Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs

 | 
Denise Aigle

La fabrique des héros ou la perception du souverain

Le portrait du sultan al-Manṣūr Qalāwūn d’après al-Faḍl al-ma’ṯūr min sīrat al-Malik al-Manṣūr de Šāfiʿ b. ʿAlī

Tahar Mansouri

Texte intégral

  • 1 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, Bodleian Library, Ms. Marsh 424.
  • 2 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, 1998 [référence à cette édition dans cet article].
  • 3 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, 2000.

1La source que nous utilisons est un texte unique conservé à la Bodleian Library1. Nous avons eu l’occasion de l’utiliser sous forme manuscrite il y a quelques années et nous avons eu l’intention de l’éditer. Mais d’autres collègues nous ont devancés dans ce travail. Le texte a été édité en 1998, par ʿUmar ʿAbd al-Salām al-Tadmourī2, puis en 2000, par Paulina Lewicka3. Nous utilisons les trois documents, mais nous renvoyons à l’édition de Tadmourī.

  • 4 On peut éventuellement penser aux biographies d’autres sultans, surtout celles de Baybars, voir à c (...)

2Ce texte, comme son titre l’indique, est une biographie, mais elle est sélective dans la mesure où le choix de notre auteur, qui était scribe d’al-Manṣūr Qalāwūn, va porter sur les bienfaits de son sultan et ne relate que ses mérites et ses hauts faits. Cet écrit ressemble à un panégyrique, même s’il n’en est pas un. Il s’agit d’une biographie construite qui vise à légitimer le pouvoir de Qalāwūn, comme venant en réponse à quelque chose de non dit. C’est pourquoi l’auteur s’est surtout attaché à exposer les mérites de son maître. Celui-ci est sultan et ce n’est pas un hasard qu’il le soit, il a de multiples qualités que personne n’avait à son époque4.

  • 5 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 63-86.

3L’ouvrage embrasse tous les aspects de la politique de Qalāwūn : la politique intérieure, ses relations avec les princes mamelouks, avec la famille de Baybars, les tribus arabes plus ou moins autonomes vis-à-vis des différents pouvoirs qui se sont succédé au Caire. Il évoque aussi sa politique étrangère, ses relations avec Byzance et avec les deux branches mongoles, celle des Ilkhanides de Perse et celle de la Horde d’Or5. Il aborde enfin sa politique commerciale et sa volonté d’encourager les marchands étrangers à commercer avec le sultanat mamelouk et à l’approvisionner en particulier en esclaves. Tous les aspects du quotidien du sultan mamelouk sont également évoqués.

4L’ouvrage se limite au règne d’al-Malik al-Manṣūr Qalāwūn. L’auteur commence par présenter le sultan et se termine par le récit de son décès, puis il relate la prise du pouvoir par son fils al-Ašraf Ḫalīl. En dépit des chapitres énoncés par l’auteur, la structure de l’ouvrage peut se diviser en trois parties inégales :

  1. Le contexte de la prise du pouvoir par Qalāwūn.

  2. La pacification du sultanat.

  3. La gestion quotidienne du pouvoir qui constitue la partie la plus importante de l’ouvrage.

5Šāfiʿ b. ʿAlī est un homme bien informé. Il puise ses informations dans son quotidien de scribe accompagnant souvent Qalāwūn dans ses déplacements. C’est un témoin, certes engagé aux côtés du sultan, mais dont la contemporanéité et la participation aux événements, ne serait-ce que parce qu’il les écrit, font de lui un témoin privilégié et lui donnent un avantage sur ceux qui nous livrent des informations de seconde main. Bien évidemment, on doit être conscient que Šāfiʿ b. ʿAlī n’écrit pas l’histoire de Qalāwūn, mais une histoire sélective relatée par l’un de ses serviteurs les plus proches.

6Le Faḍl al-ma’ṯūr met en exergue les personnages clefs de cette biographie, le sultan Qalāwūn – objet central –, l’auteur et son oncle. Les trois personnages se ressemblent : le premier a le pouvoir du sabre, les deux autres celui de la plume, mais tous les trois se distinguent par leur intelligence, leur présence d’esprit et par un certain courage.

  • 6 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52, 59.
  • 7 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 28, 52, 71. On sait très bien que sous les Mamelouks la meille (...)

7L’auteur, Nāṣir al-Dīn Šāfiʿ b. Muḥammad b. ʿAlī b. ʿAbbās b. Ismāʿīl al-Kinānī al-ʿAsqalānī (649-730/1252-1330) est scribe de la chancellerie, neveu de Fatḥ al-Dīn b. ʿAbd al-Ẓāhir, chef de la chancellerie au temps de Baybars puis au temps de Qalāwūn. Notre auteur, à plusieurs reprises, appelle lui-même son oncle maternel Muḥyī al-Dīn b. ʿAbd al-Ẓāhir « ḫālī », « al-ḫāl6 », « qarībī / mon parent » ou encore « al-ṣāḥib / le compagnon7 ». Il a été élevé à la cour des deux sultans, Baybars et Qalāwūn, puisqu’il était préposé à l’encrier au moment où Fatḥ al-Dīn Ibn ʿAbd al-Ẓāhir rédigeait le contrat de mariage liant la fille de Qalāwūn au fils d’al-Malik al-Ẓāhir Baybars.

  • 8 Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, p. 93-94.
  • 9 Voir sa biographie dans les introductions des éditeurs cités ci-dessus et dans Ibn Taġrī birdī, al- (...)

8Il est présenté comme un littérateur de qualité, poète et bibliophile qui a laissé plusieurs ouvrages. Ibn Šākir al-Kutubī rapporte qu’à sa mort Šāfiʿ b. ʿAlī avait dix-huit armoires pleines de livres rares. Sa veuve connaissait le prix de chaque ouvrage et elle en a vendu jusqu’à l’année 739/1338-13398. Il perdit la vue lors de la bataille de Homs en 680/1281-1282, après avoir reçu une flèche au visage9.

Portrait de Qalāwūn

Son physique

  • 10 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 199, note 5.

9En rappelant les débuts de Qalāwūn, Šāfiʿ b. ʿAlī commence par décrire son portrait physique et les caractéristiques qui ont été à l’origine de son prix très élevé. En effet, pour le mettre en valeur, on lui a donné le surnom de « al-Alfī » par lequel il est connu. Valait-il le prix de mille dinars qui a été dépensé pour l’acquérir ? Il avait une perfection physique unanimement remarquée par ses contemporains au moment où il a été emmené et vendu en Égypte. Il n’avait pas d’égal pour sa beauté et sa perfection physique10.

  • 11 Sur cette expression, voir Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr (éd. 2000), p. 199, n. 5.

10L’auteur donne de nombreux détails sur les qualités physiques de Qalāwūn : grand visage et front large ; sa couleur brille comme une fleur (muzhir al-lawn) ; il a de grands bras (ġalīẓ al-minkabayn) ; il a les yeux rapprochés (muḫarzam al-ʿaynayn)11 ; il a une taille parfaite. N’ayant aucun défaut physique, par conséquent, il est craint.

  • 12 Al-Māwardī, al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 7-8.

11Il est évident que l’auteur cherche à faire correspondre le portrait de Qalāwūn aux canons de la judicature en islam. Si l’on se réfère aux critères énoncés par al-Māwardī, l’une des conditions pour guider l’umma est la perfection physique (al-kamāl al-badanī)12. En surcroît de ces qualités physiques, Qalāwūn est un homme brillant par ses qualités morales et intellectuelles.

Sagesse de Qalāwūn (sagesse innée et sagesse acquise)

  • 13 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.
  • 14 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25
  • 15 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 26.
  • 16 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 26.

12Le sultan Qalāwūn est doté de deux sources de sagesse, l’une qui est innée : un don divin parce qu’il est parfait quand il parle et quand il se tait13. Mais ce qui est plus important, c’est la sagesse acquise, car il est parmi les rares mamelouks à avoir côtoyé les grands de son temps. Acquis par al-Mālik al-Ṣāliḥ Naǧm al-Dīn Ayyūb, dont il garde le nom al-Ṣāliḥī et dont il fait hériter les Mamelouks14, il a connu une grande promotion sous son règne malgré son jeune âge. Après la mort de son maître, il devint le compagnon d’Aqtay qui lui réserva la meilleure place. Il est passé par la suite dans les rangs des confrères d’al-Muʿizz ʿIzz al-Dīn Aybak. Puis, il est passé sous le contrôle de Sayf al-Dīn Quṭuz dont il était le conseiller. Chose remarquable que note l’auteur : il est le seul à n’avoir jamais été déchu, alors que tous ses compagnons ont connu à un moment ou à un autre la prison ou la déchéance15. Mais ce n’est que sous le règne du sultan al-Malik al-Ẓāhir Baybars qu’il a pu être mis en valeur. Baybars en a fait le pilier de son pouvoir : il était son principal conseiller (ra’s mašwarati-hi). Il a fait de lui ce que personne n’a fait avec un prince16.

Valeur marchande

  • 17 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.
  • 18 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.

13Ces qualités physiques, morales et intellectuelles sont les causes pour lesquelles les marchands d’esclaves renchérissaient pour l’acquérir. Il était le millième par le prix et par la stature. Il valait réellement ce prix17, d’où son nom d’al-Alfī. Toutes ses qualités vont rendre légitime son accession au trône. Šāfiʿ b. ʿAlī présente Qalāwūn comme prédestiné à une telle fonction. D’ailleurs Naǧm al-Dīn Ayyūb aurait vu en lui un héritier du trône et il ne semble point s’être trompé18.

  • 19 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 162-165.

14En somme, c’est un homme expérimenté pour avoir côtoyé les grands de son époque, ce qui le distingue de ses pairs parmi les émirs mamelouks et fait de lui un homme à la mesure du pouvoir qu’il recevra au moment difficile traversé par le sultanat mamelouk pendant le dernier quart du xiiie siècle. Il est ainsi l’homme de la situation. Faut-il souligner que cette image est très nuancée dans d’autres sources mameloukes comme chez Baybars al-Manṣūrī al-Dawādār qui n’accorde pas le même rôle à al-Manṣūr Qalāwūn, mais plutôt à l’ensemble des grands émirs mamelouks ẓāhiriyya qui étaient écartés de la gestion du pouvoir par le jeune sultan à peine âgé de vingt ans19.

Accession au pouvoir

Légitimation

  • 20 Mansouri 1992, p. 35-36.

15L’accès de Qalāwūn à la magistrature suprême est présenté comme une nécessité pour préserver le trône et pour défendre le sultanat ou, mieux, pour défendre l’islam. Il faut rappeler que les Mamelouks ont fondé leur légitimité aux yeux de leurs sujets et aux yeux des princes musulmans qui n’étaient pas sous leur contrôle ou leurs rivaux comme les Hafsides de Tunis sur la défense de la religion islamique. Chaque fois qu’ils mènent une campagne militaire ou qu’ils font appel aux marchands étrangers pour leur ramener des esclaves, c’est pour défendre l’islam20. Ainsi, le biographe de Qalāwūn nous présente les différents ingrédients qui ont permis al-Malik al-Manṣūr Qalāwūn de s’emparer du pouvoir détenu par al-Saʿīd Barka Ḫān, qui était son gendre et le fils de son protecteur Baybars. Deux facteurs ont favorisé cette usurpation du pouvoir : la situation intérieure et la situation extérieure.

Situation intérieure

  • 21 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38.

16Al-Mālik al-Saʿīd Barka Ḫān est présenté comme un jeune mal guidé. Les émirs qui l’entouraient lui conseillèrent de contredire l’avis de Qalāwūn et des grands émirs dans certaines dispositions prises contre les Mongols, ce qui a encouragé ceux-ci à marcher sur la Syrie, croyant qu’elle n’était pas défendue et que son sultan allait fuir devant eux. Un malentendu entre Qalāwūn et al-Saʿīd Barka Ḫān s’est alors instauré21.

  • 22 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38. Voir Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 163.
  • 23 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 39.
  • 24 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 40.
  • 25 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38-39. L’auteur nous livre une liste de grands émirs qui entou (...)
  • 26 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 41.
  • 27 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 42-43.
  • 28 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 41.
  • 29 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 45-47.

17Installé dans la citadelle de Damas pour préparer la résistance aux Mongols, al-Saʿīd Barka Ḫān s’est coupé de ses grands émirs pour vaquer à ses plaisirs et à ses orgies. Quand Qalāwūn et ses compagnons se présentèrent devant la citadelle pour être reçus par le sultan et pour recevoir ses ordres, celui-ci ne les reçut pas parce qu’il était occupé à ses réjouissances22. Par ailleurs, les émirs qui attendaient devant la citadelle voyaient sortir des poètes ivres et entendaient la musique et les chants provenant des appartements du sultan al-Saʿīd Barka Ḫān23. Quand, le lendemain, ce dernier reçut les émirs, une discussion sèche eut lieu entre Qalāwūn et le sultan. Qalāwūn aurait dit al-Saʿīd Barka Ḫān : « Nous sommes venus avec toi croyant qu’avec ta présence on montrerait à nos ennemis la puissance de ton pouvoir ; nous ne t’avons pas amené pour admirer la Syrie24. » En conséquence, le mécontentement gagna ces grands émirs pour deux raisons. D’une part, ils se sentaient humiliés par l’attitude du sultan à leur égard, et, d’autre part, le sultanat mamelouk était en danger alors que al-Saʿīd Barka Ḫān ne semblait pas s’en préoccuper25. Le mécontentement a gagné Qalāwūn et ses mamelouks, c’est-à-dire ceux d’al-Malik al-Ẓāhir Baybars. La discorde a également gagné les mamelouks du sultan lui-même26. Outre cette insatisfaction, la politique du sultan al-Saʿīd Barka Ḫān a engendré une division au sein des Mamelouks, au point de les diviser en deux tribus, les mustaʿriba et les Tatares, qui se sont livrées à des conflits semant la confusion dans les rangs des émirs. L’un d’eux, l’émir Kawandak, s’est enfui ; il rejoignit Qalāwūn, lui décrivant une situation inacceptable et dénonçant le sultan al-Saʿīd Barka Ḫān auprès des émirs. Cette conjoncture a semé le doute sur l’attitude du sultan et provoqué la crainte des émirs de se voir limogés ou emprisonnés27. De plus, cette situation était de nature à fragiliser l’armée face au danger extérieur28, ce qui aboutit à un accord mamelouk pour regagner Le Caire, prendre la Citadelle et s’emparer du pouvoir. La mère d’al-Saʿīd Barka Ḫān tenta d’intervenir pour apaiser la situation, ce qui n’a pas empêché les émirs de Qalāwūn, ainsi que ceux du sultan défunt Baybars, de continuer leur chemin jusqu’au Caire29.

  • 30 Il est âgé de sept ans chez Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 173.

18Les événements vont alors se précipiter, car après un siège très court de la Citadelle du Caire où se trouvait le sultan, le grand cadi était présent pour enregistrer l’incapacité d’al-Saʿīd Barka Ḫān, sa destitution et son remplacement par son frère al-ʿĀdil Sulamiš, alors âgé de onze ans30, ce qui n’a pas satisfait les grands émirs qui ont refusé cette succession et exigé que Qalāwūn fût le sultan auquel ils obéiraient.

  • 31 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 50-51.

19Aux dires de Šāfiʿ b. ʿAlī, Qalāwūn fut obligé d’accepter ce choix pour dissiper le mécontentement et apaiser la discorde qui commençait à s’emparer du corps des mamelouks. Ainsi, Qalāwūn aurait été choisi par ses pairs pour succéder aux enfants de Baybars et pour servir le pays31.

Situation extérieure

20Au moment où al-Saʿīd Barka Ḫān s’adonnait à ses loisirs et assouvissait ses plaisirs, la Syrie, et derrière elle l’Égypte, était menacée par les Mongols. Ceux-ci sont présentés comme les ennemis de Dieu et leur marche sur le Bilād al-Šām n’attendait que le moment opportun. Or, ni al-Saʿīd Barka Ḫān, ni son frère, al-ʿĀdil Sulamiš, très jeune, n’avaient l’étoffe et la compétence pour organiser la défense du pays, le protéger du danger qui le guettait et chasser les Mongols loin du territoire syrien. C’est dans ces conditions que Qalāwūn fut présenté par son biographe comme un homme doté d’une grande sagesse, d’une grande expérience guerrière et d’un grand savoir en matière de guerre.

  • 32 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 55.

21Un peu plus tard, dans des messages envoyés aux chefs des tribus comme Aḥmad b. Muhannā, chef de la tribu des Banū l-Faḍl, et Aḥmad b. Ḥaǧǧī, chef de la tribu des Banū Mirā, pour les inciter à surveiller les voies, Qalāwūn les informait que Dieu lui avait accordé le pouvoir32.

  • 33 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52.

22Ainsi, toutes les conditions semblaient plaider en faveur de Qalāwūn pour qu’il devînt sultan : un contexte particulier marqué par le danger mongol aux portes du sultanat, le désintérêt et la négligence d’al-Saʿīd Barka Ḫān, l’incapacité du jeune al-ʿĀdil Sulamiš, et l’accord des émirs mamelouks sur la personne de Qalāwūn cautionné par la volonté divine de lui accorder le pouvoir. Selon Šāfiʿ b. ʿAlī, Qalāwūn n’a pas cherché à prendre le pouvoir par égard pour Baybars qui avait été son protecteur et par respect pour son gendre, mais du fait de la situation présente il n’a pas cherché le sultanat, c’est le sultanat qui lui échut. D’ailleurs, l’auteur souligne la facilité et la précipitation avec lesquelles les émirs ont prêté le serment d’allégeance au nouveau sultan33.

La politique de Qalāwūn

Dans le Bilād al-Šām

  • 34 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.

23La Syrie occupe une place de choix dans la politique de Qalāwūn et ce pour un ensemble de raisons. Tout d’abord, il s’agit d’une province exposée aux ennemis de l’époque, les Mongols et les Francs. C’est aussi un lieu d’exil ou de refuge pour les opposants au pouvoir du Caire. C’est enfin une région qui a un statut particulier, une vice-royauté, dont le gouverneur a un statut important, étant  , vice-sultan. C’est la raison pour laquelle la Syrie occupe une position centrale dans l’œuvre de Šāfiʿ b. ʿAlī. En effet, c’est grâce aux événements syriens que Baybars et, par la suite, Qalāwūn ont pu accéder à la magistrature suprême. On peut relever trois sources de difficultés qui ont été rencontrées par le sultan Qalāwūn au moment où il a pris le pouvoir. D’une part, les Mongols s’apprêtaient à envahir la Syrie et il fallait tout faire pour les arrêter, sinon les chasser des terres d’islam. D’autre part, les Francs étaient à Acre, ʿAṯlīṯ, Tyr, Saïda, Beyrouth, Tripoli et Ḥiṣn al-Marqab. Le traité de paix signé avec eux du temps du sultan Baybars arrivait à expiration. Une fois celui-ci expiré, tout devenait possible. Šāfiʿ b. ʿAlī nous informe qu’ils ont manifesté leur hostilité34. De plus, le sultan aurait reçu un message de Ǧuwān Ḫindaq, un des ses espions basé à Acre, dans lequel il disait que :

  • 35 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 86.

certains opposants menés par un grand émir, Sayf al-Dīn Aytamiš, ancien vice-sultan en Syrie au temps d’al-Malik al-Saʿīd Barka Ḫān, auraient demandé l’aide des Francs en leur promettant de leur rendre les différents châteaux et citadelles jusqu’à Jérusalem à condition de les aider contre Qalāwūn auquel ils ne sont pas prêts d’obéir et qu’ils projettent de tuer35.

  • 36 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 89-90.

24Cette information aurait poussé Qalāwūn, après sa victoire sur les Mongols, à assiéger Acre. À la suite de cela, les Francs furent obligés de reconduire les traités de paix signés auparavant avec Baybars36. La signature des traités de paix fut précédée d’une période de négociations visant à modifier l’ensemble des traités ratifiés auparavant dans l’intérêt du pouvoir mamelouk.

  • 37 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 161-162.
  • 38 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 141.
  • 39 La prise de Tripoli a eu lieu le 4 rabīʿ II 688/26 avril 1289 ; voir Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯ (...)
  • 40 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 177-178.

25Dans ce contexte agité, le sultan Qalāwūn a renouvelé une série de traités de paix avec les Francs d’Acre, avec quelques modifications territoriales37, puis avec les Hospitaliers qui étaient à Ḥiṣn al-Marqab38. Mais en l’année 684/1285, l’armée mamelouke commandée par Qalāwūn lui-même attaque les Hospitaliers et leur reprend Ḥiṣn al-Marqab. La même année, Qalāwūn reconduit la paix qui avait été signée entre al-Malik al-Ẓāhir Baybars et les Francs de Tripoli, mais ce fut une paix fragile, puisque Qalāwūn décida de conquérir Tripoli la même année où fut signé le traité39. Avec les royaumes francs, Qalāwūn a usé de trois procédés : la négociation, la menace et, par la suite, la conquête. D’ailleurs, à sa mort, son fils al-Ašraf Ḫalīl finit par achever la conquête de Acre, engagée par son père et que la mort de ce dernier avait empêché de réaliser. Al-Ašraf Ḫalīl met fin à la présence franque dans les pays de la côte40. Cela donne à Qalāwūn et à son fils l’honneur d’avoir accompli ce que leurs prédécesseurs n’avaient pu mener à bout.

  • 41 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.
  • 42 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.
  • 43 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 56-58.
  • 44 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 59.

26La Syrie abrite deux ennemis du pouvoir : le sultan destitué dont les soldats mènent des razzias jusqu’aux portes de la ville de Gaza41 et l’émir Sunqur al-Ašqar qui s’est rebellé et s’est autoproclamé sultan à Damas42. Face à une telle situation, le sultan Qalāwūn a usa de diplomatie, d’abord à l’égard d’al-Saʿīd Barka Ḫān, à qui il envoya un courrier lui rappelant ce qu’il avait fait pour asseoir son pouvoir quand il avait hérité de son père, puis la désignation de son frère, al-ʿĀdil Sulamiš, avec l’accord de leur mère, le tout pour éviter la discorde. Mais en vain. Qalāwūn fut obligé de prendre lui-même le pouvoir. Puis intervint un rappel à l’ordre assorti de menaces, ce qui obligea al-Saʿīd Barka Ḫān à s’excuser, mais son décès en 680/1279 mit fin à cette situation43. Šāfiʿ b. ʿAlī fait le récit des funérailles organisées par le sultan à cette occasion. Il le montre dans un état de tristesse au moment où il recevait les condoléances, alors qu’il était à Damas, comme si le défunt était l’un de ses proches les plus chers, et il aurait donné l’ordre aux princes de tout rang de suivre son cortège funèbre et de l’enterrer comme l’avait demandé sa mère, à côté de son père al-Malik al-Ẓāhir Baybars44. C’était l’image d’un prince clément et même généreux avec ses ennemis. Comment ne pouvait-il pas l’être avec ses sujets obéissants ?

27Le deuxième danger est représenté par Sunqur al-Ašqar, ancien compagnon (ḫušdāš) de Qalāwūn. Ils étaient tous les deux émirs ṣāliḥī en référence à leur maître (ustāḏ) ʿAlā’ al-Dīn al-Sāqī al-Ṣāliḥī. Sunqur al-Ašqar s’était autoproclamé sultan à Damas ; pour apaiser la peur de ce dernier, Qalāwūn envoya une série de lettres aux différents émirs pour lui garantir le respect et la confiance, mais aussi à Sunqur al-Ašqar pour lui pardonner sa dissidence. La condition était qu’il se repentît. Cependant, Sunqur al-Ašqar refusa de se soumettre. C’est alors qu’un détachement de l’armée commandé par ʿAlam al-Dīn Sanǧar al-Ḥalabī lui fut expédié avec un sauf-conduit au cas où le révolté accepterait de se repentir.

  • 45 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 65, 85.

28Mais Sanǧar al-Ḥalabī aurait choisi de s’allier avec les Mongols et de les inciter à le soutenir en envahissant la Syrie45. Ainsi Qalāwūn n’est plus face à un prince révolté, mais face à un traître en intelligence avec l’ennemi ; son combat n’est plus un combat pour le soumettre au sultan, mais la question est plutôt de défendre la Syrie contre un danger extérieur, même si ce dernier est soutenu de l’intérieur.

  • 46 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 89-92.
  • 47 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 91 ; Coran, 3 : 26.

29Cependant, usant de diplomatie et accordant des concessions, Qalāwūn réussit à amadouer Sunqur al-Ašqar et à le faire rentrer dans le giron du sultanat mamelouk en lui accordant un sauf-conduit et en lui reconnaissant une autorité sur la région de Ṣahyūn pour enfin le faire rentrer au bercail46. Šāfiʿ b. ʿAlī nous décrit la rencontre entre Qalāwūn et Sunqur al-Ašqar au cours de laquelle ce dernier non seulement s’excuse de sa désobéissance, mais reconnaît aussi l’autorité de Qalāwūn en citant un verset du Coran : « Ô Dieu, souverain de la royauté, tu donnes la royauté à qui tu veux et tu arraches la royauté à qui tu veux47. »

Attitude envers le monde extérieur

  • 48 Šāfī b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52.

30Plusieurs dispositions ont été prises par Qalāwūn, et d’abord celle d’annoncer son accession au pouvoir. Dès qu’il prit les rênes du pouvoir, des lettres furent dépêchées aux puissances de son époque afin de les informer du changement de règne : au souverain de la Horde d’Or du Qipčāq, aux différents rois francs et à tous ceux qui étaient liés avec les Mamelouks par des traités, comme Byzance48.

Politique mongole

31Parlant des guerres contre les Mongols, le biographe de Qalāwūn rappelle d’abord l’historique des guerres menées par ces derniers contre les territoires musulmans. Ce rappel est fait à partir de la page 79, c’est-à-dire après l’évocation des guerres de Qalāwūn et de ses victoires sur ce qu’il appelle « les ennemis de Dieu ».

  • 49 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 79-80.
  • 50 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 65-66.

32L’apparition des Mongols dans le dār al-islām est intervenue vers 615/121849. L’auteur rappelle les différentes expéditions mongoles, depuis la prise de Bagdad jusqu’à la bataille de ʿAyn Ǧālūt. Il rappelle aussi les exploits des prédécesseurs de Qalāwūn, non pour donner une leçon d’histoire, mais pour les comparer à l’œuvre de son maître. Par ailleurs, la menace mongole est soutenue par un prince réfractaire, Sunqur al-Ašqar, avec lequel la diplomatie n’a servi à rien. Bien évidemment, cette accusation serait de nature à discréditer un rival et à réduire ses soutiens parmi les émirs mamelouks et la population locale. L’image des Mongols n’est pas parmi les meilleures ; de plus, ils ne sont pas musulmans, ce qui rend l’acte de Sunqur al-Ašqar, s’il est véritablement attesté, doublement blâmable. La guerre contre les Mongols d’Iran, les Ilkhans, doit être aussi soutenue par tous : les tribus, les émirs du sultan déchu, l’armée mamelouke venue d’Égypte. Il est rappelé que le djihad est le devoir de tous. Šāfiʿ b. ʿAlī met le sultan Qalāwūn dans la position de celui qui puise dans le lexique religieux pour organiser la résistance : les Mongols sont les ennemis de Dieu, les chevaux des Mamelouks sont les chevaux d’Allāh, le djihad est un devoir pour chacun50.

  • 51 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 75-76.

33De plus, il use de diplomatie pour tenter d’enrayer le danger mongol : des lettres vantent le nombre de son armée, les compétences du nouveau sultan et son expérience. On essaye de retourner certains membres de l’armée mongole. Qalāwūn aurait réussi à avoir des informations précises sur les Mongols, de l’intérieur et même de leurs rangs. Šāfiʿb. ʿAlī rapporte une anecdote racontant qu’un jour, au moment de la bataille de Homs, une flèche tomba sur l’armée mamelouke au bout de laquelle était attachée une feuille informant le sultan de l’imminence d’une attaque mongole dont le but était de s’emparer de cent caisses contenant les trésors du sultan (chaque caisse contenait 5 000 dinars en or) appelé « ḫazīnat dīnār », ce qui permit au sultan de déjouer cette tentative51. En outre, le sultan s’est renseigné sur le nombre des soldats mongols, et toutes ses sources (prisonniers de guerre et espions) donnent unanimement le chiffre de 120 000 hommes.

34Malgré le chiffre avancé – qui semble être un chiffre symbolique : dans la littérature arabe, il est toujours question de 120 000 quand il s’agit d’une armée ennemie, et c’est un nombre à méditer – Qalāwūn a réussi à vaincre les Mongols à la bataille de Homs. Non seulement cette victoire militaire lui a permis d’asseoir son pouvoir à l’intérieur et de lui donner une légitimité supplémentaire, mais elle lui a permis d’humilier ses ennemis et de les obliger à demander la paix. Les poètes et les littérateurs ont chanté cette victoire, mais ce qui est plus important, c’est la signature de la paix après la conversion de Tegüder Aḥmad à l’islam. Celui-ci dépêcha, en 681/1282, une ambassade avec un double message, celui de sa conversion à l’islam et celui de sa volonté de signer la paix.

  • 52 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 107.
  • 53 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 111.
  • 54 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 109.
  • 55 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 74-75.

35Ce traité comporte deux points52. D’une part, la cessation immédiate des expéditions dans les régions frontalières avec un tracé comportant, comme limites du côté mamelouk, al-Raḥba, Alep, al-Bīra et ʿAyn Tāb. Un ordre fut donné à cet effet avec une demande de réciprocité53. D’autre part, l’ouverture de négociations pour donner au traité un contenu durable54. Qalāwūn sort de cet affrontement bardé de qualités : un stratège, puisqu’il a choisi le lieu de la confrontation ; un homme courageux, puisqu’il était dans la mêlée et qu’il a pu regarder ainsi se dérouler la bataille55.

36Il s’agit bien évidemment d’un texte destiné à construire une biographie idéale. Qalāwūn est sultan parce qu’il le méritait, son biographe a concentré chez lui tous les critères exigibles de quelqu’un qui mérite d’être sultan. Il est le sultan parfait. Par ailleurs, l’une des qualités souvent mise en exergue par Šāfiʿ b. ʿAlī est l’usage de la diplomatie pour résoudre les différends qui ont surgi sous son règne, surtout les premières années de celui-ci. La présence de plusieurs parties opposées à son intronisation, la destitution de son gendre et fils de son protecteur et compagnon, ont fait que l’auteur cherchait par différents moyens de le présenter sous la meilleure image : clément, doux, diplomate, généreux, même avec ses ennemis. Il avait des qualités qui correspondent à l’image brossée dans les textes sur les premiers califes musulmans. C’est comme si cela rappelait la trilogie de la conversion, la ḏimma ou la guerre. Et c’est le procédé employé à l’égard d’al-Saʿīd Barka Ḫān et de Sunqur al-Ašqar : le repentir, le siège et la menace par la force pour les remettre sur le droit chemin. C’est aussi la même technique de soumission utilisée face aux principautés franques de la côte syro-libanaise. En définitive, tout en Qalāwūn correspond aux critères non pas d’un émir, mais à ceux exigés chez l’imam, le chef de l’umma. Sa biographie fut construite pour qu’elle corresponde à un idéal théorique défendu par les fuqahā’, mais jamais en conformité avec l’histoire. Cependant, le but de ce texte était à la fois de l’insérer dans le genre adab sulṭānī – littérature sultanienne –, et de légitimer un sultan qui a usurpé le pouvoir. Dans sa gestion du quotidien, c’est la justice dans le traitement de ses sujets sur le plan fiscal.

37Un autre élément est assez explicite dans le texte : le poids de l’accusation de compromission avec l’étranger, surtout quand ce dernier est qualifié d’infidèle. C’est le cas de Sunqur al-Ašqar qui a incité les Mongols à envahir la Syrie pour soutenir son pouvoir. C’est aussi le cas de Kawandak, compagnon du sultan déchu al-Saʿīd Barka Ḫān, qui aurait incité les Francs à désobéir à Qalāwūn.

  • 56 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 175.
  • 57 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 175.

38Dans les deux cas, le texte use de techniques de propagande, on ne peut plus modernes, pour discréditer les opposants, mais aussi pour mettre en valeur le prince qui a fini par triompher de tous. Enfin, comparé aux sources de l’époque, le texte de Šāfiʿ b. ʿAlī est fiable dans son ensemble. Il l’est dans la mesure où la plupart des textes concordent pour donner une image positive de Qalāwūn à l’instar de Baybars al-Manṣūrī al-Dawādār qui nous dit que Qalāwūn est « de grande corpulence, parfait, noble et beau, il est le plus beau parmi les Turcs et le plus respectable. Il a une aura et une pudeur, ce qui le rend un roi craint et respecté56 ». Il est également décrit comme quelqu’un de clément, répugnant à faire couler du sang, parcimonieux en châtiment et rejetant le mal57.

39À travers la plupart des sources mameloukes, même si celles-ci divergent de la biographie dressée par Šāfiʿ b. ʿAlī sur quelques détails de sa vie et sur la manière dont il s’est emparé du pouvoir, Qalāwūn semble avoir été un sultan de grande valeur.

Bibliographie

Sources
Baybars al-Manṣūrī al-Dawādār, Zubdat al-fikra fī ta’rīḫ al-hiǧra, éd. Donald Richards, Beyrouth, Dār al-Našr al-Kitāb al-ʿarabī, 1998.

Ibn ʿAbd al-Ẓāhir , al-Rawḍ al-zāhir fī sīrat al-Malik al-Ẓāhir, éd. ʿA. al-ʿAzīz al-Ḫuwayṭir, Riyad, 1976.

Ibn Šaddād, ʿIzz al-Dīn, , Ta’rīḫ al-Malik al-Ẓāhir , éd. A. Ḥuṭaiṭ, Wiesbaden, Bibliotheca Islamica, vol. 31, 1983

Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, 5 vol., 1973.

Ibn Taġrī birdī, al-Nuǧūm al-zāhira fī mulūk Miṣr wa-l-Qāhira , Le Caire, Wizārat al-ṯaqāfa wa-l-iršād al-qawmī, vol. XI, s.d.

Maqrīzī (al-),  Kitāb al-sulūk li-maʿrifat duwāl al-mulūk, éd. M. M. Ziyāda, Le Caire, t. II, 1972.

Māwardī, Abū l-Ḥasan ʿAlī, (al-), [Kitāb al-Aḥkām al-sulṭāniyya], Les Statuts municipaux, ou règles de droit public et administratif , trad. E. Fagnan, Alger, 1915 ; réédition, Beyrouth, 1982.

Šāfiʿ b. ʿAlī,  al-Faḍl al-ma’ṯūr min sīrat al-Malik al-Manṣūr, Bodleian Library, Ms. Marsh 424.

al-Faḍl al-ma’ṯūr min sīrat al-Malik al-Manṣūr, éd. ʿAbd al-Salām al-Tadmourī, Beyrouth, 1998.

al-Faḍl al-ma’ṯūr min sīrat al-Malik al-Manṣūr , éd. P. b. Lewicka as  Šăfi Ibn ʿAli’s Biography of the Mamlouk Sultan Qalāwūn, Varsovie, Orientalia Polona, Academic Publishing House, Dialog, 2000.

Études
Ayalon, David, 1951:  L’esclavage du mamlouk, Jérusalem, Israel Oriental Society.

— 1996 : Le phénomène mamlouk dans l’Orient islamique, Paris, PUF.

Mansouri, Mohammed Tahar, 1992 : Recherche sur les relations entre Byzance et l’Égypte (1259-1453), Tunis.

Notes

1 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, Bodleian Library, Ms. Marsh 424.

2 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, 1998 [référence à cette édition dans cet article].

3 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, 2000.

4 On peut éventuellement penser aux biographies d’autres sultans, surtout celles de Baybars, voir à ce propos Ibn ʿAbd al-āhir, al-Rawḍ al-zāhir fī sīrat al-Malik al-Ẓāhir ; Sadeque 1956, p. 38-39 (texte arabe) ; Ibn Šaddād, ʿIzz al-Dīn, al-Rawḍat al-zāhira fī sīrat al-Ẓāhira, p. 78.

5 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 63-86.

6 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52, 59.

7 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 28, 52, 71. On sait très bien que sous les Mamelouks la meilleure des relations est celle du compagnonnage (ḫušdāšiyya) qui permet de tisser des liens entre Mamelouks déracinés qui ont perdu tout contact avec leur milieu d’origine. C’est ce qui fait que notre auteur attribue assez souvent à son oncle maternel ce qualificatif. Voir Ayalon 1951 ; Lewicka 2000, p. 140.

8 Ibn Šākir al-Kutubī, Fawāt al-wafayāt, p. 93-94.

9 Voir sa biographie dans les introductions des éditeurs cités ci-dessus et dans Ibn Taġrī birdī, al-Nuǧūm al-zāhira, p. 284-285 ; Maqrīzī, Kitāb al-Sulūk, t. II, p. 327.

10 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 199, note 5.

11 Sur cette expression, voir Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr (éd. 2000), p. 199, n. 5.

12 Al-Māwardī, al-Aḥkām al-sulṭāniyya, p. 7-8.

13 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.

14 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25

15 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 26.

16 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 26.

17 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.

18 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr¸ p. 25.

19 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 162-165.

20 Mansouri 1992, p. 35-36.

21 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38.

22 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38. Voir Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 163.

23 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 39.

24 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 40.

25 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 38-39. L’auteur nous livre une liste de grands émirs qui entouraient Qalāwūn et qui étaient mécontents de cette attitude: ʿAlam al-Dīn Sanǧar al-Ḥalabī, Badr al-Dīn Baysara al-Šamsī, Šams al-Dīn Sunqur al-Ašqar, ʿAlā’ al-Dīn Taybars al-Wazīrī, ʿIzz al-Dīn Aybak al-Afram, Badr al-Dīn Baylik al-Aydumür, Badr al-Dīn Baktaš al-Faḫrī émir Silāḥ, Šams al-Dīn Sunqur al-Massāḥ, Sayf al-Dīn Balaban al-Mustaʿribī, Šuǧaʿ al-Dīn Tuġril al-Šiblī.

26 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 41.

27 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 42-43.

28 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 41.

29 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 45-47.

30 Il est âgé de sept ans chez Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 173.

31 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 50-51.

32 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 55.

33 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52.

34 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.

35 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 86.

36 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 89-90.

37 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 161-162.

38 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 141.

39 La prise de Tripoli a eu lieu le 4 rabīʿ II 688/26 avril 1289 ; voir Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 149, n. 3.

40 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 177-178.

41 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.

42 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 53.

43 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 56-58.

44 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 59.

45 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 65, 85.

46 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 89-92.

47 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 91 ; Coran, 3 : 26.

48 Šāfī b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 52.

49 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 79-80.

50 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 65-66.

51 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 75-76.

52 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 107.

53 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 111.

54 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 109.

55 Šāfiʿ b. ʿAlī, al-Faḍl al-ma’ṯūr, p. 74-75.

56 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 175.

57 Baybars al-Manṣūrī, Zubdat al-fikra, p. 175.

Auteur

Faculté des lettres de La Manouba/Tunis

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540