Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe de Badr

Texte intégral

  • 1 J. Sauvaget, Ars Islamica, V, 207.

1Au cimetière de Bâb Ṣaghîr, tombeau reproduisant « un modèle de sépulture largement répandu en Syrie aux vie/xiie siècles »1 : coffre rectangulaire en pierre surmonté d’un dos d’âne (fig. 106). A la partie supérieure, épitaphe répartie sur les deux faces en deux lignes limitées à leurs extrémités par une courbe dentelée, celle-ci composant à chaque ensemble un cadre polylobé :

(sic) زمزدلخ هجم الم الشرفي توفي في ذو ) مخ م؟ قبرثعة ١
اأع،دادةا *عنة أربع ءمش^ه (sic) وجسمادء رمأع الم

2« Coran, 3, 182. Ceci est la tombe de iqat ad-Dawla Badr b. ‘Abd-allâh ach-Charafî, décédé en oû’l-qâ’da de l’année 514/février 1121que Dieu lui fasse miséricorde ».

Fig. 106. — Cénotaphe de Badr : croquis du cénotaphe.

  • 2 Aucune mention dans Ibn al-Qalânisi, Histoire de Damas ; dans H. Cr, Or. ; dans H. Derenbourg, Vie (...)

3Identification. — Bien que l’épitaphe porte une date précise, nous n’avons pu retrouver trace historique de ce personnage dans les principales chroniques relatives à son temps2 ; nous savons seulement qu’il dut appartenir à l’aristocratie militaire de Damas au temps de l’Atabeg Toghtagîn.

Fig. 107. — Cénotaphe de Badr : schéma du décor floral.

  • 3 Cf. infra, 195.

4Description générale. — Style décoratif beaucoup plus riche et plus raffiné que celui de l’épitaphe exactement contemporaine d’Altountâch3. Aux caractères, dont le dessin élégant domine la composition, s’ajoute un décor floral assez important : il occupe la partie supérieure de chaque bandeau et, si le support géométrique spirale de ses arabesques est d’une netteté un peu sèche, le contour de ses fleurons conserve une assez grande liberté décorative. L’harmonie de l’ensemble tient surtout à l’équilibre de la composition (.schéma fig. 107).

5Alphabet. — Les proportions des lettres répondent en moyenne au rapport de 1 à 10 entre largeur et hauteur des alif. Leur minceur est encore accentuée par la sobriété rigide du tracé ainsi que par l’absence de tout ornement superflu et elles se terminent généralement en biseau à leur partie supérieure. La ligne d’écriture n’est rythmée que par les hampes et les ligatures en arc de cercle. En l’absence de queues montantes, il reste au-dessus des caractères un large espace vide, occupé d’ailleurs à l’extrémité du bandeau B par les derniers mots de l’épitaphe inscrits à mi-hauteur du champ libre.

Fig. 108. — Cénotaphe de Badr : tableau alphabétique.

6A considérer le tableau alphabétique (fig. 108), nous observons que les alif et lâm, ainsi que les et sîn se dressent sans aucun ornement ; même le mot Allâh ne présente pas de motif décoratif supplémentaire. Les jîm, assez raides, se caractérisent par un retour de leur courbe à la base, particulièrement accentué. Les dâl dessinent une inflexion semi-circulaire en dessous de la ligne et les râ et noûn s’effilent en pointe sinueuse. Enfin les fâ, mîm, wâw sont de forme pointue ainsi que les yâ, tandis que les ‘ain ont un dessin trilobé. Il est regrettable que manquent sur le fragment que nous avons pu analyser des caractères de forme particulièrement significative, tels que les médians et les lâm-alif.

Fig. 109. — Cénotaphe de Badr : fragment du décor floral.

7Eléments de comparaison. — Dans l’ensemble, cette écriture simple et raffinée ne s’éloigne pas de celles que nous venons d’étudier auparavant. Beaucoup moins richement variée dans les détails qui individualisent chaque lettre et dépourvue d’accents décoratifs supplémentaires, elle tend moins que les inscriptions du cénotaphe d’Abân à remplir la surface entière du bandeau ; mais les types des caractères significatifs demeurent en fait les mêmes : jîm à contre-courbure, dâl à inflexion et de forme sinueuse et courbe.

  • 4 Cénotaphe de Sirâf 527/1132 (supra, n. 307).
  • 5 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497 / 1103 - 4 (supra, n. 292) ; — inscription peinte au tombeau de Ṣafw (...)
  • 6 Inscription de Malik Châh à la Grande-Mosquée d’Amida 384/1091 (supra, n. 370) ; — inscription de l (...)

8Sans rapport avec les inscriptions fatimides égyptiennes, où le fleurissement des lettres elles-mêmes s’accompagne toujours d’une incertitude un peu gauche du tracé, ce spécimen paléographique ne présente pas beaucoup plus d’analogies précises avec le style épigraphique exubérant d’Iran ou de Haute- Mésopotamie. Cependant la forme du jîm rappelle ce que nous observons sur un cénotaphe iranien4 et l’inflexion semi-circulaire reliant les deux lâm du mot Allâh, qui se remarque ailleurs en Syrie5, apparaît aussi sur des œuvres orientales6.

Fig. 110. — Cénotaphe de Bade : éléments du décor floral.

9Décor floral (V. fig. 109 et 110). — L’épure géométrique ordonnant le décor floral ressort beaucoup plus nettement que sur les bandeaux précédents.

10De cette suite d’enroulements spirales dont les dimensions varient selon celles du champ libre qu’ils occupent, naissent très peu de floraisons adventices ou de vrilles. La tige, de largeur constante et sans autres ornements, tient donc la première place par la régularité de son dessin. Quant aux terminaisons qui s’épanouissent à l’intérieur de chaque spirale, elles ne manquent pas de valeur artistique. Les fleurons symétriques passent du type simple de la feuille de trèfle à des formes plus riches, selon que leurs lobes se découpent, se roulent en spirale ou se multiplient (fig. 110, nos 1 et 2) ; leur contour cependant reste toujours régulier et simple. C’est là ce qui caractérise aussi les motifs asymétriques dont les courbes pleines dérivent de feuilles pliées en deux (nos 3).

11Ce décor floral nous rappelle donc ceux qui enrichissaient les épitaphes d’Abân, de Fâṭima et le détail de ses éléments correspond, sous leur forme simplifiée, aux motifs composites précédemment analysés. Nous pouvons y déceler des influences orientales similaires bien que moins accusées.

  • 7 Cénotaphe de Saladin à Damas 591/1195 (supra, n. 288) ; — cénotaphe de Faḍâ à Homs 664/1265 (supra, (...)
  • 8 Mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul 543/1148 (supra, n. 310) ; — inscription de Saladin à Mayyâf (...)

12Conclusion. — La composition éloignée de la liberté vivante qui caractérisait au début du ve/xie siècle le rythme de l’arabesque, annonce plutôt la systématisation qui dominera les enroulements, sinon mamelouks, du moins ayyoubides tardifs7 et se rapproche par certains traits des ornementations zenguides en Haute-Mésopotamie8.

Notes

1 J. Sauvaget, Ars Islamica, V, 207.

2 Aucune mention dans Ibn al-Qalânisi, Histoire de Damas ; dans H. Cr, Or. ; dans H. Derenbourg, Vie d’Ousama (Paris, 1866).

3 Cf. infra, 195.

4 Cénotaphe de Sirâf 527/1132 (supra, n. 307).

5 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497 / 1103 - 4 (supra, n. 292) ; — inscription peinte au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504 / 1110-1 (supra, pl. IV sq.) ; —inscription de l’émir Onor à Bosra 455 / 1149 : Répertoire, n° 3146 ; Van Berchem, Inscriptions arabes en Syrie, 437, pl. III, fig. 5 et 6 ; Brünnow et Domaszewski, Die Provincia Arabia, III, 212, fig. 1098 ; — épitaphe anonyme n° I, supra, 180.

6 Inscription de Malik Châh à la Grande-Mosquée d’Amida 384/1091 (supra, n. 370) ; — inscription de la Niẓâmiya de Khargird 450 / 1058 - 485 / 1092 (supra, n. 307) ; — mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul 543 / 1148 (supra, n. 310).

7 Cénotaphe de Saladin à Damas 591/1195 (supra, n. 288) ; — cénotaphe de Faḍâ à Homs 664/1265 (supra, n. 295) — en Égypte : inscription ayyoubide sur stuc à la madrasa du sultan al-Malik Maḥammad 622/1226, M. Van Bercmem, CIA Eg. I, pl. XXX, n° 1 ; — de même, écriture naskhi sur fond de rinceaux spirales au minbar d’al-Aqṣâ à Jérusalem 564/1168-570/1175, CIA Jérusalem, III, n° 277, pl. 29-30.

8 Mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul 543/1148 (supra, n. 310) ; — inscription de Saladin à Mayyâfâriqîn 581/1165-589/1193 (supra, n. 344).

Table des illustrations

Légende Fig. 106. — Cénotaphe de Badr : croquis du cénotaphe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 107. — Cénotaphe de Badr : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3877/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 108. — Cénotaphe de Badr : tableau alphabétique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3877/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 109. — Cénotaphe de Badr : fragment du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3877/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 110. — Cénotaphe de Bade : éléments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3877/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.