Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu XIIIe - fin XIVe siècle)

 | 
Mathieu Eychenne

Préface. Liens personnels et affinités électives, ou comment étudier une société à statuts

Sylvie Denoix

Texte intégral

1Longtemps les chercheurs se sont représenté que la société mamelouke était constituée de groupes sociaux cloisonnés à l’extrême, quasiment des castes. Il y aurait eu d’un côté les militaires, de culture turque et turcophones, convertis à l’islam et prétendant adhérer à cette foi, arabisés et parlant mal l’arabe, cavaliers se livrant sur leurs sujets à de barbares exactions. D’un autre côté, les ulémas, détenteurs des positions religieuses et des fonctions de la judicature, du savoir et de sa transmission, excellents arabophones, lettrés raffinés. Les seules communications entre les deux groupes auraient été des rapports conflictuels.

2L’on conçoit aisément que ce tableau est outré et qu’une recherche était nécessaire pour donner une autre image de la société mamelouke. Pour la mener, Mathieu Eychenne a utilisé une méthode de sociologie, appliquée à l’histoire, celle des networking studies, l’analyse des réseaux relationnels. Et l’on voit désormais que l’imbrication des groupes les uns avec les autres touche tous les domaines : le politique, l’institutionnel, l’économique, le religieux, le familial, l’affectif.

3Les élites civiles, savantes, sont éminemment utiles aux Mamelouks. Ses membres administrent leurs domaines privés, et gèrent les affaires publiques qu’ils leur confient. Ils occupent des postes importants dans la hiérarchie des dīwān-s, les ministères du temps. Des fortunes s’élaborent, dans le cadre d’un système clientéliste. Souvent les relations sont confiantes, affectueuses, même, il y a de la maabba entre ces hommes. Les Mamelouks, convertis lors de leur arrivée en Égypte, instruits dans la foi musulmane par des maîtres de haut niveau, sont souvent touchés au plus profond de leur âme, et suivent des cheikhs soufis, sous l’autorité spirituelle desquels ils tentent d’avancer dans un cheminement spirituel.

4On le voit, la diversité des liens, des modalités du vivre ensemble dans cette société, implique de prendre en compte les relations institutionnelles comme domestiques, les parcours obligés et le libre choix, dans une certaine rationalité, des décisions, les interactions de nature diverse, enfin.

5Mais, dans le même temps, ce qui peut sembler paradoxal avec ce qui précède, la stratification sociale se fait ici non pas d’abord selon la fortune, puisque l’on peut trouver des Mamelouks ne possédant rien comme, au sein des élites civiles, de grands marchands richissimes, mais elle s’organise premièrement selon l’appartenance de groupe, puisque la société mamelouke est d’abord une société à statuts. On comprend alors qu’appréhender cette société dans sa complexité est un défi. C’est pourquoi il fallait, pour être opératoire, autrement dit pour montrer les interactions intergroupes sans gommer les appartenances premières, mettre en place une méthode sophistiquée. C’est ce qu’a fait Mathieu Eychenne en empruntant aux analyses des réseaux sociaux.

6Et, comme nous l’ont appris les tenants du linguistic turn, dans la mesure où les sources des historiens sont des documents écrits, il a fallu commencer par une analyse du vocabulaire : repérer les locutions stéréotypées, appréhender le lexique disant le lien privilégié, montrer comment communiquaient des individus et des groupes quand la langue maternelle était si différente.

7Appréhender les individus dans leurs relations interpersonnelles pour décrire un système social, voici une des clefs épistémologiques de ce livre. L’étude des individus, du microcosme, soit l’écriture de l’histoire from below, que l’on aurait tort de croire réservée à l’étude des classes les moins dotées, est ici l’enjeu. S’il est un légitime mouvement historiographique pour prendre en compte les petits, et ne pas réserver l’étude aux plus grands, il s’agit plutôt ici de partir des parcours personnels, au sein des réseaux relationnels, et de repérer en quoi parcours et réseaux sont structurants de la société. Autrement dit : en quoi le tissu relationnel que les uns et les autres tissent les sort-il de leur milieu – des Mamelouks et ulémas se fréquentent – ? Ceci, comme dans toute société, en mêlant déterminisme social et libre-arbitre. Cette étude rend donc compte d’une société dans la complexité de son réseau relationnel ; et c’est l’étude même de ces liens personnels – qui fréquente qui ? qui prie avec qui ? qui aime qui ? – mettant au jour le jeu des alliances et des mésalliances, des clientèles et des rivalités, des positionnements et des jeux de pouvoir, qui éclaire ce monde.

8La constitution d’un capital social et symbolique obtenu grâce à une relation privilégiée est l’enjeu majeur pour les membres de cette société comme pour tout monde clientéliste. Liens personnels et affinités électives, relations de service et clientélisme permettent aux uns et aux autres de tisser la trame d’une société où les uns dépendent des autres dans une interaction qui, si elle n’évite pas les conflits, donne une cohésion durable.

9Ce modèle social, où les civils dépendent des militaires, et vont gérer leurs biens, administrer leur État ou leur montrer la voie vers Dieu, et où les seconds font leur fortune grâce aux premiers, et vont leur octroyer pouvoir et prébendes, fait tenir ensemble les différents constituants de la société, d’appartenances tellement antinomiques. Au sein de cette organisation qui structure le vivre ensemble, malgré tout, les conflits ne peuvent pas être évités. Les lignes de faille sont profondes, et telle ascension fulgurante pourra être suivie d’une chute vertigineuse en cas de perte du protecteur ; des réseaux concurrents feront jouer les clientèles les unes contre les autres ; et les mécanismes économiques et sociaux de ce système relationnel créeront des fractures irrémédiables. Les conflits existent donc dans cette société, mais ils ne sont pas seulement le fruit de l’antinomie des Mamelouks et des ulémas, ils sont aussi et surtout, le résultat de dynamiques qui traversent les groupes, les animent, les structurent, les défont, ce que démontre ce travail.

10Il est des thèses qui apportent de vrais changements historiographiques. C’est le cas de celle qui sous-tend ce livre.

Auteur

Directrice des études (Ifao, Le Caire), Directrice de recherche (CNRS)

© Presses de l’Ifpo, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540