Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Baybars, de l'histoire à la geste

D’al-Ẓāhir Baybars à ʿAlī al-Zaybaq

L’émancipation du ʿAyyār

Georges Dorlian

Texte intégral

  • 1 Sīrat al-Amīra Ḏāt al-Himma, p. 85-86.

1« Toi par le courage, moi par la filouterie » aimait répéter Baṭṭāl à la princesse Ḏāt al-Himma, comme pour délimiter les espaces d’action revenant à chacun. Et d’ajouter, pour mieux dépeindre son rôle : « Mon métier n’est pas celui de la guerre, des armes et des exploits, mais celui de la ruse et de la fourberie dans un château fort ou une forteresse1. » Baṭṭāl était un ʿayyār adjoint à la princesse Ḏāt al-Himma et à ʿAbd al-Wahhāb pour servir leur cause sublime et leur idéal chevaleresque.

  • 2 Le ʽayyār (pl. ʽayyārūn), appelé aussi šāṭir (pl. šuṭṭār) et azʽar (pl. zuʽr ou zuʽār), est le type (...)

2En effet héros et ʿayyār2 étaient d’inséparables compagnons de route dans les romans populaires arabes. Leur présence côte à côte dans un même univers romanesque dessinait la structure et la thématique de l’intrigue dont ils étaient le support obligé. Une certaine interdépendance était cependant à la base de ce compagnonnage scellé au hasard d’une rencontre : tandis qu’une suprématie était accordée au héros, le ʿayyār était, lui, acculé à occuper le rang de subalterne au service de ce héros.

3Pas de chevalier sans Sancho, pas de héros sans ʿayyār.

Les ʿayyār célèbres

  • 3 Féminin d’amīr ou émir.
  • 4 Une certaine confusion est faite entre Abū Bakr al-Baṭarnī et Abū Bakr al-Ǧardaqānī : tandis que Bo (...)
  • 5 Mendiants, truands et hors-la-loi, ils se révoltent contre l’ordre établi et contre les riches. Ils (...)

4Dans les grands romans populaires arabes, on trouve toujours un ʿayyār à côté d’un héros : Šaybūb à côté de ʿAntar Ibn Šaddād, le ʿayyār ʿUmar à côté de l’émir Ḥamza, al-Baṭṭāl (Abū Muḥammad) à côté de l’amīra3 Ḏāt al-Himma et de son fils l’émir ʿAbd al-Wahhāb et, à côté de Baybars, ʿUṯmān mais aussi Ǧamāl al-Dīn Šīḥa, et Abū Bakr al-Baṭarnī4. Chacun des grands héros de ces romans populaires s’était donc servi des prouesses d’un ṣuʿlūq5 ou d’un ʿayyār : les prouesses des ṣaʿālīq de la ǧāhiliyya dans le Roman de ʿAntar, les prouesses des šuṭṭār d’Iraq contre l’influence persane tout particulièrement dans le Roman de Ḥamza des Arabes, les prouesses des šuṭṭār et ʿayyār des ṯuġūr (postes frontières) dans al-Amīra Ḏāt al-Himma, et enfin les prouesses des šuṭṭār d’Égypte et de Damas dans le Roman de Baybars. Et pour les illustrer, en voici quelques exemples :

  • 6 Voir al-Naǧǧār 1981, p. 283-287.

5ʿAntar avait à son service deux ṣuʿlūq. ʿUrwa Ibn al-Ward, qui l’accompagnait dans ses combats contre les ennemis intérieurs et les ennemis extérieurs (Persans et Byzantins), était brave chevalier et ami des pauvres, il mourut au combat aux côtés de ʿAntar. L’autre ṣuʿlūq était Šaybūb, un véritable rusé, intelligent et ironique, sachant manipuler tous genres de tours d’adresse dont l’efficacité dans les combats égalait les coups d’épées, Lui aussi mourra au combat en défendant ʿAntar6.

  • 7 Al-Naǧǧār 1981, p. 287-294

Le ʿayyār ʿUmar, appelé aussi « ʿayyār de l’émir Ḥamza » possède un caractère proche de celui de Šaybūb. Pendant que Ḥamza est tout occupé de l’entraînement de ses hommes aux métiers de la guerre, ʿUmar entraîne ses quarante adolescents à l’art de la ruse, de la fourberie, des déguisements qui ne sont pas moins efficaces, selon les traditions populaires, que l’art de l’épée. Ses innombrables prouesses, son intelligence aiguë, son esprit ironique, son goût de la dérision ont fait de lui la tête pensante du héros Ḥamza et il a mérité le titre honorifique de « l’émir ʿUmar al-ʿayyār ». Usant de déguisements, il arrive à ridiculiser les ennemis de son prince : Kisrā et son ministre Baḫtak, de même que le roi des Rūm (les Byzantins)7.

  • 8 Al-Naǧǧār 1981, p. 294-301.

Abū Muḥammad al-Baṭṭāl est le plus célèbre des šuṭṭār des ṯuġūr musulmans (postes frontières). Lui aussi avait à son service un groupe de marmots et dadolescents qui laidaient dans son stratagème. Dailleurs le nom quil porte, Baṭṭāl, est un sobriquet qui signifie quil arrive à neutraliser, dévaloriser, voire rendre caducs, les pièges et les ruses de lennemi. Encore jeune, Baṭṭāl a pu lire un livre, Les sources de la sagesse, qui lui apprit lart de la ruse, des déguisements, des tours dadresses, des fourberies. Ces leçons, il les a tellement bien assimilées que « la mort elle-même le craignait ». Il possédait une panoplie doutils qui lui permettaient de se déguiser : vêtements, cheveux postiches, kohol, etc. Cependant, Baṭ ?āl se distinguait parfois par des prises de positions contraires à celles de l’amīra. En effet, lors de la guerre civile qui mit face à face les deux frères al-Amīn et al-Mamūn, et tandis que lamīra soutenait al-Amīn, lhéritier légitime du trône, Baṭṭāl, pour sa part, soutenait tout seul al-Mamūn. Aussi recourut-il à la ruse contre son propre camp, en dérobant ses propres combattants et à leur tête l’amīra Ḏāt al-Himma, afin de paralyser l’armée d’al-Amīn et faire triompher al-Ma’mūn. Cet épisode, qui est une pure justification de la défaite d’al-Amīn et des ʿayyār qui l’avaient soutenu, avait été – comme certains le prétendent – commandé par le calife al-Muʿtaṣim fils d’al-Ma’mūn8.

  • 9 Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 20-21.

Dans la capitale égyptienne, Baybars fait la rencontre de ʿUṯmān, un redoutable bandit qui terrorisait la ville. L’ayant amené à se repentir à la suite d’une bagarre homérique, Baybars le prend à son service et l’adopte pour frère. En compagnie de cet énergumène braillard, bagarreur et facétieux, mais qui, sous ses dehors frustes, est aussi un mystique visionnaire, Baybars joue volontiers les redresseurs de torts et se trouve entraîné dans une série de rixes qui s’achèvent plus d’une fois devant les tribunaux9.

  • 10 Bohas et Guillaume (trad.) 1992, p. 25.

Mais Baybars avait aussi deux autres ʿayyār à son service. Šīḥa Ǧamāl al-Dīn, de son vrai nom Šaʿbān, est fils d’un émir bédouin, enlevé dans sa jeunesse par Ǧawān et élevé dans un couvent génois où il a longuement étudié les sciences secrètes des Francs. Aussi rusé et retors que Ǧawān, d’une énergie indomptable et totalement dénué de scrupules, il est prêt à tout pour accomplir son destin : devenir le chef suprême des Ismaéliens10.

  • 11 Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 229.

Le second ʿayyār avait pour nom al-Baṭarnī, un corsaire barbaresque, entré jadis au service du roi al-Ṣāliḥ, et auquel il avait prêté le secours de sa flotte pour libérer Baybars, enlevé par les Génois. Depuis, il s’est fixé à Alexandrie où il exerce à titre officieux les fonctions d’amiral de la flotte égyptienne11.

  • 12 La pègre (ʿayyārūn, šuṭṭār et zuʿr confondus) avait formé d’importants mouvements dans l’histoire d (...)

6Ainsi, si leur rencontre est souvent le fruit du hasard, le maintien et la perpétuation de leur amitié, forgée dans le combat, est le résultat d’une nécessité qui rapproche ces deux types de personnages que tout semblait éloigner. Afin d’atteindre son objectif et de s’emparer du pouvoir, le héros, qui doit lutter contre des ennemis intérieurs et extérieurs, a besoin des services d’un (ou de plusieurs) ʿayyār pour accomplir parfois des actions pour le moins subalternes et qui ne relèvent pas de son rang. Quant au ʿayyār, il a lui aussi besoin du soutien et de l’appui que lui procure le héros pour s’affranchir de la catégorie marginale des zuʿr – la pègre12 – et acquérir une certaine reconnaissance et notoriété. Toutefois, hors-la-loi et dépourvus d’idéal, certains ʿayyār, qui ont plusieurs ennemis à combattre, prétendent même lutter contre les ennemis de l’Islam : Persans, Byzantins et Francs.

7Je m’en tiendrai à deux romans, l’un représentatif du héros (Le roman de Baybars al-Ẓāhir Baybars), l’autre représentatif du ʿayyār (Sīrat ʿAlī al-Zaybaq l’égyptienʿAlī al-Zaybaq).

Al-Ẓāhir Baybars, le héros modèle

  • 13 Descendant « d’une longue lignée de rois et d’ascètes errants, [ce] prince héritier du lointain Khw (...)
  • 14 Voir Jung et Charles 1968, p. 48.

8Baybars, éminente figure de sage et de vaillant qui dirige la communauté de Muḥammad à la Gloire et au Triomphe, rassemble dans sa personne et les caractéristiques de l’enfant divin et les qualités d’un héros mythologique. Malgré ses origines princières13, Baybars est le prototype même de l’enfant divin – dont Charles Kerenyi a si parfaitement dessiné les contours. Il est un « enfant trouvé, abandonné14 », il se déplace sans père, ni mère, ni frères, d’une contrée à une autre pour réaliser le dessein qu’un décret divin a établi depuis la nuit des temps. Le Livre des Grecs, les 40 tableaux dissimulés dans les niches d’une crypte au Caire et le Livre de la prophétie écarlate de ʿAlī Ibn Abī Ṭālib jalousement conservé par les chefs ismaéliens annonçaient tous son arrivée et son triomphe.

  • 15 Jung et Charles 1968, p. 48.
  • 16 Bohas et Guillaume (trad.) 1985, p. 179-189.

9Et comme tout enfant divin, Baybars a une situation double : celle d’un orphelin et en même temps celle d’un enfant aimé et protégé des dieux15. Il a aussi l’envergure d’un héros mythologique et nous rappelle la légendaire figure d’Ulysse. L’épisode de l’arc, par lequel prennent fin les errements du héros grec enfin arrivé à Ithaque et reconnu par les siens, donne, dans le Roman de Baybars, le signal du début des aventures du héros musulman16. En effet tous deux seront identifiés par la facilité avec laquelle ils arrivent à plier l’arc et à fixer la corde. Sa mission est donc de nature divine et mythologique, puisqu’il doit, comme tous les envoyés de Dieu et comme tous les héros de la mythologie, purger la terre des monstres qui l’habitent et rendent la vie des hommes difficile et intenable.

10Pour réaliser son objectif et son idéal, ce héros aura besoin de l’aide de quelques hors-la-loi reconnus pour leur ruse : ʿUṯmān, symbole des šuṭṭār d’Égypte, Ǧamāl al-Dīn Šīha, le symbole des fidāwī du Bilād al-Šām et leur prince, et Abū Bakr al-Baṭarnī, un corsaire venu du Maghreb et nommé « Pirate des mers » dans le roman.

11La relation entre Baybars et ses ʿayyār n’a jamais été stable. Pendant toute la période où Baybars cherchait à affirmer son hégémonie face aux Byzantins et à leur roi le babb Michel, il a dû se plier aux revendications de Ǧamāl al-Dīn Šīha, le confirmer dans sa position de prince des Ismaéliens, et pardonner les maux qu’il avait fait endurer à Niṣr son adversaire. Mais plus tard, en pleine possession du pouvoir, Baybars saura maîtriser les Ismaéliens et leurs terribles fidāwī.

  • 17 Voir al-Naǧǧār 1981, p. 316.

12Au Caire, et après avoir la prise du pouvoir par Baybars, ʿUṯmān va s’éclipser et son rôle accusera un certain recul (signe de fin de la période de réforme intérieure), préparant le passage de Baybars à une nouvelle période de djihad extérieur contre l’expansion croisée et l’invasion mongole17.

13Ainsi, les relations entre héros et ʿayyār connaîtront des hauts et des bas en fonction de la stratégie du héros. Ce qui veut dire que le ʿayyār n’est jamais libre, il dépend entièrement de la volonté du prince. Il peut quelquefois se montrer nécessaire, mais il ne sera jamais entièrement indispensable et irremplaçable. Le prince approuve certaines de ses actions – comme lorsque Baybars pardonne l’excès de zèle de son fidèle ʿUṯmān qui pend deux chrétiens innocents sans qu’il lui ait demandé de le faire. Cependant, il sait le réprimander d’avoir fait du tort à quelques innocents juifs – que ʿUṯmān surnomme ironiquement « Abū Ǧīǧō » – et, dans un élan de grandeur d’âme, leur rend leur liberté et leurs biens. Au fait, si les chrétiens ont eu la vie difficile avec Baybars, c’est parce qu’ils étaient tous à la solde du maléfique Ǧawān qui les manipulait à sa guise, pour servir son infernal stratagème et déjouer le décret divin.

14Sur le plan littéraire, la structure narrative du roman populaire, dont le personnage principal est le héros, le prince, le chevalier, repose sur la loyauté, la bravoure, la grandeur d’âme, l’ambition personnelle ou politique, la poursuite d’un idéal religieux ou humain. Ainsi, le véritable antagoniste n’est point le ʿayyār mais les infidèles (les rois francs, le babb Michel des Byzantins, Ǧawān, les faux musulmans, etc.). Le ʿayyār reste malgré tout « un auxiliaire modeste et subalterne, totalement dépourvu d’autonomie » comme le dit à juste titre Jean-Patrick Guillaume dans sa présentation au huitième volume du Roman de Baybars, La revanche du Maître des Ruses.

15Or avec ʿAlī al-Zaybaq nous assistons à l’émancipation du ʿayyār et à la promotion d’une structure narrative nouvelle fondée sur la dérision comme objectif des ruses et des fourberies dont jouissent les ʿayyār.

ʽAlī al-Zaybaq ou l’émancipation du ʽayyār

  • 18 Voir Alf layla wa-layla, p. 194-236.
  • 19 « Aḥmad la Souffrance », traduction proposée par André Miquel qui utilise aussi le sobriquet d’Aḥma (...)
  • 20 Dalīla al-Muḥtāla : Dalīla la Rouée, l’Artificieuse, la Frauduleuse, l’Intrigante (Voir Supplément (...)
  • 21 Zaynab al-Naṣṣāba (naṣṣāb signifie escroc, filou, etc. : voir ‛Abd al-Nūr 1996).
  • 22 ʿAlī Vif-Argent, ʿAlī Mercure. Ce sobriquet lui est attribué parce que, tout comme le mercure, ʽAlī (...)
  • 23 Al-Naǧǧār 1981, p. 320-321.

16Certains épisodes des Mille et une nuits – tout particulièrement les nuits 698 à 71918 – ont rendu célèbre un groupe de rusés et de voleurs qui ont pour noms Aḥmad al-Danaf19, Ḥasan Šumān, Dalīla la Rouée20 et sa fille Zaynab la Fourbe21 et... ʿAlī al-Zaybaq22. Subsumée par l’économie emboîtée de cette œuvre, l’originalité des récits de ces maîtres de la ruse se dilue, sans laisser de traces, dans la profusion des personnages et des formes narratives qui y circulent. Des historiens de la littérature populaire arabe trouvent que l’insertion de ces récits de truands dans Les Mille et une nuits revient en partie à la grande popularité de ces personnages mi-réels, mi-fantastiques autour desquels la conscience et l’imaginaire populaires ont tissé des aventures. Il en va de même du récit de ʿAlī al-Zaybaq dont un noyau a préexisté à sa mention dans Les Mille et une nuits23.

Les antécédents de l’Histoire

  • 24 Une certaine fantaisie détermine l’emploi des noms des califes et sultans, aussi faudrait-il ne pas (...)
  • 25 Jean-Patrick Guillaume souligne que « si la loyauté, la bravoure, mais aussi une certaine naïveté p (...)
  • 26 Ḥasan Tête de l’Ogre. Créature fabuleuse, le ġūl (ogre) égarait, selon les anciens Arabes, les voya (...)

17C’est sous le règne du trop voluptueux calife Hārūn al-Rašīd24 qu’est apparu un personnage réputé pour sa perfidie et ses manœuvres machiavéliques, Dalīla la Rouée, fille de Šahruwān. D’Ispahan où elle a vécu, elle est envoyée en mission spéciale à Bagdad par le Šāh Dūmān, roi de Perse et d’Ispahan25. La capitale abbasside lui ayant plu, elle décide non seulement de s’y établir mais encore de s’emparer du prestigieux poste de chef de la police. Cependant cette sublime ambition réclame des moyens pour le moins mesquins : se débarrasser du commandant Amad al-Danaf et de son bras droit asan Ra’s al-Ġūl26, tous deux truands repentis qui ont sous leurs ordres des bandes d’autres truands, non moins rusés et malins, mais récupérés par les autorités. Manœuvres et tours se succèdent et sèment le désordre dans le royaume, au terme desquels Dalīla devient maîtresse absolue de Bagdad et conseillère du calife Hārūn al-Rašīd, siégeant à ses côtés après l’avoir persuadé avec force preuves et épreuves de son indispensable nécessité pour le maintien de l’ordre. Toutefois, pour sauvegarder le poste dont elle s’est emparé avec beaucoup de peine, de ruses et d’astuces, Dalīla doit liquider une fois pour toutes ses adversaires Amad al-Danaf, Ḥasan Ra’s al-Ġūl et leurs proches collaborateurs. Ceux-ci ne trouvent d’autre issue pour échapper à ce sort fatal que le chemin du Caire.

  • 27 Appelée aussi Fāṭima al-Labwa (Fāṭima la Lionne). En Égypte, le lion est symbole de la force et sa (...)
  • 28 L’Encyclopédie de l’Islam définit muqaddam par « mis en avant » et précise que « employé en parlant (...)
  • 29 Si le premier chapitre de la version que nous adoptons, à savoir celle de ʿUmar Abū l-Naṣr, donne c (...)

18Au Caire où il s’installe, Ḥasan Raʾs al-Ġūl épouse Fāṭima al-Zahrāʾ27, surnommée Fāṭima la Lionne, et fomente troubles et désordres dans le but de s’emparer du poste de muqaddam28 (commandant). Las de ses tapages, le sultan Aḥmad Ibn Ṭūlūn lui confie ce poste en partage avec Ṣalā al-Dīn al-Kalabī. Mécontent de cette « injuste » décision, ce dernier arrive par de diaboliques stratagèmes à tuer Ḥasan Ra’s al-Ġūl, son associé et concurrent à la fois. Après la mort de asan, Fāṭima se retire de la scène et met au monde un garçon qu’elle veut élever dans l’ignorance de ses véritables origines. Mais il paraît que le penchant à la ruse et aux tours d’adresse est aussi congénital que n’importe quel autre trait physique ou moral, et ʿAlī se montre sur ce chapitre le digne fils d’un père tel que Hasan Raʾs al-Ġūl29.

  • 30 Il existe trois versions de la Sīrat ʿAlī al-Zaybaq. Une version alépine intitulée ʿAlī al-Zaybaq, (...)

19Ici commencent les véritables aventures de ʿAlī al-Zaybaq30. Trois cent cinquante pages d’aventures et de poursuites, où se mêlent ruses, farces, déguisements, ironie et situations dérisoires, relatant en deux grandes parties l’« irrésistible ascension » de ʿAlī al-Zaybaq. À une première partie plutôt offensive dressant ʿAlī contre Ṣalāḥ al-Dīn puis contre Dalīla, succède une deuxième partie entièrement défensive, par rapport à ʿAlī, dans laquelle sont relatées les tentatives répétées de Dalīla pour recouvrer le poste qu’elle a perdu au profit de Zaybaq, et ce jusqu’à l’exécution de Dalīla et la mort naturelle de ʿAlī al-Zaybaq.

20Dès son bas âge donc, ʿAlī a fait montre d’une grande habileté à déjouer tous les pièges que lui tend la police et à s’échapper sans laisser de trace. Cette souplesse et cette agilité lui ont valu le sobriquet de ʿAlī al-Zaybaq (ʿAlī-Vif-Argent, ʿAlī-Mercure). Ses dons pour la malice et l’adresse devenant de jour en jour plus aigus, ʿAlī convoite le poste de commandant et s’impose comme rival de Ṣalāḥ al-Dīn al-Kalabī. Jusque-là, il était dans l’ignorance totale de ses origines et de l’identité de son véritable père. Mais lorsque Fāṭima lui apprend que Ṣalāḥ al-Dīn al-Kalabī est l’assassin de son propre père, ʿAlī trouve là une raison supplémentaire qui le confirme dans son projet d’éliminer Ṣalāḥ al-Dīn, à savoir venger la mémoire de son père.

Un roman pas comme les autres, un ʿayyār pas comme les autres

21Aux antipodes des romans héroïques, ce roman de ʿAlī al-Zaybaq l’Égyptien se distingue et par son protagoniste, un ʿayyār, et par son programme narratif, la ruse. ʿAlī al-Zaybaq ne vise pas grand comme les grands héros des romans populaires arabes, Baybars (Le Roman de Baybars), ʿAntar (Le Roman de Antar), ʿAbd al-Wahhāb (le Roman de l’amīra Ḏāt al-Himma), etc., il ne brigue ni califat, ni sultanat et ne prétend aucunement militer pour une sublime cause comme la défense de la communauté des croyants contre les infidèles ou l’expansion de l’islam ou tout autre idéal chevaleresque.

22Personnage dont les actions ne répondent à aucun impératif téléologique, ʿAlī al-Zaybaq, en bon « ʿayyār fils de ʿayyār », est dépourvu d’héritage et d’héritiers. Élevé dans l’ignorance totale de son père, il croira jusqu’à un âge assez avancé que son grand-père maternel, un cheikh vénérable, est son véritable père. Il n’est investi d’aucun message et d’aucun pouvoir divin et n’a jamais prétendu posséder des dons qui lui viennent d’« ailleurs ». Il a un surnom et non un nom de famille. En effet al-Zaybaq (mercure) signifie « quelque chose qu’on ne peut jamais tenir, qui s’échappe d’entre les doigts ». Cependant, ce qui le distingue des autres ʿayyār, c’est cette ruse qu’il manipule avec beaucoup d’adresse et de souplesse. Et au lieu de tuer son adversaire, il le couvre de ridicule ou le jette dans des situations dérisoires. C’est l’ultime sanction que peut infliger sa vengeance. La méchanceté qui le démarque des autres ʿayyār consiste en ce malin plaisir qu’il tire à mettre ses adversaires dans des situations ridicules. Mais rarement on le surprend en train de rire, car le rire est le propre de ceux, comparses et lecteurs, qui assistent passivement aux résultats de ses actions.

23Au fait, ʿAlī ne va pas jusqu’à accomplir des meurtres, tortures voire assassinats comme son homologue ʿUṯmān et son prince Baybars :

    • 31 Bohas et Guillaume (trad.) 1987, p. 241.
    • 32 Il apparaît, cependant, que cet art de la torture n’était pas une pure invention de l’imaginaire sa (...)

    Qaraǧaq, un guerrier chrétien que Baybars écorchera vif d’une drôle de façon parce qu’il a opiniâtrement refusé de se convertir à l’islam31 : il lui fait « une entaille au jarret et commence à souffler, en moins de temps qu’il n’en faut […] le malheureux fut écorché dans toutes les règles de l’art ». La peau sera par la suite soigneusement remplie de paille par ʿUṯmān qui n’oubliera pas de lui mettre deux billes de verre à la place des yeux, de le hisser sur un cheval et de l’envoyer vers le palais d’Aybak ; lequel de concert avec Ṣalāḥ al-Dīn l’avait manipulé contre Baybars. Plusieurs autres personnages trouveront le même sort32.

    • 33 Bohas et Guillaume (trad.) 1989, p. 214.

    L’assignation à résidence de trois cents marchands francs d’Alexandrie, et à chaque cambriolage et enlèvement, Baybars pendait dix « khawajas » étrangers et exposait leurs cadavres dans les rues et les souks en guise de décoration33.

    • 34 Bohas et Guillaume (trad.) 1989, p. 136-137.

    Ailleurs lorsque, par un fâcheux contresens, deux jeunes chrétiens sont « gentiment » pendus par ʿUṯmān et que leurs parents, carrément renvoyés par Baybars, vont se plaindre et prévenir les autres marchands chrétiens (khawajas et consuls de la ville), Baybars – toujours prévenu au bon moment par un « bon chrétien » qui s’était pris d’une grande affection pour lui – fait proclamer à tous les carrefours son terrible ultimatum : « Tout chrétien n’ayant pas quitté la ville dans un délai de trois jours sera décapité, ses biens confisqués, sa femme et ses enfants réduits en esclavage. » Exaspéré, Baybars ordonnera, outre l’expulsion des chrétiens et des moines, la fermeture du Saint-Sépulcre, des couvents et lieux de culte chrétiens : « Je ne veux plus voir, dit-il, un seul Franc dans cette ville34. »

  • 35 Respectivement personnages des romans populaires suivants : al-Amīra Ḏāt al-Himma et Le Roman de Ba (...)
  • 36 Voir Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 16 (la présentation de Jean-Patrick Guillaume).

24S’il ressemble trop aux ʿayyār ordinaires, ses semblables et ses frères, un Baṭṭāl ou un Šīḥa ou même un ʿUṯmān35 qui se caractérisent tous par la ruse, la fourberie et la subtilité, notre ʿayyār s’en distingue toutefois sur un point. En effet, tandis qu’un ʿayyār ordinaire, dans les romans populaires, est acculé à tenir un rôle secondaire d’auxiliaire modeste, dépourvu de toute autonomie et formant avec le guerrier ou le chevalier auquel il est subordonné le couple classique36, notre ʿAlī al-Zaybaq agit dans la solitude mais aussi dans une totale indépendance. Il est cependant soutenu quelquefois, dans des moments difficiles, par sa mère, Fāṭima, qui vient le sauver d’un désastre certain et qui sait montrer, quand il le faut, de grandes et surprenantes qualités ʿayyāresques. À noter que ʿAlī n’a pas d’adjuvants auxquels, tout comme les héros, il délègue des pouvoirs. Les ʿayyār qu’il a à son service n’ont aucune existence autonome et ils n’ont même pas de noms qui les distinguent.

Éthique et dérision

25Dans ce roman où un ʿayyār comme ʿAlī al-Zaybaq est livré à son propre destin, le programme narratif est l’élimination d’un autre ʿayyār qui occupe le poste de commandement des ʿayyār – ou le chef de la police. Entre deux maîtres des ruses, le combat ne s’achève jamais par la liquidation de l’un des deux. Le succès n’est jamais définitif, et la menace d’être pris à nouveau au piège du vaincu pèse à tous moments. En ajournant successivement la mise à mort de l’adversaire, le vainqueur assure non seulement sa propre survie et sa promotion mais surtout son indispensable nécessité pour un régime dont l’une des majeures préoccupations est le maintien d’un ordre dont le ʿayyār fait partie intégrante. Maintenir l’ordre s’apparente à garder cet équilibre instable entre ordre et désordre. Dans cet univers de perturbation, les ʿayyār ont la partie belle et font régner la pluie et le beau temps, le trouble et la paix sous l’œil bienveillant du calife ou du sultan.

26Siégeant au conseil du sultan ou du calife, ces maîtres des ruses tiennent le commandement de la police. D’ailleurs, être nommé commandant des ʿayyār ou des zuʿr est la récompense que reçoit tout individu ʿayyār qui fait montre de plus de ruse que le commandant en place. Ce poste, on ne le mérite qu’après s’être montrée plus fin dans l’art de la fourberie et de la subtilité. Et souvent, le sultan ou le calife, pour se montrer équitable et juste, met les deux adversaires en compétition. Ceux-ci doivent ruser l’un avec l’autre, et celui qui l’emporte est nommé commandant tandis que l’autre ira ou bien rejoindre les rangs des opposants à l’actuel commandant en peaufinant ses tactiques pour une nouvelle attaque, ou bien accepter, résigné, le poste de subalterne sous les ordres du nouveau commandant. Dans ce chassé-croisé entre ʿayyār de tout acabit, la dérision se révèle le meilleur moyen pour intimider et vaincre l’adversaire.

27Rappelons aussi que pour un ʿayyār la fin se confond souvent – sinon toujours – avec les moyens : ruser pour ruser. Et lorsqu’il n’a pas d’adversaire de taille, le véritable ʿayyār ira de contrée en contrée poursuivre celui qui lui permettra de mettre à épreuve ses compétences et son art. Ainsi, du Caire – où il aura vengé son père, asan Raʾs al-Ġūl, en éliminant le commandant Ṣalāḥ al-Dīn et l’ayant remplacé à la tête des zuʿr et des ʿayyār – ʿAlī al-Zaybaq poursuivra jusqu’à Damas, Bagdad et même Ispahan Dalīla la Rouée qui était spécialement venue au Caire pour déstabiliser la position qu’il avait acquise à grand peine. Mais, il ne la tuera pourtant pas, ajournant ce coup fatal jusqu’au moment où le calife al-Ma’mūn, n’en pouvant plus, ordonnera en personne sa mise à mort. Dalīla morte, ʿAlī al-Zaybaq n’a plus d’adversaire. Il mourra de mort ordinaire et recevra la sépulture que reçoivent les grands du royaume.

Dérision et narration

28Deux grands objectifs déterminent l’action de ʿAlī al-Zaybaq : vaincre Ṣalāḥ al-Dīn (ou Ṣalāḥ) pour le remplacer au commandement des zuʿr du Caire, et vaincre Dalīla pour prendre sa place à la tête des zuʿr de Bagdad. Pour ce faire, toute la batterie de ruses, de déguisements et de pièges sera utilisée. La réussite d’une ruse se mesure à sa capacité à produire une situation dérisoire. Et la victoire ne sera mieux méritée que lorsque la dérision aura atteint son apogée et que la victime sera devenue la risée de tout le monde.

29Frappant le vaincu et le marquant d’un signe d’infériorité dans cette course à la ruse, la dérision consiste à acculer quelqu’un à une situation d’impuissance totale. La performance dérisoire est une compétition de pouvoir-faire et de savoir-faire où les compétences de l’un des protagonistes l’emportent sur celles de l’autre. Dans cette chaîne de programmes narratifs, le passage d’un programme à un autre ne se fait que lorsqu’un des agents antagonistes triomphe de l’autre ou qu’une autorité supérieure (destinateur de la sanction) sanctionne la victoire de l’un et l’échec de l’autre.

  • 37 Voir Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 37.

30Ainsi Ṣalāḥ al-Dīn, après avoir essuyé coup sur coup plusieurs échecs en tombant dans les pièges que lui tend ʿAlī al-Zaybaq, finit par laisser ses plumes au hammam dont ʿAlī avait manipulé le propriétaire et lui avait passé une pommade aux vertus « déplumantes ». Jusque-là, c’était uniquement la femme de Ṣalāḥ al-Dīn qui était témoin de ses déboires. Mais cette fois-ci, ʿAlī use de grands moyens, il achète la complicité d’une bande de marmots à qui il demande de déambuler dans les quartiers et les souks en criant à tue-tête que ʿAlī al-Zaybaq a joué une farce à Ṣalāḥ au hammam en le déplumant de la tête aux pieds et l’a renvoyé pieds nus à la maison après lui avoir subtilisé ses habits37.

  • 38 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 38.

31La nouvelle ayant atteint la cour du sultan, ce dernier enverra quérir Ṣalāḥ al-Dīn. Le Sultan et son vizir ne pourront s’empêcher d’éclater de « rire » à la vue de l’état déplorable de Ṣalāḥ lequel, à cet instant, souhaite n’être pas né, tellement il est confus38. Cette situation dérisoire permettra un changement de thème et de tactique tant pour ʿAlī que pour Ṣalāḥ al-Dīn. Cette fois-ci, c’est au tour de ce dernier d’user des déguisements pour jouer des tours à ʿAlī al-Zaybaq. Et en effet, ʿAlī al-Zaybaq sera surpris en flagrant délit par la sœur de Ṣalāḥ al-Dīn, mais un chevalier répondant au nom d’Amad survient in extremis pour le sauver. Ce chevalier n’était autre que sa mère, Fāṭima.

  • 39 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 58-61.

32Ṣalāḥ al-Dīn rend les armes et s’incline devant la supériorité de ʿAlī, mais le vizir Qays, pédéraste reconnu et complice de Ṣalāḥ al-Dīn, refuse le désistement de son protégé et s’oppose à l’idée de confier le poste de commandement des zuʿr à ʿAlī al-Zaybaq. Il décide de poursuivre en personne ʿAlī et arrive à obtenir l’aval du roi. Quant à ʿAlī, n’ayant d’autre alternative que de couvrir de ridicule le vizir Qays, il se déguise en minet et passe dans ses appartements. Le moment venu, il dévoile sa véritable identité et roue le ministre de coups, à tel point que ce dernier n’arrive plus à user de ses jambes pour marcher et se présente devant le roi couché à plat ventre et poussant des cris de douleur. Dans la même soirée, la mère de ʿAlī s’était introduite dans les appartements royaux, avait passé le banǧ au roi et lui avait laissé un message signé de ʿAlī al-Zaybaq39.

  • 40 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 61.

33Couverts à plusieurs reprises de ridicule devant l’assistance, il ne reste au roi et à son vizir qu’à reconnaître les qualités de ʿAlī et à lui remettre le poste de commandement des zuʿr ; reconnaissance, il faut le dire, hautement et dignement méritée. Mais pour cela, il lui faut encore passer par une épreuve, et non des plus faciles, celle de rapporter le « coffre magique » qui se trouve dans la cité surveillée40. Épreuve difficile que ʿAlī promet de surmonter.

34Ici commence une série d’aventures où héroïsme et ruse se confondent. Certains passages se retrouvent même dans d’autres romans héroïques (en particulier Le Roman de Baybars, épisode de la rencontre avec le Qub). Au fait, à défaut d’adversaire ʿayyār, le ʿayyār se voit lui-même transformé en héros. ʿAlī al-Zaybaq arrive à surmonter tous les écueils que cette épreuve présente, rapporte le « coffre magique » et siège au conseil du sultan à titre de commandant des zuʿr du Caire.

35Pendant cet épisode, la poursuite et les aventures prennent des allures héroïques, et l’on a l’impression que nous avons plutôt affaire à un guerrier de qualité. La dérision comme motif narratif bat en retraite, et ce sont plutôt les qualités guerrières d’intelligence et de commandement de ʿAlī al-Zaybaq qui sont mises en relief. On peut même parler d’un relâchement de l’action. La poursuite et les aventures à caractère dérisoire ne reprendront que lorsque Dalīla aura fait son apparition sur la scène narrative. Infiltrée furtivement au Caire dans le but de destituer ʿAlī al-Zaybaq de son poste de commandement, Dalīla met à l’épreuve les capacités de son adversaire en matière de fourberie, de ruse, de déguisement et toute la panoplie d’actions dont les ʿayyār se prétendent être les maîtres.

  • 41 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 107.

36Nous assistons alors à une autre série d’aventures en pas de deux où la ruse de l’un vient en réplique à la ruse de l’autre. Un piège, un tour n’ont de valeur que s’ils produisent une situation dérisoire. Dans le duel de tours de farces et de pièges entre ʿAlī et Dalīla, cette dernière arrive à le ridiculiser, neutralisant de la sorte sa capacité à maintenir l’ordre au Caire. Aussi décide-t-il de la poursuivre jusqu’à Bagdad pour la combattre sur son propre terrain. Fāṭima, sa mère, ne pouvant cacher son mécontentement, lui dira d’un ton moqueur : « Si en Égypte avec tous les zuʿr que tu as sous tes ordres, tu n’as pas pu la vaincre, comment réussiras-tu à Bagdad où elle a vingt mille zuʿr qui lui obéissent41 ? »

37En route pour Bagdad, ʿAlī passe par Damas et a du fil à retordre avec Dalīla. La dérision touchera à tour de rôle Dalīla et ʿAlī sans que cela aboutisse au triomphe de l’un ou de l’autre. Dans ce cas, la fuite en avant est le seul moyen de sortir du cercle vicieux des ruses et des contre-ruses, inopérantes semble-t-il tant qu’elles ne visent pas la création d’une situation hautement dérisoire. ʿAlī prend alors la direction de Bagdad et déjoue, en route, une série de pièges que lui tend Dalīla. Cette dernière est plusieurs fois surprise par ʿAlī la dévoilant sous ses différents déguisements, mais à chaque fois il ajourne sa mise à mort moins par grandeur d’âme que par intérêt et calculs stratégiques parce qu’il lui faut, pour usurper le poste de commandement des zuʿr, ridiculiser son adversaire devant le calife.

38À Bagdad, les scènes de dérision se succéderont ayant pour objet soit Dalīla, soit sa fille Zaynab, soit son frère Zurayq. Dans ces épisodes, les scènes de dérision sont suivies du « rire » de l’assemblée, parce qu’à chaque fois, un compte rendu en est fait au calife. Mais la dérision touche essentiellement le frère de Dalīla, Zurayq, qui préfère se retirer du combat en essayant de convaincre sa sœur de faire de même. Mais celle-ci croit qu’elle a encore d’autres tours dans son sac et espère triompher de Zaybaq.

  • 42 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 155.
  • 43 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 160-161.

39La dérision pouvant même toucher les proches des personnages principaux, ʿAlī ne recule pas devant l’idée de mettre la femme même de Zurayq en situation dérisoire : il la pousse à monter sur le toit de sa maison, à se mettre toute nue au soleil au vu des voisins et à prononcer des mots et des phrases insensés dans l’espoir que son bambin – enlevé par Zaybaq lui-même – lui soit rendu42. Cette scène dérisoire, qui aurait pu atteindre le tragique (Zurayq l’accuse d’adultère et voudrait divorcer), pousse Dalīla et Zurayq à changer de tactique. Ils cèdent, mais posent comme condition que Zaybaq parvienne à rapporter la couronne de Kisrā parce que « ce poste, dit Dalīla, nous l’avons remporté contre des conditions. C’est une coutume qui existe depuis longtemps. Donc, il ne reste à Zaybaq qu’à accomplir une grande action. Il doit rapporter la couronne de Kisrā et alors on lui rendra ce poste43 ». Cette épreuve n’est pas des plus faciles à accomplir et quiconque ose s’aventurer dans un tel projet a plus de chance d’y laisser sa peau que d’en revenir sain et sauf. Cela nous rappelle l’anecdote du « coffre magique » que ʿAlī al-Zaybaq devait rapporter pour mériter le commandement des zuʿr du Caire.

40Après plusieurs mésaventures, ʿAlī reviendra triomphant d’Ispahan avec entre les mains la précieuse couronne de Kisrā. Dalīla et son frère lui cèdent la place, bien malgré eux, il faut le dire. Mais les aventures ne se terminent pas là, parce que Dalīla n’en démord pas et qu’elle poursuit sa lutte pour son projet infernal jusqu’au jour où le calife al-Ma’mūn, n’en pouvant plus et pour mettre fin aux désordres qu’elle propage dans le royaume, décide de la pendre. Ainsi, comme nous l’avons mentionné au début, une fois Dalīla morte, Zaybaq n’a plus de raison d’exister, faute d’adversaire de taille. Il mourra d’une « mort ordinaire » pour reprendre une expression de Rimbaud.

Conclusion : La fonction dérisoire

  • 44 Voir Barthes 1977, p. 16-19.

41La dérision occupe dans cette fresque burlesque une place importante. Elle est, selon la terminologie même de Roland Barthes, une fonction et non une catalyse44. Une fonction narrative permettant une escalade des actions fondées sur la ruse jusqu’à atteindre le degré qui permet le passage à un autre programme. De la sorte, c’est la dérision qui occupe une fonction nodale, tandis que les ruses sont des catalyses qui servent à compléter et enrichir le caractère des personnages et à dessiner et colorer les contours d’un univers.

42La Sīrat ʿAlī al-Zaybaq est un des rares et premiers romans de la littérature populaire arabe dont le personnage principal est un ʿayyār, un antihéros qui n’a d’autre idéal que la ruse et la fourberie. Sa structure narrative, fondée sur une série d’actions visant à la dérision, est un hommage rendu à ces personnages qui avaient occupé une place marginale et subalterne dans la société. En s’installant dans la fiction d’un roman, le ʿayyār récupère un honneur que lui avait refusé la société.

43Cependant s’il est permis au chercheur d’exprimer ce qu’il a ressenti suite à la lecture et à l’étude de cette œuvre, je dirais – et le héros tout comme le « ḥakawātī » ne me démentiraient pas – que dans ce grand roman de la dérision et de la ruse, c’est la satire sociale et politique qui est à l’origine de sa conception et commande implicitement l’imaginaire du conteur. Et à ce titre, il ne serait pas déplacé d’avancer cette idée : si les plus rusés sont les ʿayyār, le plus dérisoire de tous n’est pas celui qu’on pense – Ṣalāḥ al-Dīn, Dalīla, Zurayq ou même quelques fois Zaybaq – mais bien le sultan ou le calife, plus préoccupés d’écouter les ʿayyār et de gérer leurs petites querelles que de résoudre les problèmes du royaume et de leurs sujets.

Bibliographie

Sources
Sīrat ʿAlī al-Zaybaq al-Maṣrī, aw mudīr al-bulīs fi ʿahd al-dawla al-ʿabbāsiyya, éd. ʿU. Abū al-Naṣr, 2 vol., Beyrouth, Dār ʿUmar Abū al-Naṣr wa-šurakāh li-l-ṭibāʿa wa-l-našr wa-l-tawzīʿ wa-l-ṣaḥāfa, 1971.

Alf layla wa-layla, Beyrouth, Dar al-Mašriq, 1994 (2e édition).

Le Roman de Baïbars/Les enfances de Baïbars, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1985.

Le Roman de Baïbars/Les Bas-Fond s du Caire, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1986a.

Le Roman de Baïbars/Fleur des truands, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1986b.

Le Roman de Baïbars/La trahison des émirs, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1989.

Le Roman de Baïbars/Meurtre au hammam, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1990.

Le Roman de Baïbars/Rempart des pucelles, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Sindbad, 1992.

Le Roman de Baïbars/La revanche du maître des ruses, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Arles, Sindbad, Actes Sud, 1996.

Le Roman de Baïbars/Échec au roi de Rome, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Arles, Sindbad, Actes Sud, 1997.

Le Roman de Baïbars/Le Procès du moine maudit, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Arles, Sindbad, Actes Sud, 1998.

Sīrat al-amīra Ḏāt al-Himma, Le Caire, Maktabat ʿAbd al-Ḥamīd Aḥmad Ḥanafī, s.d.

Sīrat al-malik al-Ẓāhir Baybars, Beyrouth, Al-maktaba al-šaʿbiyya, 1982.

Études
ʿAbd al-Nūr, Ǧabbūr, 1996 : Muʿǧam ʿAbd al-Nūr al-Mufaṣṣal ʿarabī-faransī, Beyrouth, Dār al-ʿilm li-l-malāyīn (4e édition).

Barthes, Roland, 1997 : « Introduction à l’analyse structurale des récits », dans Barthes, Roland, Poétique du récit, Éditions du Seuil/Points.

Dozy, Reinhart, 1991 (18811) : Supplément aux dictionnaires arabes, Beyrouth, Librairie du Liban, 2 tomes.

Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, Paris, E.J. Brill et G.P. Maisonneuve & Larose S.A.

Guillaume, Jean-Patrick, 1996 : « Présentation » dans Le Roman de Baïbars/La revanche du maître des ruses, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Paris, Arles, Sindbad, Actes Sud.

Hamilton, Édith, 1962 : La Mythologie, Verviers, Marabout Université (n° 20).

Ḫuršīd, Fārūq, s.d. : Aṣdāʾ ʿalā al-Sīrat al-šaʿbiyya, Beyrouth, Manšūrāt Iqraʾ.

Ibrāhīm, Niʿmat Allāh, 1994 : al-Siyar al-šaʿbiyya al-ʿarabiyya, Beyrouth, Šarikat al-maṭbūʿāt li-l-tawzī ʿ wa-l-našr.

Julien, Nadia, 1989 : Dictionnaire des symboles, Paris, Marabout.

Jung, C. J. et. Kerenyi, Ch., 1968 : Introduction à l’essence de la mythologie, Paris, Petite Bibliothèque Payot (n° 124).

Mawlā (al-), Muḥammad Aḥmad, 1987 : Al-ʿAyyārūn wa-l-šuttār al-baġādida fī l-tārīḫ al-ʿabbāsī, Alexandrie, Mu’assasat Šabāb al-Ǧāmiʿa li-l-ṭibāʿa wa-l-tawzīʿ.

Miquel, André, 1977 : L’Islam et sa Civilisation, viie-xxe siècles, Paris, Armand Colin.

— 1981 : Sept contes des Mille et Une Nuits ou il n’y a pas de contes innocents, Paris, Sindbad.

Naǧǧār (al-), Muḥammad Raǧab, 1981 : « Ḥikāyāt al-šuttār wa-al-ʿayyārin fī al-turāṯ al-ʿarabī » dans ʿĀlam al-Maʿrifa 45, Koweït, Conseil national de la culture, des arts et des lettres.

Ziriklī (al-), Ḫayr al-Dīn, 1986 : al-Aʿlām, Beyrouth, Dār al-ʿilm li-l-malāyīn.

Notes

1 Sīrat al-Amīra Ḏāt al-Himma, p. 85-86.

2 Le ʽayyār (pl. ʽayyārūn), appelé aussi šāṭir (pl. šuṭṭār) et azʽar (pl. zuʽr ou zuʽār), est le type même du personnage rusé et habile – dont ʿAlī al-Zaybaq est la réalisation la plus achevée dans la littérature populaire arabe – aux caractéristiques puisées dans la mythologie, l’épopée chevaleresque et les contes. Il désigne un type de professionnel de la ruse, opérant soit pour son compte soit pour le compte d’autrui, tantôt par appât du gain et tantôt pour l’amour de l’art, pour une cause ou pour un ami. Livré à lui-même en temps de paix, le ʽayyār n’a d’autre ressource que de se faire voleur ou truand. Au service d’un souverain ou d’un guerrier illustre, il rachète ses mauvaises actions d’autrefois en mettant son talent au service de l’État. Toutefois, aux yeux des autorités tout autant que des historiens, un ʽayyār ou un šāṭir reste un hors-la-loi, un parasite. On les inclut généralement, à l’instar des autres catégories de voleurs, dans la pègre qui avait formé, à l’époque abbasside, un puissant mouvement. En font preuves, les ouvrages retraçant la vie de la pègre. Voir Ibrāhīm 1994, p. 233 ; Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 15 ; Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., vol. i, p. 984.

3 Féminin d’amīr ou émir.

4 Une certaine confusion est faite entre Abū Bakr al-Baṭarnī et Abū Bakr al-Ǧardaqānī : tandis que Bohas et Guillaume – qui s’appuient sur un manuscrit alépin – l’appellent ʽAbd Allāh al-Baṭarnī et donnent à un certain al-Ǧardaqānī le prénom d’Abū Bakr, de son côté, Muhammad Raǧab al-Naǧǧār l’appelle Abū Bakr al-Baṭarnī. Cela revient peut-être au fait qu’al-Naǧǧār travaille à partir d’autres manuscrits.

5 Mendiants, truands et hors-la-loi, ils se révoltent contre l’ordre établi et contre les riches. Ils sont l’équivalent des ʿayyār de l’époque abbasside. On compte aussi parmi eux de grands poètes antéislamiques, tel al-Šanfara, surnommés poètes-truands (al-šuʿarā’ al-ṣaʿāliq).

6 Voir al-Naǧǧār 1981, p. 283-287.

7 Al-Naǧǧār 1981, p. 287-294

8 Al-Naǧǧār 1981, p. 294-301.

9 Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 20-21.

10 Bohas et Guillaume (trad.) 1992, p. 25.

11 Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 229.

12 La pègre (ʿayyārūn, šuṭṭār et zuʿr confondus) avait formé d’importants mouvements dans l’histoire du monde musulman à Bagdad, à Damas et au Caire (voir al-Naǧǧār 1981, p. 86). Tels que décrits par al-Ṭabarī et al-Masʿūdī, les ‛ayyār se manifestent pour la première fois, armés de pierres et de bâtons et protégés par des casques en feuilles de palmier, pour soutenir le calife al-Amīn contre les Khurassaniens qui appuyaient son frère al-Ma’mūn lors de la guerre civile en 197/812. Les souverains avaient souvent recours aux ‛ayyārūn dans les périodes de trouble pour maîtriser la situation et consolider leur pouvoir (Voir Encyclopédie de l’Islam 1977, vol. i, p. 983-984).

13 Descendant « d’une longue lignée de rois et d’ascètes errants, [ce] prince héritier du lointain Khwârezm, en butte aux persécutions de ses oncles, a dû s’enfuir [et mener] une vie errante et misérable [jusqu’au moment] où il est recueilli [à Damas] par une veuve riche et charitable qui l’adopte pour fils » [voir la présentation de Jean-Patrick Guillaume à Bohas et Guillaume (trad.) 1992, page 18 ; et Zirikli 1986, vol. ii, p. 79].

14 Voir Jung et Charles 1968, p. 48.

15 Jung et Charles 1968, p. 48.

16 Bohas et Guillaume (trad.) 1985, p. 179-189.

17 Voir al-Naǧǧār 1981, p. 316.

18 Voir Alf layla wa-layla, p. 194-236.

19 « Aḥmad la Souffrance », traduction proposée par André Miquel qui utilise aussi le sobriquet d’Aḥmad la Peste. Danaf signifie « maladie grave et longue » mais désigne aussi la personne même du malade qui en est affligé. Voir Miquel 1981, p. 53-78 et ‛Abd al-Nūr 1996.

20 Dalīla al-Muḥtāla : Dalīla la Rouée, l’Artificieuse, la Frauduleuse, l’Intrigante (Voir Supplément aux dictionnaires arabes).

21 Zaynab al-Naṣṣāba (naṣṣāb signifie escroc, filou, etc. : voir ‛Abd al-Nūr 1996).

22 ʿAlī Vif-Argent, ʿAlī Mercure. Ce sobriquet lui est attribué parce que, tout comme le mercure, ʽAlī est insaisissable.

23 Al-Naǧǧār 1981, p. 320-321.

24 Une certaine fantaisie détermine l’emploi des noms des califes et sultans, aussi faudrait-il ne pas trop s’y fier. Car d’importants anachronismes jalonnent la Sīrat ʿAlī al-Zaybaq. Commençant sous le règne de Hārūn al-Rašīd, la Sīra prend fin au temps d’al-Ma’mūn, en passant par le règne d’Aḥmad Ibn Ṭūlūn. En réalité, le califat de Hārūn al-Rašīd a duré effectivement de 170/787 à 193/809, alors que le sultan d’Égypte, Ibn Ṭūlūn (connu pour avoir introduit les brigands à son service), a tenu le trône de 254/868 à 270/884. De plus, certains événements de l’histoire se déroulent dans la mosquée d’al-Azhar, dont la construction remonte à la deuxième moitié du xe siècle, puisque la première prière n’y fut tenue qu’en l’an 361/972 (voir Ḫūršīd s.d., p. 98). D’autre part, la Sīra présente Aḥmad al-Danaf (m. 891/1485) comme contemporain de ʿAlī al-Zaybaq, puisqu’il est ce maître-voleur qui a appris à ʽAlī l’art de la ruse et de la subtilité, cependant que ʿAlī était son ancêtre de quatre siècles et avait été appelé par le calife pour mettre fin à la guerre civile (fitna) qui sévissait à Bagdad en l’an 443/1051 (voir al-Naǧǧār 1981, p. 14-15). De même pour Dalīla, qui a vécu au début du xe siècle (elle était présente lors des événements de 282/895, du temps du calife al-Muʿtaḍid, et avait pour nom Dālat), tandis que ʿAlī avait vécu au milieu du xie siècle (voir al-Naǧǧār 1981, p. 64-65). D’ailleurs al-Naǧǧār considère que ces personnages étaient réels et non fictifs (al-Naǧǧār 1981, p. 14).
Ces anachronismes soulignent cependant le caractère fictif de la Sīra qui ne diminue en rien son caractère réaliste et sa description des réalités sociales qui prévalaient à ces époques dans le monde arabo-musulman (voir en particulier al-Naǧǧār 1981, p. 68, 70-71 et 427 ; Ḫūršīd s.d., p. 97, 98, 101).

25 Jean-Patrick Guillaume souligne que « si la loyauté, la bravoure, mais aussi une certaine naïveté primitive, sont l’apanage des Arabes, la ruse, la subtilité, mais aussi la duplicité et la perfidie, caractérisent les Persans », Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 13.

26 Ḥasan Tête de l’Ogre. Créature fabuleuse, le ġūl (ogre) égarait, selon les anciens Arabes, les voyageurs, les attaquait insidieusement et les dévorait. La racine même du mot semble recouvrir deux signifiés différents : l’aptitude à prendre des formes variées et la capacité à opérer des attaques insidieuses (voir Encyclopédie de l’Islam, vol. ii, p. 1103-1104).

27 Appelée aussi Fāṭima al-Labwa (Fāṭima la Lionne). En Égypte, le lion est symbole de la force et sa tête symbolise la vigilance. Dans la Sīra, Fāṭima est présentée comme une femme courageuse et une mère protectrice (voir Julien 1989).

28 L’Encyclopédie de l’Islam définit muqaddam par « mis en avant » et précise que « employé en parlant des personnes, le mot désigne le chef, celui qui a été mis à la tête » (Encyclopédie de l’Islam, vol. vii, p. 491). Dans son Supplément, Dozy énumère un certain nombre de fonctions de police auxquelles le titre est attaché, dont « officier qui a cent hommes sous ses ordres ». Le mot a aussi désigné les fonctions qu’occupaient les émirs dans l’administration mamelouke ou le maître ou le patron (muʽallim) dans une corporation d’artisans. Quant à nous, nous avons opté pour « commandant » eu égard aux fonctions de commandement qu’occupent ces chefs.

29 Si le premier chapitre de la version que nous adoptons, à savoir celle de ʿUmar Abū l-Naṣr, donne certaines informations relatives à l’enfance de ʿAlī et aux circonstances de la mort de son père qui lui seront révélées par sa mère, la plupart des informations ayant trait au contexte historique et aux personnages cités sont tirées des ouvrages traitant de la littérature populaire et en particulier des autres romans populaires. (Les mille et une nuits, et les deux versions alépine et damascène de la Sīrat ʿAlī al-Zaybaq). De même, nous avons eu recours aux ouvrages traitant de la littérature populaire dont ceux d’al-Naǧǧār, Ḫūršīd et Ibrāhīm.

30 Il existe trois versions de la Sīrat ʿAlī al-Zaybaq. Une version alépine intitulée ʿAlī al-Zaybaq, fils de Ḥasan Ra’s al-Ġūl (420 pages, s.d. illustrée) ; une version damascène plus réduite (208 pages) et intitulée al-Sīrat al-Šāmiyya al-kubrā li-ʿAlī al-Zaybaq al-Maṣrī. Et la version de Beyrouth, que nous adoptons, éditée et publiée par ʿUmar Abū l-Naṣr en deux tomes, où l’éditeur s’est permis d’ajouter un sous-titre pour le moins anachronique La Sīra de ʿAlī al-Zaybaq ou le chef de la police (būlīs) sous le règne de l’État abbasside (désormais Sīrat ʿAlī al-Zaybaq).

31 Bohas et Guillaume (trad.) 1987, p. 241.

32 Il apparaît, cependant, que cet art de la torture n’était pas une pure invention de l’imaginaire sadique des conteurs, mais une habitude trop souvent pratiquée à l’époque abbasside où certains hors-la-loi (ʿayyār) avaient connu une fin analogue. Une autre coutume consistait à presser les testicules jusqu’à ce que l’individu périsse. Ce fut là le sort de certains califes dont al-Muhtadī (voir al-Mawlā 1987, p. 98-102).

33 Bohas et Guillaume (trad.) 1989, p. 214.

34 Bohas et Guillaume (trad.) 1989, p. 136-137.

35 Respectivement personnages des romans populaires suivants : al-Amīra Ḏāt al-Himma et Le Roman de Baybars.

36 Voir Bohas et Guillaume (trad.) 1996, p. 16 (la présentation de Jean-Patrick Guillaume).

37 Voir Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 37.

38 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 38.

39 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. i, p. 58-61.

40 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 61.

41 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 107.

42 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 155.

43 Sīrat ʿAlī al-Zaybaq, t. ii, p. 160-161.

44 Voir Barthes 1977, p. 16-19.

Auteur

Université de Balamand – Liban

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540