Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu XIIIe - fin XIVe siècle)

 | 
Mathieu Eychenne

Première partie. Constitution et formes des liens personnels

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Approcher les relations sociales par l’étude du vocabulaire permet d’identifier les différents mécanismes relationnels à l’œuvre dans une société, mais présente cependant quelques risques. En tout premier lieu celui d’une interprétation erronée liée au sens même des mots employés qui ne recouvrent pas toujours exactement les mêmes notions à travers les époques. L’amitié, l’influence, l’intercession, considérées en tant que pratiques sociales doivent, par conséquent, être replacées dans leur contexte. Faute de quoi, l’on pourrait être tenté d’exagérer l’importance de certains liens personnels en les réifiant et en surinterprétant quelque peu la réalité qu’ils recouvrent. Un autre risque serait de privilégier le relationnel en minimisant le rôle du statut social ou de l’appartenance au groupe social. Nous avons vu la difficulté de distinguer des catégories homogènes dans la société mamelouke, il n’en reste pas moins que le statut social, qui n’est pas une catégorisation, garde toute son importance et vient tempérer quelque peu l’effet des liens personnels. Enfin, le jugement moral, sous-jacent dans le vocabulaire employé, que l’on peut être tenté de porter sur certaines pratiques, tend aussi à occulter la réalité pour faire place à une vision déformée, parce que non contextualisée, de la société étudiée. Tous ces écueils ne doivent cependant pas faire oublier que la prise en compte des liens sociaux au sein d’un groupe hétérogène, reste un outil d’analyse extrêmement puissant pour comprendre les mécanismes qui régissent les actions humaines. L’historien peut ainsi avantageusement utiliser certains concepts forgés par les sciences sociales pour tenter de mieux rendre compte du fait historique.

2L’organisation militaire de la société mamelouke imposait une distinction fondamentale entre élites militaires et élites civiles. Pour autant, au quotidien, émirs mamlūk-s et civils étaient amenés à se côtoyer. La nature et la formation même de cette élite militaire imposaient un recours obligatoire et nécessaire aux civils pour organiser et gérer les maisons et les revenus des émirs. Une multitude d’individus, aux statuts et aux compétences divers, serviteurs libres ou serviles, civils ou militaires gravitaient donc autour d’eux et administraient maisons et biens. Hiérarchique par définition, la relation de maître à serviteur apparaît dans ces conditions plus complexe que le simple rapport de soumission qu’elle implique, les sources de cette époque se plaisent d’ailleurs à dépeindre la crédulité des émirs et les tromperies de leurs secrétaires, passant allègrement du lieu commun à la dénonciation pamphlétaire, afin de stigmatiser la place et l’influence jugées trop importantes des secrétaires chrétiens. Tenter de comprendre comment, dans la vie de tous les jours, des personnages aussi divers sont amenés à se côtoyer, comment, s’ils ne parlent pas la même langue, ils arrivent à communiquer et à se comprendre, tel est l’objectif que nous nous sommes tout d’abord fixés.

3En gardant présent à l’esprit le développement sans précédent des institutions religieuses, financées massivement par les émirs mamlūk-s en Égypte et au Bilād al-Šām, et par conséquent celui des charges rémunérées qui y sont attachées, il nous a paru indispensable d’étendre nos investigations aux relations entre les émirs et les ʿulamā’ car, dans ce cas aussi, il ne paraissait pas possible que les relations en soient restées au simple rapports entre individus appartenant à des groupes socio-fonctionnels différents sans que les relations personnelles ne jouent aucun rôle. Pour que les ʿulamā’ remplissent le rôle, qui semblait leur être dévolu, d’intermédiaires et médiateurs entre le pouvoir mamelouk et les populations, il fallait bien que s’établissent des contacts étroits avec l’élite militaire dispensatrice des fonctions et des charges.

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search