Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Épitaphe anonyme n° I

Texte intégral

1Au cimetière de Bâb Ṣaghîr, épitaphe anonyme, sans date. Deux panneaux comportant quatre cartouches distincts. Texte : Basmala. Coran, 2, 256 (Verset du Trône).

  • 1 Type d’encadrement souvent noté sur des inscriptions musulmanes d’origine syrienne. Cf. J. Sauvaget(...)

2Description générale. — Les cadres à queues d’aronde1 qui limitent chaque ligne évoquent l’entourage des inscriptions antiques. Malgré la grossièreté de l’exécution, la composition intérieure se rattache aux principes ornementaux du coufique « à rinceau ondulé » et demande à être comparée à celle des deux précédentes épitaphes. Nous remarquons en effet l’indépendance de la tige florale, qui circule tantôt au-dessus, tantôt au-dessous, des hampes hautes et n’est jamais issue des lettres qu’elle accompagne. Comme on peut le constater d’après un schéma (v. fig. 103), ses enroulements proches du rinceau ne manquent pas d’élégance.

Fig. 103. — Épitaphe Anonyme N° I : schéma du décor floral.

3Alphabet. — De dimensions et d’épaisseur inégales, plutôt trapus (rapport moyen de 1 à 7 entre largeur et hauteur des alif), les caractères trahissent l’inhabileté du sculpteur, aussi bien par l’irrégularité de la ligne d’écriture que par la variété désordonnée des types employés. Cependant, signe d’une certaine recherche, des inflexions semi-circulaires agrémentent quelques lettres et les biseaux laissent parfois la place à des terminaisons bilobées.

4Sur un tableau alphabétique (v. fig. 104), on observe que les caractères à hampe droite verticale n’offrent aucun souci décoratif, mais que les alif sont caractérisés par un retour à angle droit à leur base dirigé soit vers la droite (n° 1 c), soit plus souvent vers la gauche (n° 1 a et b). Les lettres basses de type ou sîn sont d’une hauteur très variable et le final de samawât ne s’orne point d’indentation au-dessous de la ligne d’écriture. Les jîm se font surtout remarquer par leur absence de proportions et le dessin irrégulier de leurs contre-courbures. Les dâl ont tous une forme aberrante, mais appartiennent au type souple de ce caractère. Les queues, courtes et orientées vers la gauche, des lettres de type râ, sont fort variées : tantôt véritablement « en virgule » (noûn), tantôt plus minces et disgracieuses (wâw), tantôt larges (râ, n° 5 b) ; un (n° 5 c) ne se distingue même pas d’un final. Le sâd est caractérisé par son extrême rigidité ainsi que par la fente bilobée dont s’orne sa queue horizontale. Les fâ, tous de dessin pointu (n° 10 a, b, c et d), tandis qu’un seul offre une pointe médiane (n° 10 d), ont des dimensions fort inégales (comparer les nos 10 a et 10 c) ; de même pour les mîm, ronds (n° 13 a) ou pointus (n° 13 b), à queue épaisse (n° 13 d) ou effilée (n° 13 c), ainsi que pour les todio. Les ‘ain médians sont de dessin trilobé. Les yâ, finaux ou isolés, présentent de telles différences de dessin qu’on a peine à y reconnaître la même lettre. Les lâm-alif, après un premier croisement au-dessus d’un culot décoré d’une indentation, sont pourvus de deux hampes verticales qui se brisent de part et d’autre en retour d’équerre à la limite supérieure du bandeau ; un seul, d’allure cursive, se termine par deux courbes symétriques dont les concavités se font vis-à-vis. Le mot Allah enfin (n° 19) fait preuve d’une grande simplicité avec, pour tout ornement, une ligature arrondie descendant au-dessous de la ligne de base entre lâm et et une inflexion à angle droit de l’extrémité supérieure du lâm (l’une de ces extrémités s’épanouit de plus en lobe arrondi).

  • 2 Type étudié à propos de l’alphabet de « Faṭima », supra, 153 et n. 288.
  • 3 Type caractéristique du « coufique des Atabegs », v. infra, 198, n. 402.
  • 4 Type étudié à propos de l’alphabet d’ « Abân », supra, 172 et n. 356.

5Éléments de comparaison. — Les traits les plus significatifs de cette écriture restent sans précédent connu dans l’épigraphie coufique, tels les alif à retour angulaire vers la gauche et les dâl : ils trahissent surtout une incompréhension complète du sculpteur à l’égard des types de lettres qu’il exécutait. L’ensemble de l’alphabet appartient au répertoire de l’épigraphie syrienne des ve/xie et vie/xiie siècles, tel que nous l’avons précédemment caractérisé : lettres simples et lisibles, jîm à contre-courbure2, et noûn à queue courte3, dâl au-dessus de la ligne, et mîm de dessin pointu, ‘ain trilobés, lâm-alif h hampes ornées4.

Fig. 104. — Épitaphe Anonyme N° I : tableau alphabétique.

6Décor floral. — La maladresse du décor floral n’est pas moins évidente que celle de l’écriture. Son dessin de base rappelle pourtant celui de l’arabesque de « Fâṭima » avec une ligne onduleuse ne prenant fin que d’une manière artificielle aux extrémités des cartouches ; le souci du réalisme végétal ne s’y manifeste pas davantage et les éléments adventices y sont également répartis en fonction des espaces vides laissés par le texte écrit.

7La tige, épaisse et régulière, tient par son volume même une place fort importante ; un renflement en forme de bourgeon y marque le départ de chaque rameau secondaire et elle est encore alourdie par des excroissances globuleuses, de petites feuilles recourbées dépourvues de pétiole et des élargissements triangulaires. Les fleurons se réduisent à quelques types simples, faciles à inventorier et susceptibles de variations peu nombreuses (v. fig. 105). Les feuilles symétriques sont plus ou moins grandes (nos 1 a et 1 b), mais de forme à peu près identique avec trois lobes pointus à peine découpés ; une seule, à cinq lobes, affecte la forme d’une palmette dentelée et s’orne intérieurement d’une fente en boutonnière (n° 2). Parmi les terminaisons asymétriques, on distingue une feuille trilobée (n° 1 c) proche du type de la feuille d’acanthe pliée en deux, toutes les autres n’étant constituées que par des épanouissements bilobés ou des enroulements de la tige florale (nos 3 et 4) ; c’est dans leur cas que ressort le mieux la pauvreté sèche du décor.

  • 5 Cf. par exemple les feuilles trilobées d’ « Abân », les terminaisons asymétriques de « Fâṭima », su (...)
  • 6 En Syrie du Sud : texte de construction fatimide à la Qoubbat as-Sakhra de Jérusalem 413 / 1022-3 : (...)

8Quelles que soient les différences entre cet ornement et les arabesques des épitaphes damascaines précédentes, leurs éléments constitutifs n’en sont pas moins semblables5 et appellent les mêmes comparaisons. On peut seulement ajouter que l’allure générale du décor pauvre et grossier se retrouve plus particulièrement sur des inscriptions de Syrie du Sud ou d’Égypte6.

Fig. 105. — Épitaphe Anonyme N° I : éléments du décor floral.

9Conclusion. — Cette inscription est dans l’ensemble assez pauvre en enseignements. Mais nous pouvons en faire état comme d’un spécimen moyen de ce coufique « à rinceau ondulé », dont nous n’avions étudié jusqu’alors que des manifestations particulièrement remarquables. Si le mode de composition se rapproche de celui de certains bandeaux épigraphiques égyptiens, c’est qu’en Syrie comme en Égypte une même incompréhension du riche ornement oriental a pu se manifester parfois et appauvrir le dessin de l’arabesque venue se substituer aux méthodes décoratives du « coufique fleuri ».

Notes

1 Type d’encadrement souvent noté sur des inscriptions musulmanes d’origine syrienne. Cf. J. Sauvaget, Rev. Arts Asiatiques, 1934, 26. On peut rapprocher le rang d’oves d’inspiration hellénistique déjà remarqué sur le tombeau d’Abân, supra, 178.

2 Type étudié à propos de l’alphabet de « Faṭima », supra, 153 et n. 288.

3 Type caractéristique du « coufique des Atabegs », v. infra, 198, n. 402.

4 Type étudié à propos de l’alphabet d’ « Abân », supra, 172 et n. 356.

5 Cf. par exemple les feuilles trilobées d’ « Abân », les terminaisons asymétriques de « Fâṭima », supra, 176 et 160.

6 En Syrie du Sud : texte de construction fatimide à la Qoubbat as-Sakhra de Jérusalem 413 / 1022-3 : CIA Jér., n° 220 à 222 ; — en Egypte : inscriptions de Ma’moûn al- Batâ’ikî à la mosquée d’al-Aqmar 519 / 1122 : Répertoire, n° 3011-2 ; CIA Eg. I, pl. XX-XXI ; — inscriptions fatimides du début du xiie siècle : H. Glidden, Ars Islamica, VI, 94 ; — panneau d’al-Ḥâfiẓ, tombe des califes abbassides au Caire 541 / 1146 - 7 (supra, n. 326) ; — frise coranique de la mosquée d’as-Ṣâliḥ Ṭalâ’î 555 / 1160 (supra, n. 326) ; — inscription fatimide sur pierre du vie/xiie siècle au musée du Caire, G. Wiet, Bull. Inst. Eg. XXIV (1941-42), pl. VIII, 145, 158.

Table des illustrations

Légende Fig. 103. — Épitaphe Anonyme N° I : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 104. — Épitaphe Anonyme N° I : tableau alphabétique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 105. — Épitaphe Anonyme N° I : éléments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search