) fait une étude littéraire des parties concernant les Mongols et en montre l’aspect symbolique.

36 Dioscorus de Gazarta a rédigé une biographie dans laquelle il prétend que Bar Hebræus avait une pratique de l’arménien, voir Teule 2003, p. 22 ; Aigle 2008, p. 43.

37 Teule 2003, p. 22, 38, n. 16 ; Aigle 2008, p. 43.

38 Teule 2003, p. 38-39, n. 16 ; Aigle 2008, p. 43.

39 Gérard de Montréal, Gestes des Chyprois.

40 Les rapports entre Arméniens et Mongols en Armīniyya, en particulier le système social et militaire mis en place, sont très bien étudiés par Bedrossian 1979.

41 Hetʿum ne signa pas directement le traité. Il envoya Sembat, connétable du royaume et auteur de la chronique utilisée ici, à sa place. Voir Richard 1986.

42 Voir par exemple, Amitai-Preiss 1987 ; Sembat, Chronique, p. 104-105 ; Makīn (al-), al-Maǧmūʿ al-Mubārak, p. 171-173 et trad. p. 112.

43 Voir Amitai-Preiss 1992. L’auteur de cet article fait dans un premier temps un point historiographique sur la question avant d’entrer dans l’étude précise de la bataille à proprement parler.

44 En particulier les places fortes de Baḥasnā et Raʿbān, voir Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p. 73-74 ; p. 301 et trad. p. 276.

45 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 254-265.

46 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 255.

47 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 263.

48 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216.

49 Voir Canard 1967, p. 229.

50 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.

51 RCEA, vol. 12, p. 104-106.

52 Sur cette question, voir Aigle 2003.

53 Sembat, Chronique, p. 117.

54 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 253.

55 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 254.

56 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 260.

57 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216.

58 Sembat, Chronique, p. 117.

59 Sembat, Chronique, p. 116-117 ; Vahram d’Édesse, Chronique, p. 521.

60 Il s’agit de l’émir ʿIzz al-Dīn Awġān al-Ruknī, surnommé par cette appellation « le poison mortel », voir Sembat, p. 115, n. 7. Voir l’annexe « Remarque sur le champ lexical ».

61 Sembat, Chronique , p. 115.

62 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. 15, p. 407.

63 Une carte placée en annexe permet de localiser les différents lieux et forteresses du Bilād al-Arman.

64 Sembat, Chronique, p. 117.

65 Les forts du « Pilier de Jonas » et de Sari Seki composaient ce système défensif, voir Edwards 1987, p. 204-206 ; 214-216.

66 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 217, Ibn Abī l-Faḍāʾil, al-Nahǧ al-sadīd, t. XII, p. 494.

67 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, trad. p. 217 n. 1.

68 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 303 et trad. p. 269.

69 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.

70 Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, p. 32.

71 Edwards 1987, p. 146-148.

72 Edwards 1987, p. 154-157.

73 Edwards 1987, p. 167-169.

74 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 376 et trad. p. 97.

75 Edwards 1987, p. 143-147.

76 Voir l’article de Chevalier dans ce volume.

77 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

78 Voir Russel 1958 ; 1972 ; 1986.

79 Voir Flori 1993 ; Zouache 2008 a fait une très bonne mise au point sur le problème de la valeur des nombres dans les sources narratives et plus précisément sur les effectifs des armées à l’époque des croisades aux pages 586-599. L’auteur note qu’il faut étudier les chiffres symboliquement, que certains sont fantaisistes, mais que surtout ils sont utilisés à des « fins idéologique et de propagande ». Le chercheur doit donc se montrer particulièrement prudent.

80 Jean Dardel, Chronique, p. 12. Le même auteur, p. 71, utilise le même chiffre plus loin dans le récit pour quantifier les effectifs d’une troupe de Turcomans dans l’année 776/1375. Ce qui démontre que ce nombre est tout à fait symbolique dans le récit de Jean Dardel.

81 Ḫazindārī (al-), Tārīḫ maǧmūʿ al-nawādir, p. 221. Voir pour une explication détaillée du mot fāris/fursān, Zouache 2008, p. 392-412.

82 « À l’aube du mardi, les infidèles s’ébranlèrent et parvinrent au camp des chrétiens », Sembat, Chronique, p. 117.

83 Jean Dardel, Chronique, p. 12.

84 Ce ne sont pas les seules occurrences dans le texte. Jean Dardel note par exemple que les chefs arméniens qui complotent contre Lewon V sont au nombre de trois. Jean Dardel, Chronique, p. 75.

85 Genèse, 6 : 10.

86 Après sa résurrection, le Christ se réfère à trois sections : la Torah, les Neviim, les Kethubim, Luc, 24 : 44.

87 Thessaloniciens 1, 5 : 23.

88 Hayton utilise également le mot « Sarrasins » pour désigner les Mamelouks, alors qu’en tant qu’Arménien il aurait pu utiliser un autre mot. Cela démontre que l’auteur a su modeler le texte suivant les « canons » du public. Hayton, La fleur des histoires de la Terre d’orient, p. 842. Sur la représentation de l’islam et des musulmans dans l’Occident médiéval, voir Tolan 2003.

89 Sembat, Chronique, p. 117.

90 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 365.

91 Cette littérature était très en vogue au xixe siècle, voir par exemple Châteauneuf 1820 ; Mazas 1875.

92 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad., p. 217.

93 Zouache 2009, p. 63-64. Sur Baybars omnipotent, voir l’annexe « Remarques sur le champ lexical ».

94 Bar Hebræus, Chronography, p. 445-446 ; Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285.

95 Actuellement Elbistan et Goksun en Turquie.

96 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 357; Sembat, Chronique, p. 117.

97 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 367.

98 Bar Hebræus, Chronography, p. 406-408, Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 255-256.

99 Ibn Šaddād, Tārīḫ, p. 156, 159.

100 Amitai-Preiss 1995, p. 117.

101 Bar Hebræus, Chronography, p. 445.

102 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285.

103 Ibn al-ʿIbrī, Tārīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 286 et Chronography, p. 446.

104 Voir Stewart 2005.

105 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.

106 Ibn al-ʿIbrī, Taʾrīḫ muḫtaṣar al-duwal, p. 285 et Chronography, p. 446, utilise étonnamment une traduction arabe du nom arménien Sarfandikār : « Ḥaǧǧar Sarwand ».

107 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

108 Ibn al-Wardī, Taʾrīḫ, p. 212

109 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.

110 ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān, vol. 1, p. 423.

111 Pour une étude castellologique, voir Edwards 1987, p. 58-62.

112 Outre le fait que le Chrysobulle de Lewon II, écrit en latin et datant de 1212, nous informe qu’une partie des terres du royaume était octroyée à l’ordre teutonique, il nous donne des indications très précises sur le territoire du Bilād Sīs, où les casaux arméniens se partageaient l’espace avec des Turcomans, voir Le trésor des chartes d’Arménie, p. 117-120. Sur les ordres militaires en Cilicie, voir Chevalier 2006 — 2009a — 2009b — ainsi que sa contribution à cet ouvrage.

113 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61-62.

114 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.

115 Voir l’introduction de ʿU. Tadmurī, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 10-16.

116 Ibn al-Muġayzil, Ḏayl mufarriǧ al-kurūb, p. 61.

117 L’information est confirmée par Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270. Ce dernier mentionne la présence de Mongols, sans préciser s’ils étaient soldats. Il note enfin que 2 200 hommes ont été tués et que parmi eux il y avait des Hospitaliers, ce qui est faux puisqu’elle était tenue par les Teutoniques, mais peut être qu’Ibn ʿAbd al-Ẓāhir ne faisait pas la différence entre les différents ordres militaires.

118 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.

119 Gérard de Montréal, Gestes des Chyprois, p. 766.

120 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223.

121 Hetʿum, Table chronologique, p. 487.

122 Abū l-Fidā, Taqwīm al-buldān, p. 250-251.

123 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.

124 Voir l’article de Chevalier dans ce volume.

125 Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya, p. 59. Cet auteur ne mentionne que la prise du port d’Ayās. Elle demeurait à son époque, la fin du xive siècle, la ville la plus importante du Bilād Sīs, notamment en raison de son port, débouché commercial important pour les produits d’Asie en direction de l’Europe.

126 Sembat, Chronique, p. 118.

127 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.

128 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.

129 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359; Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223.

130 Hayton, Table chronologique, p. 487.

131 Sembat, Chronique, p. 118.

132 Sembat, Chronique, p. 118.

133 Ces grottes fortifiées devaient sans doute être semblables à celles tenues par des Arméniens dans la vallée de l’Oronte et étudiées par Balázs Major, voir Major 2006.

134 Voir les travaux de Pierre Nora en particulier, Les Lieux de mémoire 1984-1992.

135 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

136 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 522.

137 Sembat, Chronique, p. 118.

138 Voir Geary 2002 1996, p. 27.

139 Voir les travaux de Spiegel 1987 1990 1993 ; Meisami 1993. La bataille de Marrī et bien plus encore celle d’Avarayr en 451 ap. J.C., contre les Sassanides, sont entrées dans la mémoire du peuple arménien. Elles représentent des références dans lesquelles les idées d’indépendance politique et d’appartenance à la chrétienté sont mises en avant. Les héros tombés au champ d’honneur (Vardan Mamikonian en particulier) sont célébrés dans le chant, la peinture ou la sculpture. Sur la bataille d’Avarayr, voir Mécérian 1953.

140 Sembat, Chronique, p. 118.

141 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.

142 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359.

143 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223.

144 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37.

145 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 359.

146 Nous trouvons dans la chronique de Jean Dardel, à une époque plus tardive, l’évocation d’une rencontre à Alep avec plusieurs prisonniers arméniens, dont certains s’étaient convertis à l’islam et qui servaient dans la citadelle de la ville.

147 Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

148 RCEA, vol. 12, p. 128-130.

149 RCEA, vol. 12, p. 141-143.

150 RCEA, vol. 12, p. 193-194 et p. 195.

151 RCEA, vol. 12, p. 226-227.

152 Sur les inscriptions de Baybars dans le Bilād al-Šām comme un miroir de ses actions politiques, voir Aigle 2003.

153 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270.

154 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 357.

155 Sembat, Chronique, p. 119. Gérard Dédéyan dans son commentaire de la chronique note la présence d’un Franc : « Cilart » ou Girard.

156 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216-217.

157 Le mariage eut lieu en 644-645/1247-1248, voir Rüdt Collenberg 1963, p. 63-64, 66.

158 Weitenberg 2005. Les frères Toʿros et Sembat ont été unis tous deux la même année (695-1297) à deux princesses mongoles de la famille de Ġāzān Ḫān. Voir Rüdt Collenberg 1963, p. 71 ainsi que l’arbre généalogique « The Hethumides (Royal Branch) and the Lusignans-Armenia ».

159 Ibn Taġrī Birdī, al-Nuǧūm, vol. 7, p. 140 ; ʿAbbāsī (al-), Nuzhat al-mālik wa-l-mamlūk, p. 153.

160 Vahram d’Édesse, Chronique, p. 523.

161 Sembat, Chronique, p. 119. Voir également Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 358-359.

162 Jean Dardel, Chronique, p. 86-87.

163 Le mot ḫušdāš est également employé par Sembat pour qualifier Sunqur al-Ašqar. Ce qui démontre encore une fois la connaissance de la langue de « l’autre ». Sembat, Chronique, p. 120.

164 Sur ces tractations, voir Amitai-Preiss 1995, p. 118-121.

165 Sembat, Chronique, p. 119.

166 Sur les personnages étudiés d’un point de vue littéraire, voir l’annexe « Remarques sur le champ lexical ».

167 Voir supra.

168 La carte en annexe permet de se rendre compte de l’importance stratégique des places fortes dont il est question.

169 Les sources donnent souvent des noms différents pour une même forteresse, voir Amitai-Preiss 1995, p. 119, en particulier n. 54.

170 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 328.

171 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 329 ; Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, p. 38.

172 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 376 et trad. p. 70-71.

173 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p. 74.

174 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 375 et trad. p. 73.

175 Bar Hebræus, Chronography, p. 461. Il est le seul auteur à mentionner l’attaque de la forteresse du catholicos. Les autres sources ne font que citer une razzia dans le Bilād Sīs, par exemple : Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, vol. 15, p. 464 ; Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 432-438 ; Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 319-320 et trad. p. 220-221 ; Yūnīnī (al-), Ḏayl Mirʾāt al-zamān, vol. 3, p. 297 ; Maqrīzī (al-), Kitāb al-Muqaffā al-kabīr, vol. 5, p. 463-464.

176 Voir l’annexe « Remarques sur le champ lexical ».

177 Meisami 1993 ; Spiegel 1987.

178 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343 ; Genèse, 18 : 20.

179 Voir dans la Bible le livre de Job ; voir également l’article « Job », Dictionnaire encyclopédique de la Bible, 2002, p. 684-686.

180 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.

181 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.

182 Isaïe, 51 : 17-22 ; Jérémie, 25 : 15, 38 ; article « Coupe », Dictionnaire encyclopédique de la Bible, 2002, p. 315.

183 Par exemple les sept coupes tenues par sept anges contenant chacune un fléau. Apocalypse, 14 : 10, 18 : 6, 15 : 7.

184 Grégoire d’Akner, History of the nation of the archers, p. 367 ; Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 216 ; Hayton, La fleur des histoires de la Terre d’orient, p. 842.

185 Aigle 2007 ; Jonsson 2006 ; Dakhlia, 2002.

186 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 374 ; Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 105 ; Baybars al-Manṣūrī, Muḫtār al-aḫbār, p. 32 ; Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 69.

187 Ḏahabī (al-), Taʾrīḫ al-islām, vol. 49, p. 297-298.

188 Sembat, Chronique, p. 123 ; Hayton, La fleur des histoires de la Terre d’orient, p. 842.

189 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 374 ; Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 132 ; Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 337 ; Ibn al-Wardī, Tārīḫ, p. 213 ; Ḏahabī (al-), Tārīḫ al-islām, vol. 49, p. 298 ; ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān, vol. 2, p. 88 ; Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 69.

190 Sembat, Chronique, p. 115.

191 Vardan l’Oriental, The Historical compilation of Vardan Arewelc’i, p. 223; Grégoire d’Akner, History of the Nation of the Archers, p. 369.

192 Colophons de manuscrits arméniens, p. 350-351.

193 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.

194 Colophons de manuscrits arméniens, p. 350-351. L’analogie entre Baybars et Pharaon se retrouve également chez Bar Hebræus, lors de la mention du décès de Baybars, uniquement dans sa chronique en syriaque. L’auteur complète sa comparaison par une citation biblique, voir Chronography, p. 458 ; Aigle 2003, p. 38-39.

195 Colophons de manuscrits arméniens, p. 342-343.

196 Jean Dardel, Chronique, p. 12 ; Marco Polo, Voyages de Marco-Polo, p. 9. Marco Polo le désigne sous les termes « Bondocdaire que estoit soldan de Babelonie » ; dans la même édition voir l’annexe p. 534-535 qui fournit huit variantes du nom de Baybars suivant les manuscrits français, italiens et latins. Voir Wiet, « Baybars Ier », EI2, p. 1158.

197 Daniel, 1 : 3.

198 Aigle 2003, p. 39.

199 Ibn ʿAbd al-Ẓāhir, al-Rawḍ al-zāhir, p. 270, vers repris par Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 105. Nous ne devons pas omettre la portée des vers insérés dans les chroniques. Ils doivent être pris comme des références littéraires que chaque lecteur connaissait, tout comme les références religieuses tirées du Coran et des hadiths pour les sources musulmanes ou les références bibliques dans les sources chrétiennes.

200 Abū Tammām, Dīwān, vol. 2, p. 15, vers 32. Je tiens à remercier Mohamed Bakhouch qui m’a aidé à trouver ce vers.

201 Bosworth, « al-Muʿtaṣim bi-llāh », p. 778. L’image du « marteau des infidèles » n’est pas unique dans l’historiographie. Charles Martel et Nicéphore Phokas ont tout les deux été surnommés de ce titre honorifique à des fins de propagande idéologique.

202 Aigle 2003, p. 62-63.

203 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 217.

204 Sur le don d’ubiquité de Baybars voir Sublet 1988 2004, p. 147-148.

205 Al-Malik al-Manṣūr Muḥammad b. al-Malik al-Muẓaffar (640-682/1243-1284). Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216; Abū l-Fidā, al-Muḫtaṣar fī aḫbār al-bašar, p. 333.

206 Sembat, Chronique, p. 117, n. 17.

207 Ce personnage est appelé en général ʿIzz al-Dīn Awġān al-Ruknī, mais certains auteurs ne le nomment qu’avec son surnom. Sembat, Chronique, p. 117 ; Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 105, Ḫazindārī (al-), Tārīḫ maǧmūʿ al-nawādir, p. 221 ; ʿAynī (al-), ʿIqd al-ǧumān, vol. 1, p. 422 ; Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya, p. 59.

208 Ibn Šaddād, al-Aʿlāq al-ḫaṭīra, p. 321 et trad. p. 216.

209 Ṣafadī (al-), Wāfī bi-l-wafayāt, vol. 9, p. 182, n° 1902.

210 Maqrīzī (al-), Kitāb al-sulūk, vol. 2, p. 37 ; Ibn Duqmāq, al-Nafḥa al-miskiyya fī l-dawla al-turkiyya, p. 59.

Table des illustrations

Titre Quelques forteresses importantes du Bilād al-Arman
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Auteur

Institut français du Proche-Orient

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540