Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe de Sokaina, fille d’al-Ḥosain

Texte intégral

1Monuments, n° 18.

  • 1 E. de Lorey et G. Wiet, Syria, 1921, 221-5 ; Répertoire, n° 3195 ; G. Contenau, Syria, 1924, 207, p (...)

2Cénotaphe en bois sculpte, orne d’inscriptions en coufique ornemental, provenant d’un mausolée du cimetière de Bâb Ṣaghïr et découvert en même temps que celui de Fâṭima1.

3Epitaphe : « Basmala. Ceci est la tombe de Sokaina, fille d’al-osain, fils de (‘A)li, fils d’Aboû âlib — que les bénédictions de Dieu soient sur eux, en totalité et sur leur pure famille. »

4Signature du sculpteur : « Ceci est l’œuvre de Muammad, fils d’Amad fils de ‘Abd-allâh — que Dieu lui fasse miséricorde. »

  • 2 G. Wiet, CIA Eg. II, 33, n° 1 a propos de l’épitaphe de Sayyida Nafisa (208 H.), ou il est égalemen (...)

5Versets coraniques : Coran, 2, 256 Verset du trône) ; — Coran, 33, 44-45 (Verset à la gloire du Prophète) ; — Coran, 33, 33 (fin) (Verset « cité souvent à propos des parentes de Mahomet »2) ; — Coran, 33, 40 (Verset à la gloire du Prophète).

  • 3 Dimensions : 2,65 m. de long, 1,50 m. de large, 0,74 m. de haut.
  • 4 E. de Lorey et G. Wiet, Syria, 1921, 221-6, « panneau place a l’est par erreur lors de la restaurat (...)

6Ces textes qui occupent toute la surface du cénotaphe y sont repartis différemment : I) petit bandeau épigraphique a la partie supérieure sépare du panneau principal par un « mince listel » (Coran, 2, 256 et 33, 44-45) ; — II) large motif de l’épitaphe qui se développe sur toute la hauteur de chaque panneau ; — III) ligne intermédiaire en caractères moyens (Coran, 33, 33 et 40) qui rythme la composition a mi-hauteur des hampes de l’épitaphe. Le même procède d’ornementation est utilise sur les diverses faces du coffre3, remontées en leur état actuel de manière arbitraire4.

  • 5 V. Enc. Isl. s. Sokaina (art. documente de H. Massé) ; sur les sources, L. Caetani, Cronografia isl (...)
  • 6 Cf. la formule fréquente sur les inscriptions fatimides Ṣalawât Allâhi ‘alâ âbâ’-ihi a-âhirîn ou (...)

7Identification. — Nous avons affaire ici a un personnage historique bien connu5, membre de la famille du Prophète ainsi que le dit l’épitaphe de saveur chiite6. Femme célèbre de l’Islam, réputée pour ses talents, sa beauté et ses nombreux mariages, elle mourut en 117/735 a Médine selon la plupart des chroniqueurs.

  • 7 Ibn Jobaïr, Rila, 281 : « Dans le cimetière qui se trouve a l’ouest de la ville, tombes de membres (...)
  • 8 Ibn ‘Asâkir, I, 224, cf. Description, J. As. 1896, I, 387, 390-1, 450-1 ; 1895, II, 446.
  • 9 An-Nawawi, Tahîb, 211-2, cf. Description, J. As. 1896, I, 414.

8Sur l’emplacement de son tombeau, comme l’ont indiqué E. de Lorey et G. Wiet, les renseignements ne concordent pas. A la tradition qui le situe a Médine s’opposent en effet les témoignages des voyageurs qui passèrent a Damas au xiie siècle7 et ceux des historiographes de la ville depuis Ibn ‘Asakir8. An-Nawawi, compilateur du viie/xiiie siècle, résume ainsi les données du problème : « On dit que (Sokaina) retourna a Damas et que son tombeau s’y trouve. L’exactitude, conforme au dire du plus grand nombre, est qu’elle mourut a Médine »9. Mais aussi douteuse que soit la tradition de la mort de Sokaina a Damas, on peut affirmer, d’après les auteurs précédemment cites, que le monument actuel a toujours été rattache a la célébrité posthume de la petite-fille de ‘Ali.

  • 10 Reproductions photographiques dans Syria, 1921, pl. XXVII, I ; — R. Grousset, Civilisations de l’Or (...)

9Description générale. — Sur les trois panneaux que nous avons pu étudier en détail10 l’ornement épigraphique attire d’abord l’attention par la grande taille des caractères et le relief de leurs surfaces nues ; le rôle du décor floral reste cependant essentiel puisque ses entrelacs recouvrent entièrement le fond de la composition. La disproportion entre les tiges minces du décor « tapissant » et les lettres monumentales n’empêche pas que les unes et les autres aient été sculptées suivant la même technique et se détachent avec une égale netteté sur un champ profondément évide. Cette vigueur de l’incision produit un effet d’ombre dans les creux qu’attenue malheureusement l’échelle réduite du trace de l’arabesque. L’unité du mode de relief adopte pour l’ensemble est encore marquée par d’autres faits : les filets du décor s’entremêlent a l’écriture qu’ils recouvrent souvent et certains fleurons naissent des extrémités des caractères, sans que ce procédé ait rien de commun avec celui du coufique fleuri « fatimide ».

Fg. 120. — Cénotaphe de Sokaina, panneaux B (en haut) et C (en bas) : schéma du décor floral.

10La complication des enroulements est telle qu’il est nécessaire de recourir a un schéma pour en distinguer le trace régulateur (v. fig. 120). Deux modes différents de composition se distinguent alors. Dans le bandeau épigraphique supérieur (ligne I), l’arabesque dessine au-dessus de l’écriture une ligne onduleuse continue, proche parfois du rinceau, mais variant le plus souvent en fonction de l’ordonnance irrégulière des mots qu’elle accompagne. Pour le grand panneau (lignes II et III), le principe est plus géométrique et deux séries de figures, correspondant chacune a un registre inscrit, déterminent le décor : une suite de courbes proches du rinceau au niveau du texte II, un dessin forme par deux lignes ondulées se croisant a intervalles réguliers au niveau du texte III. Sur le panneau B ces deux systèmes distincts suffisent a compartimenter le vaste champ libre que meublent ensuite des entrelacs aussi souples que gracieux ; il en va presque de même sur la face A ou des floraisons mêlées occupent un espace reste vide au-dessus de l’ensemble III ; mais sur le panneau C apparait a deux reprises un nouveau système de rinceaux développé parallèlement au cadre supérieur. A la diversité de ces traces schématiques sur chaque panneau correspondent d’ailleurs des procédés décoratifs un peu différents. Ces observations sur l’épure constructive qui servit de base a l’ornement floral ne font que mieux ressortir l’indépendance avec laquelle il se juxtapose au texte calligraphique, tout en permettant de distinguer bandeau épigraphique supérieur (ligne I) et surface principale (lignes II et III).

11Alphabet. — L’écriture de la ligne I, la moins chargée d’ornements en raison de sa petite taille, fait pourtant preuve de souplesse dans le dessin des caractères. Les proportions inferieures au rapport de 1 a 10 entre largeur et hauteur de lettres verticales enlèvent a l’ensemble de son élégance ainsi que le raccourcissement de certaines hampes, du a l’étroitesse du bandeau. Les ligatures a la ligne de base sont toutes semi-circulaires ; les lettres se terminent par un biseau supérieur légèrement incurve sur le panneau A ou par un épanouissement bilobé sur les panneaux B et C ; quant a leurs queues, jamais montantes, elles s’effilent jusqu’a ce qu’elles rencontrent la bordure inferieure. Sur le panneau C l’on remarque en outre pour cette ligne une disposition plus irrégulière des caractères dont certains sont rejetés au-dessus de la ligne d’écriture ; peut-être le sculpteur fut-il gêné pour inscrire le verset coranique en son entier dans l’espace qui lui restait.

Fig. 121. — Cénotaphe de Sokaina : tableau alphabétique (grands caractères : ligne II, caractères moyens : ligne III, petits caractères : ligne I).

12L’écriture de la ligne II fait un violent contraste avec celle de la ligne I puisque sa qualité dominante est au contraire l’élégance monumentale. Les caractères élancés et rigides ont une largeur en rapport de 4 a 42 avec leur hauteur et la simplicité d’allure que leur vaut leur grande taille est compensée par des recherches supplémentaires : par exemple mince rainure soulignant leurs contours. Varies dans leur disposition, de manière a repartir uniformément les accents décoratifs sur tout le pourtour du cénotaphe, ils offrent des terminaisons montantes nombreuses et leur ligne de base s’allège et se rythme d’inflexions semi-circulaires ; de plus quelques mots s’inscrivent un peu plus haut que les autres. Les extrémités supérieures, comme celles des caractères du bandeau I, sont parfois bilobées sur les panneaux B et C, tandis que sur le panneau A les biseaux sont simplement incurves.

13Enfin la ligne III, profitant uniquement pour se développer des champs vides entre les lettres hautes de la ligne II, offre des caractères de trace plus irrégulier. Inégaux de taille et de proportions, souples avec des queues tantôt courtes et tantôt montantes, ils se terminent presque partout en biseaux.

14L’observation d’un tableau alphabétique (v. fig. 121), disposant cote a cote, selon leurs dimensions respectives, les caractères de ces trois ensembles épigraphiques, nous permet des remarques plus précises.

Fig. 121. — Cénotaphe de Sokaina : tableau alphabétique (suite).

15Les lettres verticales, alif, lâm, bâ, sîn et noûn se terminent a des hauteurs variables sans offrir de raffinements décoratifs particuliers. Notons cependant que certains alif de la ligne I descendent jusqu’a la limite inferieure du bandeau ou marquent une pointe vers la droite au lieu de débuter uniformément comme ceux des autres lignes par un angle droit. De même un final (n° 2 a) de la ligne I est seul a s’orner d’une inflexion semi-circulaire, tandis qu’un (n° 2 b) de la ligne III prend faute de place l’allure d’un a queue courte. Les jîm sont au contraire d’une originalité remarquable. Au lieu de s’élever selon une contre-courbe harmonieuse, ils se replient sur eux-mêmes en formant une boucle trapézoïdale par laquelle repasse leur hampe oblique et rigide ; cette hampe, a peine incurvée a son extrémité, ressemble a celle des ṭâ et des kâf de la même inscription. Le dessin des jîm est d’autant plus significatif qu’il suggère, sous la richesse de son entrelacement, le schéma des premiers jîm coufiques. On ne trouve dans la ligne II que ce type de jîm tresses ; nous les remarquons aussi a la ligne I, ou leur hampe réduite change un peu l’équilibre de la lettre, a cote d’autres jîm du type ancien le plus simple (no s 3 a et b). Les dâl de dimensions variables n’apparaissent que sur la ligne I et se caractérisent presque tous par une forme infléchie. Les râ, auxquels on peut joindre les noûn et les wâw, présentent dans la ligne II des queues montantes et rigides qui traversent obliquement la largeur du panneau sans aucun amincissement au niveau de leur courbure inferieure. Dans la ligne III leur dessin s’avère fort différent par sa sinuosité même. Quant a la ligne I, aucune queue montante n’y vient surcharger la surface restreinte du bandeau : les lettres susceptibles de présenter cette variante décorative se terminent toutes par une pointe effilée avec petit repli en forme de vrille a son extrémité (même forme de queue pour un sâd et quelques mîm, no s 13 a et b). Les ‘ain trilobés sont dessines par un croisement rigide de la ligne d’écriture. Les fâ, mîm et wâw ont une forme pointue, a contours légèrement creusés, et, si un mîm de la ligne II est parfaitement rond (n° 13 c), un autre, asymétrique, se termine par un fleuron pose a droite (n° 13 d). Les se replient anguleusement sous l’horizontale de base. Les sont tresses selon un principe analogue a celui des jîm, mais s’en distinguent avec netteté grâce a deux traits : emploi de lignes courbes et orientation de la hampe terminale en sens contraire, c’est-a-dire vers la droite. Ceux des lignes II et III s’ornent d’un petit fleuron a l’un de leurs angles (nos 15 a, b et c). Sur la ligne I nous remarquons plutôt ceux dont le nœud souple affecte une forme de huit (n° 15 d) ou ceux dont la boucle se termine par un dessin trilobé (n° 15 e). Enfin les lâm-alif, simples et raides, n’offrent aucune décoration spéciale et croisent simplement leurs deux hampes au-dessus d’un culot arrondi.

16Eléments de comparaison. — Les quelques différences de détail que l’on relève entre les caractères des trois lignes n’empêchent point de saisir des constantes paléographiques, représentatives du style du cénotaphe, qui nécessitent un certain nombre de recherches.

  • 11 maqsoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103-04 (supra, n. 292) ; — texte de construction au tombeau de Ṣafw (...)
  • 12 V. infra, 226, type identique aux de « Sokaina » nos 15 a et b. Cf. deux bois bois sculptes prov (...)
  • 13 V. supra, n. 358, liste des inscriptions ou apparait ce type de dâl.
  • 14 Inscr. du cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288) ; — inscr. du cénotaphe de Bilal 533/1138-9 (...)
  • 15 Cénotaphe de Bilâl (infra, 225) ; — minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 (supra, n. 290) ; (...)
  • 16 Frise de la Cho’aibiya, cénotaphe de Saladin (supra, n. 290 et 288).

17Les jîm tressés de « Sokaina » ne sont point connus sur les autres inscriptions syriennes ou ces lettres affectent une forme a contre-courbure plus ou moins accentuée ; ils évoquent plutôt un autre type de caractère, celui des hâ. Nous avons eu déjà l’occasion d’étudier ces derniers, fréquents en Syrie et plus tard en Egypte lorsque l’influence de l’épigraphie orientale se fit sentir en ce pays ; mais les tresses de « Sokaina », afin d’éviter toute confusion avec les jîm de la même inscription, affectent une forme un peu différente. Leur originalité ne tient pas tant a leur allure souple et sinueuse, trait commun de bien des tresses dans le coufique damascain11, qu’a l’orientation de leur hampe vers la droite : courbure qui ne se retrouve que sur un fragment d’inscription ornementale au cénotaphe de Bilal12. Les dâl avec inflexion au-dessous de la ligne de base reproduisent, ainsi que nous l’avons déjà vu, un type de lettre caractéristique des inscriptions de Damas, que celles-ci soient ou non richement ornées13. Quant aux queues des lettres de la ligne II de « Sokaina », telles que et noûn, elles restent sans autre exemple dans l’épigraphie syrienne pour la raideur décorative avec laquelle elles traversent obliquement le panneau entier. Les queues du texte III, beaucoup moins artistiques, se ramènent au type commun. Enfin celles du texte I offrent dans leur vrille terminale un élément significatif ; nous en trouvons a Damas d’autres exemples également sculptes sur bois14, tandis que leur forme sinueuse s’apparente en général a celle que nous avons remarquée sur de nombreuses inscriptions syriennes. Les similitudes notées entre les dâl ou de « Sokaina » et ceux d’autres inscriptions damascaines sur bois15 se relèvent aussi dans le cas des ‘ain trilobés a mouvement croise, des pointus et des lâm-alif simples et raides. De même se retrouvent en Syrie les extrémités lobées et l’emploi d’un filet sculpte doublant les contours des lettres16.

18Il semble donc que l’écriture utilisée pour les inscriptions du cénotaphe de Sokaina se rattache nettement a l’épigraphe syrienne : l’ensemble de ce décor paléographique fait penser a d’autres œuvres sculptées sur bois relevant de l’art de Damas et appartenant a la fin du ve/xie siècle ou au cours du vie/viie siècle. Cependant l’alphabet (surtout dans le texte principal aux jîm tresses) se fait remarquer par un effort de recherche original dans son utilisation de types de caractères connus. La place importante tenue par le texte écrit a travers toute la hauteur du cénotaphe semble avoir commande ici l’évolution paléographique.

  • 17 Date : 550/1155 (supra, n. 305). Dans la mesure ou les caractères utilises sur le cénotaphe de Soka (...)
  • 18 Panneaux a épigraphes sur la porte d’al-Ḥakim a la mosquée al-Azhar 400/1010 ; Répertoire, n. 2137  (...)
  • 19 Inscr. sur cénotaphe provenant du machhad de Sayyida Roqaiya 533/1138 : Répertoire, n. 3092 ; Lamm, (...)
  • 20 Frise épigraphique a la maqṣoûra de la Grande-Mosquée, au nom d’al-Mo’izz, vers 432/1040 : S. Flury(...)

19Hors de Syrie, en Egypte, seul l’alphabet utilise sur le mihrab de Sayyida Roqaiya s’en rapproche, tout en n’atteignant point a la même liberté de dessin17. Mais, d’inspiration étrangère, cette inscription se différencie nettement des œuvres égyptiennes antérieures sculptées sur bois ; les unes en effet n’offrent que des caractères fleuris sans décor floral adjoint18, tandis que les autres, malgré leurs arabesques assez riches, restent d’un style fruste19. En Tunisie le style épigraphique de la maqsoûra de Kairouan20 mérite également une attention particulière ; si les queues de certaines lettres s’y replient en nœuds et indentations beaucoup plus compliques que sur le cénotaphe de Sokaina, leur allure générale reste cependant très voisine : filet ornant les contours, extrémités légèrement lobées, souci visible du détail décoratif.

  • 21 Frise de la Nizâmiya 450/1058-485/1092 (supra, n. 309).
  • 22 Date : 388/998-421/1030 (supra, n° 329).

20Mais c’est au Turkestan et en Iran que l’emploi des caractères tresses est le plus fréquent sur les inscriptions ; si nous n’y connaissons pas de jîm semblables a ceux de Sokaina, remarquons a Khargird21 le dessin en nœud qu’affectent les lettres les plus variées dâl, kâf et (ce dernier fort semblable au type 15c de « Sokaina »). D’autre part sur le stuc, facile a travailler, de cette inscription les caractères sont tous soulignes intérieurement d’une mince rainure. De ces régions le plus important document épigraphique sculpte sur bois est sans nul doute la porte de Mahmoud a Ghazna en Afghanistan22 dont le style reste simple (caractères assez raides et a queue effilée sous la ligne se terminant par une ébauche de vrille) ; son antériorité manifeste ne nous rend que plus significatifs les rapprochements que nous y distinguons avec les caractères évolués de notre cénotaphe.

21En Irak et Haute-Mésopotamie les bois à épigraphes anciens manquent au contraire presque complètement. Considérant a leur défaut les inscriptions sur pierre d’Amida ou Mayyâfâriqin nous ne décelons avec l’alphabet de « Sokaina » que des parentes de forme sans importance : terminaisons lobées, jîm simples et peu élèves (semblables au nos 3 a et b), parfois sans queues montantes, ‘ain croises et trilobés, et mîm pointus ; en revanche les oppositions ne manquent pas, ainsi dans la forme des dâl. La différence de matériaux gêne ici beaucoup la comparaison ; cette difficulté disparait quand il s’agit d’une œuvre sur stuc comme le mihrab de la Grande-Mosquée de Noûr ad-Dîn a Mossoul ou nous retrouvons le contour souligne d’un filet, les extrémités souples plutôt que « fleuries » mais donnant parfois naissance a un petit motif découpé et les mêmes courbes un peu raidies que sur le cénotaphe damascain.

22Sans posséder ainsi de témoignages paléographiques en coufique ancien sculpte sur bois absolument comparables aux inscriptions du cénotaphe de Sokaina, nous constatons que celles-ci trouvent leur place au milieu des quelques documents conserves. Leur allure générale, sinon chaque détail de leurs caractères rigides et cependant harmonieusement tresses, rappelle essentiellement les procédés décoratifs utilises par l’épigraphie iranienne (cf. le bandeau en stuc de Khargird) ou haute-mésopotamienne (cf. le bandeau en stuc de Mossoul).

23Décor floral. — A tout effort de dissociation de ses divers éléments, l’entrelacs qui couvre les panneaux de « Sokaina » s’oppose par sa confusion même. Un seul fait y attire de prime abord l’attention : l’importance des motifs linéaires déterminés par l’entrecroisement des tiges ; il s’en distingue a peine quelques fleurons de taille médiocre et regravés si bien qu’ils prolongent sans rupture pour l’œil le rythme des enroulements. Ces derniers, réguliers sur le panneau C ou ils correspondent au dessin de base que nous avons déjà analyse, se développent sur les deux autres panneaux avec une bien plus grande liberté et s’y enrichissent de villes nombreuses.

24Insistons sur le fait que le tracé schématique décelé sous l’ornement floral ne correspond pas seulement a celui de l’arabesque elle-même, mais a l’existence de filets géométriques indépendants non pourvus de floraisons adventices et mêlés simplement a la composition. Exception faite des courbes spiralées qui se développent au niveau des textes écrits I et III, l’épure géométrique est distincte des stylisations végétales : il en est ainsi des deux lignes sinueuses croisées a intervalles réguliers qui se continuent tout autour du cénotaphe en sa partie médiane. Ces filets, simples et minces sur les panneaux A et B, sont refendus et plus importants sur le panneau C. Le schéma constructif de base ne commande pas de manière stricte la disposition de l’ensemble car il demeure cache sous l’entrelacement des tiges ; les panneaux ne sont pas divises en petits ensembles décoratifs isoles par des cadres et conçus chacun selon son mode propre. Tout se développe en involutions libres, asymétriques et non finies.

25La tige, support des enroulements, est a peu près constamment ornée d’une rainure médiane assez profonde. De largeur égale sur le panneau C, elle s’amincit parfois sur les autres au point de n’être plus qu’une ligne en relief et sans épaisseur. Mais partout elle présente des élargissements soudains et des ramifications de longueur inégale que l’on prendrait pour des feuilles si elles ne se prolongeaient par de nouveaux motifs. Dans l’ensemble, cette tige pourrait suffire a elle seule a meubler la surface a décorer. Notons d’ailleurs qu’elle joue un rôle différent a cote des petits caractères du bandeau I ou des lettres démesurées du texte II.

26Quant aux fleurons, perdus et indistincts au milieu de l’entrelacs, ils ne font que s’adapter a la tige pour en combler les vides ainsi qu’en enrichir les formes toujours un peu grêles. Nous pouvons les classer encore en deux catégories : symétriques et asymétriques. Les premiers sont d’un type fort simple et peu varie (fig. 122, nos 1) : feuille régulière a lobe terminal plus ou moins large, munie d’un pédoncule aux deux lobes gracieusement arrondis et découpes ou bien roules en volute (nos 1a et 1b). Il arrive que la partie supérieure s’allonge au point de donner a la figure une physionomie nouvelle (n° 2a) ou qu’elle se recourbe en prenant l’aspect d’une vrille (nos 2 b et 2c). D’autre part les lobes latéraux peuvent être de forme un peu plus compliquée (n° 3), indentation pointue suivie d’un renflement termine en spirale ; c’est ce que nous observons sur le plus riche et le plus important des fleurons (n° 3 c appartenant au panneau A, au-dessus du ḥâ de ramân). Les terminaisons asymétriques (n° 4), variées et n’obéissant a nulle règle stricte, rappellent en certains cas la demi-feuille d’acanthe, mais ailleurs se présentent comme une suite de feuilles et de vrilles naissant les unes des autres avec la plus grande liberté.

Fig. 122. — Cénotaphe de Sokaina : éléments du décor floral.

  • 23 Minbar d’Hébron 484/1091-2 (construit pour le machad d’al-Ḥosain a Ascalon), Répertoire n° 2790 ; V (...)
  • 24 Maqsoûra de Bâb al-Moṣalla (Damas) 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Nouri a Hama 559/ (...)

27Eléments de comparaison. — En Syrie nous retrouvons sans difficultés sur d’autres documents les éléments constitutifs de ce décor. La tige a filet médian apparait en effet a plusieurs reprises23, de même que les vrilles marquées par une petite boucle spiralée24 ; ce dernier traitement n’est d’ailleurs possible que sur un matériau suffisamment tendre a l’outil comme le bois et nous explique la genèse des excroissances globuleuses que nous remarquions précédemment aux tiges des arabesques sculptées sur pierre. Quant aux fleurons, ils ne nous offrent aucun caractère nouveau. Les plus simples appartiennent aussi a ce type classique de feuilles symétriques dont nous avons observe la fréquence sur la décoration des monuments ayyoubides de Damas ; les plus riches s’apparentent aux fleurons des bandeaux du cénotaphe de « Fâṭima » par exemple, tout en n’atteignant pas au même aspect composite et ornemental. Leur simplicité va jusqu’a s’affirmer en face des terminaisons florales qui décorent la maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ : substitution de rainures médianes aux nervures a souci naturaliste. Les motifs asymétriques s’éloignent par leur forme même de ceux que nous observons le plus souvent dans l’ornement syrien et n’apparaissent d’ailleurs que sur les panneaux A, B et les trois bandeaux I, car, plus réguliers et répondant mieux au mouvement spirale de la tige, les fleurons qui ornent le grand panneau G font penser aux arabesques du minbar du Jâmi’ Noûrî a Hama.

  • 25 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallà (Damas) 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Noûri (Hama) 559/ (...)
  • 26 Frise coranique au minbar d’Hébron 484/1091-2 (supra, n. 441) ; — encadrement des panneaux de la ma (...)
  • 27 Cénotaphe de Fâṭima 439/1048, supra, 147 s.
  • 28 Alep : J. Sauvaget, Syria, 1928, 224 sq., fig. 2 ; Damas : panneaux de la madrasa Maridaniya, E. He (...)
  • 29 « The (géométrie) fillet wich is... a melody running through a fugue » , E. Herzfeld, Ars Islamica, (...)

28Le procédé même du décor, par involutions et replis sur elle-même d’une tige profondément excisée, peut être mis en rapport avec celui d’autres œuvres syriennes parfois anépigraphes25. Il est rare cependant de trouver sur ces dernières autant de liberté confuse du dessin : sur le cénotaphe de Faḍâ et la maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ, par exemple, chaque panneau s’organise autour d’un axe médian. Quant au principe de l’arabesque onduleuse mêlée aux caractères, tel qu’on le voit applique a la partie supérieure de chaque panneau, c’est le mode de décor floral habituel aux bandeaux épigraphiques syriens, sur bois26 ou sur pierre27. L’existence de rubans géométriques mêlés aux compositions ornementales n’est pas moins attestée en Syrie28, mais il s’agit parfois de galons délimitant un décor « a défoncement linéaire » traite différemment des arabesques du cénotaphe de Sokaina. De plus, le mince filet qui se distingue a peine ici a travers l’entrelacs ne s’apparente que de loin au motif vigoureux et accentue des rubans géométriques précédemment cites a titre d’éléments de comparaison29 : le rôle artistique n’en est plus le même.

  • 30 E. Herzfeld, Enc. Isl. s. Arabesque.
  • 31 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallà 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Nouri (Hama) 559/1260 ,(s (...)
  • 32 Minbar d’Hébron 484/1901 (supra, n. 441) ; — mihrab de Noûr ad-Din a Alep 563/1168 (supra, n. 295)  (...)
  • 33 Cénotaphe du machhad de Sayyida Nafisa 532/1137-541/1146 {supra, n. 305 et 436).
  • 34 Cénotaphe construit par Saladin pour l’imam Chafei 574/1178 : G. Wiet, Bull. Inst. Eg., XV, pl. I a (...)
  • 35 Inscription au nom d’al-Mo’izz 432/1040 (supra, n. 438).
  • 36 Mihrab d’Iskodar, signale comme intéressant a comparer aux mihrabs fatimides, mais impossible a étu (...)

29Ainsi dans l’ensemble, a Alep comme a Damas et surtout a partir de l’époque de Noûr ad-Dîn, il ne manque pas d’œuvres sur bois de qualité ou « le dessin est produit par les entrelacements habiles et élégants des tiges »30. Le cénotaphe de Sokaina affirme parmi elles sont originalité par sa composition d’ensemble, chacune des faces constituant un tout au lieu d’être un assemblage de petits panneaux rectangulaires31 ou polygonaux32. Plaque sur l’ornement, l’élément épigraphique prend de ce fait une valeur nouvelle. Cette disposition non usuelle qui laisse l’arabesque couvrir la surface entière du panneau n’est cependant pas sans exemple dans l’art musulman contemporain hors de Syrie. Certes en Egypte, lorsque l’on considère des œuvres fatimides assez tar- dives, les entrelacs s’accompagnent toujours sur les vastes surfaces d’une compartimentation polygonale, ou bien sur les bandeaux inscrits d’une systématisation appauvrissante en maigres rinceaux spirales33. Ainsi se présentent également les panneaux égyptiens d’époque ayyoubide ou l’on sent l’emploi de procédés artistiques d’importation étrangère34 et, plus loin, l’encadrement de la maqsoûra de Kairouan dont S. Flury a essaye de faire ressortir l’origine orientale35. Dans ce dernier cas, la richesse décorative ne s’affirme que dans l’existence d’une arabesque onduleuse mêlée aux caractères ; la tige refendue donne naissance a de multiples enroulements ainsi qu’a des terminaisons régulières et asymétriques regravées d’une rainure médiane, et tout l’ornement l’inéaire se déroule en relief sur un fond sombre profondément creuse. De même, si la plupart des bois iraniens antérieurs a l’époque mongole sont encore trop mal connus pour pouvoir être examines36 et si nous nous contentons de rappeler le décor de la porte de Mahmoud a Ghazna dont le mouvement onduleux régulier s’apparente au décor de notre cénotaphe, nous ne trouvons la encore que des bandeaux a ornement floral, et non de vastes panneaux.

  • 37 V. E. Herzfeld, Enc. Isl. s. Arabesque.
  • 38 Porte dédiée en 606/1209 par le calife an-Nâṣir lidinillâh : E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 45, fig. (...)
  • 39 Talismantor 618/1221 : E. Herzfeld et F. Sarre, Archaeologische Reise, III, pl. X.
  • 40 Cénotaphe en bois du temps d’al-Mostanṣir billàh 624/1227 : Répertoire, n° 3976 ; A Guide of the Ar (...)
  • 41 « Lineare Stengel-Arabeske » F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 216, cf. fig. 234- (...)
  • 42 Cénotaphe en bois du machhad de l’imam Yaḥya, peut-être antérieur au monument lui-même date de 637/ (...)
  • 43 A. Gabriel, Voyages archéologiques, passim et part. pl. XXXII, bandeaux anépigraphes entourant le m (...)
  • 44 Minbar de la mosquée ‘Ala’ ad-Din a Konia 550/1153 a décor floral profondément incise découpe en pa (...)

30Mais il nous faut, sans reprendre la genèse de la formation de l’arabesque a partir de « la flore conventionnelle et toujours irréelle bien que réaliste de l’art antique »37, songer a ce que fut le troisième style de Samarra et a la tradition vivante que constitua en Mésopotamie ce mode d’ornementation des surfaces, aussi couvrant que le « décor a défoncement linéaire » parallèlement utilise. A une époque assez récente la porte de Ghaibat al-Mahdi a Samarra nous offre dans ses larges panneaux des entrelacements de lignes et de vrilles sur un fond évidé38 tandis qu’a Bagdad, sur la porte du Talisman, s’enroulent des tiges refendues roulées en volutes et terminées par des fleurons creuses tenant dans l’ensemble des motifs une place minime39. Citons aussi des cénotaphes en bois sculpte du musée de Bagdad40 ; ils nous intéressent par leur disposition commune, grands caractères en coufique fleuri s’enlevant sur le décor floral qui couvre un panneau rectangulaire a l’intérieur de chacune des quatre faces. A Mossoul les exemples de ce type d’ornement sculpte sont peut-être encore plus nombreux. On le trouve a la Grande-Mosquée, ou il est utilise par la décoration du mihrab41, ainsi que sur d’autres monuments42 ; là la tige a vrille ornée d’une rainure s’agrémente de fleurons allonges a pédoncule et lobe terminal roules en volutes. C’est d’ailleurs dans toute la Haute-Mésopotamie que nous pouvons trouver des entrelacs a filet refendu et motifs linéaires enrichis de terminaisons asymétriques. Sans plus citer les inscriptions de Mayyâfâriqin et d’Amida, dont nous connaissons les rinceaux a vrilles, observons simplement le style de quelques ensembles a rôle uniquement décoratif43. Plus loin nous pouvons même faire appel a l’art seljoukide d’Anatolie44 ou les mêmes caractères sont renouvelés par une vigueur sculpturale plus franche et plus accentuée.

31Tous ces témoignages prouvent l’existence, dans le Proche-Orient au temps de Noûr ad-Dîn, d’un mode de décoration par arabesque couvrante semblable a celui qui était utilise a Damas sur le cénotaphe de Sokaina. En le comparant aux rares vestiges conserves de l’ornement abbasside, stucs de Samarra par exemple, l’on voit que ce procède fut utilise pendant les époques précédentes et que l’expansion de l’art zenguide a la suite de circonstances politiques servit seulement a transmettre une formule esthétique dont lui-même avait hérite. Ainsi s’explique l’identité du décor en Haute et Basse-Mésopotamie, ce dernier foyer artistique n’ayant pu être que l’initiateur de l’art de Mossoul et d’Asie Mineure.

32Conclusion. — Le cénotaphe de Sokaina nous intéresse donc bien plus par son ornement floral que par les détails de ses caractères. Il ne s’agit plus seulement de bandeaux inscrits « a rinceau ondule », mais de panneaux dont le décor évoque le développement de la sculpture sur bois ou sur stuc dans les provinces syriennes ou orientales du monde musulman. L’impression générale est celle d’un décor confus et amenuise ou les enroulements multiples de l’arabesque dissimulent les lignes directrices géométriques ; seules quelques terminaisons plus riches se détachent de l’ensemble. Ce style s’apparente a celui des cénotaphes bagdadiens, par exemple, sans que la documentation connue nous permette de remonter plus haut en ce domaine que le califat d’an-Naṣir (fin du vie/xiie siècle), époque ou régnait déjà en Syrie une autre régularité un peu sèche du décor. Mais le seul élément précis de comparaison qui nous permette de le dater nous est fourni par un bois sculpte syrien, la maqṣoûra de Bâb al-Moṣalla, dont la facture est fort semblable (497/1103-4). Nous pouvons attribuer a la même période pré-ayyoubide ces deux œuvres également étrangères aux manifestations du style fatimide ; elles témoigneraient de l’influence d’un art de Basse-Mésopotamie antérieur a celui d’an-Naṣir, et dont ce dernier style ne fit que refléter les caractères distinctifs. L’hypothèse d’un art irakien initiateur serait donc ici encore nécessaire pour expliquer un développement dont nous ne connaissons point les diverses étapes.

Notes

1 E. de Lorey et G. Wiet, Syria, 1921, 221-5 ; Répertoire, n° 3195 ; G. Contenau, Syria, 1924, 207, pl. LI, 1 ; R. Grousset, Les civilisations de l’Orient, I, 164-5, fig. 130-1.

2 G. Wiet, CIA Eg. II, 33, n° 1 a propos de l’épitaphe de Sayyida Nafisa (208 H.), ou il est également cite. « Ce verset fut prononce par Mahomet dans la scène fameuse ou il couvrit de son manteau ‘Ali’ Fâṭima, Ḥasan et Ḥosain... » Cf. aussi CIA Eg. II, n° 391.

3 Dimensions : 2,65 m. de long, 1,50 m. de large, 0,74 m. de haut.

4 E. de Lorey et G. Wiet, Syria, 1921, 221-6, « panneau place a l’est par erreur lors de la restauration (il devait être a l’ouest) ».

5 V. Enc. Isl. s. Sokaina (art. documente de H. Massé) ; sur les sources, L. Caetani, Cronografia islamica, V, 1478 ; v. aussi Ibn Khallikin (trad. de Slane), 581-4.

6 Cf. la formule fréquente sur les inscriptions fatimides Ṣalawât Allâhi ‘alâ âbâ’-ihi a-âhirîn ou l’invocation chiite Ṣallâ Allâhu ‘alâ Muammad wa Âlihi a-âhirin M. Van Berchem, CIA Eg. I, 25, n° 1, cf. aussi L. Massignon, Rev. Hist. des Rel., 1941, 62 sur la valeur chiite du mot ṭâhirîn.

7 Ibn Jobaïr, Rila, 281 : « Dans le cimetière qui se trouve a l’ouest de la ville, tombes de membres de la Famille (du Prophète)... parmi lesquelles un autre oratoire ou se trouve une tombe appartenant, dit-on, a Sokaina, fille d’al-Hosain, ou peut-être a une autre Sokaina de la Famille (du Prophète). » Cf. Ibn battouta, Voyages, 1, 226 (La traduction semblerait localiser ce tombeau a Rawaya, mais en fait le texte arabe ne donne aucune précision en ce sens).

Al-Harawi, K. az-Ziyârât, ms. Paris ar. 5975, 10 b. Cf. Yaqout, Mo’jam al-boldân, II, 595-6. (Il signale aussi l’existence de son tombeau a Tibériade, III, 512, et note qu’elle est morte a Médine).

8 Ibn ‘Asâkir, I, 224, cf. Description, J. As. 1896, I, 387, 390-1, 450-1 ; 1895, II, 446.

9 An-Nawawi, Tahîb, 211-2, cf. Description, J. As. 1896, I, 414.

10 Reproductions photographiques dans Syria, 1921, pl. XXVII, I ; — R. Grousset, Civilisations de l’Orient, I, fig. 130 et 131.

11 maqsoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103-04 (supra, n. 292) ; — texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110 (supra, n. 292) ; — texte de construction de Toġhtegin 521/1127 (supra, n. 296).

12 V. infra, 226, type identique aux de « Sokaina » nos 15 a et b. Cf. deux bois bois sculptes provenant, de Damas et conserves au Musée des Evkaf a Istanbul, no s 145 et 146.

13 V. supra, n. 358, liste des inscriptions ou apparait ce type de dâl.

14 Inscr. du cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288) ; — inscr. du cénotaphe de Bilal 533/1138-9 (infra, 225 ; — maqsoûra de Bâb al-Mosalla 497/1103-4 (supra, n. 292).

15 Cénotaphe de Bilâl (infra, 225) ; — minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 (supra, n. 290) ; — frise de la Cho’aibiya (supra, n. 290).

16 Frise de la Cho’aibiya, cénotaphe de Saladin (supra, n. 290 et 288).

17 Date : 550/1155 (supra, n. 305). Dans la mesure ou les caractères utilises sur le cénotaphe de Sokaina appartiennent au répertoire commun de l’épigraphie syrienne au vie/xiie siècle, on peut en rapprocher également ceux du mihrab en stuc de la mosquée Joyouchi 478/1085 (supra, n. 304) ; — ajoutons un type de tresse oriente vers la droite sur l’inscription de Badr al-Jamâli a Bâb al-Fotoûh 480/1087 (supra, n. 413).

18 Panneaux a épigraphes sur la porte d’al-Ḥakim a la mosquée al-Azhar 400/1010 ; Répertoire, n. 2137 ; Catalogue du Musée arabe, Bois à épigraphes, 1, n° 551, pl. XI ; — linteau du minbar de la mosquée al-Amawi a Asyout 470-1097 : Répertoire, n° 2718 ; M. Van Berchem, CIA Eg. I, n. 454, ul. XLII ; Catalogue du Musée arabe, ibid., n° 3100, pl. XVIII ; — panneau de mihrab portatif au nom d’al-’Amir 519/1122 (supra, n. 305) ; — inscr. sur le mihrab portatif du machhad de Sayyida Nafisa 532/1137-541/1146 : Catalogue du Musée arabe, ibid., n° 421, pl. XIV ; — linteau du minbar de la mosquée ‘Amri a Qous 550/1155 : Répertoire, n° 3189 ; M. Van Berchem, CIA Eg. I, n° 523, pl. 43, n° 2.

19 Inscr. sur cénotaphe provenant du machhad de Sayyida Roqaiya 533/1138 : Répertoire, n. 3092 ; Lamm, Fatimid Woodwork, pl. VI с ; — panneau au nom d’al-Ḥâfiz provenant de la tombe des califes abbassides au Caire 541/1146 : Répertoire, n° 3127 ; Catalogue du Musée arabe, Bois à épigraphes, 1, n° 4138, pl. XV ; — frise coranique de la mosquée d’aṣ-Ṣâliḥ Talâ’i 555/1160 : Catalogue du Musée arabe, ibid., pl. XIX.

20 Frise épigraphique a la maqṣoûra de la Grande-Mosquée, au nom d’al-Mo’izz, vers 432/1040 : S. Flury, Islamische Scriftbänder (Anhang), pl. XVII.

21 Frise de la Nizâmiya 450/1058-485/1092 (supra, n. 309).

22 Date : 388/998-421/1030 (supra, n° 329).

23 Minbar d’Hébron 484/1091-2 (construit pour le machad d’al-Ḥosain a Ascalon), Répertoire n° 2790 ; Vincent et Mackay, Hébron, 122, fig. 85, album 25-28 ; — maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ (Damas) 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — frise de la Cho’aibiya (Alep) 545/1150 (supra, n. 290) ; — cénotaphe de Faḍâ (Homs) 664/1265 (supra, n. 295).

24 Maqsoûra de Bâb al-Moṣalla (Damas) 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Nouri a Hama 559/1260 : E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 43-4, fig. 73, 74 ; — cénotaphe de Saladin a Damas 591/1195 (supra, n. 288) ; cénotaphe de Faḍà a Homs 664/1265 (supra, n. 295).

25 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallà (Damas) 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Noûri (Hama) 559/1260 (supra, n. 442) ; — cénotaphe de Faḍâ (Homs) 664/1265 (supra, n. 295).

26 Frise coranique au minbar d’Hébron 484/1091-2 (supra, n. 441) ; — encadrement des panneaux de la maqsoûra de Bâb al-Moṣallà (supra, n. 292) ; — inscription du mihrab de Noûr ad-Din au maqam Ibrahim a Alep 563/1168 (supra, n. 299).

27 Cénotaphe de Fâṭima 439/1048, supra, 147 s.

28 Alep : J. Sauvaget, Syria, 1928, 224 sq., fig. 2 ; Damas : panneaux de la madrasa Maridaniya, E. Herzfeld, Ars Islamica, XI-XII, 23 fig. 35 ; — maqṣoûra de Bâb al-Moṣallà (ruban mêle a un décor d’arabesques excisées) (supra, n. 292) ; Hama : minbar du Jami’ Noûri 559/1265 (supra, n. 442) (ruban mêle a un décor d’arabesque) ; Homs : cénotaphe de Faḍà 664/1265 (supra, n. 295). F. Herzfeld, ibid., cite également les décors contemporains de la Grande Mosquée, de la Zâhiriya et du Firdaws a Alep, du Jàmi’ al-Aqsâb a Damas.

29 « The (géométrie) fillet wich is... a melody running through a fugue » , E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 44.

30 E. Herzfeld, Enc. Isl. s. Arabesque.

31 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallà 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — minbar du Jami’ Nouri (Hama) 559/1260 ,(supra, n. 442) ; — cénotaphe du machhad de l’Estrade (Alep), vie/xiie siècle : J. Sauvaget, Syria, 1298, pl. 72 et 73.

32 Minbar d’Hébron 484/1901 (supra, n. 441) ; — mihrab de Noûr ad-Din a Alep 563/1168 (supra, n. 295) ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288) ; — panneaux de la madrasa Maridaniya (supra, n. 446) ; — cénotaphe de Sohaib a Damas (inédit, cf. Monuments, n° 47).

33 Cénotaphe du machhad de Sayyida Nafisa 532/1137-541/1146 {supra, n. 305 et 436).

34 Cénotaphe construit par Saladin pour l’imam Chafei 574/1178 : G. Wiet, Bull. Inst. Eg., XV, pl. I a VIII ; — cénotaphe de l’émir Ṯa’lab au Caire 613/1216 : G. Migeon, Manuel d’art musulman, 1, fig. 126 a 128.

35 Inscription au nom d’al-Mo’izz 432/1040 (supra, n. 438).

36 Mihrab d’Iskodar, signale comme intéressant a comparer aux mihrabs fatimides, mais impossible a étudier en détail (photographie indistincte) : B. Denike, Ars Islamica, II, 69 sq.

37 V. E. Herzfeld, Enc. Isl. s. Arabesque.

38 Porte dédiée en 606/1209 par le calife an-Nâṣir lidinillâh : E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 45, fig. 75 ; Bâb ul Ghaiba (Door of Disparition) at Samarra, passim.

39 Talismantor 618/1221 : E. Herzfeld et F. Sarre, Archaeologische Reise, III, pl. X.

40 Cénotaphe en bois du temps d’al-Mostanṣir billàh 624/1227 : Répertoire, n° 3976 ; A Guide of the Arab Muséum ot Khan Mirjan in Bagdad, pl. 26 ; —- tombeau de la madrasa Aqoûliya 728/1327 : L. Massignon, Mission en Mésopotamie, II, 37-40, pl. XIV-XIX ; A Guide to the Arab Muséum, pl. 29.

41 « Lineare Stengel-Arabeske » F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 216, cf. fig. 234-5 (décoration du mihrab 543/1148), flg. 241 (base en brique du minaret) (sont cites a titre de comparaison l’iwan de la citadelle de Bagdad et le mihrab de la Mosquée Khâsâki).

42 Cénotaphe en bois du machhad de l’imam Yaḥya, peut-être antérieur au monument lui-même date de 637/1239, F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 261-2 ; décor du machhad, ibid., II, 259, fig. 256 ; porte du Jami’ an-Nabi Jirjis fin vie/xiie siècle : A Guide to the Arab Muséum, pl. 28 ; cénotaphe de ‘Aoun ad-Din 646/1248, avec inscr. en naskhi, mais même décor couvrant et lettres se développant sur toute la surface du panneau : ibid., II, 270 et IV, pl. CXXXIV. Noter aussi l’emploi de filets refendus sur les chapiteaux de la Grande-Mosquée, ibid., II, fig. 230-1.

43 A. Gabriel, Voyages archéologiques, passim et part. pl. XXXII, bandeaux anépigraphes entourant le mihrab de la Grande-Mosquée de Donaisir 601/1204, et pl. XLV, 2, panneaux a décor floral a la porte sculptée de l’imam ‘Abdallah a Ḥiṣn Kaifa.

44 Minbar de la mosquée ‘Ala’ ad-Din a Konia 550/1153 a décor floral profondément incise découpe en panneaux polygonaux : G. Migeon : Manuel d’art musulman, I, fig. 139 ; F. Sarre, Seldschukische Kleinkunst, pl. VI, VII, VIII ; — inscr. en naskhi entrelace d’arabesques a tige refendue sur une porte de Konia xiiie siècle : G. Migeon, op. cit., fig. 141.

Table des illustrations

Légende Fg. 120. — Cénotaphe de Sokaina, panneaux B (en haut) et C (en bas) : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 121. — Cénotaphe de Sokaina : tableau alphabétique (grands caractères : ligne II, caractères moyens : ligne III, petits caractères : ligne I).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 121. — Cénotaphe de Sokaina : tableau alphabétique (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 122. — Cénotaphe de Sokaina : éléments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.