Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

Baybars, de l'histoire à la geste

Conversions et fausses conversions dans la recension damascène de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ1

Francis Guinle

Texte intégral

  • 1 Cette orthographe (Baybarṣ, avec un ṣād) respecte la graphie du manuscrit étudié, dont il convient (...)
  • 2 Du moins les fascicules qui ont été traduits et qui représentent environ 20 % de la totalité. Le ma (...)
  • 3 Dans la recension damascène (manuscrit IFPO 8°29 995/1-183), cette première grande séquence jusqu’à (...)

1La recension damascène de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ présente plusieurs caractéristiques qui lui sont propres : l’une d’entre elles est de se dispenser de la longue introduction historique qui débute le récit dans la version imprimée du Caire et que l’on retrouve, plus ou moins tronquée, dans d’autres manuscrits de provenance et de dates diverses. En cela, comme en bien d’autres points, elle est plus proche de la recension alépine, telle qu’elle est représentée par la traduction française de Jean-Patrick Guillaume et Georges Bohas (1985-1995), que de toutes les autres recensions2. En revanche, la première grande séquence du récit, qui conduit Baybarṣ sur le trône d’Égypte, est relativement stable d’une recension à l’autre, même si les variantes peuvent affecter de nombreux détails du récit ainsi que l’ordre des épisodes, ou encore l’absence ou la présence d’un épisode particulier3. Il n’en va pas de même pour la suite, cette longue partie centrale qui raconte les aventures des divers héros, et en particulier le combat que mène Šīḥa contre Ǧawān, ou encore les diverses chevauchées des Francs ou des Mongols contre l’islam. Cette partie centrale est marquée, dans la recension damascène, par un thème récurrent qui lui procure une certaine unité : il s’agit du thème de la conversion.

2D’une certaine manière, ce thème est annoncé dès le fascicule 7, lorsque nous apprenons que le grand qāḍī du Caire, Ṣalāḥ al-Dīn, est en fait un prêtre chrétien, Ǧawān, alors que Ǧūnīt, le patriarche de l’Église dorée de Gênes, est un musulman, Šaʿbān Ibn Sayf al-Qabā’il dit Šīḥa. Ces deux personnages savent tout de la religion de l’autre et, bien sûr, de leur propre religion. Šīḥa, en particulier, peut passer pour chrétien ou musulman sans que personne ne remarque quoi que ce soit. Leur caractéristique, en revanche, est qu’ils n’ont jamais été convertis à la religion qu’ils exercent dans de hautes fonctions pendant toute une partie de la Sīra. Chacun a usurpé une identité et la religion qui lui correspond : Ǧawān en tuant le šayḫ Ṣalāḥ al-Dīn, Šīḥa en prenant la place de Ǧūnīt, le fils défunt du roi de Gênes, en prétendant être ressuscité. Ce passage d’une religion à l’autre va prendre d’autres tournures au fil du récit et pour d’autres personnages qui, étant chrétiens ou adorateurs du feu (c’est ainsi que sont représentés les Mongols et les Perses), vont se convertir à l’islam. Certaines de ces conversions seront authentiques, d’autres, au contraire, seront fausses.

3La question de la religion peut paraître faussement simple dans le récit. D’un côté, à l’Ouest, les chrétiens, représentés par les royaumes francs, depuis les royaumes de la côte jusqu’aux pays les plus éloignés comme l’Angleterre et l’île de Man ; de l’autre côté, les pays ʿaǧam, qui font référence aussi bien aux Perses qu’aux hordes mongoles sous la houlette du qān Halāwūn (le Hülegü historique), et que la Sīra désigne comme des adorateurs du feu. À cela, il faut ajouter des fidāwīyeh dont la religion est incertaine, car ils ne sont pas ismaéliens : le clan des Adraʿiyeh. Ils apparaissent assez tôt dans le récit (fascicule 13) à travers leur chef, Yaʿqūb al-Adraʿī, et le conflit qui les oppose aux ismaéliens. La question de leur religion sera clairement posée lorsque, beaucoup plus tard, le conflit s’étendra entre les Adraʿiyeh et l’ensemble du monde musulman, à cause des prétentions de Faḍl al-Dīn, fils de Yaʿqūb al-Adraʿī, qui désire devenir le sultan des montagnes et donc le chef suprême des ismaéliens. Ainsi, ʿArnūs demande à son oncle Ismāʿīl des explications à leur sujet :

  • 4 Fascicule 135, fol. 52v.-53r.

ʿArnūs lui dit : « Et ceux-là, ce ne sont pas des fidāwīyeh ? » Il lui dit : « Si, mais ce sont des Adraʿī. Ils prétendent être musulmans, mais au fond, ils ne sont d’aucune religion connue. Ils égorgent les musulmans sunnites. » ʿArnūs lui dit : « Et ils sont nombreux ceux-là, mon oncle ? » Il lui dit : « Aussi nombreux que les banī (sic) Ismāʿīl. Ils avaient un sultan particulier, mais ton père a dispersé l’ensemble des muqaddam, fils du sultan des Adraʿ et leur a interdit de remettre les pieds sur ce sol depuis le jour de ses noces avec ta mère, et ils ont été chassés de la montagne, comme nous l’avons déjà expliqué. Ils sont sept fils, et c’est moi qui ai tué leur père, Yaʿqūb, le sultan des Adraʿ pour venger ma fille, la labwa Badra4. »

4Ce n’est qu’à la mort de Faḍl al-Dīn que les Adraʿiyeh finiront par se soumettre, mais, paradoxalement, aucune conversion ne sera exigée ou même mentionnée. Ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit des Francs ou des ʿaǧam. La conversion à l’islam est étroitement liée à la structure fondamentale du récit qui se développe suivant des cycles d’épisodes découlant les uns des autres. L’élément déclencheur est le premier mariage interreligieux du récit : celui de Maʿrūf, chef suprême des ismaéliens, et Maryam al-Zunnārīya, la fille chrétienne du roi de Gênes, qui, venue en pèlerinage à Jérusalem, décide d’épouser son guide et protecteur, Maʿrūf, envoyé contre son gré par al-Ṣāliḥ Ayyūb pour accomplir cette tâche. Le fait même que ce roi, représenté dans la Sīra comme un Juste appartenant au Monde du Secret, ait décrété que ce serait Maʿrūf et aucun autre qui serait le protecteur de Maryam suffirait à indiquer qu’il s’agit là d’un plan divin. Il faut ajouter à cela le rêve prémonitoire de Maryam qui, selon l’interprétation d’un prisonnier musulman de Gênes, lui indique qui sera son futur époux. On comprend mieux la détermination de la jeune femme qui, convertie à l’islam, va chercher son époux jusque dans la mosquée de Jérusalem et insiste pour que leur mariage se fasse devant des autorités musulmanes :

  • 5 Fascicule 17, p. 170-171 ; Bohas/Zakharia 2001, p. 252.

« À présent, j’ai choisi le muqaddam Maʿrūf ; il sera mon époux, et je serai sa femme. » Le qāḍī lui dit : « Par Dieu, ma fille, ton idée est bonne. Si celui-là ne veut pas de toi, retourne dans ton pays, car personne d’autre que lui ne te protègera. » Les dignitaires de Jérusalem arrivèrent, ainsi que ʿAlī ʿĀġā al-Qaymarī, et ils lui firent un document prouvant sa conversion. Puis ils la confièrent au muqaddam Maʿrūf en lui disant : « Reçois la fille de gens biens, ô fils de gens biens, toi le généreux. » Ils le flattèrent, et il l’accepta contre son gré5.

5Après maintes péripéties, Maryam ayant été enlevée donnera naissance à un fils, ʿArnūs, qui sera élevé loin de ses parents, en Catalogne, par des chrétiens.

6Si l’on revient à la première séquence de la Sīra, on peut voir qu’elle est toute entière déterminée par deux événements : d’une part le rêve du roi al-Ṣāliḥ Ayyūb qui déclenche la quête du héros qui sauvera l’islam des envahisseurs extérieurs ; d’autre part la prière de Maḥmūd/Baybarṣ qui, réfugié dans une grotte sur le mont Qāsyūn pendant la Nuit du Destin, prie pour devenir un jour roi d’Égypte. Mais, dans cette première séquence, s’il est bien question de religion, il ne s’agit pas pour Baybarṣ de convertir des étrangers, mais plutôt de ramener des musulmans dans le droit chemin en les conduisant au repentir de leurs mauvaises actions et leurs habitudes condamnables, qu’il s’agisse de pédérastie, de vol et de malversation de tout ordre. Le mariage de Maʿrūf, l’enlèvement de Maryam et la disparition de Maʿrūf parti à la recherche de sa femme et de son fils mettent en place une nouvelle ligne dans le récit, à partir de données similaires : un rêve prémonitoire (le rêve-vision de Maryam), une intervention du Monde du Secret en la personne du roi al-Ṣāliḥ Ayyūb : en effet, Maʿrūf ayant déchiré la lettre du roi lui ordonnant d’être le protecteur de Maryam pendant son pèlerinage, al-Ṣāliḥ Ayyūb lui apparaît dans une transe et lui prédit qu’il sera prisonnier des ennemis de l’Islam pendant autant d’années que de morceaux de la lettre déchirée. Baybarṣ est présent, bien que marginal dans cette affaire, puisqu’il est le messager d’al-Ṣāliḥ Ayyūb auprès de Maʿrūf. Une fois le cycle de l’initiation de Baybarṣ et de son ascension vers le trône terminé, un nouveau cycle se met en place à partir de cette ligne du récit déjà posée comme jalon dans le premier cycle. Il s’agit là d’une stratégie narrative qui se répète tout au long de la Sīra, un cycle en entraînant toujours un autre et tous les cycles finissant par être plus ou moins interdépendants.

7Le cycle enclenché par Maʿrūf va, en fait, en engendrer deux autres qui se poursuivent de façon quasi parallèle, parfois s’entrecroisant, et qui réunissent les deux préoccupations majeures de la Sīra. D’une part ramener au sein du pouvoir les brebis égarées : il s’agit du cycle de Šīḥa et des fidāwīyeh récalcitrants qui, partis à la recherche de Maʿrūf et revenus bredouilles, n’acceptent pas la souveraineté de Šīḥa sur les ismaéliens et la veulent pour eux-mêmes. D’autre part, ramener à l’islam d’abord ʿArnūs, le fils de Maʿrūf, puis tous les enfants de ʿArnūs nés de ses mariages avec des princesses chrétiennes, elles-mêmes converties à l’islam. Non seulement ʿArnūs suit l’exemple de son père, mais il en démultiplie les conséquences. En effet, après avoir épousé plusieurs princesses chrétiennes et avoir eu un fils de chacune d’entre elles, à l’exception d’une qui lui donne une fille, son harem est dispersé par un magicien à la solde de Ǧawān et ses femmes sont renvoyées, avec leur progéniture, dans leur contrée d’origine. Chacun des enfants chevauchera contre l’Islam, et, vaincu, retrouvera sa mère qu’il croyait morte et qui avait été mise au secret, puis reviendra dans le sein de l’Islam. Par contamination, ce schéma va se répandre pour affecter aussi d’autres héros de la Sīra, comme, par exemple, Aydamur le mamelouk fidèle à Baybarṣ depuis le début du récit, et qui épousera sa sœur, Durr Mulk. Si les femmes chrétiennes de ʿArnūs, comme autrefois Maryam, doivent obligatoirement se convertir à l’islam, il n’en va pas de même pour ʿArnūs et ses fils qui sont, de fait, considérés comme des musulmans élevés « au lait des chrétiens », comme le fait remarquer Aydamur à ʿArnūs dans un accès de colère. Leur conversion n’est pas nécessaire, mais leur appartenance à l’Islam doit être confirmée par la circoncision.

  • 6 Terme utilisé par la Sīra pour désigner les dignitaires et princes francs.

8Voici un exemple frappant de l’obligation faite aux femmes chrétiennes épousant un musulman de se convertir. Il s’agit de l’épisode où, ʿArnūs ayant été fait prisonnier par Ǧawān, il prétend s’être converti au christianisme et courtise Kātrīn, fille du babb6 al-Mankubīrd ; le babb consent au mariage, mais le soir des noces, ʿArnūs refuse de la toucher :

  • 7 Fascicule 68, p. 2 253-2 254 ; Bohas/Zakharia 2007 p. 357-358.

Quant à ʿArnūs, après que trois jours se furent écoulés, on le conduisit à la reine Kātrīn. Lorsqu’ils se trouvèrent seuls, il ne lui dit mot, ni ne lui prêta aucune attention, mais il resta assis pendant une heure, puis alla se coucher, sans lui faire la conversation, si bien que le sang monta à la tête de la reine qui lui dit : « Diyābruh, on dirait que je ne te plais pas. » Il lui dit : « Comment cela, tu ne me plais pas ? » Elle lui dit : « Est-ce donc-là la coutume entre une femme et son époux ? » Il lui dit : « Sache, ma reine, que tu ne peux être ma femme car tu es impure. » Elle lui dit alors : « Qui t’a dit que j’étais impure ? Voilà trois jours que je vais au ḥammām tous les jours, et que je me prépare à cette rencontre avec toi. » Il lui dit : « Il ne s’agit pas de ce genre d’impureté. C’est ton cœur qui est impur. » Elle lui dit : « Mais comment rendre mon cœur pur, ô mon âme ? » Il lui dit : « Rendre le cœur pur ne pèse rien sur la langue mais pèse lourd dans la balance. Il suffit de dire : “Je témoigne qu’il n’y a pas de dieu en dehors d’Allāh et je témoigne que Muḥammad est le messager d’Allāh.” » Elle lui dit : « Tu es donc toujours musulman ? » Il lui dit : « Bien sûr, j’ai conçu ce projet du fond de ma prison oppressante, et lorsqu’ils ont annoncé notre mariage, je me suis dit : “Pas de problème ; si elle se convertit, j’en ferai la première des femmes de mon sérail. Si elle ne se convertit pas, je la laisserai dans son pays sans rien lui demander.” Et à présent, si tu te convertis, tu seras ce que j’ai de plus cher au monde, mais si tu ne le désires pas, c’est comme tu veux, je ne te forcerai pas. » En entendant ces paroles, la reine prononça la šahāda7.

9Cette obligation faite aux femmes chrétiennes, dans le récit, de se convertir à l’islam pour pouvoir épouser un musulman ne trouve pas de justification en droit, ni dans la coutume. Son explication doit donc venir d’ailleurs et servir un des aspects importants du récit. En fait, cela renforce la présence de musulmans (même s’ils ignorent leur vraie religion, comme les fils de ʿArnūs) en pays chrétiens, ou encore en pays ʿaǧamī, et conforte l’idée d’une indistinction spatiale dans le récit, alors qu’en surface on pourrait croire à des espaces parfaitement bien délimités. Le texte indique, dès le début de la Sīra, que l’espace de l’Islam, gouverné par al-Ṣāliḥ Ayyūb, est bien réduit et menacé de toutes parts. Alors que Baybarṣ se rend au Caire, accompagné par le vizir Naǧm al-Dīn, il s’étonne de devoir payer un droit de passage au babb d’al-ʿArīš ; le vizir lui explique :

  • 8 Fascicule 6, p. 98-99 ; Bohas/Zakharia 2000 p. 179.

Baybarṣ se tourna vers le vizir et lui dit : « Qu’est-ce que ce droit de passage, mon oncle ? » Il lui dit : « Ô mon fils, le roi d’al-ʿArīš tire profit de la protection de cette contrée, et il ne laisse personne y passer sans lui prendre un droit de passage. » Il lui dit : « Puisque notre seigneur le roi est au courant de cela, comment laisse-t-il faire ? » Il lui dit : « Ô mon fils, notre seigneur est un homme un peu simple, et sans puissance, et le pays d’Islam est petit, alors que toute la côte est entre les mains des Francs ; et ils ont pour eux le pouvoir, la force et la puissance. Ils prennent le droit de passage par l’épée8 ! »

10À l’ouest, donc, les villes-royaumes de la côte, tenues par les Francs, et au-delà, les pays francs ; à l’est, les Perses-Mongols, ou ʿaǧam, dont l’avancée les conduit aux portes de la Syrie, avec, au-delà, l’Inde qui, au moins dans un épisode, peut aussi devenir une menace ; au sud, les Ḥabašī qu’il faut aussi empêcher d’envahir l’Égypte. Cela étant dit, tous ces mondes sont infiltrés. Dans ce que l’on définira comme dār al-Islām, la présence des chrétiens est partout visible : prêtres, moines, patriarches, églises et monastères semblent se trouver partout, et chaque ville possède son quartier chrétien. Mais, de la même manière, les royaumes de la côte ont leurs quartiers musulmans et les marchands circulent constamment d’un espace à l’autre. Quant aux terres sous la coupe des Mongols, elles sont en partie constituées de royaumes musulmans qui paient un tribut au qān Halāwūn. La présence des musulmans dans les pays francs plus lointains est beaucoup plus discrète, mais elle fait l’objet de tous les récits. Cette « population » musulmane est d’abord constituée de prisonniers musulmans, des fidāwīyeh partis à la recherche de Maʿrūf et dont certains vont s’établir en terre franque, des femmes converties à l’islam des héros musulmans, en particulier celles de Maʿrūf, ʿArnūs, Aydamur et Šīḥa, et leur progéniture, généralement élevée par leur grand-père maternel. Il se tisse ainsi un réseau de complicité, une communauté musulmane « extérieure », en quelque sorte, qui, d’ailleurs, est la seule forme de l’expansion de l’islam dans la Sīra : en effet, il n’est pratiquement pas question d’expansion territoriale. Ainsi, lorsque les royaumes de la côte sont soumis par Baybarṣ, ils conservent leur babb, mais doivent payer un tribut au pouvoir musulman. En ce qui concerne les Mongols, mis à part la libération de Bagdad, il ne s’agit pas de prendre des terres mais de libérer les royaumes musulmans du pays des ʿaǧam du tribut qu’ils paient à Halāwūn ; ainsi, à aucun moment Baybarṣ ne cherche à agresser et envahir des terres « étrangères ».

11L’islam s’étend donc par la conversion consentie, mais le récit laisse entendre que tôt ou tard cette conversion sera générale et que, dans un futur plus ou moins lointain, l’expansion sera aussi territoriale. Trois éléments, au moins, en sont les indicateurs :

  • La chute de Constantinople.

  • La conversion de l’Empereur.

  • La conversion de la fille de Ǧawān, Rūma, nom éminemment symbolique pour le locuteur arabophone (il s’agit du nom arabe de Rome), et son mariage avec Šīḥa.

12Bien que plusieurs expéditions aient lieu contre Constantinople, c’est toujours en défense de l’islam, après une agression des Francs à laquelle le babb de Constantinople, Miḫā’īl, a participé d’une façon ou d’une autre. Il ne s’agit donc pas d’une chute de la ville à proprement parler, puisque les musulmans n’en prennent pas possession et que le babb reste en place. En revanche, la chute future de la ville et son passage entre les mains des musulmans est annoncé par Baybarṣ lorsqu’à la suite d’un sac de la ville il demande que la basilique de Sainte-Sophie soit épargnée :

  • 9 Fascicule 178, fol. 4r.-5r.

Les musulmans se mirent à piller et à détruire les bâtiments jusqu’à ce qu’il ne reste plus à Constantinople que l’église Sainte-Sophie. Les fidāwīyeh voulaient s’attaquer à cette église, tuer tous ceux qui s’y trouvaient, la piller et la détruire. Mais al-Malik al-Ẓāhir les en empêcha et leur dit : « Ô cavaliers, nous sommes liés par des pactes pris pour nous sous le règne de notre seigneur ʿUmar Ibn al-Ḫaṭṭāb – que Dieu soit satisfait de lui – et le moine Baḥīra [stipulant] que lorsqu’un pays parmi les pays francs était conquis, on ne détruisait pas les lieux de culte et on ne tuait pas les religieux, surtout cette église dont les devins disent qu’elle deviendra une des mosquées les plus célèbres de l’islam, et que cette ville deviendra une ville musulmane9. »

  • 10 Voir fascicule 180.

13La chute de Constantinople est donc bien programmée dans le récit et ouvre la voie à tous les possibles. La conversion de l’Empereur de Rome, chef de tous les rois des pays francs, installe l’islam au sein même de la ville éternelle. Mais sa conversion reste secrète et c’est dans une salle souterraine du palais impérial qu’il installe une « mosquée » pour pouvoir y faire la prière. Surpris dans cette activité, il est mis à mort par son propre fils. Symboliquement, la conversion de Rome est signifiée par celle de Rūma, fille de Ǧawān, dans une ultime victoire de Šīḥa sur le prêtre maudit ; en effet, après la mort de son père, Rūma est l’objet de toutes les convoitises. Son propre frère, Aṣfūt, cherche à la « vendre » au babb chrétien le plus offrant, tandis que les fidāwīyeh se lancent à sa poursuite pour le compte d’un des leurs, Sayf al-Ġaḍbān10. Après une aventure rocambolesque, Šīḥa, qui veut Rūma pour lui-même, la tire des griffes de son frère et des fidāwīyeh, et Rūma finit par lui céder : elle se convertit à l’islam et épouse Šīḥa.

14La conversion de Rūma pourrait paraître contrainte et forcée, si elle ne survenait pas grâce à l’intervention du Monde du Secret, ce qui en fait une conversion sincère. L’opposition entre conversion sincère et conversion forcée et feinte donne lieu à de nombreux épisodes qui structurent le récit.

  • 11 Le premier exemple de fausse conversion se trouve au fascicule 39, le dernier au fascicule [182].
  • 12 La numérotation des fascicules fait référence à celle du manuscrit de Damas, IFPO 8°29 995/1-183.

15On compte quinze épisodes centrés sur une fausse conversion dans le récit, et, dans la mesure où d’une part les fausses conversions sont présentes dans l’ensemble de la Sīra11, et où, d’autre part, ces épisodes sont reliés par des stratégies narratives, on peut parler de « cycle des fausses conversions ». Voici leur liste avec le nom du faux converti et le numéro du fascicule dans lequel il apparaît12 :

  1. Marīn, fils du babb al-Maqdamīn (35).

  2. Al-Timur Šāh al-Halāwī (39).

  3. Qastūn al-Armanī (58).

  4. Marīn, vizir du babb al-Mankubīrd (72).

  5. Mīrūniš (84-85).

  6. Sabʿ Ḫayr Allah (86).

  7. Al-Maġlawīn (103).

  8. ʿAbd al-Raḥmān Qaṭāʿiš (122).

  9. Šātlīt, amiral de la flotte franque (130).

  10. La reine Baḥrūma (146B).

  11. Nimr al-ʿĀmirī (147B).

  12. La reine Afrūna (152A).

  13. Al-ʿArfīd Ibn Hadīr (170).

  14. Rīzū Ibn Sarǧawīl (182).

  15. Le roi d’al-Buġdān (182).

16Il y plusieurs manières d’aborder ce que j’appellerai ce cycle. On peut, en effet, le considérer comme associé à d’autres cycles du récit, par exemple le cycle des chevauchées franques contre l’Islam, ou encore le cycle ʿaǧamī, ou celui des Adraʿīyeh ; si on adopte cette approche, on constate que neuf d’entres elles sont associées aux chevauchées franques (1-3-4-5-7-9-10-11-12-13-14), deux au cycle ʿaǧamī (2-6), et deux aux cycles des Adraʿīyeh ; cette répartition reflète alors assez bien celle des trois cycles dans le récit. Mais on peut également répartir ces fausses conversions selon d’autres critères : tout d’abord leur mode opératoire ; en effet, le récit utilise deux stratégies narratives qui parfois se rejoignent. La première stratégie consiste à débuter l’épisode par la prétendue conversion d’un personnage ; le schéma de l’épisode se déroule alors selon des étapes identiques : le personnage est reçu au dīwān par Baybarṣ qui lui accorde une charge officielle et un palais. Le personnage profite de sa situation pour commettre des méfaits, et un affrontement s’en suit. Bien sûr, ce schéma de base peut subir des modifications minimes, des ajouts, avec une situation plus ou moins grave qui peut aller jusqu’à l’usurpation du pouvoir, après avoir fait enlever le roi. L’aveuglement de Baybarṣ, qui généralement est mis en garde par un de ses compagnons fidèles au moment de la fausse conversion, est un des invariants du cycle. Il conduit à deux sortes de fitna ; d’une part, entre les factions du pouvoir, l’une soutenant l’usurpateur, car elle a toujours voulu se débarrasser de Baybarṣ, l’autre soutenant le roi jusque dans son absence. D’autre part, entre Baybarṣ et la personne ou le groupe qui l’a mis en garde, généralement Ibrāhīm et les fidāwīyeh ismaéliens. L’épisode met alors en lumière la fragilité du système politique instauré par Baybarṣ et qui prône l’union de groupes qui, au départ, n’ont pas grand-chose en commun : émirs kurdes de l’ancien gouvernement ayyoubide, émirs mamelouks, dont certains sont farouchement contre l’élévation de Baybarṣ au pouvoir, fidāwīyeh ismaéliens, présentés comme des hommes de la montagne, constitués en clans sous la houlette d’un chef, et qui se considèrent comme indépendants du pouvoir. Les fausses conversions 1-2-3-5-7 appartiennent à cette première stratégie.

17La seconde stratégie consiste à faire intervenir la fausse conversion comme résultat d’une défaite, après une chevauchée contre l’Islam. En effet, le personnage vaincu et prisonnier du roi a la possibilité de sauver sa tête s’il se convertit à l’islam (4-6-9-10-13-14). L’intérêt, du point de vue narratif, est de voir comment certaines fausses conversions s’appuient sur les deux stratégies, en mêlant les éléments de l’une et de l’autre.

18On peut, enfin, considérer tous ces épisodes sous un autre angle qui est celui des motivations des personnages lorsqu’ils prétendent se convertir. Dans certains cas, il s’agit d’une intervention de Ǧawān, qui manipule le personnage, dans d’autres, il s’agit simplement de fourberie ou de vengeance. Dans tous les cas, le récit joue sur un équilibre entre les variants et des invariants.

19L’association du cycle des fausses conversions aux trois grands cycles qui dominent la partie centrale de la Sīra montre à quel point le thème de la conversion est primordial. Ces trois cycles représentent des attaques contre le « bilād al-Šām » reliées à l’Histoire. Il est, bien sûr, évident que les chevauchées franques contre l’Islam sont une projection dans le récit des croisades historiques dont les derniers avatars se situent justement sous le règne mamelouk. Les agressions des ʿaǧam font référence à la chute de Bagdad et aux tentatives des Mongols d’envahir la Syrie. Un épisode rapporte d’ailleurs, à sa manière, la reconquête de Bagdad par Baybarṣ et le rétablissement du califat. Quant au cycle des Adraʿīyeh, il est plus largement lié à celui des fidāwīyeh récalcitrants qui refusent l’autorité d’un non-ismaélien, en l’occurrence Šīḥa, nommé comme chef des ismaéliens par Baybarṣ après la disparition de Maʿrūf ; ici, la référence est en partie aux luttes internes inévitables après un changement de régime et une prise de pouvoir violente. En partie seulement, car ce cycle s’enchevêtre aux deux autres puisque c’est à travers les attaques extérieures que l’union se fait à l’intérieur. Les fidāwīyeh récalcitrants rentrent dans le rang, grâce à Šīḥa qui profite des conflits extérieurs pour régler les affaires internes.

20Le rassemblement des forces dispersées, soit par les méfaits de Ǧawān, comme la dissémination du harem de ʿArnūs, soit par les invasions étrangères, en particulier l’occupation de territoires musulmans à l’est du bilād al-Šām, soit par des luttes intestines, fonctionne comme un prélude à une expansion annoncée, mais jamais réalisée dans la Sīra. Le rôle de rassembleur de Baybarṣ est surtout perceptible lorsqu’une armée, franque ou mongole, siège aux portes d’Alep : alors l’armée musulmane au grand complet, composée de tous les émirs, quelles que soient leurs origines, et de tous les fidāwīyeh ismaéliens défile devant les yeux étonnés et quelque peu effrayés du babb ou du qān téméraire qui s’est engagé dans une affaire dont il voit rapidement qu’il ne pourra pas se sortir indemne. Au besoin, le monde des djinns et le Monde du Secret sont convoqués pour venir en aide à l’armée musulmane unie en cette occasion. Mais lorsqu’il s’agit de rassembler à travers de nouvelles conversions, Baybarṣ se montre parfois singulièrement naïf et manque de discernement. C’est dans ces moments-là que la fragilité de l’union apparaît le plus. Ses deux compagnons fidèles, Šīḥa et Ibrāhīm, représentent à la fois cette union et cette fragilité. Par ses ruses, ses déguisements qui confinent à une transformation protéenne, par son alliance avec une reine des djinns, sa détermination et son dévouement sans faille, Šīḥa réussit toujours à rétablir la situation ; il est vrai qu’il est partie prenante dans la prédiction qui montre à la fois l’ascension de Baybarṣ et le rôle de Šīḥa dans l’extermination de l’ennemi suprême, Ǧawān, qu’il finira par découper en 360 morceaux.

21Quant à Ibrāhīm, il possède un don qui lui a été conféré par le Monde du Secret et qui consiste à déterminer d’un seul regard si une conversion est sincère ou feinte. La condition attachée à ce don est qu’il ne peut le dévoiler à personne : lui seul sait qu’il le possède et il doit donc convaincre les autres qui n’y voient qu’une intuition sans fondement, si ce n’est dans le caractère suspicieux d’Ibrāhīm. Ainsi, dans l’épisode de la chevauchée de Mīrūniš, ce dernier, prisonnier après sa défaite, prétend se convertir. Il en profite pour demander qu’on lui rende sa hache magique que ʿArnūs avait prise comme trophée. Le roi accepte de lui accorder cette faveur, mais ʿArnūs, furieux, demande à Ibrāhīm ce qu’il pense de la conversion de Mīrūniš. Ibrāhīm voit immédiatement qu’elle est feinte, mais Baybarṣ refuse de le croire :

  • 13 Fascicule 85, p. 4 451-4 452.

Quant à Ibrāhīm, il revint porter la hache et se tint à sa place. Il se mit à examiner Mīrūniš et s’aperçut que sa conversion n’était pas sincère. Le roi ordonna qu’on lui apporte un manteau d’apparat et donna à Mīrūniš la charge de vizir. Puis il lui dit : « Serre la main de tes frères musulmans ! » Mīrūniš fit le tour [des dignitaires] et se mit à leur serrer la main. Lorsque les fidāwīyeh le virent prendre la hache, ils se mirent dans une grande colère, mais ce n’était pas à eux de parler. Lorsque Mīrūniš arriva devant Ibrāhīm et voulut le saluer, celui-ci ne lui tendit pas la main. Il lui dit : « Je m’étonne, mon seigneur, tous m’ont accueilli, sauf ton excellence ! » Il lui dit : « Passe ton chemin. Qu’un sabre fasse tomber ta tête ! » Mais le roi ne put supporter cela et lui dit : « Pourquoi ne lui as-tu pas serré la main, Ibrāhīm ? » Il lui dit : « Par Dieu, ô Commandeur des Croyants, je ne le saluerai qu’avec Ḏū al-Ḥayāt si tu me donnes l’ordre de le saluer ainsi ! » Le roi lui dit : « Seigneur ! Seigneur ! Personne ne trouve grâce à tes yeux, Ibrāhīm ! Dieu, loué soit-Il, ne donne Son savoir à personne. Mais dis-moi, tu prends parti pour ʿArnūs ? » Il lui dit : « Efendem, je n’ai pas la connaissance du Secret, mais le croyant voit grâce à la lumière de Dieu. À présent, par ta tête, tant qu’il est dans ce pavillon, je n’ai pas ma place ici. » Le roi lui dit : « Ni dans le pays. » Il lui dit : « Adieu ! » Puis il sortit brusquement, et se dirigea vers le campement de ʿArnūs13.

22Par un manque singulier de perspicacité et de confiance en son compagnon fidèle, Baybarṣ met en danger toute la communauté, provoquant une fitna à l’intérieur dont les ennemis étrangers ont tôt fait de profiter pour arriver à leurs fins. Le motif de la conversion atteint véritablement son apogée dans l’épisode de la conversion de Rūma, fille de Ǧawān. Cet épisode, qui se place après la réalisation de la prédiction, une fois que Šīḥa a découpé Ǧawān, témoigne de la prééminence de Šīḥa comme le véritable lien entre les différentes factions. Symboliquement, la conversion de Rūma et son mariage avec Šīḥa conduisent le récit une étape plus loin que la prédiction ; cependant, cette étape n’en faisant justement pas partie, elle ne se réalisera pas dans la Sīra. Elle reste à l’état hypothétique. Certaines versions très abrégées de la Sīra et que l’on peut penser être des versions « aide-mémoire » s’arrêtent là, à ce mariage symbolique. La plupart des versions longues, en revanche, poursuivent le récit après la mort de Šīḥa, puis celle de Baybarṣ, laissant aux fils des héros le soin de poursuivre la tâche entreprise par leurs pères. S’ils parviennent, en effet, à repousser les ennemis hors du bilād al-Šām, ils n’arrivent pas, en revanche, à maintenir l’unité à l’intérieur. L’importance de Šīḥa comme lien entre les différentes factions tient peut-être aussi au fait que lui seul, parmi les héros de la Sīra, est véritablement « Arabe ». Quant à Ibrāhīm, il survit pour venger la mort de Baybarṣ et de ses fils, tous empoisonnés par Qalāwūn. Aveugle, exilé à Damas où, toujours le Chevalier, il protège Tāǧ Baḫt, la veuve de Baybarṣ, il retourne avec elle au Caire où il se fait placer sur le chemin de Qalāwūn pendant une procession et, ayant un instant recouvré la vue par la grâce d’Allāh, il le frappe de son bras vengeur.

Bibliographie

Sources
Le Roman de Baïbars, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, 10 vol., Paris, Sindbad, 1985-1995.

Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, éd. G. Bohas et K. Zakharia, vol. 1, Damas, Institut français de Damas, 2000.

Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, éd. G. Bohas et K. Zakharia, vol. 2, Damas, Institut français de Damas, 2001.

Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, éd. G. Bohas et K. Zakharia, vol. 7, Damas, Institut français de Damas, 2007.

Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, manuscrit de Damas, IFPO 8° 29 995/1-183.

Notes

1 Cette orthographe (Baybarṣ, avec un ṣād) respecte la graphie du manuscrit étudié, dont il convient par ailleurs de rappeler qu’il est partiellement en arabe dialectal, ce qui sera pris en compte dans la translittération.

2 Du moins les fascicules qui ont été traduits et qui représentent environ 20 % de la totalité. Le manuscrit original arabe qui contient 300 fascicules n’est pas disponible à la recherche. Voir Guillaume/Bohas,1985-1995.

3 Dans la recension damascène (manuscrit IFPO 8°29 995/1-183), cette première grande séquence jusqu’à l’accession au trône compte 4 125 pages, sur une totalité de 23 000 pages environ pour l’ensemble du manuscrit.

4 Fascicule 135, fol. 52v.-53r.

5 Fascicule 17, p. 170-171 ; Bohas/Zakharia 2001, p. 252.

6 Terme utilisé par la Sīra pour désigner les dignitaires et princes francs.

7 Fascicule 68, p. 2 253-2 254 ; Bohas/Zakharia 2007 p. 357-358.

8 Fascicule 6, p. 98-99 ; Bohas/Zakharia 2000 p. 179.

9 Fascicule 178, fol. 4r.-5r.

10 Voir fascicule 180.

11 Le premier exemple de fausse conversion se trouve au fascicule 39, le dernier au fascicule [182].

12 La numérotation des fascicules fait référence à celle du manuscrit de Damas, IFPO 8°29 995/1-183.

13 Fascicule 85, p. 4 451-4 452.

Auteur

Université de Lyon (Lumière-Lyon 2)

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540