Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

L’épitaphe de Ka’b al-Aḥbâr

Texte intégral

1Stèle provenant du cimetière de Bâb Ṣaghîr. Epitaphe de six lignes, inédite :

بم اس هم-جى الوم
هبن،إا تبركعب الد
جبان لت.د اوتالعس
لآ ضاب زسبوإل اش
هز الم بم *- ب* وسم
زضي اس عنخ

2« Basmala. Ceci est la tombe de Ka’b al-Abâr, un des « Suivants « des Compagnons du Prophète — que Dieu répande sur Lui bénédiction et salut — que Dieu soit satisfait de lui. »

  • 1 V. Enc. Isl. s. Ka’b. Bibliographie des sources arabes dans L. Caetani, Cronografia islamica, II, 3 (...)
  • 2 At-Tabari, Annales, III, 2474-5 ; — An-Nawawi, Tahdîb, 523 : « Il mourut sous le califat de ‘Otman (...)
  • 3 Al-Harawi, Kitâb az-Ziyârût, ms. Paris ar. 5975, f° 10 a, b. A Homs al-Harawi mentionne l’existence (...)

3Identification. — Il n’est fait mention d’aucune date, mais le personnage cite est bien connu1. Abou Ishaq Ka’b b. Mati’ b. Haisou, juif du Yemen tardivement converti a l’Islam, fut en effet l’un des Suivants a l’autorité reconnue en matière de traditions judéo-musulmanes. Divers chroniqueurs arabes s’accordent a le faire mourir a Homs ou il aurait été enterre2. Mais quelques voyageurs du xiie siècle, dont al-Harawi, signalent a Damas l’existence de la tombe de Ka’b al-Aḥbâr3.

4Description générale. — Inscription valant avant tout par la sobriété de son style. Aucun élément floral ne vient se mêler a l’écriture dont les caractères suffisent a la placer chronologiquement dans l’ensemble de notre étude : six lignes courtes, sculptées en relief sur la pierre, se déroulent a l’intérieur d’un cadre rectangulaire souligne d’une moulure accusée. En dépit de la disposition de l’ensemble, il ne s’agit probablement pas d’une de ces stèles répondant au type classique de la sépulture musulmane et usitées des les premiers siècles de l’hégire ; le panneau devait plutôt s’accoler a l’une des faces d’un cénotaphe rectangulaire, ainsi que le prouvent la forme régulière et les angles nets de son encadrement.

5Alphabet. — Assez régulière malgré son manque d’élégance, l’écriture se prête bien a l’observation de quelques types caractéristiques. Notons auparavant l’existence d’épaisses ligatures semi-circulaires alourdissant la ligne de base, les terminaisons nettes en biseau et les proportions trapues des lettres (rapport moyen de 1 a 5 entre largeur et hauteur des alif). De l’inhabileté du sculpteur il résulte en outre que les premières lignes sont plus serrées que les dernières ou les caractères s’épanouissent largement pour combler les vides et masquer le déséquilibre de la composition.

6D’après le tableau alphabétique (fig. 119), les lettres telles que alif, lâm et sont droites, ne variant que de hauteur en fonction de la place dont elles disposent ; leur biseau terminal élargi est compense par un retour a angle droit a la base des alif. Un final (n° 2 c) est orne d’une indentation arrondie, prouvant un type de caractère assez évolué. Raides et inélégants, les jîm et autres caractères a hampes obliques se recourbent a peine a leur partie supérieure. L’un d’eux (n° 3 b) reprend même le type de jîm du premier coufique, simple trait rencontrant la ligne d’écriture. Les dâl sont de forme souple, descendant au-dessous de la ligne de base et différant en cela de la rigidité des kâf, ces derniers caractérisés par un allongement horizontal sans aucune hampe en « col de cygne ». Les queues courtes des noûn et en « virgule » respectent également le schéma primitif de ces caractères. Les ‘ain a angles droits, les mîm, qâf ou wâw légèrement pointus, les ṣâd rectangulaires témoignent tous de la même simplicité. Si les finaux (n° 15 b) ne méritent pas de mention particulière, un initial (n° 15 a) est de forme plus complexe : hampe sinueuse inclinée vers la gauche après avoir dessine une boucle grossière. Les lâm-alif enfin dressent deux hampes droites au-dessus d’un culot rond ou anguleux a peine orne et les lâm du mot allâh s’incurvent légèrement a leur terminaison supérieure.

Fig. 119. — Épitaphe de Ka‘b : tableau alphabétique.

  • 4 V. supra, n. 401.
  • 5 Cf. alphabets d’inscriptions damascaines telles que : texte de construction de Toghtegin 521/1126-7 (...)

7Conclusion. — Nous sommes en présence d’un style voisin de celui de l’inscription précédente et appelant les mêmes comparaisons4. Certains caractères sont encore plus frustes, particulièrement les jîm, ‘ain, kâf et qui rappellent les premiers types du coufique simple ; ils se retrouvent néanmoins sur d’autres inscriptions du même genre, dont la ressemblance avec celle-ci s’impose particulièrement5. Conclure a l’antériorité de l’épitaphe de Ka’b par rapport a celle d’Altountach serait artificiel ; nous ne pouvons y voir qu’une variété de ce coufique syrien tardif dont l’uniformité paléographique survit a la distinction entre coufique ornemental « a rinceau ondule » et « couflique des Atabegs », la continuité d’inspiration entre les deux étant assurée par l’existence, sur certaines inscriptions des plus sobres, de rinceaux feuillus prolonges au-dessus de quelques caractères.

Notes

1 V. Enc. Isl. s. Ka’b. Bibliographie des sources arabes dans L. Caetani, Cronografia islamica, II, 346.

2 At-Tabari, Annales, III, 2474-5 ; — An-Nawawi, Tahdîb, 523 : « Il mourut sous le califat de ‘Otman en l’année 32 et fut enterre a Homs. »

3 Al-Harawi, Kitâb az-Ziyârût, ms. Paris ar. 5975, f° 10 a, b. A Homs al-Harawi mentionne l’existence du maqâm et de la tombe de Ka’b al-Ahbar, f° 88 a, b. Cf. Yqoût, Mo’jam al-boldân (ed. Wustenfeld), II, 595 et Ibn Battouta, Voyages (ed. Defrémery et Sanguinetti), I, 222.

4 V. supra, n. 401.

5 Cf. alphabets d’inscriptions damascaines telles que : texte de construction de Toghtegin 521/1126-7 (supra, n. 296) (‘ain quadrangulaire et en nœud simple) ; — texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292) ; et surtout d’autres épitaphes du cimetière de Bab Ṣaghir, inédites, parmi lesquelles celles d’Abou ‘d-Darda et d’Oumm ad-Darda’ actuellement conservées au Musée National Syrien a Damas, et celle de Bilal encore visible a l’intérieur du mausolée (cf. infra, n. 464).

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search