Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe de l’émir Altountâch

Texte intégral

1Au cimetière de Bâb Ṣaghîr, monument funéraire du début du vie/xiie siècle, que l’épitaphe attribue à l’émir Altountâch.

  • 1 Répertoire, n° 2980.

2Texte : « Chahâda. Basmala. Ceci est la tombe de l’émir très illustre Nâsir ad-Dîn, la splendeur de la nation, aboû Manoûr Altountâch, fils de ‛Abd-allâh, at-Tâjî, décédé le 11 afar de l’année 514/12 mai 1120, que Dieu ait pitié de lui et... »1.

  • 2 Ibn Al-Qalanisî, Histoire de Damas (éd. Amedroz), année 541, Altountâch gouverneur de Sarkhad ; — H (...)

3Identification. — Le personnage inhumé porte un nom d’allure étrangère, fréquent à cette époque : les chroniques nous en offrent plusieurs exemples2, mais à des dates ne correspondant pas à celle qui est ici gravée et en outre avec une variante orthographique (Altountâch avec long). A défaut d’identification historique certaine, nous pouvons seulement supposer que l’émir Altountâch, dont la titulature honorifique répond bien aux usages du temps, appartint à la classe militaire d’origine turque qui dominait alors Damas ; peut-être fut-il dignitaire de la cour de l’atabeg Toghtegîn qui régna de 497 à 522 et fonda la dynastie Bouride. La nisba at-Tâjî, se rapportant d’après les usages de l’époque à un laqab honorifique en Tâj, semblerait indiquer qu’il eut pour maître avant son affranchissement le Seljouqide Aboû Sa’îd Toutouch b. Alp Arslân Tâj ad-Dawla (m. 471) ou qu’il appartint à la maison de Tâj al-Mo-loûk Bouri (m. 525).

4Description générale. — La forme même du cénotaphe règle la disposition de l’inscription et diminue l’importance des bandeaux épigraphiques qui se développent sur l’une des pentes d’un dos d’âne surmontant un socle mouluré (fig. 116). Un encadrement dentelé à courbes pleines et angles aigus sépare les lignes du texte en deux parties : la plus grande longueur de l’épitaphe se déroulant à l’intérieur de la surface délimitée par le galon géométrique, la formule de la chahâda ainsi que la fin de l’inscription restant à l’extérieur, c’est-à-dire dans les écoinçons. A l’écriture, d’un type peu ornemental, s’ajoute un maigre décor floral : fleurons épanouis au-dessus des lettres et rinceau de feuillage le long de l’encadrement supérieur.

Fig. 116. — Cénotaphe d’Altountâch : croquis du cénotaphe.

5Alphabet. — Les caractères sont d’une grande maladresse d’exécution : irréguliers, trapus et raides, ils constituent une suite d’empâtements indistincts. Ceci tient au manque d’élégance de leurs proportions : rapport de 1 à 5 entre-largeur et hauteur des alif. Les ligatures en arc sous la ligne de base l’alourdissent de manière disgracieuse sans rien ôter à la monotonie de son traitement : pas de hampes élancées, ni de queues montantes ; la plupart des terminaisons sont en biseau simple bien que certains caractères s’enrichissent d’un fleurissement plus ou moins développé de leurs extrémités.

6A observer le tableau alphabétique (fig. 117) c’est peut-être dans la variété des alif et des lâm, parfois d’une largeur constante, parfois épaissis dans le haut au point d’affecter une forme triangulaire, toujours de hauteur inégale, qu’apparaît le mieux l’absence de soin décoratif dans le tracé des caractères. Même remarque pour les caractères droits de type ou sîn. Les jîm et autres lettres à contre-courbure sont d’un dessin rigide, tandis que les dâl offrent une inflexion semi-circulaire à leur partie inférieure. Les queues des râ, ainsi que celles des sîn et des wâw, se distinguent surtout par leur forme en « virgule » sans aucun prolongement sinueux. Quant aux et lâm-alif, ils font preuve dans leur dessin d’un peu plus de recherche : forme en nœud des premiers dont la boucle monte aussi haut que la hampe qui la traverse, dessin croisé des autres qui s’agrémentent de brisures en retour d’équerre à leur partie supérieure ainsi que d’ornements horizontaux de part et d’autre de leur culot.

Fig. 117. — Cénotaphe d’Altountâch : tableau alphabétique.

7A travers ces types de lettres s’affirment les traits essentiels de l’écriture du cénotaphe d’Altountâch : évolution paléographique assez accentuée, style vigoureux, mais absence de qualité décorative.

8Eléments de comparaison. — Cette inscription se différencie nettement des bandeaux épigraphiques au riche décor précédemment analysés : son aspect plus pauvre s’explique aussi bien par un équilibre différent de la composition que par sa qualité technique inférieure. En dépit de leur épaississement et de leur irrégularité, certaines lettres conservent néanmoins le tracé-type que nous avons précédemment étudié : jîm à contre-courbure, dâl infléchi, en boucle, lâm-alif croisé à double retour supérieur sont à cet égard particulièrement significatifs.

  • 3 V. la liste des inscriptions antérieures à 497/1104 donnée in Florilegium de Vogué, 29-43, par Van (...)
  • 4 Tels sont, par exemple : inscription à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — insc (...)
  • 5 Inscr. à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — texte de construction du tombeau d (...)
  • 6 Inscr. à la Grande-Mosquée de Damas, texte de construction de Palmyre, décret de Noûr ad-Dîn (v. su (...)

9Il n’est point difficile de retrouver en Syrie des spécimens épigraphiques absolument comparables : ceux-ci appartiennent à l’ensemble d’inscriptions dont on qualifie habituellement le style de « coufique des Atabegs »3, mais qui datent parfois d’une époque un peu antérieure (domination des seldjoukides Toutouch, puis Doqâq) ; les textes que l’on met ainsi en rapport avec la dynastie des Bourides de Damas ne proviennent pas seulement de cette dernière ville, mais de différentes localités de la Syrie Centrale qui furent en leur pouvoir ou en celui de dynasties apparentées4. Quelle que soit la diversité de réalisation technique et artistique à laquelle ces spécimens paléographiques doivent un aspect plus ou moins élégant, ils mettent tous en œuvre le même procédé : remplissage de la surface inscrite à l’aide de caractères suffisamment épais. On peut même noter quelques formes de lettres absolument identiques à celles d’« Altountâch » : jîm assez raides, dâl obliques, en virgule5, tressés6.

  • 7 M. Van Berchem, Inscriptions arabes de Syrie, 22.
  • 8 Noter cependant l’apparition de en virgule sur l’inscr. de Badr al-Jamâlî à Bâb al-Fotoûh, G. Wi (...)

10L’écriture décorant le cénotaphe d’Altountâch s’apparente donc à nombre d’inscriptions syriennes de même époque et peut être caractérisée comme elles par « l’absence d’ornements et de queues en rinceaux »7. En revanche élargir hors de Syrie le champ d’investigation ne nous apporte aucune connaissance nouvelle et il n’est point en Egypte, Iran ni Haute-Mésopotamie d’inscriptions de style comparable. Les quelques analogies de formes de caractères (jîm à contre-courbure et en nœud par exemple) ne sont pas à retenir, car il s’agit de types de lettres appartenant déjà au répertoire commun du coufique ornemental syrien8.

  • 9 Cf. motif identique sur une épitaphe au cimetière des Ṣâliḥîn à Alep 525/ 1130-31 (supra, n. 313).

11Décor floral. —L’ornement floral se distingue par sa pauvreté d’invention ainsi que par sa discrétion (fig. 118). Les tiges qui se détachent des lettres, épaisses malgré leur souplesse, se poursuivent parfois en donnant naissance à deux ou trois enroulements. De petites dents en forme de bourgeons marquent chaque ramification, mais il n’existe que peu de vrilles, à peine indiquées par un renflement circulaire indistinct. Les fleurons sont de deux sortes : type symétrique de feuille simple trilobée en forme de trèfle, type asymétrique de feuille de profil nettement dérivé de la feuille d’acanthe. On distingue, au départ de la tige d’un hâ, un mouvement spirale qui rappelle certains motifs à « défoncement linéaire »9 (v. le final du mot ilaha sur la fig. 116). Enfin la ligne de feuillage qui se déroule entre le cadre polylobé de l’inscription et la partie supérieure du cénotaphe, suit exactement le tracé d’un rinceau et les ramifications qui s’y épanouissent offrent toutes le même dessin régulier dérivé de la feuille d’acanthe (fig. 116).

Fig. 118. — Cénotaphe d’Altountâch : fragments de l’inscription et schémas correspondants.

  • 10 Epitaphe de Baalbekk 477/1085 (supra, n. 401) ; — inscr. de la madrasa Sibâ’iya 488/1090 (supra, n. (...)
  • 11 Texte de construction et frise décorative au minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290 e (...)
  • 12 Bandeau décoratif au cénotaphe de la madrasa Chibliya 623/1226, supra, fig. 83 ; — bandeau de l’hôp (...)

12Eléments de comparaison. — C’est encore parmi les spécimens du « coufique des Atabegs » que nous découvrons en Syrie un même fleurissement restreint des caractères. Le décor est fait de motifs trop peu individualisés pour qu’on puisse chercher à chacun d’eux des points de comparaison précis, mais la simplicité des fleurons à peine découpés et sans valeur artistique, l’emploi du rinceau comme support de chaque arabesque, ainsi qu’une même infériorité de l’ornement par rapport au texte écrit sont reconnaissables sur quelques exemples précis10. D’aspect différent apparaît au contraire, sur certaines inscriptions d’Alep, un fleurissement des caractères au style plus libre et plus riche avec terminaisons asymétriques11. Quant au rinceau de feuillage, on peut lui comparer certains bandeaux à motifs d’acanthe des monuments ayyoubides de Damas12.

  • 13 E. Herzfeld, Ars Islamica, IX, 46-48, cite : porte de Noûr ad-Dîn au maristân al-’atîq d’Alep 545/1 (...)
  • 14 Cadre sculpté à la citadelle de Damas entre tour Sud-Est et tour Sud, non daté : E. Herzfeld, Ars I (...)

13Un autre élément significatif de la décoration est constitué, en sus de l’ornement floral, par le cadre polylobé qui servait aussi d’entourage à l’épilaphe de Badr ; au même style appartient la suite de moulures ornant le socle du cénotaphe. C’est déjà le profil dentelé que E. Herzfeld considère comme typique de l’architecture ayyoubide à Damas en se fondant sur plusieurs exemples datant de cette époque13 ; deux encadrements de textes épigraphiques en particulier sont très proches de celui d’Altountâch14 ; le type de la ligne à redans aigus se retrouve aussi dans le dessin de galons géométriques mêlés à des arabesques comme dans les panneaux du minbar du Jâmi‛ Noûri à Hama.

  • 15 F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeotogische Reise, passim, part, profd de niche à Takrit 660/1261-2 : (...)
  • 16 Inscr. historique de Badr al-Jamâlî à la mosquée Joyoûchi 478/1085 {supra, n. 304) ; — inscr. hist. (...)

14Hors de Syrie ce profil dentelé n’était point inconnu. Nous en retrouvons des exemples en Irak15, sur des monuments d’ailleurs trop tardifs pour que nous en puissions tirer autre chose qu’une indication ; retenons seulement que ce motif resta en faveur dans les pays dominés par les Turcs. Quant au décor floral appauvri caractéristique du « coufique des Atabegs », on en relève un mode d’utilisation analogue sur les inscriptions historiques d’Egypte postérieures à l’époque de Badr al-Jamâlî16

15Conclusion. — Datant de la même année que le coufique du cénotaphe de Badr, le sobre coufique de l’épitaphe d’Altountâch s’en distingue essentiellement par l’absence de ce décor floral « à rinceau ondulé » que nous avons remarqué sur la plupart des bandeaux épigraphiques précédents. Cependant, malgré l’ordonnance nouvelle de l’ensemble, le style paléographique reste le même et les formes de caractères appartiennent bien à un répertoire alphabétique commun ; seul a disparu le souci artistique qui enrichissait l’arabesque ornementale juxtaposée à l’écriture. Si les caractéristiques de cette inscription ont déjà été définies à propos d’exemples contemporains rangés sous le nom de « coufique des Atabegs », cette dernière dénomination nous paraît trop exclusive, car, à l’époque des dynasties turques où ce style s’est manifesté, l’usage du coufique ornemental n’en persistait pas moins.

Notes

1 Répertoire, n° 2980.

2 Ibn Al-Qalanisî, Histoire de Damas (éd. Amedroz), année 541, Altountâch gouverneur de Sarkhad ; — H. Cr. Or. II, 32, 46 : un émir Altountâch al-Abra est cité successivement en 502/1108-9 et en 516/1122 ; — ibid. III, 7331 : en 503/1113-4 mise à mort par Tâj ad-Dawla Alp Arslân d’un esclave de son père nommé Altountâch.

3 V. la liste des inscriptions antérieures à 497/1104 donnée in Florilegium de Vogué, 29-43, par Van Berchem, qui les lie directement aux inscriptions Bourides de Damas.

4 Tels sont, par exemple : inscription à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — inscr. de Baalbekk 477/1084 : Répertoire, n° 2748 ; al-Machriq, III, 38 ; — inscr. de la madrasa Sibà’iya à Damas (auj. jâmi’ al-kharrâtîn) appelé à tort inscr. de la mosquée Darwichiya 488/1090 : Répertoire, n° 2860 ; M. Van Berchem, Arabische Inschriften, n° 190, fig. 25 et 26 ; J. Sauvaget, Syria, 1944-5, 213 ; — texte commémoratif à la mosquée de Khâlid b. al-Walîd à Damas, s. d. : Répertoire, n° 2918 ; E. Herzfeld, Ars Islamica X, fig. 28 ; — texte de construction au tombeau de Safwat al-Molk à Damas 504/1110-1 (supra, n. 292) ; — texte de restauration à la mosquée de Bosra 506/1112-3 : Répertoire, n° 2591 ; J. Sauvaget, Syria, 1941, 53-65 ; — texte de construction de Toghtegin à Damas 521/1126-7 (supra, n. 296) ; — texte de construction à Palmyre 527/1132-3 (supra, n. 295) ; — texte de fondation de l’atabeg Mahmoud à Damas, 529/1134-5 : Répertoire, n° 3072 ; M. Van Berchem, Epigraphie des Atabegs à Damas, n° 5, p. II ; — texte de construction de Zengi à Baalbekk 537/1142 : Répertoire, n° 3111 ; M. Sobernheim, Zeitschrift des deutchen Palast. Vereins, XXVII, pl. VII ; — inscr. de l’émir Onor à Bosra 544/1149 (supra n. 390).

5 Inscr. à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — texte de construction du tombeau de Safwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292) ; — texte de construction de Toghtegin à Damas 521/1126-7 (supra, n. 296) ; — texte de construction à Palmyre 527/ 1132-3 (supra, n. 295) ; décret de Noûr ad-Dîn 551/1156 (supra, n. 295).

6 Inscr. à la Grande-Mosquée de Damas, texte de construction de Palmyre, décret de Noûr ad-Dîn (v. supra, n. 402).

7 M. Van Berchem, Inscriptions arabes de Syrie, 22.

8 Noter cependant l’apparition de en virgule sur l’inscr. de Badr al-Jamâlî à Bâb al-Fotoûh, G. Wiet, Bull, Inst. Eg., XXIV, 1941-2, pl. III-VII.

9 Cf. motif identique sur une épitaphe au cimetière des Ṣâliḥîn à Alep 525/ 1130-31 (supra, n. 313).

10 Epitaphe de Baalbekk 477/1085 (supra, n. 401) ; — inscr. de la madrasa Sibâ’iya 488/1090 (supra, n. 401) ; — texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292) ; — texte de construction de Toghtegin à Damas 521/1126-7 (supra, n. 296) ; — texte de construction à Palmyre 527/1132-3 (supra, n. 295).

11 Texte de construction et frise décorative au minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290 et 299) ; — entablement de la madrasa Cho’aibiya 545/1149 (supra, n. 290).

12 Bandeau décoratif au cénotaphe de la madrasa Chibliya 623/1226, supra, fig. 83 ; — bandeau de l’hôpital d’al-Qaymari 656/1258 : J. Sauvaget, Rev. Arts Asiatiques, 1934, fig. 6.

13 E. Herzfeld, Ars Islamica, IX, 46-48, cite : porte de Noûr ad-Dîn au maristân al-’atîq d’Alep 545/1150-549/1154 : ibid. fig. 32 ; J. Sauvaget, Rev. Et. Islam., 1931, n° 17, pl. VI ; — moulure de la façade à la madrasa al-’Adiliya al-kobrà de Damas 567/1172-619/ 1222 : ibid. fig. 30 ; — moulures et encadrement décoratif au minaret de la mosquée de Ma’arrat an-No’mân 565/1169 : Ars Islamica, X, fig. 63 ; — Bâb al-khandaq à Damas datant d’al-Malik al-’Adîl : ibid. fig. 31 ; — on peut ajouter : minaret du jâmi’ ad-Dabbâgha al-’atîqa à Alep, XIIIe s. : J. Sauvaget, Rev. Et. Islam., 1931, n° 28, pl. VIII ; — mosquée des Hanbalites à Damas av. 610/1213 : Ars Islamica XIII-XIV, 121, fig. 8 ; — tombeau de Qa-ratcha à Damas (inédit) et moulure décorant la porte intérieure de Bâb al-Faraj à Damas 637/1239 (inédite).

14 Cadre sculpté à la citadelle de Damas entre tour Sud-Est et tour Sud, non daté : E. Herzfeld, Ars Islamica, IX, fig. 34 ; — cadre d’une inscription d’az-Zâhir Ghâzî à Alep, cimetière des Sâlihîn 594-1198 : Répertoire, n" 3506.

15 F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeotogische Reise, passim, part, profd de niche à Takrit 660/1261-2 : I, 222, fig. 110-2 ; — décoration du mausolée d’Imâm Doûr, avant 660 : I, 232, fig. 120.

16 Inscr. historique de Badr al-Jamâlî à la mosquée Joyoûchi 478/1085 {supra, n. 304) ; — inscr. hist. du même à Bâb al-Fotoûh 480/1087 : Répertoire, n° 2762 ; M. Van Berchem, J. AS., 1891, 17, pl. IV ; G. Wiet, Bull. Inst. Eg., XXIV, 1941-2, pl. III à VIL

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search