Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Conclusion

Texte intégral

1Au moment où nous avons abordé cette étude du Mīdān, notre connaissance de ce faubourg était très limitée : nous savions que des émirs mamelouks avaient construit des mausolées tout le long de la route qui mène vers Le Caire et qu'un faubourg s'était ensuite développé de part et d'autre de cette artère — entre les xvie et xixe siècles selon J. Sauvaget — en grande partie grâce au passage de la caravane du pèlerinage vers la Mekke et à la commercialisation des céréales du Ḥawrān. Cette croissance urbaine, due tout à la fois à des facteurs d'ordre politique, religieux et économique, avait absorbé une petite agglomération, les Qubaybāt. Les recensements de la seconde moitié du xvie siècle signalaient la présence de Turcomans dont on pouvait penser qu'ils avaient été récemment installés dans le faubourg par les autorités ottomanes ; les chroniqueurs étaient frappés par les nombreuses attaques visant les janissaires locaux installés dans le Mīdān, et les voyageurs occidentaux ne voyaient que les paysans et les bédouins fréquentant le faubourg pour des raisons commerciales. Ces divers aspects du Mīdān demandaient à être éclaircis.

2Bien que, selon J. Sauvaget, le Mīdān ne se fût véritablement développé qu'entre les xvie et xixe siècles, il nous semblait important de connaître plus précisément les étapes de la croissance de ce faubourg, en étudiant notamment les sources antérieures à cette période, mameloukes pour la plupart.

3Avant la fin du xiiie siècle, l'existence de quelques caravansérails atteste l'échange de marchandises et/ou l'accueil des voyageurs dans cette zone périphérique de la ville. Au milieu de ce siècle, déjà, des Turcomans sont installés à l'extrémité du maydān, dans des habitations à coupoles, et cette information est importante à plus d'un titre. D'une part, elle indique que l'installation des Turcomans s'est réalisée bien avant l'époque ottomane. D'autre part, elle permet de comprendre la présence, quelque peu insolite, de coupoles dans ce lieu ; caractéristique de régions plus septentrionales, cette pratique architecturale a, selon nous, vraisemblablement été reproduite dans le Mīdān par des Turcomans originaires de ces régions. Le toponyme Qubaybāt fut sans doute utilisé, à l'origine, pour désigner ces "petites coupoles" situées à l'extrémité du maydān. Sans avoir, semble-t-il, connaissance de cette information, c'est également dans ce secteur que J. Sauvaget localise, à partir de sources du xvie siècle, l'agglomération des Qubaybāt, en se fondant, à notre avis, sur des données approximatives et en avançant une argumentation erronée ; ce toponyme désigne en fait, dès le début du xive siècle, un espace beaucoup plus étendu vers le sud.

4Au xive siècle, des mausolées mamelouks sont édifiés tout le long de la route menant vers l'Égypte. Avec la construction, au début du xive siècle, de la Mosquée Karīm Al-dīn, d'importants aménagements hydrauliques sont entrepris dans les Qubaybāt et un ḥammām, le Ḥammām al-Darb, y est construit, vraisemblablement à la fin de ce siècle. Entre la fin du xive siècle et le début du xvie siècle, divers membres de la famille Mawṣilī jouent un rôle fondamental dans le développement de la partie centrale de ce qui sera, plus tard, le faubourg du Mīdān ; ils y édifient six zāwiya et un ḥammām.

5Les aménagements hydrauliques qui sont réalisés favorisent sans aucun doute la constitution de noyaux urbains autour de ces divers bâtiments et, dans les chroniques mameloukes de la fin du xive et du début du xve siècle, on voit d'ailleurs s'agiter une population dans cet espace périphérique qui sera bientôt intégré au système défensif de la ville.

6Au début de l'époque ottomane, le Mīdān est ainsi composé de plusieurs agglomérations dont la population est relativement importante : on compte environ 8 000 habitants dans les trois quartiers de bāb al- Muṣallā, Mīdān et Qubaybāt, au milieu du xvie siècle, et environ 11 000 à la fin de ce siècle ; il s'agit là d'estimations qui, si elles doivent être considérées comme maximales, suggèrent toutefois un phénomène important, celui de la croissance démographique du faubourg au cours de cette période.

7Au xvie siècle, la Mosquée Rifā'ī et le Ḥammām Rifā'ī dotent le Mīdān d'une empreinte architecturale ottomane ; dans le faubourg, comme dans l'ensemble de la ville, les traces architecturales du xviie siècle sont rares et cette période demeure pour nous obscure jusqu'au milieu du xviiie siècle.

8Pour cette époque, nous disposons de plusieurs informations nous permettant d'appréhender le développement du faubourg du Mīdān, notamment de son secteur central. Grâce à une inscription repérée dans une maison du lotissement de Sūq al-Mīdān, nous pouvons situer la mise en place de ce lotissement vers le milieu du xviiie siècle ; cette hypothèse est corroborée par d'autres indications. En effet, à cette époque, Fatḥī Efendī al-Falāqinsī construit un ḥammām et un café dans ce secteur. Par ailleurs, comme le révèlent les archives des xviiie et xixe siècles, la famille Mawṣilī dispose de nombreux biens constitués en waqf dans le Mīdān ; depuis bāb al-Muṣallā jusque dans le secteur central du faubourg, un grand nombre de terrains lui appartiennent et elle participe activement, à travers les boutiques installées dans ce secteur, à l'aménagement économique du faubourg. Le rôle de cette famille dans le développement du Mīdān nous paraît mériter une attention toute particulière ; en effet, il n'est pas improbable que le lotissement de Sūq al-Mīdān ait été mis en place sur des terrains qui lui auraient appartenus.

9La date de la mise en place du lotissement de Ḥaqla est, quant à elle, plus hypothétique : les rares inscriptions trouvées dans les maisons qui le composent évoquent soit le xviie siècle, soit le xixe siècle, et nos investigations dans les archives des tribunaux ne nous ont livré aucune donnée complémentaire à ce sujet. Des Turcomans y sont signalés dès la fin du xvie siècle (on y rencontre encore leurs descendants aujourd'hui) mais nous ignorons si, dès cette époque, ils ont résidé dans les maisons que l'on visite actuellement. Nos informations sur la mise en valeur de ce secteur sont rares : nous savons simplement que la Mosquée d'al-Šayh Ya'qūb existait déjà dans la première moitié du xviiie siècle et que le Ḥammām ‘Aqīl fut édifié au début du xixe siècle. Par ailleurs, à cette époque, plusieurs fontaines viennent équiper des mosquées situées dans la partie septentrionale du faubourg (Mosquée al-Saḫḫāna, Mosquée de qā'a, Mosquée ‘Abd al-Raḥmān).

10La croissance urbaine du faubourg du Mīdān se réalise en définitive non pas de manière linéaire, du nord vers le sud, mais à partir de noyaux urbains existants — qui, en se développant, viennent se rattacher les uns aux autres — ou encore par la mise en place de lotissements entre des secteurs déjà urbanisés. Ce type de croissance se reflète d'ailleurs dans la toponymie ; à travers l'étude des chroniques et des archives, on note en effet une évolution dans la représentation que l'on se fait de cet espace situé à la périphérie méridionale de Damas. Aujourd'hui disparu de la mémoire collective, le toponyme Qubaybāt commence à tomber en désuétude au début du xixe siècle, et un seul toponyme, Mīdān, s'impose peu à peu ; cette évolution reflète sans aucun doute la constitution d'une entité spatiale à partir d'unités autrefois distinctes, le Mīdān et les Qubaybāt. On aboutit ainsi peu à peu à la désignation d'un seul espace, le Mīdān, au sein duquel on distingue toutefois deux secteurs, le Mīdān Taḥtānī et le Mīdān Fawqānī.

11Si le paysage urbain prend une allure particulière à partir de bāb al- Muṣallā, notamment par la présence d'entrepôts situés de part et d'autre de la route, les habitants de ce quartier sont globalement moins fortunés que ceux du Mīdān et des Qubaybāt, et ceci se reflète dans les maisons qu'ils occupent. On peut ainsi considérer que le faubourg du Mīdān, en tant qu'espace social spécifique, englobe seulement les quartiers du Mīdān et des Qubaybāt.

12Les activités pratiquées dans le faubourg sont très largement orientées vers la commercialisation des céréales ; la présence des bā'ika, tout le long de la route, en constitue une trace tangible. Bien que cette route mène vers le Ḥawrān, ces bā'ika ne nous semblent pas uniquement destinées à entreposer le blé provenant de cette région. Damas entretient en effet des relations avec la plaine de la Biqā' et plusieurs personnes, dont certaines occupent des postes importants au sein de l'armée, enregistrent, au Tribunal du Mīdān, des transactions portant sur des biens situés dans cette région. Si le Ḥawrān assure vraisemblablement la majeure partie de l'approvisionnement de Damas en céréales, la Biqā' doit également être considérée comme un important élément de cet espace régional, au même titre que les terres situées autour de Hama. Outre les conditions climatiques, les rapports de force politiques dans le Bilād al-Šām ont vraisemblablement déterminé, à des moments divers, le rôle de ces différentes régions dans l'approvisionnement de Damas en céréales. Cette question mériterait une étude particulière.

13Au sein du faubourg, les militaires et les personnes qui leur sont assimilées se distinguent par leurs implications dans le monde rural. L'étude comparative des actes de succession de la qisma ‘arabiyya et de la qisma ‘askariyya montre la spécificité des populations concernées par ces deux institutions qui donnent, chacune, une image très différente de la société damascène. Les personnes dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘askariyya sont particulièrement fortunées ; elles détiennent des créances relativement importantes et possèdent de nombreux biens immobiliers. On voit ainsi apparaître, parmi les civils et les militaires de cette qisma, un groupe dont la situation économique est nettement supérieure à celles des autochtones, dont les successions sont consignées dans les registres de la qisma ‘arabiyya. La différence entre ces deux sources constitue un point essentiel dans notre connaissance des archives des tribunaux de Damas, et seule l'étude conjointe des actes consignés dans ces deux institutions peut donner une image de l'ensemble de la société damascène.

14Cette étude conjointe des successions enregistrées dans les deux qisma nous a permis de situer la richesse des habitants du Mīdān par rapport à l'ensemble des Damascènes. Pour Alep et Le Caire, nous savons que les personnes les plus fortunées résident dans le centre de la ville et que les faubourgs abritent des populations de plus en plus défavorisées au fur et à mesure que l'on s'éloigne de ce centre. La répartition de la richesse à Damas s'organise, en gros, selon ce modèle avec cette différence que le faubourg du Mīdān n'apparaît pas, à travers nos documents, comme le plus pauvre de la ville. On y rencontre certes des individus de condition modeste mais aussi des notables qui occupent un rang important dans la hiérarchie militaire et/ou qui s'enrichissent grâce au négoce céréalier. C'est également en tant que créanciers auprès des populations rurales qu'ils entretiennent des relations avec la campagne, et la pratique de l'usure leur rapporte des revenus substantiels.

15Les revenus tirés de ces diverses activités permettent à des notables du Mīdān de vivre dans des conditions tout à fait confortables ; de grandes demeures sont ainsi construites à divers endroits du faubourg, notamment dans les lotissements.

16Certaines d'entre elles sont la propriété de chrétiens, et l'on peut ainsi nuancer le schéma que propose R. Thoumin sur la situation économique de ces derniers ; selon ce schéma, établi pour les années 1930, les chrétiens, originaires pour la plupart du Ḥawrān, arrivent pauvres au faubourg et partent ensuite s'installer dans le quartier chrétien de la ville intra-muros dès que leur situation financière le leur permet. Or, à travers nos documents, il apparaît que, aux xviiie et xixe siècles, le Mīdān est le lieu de résidence d'un certain nombre de chrétiens fortunés ; les demeures qu'ils y possèdent en témoignent. Ils ont tendance à se regrouper à bāb al-Muṣallā mais ce quartier abrite également des musulmans ; on y rencontre notamment des Druzes, originaires comme eux du Ḥawrān.

17L'étude des transactions immobilières permet de mieux connaître le vocabulaire de l'habitat ; nous avons pu ainsi mettre en évidence l'évolution sémantique de certains termes architecturaux et l'apparition de nouveaux termes entre le milieu du xviiie et le début du xixe siècle.

18Le comportement des individus par rapport à leur patrimoine immobilier est remarquablement stable : c'est toujours avec la même fréquence qu'ils font l'acquisition de petites parts de propriétés ou qu'ils sont copropriétaires de leurs biens avec des membres de leur famille. Mais, comme nous l'avons suggéré par une comparaison avec les manières d'habiter en haute Provence aux xviie et xviiie siècles, le fractionnement de l'habitat et la copropriété du patrimoine immobilier au sein des familles ne constituent pas l'apanage exclusif des sociétés urbaines du Proche-Orient à l'époque ottomane.

19Les stratégies résidentielles des familles ou des groupes confessionnels, ethniques ou "nationaux", méritent une attention particulière, et la prise en considération de leurs possessions foncières ou immobilières nous permet d'élaborer, autour des monuments religieux ou des bâtiments commerciaux qu'ils contrôlent, une reconstitution des espaces qui leur sont propres.

20La famille Mawṣilī, vieille famille de notables religieux dont la première zāwiya a été fondée dès la fin du xive siècle, a une assise foncière très étendue dans le Mīdān aux xviiie et xixe siècles, et joue un rôle très actif dans l'aménagement économique du faubourg à cette époque. En revanche, d'après nos documents, le patrimoine foncier et immobilier d'une autre famille de notables religieux, la famille Ğibāwī, semble beaucoup plus restreint. Les informations dont nous disposons à ce sujet font toutefois apparaître un phénomène intéressant : les liens existant entre la famille Ğibāwī et une famille de militaires récemment installée dans le faubourg, la famille Mahāyinī. Ces liens, qui se perçoivent non seulement à travers le voisinage de leurs biens immobiliers et fonciers mais aussi à travers la copropriété de ces biens, peuvent certes refléter l'existence de relations matrimoniales entre les deux familles et, par conséquent, la transmission de certaines parts de ces biens par héritage ; mais ils pourraient aussi refléter l'emprise d'une famille sur une autre par le biais d'appropriations. Nos documents ne fournissent aucune information à ce sujet mais, si tel est le cas, on assisterait, dans le Mīdān, au déclin d'une famille de notables religieux, la famille Ğibāwī, et à l'ascension d'une famille de négociants céréaliers appartenant à l'élite militaire, la famille Mahāyinī : ce phénomène traduirait ainsi la mutation de la société du faubourg à cette époque.

21L'installation de familles étendues dans des espaces que l'on peut circonscrire dans le faubourg constitue une première étape de l'étude des territoires au sein de l'espace urbain. Au-delà de ces solidarités familiales, d'autres types de solidarités peuvent être appréhendés à partir des archives des tribunaux : ainsi, la présence de quelques personnes— ou personnalités — qui interviennent régulièrement devant le juge, soit comme témoins, soit comme représentants d'habitants du faubourg, suggère l'existence de réseaux de clientèle. Mais ces solidarités s'expriment aussi par des alliances matrimoniales entre les familles du faubourg, et par les relations que celles- ci peuvent nouer avec des familles résidant dans d'autres quartiers de la ville ; l'étude de ce phénomène permettrait d'apprécier le degré d'intégration de certaines composantes de la population du faubourg du Mīdān à l'ensemble de la société damascène.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search