Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe d’Abân, fils de ‘Oṯmân

Texte intégral

  • 1 Cf. Sauvaget, Ars Islamica V (1938), 207.
  • 2 Inscription de six lignes en naskhi négligé, inédite :
    ابى سيدنا (3) هفمذا تم سيدي أبارى (2) بها(ئ أ (...)
  • 3 Certaines parties sont complètement effacées. En outre, la restauration n’a pas respecté la place o (...)

1Au cimetière de Bâb Saghîr dans un petit mausolée, non loin des monuments de Fâṭima et de Sokaina, cénotaphe en pierre en forme de coffre avec deux bobéchons1, dont l’un surmonte une stèle quadrangulaire portant une épitaphe tardive2. Le cénotaphe a été restauré. Tout autour, bandeau épigraphique mal conservé3, dont seuls quelques fragments peuvent être analysés.

2Texte : Basmala. Coran, 3, 16 (début). Coran, 22, 76-8.

  • 4 V. Eric. Isl., s. Abân ; L. Caetani, Cronografia Islamica, V, 1311 ; lbn ‘Asâ-kir, II, 131. Sur sa (...)
  • 5 Nous lisons dans la compilation tardive d’An-Nawawî : « Les docteurs s’accordent à dire que ce fut (...)

3Identification. — Le personnage auquel est attribué le cénotaphe est connu. Abân b. ‘Otmân, fds du troisième calife, traditionniste et auteur de Maghâzî, était un des « Suivants » des Compagnons du Prophète ; il mourut, sinon exactement en 105/723-4, du moins pendant le règne du calife omeyyade Yazîd b. ‘Abd al-Malik (720-4)4 et, selon la tradition unanime, c’est à Médine qu’il fut enterré5.

  • 6 Ibn Jobaïr (Rila, éd. de Gœje, 279) y signale les tombeaux de Mo’âwiya et de sa sœur Oumm Ḥabîba, (...)
  • 7 On peut songer en particulier à Abân b. Sa’îd al-Qorachî al-Omawî, qui appartenait à la même famill (...)
  • 8 Cf. Ibn Jobaïr, Rila, 279 ; Al-Harawî, Kitâb az-Ziyârât, ms. Paris ar. 5975, f° 10 a et b ; Descri (...)

4La localisation de sa tombe à Damas peut donc sembler surprenante ; en fait cette tradition erronée s’apparente à toutes celles qui, dans le cimetière de Bâb Saghîr, sont encore attachées à des lieux de pèlerinage plus ou moins authentiques, parmi lesquels diverses tombes omayyades6 ; peut-être d’ail leurs s’est-elle appuyée sur le souvenir d’un autre Abân7. Le monument conservé ne date évidemment pas de l’époque du personnage qu’il commémore et l’épitaphe elle-même est encore plus tardive. Quant aux témoignages des auteurs arabes, ils ne nous renseignent pas beaucoup à ce sujet : ni les voyageurs comme Ibn Jobaïr et al-Harawî, ni les historiographes de la ville ne foui mention à Damas de la tombe d’Abân b. ‘Oṯmân8.

Fig. 98. — Cénotaphe d’Abân : schéma du décor floral.

Fig. 99. — Cénotaphe d’Abân : oves.

5Description générale. — Comparables aux bandeaux de « Fâṭima » pour la qualité de l’exécution et le procédé décoratif, les fragments épigraphiques du cénotaphe d’Abân s’en distinguent par une plus grande importance du texte calligraphique. Non seulement le dessin des caractères a déterminé celui du décor floral dans les espaces restés vides, mais ce dernier, au lieu de garder sous les hampes son rythme continu, apparaît morcelé par l’écriture en rameaux inégaux.

6Le caractère géométrique du tracé de l’arabesque ressort nettement sur un des fragments d’inscription analysés, suite de trois spires dont le mouvement rappelle celui du rinceau (v. schéma fig. 98). Les floraisons adventices, contrariées presque symétriquement, moins ramifiées et moins nombreuses, ne donnent plus au décor cet aspect confus à force d’exubérance qui caractérisait celui de « Fâṭima ». Le but visé n’est point tant la richesse que la clarté de la composition, comme en témoigne un tressé qu’encadrent quatre fleurons régulièrement disposés. Chaque tige est issue directement de l’écriture (ici dude raîm, puis du de Allâh, ailleurs du de huwa). Mais il s’agit d’une liaison artificielle entre deux éléments originaux ; la différence de valeur entre les lettres d’allure monumentale et les minces lignes de l’ornement végétal ne permet point de parler d’un « fleurissement des caractères ».

  • 9 Etant donné le caractère fragmentaire du bandeau, nous n’avons pu dresser qu’un tableau alphabétiqu (...)

7Alphabet. — L’élégance de l’écriture tient avant tout à l’harmonie des proportions ; d’allure un peu moins élancée que ceux de « Fâṭima », les caractères gardent en effet une épaisseur moyenne correspondant au dixième de la hauteur du bandeau. A l’équilibre harmonieux né de ce rapport s’ajoutent la régularité du dessin et la valeur de quelques lettres. Non seulement des accidents variés (inflexions semi-circulaires, ligatures en accolade, indentations) rompent la monotonie de la ligne de base, mais celle-ci est encore équilibrée par des recherches décoratives à la partie supérieure du bandeau (enrichissement des hampes). Les terminaisons hautes sont coupées en biseau ou légèrement lobées ; quant aux extrémités inférieures, elles s’effilent et n’alourdissent point la composition. Quelques découpures supplémentaires agrémentent des formes dont les variétés apparaîtront mieux sur le tableau alphabétique (fig. 100)9.

8Les hampes droites des alif et lâm, qui n’atteignent pas toujours le haut du bandeau, ne subissent que peu de modifications ; quelques alif présentent une indentation pointue au-dessous de la ligne d’écriture (n° 1 b) au lieu d’un simple retour à angle droit (n° 4 a) ; d’autres sont coupés nettement par un biseau oblique (n° 4 c). Les lettres droites de type dépassent en hauteur la moitié d’un âlif, tandis que les dents des sîn sont toutes basses et régulières. La contre-courbure des jîm, élégante et souple, se termine par un mouvement spirale assez accentué. Les dâl, agrémentés d’une inflexion semi-circulaire, s’infléchissent obliquement à leur partie supérieure. Les queues des râ, noûn finaux et wâw tantôt s’achèvent en ligne sinueuse en dessous de la ligne de base, tantôt se continuent par des hampes verticales à terminaisons recourbées (n° 46 a). Les hampes obliques des kâf, enrichies en leur milieu d’un redan plus ou moins décoré, se replient également à leur partie supérieure. Les ‘ain sont de forme trilobée, les mîm et les wâw, de dessin pointu. Quant aux hâ, tressés, ils se présentent comme particulièrement ornés et architecturaux : l’un formé par l’entrecroisement de deux boucles rigides symétriques (n° 45 a), l’autre par le passage d’une hampe oblique au travers d’une boucle à angles droits (n° 45 b). Un lâm-alif (n° 48 a) aux hampes rigides offre à sa partie supérieure une double brisure en retour d’équerre, tandis qu’un autre se termine par deux courbes symétriques (n° 48 b). Enfin, dans le mot Allah témoignant d’un plus riche souci décoratif, les lâm s’épanouissent en spirales et l’alif-lâm est formé parfois de deux lettres tressées (n° 19 b).

  • 10 Texte de construction à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — maqṣoûra de Bâb al- (...)

9Eléments de comparaison. — L’écriture d’ « Abân » se rapproche par la structure de ses caractères de celle que nous avons analysée sur le cénotaphe de Fâtima et nous pouvons lui appliquer la plupart des comparaisons auxquelles nous avions fait appel en étudiant cette dernière. Il lui manque cependant certaines exubérances et libertés de tracé : les et lâm-alif sont d’une forme plus classique (type du n° 48 a bien connu à Damas10 et l’égalité de hauteur des sîn est également la marque d’un style plus régulier.

  • 11 Texte de construction et inscription peinte au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, pl. IV (...)
  • 12 Texte de construction à la Grande-Mosquée 475/1082 (supra, n. 295) ; — maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 4 (...)
  • 13 Inscription coranique sur un tombeau des Sâlihîn 525/1130-1 (supra, n. 313) ; — mihrab de Noûr ad-D (...)
  • 14 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — frise de la madr. Cho’aibiya 545/1150 (su (...)
  • 15 A Alep, minaret de la Grande-Mosquée et frise de la Cho’aibiya ; — à Damas, texte de construction d (...)
  • 16 V. supra, n. 288.
  • 17 Cénotaphe de Faḍâ à Homs 664/1265 (supra, n. 295).

10Des faits paléographiques nouveaux méritent quelques recherches. Les indentations pointues, qui enrichissent la base des alif initiaux, se retrouvent rarement ailleurs11, tandis que les dâl, plus souples que ceux de « Fâṭima », n’en sont pas moins fréquents sur les inscriptions de Damas12 et parfois sur celles d’Alep13. L’épigraphie alépine offre les mêmes petits redans décorés aux hampes des kâf, les brisures en retour d’équerre à la partie supérieure des hampes, et, uniquement à la Cho’aibiya, les tressages plus ou moins compliqués entre hampes verticales14. Les courbes terminales ornant les lâm du mot Allah se rencontrent à Damas comme à Alep15 ; quant aux n° 15 a, nous en connaissons d’identiques sur l’inscription du cénotaphe de Saladin à Damas16. L’écriture coufique utilisée à l’époque mamelouke conservera tous ces procédés décoratifs en y ajoutant de nouvelles complications17.

Fig. 100. — Cénotaphe d’Abân : tableau alphabétique.

  • 18 Cf. minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra (...)

11Malgré l’emploi de terminaisons bilobées18, la perfection ornementale des lettres s’accompagne d’une impression de sobriété caractéristique des inscriptions damascaines ; mais des recherches de dessin, comparables à celles qu’offrent le bandeau du cénotaphe de Saladin et divers spécimens épigraphiques de la Syrie du Nord au temps de Noûr ad-Dîn, permettent d’attribuer à l’inscription d’Abân une date un peu plus tardive que celle du cénotaphe de Fâṭima.

  • 19 En particulier texte de construction 464/1071-2 : Répertoire, n° 2680 ; A. Gabriel, Voyages archéol (...)
  • 20 Dès la première inscription merwanide, celle de l’émir Aḥmad 426/1034-5 : Répertoire, n" 2411 ; S. (...)
  • 21 Application aux hampes courtes d’une autre inscription de l’émir Aḥmad 426/ 1034-5 : S. Flury, Isla (...)
  • 22 Dès l’inscription de l’émir Aḥmad 426/1034-5 (supra, n. 366).
  • 23 A partir de l’inscription de 437/1045-6 (supra, n. 312).
  • 24 Inscription de l’émir Aḥmad 437/1045-6 (supra, n. 312) ; — inscription de Malik Chah 484/1091-2 : R (...)
  • 25 A partir de l’inscription de 437/1045-6 (supra, n. 312).
  • 26 Ajouter le type des alif initiaux à l’indentation sous la ligne de base, connu dans l’épigraphie ir (...)
  • 27 Alif initiaux à base pointue, repliements horizontaux des lettres à la limite supérieure du bandeau (...)

12La comparaison avec les inscriptions de Haute-Mésopotamie, de Mayyâfâriqîn19 ou d’Amida s’avère ensuite la plus fructueuse ; sur ces documents en effet les extrémités sont bilobées20, des redans en arc agrémentent les hampes21, des inflexions à la partie supérieure22 ainsi que des brisures en retour d’équerre23 se dessinent, les wâw dressent des queues à terminaison rigide après une courbe mince24, enfin on trouve des alif-lâm croisés25. Il ne s’agit en aucun cas d’une identité de structure des caractères qui permette d’assimiler le coufique d’ « Abân » au coufique orné de Haute-Mésopotamie, mais nous constatons la transmission de certaines formules décoratives.. En revanche nul rapprochement significatif ne peut être établi entre l’alphabet d’ « Abân » et celui des inscriptions iraniennes, mises à part les survivances de la paléographie nettement orientale de « Fâṭima »26. Quant au coufique cairote tardif, il héritera seulement de certains des procédés décoratifs caractéristiques de l’épitaphe d’Abân27.

13L’alphabet du cénotaphe d’Abân nous apparaît donc avoir subi l’influence de l’art de la Haute-Mésopotamie dont il reflète un des stades d’évolution : enrichissement de la moitié supérieure du bandeau à l’aide de motifs paléographiques destinés à faire équilibre à la ligne de base.

14Décor floral. — Etant donné l’importance du rôle joué par l’écriture, la part assignée au décor floral est d’autant plus restreinte. La tige, régulière et très mince, s’agrémente d’excroissances globuleuses ou de feuilles courtes accompagnant la naissance des tiges adventices, mais jamais d’enroulements libres et variés (v. fig. 101). Les fleurons appartiennent au type simple de la feuille trilobée (fig. 102 a et b) ; de tailles très diverses et de dessin plus ou moins pointu, ils ne présentent de modifications qu’à leur partie supérieure, s’ornant parfois d’une dentelure supplémentaire, s’allongeant ou se recourbant jusqu’à se terminer en spirale. Quant aux feuilles asymétriques, elles sont très rares et paraissent dériver d’un type simplifié de la demi-feuille d’acanthe (fig. 102 c).

Fig. 101. — Cénotaphe d’Abân : fragment du décor floral.

  • 28 Texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292).
  • 29 Tombeau de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — tombe au cimetière des Sâlihîn 525/1130-1 (supra, n. (...)
  • 30 Texte de construction à Mayyâfâriqîn 464/1071 (supra, n. 343) ; — inscription au mihrab de la Grand (...)
  • 31 Inscription de l’émir Ahmad 437/1054-6 (supra, n. 312) ; — inscr. de l’émir Ahmad 444/1052-3 : S. F(...)
  • 32 Cf. supra, 62.
  • 33 V. liste de ces décors floraux à propos de l’épitaphe anonyme n° I, infra, 83.

15L’originalité du décor tient donc beaucoup moins à ses détails qu’à sa sobriété et à son appauvrissement à côté d’une écriture développée ; c’est ce qui, avec la discontinuité de la ligne onduleuse, différencie le plus l’ornement floral du cénotaphe d’Abân de celui de Fâṭima, tout en permettant de le mettre en rapport avec le décor d’autres inscriptions syriennes. Non seulement ses formes simples de fleuron symétrique sont fréquentes à Damas à l’époque ayyoubide, mais la tige mince à triple enroulement se rapprochant du type rinceau s’y rencontre aussi28 et nous connaissons ailleurs en Syrie une formule très proche : floraisons fragmentaires s’accrochant à des lettres architecturales et donnant parfois naissance à quelques fleurons plus importants29. De même en Haute-Mésopotamie nous observons des enroulements réguliers comparables à ceux du décor d’Abân, mais enrichis de terminaisons asymétriques plus découpées30, ou bien nous retrouvons le mode décoratif des légères arabesques florales, développées dans la partie supérieure des bandeaux entre des caractères trop architecturaux pour ne pas tenir la première place31. La ressemblance essentielle ne réside pas alors dans la structure même de l’ornement, confusion opposée à la clarté du décor damascain, mais dans cette impression d’ensemble que soulignait S. Flury : « (les rinceaux) garnissent le fond du bandeau d’une manière légère et rythmique (...) contraste violent avec les formes massives des lettres. » Ce dernier caractère n’apparaît au contraire jamais dans les inscriptions fatimides égyptiennes, même les plus tardives où un décor floral indépendant se superpose au coufique fleuri32 : effet tout autre produit par les rinceaux à vrilles développés à l’arrière-plan de caractères assez pauvres ou par les tiges onduleuses, épaisses et gauches, poursuivies à mi-hauteur de l’écriture, même si leurs feuilles simples sont proches de celles d’ « Abân »33.

Fig. 102. — Cénotaphe d’Abân : éléments du décor floral.

  • 34 Supra, 136.

16Conclusion. — Deux points essentiels sont donc à souligner : la parenté de l’ornement épigraphique du cénotaphe d’Abân avec celui du cénotaphe de Fâṭima ainsi que son aspect plus évolué. Si la séparation demeure entre écriture et décor floral, éléments distincts qui doivent concourir tous deux à l’équilibre de l’ensemble, un rôle plus important est dévolu aux caractères entre lesquels s’amoindrit une arabesque de tracé régulier. Ce changement du procédé décoratif, ainsi que l’apparition de certains faits paléographiques qui se perpétueront à l’époque mamelouke, nous conduisent à dater cette inscription du vie/xiie siècle. Nous y trouvons l’écho de l’évolution qu’avait alors subie l’épigraphie de Haute-Mésopotamie ; mais l’influence orientale y est beaucoup moins nette que dans les fleurons composites de « Fâṭima ». La clarté, caractéristique de l’ornement syrien, s’affirme par la simplification de l’arabesque et l’utilisation d’une rangée d’oves (fig. 99), complétant le sobre décor du cénotaphe, apparaît comme un trait local d’inspiration hellénistique : « lointaine tradition conservée depuis l’époque omayyade ou (...) copie directe de fragments de sculpture antique »34.

Notes

1 Cf. Sauvaget, Ars Islamica V (1938), 207.

2 Inscription de six lignes en naskhi négligé, inédite :
ابى سيدنا (3) هفمذا تم سيدي أبارى (2) بها(ئ ألتي الذي لا بموت (1
تزفي (6) والم’دغآءعيى …(5) عئائ رفدي سمع عن^ها (4) معا ئ بى
س ن£ ه ؟

3 Certaines parties sont complètement effacées. En outre, la restauration n’a pas respecté la place originelle des fragments qui se trouvent parfois intervertis.

4 V. Eric. Isl., s. Abân ; L. Caetani, Cronografia Islamica, V, 1311 ; lbn ‘Asâ-kir, II, 131. Sur sa mort, v. Ibn Sa’d, Tabaqât (éd. Sachau), V, 112, tradition reprise par AḎ-Ḏahabî, Kitâb al-ibar, ms. Paris ar. 158, f° 29 a, lbn ‘Asâkir, II, 131 et An-Nawawî, Tahdib, 125.

5 Nous lisons dans la compilation tardive d’An-Nawawî : « Les docteurs s’accordent à dire que ce fut un (traditionniste) digne de confiance qui mourut à Médine en 105 ».

6 Ibn Jobaïr (Rila, éd. de Gœje, 279) y signale les tombeaux de Mo’âwiya et de sa sœur Oumm Ḥabîba, encore visibles aujourd’hui. Sur le tombeau de Mo’âwiya, v. Damaskus, 97 sq.

7 On peut songer en particulier à Abân b. Sa’îd al-Qorachî al-Omawî, qui appartenait à la même famille et dont la mort comme chahîd est signalée entre 22 et 25 H. à l’une des batailles d’Ajnadîn, de Marj aṣ-Ṣoffar « près de Damas » ou du Yarmoûk (Ibn Al-Aîr, Ousd al-Ghâba, I, 35). Remarquons, en outre, que l’épitaphe fait mourir Abân en 45 H., date qui ne s’accorde pas avec la tradition relative au fils de ‘Oṯmân.

8 Cf. Ibn Jobaïr, Rila, 279 ; Al-Harawî, Kitâb az-Ziyârât, ms. Paris ar. 5975, f° 10 a et b ; Description, passim.

9 Etant donné le caractère fragmentaire du bandeau, nous n’avons pu dresser qu’un tableau alphabétique partiel.

10 Texte de construction à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 (supra, n. 295) ; — maqṣoûra de Bâb al-Mosallâ 497/1103-4 (supra, n. 292) ; — texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292) ; — tombeau d’Altountâch 514/1120, infra, 198 ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288) ; — épitaphe anonyme n° 1, infra, 182.

11 Texte de construction et inscription peinte au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, pl. IV sq. et n. 292) ; — texte de construction à Palmyre 527/1133-3 (supra, n. 295) ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288).

12 Texte de construction à la Grande-Mosquée 475/1082 (supra, n. 295) ; — maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103 (supra, n. 292) ; — texte de construction du tombeau de Ṣafwat al-Molk (supra, n. 292) ; — cénotaphes de Badr et d’Altountâh 514/1120, infra, 188 et 198 ; — texte de construction de Toghtagin 521/1127 (supra, n. 296) ; — décret de Noûr ad-Dîn 551/1156 (supra, n. 295) ; — cénotaphe de Sokaina, infra, 214.

13 Inscription coranique sur un tombeau des Sâlihîn 525/1130-1 (supra, n. 313) ; — mihrab de Noûr ad-Dîn au maqâm d’Alep (bois sculpté) 563/1168 (supra, n. 295).

14 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — frise de la madr. Cho’aibiya 545/1150 (supra, n. 290).

15 A Alep, minaret de la Grande-Mosquée et frise de la Cho’aibiya ; — à Damas, texte de construction de Toghtagin 521/1127 (supra, n. 296) ; — à Palmyre, texte de construction 527/1132-3 (supra, n. 295) ; à Damas, décret de Noûr ad-Dîn 551/1156 (supra, n. 295).

16 V. supra, n. 288.

17 Cénotaphe de Faḍâ à Homs 664/1265 (supra, n. 295).

18 Cf. minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — frise de la Cho’aibiya 545/1150 (supra, n. 290) ; — cénotaphe de Sokaina, infra, 212.

19 En particulier texte de construction 464/1071-2 : Répertoire, n° 2680 ; A. Gabriel, Voyages archéologiques, n° 112.

20 Dès la première inscription merwanide, celle de l’émir Aḥmad 426/1034-5 : Répertoire, n" 2411 ; S. FLURY, Islamische Schriftbùnder, pl. II, et même sur les anciennes inscriptions d’al-Moqtadir.

21 Application aux hampes courtes d’une autre inscription de l’émir Aḥmad 426/ 1034-5 : S. Flury, Islamische Schriftbânder, pl. III ; — application aux hampes obliques sur l’inscription de l’émir Aḥmad 437/1054-6 : Répertoire, n° 2522 ; S. Flury, ibid., pl. IV ; — redan orienté vers la droite et non plus vers la gauche comme précédemment sur l’inscription de l’émir Aḥmad 444/1052-3 : Répertoire, n" 2561 ; S. Flury, ibid., pl. VI ; puis richesse toujours accrue sur les inscriptions suivantes.

22 Dès l’inscription de l’émir Aḥmad 426/1034-5 (supra, n. 366).

23 A partir de l’inscription de 437/1045-6 (supra, n. 312).

24 Inscription de l’émir Aḥmad 437/1045-6 (supra, n. 312) ; — inscription de Malik Chah 484/1091-2 : Répertoire, n° 2792 ; S. Flury, Islamische Schriftbânder, pl. X.

25 A partir de l’inscription de 437/1045-6 (supra, n. 312).

26 Ajouter le type des alif initiaux à l’indentation sous la ligne de base, connu dans l’épigraphie iranienne : inscription de la tour de Mahmoud 388/998-421/1030 (supra, n. 333) ; — inscription de la Niẓâmiya de Khargird 450/1068-485/1092 (supra, n. 307) ; — cénotaphe de Sirâf 527/1132 (supra, n. 308).

27 Alif initiaux à base pointue, repliements horizontaux des lettres à la limite supérieure du bandeau, inflexion à la base des dâl, adjonction d’une hampe droite à la queue des wâw. Cf. inscription de Talâ’î b. Rozziq à la mosquée aṣ-Ṣâliḥ au Caire 555/1160 : Répertoire, n° 3231 ; M. Van Berchem, CIA Eg. I, pl. XXIII.

28 Texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 (supra, n. 292).

29 Tombeau de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — tombe au cimetière des Sâlihîn 525/1130-1 (supra, n. 313) ; — mihrabs en stuc de Palmyre vie/xiie siècle (supra, n. 322).

30 Texte de construction à Mayyâfâriqîn 464/1071 (supra, n. 343) ; — inscription au mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul 543/1148 (supra, n. 310) ; — inscription de Saladin à Mayyâfâriqîn 581/1185-589/1193 (supra, n. 344).

31 Inscription de l’émir Ahmad 437/1054-6 (supra, n. 312) ; — inscr. de l’émir Ahmad 444/1052-3 : S. Flury, Islamische Schriftbânder, pl. VI ret VII ; — inscr. de Malik Châh 484/1091-2 (supra, n. 370) ; — inscr. de 559/1163-4 : Répertoire, n° 3257 ; S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. XII.

32 Cf. supra, 62.

33 V. liste de ces décors floraux à propos de l’épitaphe anonyme n° I, infra, 83.

34 Supra, 136.

Table des illustrations

Légende Fig. 98. — Cénotaphe d’Abân : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 99. — Cénotaphe d’Abân : oves.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 100. — Cénotaphe d’Abân : tableau alphabétique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 101. — Cénotaphe d’Abân : fragment du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 102. — Cénotaphe d’Abân : éléments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3875/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 562k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search