Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison IV

Avant-propos

Texte intégral

1Bien que ne rentrant pas à proprement parler dans le cadre d’une étude archéologique monumentale, les épitaphes suivantes constituent un ensemble représentatif de l’art de Damas à la période ayyoubide au sens large. Il n’est plus à démontrer en effet quelle place a toujours tenu dans l’esthétique musulmane l’écriture, élément essentiel de la décoration architecturale aussi bien que fidèle reflet des tendances ornementales d’une époque. L’épigraphie coufique en particulier présente plus d’intérêt par l’originalité paléographique de ses divers spécimens que par leur valeur historique souvent restreinte et le profit que l’on peut attendre en ce cas des analyses stylistiques s’affirme dans les travaux inaugurés par S. Flury. Mais la richesse des matériaux étant particulièrement grande en Syrie où aucune inscription n’a encore fait l’objet d’études de ce genre, nous n’avons pu réaliser qu’un premier travail d’approche tout en essayant de faire mieux connaître quelques œuvres d’art conservées à Damas.

  • 1 Certaines de ces inscriptions sont inédites, mais leur teneur est d’une importance secondaire (épit (...)
  • 2 Cf. Damaskus, 97, pl. 53 c et plan pl. lxii = E. viii. 1. Renseignements très sommaires : se conten (...)

2Les cénotaphes, dont le décor épigraphique fait l’objet de cette étude1, proviennent tous du cimetière musulman de Bâb Ṣaghîr, lieu riche en souvenirs historiques et en traditions religieuses populaires2. Trois sont datés par leurs inscriptions mêmes, l’un de 439/1048, celui de Fâṭima, et deux de 5l4/1121, ceux de Badr et Altountâch. Les autres remontent apparemment par leur style à des dates voisines sans qu’il importe de leur assigner un classement chronologique trop précis ni de prendre les tendances un peu différentes de leurs décors pour les étapes d’une systématique évolution dans le temps. Le fait essentiel est qu’ils appartiennent tous à la dernière période d’épanouissement de l’écriture dite coufique en Syrie, avant que ne se soit généralisé l’emploi, dans l’épigraphie monumentale, des caractères cursifs.

Notes

1 Certaines de ces inscriptions sont inédites, mais leur teneur est d’une importance secondaire (épitaphes et versets coraniques). Quatre figurent dans le Répertoire : épitaphes de Fâṭima (n° 2529), d’Altountâch (n° 2980), de Sokaina (n° 3195) et de Bilâl (signalée seulement, n° 3093 bis).
L’ensemble des reproductions utilisées nous fut communiqué par J. Sauvaget.

2 Cf. Damaskus, 97, pl. 53 c et plan pl. lxii = E. viii. 1. Renseignements très sommaires : se contente de signaler sans autre détail le groupe de monuments funéraires, récemment restaurés ou reconstruits, qui conservent le souvenir de personnages célèbres des premiers temps de l’Islam ; mentionne également l’existence de quelques beaux cénotaphes anciens.

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search