Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe de Bilâl

Texte intégral

  • 1 Signalé par F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 275, qui le datent du temps des Bou (...)

1Au cimetière de Bâb Ṣaghîr, cénotaphe de bois sculpté dans un mausolée1 Le cénotaphe, dont nous n’avons pu étudier qu’un fragment, doit être considéré comme contemporain de celui de Sokaina. Il est d’ailleurs accompagné d’une épitaphe sur plaque de marbre, dont le style paléographique, tout proche de celui de Ka’b, remonte vraisemblablement à une date voisine (première moitié du vie/xiie siècle).

  • 2 Cf. A. Talass, Les mosquées de Damas, 198 ; texte incomplet, ajouter ibn llamâma après Bilâl (fin 2 (...)
  • 3 V. Enc. Isl. s. Bilâl. Liste bibliographique des traditions arabes dans L. Caetani, Cronografia Isl (...)
  • 4 Cf. An-Nawawî, Tahdîb, 176 (cf. Description, 1896, 1, 415).
  • 5 Ibn Jobaïb, Rihla, 278-9 (passa à Damas en 580/1185) ; al-Harawî (mort en 611/1214), Kitâb az-Ziyàr (...)
  • 6 Ibn Jobaïr, Rila, 279 ; Ibn Châkir, dans Description, 1896, 1, 391.

2Identification. — L’identification du tombeau est assurée par l’épitaphe coufique, encore visible aujourd’hui2 Il appartient à un personnage connu des premiers temps de l’Islam. Bilâl b. Rabâh fut un des Compagnons du Prophète et seon premier muezzin ; il accompagna Aboû ‘Obaida dans sa campagne de Syrie et les traditionnistes s’accordent généralement pour le faire mourir en 20/641 à Damas où il aurait été enterré3. Une tradition différente cependant, qui remonterait à as-Sam’ânî, le range parmi les personnages enterrés à Médine4. Le tombeau est signalé par les voyageurs et polygraphes à partir de la fin du vie/xiie siècle5 ; deux d’entre eux déclarent avoir vu l’épitaphe portant le nom de Bilâl6.

3Description générale. — Le fragment dont nous possédons une reproduction nous permet d’entrevoir la disposition générale de l’ensemble : ligne d’écriture échappant à la contrainte des limites d’un bandeau et se développant librement sur un fond orné.

4Alphabet. — A défaut d’un tableau alphabétique, il est possible d’observer quelques caractères utilisés dans cette inscription (fig. 123). Leurs proportions épaisses (rapport de 1 à 8 entre largeur et hauteur des alif) s’accompagnent d’un traitement assez bombé ainsi que d’une parfaite régularité du dessin ; leurs extrémités sont en forme de biseaux arrondis avec une fente qui leur donne l’aspect de terminaisons bilobées. Des ligatures en arc de cercle marquent la ligne de base tandis que des fleurons directement issus des lettres agrémentent un ‘ain et un final ; la queue assez courte d’un mîm final s’effile pour se terminer par une ébauche de vrille. Remarquons en outre les formes du sîn aux dents inégales de hauteur décroissante, du ‘ain trilobé, du mîm et du wâw à pointe orientée vers la gauche, du initial enfin dont la hampe se recourbe vers la droite après avoir passé au travers d’une boucle arrondie. Tous ces types de lettres correspondent bien à ceux que nous avons observés déjà sur le cénotaphe de Sokaina et l’identité des est particulièrement manifeste.

Fig. 123. — Cénotaphe de Bilâl : quelques caractères de l’alphabet.

  • 7 Supra, 129 et n. 258 (madrasa Mâridâniya et hôpital de Noûr ad-Din) ; cf. la Grande-Mosquée de Hama(...)
  • 8 J. Sauvaget, supra, 129.
  • 9 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103-04 (supra, n. 292) ; — linteau de la mosquée des Hanbalites 610 (...)

5Décor floral. — La surface du cénotaphe est couverte d’une suite de lignes continues et parfois spiralées, incisées peu profondément dans le bois et donnant naissance à deux séries de dessins négatifs et positifs qui correspondent exactement les uns aux autres (fig. 124). L’absence de tige et de tout espace nu en fait un type d’ornement à rapprocher du « premier style » de Samarra et de ses manifestations plus tardives sur les œuvres égyptiennes d’époque toulounide et fatimide. Or le véritable « décor à défoncement linéaire » fut bien connu à Damas au temps de Noûr ad-Din7 par des œuvres qui ne devaient dériver « de l’art de Samarra que d’une manière indirecte, par l’intermédiaire de l’art de la Haute-Mésopotamie »8. Si l’on a pu expliquer ainsi les échantillons de ce genre que conservent les monuments de Damas et d’Alep, il est difficile d’appliquer semblable formule aux panneaux du cénotaphe de Bilâl qui ne répondent pas exactement à la même inspiration. A considérer le détail même du dessin, nous distinguons en effet une sorte de palmette aux extrémités roulées en volute, dont nous trouvons l’équivalent sur des ornements damascains plus anciens sculptés sur bois9. Quelques formes de feuilles asymétriques donnent à l’ensemble un aspect nettement floral qui le distingue de la composition géométrique des défoncements linéaires ; une autre opposition tient à l’absence (autant que nous en pouvons juger) de galon géométrique mêlé à la composition ou servant à la délimiter (v. fig. 124).

Fig. 124. — Cénotaphe de Bilâl : fragments du décor floral.

6Il est alors intéressant de comparer l’ornementation du cénotaphe de Bilâl à celle de « Sokaina » : nous nous trouvons en présence d’inscriptions paléo-graphiquement voisines, se détachant également sur un décor couvrant. Plutôt que d’opposer « défoncement linéaire » et « entrelacs des tiges » dont les principes décoratifs différents sembleraient dominer dans l’un ou l’autre cas, notons que le caractère végétal de la stylisation crée entre eux une véritable unité ; un point de rapprochement très net est même marqué sur « Bilâl » par la superposition d’une arabesque libre en relief sur le fond déjà décoré. Deux décors de ce genre pourront coexister d’ailleurs sur la maqsoûra de Bâb al-Mosallâ, comme ils se rencontreront plus tard sur le minbar du Jâmi’ Noûrî de Hama.

7Conclusion. — Ainsi il existe une réelle parenté entre les épitaphes de Bilâl et de Sokaina, quelque différent que soit le mode de sculpture de leurs surfaces ornées. Tout nous incite à les situer aux alentours de la date précise fournie par la décoration de la maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ. Il serait vraisemblable que le cénotaphe de Bilâl soit le plus tardif et annonce le « décor à défoncement linéaire » de la fin du vie/xiie siècle, cependant tous deux témoignent d’une même influence, non zeugide, mais orientale et sans nul doute irakienne.

Notes

1 Signalé par F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 275, qui le datent du temps des Bourides (497/1103-4 à 533/1138), et Répertoire, n° 3093 bis. Sur le mausolée, v. A. Talass, Les mosquées de Damas, 198 et E. Herzfeld, Ars Isidmica, XI-XII, 13-14. Le cénotaphe, actuellement inaccessible, est recouvert d’un coffrage de bois qui ne laisse apparaître que l’épitaphe.
Ne pas confondre le tombeau de Bilâl al-Habachî le muezzin avec le mausolée de Sidi Bilâl, situé à Damas en dehors de Bâb Kaisân (Damaskus K. 8, 1).

2 Cf. A. Talass, Les mosquées de Damas, 198 ; texte incomplet, ajouter ibn llamâma après Bilâl (fin 2° et début 3° ligne).

3 V. Enc. Isl. s. Bilâl. Liste bibliographique des traditions arabes dans L. Caetani, Cronografia Islamica, 1, 230-1. V. part. Ibn ‘Asâkir (omis par Caetani) III, 301-10 ; Ibn al-Atîr, Ousd al-Ghâba, 1, 206.

4 Cf. An-Nawawî, Tahdîb, 176 (cf. Description, 1896, 1, 415).

5 Ibn Jobaïb, Rihla, 278-9 (passa à Damas en 580/1185) ; al-Harawî (mort en 611/1214), Kitâb az-Ziyàrât, ms. Paris ar. n° 5975, f° 10 b ; al-Harawî mentionne aussi une tombe de Bilâl à Alep (f° 4 b), assertion reprise par Ibn Chaddâd et Ibn ach-Chihna (v. J. Sauvaget, Les perles choisies, Beyrouth, 1933, 81) ; Ibn Khallikân, Biographical Dictionary, trad, de Slane, III, 180, texte arabe, II, 405 ; Ibn Châkir, dans Description, 1896, 1, 390-1.

6 Ibn Jobaïr, Rila, 279 ; Ibn Châkir, dans Description, 1896, 1, 391.

7 Supra, 129 et n. 258 (madrasa Mâridâniya et hôpital de Noûr ad-Din) ; cf. la Grande-Mosquée de Hama (Enc. Isl. s. Arabesque, pl. II, 2 et 4 et Ars Islamica, X, fig. 74).

8 J. Sauvaget, supra, 129.

9 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103-04 (supra, n. 292) ; — linteau de la mosquée des Hanbalites 610/1213 : Monuments, n° 90 ; Rcv. des Arts Asiatiques, 1934, pl. XVII d.

Table des illustrations

Légende Fig. 123. — Cénotaphe de Bilâl : quelques caractères de l’alphabet.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 124. — Cénotaphe de Bilâl : fragments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.