Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Le cénotaphe de Fâṭima

Texte intégral

1Monuments : n° 16.

  • 1 Publication par E. De Lorey et G. Wiet, Cénotaphes de deux dames musulmanes, Syria, 1921, 221-225, (...)

2Au cimetière de Bâb Ṣaghîr, cénotaphe sculpté découvert il y a une trentaine d’années lors de la réfection d’un petit mausolée1. Bloc de pierre en forme de sarcophage antique portant sur ses quatre faces comme seul ornement les inscriptions dont voici le texte ou le contenu :

  • 2 Il n’existe aucune reproduction de la face A qui, étant située à 25 cm. environ du mur, est impossi (...)

3faces A (grand côté), B (petit côté) et G (grand côté), Coran, 2, 256 (« Verset du Trône », fréquent sur les tombes) en deux lignes superposées2,

4face D (petit côté), épitaphe sur quatre lignes :

  • 3 Répertoire, n° 2529.

5« Ceci est la tombe de Fâṭima, fille d’Aḥmad, fils d’al-Ḥosain, fils d’as-Sibṭî, décédée — que Dieu soit satisfait d’elle — en Rajab 439/janvier 1048 »3

6Identification. — A la recherche historique sur ce personnage menée sans résultat par E. de Lorey et G. Wiet nous n’avons rien à ajouter. Le texte précis de l’épitaphe suffit à réfuter l’opinion populaire qui identifie cette Fâṭima avec la sœur de Sokaina, fille d’al-Ḥosain et descendante du Prophète ; peut-être le terme d’as-Sibṭî (faisant penser au surnom des fils de ‘Alî, Sib), ainsi que les noms célèbres d’al-Ḥosain et de Fâṭima, explique-t-il le choix de ce tombeau comme objet de la piété chiite.

  • 4 Nous avons utilisé, pour l’étude de la face C, une copie sur calque appartenant à J. Sauvaget. Pour (...)

7Description générale. — Sculptées en relief selon la même technique, les lettres des bandeaux portant le verset coranique et l’épitaphe diffèrent de taille et de richesse décorative : dans le premier cas, coufique ornemental à grands caractères ; dans le deuxième, formes plus sévères et plus anguleuses. Cette distinction reste cependant secondaire devant l’unité de style de l’ensemble et, les faces B et C étant les plus faciles à examiner en détail, c’est presque uniquement sur elles que repose notre analyse4 (v. fig. 90, 91 et 92).

Fig. 90. — Cénotaphe de Fâima : fragment de l’inscription coranique.

8L’écriture s’y détache sur un fond d’arabesques aux riches fleurons. Bien que l’ornement floral et les caractères soient intimement mêlés, on reconnaît la primauté de ces derniers dans le tracé de la composition. Ce sont les champs libres qui ont commandé le dessin de l’élément décoratif rejeté dans la moitié supérieure du bandeau et rythmé par les hampes hautes qu’il ne recouvre qu’accidentellement. L’arabesque offre ainsi des enroulements aux courbes inégales mais toujours régulières ; tandis que sur le petit côté elle se rapproche quelque peu du type rinceau, ailleurs elle s’épanouit en longue ligne sinueuse d’où jaillissent des floraisons adventices. Son origine est indépendante de l’écriture : si dans les bandeaux B1 et B2 la tige est reliée artificiellement à un dâl, dans C 1 c’est derrière une lettre qu’elle naît et dans C2 elle sort du cadre extérieur lui-même. Le procédé décoratif ne peut donc être caractérisé comme un « fleurissement des caractères » mais comme l’adjonction à ces caractères d’un ornement floral continu. D’où la nécessité d’analyser séparément les deux ensembles harmoniques distincts.

Fig. 91. — Cénotaphe de Fâima, bandeaux 1 et 2 de la face C : schéma du décor floral.

Fig. 92. — Cénotaphe de Fâima, bandeaux 1 et 2 de la face B : schéma du décor floral.

9Alphabet. — L’élégance s’affirme comme la qualité essentielle de l’écriture aux lettres élancées (rapport de 1 à 12 entre épaisseur et longueur des hampes verticales). Leur minceur constante, quelle que soit leur forme, aide à l’unité de l’ensemble ainsi que la régularité des contours aux lignes droites et courbes bien dessinées.

  • 5 Cf. F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 273 n. 1, liste des inscriptions coufiques (...)
  • 6 Existence de ligatures semi-circulaires sur une inscription de 265/878 : J. Sauvaget, Rev. Et. Isl. (...)

10La rigidité de l’horizontale de base, caractéristique essentielle de toute écriture coufique, est brisée par des ligatures semi-circulaires et des inflexions à la partie inférieure des caractères, signe d’une évolution paléographique assez avancée (noter la ligature avant le final dans le mot koursiyyou-hou)5sans que l’on puisse tenir cette particularité pour un indice chronologique certain6. Quant aux terminaisons des lettres, ce sont elles qui, par leur simplicité, allègent le plus l’écriture : extrémités inférieures effilées, extrémités supérieures élargies en biseaux. Peu d’ornements supplémentaires surchargent les caractères dont la variété suffit à créer l’impression de richesse produite par l’ensemble.

  • 7 Dans ce tableau la numérotation des types de lettres correspond à l’ordre de l’alphabet arabe, les (...)

11Avant de rechercher les éléments de comparaison qu’appelle ce type d’écriture, c’est à partir d’un tableau alphabétique (fig. 93)7 qu’il est nécessaire de définir ses traits essentiels.

12Les hampes verticales des alif et lâm se dressent sans indentation ; deux lettres basses sont anormalement allongées, (n° 2 a) de bichai’in et(n° 17 a) support de hamza de ya’ ‘ouddou, cette dernière hampe s’incurvant en quart de cercle à sa partie supérieure. Les autres lettres droites de typen’offrent rien de particulier, pas plus que les sîn aux dents inégales plus ou moins écartées. Les jim, â, kâf et ont des hampes qui s’inclinent vers la gauche lorsqu’elles rencontrent la limite supérieure du bandeau, puis s’enroulent légèrement. Le profil des jîm suit une ligne à contre-courbure débutant par une petite attaque triangulaire ; leur mouvement est particulièrement élégant, type dit en « col de cygne ». Les dâl dessinés avec deux traits parallèles égaux ne présentent pas toujours de retour final en équerre ; si l’un d’eux (n° 4 d, celui de aidîhim) est tracé à angle droit, d’autres (nos 4 a, b et c) s’infléchissent souplement à leur extrémité supérieure. On peut classer aussi dans cette catégorie de lettres un â (n° 8b) de forme intéressante avec redan pointu sous la ligne. Les queues sinueuses des râ, âd, mîm finaux, wâw et se terminent par une pointe effilée vers la gauche, à l’exception de celle d’un noûn qui remonte dans la partie supérieure du bandeau. Les corps ronds ou ovoïdes des fâ, mîm, wâw dessinent une pointe terminale suivant la direction de leur axe médian. Quant aux ‘ain, les uns affectent une forme rectangulaire (n° 9 c final), les autres un tracé trilobé (n° 9 b). C’est enfin dans le dessin des médians et des lâm-alif qu’apparaît le plus d’ingéniosité créatrice. Les hâ, tordus en nœud, diffèrent les uns des autres par quelque détail, mais comportent en général une boucle allongée par laquelle repasse leur hampe. Les lâm-alif ne se laissent réduire à aucun type uniforme ; tout au plus peut-on distinguer ceux de forme rigide dont les deux hampes accolées s’élèvent d’une base en forme de cloche agrémentée d’un redan inférieur pointu (nos 18 a et b), ceux dont les hampes arrondies s’épanouissent largement après avoir dessiné deux contre-courbes symétriques (nos 18 e, g et h) et ceux dont les parties droites s’agrémentent de redans décoratifs à mi-hauteur ou de retours en équerre à leur partie supérieure (nos 18 c et d) ; un dernier mérite une mention particulière pour l’originalité de son tracé asymétrique (n° 18 i). A noter également la forme hexagonale de certains culots.

Fig. 93. — Cénotaphe de Fâima : tableau alphabétique.

Fig. 93. — Cénotaphe de Fâima : tableau alphabétique (suite).

  • 8 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — épitaphe anonyme n° 1 : infra, 180 ; — peintures intérieures du m (...)
  • 9 Epitaphe de Balak 518/1124 : Répertoire, n° 3006 ; J. Sauvaget, Ars Islamica, V, 207, fig. 2 et 3.
  • 10 Frise du minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 : Répertoire, n° 2783 ; E. Herzfeld, Ars Isla (...)
  • 11 Texte de construction 465/1072 : Répertoire, n° 2699 (Photographie J. Sauvaget) ; — minaret de la G (...)
  • 12 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — maqsoûra de la mosquée de Bàb al-Moṣallâ 497/1103-4 : Répertoire,(...)
  • 13 Texte de construction à la mosquée al-Aqṣâ 458/1065 : S.A.S. Husseini, The Quartely of the Départ, (...)
  • 14 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; (...)
  • 15 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — épitaphes d’Aboû‛d-Dardâ‛ et Umrn ad-Dardâ‛ à Damas : Musée Natio (...)
  • 16 A Damas, texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1101-1 (supra, n. 292) ; – texte de (...)
  • 17 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290).
  • 18 Décret de Noûr ad-Dîn 551/1156 (supra, n. 295).
  • 19 Texte de construction au minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 : J. Sauvaget, Rev. Et. Islam., 1931 (...)

13Éléments de comparaison. — Une fois mis à part les traits communs à la plupart des inscriptions coufiques de cette époque tels que la rigidité des lettres droites hautes ou basses, les retours en équerre vers la droite à la base des alif, le dessin pointu des fâ, mîm ou wâw, la découpure trilobée des ‘ain, la flexion plus ou moins accentuée des hampes obliques (â, kâf), quelques rapprochements avec d’autres inscriptions syriennes méritent d’être relevés. Les hampes à contre-courbure sont reconnaissables sur diverses inscriptions de Damas 8 et leur souplesse de dessin se retrouve dans les spécimens plus riches de l’épigraphie alépine : jîm h biseau très élargi9 ou à terminaison fleurie10. Les dâl, différents de ceux des inscriptions plus tardives de Damas, font penser aux dâl de certaines inscriptions d’Alep11. Des queues de noûn et de râ, terminées sous la ligne d’écriure, existent exactement semblables à Damas12 et à Jérusalem13 ; elles appartiennent aussi à l’épigraphie d’Alep où elles se mêlent très souvent à des queues montantes14. Les en forme de nœud sont d’un type courant en Syrie15 tant à Damas qu’à Alep où ils voisinent parfois avec les simples (hampe courbe s’élevant d’une lettre à corps rond) : leurs dessins, courbes ou anguleux, ne sont point identiques, mais répondent à la variété des types de utilisés sur notre inscription. Rapprochons également de ces derniers des simples dont la hampe, par son inflexion sous la ligne de base, ébauche un premier repli sur elle-même16. Les lâm-alif font preuve d’une telle invention décorative que nous devons renoncer à trouver des exemples identiques, mais l’on connaît à Alep17 ainsi qu’à Dama18, le dessin de leurs bases en forme de cloche. Enfin l’indentation qui donne aux ligatures entre les lettres l’aspect d’un arc en accolade assez rare à Damas dans l’écriture des inscriptions que nous avons pu analyser, apparaît au contraire à Alep19.

  • 20 Cf. inscription du tombeau d’Aboûl- ‛Alâ‛ à Ma‛arrat an-No‘mân 449/1057 : E. Littmann, Semitic Insc (...)

14Ces détails, qui rapprochent plutôt l’écriture de « Fâṭima » de celle des spécimens épigraphiques de la Syrie du Nord, ne l’empêchent point de s’en distinguer par sa sobriété et l’absence de fleurissement des caractères ; son originalité ressort en outre de sa date : les spécimens comparés lui sont nettement postérieurs et les rares inscriptions coufiques exactement contemporaines, appartenant soit à la Syrie du Nord, soit aux régions méridionales, témoignent d’un style différent20.

  • 21 V. sur les divers types de coufique, les remarques de S. Flury, Ornemental kufic inscriptions on po (...)
  • 22 Ainsi lâm-alif semblable à celui de tâ youhitoûna (n° 18 e) dans S. Flury, Syria, 1936, 373, fig. 5
  • 23 Cf. les bandeaux épigraphiques des mosquées al-Hakim et al-Azhar dans S. Flury, Die Ornamente, pass (...)
  • 24 Texte historique de Badr al-Jamalî à la mosquée Joyoûchî : Répertoire, n° 2752 ; M. Van Berchem, CI (...)
  • 25 Inscription au nom d’al-’Amir sur un mihrab d’al-Azhar 519/1122 : Répertoire, n° 3013 ; M. Van Berc (...)

15Des genres d’écriture apparentés n’étaient cependant pas inconnus en d’autres régions du monde musulman et l’on s’en rend compte pour peu qu’on ne limite pas sa documentation aux types du « coufique fleuri », apanage de l’art fatimide21. C’est entre ce dernier et l’alphabet de « Fâtima » qu’il existe le moins de points de contacts, mises à part les survivances du coufique simple22. A la rigidité toujours un peu maladroite de l’épigraphie cairote jusqu’au ve siècle, rigidité subsistant même dans le cas d’un fleurissement développé des caractères, s’oppose une souplesse de dessin qui frappe, sur notre inscription, l’observateur le moins avert23. Un point seul mériterait une recherche plus précise : l’apparition en Egypte d’un en forme de nœud ressemblant à ceux de notre inscription. Les premiers exemples de ce type de lettre, accompagnés de à terminaison effilée, sont datés de 478/108524 ; on les retrouve ensuite à maintes reprise25. Il semble donc que ces formes de caractères, inconnues de la première épigraphie fatimide, puis fort en faveur, résultèrent d’une influence syrienne, sensible en architecture, qui s’exerça vers la fin du ve siècle.

  • 26 Liste dans G. Wiet, Arabie Inscriptions in Persia, in A. U. Pope, Survey, 1785 et, plus complète, d (...)
  • 27 Par exemple : inscription sur le portail du mausolée de Tchihil Dukhteran à Damghâm 446/1054 : Répe (...)
  • 28 Pezard et Ravaisse, Mission archéologique de Perse, XV, pl. XIV (inscr. de 527/ 1132). Cf. aussi un (...)
  • 29 Cf. inscriptions de la mosquée de Nâyin : S. Flury, Syria, 1921, pl. XXIII ; — inscription circulai (...)

16Pour le coufique iranien, les documents classés sont malheureusement peu nombreux26. Mais c’est là que nous retrouvons, dès une époque ancienne, les caractères souples juxtaposés au décor floral et les faits paléographiques qui se rapprochent le plus de ceux que nous avons remarqués sur « Fâṭima » ; notons le mouvement sinueux donné aux simples biseaux, l’effilement des queues sous la ligne, l’attaque triangulaire à la base des jîm à contre-courbure, le dessin pointu et le profil en cloche des corps de caractères, les lettres de formes tressées ou nouées et les inflexions en accolade à la ligne de bas27. Un cénotaphe de Sirâf, assez tardif, reste un bon exemple de la survivance de ces formules décoratives dans un style proche par sa sobriété de celui des inscriptions damascaines28 : absence de ces terminaisons feuillues et tressages de hampes qui apparaissent en Iran dès le iiie/ixe siècle29.

  • 30 Date 543/1148 : Répertoire, n° 3138 ; F. Sarre et Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 223, fig. 23 (...)
  • 31 V. principalement S. Flury, Islamische Schriftbänder : Amida et A. Gabriel, Voyages archéologiques.
  • 32 Répertoire, n° 2411 ; S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. II, fig. 1 ; M. VAN Berchem et J. Str (...)

17Ces rapprochements ne témoignent point nécessairement d’échanges entre l’art iranien et l’épigraphie syrienne, mais pourraient servir à jalonner l’évolution d’un plus vaste ensemble. Aussi est-il particulièrement regrettable que nous ne connaissions pas les anciennes inscriptions mésopotamiennes ; le seul document apparenté dont nous puissions faire état est un bandeau tardif en stuc au mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul30, faisant justement preuve d’un style paléographique comparable à celui de l’inscription de Fâṭima (hampes à contre-courbure, queues effilées sous la ligne de base, ligatures à indentations pointues). Nous possédons aussi de nombreux matériaux sur une autre région de Haute-Mésopotamie, plus éloignée du centre bagdadien, donc plus provinciale au point de vue artistique, mais de grande importance pour l’épigraphie monumentale, celle d’Amid31 : les recherches qui s’y firent jour influencèrent jusqu’au style des inscriptions de la Syrie du Nord. Or, des ressemblances sont manifestes entre l’alphabet de « Fâṭima » et celui des premières inscriptions coufiques d’Amida, assez simples malgré les extrémités fleuries ou tout au moins lobées des caractères ; il suffit d’observer, sur une inscription merwanide de l’émir Aḥma32, les râ, sîn,.âd, ‘ain, mîm, wâw, lâm-alif et dâl dont la partie supérieure se prolonge par une tige florale. Cependant à Amida n’apparaissent jamais de jîm à contre-courbure ni de tressés en nœud et dès 437/1045-6 la richesse et la complication des lettres, courbées, dentées, liées et même tressées, deviennent telles qu’on peut à peine évoquer en comparaison la liberté de nos lâm-alif. Sur les inscriptions plus tardives, la différenciation des formules décoratives ira s’accentuant.

18Ce rapide tour d’horizon ne permet certes point d’assigner une filiation à l’écriture du cénotaphe de Fâṭima ; il suffit du moins à montrer qu’il ne lui manque pas de documents comparables. Si en effet son style ne présente aucune affinité avec le coufique fleuri « fatimide » (caractérisé essentiellement par les inscriptions égyptiennes), il révèle un souci de richesse dans le dessin dont l’équivalent, encore que plus touffu d’aspect, se trouve en Iran et en Haute-Mésopotamie. D’une manière générale il semble que ce soit dans les régions de l’est mésopotamien que l’on puisse trouver les plus nombreux exemples d’une même conception et d’une même réalisation esthétique du rôle de l’écriture.

19Décor floral. — L’examen du décor floral nous confirme dans cette vue, pour autant que nous analysions ses divers éléments en leur cherchant également des points de comparaison. Ce décor, essentiellement distinct des caractères ainsi que nous l’avons déjà souligné, se présente de la façon suivante (v. fig. 94 et 95).

20La tige qui joue dans l’arabesque un rôle important par ses multiples enroulements est lisse, mince, non refendue ; parfois elle offre des élargissements triangulaires à fente centrale au travers desquels elle repasse (fig. 95, n° 7 a) ou bien elle semble traverser une feuille dont elle prolonge ainsi le lobe supérieur (n° 40 a). On pourrait voir dans cet entrelacs une lointaine stylisation de pampres de vigne. Des vrilles naissent en effet en de multiples endroits, meublant les vides trop étroits pour l’épanouissement d’un fleuron ou bien faisant équilibre à la naissance de chaque tige adventice. Elles se présentent à des stades de développement extrêmement variés selon l’importance du rôle qu’elles ont à jouer : ici, indiquées par un petit renflement circulaire accolé à la tige, là, s’élevant en éperon ou bien en croissant plus ou moins recourbé (n° 40 f), ailleurs se prolongeant et se repliant de manière si exubérante qu’elles se confondent avec les terminaisons feuillues (n° 40 d).

Fig. 94. — Cénotaphe de Fâima: fragment du décor floral.

21Les fleurons, suffisamment importants pour ne pas disparaître au milieu des motifs linéaires, font d’autant mieux ressortir les qualités inventives de l’artiste qui les sculpta : on les voit en effet, tordus et compliqués, se développer en tous sens au hasard des espaces libres. En dépit de leur apparente liberté, nous pouvons les réduire à quelques types essentiels.

22La première catégorie est celle des terminaisons symétriques. La forme la plus simple en est la feuille à trois lobes, dérivant de la feuille de vigne prise de face et plus ou moins évoluée ; tantôt elle ressemble à une feuille de trèfle (n° 4), tantôt à une fleur de lys dont les lobes inférieurs se recourbent gracieusement (n° 2) ; son lobe terminal présente des aspects variables, s’allongeant plus ou moins jusqu’à s’enrouler d’un côté avec la souplesse d’une vrille (n° 3). Plus fréquente est la feuille à cinq lobes qui connaît aussi de nombreuses modifications (n° 5). Tantôt son lobe terminal s’allonge et se roule en spirale comme celui de la feuille trilobée, tantôt ses lobes latéraux inférieurs ou supérieurs se découpent librement (l’un donne naissance à une nouvelle feuille effilée, n° S a). Les dentelures arrondies ou pointues se multiplient parfois ainsi que les fentes intérieures simples, trilobées, ou même sculptées intérieurement en un cas d’une nouvelle figure décorative (n° 8). Sur le contour de quelques fleurons (n° 6) se dessinent de nouvelles découpures et d’autres figures méritent une mention particulières, celles des extrémités du bandeau C 1 (nos 7 a et b) où l’allongement démesuré des deux lobes latéraux est compensé par le rétrécissement du lobe supérieur en forme de bourgeon terminal.

Fig. 95. — Cénotaphe de Fâima: éléments du décor floral.

23Les motifs floraux que nous venons d’énumérer offrent chacun un aspect original, encore accentué par leurs différences de taille ; mais les raffinements décoratifs n’y empêchent jamais l’existence d’un axe médian autour duquel peuvent se replier approximativement leurs deux côtés. D’autres fleurons sont absolument irréguliers et ces terminaisons asymétriques (nos 9 et 10) contribuent grandement à l’impression complexe donnée par le décor. Leurs lobes s’enroulent sans suivre de rythme défini ; tout au plus distinguons-nous en certains le support primitif de la feuille de vigne pliée en deux ou de la demi-feuille d’acanthe (nos 9 a et b).

24Il ne faut pas oublier alors que, dans l’étude de l’ornement plus que dans celle de l’écriture, toute dissociation des éléments reste artificielle. Plusieurs types différents d’une même lettre ne s’expliquaient souvent que par leur place dans le bandeau (enroulement spirale de certaines hampes empêché par le voisinage d’autres caractères, uniformisation de trois lettres voisines comme dans le cas de la youioûna) ; ici la dépendance de chaque détail à l’harmonie de l’ensemble est encore plus évidente. Ce ne sont donc pas seulement les fragments isolés mais la composition elle-même qui demande une étude comparative.

  • 33 Cf. tombe des Ṣàliḥin à Alep 525/1130-1 : Répertoire, n° 3042, J. Sauvaget, Ars Islamica, V, fig. 4 (...)
  • 34 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103 (supra, n. 292) ; — texte de construction un au mausolée de Ṣaf (...)
  • 35 Bandeau épigraphique du cénotaphe de Faḍà à Homs viie siècle (supra, n. 295).

25Eléments de comparaison. — La tige à vrilles susceptible de variations décoratives constitue en Syrie à l’époque ayyoubide, aussi bien à Damas qu’à Alep, un élément essentiel de l’ornementation florale. Il y a loin du véritable décor de pampres33 à l’arabesque stylisé34 ; mais l’importance des vrilles ne diminue jamais, quelle que soit l’évolution du décor, et il est intéressant de voir ce motif se continuer dans le tracé linéaire systématisé de l’époque mamelouk35.

  • 36 Cénotaphes de Badr 514/1121, d’Abân, de Sokaina, épitaphes anonymes (infra, passim) ; inscription h (...)
  • 37 Panneaux de la madrasa Mâridâniya : supra, fig. 76 ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288 (...)
  • 38 Encadrement des médaillons peints à l’intérieur du mausolée de Farroukh-Châh 579/1183 : supra, fig. (...)
  • 39 Supra, 127.
  • 40 Maqsoûra de Bâb al-Mosallâ 497/1103-4 (supra, n. 292).
  • 41 Cf. cénotaphe d’Abân, infra, 176, fig. 101 et poutres peintes de la mosquée al-Aqṣâ à Jérusalem, da (...)

26Les fleurons de type symétrique sont également fréquents. A Damas les feuilles trilobées s’entremêlent aux caractères dans les bandeaux épigraphiques36 et suffisent à composer des ensembles décoratifs qui garnissent médaillons ou écoinçon37 ; subissant les mêmes déformations que sur le bandeau de « Fâṭima », entre autres l’accolement à leurs contours d’indentations découpées38, elles font partie de l’arabesque classique des monuments ayyoubides » de Damas39. Les enroulements spirales réguliers de la tige constituent un mode habituel de décoration, répété parfois sur toute la surface à orner40, et il convient de signaler la fréquence d’un motif, celui des deux fleurons contrariés à l’intérieur d’une même courbe de la tige41.

  • 42 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; (...)
  • 43 Comparer en revanche la pauvreté des fleurons en Syrie du Sud : inscription de la mosquée al-Aqṣâ à (...)

27Mais les figures symétriques ne jouaient dans le décor de « Fâṭima » qu’un rôle secondaire à côté des feuilles riches et des terminaisons asymétriques que nous relevons plus rarement dans l’art de Damas, exception faite des panneaux de la madrasa Mâridâniya. Il nous faut chercher ces dernières sur certains ensembles sculptés d’Alep, où elles se mêlent aux formes simples de la feuille tréflée42 ; sur la tombe de Balak on remarque par exemple fleuron à fente médiane élargie resculptée d’une nouvelle feuille (cf. fig. 95, n° 8 et fig. 96). Les éléments constitutifs de l’ornement de « Fâṭima » prouvent ainsi son indéniable parenté avec les décors floraux utilisés en Syrie du Nord qui offrent la même richesse de fleurons43. Seule la disposition de l’ensemble demeure originale : la continuité de l’arabesque distincte de l’écriture, caractère ici essentiel, ne se retrouve en effet en Syrie que beaucoup plus tardivement, sur d’autres inscriptions ayyoubides, puis mameloukes où elle s’accompagne de la géométrisation de l’arrière-plan floral.

Fig. 96. — Alep : fleuron du cénotaphe de Balak.

  • 44 Bandeaux tardifs d’al-Ḥâkim, fin ve siècle : S. Flury, Die Ornamente der Hakim-und Ashar-Moschee, p (...)
  • 45 Mihrab de la mosquée Joyoûchi 478/1085 (supra, n. 304) ; — mihrab au nom d’al-Afdal à la mosquée Ib (...)
  • 46 Panneau au nom d’al-Ḥâfiẓ (tombe des califes abbassides au Caire) 541/1146-7 : Répertoire, n° 3127  (...)
  • 47 Mihrab portatif du machhad de Sayyida Roqaiya 550/1155 (supra, n. 305),

28Hors de Syrie les décors floraux comparables à ceux du cénotaphe de Fâṭima ne manquent pas. Cependant, si rinceaux à vrilles des bandeaux épigraphiques44, décors tapissants en stuc45, arabesque de tracé sinueux indépendant mais pauvre en fleurons46, fond dé feuilles de vigne à enroulement régulier47 apparaissent en Egypte, ils reflètent seulement les influences successives qui se sont exercées sur l’art cairote à la fin de la période fatimide et ce n’est pas là que nous pouvons chercher des éléments d’origine ; de fait les premiers bandeaux d’al-Ḥâkim ne connaissaient qu’une décoration fragmentaire à rinceaux feuillus isolés et issus directement de chaque lettre.

  • 48 Classement des variétés d’écriture coufique en Perse dans S. Flury, Ornemental kufic Inscriptions o (...)
  • 49 Date : 388/998-421/1030, Répertoire, n° 2379 ; S. Flury, Der Islam, VIII, 214.
  • 50 S. Flury, Der Islam, VIII, pl. VII.
  • 51 S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. XVII (date de la maqṣoûra : vers 432/1040).

29En Iran au contraire le mode de décoration des bandeaux épigraphiques à l’aide d’une arabesque continue s’est manifesté anciennement. S. Flury, qui fut amené le premier à définir entre autres types de coufique le « coufique à rinceau ondulé »48, n’en trouva d’exemples que sur les inscriptions de cette région. L’un des plus beaux serait en Afghanistan l’inscription de la porte de Mahmoud à Ghazna49 où l’on voit en effet les caractères se découper sur un rinceau régulier à dessin géométrique, foisonnant d’arabesques luxuriantes et passant indifféremment au-dessus ou au-dessous des lettres. Malgré le rapprochement avec « Fâṭima » que suscite aussitôt ce décor continu et riche de terminaisons asymétriques50, il existe une différence capitale : à Ghazna, le décor floral indépendant ne tient pas compte de la disposition des caractères et la tige sinueuse, rigide, occupant la largeur entière du bandeau, reparaît même plus bas que la ligne d’écriture. Si cet exemple caractéristique amena S. Flury à supposer que le coufique « à rinceau ondulé » était d’origine orientale et qu’il se répandit ensuite en Egypte, les dates voisines de l’inscription de « Fâṭima », de la porte, de Mahmoud et d’une inscription de même type appartenant à la maqṣoûra de la Grande-Mosquée de Kairouan 51 excluent tout rapport direct entre ces divers spécimens.

  • 52 Frise de la Niẓâmiya de Khargird 485/1092 {supra, n. 309).
  • 53 Inscription sur la tour de Maḥmoûd 388/998-421/1030 : S. Flury, Syria, 1925, fig. 2 ; — inscription (...)
  • 54 Etoffe de soie (XIIe s.) : A. U. Pope, Survey, pl. 997.
  • 55 Etoffe de soie (XIe ou XIIe s.) : A. U. Pope, Survey, pl. 995 ; — étoffe de soie (xiie s.) : Ibid.,(...)

30D’autres inscriptions iraniennes appliquent ce même mode de décoration à longue ligne onduleuse se déroulant à mi-hauteur52 ou bien utilisent le principe voisin consistant à poser l’écriture sur un champ décoré53. Enfin, bien qu’il s’agisse là d’une technique différente, on ne peut oublier de citer certains bandeaux épigraphiques sur tissu. L’un54, par exemple, développe une inscription coufique à terminaisons biseautées sur une arabesque florale à tige sinueuse, ornée de vrilles recourbées, de feuilles exubérantes et de terminaisons asymétriques (ajouter quelques élargissements triangulaires de la tige, cf. fig. 95, n° 7 a). D’autres bandeaux, anépigraphes, portent un rinceau continu enveloppant dans ses spires de riches fleurons55.

  • 56 A. U. Pope, Survey, 2697, fig. 905. Cf. la décoration plus ancienne, en stuc, de la mosquée de Nâyi (...)
  • 57 A. U. Pope, Survey, 2695, fig. 903 et surtout pl. 1343 (vase en or de 367/978).
  • 58 A. U. Pope et PH. Ackermann, A Survey of Persian Ornament, in A. U. Pope, Survey, 2678 ; A. U. Pope(...)
  • 59 A. U. Pope, Survey, 2698, iig. 906 et aussi : décor en stuc du Masjidjâmi‛ et du Masjid é Haydariya (...)

31Ces similitudes de composition nous incitent à procéder à une analyse plus détaillée des éléments du décor floral iranien sans insister sur les types peu caractéristiques : feuilles de vigne fréquentes sur des stucs du xiie siècle56, feuilles trilobées ou demi-feuilles d’acanthe et leurs dérivations57 ;. Ce qu’il importe de retrouver sur des spécimens d’art persan58, ce sont des formes décoratives absolument semblables aux fleurons les plus compliqués de « Fâṭima » à lobe supérieur allongé puis enroulé d’un seul côté, à lobes inférieurs découpés, à fente médiane et contour dentelé ; de ces derniers l’on comprend ainsi le mode de composition par étagement de petites feuilles tordues recouvrant partiellement le fleuron principal59 (v. éléments de comparaison empruntés, les uns aux études de A.-U. Pope sur l’ornement iranien, les autres aux planches de l’ouvrage de G. Wiet, fig. 97).

  • 60 Le décor de l’époque omeyyade sur lequel nous sommes peut-être mieux renseignés reste moins instruc (...)
  • 61 Toile à dessin colorié provenant de Mésopotamie : R. Pfister, Bull. Et. Or., XI, n° 31, pl. VIII.
  • 62 S. Flury, Islamische Schriftbänder, passim : A. Gabriel, Voyages archéologiques, passim ; et aussi (...)
  • 63 Inscription de l’émir Ahmad 437/1045 (supra, n. 312) ; — inscription de Mayyâfâriqin 464/1071-2 : R (...)
  • 64 Inscription d’Amida 559/1163-4 : Répertoire, n° 3257 ; S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. XIA  (...)

32Les exemples d’inscriptions et d’ornements cités jusqu’à présent appartiennent à la Perse de l’Est (Ghazna, Khargird) ou de l’Ouest (Rayy, Qazvin). Les témoignages contemporains provenant, de l’Irak, zone intermédiaire qui joua un grand rôle dans l’évolution de l’arabesque puisque s’y élabora l’art abbasside60, restent pratiquement inexistants. A l’exception d’un bandeau épigraphique sur tissu, orné d’un rinceau continu et daté probablement de l’époque abbasside61, nous sommes réduits, comme dans l’analyse paléographique, à ne faire état que de documents provenant de la Haute-Mésopotamie. Le mihrab de la Grande-Mosquée de Mossoul (543/4448) est néanmoins fort significatif puisque l’écriture assez grande se détache sur les libres spirales d’une tige à vrilles et à fleurons compliqués. De même dans les centres de Mardîn, Diyarbekir, Donaisir et Mayyâfâriqin62, dès une époque assez ancienne63, nous trouvons des figures ornementales proches des terminaisons asymétriques et des vrilles exubérantes de « Fâṭima » et, encore à l’époque zenguide, apparaissent des œuvres dont la composition d’ensemble rappelle celle de notre inscription64.

Fig. 97. — Feurons découpés et feuilles asymétriques provenant de décors iraniens : 1) fleurons du plateau d’Alp Arslan 459/1066 ; 2) fleurons de Qazvin ; 3) fleurons sur soierie bouyide 393/1003 ; 4) demi-feuilles d’acanthe iraniennes.

33Conclusion. — Au terme de cette double analyse, le premier trait à souligner est l’indépendance du décor épigraphique du cénotaphe de Fâṭima à l’égard de l’art « fatimide » dans lequel on a voulu le faire entrer en fonction de sa date et de la situation historique du moment (domination des califes fatimides sur les territoires syriens). Ni le style de l’écriture pleine et harmonieuse, ni surtout celui du décor ne peuvent dépendre de l’art plus pauvre des inscriptions égyptiennes de la même époque : l’analyse des détails est significative à cet égard. Et si des rapports artistiques ont existé à l’intérieur de l’ensemble syro-égyptien, c’est de la Syrie à l’Egypte qu’ont joué les influences comme en témoignent certaines particularités paléographiques des inscriptions syriennes relevées plus tard au Caire.

34Au contraire les bandeaux de « Fâṭima » peuvent, par les détails de leur écriture et de leur ornement, évoquer les réussites plus tardives de l’épigraphie ornementale à Mossoul, Diyarbekir et dans les régions syriennes voisines qui participeront à la même évolution historique ; cette parenté est accentuée par l’utilisation de la pierre, matériau caractéristique de toute l’école alépine.

  • 65 G. Wiet, Soieries persanes, 216.

35La date ancienne du cénotaphe damascain, assurée par l’inscription même, ne permet évidemment pas de relier ses formules artistiques au style de l’époque zenguide. Une même impossibilité, tenant cette fois à l’éloignement comme à la date, exclut toute influence directe de l’art iranien bien que la comparaison avec les documents de Ghazna ou de Qazvin soit extrêmement fructueuse, en ce qui concerne surtout les divers éléments de l’ornement floral. Il est inutile de démontrer une similitude qu’impose à l’esprit la simple juxtaposition de quelques figures : l’étrangeté séduisante des plus riches fleurons de « Fâṭima », qui s’affirmait au milieu des spécimens contemporains de l’art syrien, ne nous paraît qu’une interprétation sur pierre des formes plus complexes offertes par stucs et tissus persans ; les déformations sinueuses de chaque figure nous rappellent les boucles spiralées des somptueux décors iraniens, tant floraux qu’animaliers, où « les artistes arrangent la nature suivant leur tempérament propre, attentifs à donner aux tiges et aux feuilles des ondulations régulières, tenant du cercle ou de la spirale »65.

  • 66 G. Wiet, Soieries persanes. Cf. p. 181 : « Dans l’ensemble tout le lot s’échelonnerait entre 380/99 (...)

36Mais il ne s’agit point là de caractères spécifiquement iraniens mis en valeur à la seule période seldjoukide sur les objets d’art mineur. Des soieries récemment publiées et datées avec certitude de la période bouyide66 affirment, malgré la portée restreinte de la technique considérée, l’ancienneté de telles formules décoratives et l’on peut y trouver une explication de la parenté que nous constatons plus tard entre les répertoires décoratifs d’Amida, de Damas et de Ghazna principalement. C’est toujours au même fond commun de l’ornement épigraphique et floral abbasside que seraient venus puiser les artistes des diverses régions du monde musulman oriental.

Notes

1 Publication par E. De Lorey et G. Wiet, Cénotaphes de deux dames musulmanes, Syria, 1921, 221-225, étude rapide du problème historique sans analyse détaillée du décor ni de l’écriture. Cf. Répertoire, n° 2529 ; G. Contenau, Syria, 1924, 207 et pl. Ll, 2 ; Monuments, n° 16, fig. 13 ; G. Migeon, Manuel d’art musulman, I, 242, 244.

2 Il n’existe aucune reproduction de la face A qui, étant située à 25 cm. environ du mur, est impossible à photographier. Après une visite des lieux nous pouvons en préciser le contenu : 1re ligne, début du verset jusqu’à lâ ta’, 2e ligne, de khououhou jusqu’à fi’l-ardi min.
Dans le texte arabe une seule particularité orthographique est à signaler : maintien de deux hamza successifs dans ya’ ‘oudouhou au lieu de ya’oudouhou, le premier étant marqué par un yâ.

3 Répertoire, n° 2529.

4 Nous avons utilisé, pour l’étude de la face C, une copie sur calque appartenant à J. Sauvaget. Pour la face B, v. Syria, 1924, pl. LI, 2.

5 Cf. F. Sarre et E. Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 273 n. 1, liste des inscriptions coufiques où apparaît cette ligature.

6 Existence de ligatures semi-circulaires sur une inscription de 265/878 : J. Sauvaget, Rev. Et. Isl., 1941-46, 21, ins. n° 3.

7 Dans ce tableau la numérotation des types de lettres correspond à l’ordre de l’alphabet arabe, les caractères de même ductus entre lesquels l’écriture coufique ne fait aucune distinction étant rangés ensemble sous le même numéro et désignés dans le texte par le nom d’une lettre type- :
n° 1 = alif ; n° 2 = bâ (bâ, tâ et â) ; n° 3 = jîm (jim, â et khâ) ; n° 4 = dâl (dâl et âl) ; n° 5= râ (râ et zîn) ; n° 6 = sin (sîn et chîn) ; n° 7 = âd (âd et âd) ; n° 8 = â (â et â) ; n° 9 = ‛ain (‛ain et ghain) ; n° 10 = fâ (fâ et qâf) ; n° 11 = kâf ; n° 12 = lâm ; n° 13 = mîm ; n° 14 = noûn ; n° 15 = hâ ; n° 16 = wâw ; n° 17 = yâ ; n° 18 = lâm-alif.

8 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — épitaphe anonyme n° 1 : infra, 180 ; — peintures intérieures du mausolée de Ṣafwat al-Molk 504/1110-1 : supra, pl. IV, V, VI, VII ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 : copie J. Sauvaget, reproduction partielle dans R. Grousset, Les Civilisations de l’Orient, I, 199.

9 Epitaphe de Balak 518/1124 : Répertoire, n° 3006 ; J. Sauvaget, Ars Islamica, V, 207, fig. 2 et 3.

10 Frise du minaret de la Grande-Mosquée d’Alep 483/1090 : Répertoire, n° 2783 ; E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 34-35, fig. 53 ; — entablement de la madrasa Cho‛aibiya 545/1149 : Répertoire, n° 3149 ; E. Herzfeld, ibid., 30-31, fig. 46 ; J. Sauvaget, Rev. Et. Islam., 1931, 76, n° 16, fig. 3 bis.

11 Texte de construction 465/1072 : Répertoire, n° 2699 (Photographie J. Sauvaget) ; — minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — mihrab du maqâm Ibrâhim (Ṣâliḥîn) 505/1111 : Répertoire, n° 2947 ; E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 36, fig. 62.

12 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — maqsoûra de la mosquée de Bàb al-Moṣallâ 497/1103-4 : Répertoire, n° 2891 ; E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 62, fig. 82 ; — inscription historique à. la mosquée de Khâlid b. al-Walîd 500/1107 : Répertoire, n° 2918 ; E. Herzfeld, ibid., 67, fig. 28 ; — peintures du mausolée de Safwat al-Molk 504/1110-1 : supra, pl. IV sq. ; — texte historique du même mausolée : Répertoire, n° 2942 (Phot. J. Sauvaget) ; — cénotaphe de Badr 514/1121 : infra, 188 ; — cénotaphe de Sokaina : infra, 214 ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (v. supra, n. 288).

13 Texte de construction à la mosquée al-Aqṣâ 458/1065 : S.A.S. Husseini, The Quartely of the Départ, of Ant. in Pal. IX (1942), 77.

14 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — entablement de la madrasa Cho‛aibiya 545/1149 (supra, n. 290).

15 Cénotaphe d’Abân : infra, 172 ; — épitaphes d’Aboû‛d-Dardâ‛ et Umrn ad-Dardâ‛ à Damas : Musée National Syrien ; — texte de construction à la Grande-Mosquée de Damas 475/1082 : Répertoire, n° 2734 ; M. Van Berchem, Inscriptions arabes de Syrie, pl. IV, 7 ; — maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103-4 ; — épitaphe d’Altountâch 514/1120 : infra, 198 ; — tombeau de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — texte de construction à la mosquée de Palmyre 527/1134-3 : Répertoire, a° 3056 ; J. Sauvaget, Syria, 1931, 143 ; — entablement de la Cho’aibiya 545/1149 (supra, n. 290) ; — décret de Noûr ad-Din à Damas 551/ 1156 : Répertoire, n* 3216 ; M. Van Berchem, ibid,, pl. IV, 8 ; — cénotaphe de Sokaina : infra, 214 ; mihrab de Noûr ad-Dîn au maqâm d’Alep 563/1167 : E. Herzfeld, Ars Islamica, X, 57, fig. 81 ; — cénotaphe de Faḍâ à Homs fin viie siècle : E. Herzfeld, ibid., 66, fig. 86.

16 A Damas, texte de construction au tombeau de Ṣafwat al-Molk 504/1101-1 (supra, n. 292) ; – texte de construction de Toghtagin 521/1127 : Répertoire, n° 3025 ; M. Van Berchem, Epigraphie des Atabegs, n° 3, pl. I.

17 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290).

18 Décret de Noûr ad-Dîn 551/1156 (supra, n. 295).

19 Texte de construction au minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 : J. Sauvaget, Rev. Et. Islam., 1931, pl. II ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289),

20 Cf. inscription du tombeau d’Aboûl- ‛Alâ‛ à Ma‛arrat an-No‘mân 449/1057 : E. Littmann, Semitic Inscriptions, 188-90 ; — textes de construction de Homs 456/1064 : Répertoire, nos 2652 et 2653 ; E. Littmann, ibid., 184-8 ; — inscription d’al-Mostansir à Jérusalem (supra, n. 293).

21 V. sur les divers types de coufique, les remarques de S. Flury, Ornemental kufic inscriptions on pottery, in A. U. Pope, Survey, 1743-44.

22 Ainsi lâm-alif semblable à celui de tâ youhitoûna (n° 18 e) dans S. Flury, Syria, 1936, 373, fig. 5.

23 Cf. les bandeaux épigraphiques des mosquées al-Hakim et al-Azhar dans S. Flury, Die Ornamente, passim, et Syria, 1936, 365-76 ; ainsi que les stèles du musée du Caire d’origine égyptienne assurée, v. Catalogue du Musée arabe, Stèles funéraires, passim.

24 Texte historique de Badr al-Jamalî à la mosquée Joyoûchî : Répertoire, n° 2752 ; M. Van Berchem, CIA Eg. I, n° 32, pl. XVII, 2 ; — inscription décorative en stuc du mihrab de la même mosquée, S. Flury, Die Ornamente, pl. XVII.

25 Inscription au nom d’al-’Amir sur un mihrab d’al-Azhar 519/1122 : Répertoire, n° 3013 ; M. Van Berchem, CIA Eg. I, n° 455, pl. XXII ; Catalogue du Musée arabe, Bois à épigaphes, n° 422, pl. XII ; — inscription sur le mihrab portatif de Sayyida Roqaiya 550/1155 (remarquer aussi les types de dâl et de lâm-alif) : Répertoire, n° 3188 ; CIA Eg. I, n° 457, pl. XLII 3 ; Catalogue du Musée arabe, ibid., n° 446, pl. XVI et XVII.

26 Liste dans G. Wiet, Arabie Inscriptions in Persia, in A. U. Pope, Survey, 1785 et, plus complète, dans G. C. Miles, Ars Islamica, VIII, 105-8.

27 Par exemple : inscription sur le portail du mausolée de Tchihil Dukhteran à Damghâm 446/1054 : Répertoire, n° 2573 ; F. Sarre, Persicher Denkmüler Baukunst, pl. LXXXIV, fig. 156-7 ; — frise de la Nizâmiya de Khargird 450/1068-485/1092 : Répertoire, n° 2799 ; E. Herzfeld, Ars Islamica, X, fig. 35-36 ; — dalle au nom d’Ibrâhim à Ghazna 451/1059 : Répertoire, n° 2873 ; S. Flury, Syria, 1925, pl. XI 2 ; — stèle funéraire de Yezd 533/1138 : Répertoire, n° 3094 ; G. Wiet, Exposition persane de 1931, n° 21, pl. IX ; — inscription de la façade du Gunbadé Surh 542/1148-8 : J. Godard, Athar é Iran, 1936, fig. 90, 91.

28 Pezard et Ravaisse, Mission archéologique de Perse, XV, pl. XIV (inscr. de 527/ 1132). Cf. aussi une inscription décorative sur stuc au mihrab de la mosquée Joum’a de Véramine : V. Kratchkovskaïa, Rev. Et. Islam., 1931, 25-58.

29 Cf. inscriptions de la mosquée de Nâyin : S. Flury, Syria, 1921, pl. XXIII ; — inscription circulaire sur la tour de Resget : A. Godard, Athar é Iran, I, 109, fig. 82. Pour le tressage des hampes, v. inscr. sur la tour de Maḥmoud de Ghazna 388/998-421/1030 : S. Flury, Syria, 1925, fig. 2.

30 Date 543/1148 : Répertoire, n° 3138 ; F. Sarre et Herzfeld, Archaeologische Reise, II, 223, fig. 236 ; III, pl. V.

31 V. principalement S. Flury, Islamische Schriftbänder : Amida et A. Gabriel, Voyages archéologiques.

32 Répertoire, n° 2411 ; S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. II, fig. 1 ; M. VAN Berchem et J. Strzygowski, Amida, n° 8.

33 Cf. tombe des Ṣàliḥin à Alep 525/1130-1 : Répertoire, n° 3042, J. Sauvaget, Ars Islamica, V, fig. 4, 5 ; Rev. Arts Asiatiques, 1934, fig. 11 ; — cénotaphe de Saladin 591/ 1195 à Damas (supra, n. 288) ; — frise du machhad al-Ḥosain à Alep, vie siècle, J. Sauvaget, Syria, 1928, fig. 2.

34 Maqṣoûra de Bâb al-Moṣallâ 497/1103 (supra, n. 292) ; — texte de construction un au mausolée de Ṣafwat al-Molk 504/1110 (supra, n. 292) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; frise de la Cho’aibiya 545/1150 (supra, n. 290).

35 Bandeau épigraphique du cénotaphe de Faḍà à Homs viie siècle (supra, n. 295).

36 Cénotaphes de Badr 514/1121, d’Abân, de Sokaina, épitaphes anonymes (infra, passim) ; inscription historique de Ṣafwat al-Molk 504/1110 (supra, n. 292).

37 Panneaux de la madrasa Mâridâniya : supra, fig. 76 ; — cénotaphe de Saladin 591/1195 (supra, n. 288) ; — peintures du tombeau de Farroukh-Châh : supra, fig. 17-18 ; — décors de la Châmiya et de la Badriya (inédits) ; — cénotaphe de Sohaib (inédit).

38 Encadrement des médaillons peints à l’intérieur du mausolée de Farroukh-Châh 579/1183 : supra, fig. 17, 18 ; Monuments, n° 24, fig. 16. Cf. cadre de l’inscription du mihrab au machhad al-Ḥosain à Alep, J. Sauvaget, Syria, 1928, fig. 7.

39 Supra, 127.

40 Maqsoûra de Bâb al-Mosallâ 497/1103-4 (supra, n. 292).

41 Cf. cénotaphe d’Abân, infra, 176, fig. 101 et poutres peintes de la mosquée al-Aqṣâ à Jérusalem, datées approximativement de l’époque de Saladin, R. W. Hamilton, The structural History of the Aqsa Masque, pl. X (E 4) et fig. 38.

42 Minaret de la Grande-Mosquée 483/1090 (supra, n. 290) ; — tombe de Balak 518/1124 (supra, n. 289) ; — frise de la Cho’aibiya 545/1150 (supra, n. 290) ; — mihrabs en stuc de Palmyre datant du vie siècle et ornés de bandeaux coufiques aux riches fleurons issus des lettres : Musée National Syrien de Damas, cf. J. Cantineau, Inventaire des inscriptions de Palmyre, IX, 61, n° 55 et fig.

43 Comparer en revanche la pauvreté des fleurons en Syrie du Sud : inscription de la mosquée al-Aqṣâ à Jérusalem en 458/1065 (supra, n. 293).

44 Bandeaux tardifs d’al-Ḥâkim, fin ve siècle : S. Flury, Die Ornamente der Hakim-und Ashar-Moschee, pl. III, 1.

45 Mihrab de la mosquée Joyoûchi 478/1085 (supra, n. 304) ; — mihrab au nom d’al-Afdal à la mosquée Ibn Touloûn 487/1094 : Répertoire, n° 2806 ; CIA Eg. 1, n" 12, pl. XX ; S. Flury, ibid., pl. XVI.

46 Panneau au nom d’al-Ḥâfiẓ (tombe des califes abbassides au Caire) 541/1146-7 : Répertoire, n° 3127 ; Catalogue du Musée arabe, Bois à épigraphes, n° 4138, pl. XV ; — frise coranique de la mosquée d’aṣ-Ṣâliḥ Ṭalâ’i 555/1160 : Catalogue du Musée arabe, ibid., pl. XIX.

47 Mihrab portatif du machhad de Sayyida Roqaiya 550/1155 (supra, n. 305),

48 Classement des variétés d’écriture coufique en Perse dans S. Flury, Ornemental kufic Inscriptions on Pottery, in A. U. Pope, Survey, 1742.

49 Date : 388/998-421/1030, Répertoire, n° 2379 ; S. Flury, Der Islam, VIII, 214.

50 S. Flury, Der Islam, VIII, pl. VII.

51 S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. XVII (date de la maqṣoûra : vers 432/1040).

52 Frise de la Niẓâmiya de Khargird 485/1092 {supra, n. 309).

53 Inscription sur la tour de Maḥmoûd 388/998-421/1030 : S. Flury, Syria, 1925, fig. 2 ; — inscriptions sur la tour de Mas‛oûd III 492/1090-508/1114 : Répertoire, n° 2961 ; S. Flury, Syria, 1925, pl. XIV ; — inscription au-dessus de la porte de Gundab-é-Surh 542/1147 (supra, n. 309).

54 Etoffe de soie (XIIe s.) : A. U. Pope, Survey, pl. 997.

55 Etoffe de soie (XIe ou XIIe s.) : A. U. Pope, Survey, pl. 995 ; — étoffe de soie (xiie s.) : Ibid., pl. 994.

56 A. U. Pope, Survey, 2697, fig. 905. Cf. la décoration plus ancienne, en stuc, de la mosquée de Nâyin, analysée par S. Flury, Syria, 1921, 230-34, et Syria, 1930, 43-58.

57 A. U. Pope, Survey, 2695, fig. 903 et surtout pl. 1343 (vase en or de 367/978).

58 A. U. Pope et PH. Ackermann, A Survey of Persian Ornament, in A. U. Pope, Survey, 2678 ; A. U. Pope, Bull. Am. Inst. for Persian Art, IV, n° 4.

59 A. U. Pope, Survey, 2698, iig. 906 et aussi : décor en stuc du Masjidjâmi‛ et du Masjid é Haydariya à Qazvin : A. U. Pope, ibid., pl. 305, 522 a, 524 ; — tissus de l’époque bouyide trouvés à Rayy : G. Wiet, Soieries persanes (tissu n° IV, pl. IV 393/ 1003 ; — n° XI, pl. XII ; — n° XIII, pl. XIV, et passim) ; — bandeau épigraphique sur rinceau à vrilles en bordure du plateau d’Alp Arslan 459/1066 : A. U. Pope, ibid., pl. 1347 ; — tissus persans XIe et XIIe s. : A. U. Pope, ibid., pl. 989 sq.

60 Le décor de l’époque omeyyade sur lequel nous sommes peut-être mieux renseignés reste moins instructif pour notre propos, dans la mesure où ses fleurons et ses motifs végétaux complexes et encore naturalistes reprennent simplement les thèmes du décor antique ; mais on peut déjà noter l’existence de quelques palmettes composites élaborées. Cf. le décor de Khirbat Mafjar, Quart. Dep. Ant. Pal, XII, 1-19 et XIII, 1-58.

61 Toile à dessin colorié provenant de Mésopotamie : R. Pfister, Bull. Et. Or., XI, n° 31, pl. VIII.

62 S. Flury, Islamische Schriftbänder, passim : A. Gabriel, Voyages archéologiques, passim ; et aussi supra, fig. 78.

63 Inscription de l’émir Ahmad 437/1045 (supra, n. 312) ; — inscription de Mayyâfâriqin 464/1071-2 : Répertoire, n° 2680 ; A. Gabriel, Voyages, n° 112.

64 Inscription d’Amida 559/1163-4 : Répertoire, n° 3257 ; S. Flury, Islamische Schriftbänder, pl. XIA ; M. Van Berchem, Amida, n° 22 ; — inscription de Saladin à Mayyâfâriqin 581-9/1185-93 : S. Flury, ibid., pl. XIX ; A. Gabriel, Voyages, n° 114

65 G. Wiet, Soieries persanes, 216.

66 G. Wiet, Soieries persanes. Cf. p. 181 : « Dans l’ensemble tout le lot s’échelonnerait entre 380/990 et 450/1058 ».

Table des illustrations

Légende Fig. 90. — Cénotaphe de Fâṭima : fragment de l’inscription coranique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Fig. 91. — Cénotaphe de Fâṭima, bandeaux 1 et 2 de la face C : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende Fig. 92. — Cénotaphe de Fâṭima, bandeaux 1 et 2 de la face B : schéma du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 93. — Cénotaphe de Fâṭima : tableau alphabétique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 93. — Cénotaphe de Fâṭima : tableau alphabétique (suite).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 94. — Cénotaphe de Fâṭima: fragment du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 95. — Cénotaphe de Fâṭima: éléments du décor floral.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 96. — Alep : fleuron du cénotaphe de Balak.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 97. — Feurons découpés et feuilles asymétriques provenant de décors iraniens : 1) fleurons du plateau d’Alp Arslan 459/1066 ; 2) fleurons de Qazvin ; 3) fleurons sur soierie bouyide 393/1003 ; 4) demi-feuilles d’acanthe iraniennes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3874/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 763k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search