Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Quatrième partie. Structuration de l’espace social du Faubourg

Chapitre II. Les espaces des notables

Texte intégral

  • 1 Meriwether M., The Notables Families of Aleppo, p. 115-137; Schatkowski-Schilcher L., Families in (...)
  • 2 La prédominance de l'un de ces deux types de waqf est largement tributaire des circonstances polit (...)

1Comme cela a été montré pour Alep, nous savons qu'à Damas les grandes familles de notables résident, préférentiellement, dans le centre de la ville, à proximité des lieux du commerce international1. Quelques-unes d'entre elles habitent les faubourgs mais certains de leurs membres quittent parfois leur lieu de résidence originel pour partir s'installer dans des quartiers plus chics. On rencontre ainsi, à Alep, mais aussi à Damas, des branches d'une même famille dans divers secteurs de la ville. Elles s'y approprient des espaces grāce à des achats, des héritages ou des opérations de waqf. Ceux-ci peuvent être de deux types : les waqf ḫayrī, dont les revenus sont destinés à une fondation pieuse, et les waqf ahlī (ou waqf ḍurrī), dont les bénéficiaires sont les descendants du fondateur2.

2Plusieurs séries de documents nous permettent de cerner, dans le Mīdān, divers espaces contrôlés par des notables ; en l'occurrence, il s'agit de personnes intégrées à l'armée ou exerçant des fonctions religieuses. Cette présentation, tributaire des documents recueillis, ne prétend pas donner une photographie détaillée de ce phénomène dans le faubourg ; à travers quelques exemples, elle vise simplement à apporter un éclairage sur des territoires particuliers. Dans bāb. al- Muṣallā, nous évoquerons plusieurs éléments d'un waqf constitué par un célèbre militaire, Turkumān Ḥasan katḫudā ; dans le Mīdān, nous soulignerons le rôle des divers waqf de la famille Mawṣilī et les biens possédés par la famille ‘Ağlānī ; dans les Qubaybāt, nous examinerons les biens appartenant à la famille Ğibāwī et à la famille Mahāyinī.

I - TURKUMĀN ḤASAN KATḪUDĀ

3Après avoir présenté ce personnage, nous localiserons quelques biens appartenant à son waqf dans le quartier de bāb al-Muṣallā. Mawṣilī

A - TURKUDĀN ḤASAN KATḪUDĀ, SES DESCENDANTS ET LEURS HOMMES

  • 3 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427-428.
  • 4 Murādī M., Silk, II, p. 63-67.

4Turkumān Ḥasan Katḫudā est, comme l'évoque son nom, d'origine turcomane et son titre de katḫudā indique l'importance de son rang au sein de l'armée. Malgré le prestige qui semble avoir été le sien, les informations dont nous disposons sur ce personnage sont relativement peu nombreuses. Nous pouvons cependant le situer grâce aux biographies de deux membres de sa famille : celle de son fils, Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā (994-1071/1585-1660)3, et celle de son arrière-petit-fils, Husayn b. Mūsā b. Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā (m. 7 sa‘bān 1132/3 juin 1720)4.

  • 5 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427.

5Turkumān Ḥasan katḫudā vécut à la fin du xvie-début du xviie siècle ; il construisit, à Bāb al-Muṣallā, une prestigieuse demeure (dār ‘aẓīma) considérée comme la plus grande de Damas (akbar dār bi-Dimašq)5 et il constitua un waqf dont nous présenterons quelques biens situés dans ce quartier. Au temps du sultan Aḥmad (1603-1617), il partit en Perse, accompagné de son fils Muḥammad, et ils participèrent ensemble au conflit entre les Ottomans et les Safavides.

6Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā (m. 1071/1660) était connu pour ses talents de cavalier. Avant de devenir, en 1048/1638-1639, katḫudā comme son père, il participa à son tour, accompagné de son fils Mūsā, au conflit avec les Safavides à l'époque du sultan Murād (1623-1640). Il fut ensuite destitué et emprisonné dans la citadelle lorsque le gouverneur ‘Uṭmān Pacha Ḥaftalarlī prit ses fonctions. Libéré grâce à l'intercession du qādī de Damas, il bénéficia d'une solde (‘ulūfa) prélevée sur le Trésor syrien (haẓīna šāmiyya) ; par la suite, son statut au sein de l'armée s'améliora et il participa sept fois à l'accompagnement de la caravane du pèlerinage en tant que sirdār al-ḫağğ.

  • 6 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 225.

7Son fils, Mūsā b. Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā, fut à deux reprises amīr al-ḫağğ, en 1080/1670 et en 1081/1671 ; il fut assassiné par les bédouins alors qu'il conduisait son deuxième pèlerinage6.

  • 7 MurĀdĪ M., Silk, II, p. 63-67.
  • 8 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 149, p. 254, p. 264. À Damas, ce cas de poète janissaire n'est pas ex (...)
  • 9 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 318.

8Le fils de celui-ci, Husayn b. Mūsā b. Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā (m.1132/1720), était katḫudā des janissaires7. Personnalité importante au sein des janissaires, il était également poète ; Ibn Kannān, qui fait référence à ses poèmes, évoque ce personnage avec beaucoup de respect (al-a'azz al-amğad)8 et mentionne son décès9.

  • 10 Le Muḥammad auquel s'intéresse Muḥibbī est mort, selon cet auteur, en 1660, mais le biographe ne p (...)
  • 11 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 193.
  • 12 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 144 ; Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 69-70 ; Murādī M. (...)

9Les biographes de Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā et de Ḥasan Ḥusayn b. Mūsā b. Muḥammad b. Turkumān Ḥasan katḫudā notent que leurs hommes (atbā') constituaient le quart des militaires de Damas ; cette appréciation, même si elle est quelque peu exagérée, suggère le pouvoir de ces personnages. Si les Turcomans, en certaines circonstances, paraissent proches du pouvoir politique, ils furent cependant victimes, à plusieurs reprises, de la répression que celui-ci exerça à rencontre des janissaires locaux (yankiğariyya/yerliyya) installés dans le Mīdān et dont ils représentaient une importante composante. Ainsi, le 27 ramaḍan 1069/18 juillet 1659, le gouverneur ‘Abd al-Qādir Pacha fit exécuter plusieurs de leurs leaders, dont Muḥammad al-Turkumānī10, et c'est à la suite de cette sanglante répression que le sultan envoya les janissaires impériaux (qapiqūl) à Damas11. La puissance militaire des Turcomans fut brisée en 1159/1746 au cours de la répression exercée par As'ad Pacha al-'Aẓm contre le Mīdān : cinq de leurs membres furent en effet exécutés et ils s'effacèrent ainsi du devant de la scène politique12.

B - LE WAQF DE TURKUMĀN ḤASAN KATḪUDĀ À BĀB AL-MUṢALĀ

  • 13 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427.
  • 14 297/63/232.
  • 15 297/43/107.

10Au xviiie siècle, la présence de Turkumān Ḥasan katḫudā à Bāb al- Muṣallā se manifeste par la prestigieuse demeure que ce personnage édifia dans ce quartier13. Plus d'un siècle après sa construction, en 1235/1820, on continue d'ailleurs à la désigner par le nom de son illustre fondateur (dār Turkumān Ḥasan katḫudā) ; elle est située à l'est de Zuqāq al-Baqqāra14. De plus, à cette époque, une impasse, vraisemblablement située dans ce secteur du quartier, porte le nom des descendants de ce personnage (Daḫlat Banū Turkumān Ḥasan katḫudā)15.

  • 16 109/131/248 ; 109/190/366 ; 297/100/245 ; 297/210/472 ; 297/440/992.

11Turkumān Ḥasan katḫudā est également le fondateur d'un waqf dont les descendants assurent l'administration16 et qui comprend de nombreux biens à usage résidentiel ou économique situés dans le quartier de bāb al- Muṣallā. Nous ne sommes pas en possession d'un document mentionnant tous les biens appartenant à ce waqf mais nous en connaissons plusieurs éléments grâce à divers actes enregistrés dans le Tribunal du Mīdān ; ces documents, établis à des dates différentes, ne nous renseignent pas sur la composition de ce waqf à un moment donné mais sur les éléments qui, à un moment ou à un autre, en ont fait partie.

  • 17 128/193/359 ; 109/131/248 ; 109/190/366. Le 6 rağab 1155/6 septembrel743, son loyer annuel est fix (...)
  • 18 109/100/187 ; 117/129/202. Ce ḥammām pourrait être le Ḥammām Sunqur ou le Ḥammām d'al-Šayḫ Ḥasan.
  • 19 313/374/1030.
  • 20 297/210/472.
  • 21 297/458/1025.
  • 22 Ces différents biens apparaissent dans des actes de location (297/209/470 ; 297/375/819) et dans d (...)

12Au milieu du xviiie siècle, ce waqf comprend une savonnerie située à proximité de Zuqāq al-Wusṭānī, à l'est d'un ḥawš17, et un ḥammām dont la localisation n'est pas précisée18 ; en 1243/1828, un café appartenant à ce waqf est signalé dans Zuqāq al- Wusṭānī 19. En 1236/1821, ce waqf est également composé de six maisons, situées de part et d'autre de l'artère centrale du faubourg ; deux d'entre elles sont situées à l'est, Zuqāq bādir, et les quatre autres à l'ouest, Zuqāq al-Baqqāra. Des actes concernant des travaux de réfection laissent supposer que ces maisons, par la nature des pièces qui les composent, sont relativement importantes : dans une maison de Zuqāq bādir, les travaux portent sur un īwān, une qā‘a agrémentée d'un bassin, un qaṣr, une cuisine et des latrines20 ; dans une maison de Zuqāq al-Baqqāra, ils portent sur un īwān et un murabba' situé à côté d'une qā‘a21. Des dukkān appartenant également à ce waqf se trouvent d'une part à l'ouest des maisons de Zuqāq bādir, à proximité de l'artère centrale du faubourg, et d'autre part au nord des maisons de Zuqāq al-Baqqāra22.

Carte 8 : Biens appartenant au waqf de Turkumān Ḥasan katḫudā dans le Mīdān.

13Nous voyons donc, grâce à ces divers documents, se dessiner une ébauche du waqf de Turkumān Ḥasan katḫudā à Bāb al- Muṣallā. Des deux côtés de l'artère centrale du faubourg apparaissent deux groupes de bātiments : à l'est, Zuqāq bādir, deux maisons et des dukkān ; à l'ouest, Zuqāq al-Baqqāra, quatre maisons et un dukkān et, Zuqāq al-Ğuwwānī, une savonnerie et un café. Un ḥammām, que nous ne sommes pas en mesure de localiser avec certitude, fait également partie de ce waqf.

  • 23 109/113/212.
  • 24 117/94/149.
  • 25 128/76/147.

14Au milieu du xviiie siècle, les descendants de Turkumān Ḥasan katḫudā possèdent quelques biens à bāb al- Muṣallā. En 1156/1743, une maison ayant appartenu à Ṣāliḥ aġā b. Muḥammad Ṣūbāšī b. Turkumān Ḥasan katḫudā est signalée à Bāb al- Muṣallā, Zuqāq Ğuwwānī23 ; en 1159/1746, les héritiers de Ṣāliḥ aġā b. Muḥammad Ṣūbāšī b. Turkumān Ḥasan katḫudā y détiennent un ḥawš24 et ‘Abd al-Raḥmān aġā b. Muḥammad Aġā b. Ramaḍān aġā b. Turkumān Ḥasan katḫudā y achète un makān en 1163/174925. À cette époque, d'autres Turcomans, dont les liens avec Turkumān Ḥasan katḫudā sont sans doute beaucoup plus lointains, sont également installés, comme nous l'avons vu plus haut, dans le Mīdān et dans les Qubaybāt.

II - LA FAMILLE MAWṢILĪ

  • 26 Sur ces zāwiya, cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

15La famille Mawṣilī est, comme l'indique son nom, originaire de Mossoul (Mawṣil). Six de ses membres — Abū Bakr (m. 797/1394), Muḥammad (né en 777/1375-1376), ‘Abd al-Qādir (788-862/1390-1457), Maḥmūd (m. 891/1486), ‘Abd al-Karīm (m. avant 918/1513), Abū al-Wafā' (m. 920/1514-1515) — ont fondé, comme nous l'avons vu, des zāwiya dans le Mīdān26.

  • 27 Nous ne détaillerons pas ici l'itinéraire géographique et professionnel de l'ensemble de ces perso (...)
  • 28 Ġazzī N.-D., Kawākib, III, p. 127.
  • 29 Ġazzī N.-D., Lutf, p. 109-110.
  • 30 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, II, p. 62-63.
  • 31 MawṢilī Ṣ.-D., Dīwān, p. 233 ; d'après registres 27, 30 et 34.
  • 32 On le qualifie en effet, comme nombre d'autres notables, de « faḫr al-fuḍalā ‘ al-kirām », « mafḫa (...)

16Dès l'époque ayyoubide, plusieurs individus originaires de Mossoul voyagent vers Bagdad, Alep, Damas, Jérusalem ou Le Caire où ils se voient confier des fonctions juridiques27. À Damas, à l'époque ottomane, plusieurs descendants d'al-Šayḫ Abū Bakr al- Mawṣilī se distinguent dans ce domaine. Aḥmad Sihāb Al-dīn al- Mawṣilī (m. rağab 984/octobre 1576) est nā'ib au Maḥkamat al-'Awniyya puis au Maḥkamat al-Mīdān28 ; Muḥammad b. Barakāt b. Abī al-Wafā' al- Mawṣilī (m. 24 sa'bān 1008/11 mars 1600) invite régulièrement les grands juges29 ; son fils, al-Šayḫ Ḥasan Badr Al-dīn b. Muḥammad Abī al-Faḍl b. Barakāt b. Abī al-Wafā' al- Mawṣilī (m. 1034/1624-1625), est qāḍī au Maḥkamat al-bāb30 ; entre 1127/1715 et 1129/1717, des documents font apparaître al-Šayḫ Abū Bakr al- Mawṣilī comme le chef des greffiers des tribunaux de Damas (ra‘īs kuttāb al-maḥākim al-šar‘iyya bi-Dimašq)31. À travers la lecture des registres du Tribunal du Mīdān, il apparaît qu'un des habitants du faubourg, al-Šayḫ Aḥmad b. al-Šayḫ As'ad al- Mawṣilī, entretient des relations très étroites avec cette institution ; dans les années 1155-1161/1742-1748, il y fait office de témoin et semble jouir d'une grande considération32.

  • 33 117/95/152.
  • 34 130/118/238.
  • 35 130/189/389. Il s'agit d'al-Šayḫ Ahmad b. al-Šayḫ As'ad al-Mawṣilī et des trois fils de Muḥammad A (...)

17Certains d'entre eux comme Barakāt bulūkbāšī al- Mawṣilī au xvie siècle, ou Muḥammad Aġā b. al-Šayḫ Ḥasan al- Mawṣilī 33 et Darwīš Aġā b. Bikdās aġā al- Mawṣilī 34, au milieu du xviiie siècle, semblent, en raison de leur titre de bulūkbāšī ou d'aġā, être intégrés à l'armée. On remarque même que des liens existent avec des personnages très proches du pouvoir, notamment avec la famille de Fatḥī Efendī al-Falāqinsī ; au milieu du xviiie siècle, plusieurs membres de la famille Mawṣilī possèdent en effet deux ḥānūt en copropriété avec plusieurs personnes dont la fille de ce dernier ; celle-ci désigne al-Šayḫ ‘Abd al-Raḥmān b. Muḥammad Aġā b. al-šayḫ Ḥasan al- Mawṣilī comme son mandataire dans une transaction portant « ur ces deux ḥānūt35.

  • 36 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, I, p. 22-23.
  • 37 MurĀdī M., Silk, il, p. 259-269.

18Les notices biographiques dont nous disposons pour la famille Mawṣilī concernent des personnages ayant vécu aux xvie et xviie siècles ; elles insistent surtout sur le rôle de ces derniers dans la vie sociale damascène à travers les réceptions qu'ils organisent pour les notables de la ville. Dans certains cas, le biographe fait allusion à l'importance de leur patrimoine immobilier et foncier : il en est ainsi pour Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥmān al- Mawṣilī (m. 1054/1644)36 et pour son fils Ibrāhīm b. Ibrāhīm b. ‘Abd al-Raḥmān al- Mawṣilī (1031-1118/1621-1707)37. Grâce à plusieurs waqf, les membres de cette famille contrôlent un large espace dans le faubourg du Mīdān.

A - UN ESPACE FONCIER LIÉ AUX WAQF DE LA FAMILLE MAWṢILĪ

  • 38 Cf. notamment Tapu Defteri 393, p. 27-28, p. 36, p. 59-60, p. 78, p. 94, p. 161. Les waqf mentionn (...)

19Le territoire de la famille Mawṣilī dans le Mīdān est défini par les nombreux waqf que certains de ses membres ont créés, soit au profit de leurs zāwiya, soit au profit de leur descendance. Ces waqf sont anciens ; nous en trouvons la trace au milieu du xvie siècle dans les Tapu Defteri38. Conservés aux archives du Başbakanlik à Istanbul, ces documents nous renseignent surtout sur les biens constitués en waqf par la famille Mawṣilī en milieu rural ; d'autres documents, consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān, nous apportent des précisions sur les waqf de cette famille dans le faubourg.

  • 39 Sur ce personnage, cf. Ibn QaḌi Šuhba, Tārīḫ, I, p. 559-560.
  • 40 Le seul Barakāt dont nous connaissons l'existence est celui dont la biographie a été établie par Ġ (...)
  • 41 Ġazzī N.-D., Kawākib, I, p. 52 ; II, p. 157.
  • 42 Ġazzī N.-D., Lutf p. 246-247.

20Les divers waqf mentionnés dans les registres du Tribunal du Mīdān aux xviiie et xixe siècles sont ceux de la zāwiya d'al-Šayḫ Abū Bakr al- Mawṣilī (m. 797/1394)39, de Barakāt Bulūkbāšī al- Mawṣilī (m. 973/1565 ( ?))40, d'Abū al-Faḍl al- Mawṣilī (m. 1008/1599)41 et d'al-šayḫ Taqī Al-dīn al- Mawṣilī (m. 1018/1609)42.

  • 43 117/67/112.

21La zāwiya d'al-Šayḫ Abū Bakr al- Mawṣilī est entourée de biens appartenant à son waqf : en 1158/1745, un terrain est situé au sud de la zāwiya ; au sud et à l'ouest de celui-ci se trouvent deux autres biens dont la nature n'est pas précisée, mais qui appartiennent également à ce waqf43.

  • 44 130/202/420 ; 130/203/421 ; 128/25/51.
  • 45 MawṢilī S.-D., Dīwān, p. 236 ; d'après 149/24/-.
  • 46 313/327/921.

22Le waqf de Barakāt Bulūkbāšī al- Mawṣilī compend plusieurs biens situés dans le secteur de Sūq al-Mīdān. En 1164/1751, une maison est construite sur un terrain appartenant à ce waqf, Zuqāq al-Ğawra44 ; en 1170/1756, ce waqf comprend également onze ḥānūt mitoyens situés sur l'artère centrale du faubourg, du côté ouest, juste en face de la Mosquée Rifā‘ī, au sud de Zuqāq al-‘Askarī45 ; en 1827-1830, une maison située Zuqāq al-Ğāmi' est signalée comme appartenant à ce waqf46.

  • 47 117/163/251. Notons que le waqf d'al-Šayḫ Abū al-Faḍl al-Mawṣilī comprend également des jardins à (...)
  • 48 117/71/117 ; 117/94/151 ; 117/95/152. Nous ne disposons d'aucune information sur la nature de ce p (...)

23Le waqf d'al-Šayḫ Abū al-Faḍl al- Mawṣilī comprend quant à lui, en 1159/1746, une maison dans Zuqāq al- Mawṣilī 47. Il comprend également, dans le secteur de Sūq al-Mīdān, sur l'artère centrale du faubourg, un terrain mitoyen du Mausolée de Muḥammad al-Qurasī ; en 1159/1746, un four et cinq ḥānūt, appartenant à des membres de la famille Mawṣilī, y sont situés mais, comme nous le verrons plus loin, ce terrain supportait auparavant un pressoir (ma'sara)48.

  • 49 MawṢilī S.-D., Dīwān, p. 236 ; cf 149/24/-.

24Le waqf d'al-Šayḫ Taqī Al-dīn al- Mawṣilī comprend quant à lui, en 1170/1756, trois ḥānūt situés au sud de la Mosquée Manğak49.

25Nous ne pouvons qu'être frappés par le rôle des waqf de Barakāt Bulūkbāšī al- Mawṣilī, d'Abū al-Faḍl al- Mawṣilī et de Taqī Al-dīn al- Mawṣilī dans la mise en valeur économique du secteur de Sūq al-Mīdān : 18 boutiques leur sont rattachées ou sont situées sur des terrains leur appartenant. Elles sont situées sur la bordure occidentale de l'artère centrale du Mīdān, ce qui indique l'importance, au milieu du xviiie siècle, de l'équipement commercial de ce secteur du faubourg et confirme vraisemblablement l'existence, à cette époque, de ce que nous considérons être le lotissement de Sūq al-Mīdān.

  • 50 Ces divers biens sont situés dans les rues suivantes : Zuqāq ‘Abd al- Raḥmān al- Sammān (313/332/9 (...)

26Outre ces quelques documents où sont évoqués différents waqf de la famille Mawṣilī, nous trouvons dans les archives de nombreuses allusions à l'ensemble de ces waqf. Leurs biens, qui sont mitoyens de maisons faisant l'objet de transactions immobilières, sont en général désignés sous le terme de waqf Banū al- Mawṣilī, sans aucune identification plus précise ; nous ignorons donc s'il s'agit de biens à usage résidentiel ou économique50. Outre les boutiques situées sur l'artère centrale du faubourg, les documents dont nous disposons font apparaître que les différents waqf de la famille Mawṣilī se trouvent également dans les zones d'habitation, de Bāb al- Muṣallā jusque dans le voisinage de la Mosquée Manğāk, dans le secteur central du Mīdān.

B - ḤIKR AL-MAWṢILĪ

27Un autre type d'information nous permet de cerner le territoire des waqf de la famille Mawṣilī : lors d'une transaction immobilière portant sur une maison dont le terrain appartient à un waqf, il est parfois fait mention d'une somme d'argent versée au profit de ce dernier. Cette information figure dans 13 % des transactions immobilières de notre corpus (88/677) ; dans un peu plus du tiers des cas (31/88, soit 35 %), cette somme doit être versée aux waqf de la famille Mawṣilī. C'est dire l'importance de ces waqf dans l'organisation de l'espace du Mīdān. La quasi-totalité des maisons (20) concernées par cette taxe sont concentrées dans Zuqāq al- Mawṣilī ; 4 sont également situées dans Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā' et 3 dans Zuqāq al-Ğawra.

  • 51 Cette somme est modique : au milieu du xviiie siècle, elle varie entre 0,10 misriyya et 1,5 qurš ; (...)
  • 52 Sur le ḥikr, cf. article « Ḥikr », E.I.2, supplément V/VI, p. 368-370.
  • 53 Garcin J.-C., « Toponymie », p. 133-134.

28Dans les documents, cette somme est introduite par l'expression muḥākara li-gihat waqf Banī al- Mawṣilī...51. Le terme muḥākara fait référence au ḥikr, forme de location à long terme52 ; son emploi suggère que la famille Mawṣilī perçoit, sur ces terrains, des taxes à long terme, mais nous ignorons si ces terrains appartiennent aux divers waqf fondés par la famille ou s'ils lui ont été attribués par le pouvoir comme cela s'observe au Caire à l'époque mamelouke. Dans cette ville, on remarque en effet que « sur ces terrains libres de constructions [...], tous ceux qui avaient quelques biens à investir ont fait construire (ou planter des vergers), en versant des taxes de location du sol aux membres les plus fortunés de la classe dirigeante qui s'étaient fait accorder le monopole de perception sur des zones déterminées ou ḥikr à urbaniser »53.

Carte 9 : Biens appartenant aux divers waqf de la famille Mawṣilī dans le Mīdān.

C - UN ÉQUIPEMENT EN MOUVEMENT : LE PRESSOIR, LE FOUR, LES ḤĀNŪT ET LE CAFÉ

  • 54 117/71/117.
  • 55 117/95/152.

29Nous avons signalé qu'en 1159/1746, un four et cinq ḥānūt sont construits sur un terrain mitoyen du Mausolée de Muḥammad al-Qurasi, appartenant au waqf d'al-Šayḫ Abū al-Faḍl al- Mawṣilī. L'histoire de ce four et de ces cinq ḥānūt nous apporte un exemple intéressant de remodelage urbain au sein du faubourg. al-Šayḫ ‘Abd al- Raḥmān b. Muḥammad Aġā b. al-Šayḫ Ḥasan al- Mawṣilī loue, à partir du début rabī' II 1159/fin avril 1746, ce terrain sur lequel se trouvait autrefois un pressoir (ma‘ara) ; il y construit ce four et ces cinq ḥānūt qui deviennent sa propriété54 et qu'il revend à son frère, al-Šayḫ ‘Abd Allāh b. Muḥammad Aġā b. al-Šayḫ Ḥasan al- Mawṣilī, le 15 rağab 1159/3 août 174655.

  • 56 130/189/389. Ce type d'aménagement n'est pas rare : un café installé dans les locaux occupés autre (...)

30Divers membres de la famille Mawṣilī, dont al-Šayḫ Aḥmad b. al-Šayḫ As‘ad al- Mawṣilī et les trois fils de Muḥammad Aġā al- Mawṣilī, al-Šayḫ ‘Abd al- Raḥmān b. Muḥammad Aġā al- Mawṣilī, al-Šayḫ ‘Abd al-Qādir b. Muḥammad Aġā al- Mawṣilī et al-Šayḫ ‘Abd Allāh b. Muḥammad Aġā al- Mawṣilī, possèdent par ailleurs deux ḥānūt du côté oriental de l'artère centrale du faubourg ; au début du mois de muḥarram 1163/mi-décembre 1749, ils les louent et permettent à leur locataire d'y effectuer des travaux ; celui-ci les transforme alors en café (qahwa ḫāna) et nous voyons ainsi apparaître un nouveau café dans le faubourg du Mīdān56.

31Les documents relatifs à ces divers équipements indiquent donc le rôle important de la famille Mawṣilī dans l'aménagement du Mīdān. Si, au xive siècle, ses efforts se sont plus particulièremment portés sur la partie occidentale ou septentrionale du faubourg avec l'édification de six zāwiya et d'un ḥammām, c'est de part et d'autre de l'artère centrale du faubourg qu'ils se concrétisent aussi au milieu du xviiie siècle ; ses initiatives urbanistiques s'y manifestent non seulement du côté occidental, par la construction du four et des cinq ḥānūt à la place d'un ancien pressoir, mais aussi, de manière plus indirecte, par la transformation de deux ḥānūt en café, du côté oriental.

32Plusieurs biens appartenant à ces waqf sont situés dans le secteur occupé par le lotissement de Sūq al-Mīdān et l'on peut donc se demander si ce dernier n'a pas été constitué sur des terrains appartenant aux waqf de cette famille.

III - LA FAMILLE ‘AǦLĀNĪ

  • 57 Notons toutefois qu'en 1128/1716, al-Šayḫ Ahmad b. ‘Abd al- Raḥmān al- Mawṣilī réside à proximité (...)

33Par les biens fonciers qu'elle y possède, la famille Mawṣilī est, nous venons de le voir, présente dans le secteur situé entre la Mosquée Rifā‘ī et la Mosquée Manğak, mais nous n'avons trouvé aucun document indiquant qu'elle y réside57 ; nous y rencontrons en revanche la famille ‘Ağlānī.

  • 58 Sur les asrāf cf. Rafiq A.-K., Province, p. 172-175.
  • 59 MuḤibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436, p. 439 ; MurĀdĪ M., Silk, III, p. 206.
  • 60 Rafiq A.-K., Province, p. 51.

34La famille ‘Ağlānī fait partie des descendants du Prophète (asrāf), représentés par un naqīb qui, à Damas, est d'origine locale58. Des membres d'une même famille se succèdent souvent à ce poste, détenu aux xviiie et xixe siècles tour à tour par les ‘Ağlānī, les Hamza et les Kaylàni. Les naqīb sont aussi bien chafi'ites que hanafites et cette distinction se retrouve parfois au sein d'une même famille ; ceci est par exemple le cas pour les familles ‘Ağlānī59 et Ḥamza60.

  • 61 Sur la famille'Ağlānī, cf. Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 201-204.

35La famille ‘Ağlānī est composée de deux branches : l'une est installée dans la ville intra-muros et l'autre dans le faubourg du Mīdān61. Bien qu'elles résident dans deux quartiers différents de Damas, les deux branches de la famille ‘Ağlānī ne semblent pas complètement dissociées l'une de l'autre dans l'espace ; leurs liens se manifestent non seulement à travers le waqf de leur famille mais aussi par le fait que certains de leurs membres possèdent des biens dans les deux secteurs de la ville.

A - DEUX BRANCHES FAMILIALES, DEUX TYPES DE CARRIÈRES

  • 62 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 130-131.
  • 63 MurĀdĪ M, Silk, III, p. 207-208.

36Au xviiie siècle, la branche hanafite de la famille ‘Ağlānī vit près de la Mosquée des Omeyyades et plusieurs de ses membres occupent le poste de naqīb al-asrāf : entre le milieu du xviie siècle et 1920, 13 naqīb sur 31 sont issus de la famille ‘Ağlānī62. Bien que le poste de naqīb al-asrāf de Damas soit attribué sur une base annuelle par le naqīb al-asrāf d'Istanbul, certains d'entre eux sont renouvelés dans leurs fonctions à plusieurs reprises, tel al- Sayyid ‘Alī al-‘Ağlānī qui monopolise ce poste de 1172/1758-1759 à 1183/1769-177063.

  • 64 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 500.
  • 65 MuḤabbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436-437.
  • 66 Ġazzī N.-D., Luṭf p. 69-70 ; MuḤabbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 144-145. À propos des liens entre les ašrā (...)
  • 67 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 201-204.
  • 68 Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī », p. 37-38.
  • 69 Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », p. 65. Cette branche de la famille ‘Ağlānī n'est cep (...)

37L'autre branche de la famille, chafi'ite, est installée dans le Mīdān ; connus sous le nom de Manğak-‘Ağlānī, ses membres exercent un contrôle sur les métiers en occupant, à plusieurs reprises, le poste de šayḫ mašayiḫ al-ḥiraf wa al-ṣanā'i'64. L'implantation de la famille ‘Ağlānī dans le Mīdān, à proximité de la zāwiya Rifā'iyya à laquelle elle est liée, est ancienne ; elle est en effet attestée au début de l'époque ottomane, en 914/152065. Dans la seconde moitié du xvie siècle, al-Sayyid Kamāl Al-dīn al-‘Ağlānī (m. 1004/1596) appartient à la ṭarīqa rifā‘iyya et, en dehors de ses activités dans le tissage de la soie (nasğ al-ḥarīr), il pratique des dikr tous les dimanches de rağab, sa‘bān, et ramadan dans cette zāwiya66. Il est le premier membre de la famille à occuper le poste de šayḫ mašāyiḫ al-ḥiraf qui demeura associé à la famille pendant une longue période67. A.-K. Rafiq note que certaines personnes occupent ce poste à la suite de leurs ancêtres, sans toutefois exercer une activité artisanale, et cela montre, selon lui, qu'il s'agit d'une fonction peu importante68. Si, aux xvie et xviie siècles, ce personnage intervient peu auprès des autorités en faveur des artisans placés sous sa responsabilité, son influence s'accroît toutefois au xviiie siècle69.

  • 70 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 203-204.

38Les deux branches de la famille ‘Ağlānī, qui se distinguent par la nature de leurs fonctions, connaissent chacune leur apogée à des moments différents. En effet, l'influence de la branche installée dans la ville intra-muros s'amenuise dans la seconde moitié du xixe siècle alors que la branche installée dans le Mīdān connaît son ascension à ce moment-là. Le poste de naqīb al-asrāf lui est attribué épisodiquement sans toutefois se transformer en un monopole familial comme cela avait été le cas pour l'autre branche. Si la famille ne détient pas toujours la niqāba, elle accède cependant à d'autres responsabilités. Un de ses membres, Darwīš Efendī al-‘Ağlānī, premier membre de cette famille identifié comme hanafite, fut membre du Mağlis en 1860, président de la municipalité et président de la cour d'appel. Son frère, Amīn al-'Ağlānī (m. 1866), chafi'ite, fut šayḫ al-mašāyiḫ, et l'on peut donc considérer, avec L. Schatkowski-Schilcher, que les Manğak-‘Ağlāni se scindèrent en deux branches, reproduisant ainsi la distinction qui existait jusqu'alors entre les ‘Ağlānī hanafites de la ville intra-muros et les Manğak-'Ağlānī chafi'ites du Mīdān70.

B - DEUX STRATÉGIES TERRITORIALES ?

39Mais cette distinction entre les deux branches de la famille ‘Ağlānī doit être quelque peu nuancée en ce qui concerne leur insertion dans l'espace. En effet, si l'existence de ces deux branches se manifeste dans les lieux de résidence et dans les carrières, elle s'estompe dès qu'il s'agit de la gestion des waqf de la famille et de la propriété de divers biens immobiliers.

  • 71 109/47/84.

40Certains biens appartenant au waqf de la famille ‘Ağlānī sont situés dans le Mīdān. Ainsi, le 23 rağab 1155/23 septembre 1742, un des administrateurs de ce waqf, le naqīb al-ašrāf al-Sayyid ‘Alī al-‘Ağlānī, membre de la branche familiale installée dans la ville intra-muros, délègue comme mandataire auprès du Tribunal du Mīdān al-Sayyid Aḥmad b. al- Sayyid Muḥammad al-‘Ağlāni, membre de la branche familiale installée dans ce faubourg, pour défendre les intérêts du waqf à propos de deux maisons mitoyennes situées Zuqāq al-Ṭāli'71. On remarque donc qu'à travers leur waqf, des liens unissent les deux branches de cette famille.

41Au début du xixe siècle, ces liens se perçoivent également dans l'acte de succession d'al-Sayyid ‘Abd Allāh Efendī b. al-Sayyid ‘Abbās Efendī al-‘Ağlānī, établi le 25 sawwāl 1244/30 avril 1829. Outre les plantations et autres biens ruraux qu'il possédait dans le quartier de Šāġūr et dans des villages proches de Damas (Dummar, Malīḥa), ce personnage laisse à ses héritiers une vingtaine de biens répartis pour la plupart dans la ville intra- muros et dans le faubourg du Mīdān.

  • 72 Son lieu de résidence n'est pas précisé dans le document mais l'énumération des biens prend d'abor (...)

42Dans la ville intra-muros, il possédait une maison mitoyenne de la sienne, ainsi qu'une maison et une écurie situées en face de chez lui72 ; il détenait également plusieurs biens à usage économique dont le tiers du mursad d'une teinturerie (maṣbaġa) dans le quartier des cardeurs (Maḥallat al-Munağğidīn), le kadak d'une pièce située à l'étagea fawqāniyya) du Ḫān Ğaqmaq, le kadak d'un dukkān situé dans le Sūq Gaqmaq et le kadak de deux dukkān situés dans le Sūq al-Buzūriyya.

  • 73 314/26/25.

43Dans la ville extra-muros, il possédait la moitié d'un hān situé dans le quartier des marchands de blé (Maḥallat al-Qammāḥīn) et de nombreux biens dans le faubourg du Mīdān : un dukkān dont la localisation n'est pas précisée, les deux tiers d'un ḥawš situé dans Zuqāq al- Mawṣilī, en copropriété avec sa sœur, un tiers du murṣad de la demeure de la famille ‘Ağlānī, un dukkān situé en face du Ḥammām Fatḥī, le murṣad et le kadak d'un café (Qahwat Banū ‘Ağlān)73.

44Ainsi, si les deux branches de la famille résident chacune dans des quartiers différents, certains de ses membres possèdent toutefois des biens dans chacun des deux quartiers.

C - L'INSTALLATION DES ‘AǦLĀNĪ DU MĪDĀN À PROXIMITÉ DE LA MOSQUÉE RIFĀ‘Ī

  • 74 MuḤibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436-437.
  • 75 117/90/146.
  • 76 162/30/48. Sa succession comprend également une petite part (1 qīrāṭ) d'un bustān planté d'arbres (...)

45Comme nous l'avons signalé, la présence de la famille ‘Ağlānī dans le Mīdān est attestée à la fin de l'époque mamelouke, au début du xe-xvie siècle, à proximité de la zāwiya Rifā‘iyya74 ; au milieu du xviiie siècle, c'est encore dans ce secteur du faubourg qu'elle est signalée, notamment dans Zuqāq al-Maslaḫ, située au nord de la Mosquée Rifā‘ī (circonscription de Sūq al-Mīdān). En 1159/1746, la maison de la famille ‘Ağlānī est signalée à l'est du lieu d'ablution (maṭhara) des Banū Rifā‘ī et d'un dukkān appartenant aussi à la famille ; au nord de la demeure, Zuqāq Qiyās, se trouve un ḥawš également détenu par la famille75. Dans l'acte de succession d'al-Sayyid Muṣṭafā Efendī b. al-Sayyid Muḥammad Efendī al-‘Ağlānī, enregistré à la qisma ‘askariyya le 12 muḥarram 1175/13 août 1761, sont également mentionnés plusieurs biens situés dans ce secteur : deux ḥawš situés Zuqāq al-Maslaḫ, les murs d'un café situé au coin de Zuqāq al-Maslaḫ, les murs de deux dukkān, les murs d'une maison située à Ḥaqla et le tiers des murs de la maison dans laquelle il résidait mais dont la localisation n'est pas précisée76.

Carte 10 : Biens appartenant à la famille ‘Ağlānī dans le Mīdān.

  • 77 117/215/319.
  • 78 .117/238/348.

46Par ailleurs, quelques transactions immobilières réalisées par al-Sayyid Muṣṭafā Efendī b. al-Sayyid Muḥammad Efendī al-‘Ağlānī confirment la proximité géographique des ‘Ağlānī et des Rifā‘ī. Le 22 dū al-hiğğa 1159/5 janvier 1747, ce personnage achète plus des trois quarts d'un hānūt situé dans le Mīdān ; au nord se trouve un dukkān appartenant au waqf d'al-Šayḫ Ḥasan al-Rifā‘ī, et à l'ouest se trouve une maison appartenant à ce même waqf77. Le même jour, il vend une part de maison située dans le même quartier ; à l'est et à l'ouest de celle-ci se trouvent des biens appartenant également au waqf d'al-Šayḫ Ḥasan al-Rifā‘ī78.

  • 79 109/181/346.
  • 80 313/254/724.

47Proche d'elle dans l'espace, la famille ‘Ağlāni est également liée à la Mosquée Rifā‘ī par le fait que certains de ses membres sont les administrateurs de son waqf : en 1156/1743, c'est al-Sayyid Aḥmad b. al-Sayyid Muḥammad al-‘Ağlānī qui occupe ce poste79. Au début du xixe siècle, en 1244/1829, les fils d'al-Sayyid Husayn Efendī al-‘Ağlānī, al-Sayyid Amīn b. al-Sayyid Husayn Efendī al-‘Ağlānī et al-Sayyid Darwīš b. al-Sayyid Husayn Efendī al-‘Ağlānī, exercent quant à eux des responsabilités au sein du waqf des mu‘addīn de la Mosquée Manğakw80.

48Dans le cadre de ces deux waqf, les membres de la famille ‘Ağlānī, installés à proximité de la Mosquée Rifā‘ī, gèrent un territoire compris entre celle-ci et la Mosquée Manğak.

IV - LES FAMILLES ǦIBĀWĪ ET MAHĀYNĪ

49Dans les Qubaybāt apparaît un secteur où la famille Ğibāwī et la famille Mahāyinī sont très présentes. Les espaces que contrôlent ces deux familles sont tellement proches l'un de l'autre, voire imbriqués l'un dans l'autre, qu'il est difficile de les dissocier à partir des informations dont nous disposons jusqu'à présent.

A - LA FAMILLE ǦIBĀWĪ

  • 81 Sur cette zāwiya, cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».
  • 82 Notons qu'al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ğibāwī (m. 16 rabī' I 1170/9 décembre l756) qui occu (...)

50La famille Ğibāwī est, comme nous l'avons noté, présente dans le faubourg depuis la fin de l'époque mamelouke : al-Šayḫ Ḥasan al-Ğibāwī (m. 910/1504-1505) s'y installa et y fonda une zāwiya81. Outre celle-ci, à présent abandonnée, il existe à Damas deux zāwiya appartenant à la famille Ğibāwī : l'une est située dans le quartier de Šāġūr82 et l'autre dans le quartier de Qaymariyya.

  • 83 Ibrāhīm (m. 1008/1599) : Būrīnī Ḥ, Tarāğim, I, p. 305-306 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, I, p. 33-35. Noton (...)

51À l'exception du fondateur de la zāwiya, les premières informations dont nous disposons sur des membres de cette famille concernent un certain šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 6 safar 987/1 avril 1579). Peu de temps avant sa mort, celui-ci confie à deux de ses fils des charges particulières : alors que Muḥammad b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1020/1611) aura la responsabilité de la zāwiya du Mīdān, Ibrāhīm b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1008/1599-1600) aura celle du dikr dans la Mosquée des Omeyyades. Cette situation dure plusieurs années, jusqu'à ce que des différends surviennent entre eux ; Ibrāhīm quitte alors le quartier des Qubaybāt pour s'installer "en ville" et, après un séjour d'une année à la Mekke, il rentre à Damas et s'isole chez lui, confiant le dikr de la Mosquée des Omeyyades à son frère Muḥammad avec lequel il se réconcilie par la suite. La responsabilité de la zāwiya du Mīdān et du dikr de la Mosquée des Omeyyades est ensuite assumée par leur demi-frère, Sa'd Al-dīn b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī, qui meurt lors du pèlerinage, le 15 dū al-hiğğā 1036/27 août 1627, et qui est enterré à la Mekke83.

  • 84 Archives privées de la famille Ğibāwī.
  • 85 Maḥasinī I., Kunnāš, p. 126-127; Marino B., Carnet, p. 21-22. Dans un document fourni par la famil (...)

52La responsabilité de la zāwiya est ensuite assurée par le fils de celui-ci, Mūsā b. al-Šayḫ Sa'd Al-dīn b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1048/ 1638-1639), puis par son autre fils, Muṣṭafā b. al-Šayḫ Sa'd Al-dīn b. al-šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1079/1668). Après un premier pèlerinage en 1036/1627, ce dernier effectue plusieurs voyages en Egypte, faisant le commerce du savon et de la soie. À la mort de son frère Mūsā, en 1048/1638-1639, Muṣṭafā devient šayḫ de la zāwiya. Il fait un deuxième pèlerinage en 1056/1646 avec sa famille puis il se rend à Jérusalem. Lors d'un troisième pèlerinage, il perd son fils Sa‘d Al-dīn b. al-Šayḫ Muṣṭafā al-Ğibāwī et il en est profondément affecté84. Ismā‘īl al-Maḥāsinī nous indique qu'il entretenait de mauvaises relations de voisinage avec les habitants des Qubaybāt, où il résidait : il s'était en effet disputé avec eux au sujet de l'utilisation de l'eau de la Mosquée Karīm Al-dīn et partit s'installer "en ville", comme l'avait fait son oncle quelques années plus tôt. Il épousa une esclave qui lui donna deux fils, puis, au mois de Ramaḍān 1078/février-mars 1668, il épousa une descendante du Prophète ; quelques mois plus tard, le 4 muharram 1079/14 juin 1668, il se pendit dans l'endroit où il avait coutume de se retirer (fi halwati-hi), dans la Mosquée des Omeyyades, laissant trois enfants85.

  • 86 ‘Īsā (m. 1019/1610) : son père recevait bien ses amis (Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 239-240) ; Muḥa (...)
  • 87 Ġazzī N.-D., Lutf p. 56-61 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161.

53Les biographies des membres de cette famille signalent très souvent, presque systématiquement, les visites que leur rendent les notables de la ville dans le Mīdān86. Celles-ci revêtent une telle importance dans la vie sociale de ces personnages que lorsque, pour une raison ou pour une autre, elles cessent, le biographe juge nécessaire de le mentionner : ainsi, à la suite d'une dispute avec son frère Muḥammad, Ibrāhīm b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1008/1599) « refuse de voir les gens ». Bien que ce type d'occupation soit mentionné, de manière quasi stéréotypée, pour la plupart des personnages, un des membres de cette famille, al-Šayḫ Muḥammad b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1020/1611)87 se distingue par le faste des invitations qu'il organise dans sa zāwiya ; son sens de l'hospitalité et le caractère ostentatoire de ses invitations sont sans doute des facteurs déterminants dans sa décision de rénover la zāwiya et d'y construire une autre salle de réception (mağlis āhar li-al-diyāfa).

  • 88 Rafiq A.-K., Province, p. 223.
  • 89 Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 215. De même, le 12 safar 1219/23 mai 1804, le courrier adressé par les pè (...)

54Ces invitations et visites donnent l'impression que la zāwiya est le foyer d'une grande partie de la population ; en dehors de l'hospitalité, elle est censée offrir la sécurité. Ainsi, le 5 rabī' II 1171/17 décembrel757, lors des affrontements qui éclatent entre les qapiqūl et les yankiğariyya/ yerliyya88, on dissimule les choses précieuses dans la zāwiya Ğibāwiyya89.

  • 90 Sur ce personnage, cf. Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 91, p. 103, p. 117-118, p. 131, p. 145, p. 164, p. (...)
  • 91 64/128/230, 64/131/231. Nous remercions A. ‘Ulabī de nous avoir indiqué les références de ces deux (...)

55Dans la première moitié du xviiie siècle, al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ğibāwī al-Šāġūrī (m. 16 rabī' I 1170/9 décembrel756) occupe une place importante dans la société damascène, non seulement en tant que šayḫ de la tarīqa mais aussi en tant que mutawallī de la Mosquée des Omeyyades90. En 1143/1731, il est également mutawallī de la Mosquée Karīm Al-dīn91.

B - LA FAMILLE MAHĀYINĪ

  • 92 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 276.
  • 93 297/88/220.
  • 94 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 54-55, p. 78, p. 101, p. 113, p. 149, p. 151 ; (...)

56La famille Mahāyinī, originaire d'un village proche de Hama, s'installe dans le faubourg du Mīdān vers la fin du xviie/début du xviiie siècle. Certains de ses membres se signalent parmi les yankiğariyya/ yerliyya du Mīdān ; ainsi, le décès de l'un d'entre eux, qualifié de zorba, est signalé en 1129/171792. À la fin du xviiie/début du xixe siècle se distingue Ismā'īl Ğurbağī al-Mahāyinī auquel nous avons déjà fait allusion. Dans les Qubaybāt, il existe, en 1236/1821, une rue portant le nom de ce personnage (Zuqāq Ismā'īl Ğurbağī)93 ; il s'agit vraisemblablement de la rue actuellement appelée Zuqāq al-Ğurbağī (circonscription de Mīdān Sultānī). Bien qu'elle ne soit pas mentionnée par les biographes, la famille Mahāyinī est connue, au milieu du xixe siècle, pour la place prépondérante qu'elle occupe dans le commerce des grains et pour sa participation aux instances politiques de la ville94.

C - LES FAMILLES ǦIBĀWĪ ET MAHĀYINĪ : PROXIMITÉ DE DEUX ESPACES

57Les espaces des familles Ğibāwī et Mahāyinī dans les Qubaybāt sont très proches, voire imbriqués, à tel point qu'il nous est difficile de les dissocier. Nous les présenterons donc simultanément en montrant que certains des biens qu'ils comprennent sont parfois détenus en copropriété par des membres des deux familles.

  • 95 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161.
  • 96 Maḥāsinī I., Kunnāš, p. 126-127 ; Marino B., Carnet, p. 21-23.

58Les dictionnaires biographiques et les chroniques évoquent la richesse de divers membres de la famille Ğibāwī et font allusion à leurs biens. Muhibbī signale qu'al-Šayḫ Muḥammad b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 1020/1611) se fait construire une immense maison et qu'il possède de nombreux biens fonciers et immobiliers (mazra‘a, arādī, bustān, ḥammām, dukkān)95. Ismā‘īl al-Maḥāsinī nous apprend par ailleurs qu'al-šayḫ Muṣṭafā b. al-Šayḫ Sa‘d Al-dīn b. al-Šayḫ Muḥammad al-Ğibāwī (m. 4 muharram 1079/14 juin 1668) possède des biens et des waqf sous forme de jardins, maisons, boutiques et autres96.

59Si l'intérêt de ces informations demeure limité en raison de leur imprécision, les documents d'archives viennent nous apporter quelques détails sur l'implantation résidentielle de cette famille au sein du faubourg.

  • 97 Ce personnage fait partie des défunts les plus fortunés dont les successions ont été consignées da (...)
  • 98 15/23/26.
  • 99 Une rue du même nom, Zuqāq al-Burğ, est actuellement mentionnée sur les cartes du cadastre (circon (...)

60Ainsi, l'acte de succession d'al-Šayḫ ‘Alī b. al-Šayḫ ‘Abd al-Qādir b. Abī Ğabr al-Ğibāwī, établi le 20 sawwāl 1097/9 septembre 1686, nous apprend que ce personnage possédait des petites parts de nombreux biens fonciers et immobiliers97 ; parmi les biens que l'on peut situer dans le faubourg du Mīdān se trouvent trois ḥawš, cinq bā‘ika, treize maisons, plusieurs dukkān, un four et trois ḥammām (ḥammām al-Darb, ḥammām al-Tūta, ḥammām al-Ğadīd)98. Par rapport aux informations fournies par le biographe et le chroniqueur pour d'autres membres de cette famille, ce document a le mérite de préciser le nombre de biens possédés par le défunt ; toutefois, à l'exception des ḥammām, que nous pouvons localiser dans les Qubaybāt, de même qu'un des trois ḥawš, le ḥawš al-Burğ99, ces indications topographiques manquent quelque peu de précision.

  • 100 297/217/485. Le 19 sa‘bān 1236/22 mai 1821, le même personnage achète, toujours dans le secteur de (...)

61Nous savons par ailleurs qu'un terrain appartenant au waqf de la zāwiya Ğibāwiyya est situé dans le secteur de Ḥaqla : al-Šayḫ Ḫalīl b. al-šayḫ Sa‘d Al-dīn al-Ğibāwī en est le locataire en 1225/1810 pour une période de 90 ans ; il en possède les arbres fruitiers (abricotiers, pommiers, grenadiers, pruniers) qu'il a lui-même plantés après avoir loué le terrain100.

62Les autres documents dont nous disposons ne concernent pas directement la famille Ğibāwī mais nous apportent toutefois des informations à son sujet ; certains de ses membres sont en effet identifiés comme voisins ou comme copropriétaires d'un bien faisant l'objet d'une transaction.

  • 101 313/454/1183.

63Comme la famille Mawṣilī, la famille Ğibāwī possède des biens autour de sa zāwiya. En fait, en 1245/1830, le centre de l'espace dans lequel on observe une concentration de la famille Ğibāwī est occupé par une maison appartenant à la famille Mahāyinī ; nous prenons donc celle-ci comme point de repère pour situer les biens de la famille Ğibāwī. La zāwiya Ğibāwiyya est située au nord de la maison de la famille Mahāyinī, et à l'ouest de cette dernière se trouve la maison d'al-Šayḫ Aḥmad b. Sa'd al- dīn al-Ğibāwī, et au sud, la maison d'al-Šayḫ Ḫalīl b. al-Šayḫ Sa'd Al-dīn al-Ğibāwī101.

  • 102 297/225/502. Ce ḥawš, à proximité duquel se trouve également une maison appartenant à la famille M (...)
  • 103 297/225/502.
  • 104 15/23/26.

64Un autre document, concernant également la famille Mahāyinī, nous montre que les liens entre les deux familles ne sont pas limités à de simples relations de voisinage : ils se manifestent également par la copropriété de biens à usage économique. Ainsi, en 1236/1821, al-Šayḫ Aḥmad b. Amīn al-Ğibāwī possède, en copropriété avec Ismā'īl Ğurbağī al-Mahāyinī, puis avec ses héritiers, la moitié de deux dukkān mitoyens de la Mosquée al- Daqqāq, Sāhat sīdī Mūsā al-‘Adawī ; ils sont également copropriétaires de sept oliviers situés dans le ḥawš Abu Ğabr102. Les mêmes membres de la famille Mahāyinī possèdent une part du ḥammām al-Ğadīd103 ; comme nous l'avons signalé, cela était également le cas d'al-Šayḫ ‘Alī b. al-Šayḫ ‘Abd al-Qādir b. Abī Ğabr al-Ğibāwī en 1097/1686104. Nous ignorons si les deux familles ont été, à un moment donné, copropriétaires de ce ḥammām mais le fait qu'elles le soient à des moments différents suggère les liens qui peuvent les unir : transaction réalisée entre voisins ou héritage à la suite d'alliances matrimoniales.

  • 105 297/305/669.

65Outre les deux dukkān détenus en copropriété avec al-Šayḫ Aḥmad b. Amīn al-Ğibāwī, la famille Mahāyinī possède deux autres dukkān à proximité de la Mosquée al-Daqqāq : le 12 rağab 1236/15 avril 1821, ‘Uṭmān Ğurbağī b. Yāsīn Ğurbağī al-Mahāyinī achète en effet à Muḥyī al-dīn Ğurbağī b. Aḥmad Ğurbağī al-Mahāyinī 3 qīrāṭ d'un dukkān spécialisé dans la teinturerie (dukkān sabbāga) et 3 qīrāṭ du kadak d'un dukkān spécialisé dans la vente du tabac (bay‘ al-tutun)105.

  • 106 297/127/299. Ces indications topographiques nous semblent contradictoires : en effet, une rue port (...)

66Sur les biens propres à la famille Mahāyinī, nous savons que, le 12 rabī' II 1236/17 janvier 1821, Ṣāliḥ Ğurbağī b. Ismā'īl Ğurbağī al-Mahāyinī achète à sa tante paternelle, Ḥāmida bint ‘Īsā Ğurbağī al- Mahāyinī, le tiers d'une maison, appelée "la nouvelle maison" (al-dār al-Ğadīda), dont elle a hérité de ses parents ; située sur le côté oriental du faubourg (saff sarqī), elle se trouve à l'ouest d'une autre maison de la famille, dār al-Ḥattāb, et d'un dukkān spécialisé dans la fabrication de la soie (dukkān harīr) appartenant à l'acheteur et à la vendeuse ; au nord de cette maison se trouve une autre maison appartenant à l'acheteur et à la vendeuse, jadis occupée par des chrétiens (dār al-našārā Sābiqan) ; trois maisons et une boutique appartenant à des membres de la famille Mahāyinī sont donc mitoyens106.

  • 107 297/225/502.
  • 108 313/477/1233.

67Cette famille possède également, dans les Qubaybāt, en 1236/1821, un ḥawš situé à l'est de sa maison, Zuqāq Abū Ğabr ; il comprend un dukkān spécialisé dans la fabrication de la soie (dukkān harīr), une bā‘ika et des oliviers, possédés, comme nous venons de le voir, en copropriété avec la famille Ğibāwī107 ; dans cette même rue, deux fils d'al-Sayyid Muṣṭafā aġā al-Mahāyinī vendent par ailleurs, le 10 dū al-qa‘da 1245/3 mai 1830, une maison dont ils ont hérité de leur père108.

  • 109 297/225/502.

68Le meilleur exemple de la concentration des biens de la famille Mahāyinī nous est fourni par une démarche effectuée au Tribunal du Mīdān, le 23 Ğumādā I 1236/26 février 1821, par plusieurs de ses membres : les trois fils d'Ismā‘îl Ğurbağī al-Mahāyinī (‘Abbās b. Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī, Ṣāliḥ b. Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī et Amīn b. Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī), le premier agissant également comme mandataire de sa tante paternelle, Ḥāmida bint ‘Īsā Ğurbağī al-Mahāyinī, et le troisième comme mandataire de sa sœur, Sāfiya qādīn bint Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī, et de leur mère, Ḥalīma Qādīn. À la suite de la transaction réalisée quelques semaines plus tôt entre Ṣāliḥ et sa tante Ḥāmida, ces personnes se partagent (taqāsama) les divers biens leur appartenant, déjà mentionnés, pour la plupart, dans les documents précédents : deux maisons dans les Qubaybāt, dār al-Ḥattāb et dār al-našārā, le ḥammām al-Ğadīd, un ḥawš comprenant deux dukkān spécialisés dans la fabrication de la soie (dukkān harīr), trois bā‘ika et sept oliviers, un dukkān spécialisé dans la fabrication de la soie (dukkān harīr), mitoyen de la première maison au sud, un four situé à côté du ḥammām al-Ğadīd (furn al-ḥammām), un dukkān mitoyen du four ainsi que la moitié de deux dukkān mitoyens de la Mosquée Karīm Al-dīn, Sāhat sīdī Mūsā al-‘Adawī, en copropriété avec al-Šayḫ Aḥmad b. Amīn al-Ğibāwī, de même que les sept oliviers situés dans le ḥawš Abū Ğabr109.

Carte 11 : Biens appartenant aux familles Ğibāwī et Mahāyinī dans le Mīdān.

69Au début du xixe siècle, les espaces contrôlés par la famille Ğibāwī et par la famille Mahāyinī s'organisent donc de part et d'autre de l'artère centrale du faubourg ; ils ne sont pas simplement juxtaposés mais s'imbriquent l'un dans l'autre non seulement sur le plan topographique (présence de la maison Mahāyinī au sein de "l'espace Ğibāwī"), mais aussi sur le plan juridique (copropriété des deux boutiques de Sāhat sīdī Mūsā al-‘Adawī et des sept oliviers du ḥawš Abū Ğabr). Nous ignorons les circonstances de la transmission du ḥammām al-Ğadīd d'une famille à l'autre et la nature des opérations ayant abouti à des copropriétés entre ces deux familles ; achats entre voisins ou héritages entre deux familles unies par des alliances matrimoniales ne figurent en effet dans aucun des documents dont nous disposons.

Conclusion

  • 110 Meriwether M., The Notable Families of Aleppo, p. 116-137 ; Schatkowski-Schilcher L., Families in (...)

70Ces divers exemples montrent donc que les notables auxquels nous nous sommes intéressée (s') investissent dans des espaces bien particuliers du faubourg. Les raisons pour lesquelles Turkumān Ḥasan katḫudā choisit le quartier de bāb al- Muṣallā demeurent obscures. Les stratégies des autres familles sont en revanche plus évidentes : elles s'installent à proximité des lieux qui, pour elles, présentent une valeur symbolique (monuments religieux pour les familles Mawṣilī, ‘Ağlānī et Ğibāwī) ou un intérêt économique (immeubles de rapport pour la famille Mahāyinī). Nous n'avons aucune information sur les lieux de résidence précis des divers membres de la famille Mawṣilī. À travers de nombreux documents relatifs à leurs waqf, nous pouvons toutefois cerner l'espace qu'ils contrôlent. À partir de la zāwiya d'al-Šayḫ Abū Bakr al- Mawṣilī jusqu'à l'artère centrale du faubourg, celui-ci comprend des terrains situés entre bāb al- Muṣallā au nord et le secteur de Sūq al-Mīdān au sud ; sur la bordure occidentale de l'artère centrale du faubourg, dans le secteur de Sūq al-Mīdān, nous trouvons de nombreux terrains et boutiques appartenant aux waqf de cette famille. Le rôle de celle-ci dans le développement de ce secteur du faubourg paraît donc très important, notamment au milieu du xviiie siècle en ce qui concerne l'équipement commercial vraisemblablement lié à l'implantation du lotissement de Sūq al-Mīdān. La famille ‘Ağlānī est, quant à elle, installée à proximité de la Mosquée Rifā'ī à laquelle elle est liée depuis longue date. Les familles Ğibāwī et Mahāyinī se trouvent, elles aussi, sur l'artère centrale du faubourg ou à proximité de celle-ci ; la famille Ğibāwī est ainsi proche de sa zāwiya et la famille Mahāyini des entrepôts à blé dans lesquels s'opère une grande partie de ses activités. Toutefois, ces espaces ne sont pas entièrement indépendants les uns des autres : si les familles de notables concentrent leurs investissements dans des espaces particuliers, elles se retrouvent parfois côte à côte au sein des mêmes espaces. Il en est ainsi pour la famille Ğibāwī et la famille Mahāyini dans les Qubaybāt, et ceci reflète vraisemblablement des liens, dont la nature reste à préciser, entre ces deux familles. Par leur installation sur l'artère centrale du faubourg, à proximité des monuments religieux et des bâtiments économiques, ces familles reproduisent ainsi des stratégies résidentielles que nous connaissons déjà pour le centre des villes110.

Notes

1 Meriwether M., The Notables Families of Aleppo, p. 115-137; Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 12-14.

2 La prédominance de l'un de ces deux types de waqf est largement tributaire des circonstances politiques au cours d'une période donnée. Ainsi, à Damas, les revenus des waqf fondés au xvie siècle sont, pour la plupart, destinés aux grands édifices religieux construits à cette époque ; en revanche, au xviiie siècle, ces opérations sont, avant tout, destinées à éviter les spolations des biens privés et assurent des revenus aux descendants du fondateur; cf. Rafiq A.-K., « Bāb al- Muṣallā », p. 36.

3 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427-428.

4 Murādī M., Silk, II, p. 63-67.

5 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427.

6 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 225.

7 MurĀdĪ M., Silk, II, p. 63-67.

8 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 149, p. 254, p. 264. À Damas, ce cas de poète janissaire n'est pas exceptionnel ; au xvie siècle, un janissaire, Mamayya al-Rūmī, abandonna sa carrière militaire pour devenir traducteur dans divers tribunaux de Damas et se consacrer à la poésie ; cf. Bosworth, « A Janissary Poet », p. 451-466.

9 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 318.

10 Le Muḥammad auquel s'intéresse Muḥibbī est mort, selon cet auteur, en 1660, mais le biographe ne précise pas les circonstances de son décès; nous ignorons s'il s'agit du même personnage ou d'un autre.

11 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 193.

12 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 144 ; Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 69-70 ; Murādī M., Silk, II, p. 63-67.

13 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 427.

14 297/63/232.

15 297/43/107.

16 109/131/248 ; 109/190/366 ; 297/100/245 ; 297/210/472 ; 297/440/992.

17 128/193/359 ; 109/131/248 ; 109/190/366. Le 6 rağab 1155/6 septembrel743, son loyer annuel est fixé à 40 qurš plus 10 raṭl de savon ; cf. 109/190/366.

18 109/100/187 ; 117/129/202. Ce ḥammām pourrait être le Ḥammām Sunqur ou le Ḥammām d'al-Šayḫ Ḥasan.

19 313/374/1030.

20 297/210/472.

21 297/458/1025.

22 Ces différents biens apparaissent dans des actes de location (297/209/470 ; 297/375/819) et dans des plaintes ou des témoignages (297/210/471 ; 297/210/472 ; 297/100/245).

23 109/113/212.

24 117/94/149.

25 128/76/147.

26 Sur ces zāwiya, cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

27 Nous ne détaillerons pas ici l'itinéraire géographique et professionnel de l'ensemble de ces personnes. Pour l'époque ayyoubide, cf. AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 97. Pour l'époque mamelouke, cf. AnṢĀrĪ M., Nuzha, II, p. 98, p. 109-110 ; Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu‘ p. 136-137, p. 141-142, p. 198-199; Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 309, p. 375.
Une zāwiya appartenant à la famille Mawṣilī est signalée à Jérusalem à la fin de l'époque mamelouke, au début du xvie siècle, et la direction des deux institutions, celle de Jérusalem et celle de Damas, est assurée par le même personnage ; cf. Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu‘, p. 198-199.

28 Ġazzī N.-D., Kawākib, III, p. 127.

29 Ġazzī N.-D., Lutf, p. 109-110.

30 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, II, p. 62-63.

31 MawṢilī Ṣ.-D., Dīwān, p. 233 ; d'après registres 27, 30 et 34.

32 On le qualifie en effet, comme nombre d'autres notables, de « faḫr al-fuḍalā ‘ al-kirām », « mafḫar al-'ulamā' wa al-mašāyiḫ al-muḥtaramīn », « iftihār al-fuḍalā‘ wa al-masāyiḫ al-kirām », « ḏuḫr al-atqiyā‘ al-fihām » ; cf. 109/57/105 ; 109/155/ 299 ; 117/7/12; 117/12/23; 117/31/53; 117/118/184; 117/148/231; 117/163/251; 117/175/266 ; 117/238/348 ; 123/51/70 ; 123/53/73 ; 128/175/324. Nous ne disposons d'aucune notice biographique concernant ce personnage.

33 117/95/152.

34 130/118/238.

35 130/189/389. Il s'agit d'al-Šayḫ Ahmad b. al-Šayḫ As'ad al-Mawṣilī et des trois fils de Muḥammad Aġā al-Mawṣilī : al-Šayḫ ‘Abd al- Raḥmān b. Muḥammad Aġā al-Mawṣilī, al-Šayḫ ‘Abd al-Qādir b. Muḥammad Aġā al-Mawṣilī et al-Šayḫ ‘Abd Allāh b. Muḥammad Aġā al-Mawṣilī. al-Šayḫ ‘Abd al- Raḥmān est mandataire d'un certain nombre de personnes, notamment de la fille de Fatḥī Efendī al-Falāqinsī, al-Maṣūna al-Šarīfa Āmina qādīn ; cette procuration dévoile donc l'existence de liens, dont la nature reste à déterminer, entre les familles Mawṣilī et Falāqinsī.

36 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, I, p. 22-23.

37 MurĀdī M., Silk, il, p. 259-269.

38 Cf. notamment Tapu Defteri 393, p. 27-28, p. 36, p. 59-60, p. 78, p. 94, p. 161. Les waqf mentionnés dans ces documents sont ceux d'al-Šayḫ nāsir Al-dīn Muḥammad b. al-Šayḫ Šaraf Al-dīn Mūsā al-Mawṣilī, de Šams Al-dīn Muḥammad al- Mawṣilī, d'al-Šayḫ Zayn al:Dīn Muḥammad b. Šams Al-dīn Muḥammad al-Mawṣilī, d'al-Šayḫ Abū al-Wafā' b. Ğamāl Al-dīn ‘Abd Allāh al-Mawṣilī, de Muḥammad b. al-Šayḫ Šihāb Al-dīn Aḥmad al-Mawṣilī.

39 Sur ce personnage, cf. Ibn QaḌi Šuhba, Tārīḫ, I, p. 559-560.

40 Le seul Barakāt dont nous connaissons l'existence est celui dont la biographie a été établie par Ġazzī (Kawākib, III, p. 136) mais rien, dans cette notice, n'indique que ce personnage aurait pu appartenir à l'armée comme le suggère son titre de bulūkbāšī. Sur les biens constitués en waqf par ce personnage, cf. 130/118/238 ; 130/202/420 ; 130/203/421.

41 Ġazzī N.-D., Kawākib, I, p. 52 ; II, p. 157.

42 Ġazzī N.-D., Lutf p. 246-247.

43 117/67/112.

44 130/202/420 ; 130/203/421 ; 128/25/51.

45 MawṢilī S.-D., Dīwān, p. 236 ; d'après 149/24/-.

46 313/327/921.

47 117/163/251. Notons que le waqf d'al-Šayḫ Abū al-Faḍl al-Mawṣilī comprend également des jardins à Šāġūr et dans Ḥārat al-Yahūd ; cf. MawṢilī Ṣ-D., dīwān, p. 234, d'après 44/14/-.

48 117/71/117 ; 117/94/151 ; 117/95/152. Nous ne disposons d'aucune information sur la nature de ce pressoir.

49 MawṢilī S.-D., Dīwān, p. 236 ; cf 149/24/-.

50 Ces divers biens sont situés dans les rues suivantes : Zuqāq ‘Abd al- Raḥmān al- Sammān (313/332/929) ; Zuqāq bādir (297/67/159) ; Zuqāq al- Wusṭānī (297/55/131) ; Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā' (109/57/105 ; 109/127/241 ; 109/129/245 ; 313/277/787) ; Zuqāq al-Mawṣilī (109/17/25 ; 109/132/250 ; 109/178/342 ; 117/118/184 ; 117/163/251 ; 123/4/6 ; 123/163/228 ; 128/12/28 ; 128/116/220 ; 128/121/228 ; 128/142/261 ; 128/175/ 324 ; 130/210/434 ; 297/125/294 ; 297/218/488 ; 297/252/552 ; 297/302/660 ; 297/355/ 766 ; 297/469/1046 ; 297/490/1101 ; 313/152/443 ; 313/341/953) ; Zuqāq al-Ğawra (128/25/51 ; 130/202/420 ; 130/203/421) ; Zuqāq al-hağğārīn (117/125/195).

51 Cette somme est modique : au milieu du xviiie siècle, elle varie entre 0,10 misriyya et 1,5 qurš ; au début du xixe siècle, elle varie entre 3 misriyya et 1 qurš.

52 Sur le ḥikr, cf. article « Ḥikr », E.I.2, supplément V/VI, p. 368-370.

53 Garcin J.-C., « Toponymie », p. 133-134.

54 117/71/117.

55 117/95/152.

56 130/189/389. Ce type d'aménagement n'est pas rare : un café installé dans les locaux occupés autrefois par deux boutiques est également signalé dans le voisinage de la Mosquée Darwīšiyya en 1154/1741 ; cf. Rafiq a.-k., « Public Morality », p. 183 ; d'après registre 103, page 28. Sur les cafés du Mīdān, cf. supra, « Les activités pratiquées dans le faubourg ».

57 Notons toutefois qu'en 1128/1716, al-Šayḫ Ahmad b. ‘Abd al- Raḥmān al- Mawṣilī réside à proximité de la Mosquée Manğak ; cf. Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 258.

58 Sur les asrāf cf. Rafiq A.-K., Province, p. 172-175.

59 MuḤibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436, p. 439 ; MurĀdĪ M., Silk, III, p. 206.

60 Rafiq A.-K., Province, p. 51.

61 Sur la famille'Ağlānī, cf. Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 201-204.

62 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 130-131.

63 MurĀdĪ M, Silk, III, p. 207-208.

64 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 500.

65 MuḤabbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436-437.

66 Ġazzī N.-D., Luṭf p. 69-70 ; MuḤabbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 144-145. À propos des liens entre les ašrāf et les Rifā'ī, notons qu'en 1720, le Šayḫ de la ṭarīqa rifā‘iyya du Caire fut nommé naqīb al-ašrāf ; cf. Raymond A., « Urban Networks », p. 227-228.

67 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 201-204.

68 Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī », p. 37-38.

69 Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », p. 65. Cette branche de la famille ‘Ağlānī n'est cependant pas confinée dans cette fonction ; un de ses membres, al-Sayyid Šams Al-dīn b. al-Sayyid Kamāl Al-dīn al-‘Ağlānī (m. fin rağab 1025/mi-août 1616), après avoir été, à la suite de son père, Šayḫ mašāyiḫ al-ḥiraf wa al-ṣanā'i', obtient, grâce à l'intercession d'al-Šayḫ Muḥammad b. Sa‘d Al-dīn al-Ğibāwī, le poste de naqīb al-ašrāf en 1016/1607 ; cf. ĠAzzī N.-D., Luṭf, p. 61-65, MuḤibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 169. Il est intéressant de constater que malgré ses liens avec la ṭarīqa rifā‘iyya, la famille ‘Ağlānī ne se prive pas du soutien des membres de la ṭarīqa ğibāwiyya.

70 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 203-204.

71 109/47/84.

72 Son lieu de résidence n'est pas précisé dans le document mais l'énumération des biens prend d'abord en considération les biens situés dans la ville intra-muros, puis les biens situés dans le faubourg du Mīdān ; la mention de sa demeure en début de liste, juste avant les biens à usage économique situés dans la ville intra-muros, nous laisse penser que sa demeure était également située dans la ville intra-muros.

73 314/26/25.

74 MuḤibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 436-437.

75 117/90/146.

76 162/30/48. Sa succession comprend également une petite part (1 qīrāṭ) d'un bustān planté d'arbres fruitiers dont la localisation n'a pu être identifiée.

77 117/215/319.

78 .117/238/348.

79 109/181/346.

80 313/254/724.

81 Sur cette zāwiya, cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

82 Notons qu'al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ğibāwī (m. 16 rabī' I 1170/9 décembre l756) qui occupe, comme nous l'indiquons plus loin, une place importante dans la société damascène dans la première moitié du xviiie siècle, est qualifié de Šāġūrī.

83 Ibrāhīm (m. 1008/1599) : Būrīnī Ḥ, Tarāğim, I, p. 305-306 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, I, p. 33-35. Notons que būrīnī et MUḥIBBĪ ne donnent pas la même version des événements à propos de ce changement de fonction à la suite de la mésentente entre les deux frères ; selon Būrīnī, al-Šayḫ Ibrāhīm a délégué (fawwada) ses fonctions à son frère ; selon MUḥIBBĪ, al-Šayḫ Muḥammad a destitué (‘azala) son frère.
- Muḥammad (m. 1020/1611) : Gazzī N.-D., Lutf, p. 56-61 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161.
- Sa‘d Al-dīn (m. 1036/1626) : Muḥibbī M., Ḥulāṣa, II, p. 208-209.

84 Archives privées de la famille Ğibāwī.

85 Maḥasinī I., Kunnāš, p. 126-127; Marino B., Carnet, p. 21-22. Dans un document fourni par la famille âibāwī, il est précisé que cette esclave avait donné un enfant à un commerçant, décédé à ce moment-là, et que la deuxième épouse dont il est question ici était la veuve de ce commerçant.
Notons qu'une cinquantaine d'années plus tard, le 3 Ğumādā I 1127/7 mai 1715, un adolescent (šābb qarīb al-‘ahd bi-hurūğ lihyati-hi), al-Šayḫ Yūnus b. al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Sa‘d Al-dīn, se pendit à son tour ; cf. Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 235. D'autres cas de suicide sont signalés, à Damas, à l'époque ottomane ; cf. Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 49-50, p. 57.

86 ‘Īsā (m. 1019/1610) : son père recevait bien ses amis (Muḥibbī M., Ḥulāṣa, III, p. 239-240) ; Muḥammad (1020/1611) : il fréquentait les gens importants ; il restaure la zāwiya et fait un autre mağlis pour les gens importants (Gazzī N.-D., Lutf, p. 56-61 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161) ; Ibrāhīm (m. 1035/1625) : les gens lui rendaient visite dans la zāwiya (Murādī M., Silk, I, p. 39).

87 Ġazzī N.-D., Lutf p. 56-61 ; Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161.

88 Rafiq A.-K., Province, p. 223.

89 Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 215. De même, le 12 safar 1219/23 mai 1804, le courrier adressé par les pèlerins à leur famille est, exceptionnellement, distribué dans le Mīdān, dans la maison des Sa‘d Al-dīn, par crainte des troubles qui secouent la ville intra-muros à la suite de l'annonce du décès d'Ahmad Pacha al-Ğazzār ; cf. ‘Abd H., Ḫawādiṭ, p. 112.

90 Sur ce personnage, cf. Budayrī A., Ḫawādiṭ, p. 91, p. 103, p. 117-118, p. 131, p. 145, p. 164, p. 192 ; Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 189, p. 235, p. 498 ; Muradī M., Silk, p. 41-42. La date de sa mort est indiquée non pas par le biographe mais par Budayrī (Ḫawādiṭ, p. 192). Notons que, bien qu'il soit qualifié de Šāġūrī, ce personnage réside à proximité des Qubaybāt ; cf. Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 235.

91 64/128/230, 64/131/231. Nous remercions A. ‘Ulabī de nous avoir indiqué les références de ces deux documents.

92 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 276.

93 297/88/220.

94 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 54-55, p. 78, p. 101, p. 113, p. 149, p. 151 ; Ghazzal Z., Économie politique, p. 51- 53, p. 84-86.

95 Muḥibbī M., Ḥulāṣa, IV, p. 160-161.

96 Maḥāsinī I., Kunnāš, p. 126-127 ; Marino B., Carnet, p. 21-23.

97 Ce personnage fait partie des défunts les plus fortunés dont les successions ont été consignées dans les registres de la qisma ‘arabiyya établis à la fin du xviie-début du xviiie siècle ; cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 133. Nous ne disposons d'aucune information nous permettant de situer ce personnage par rapport aux autres membres de la famille Ğibāwī que nous connaissons. Il se pourrait que son grand-père, Abū Ğabr, ait donné, dans les Qubaybāt, son nom à un ḥawš (ḥawš Abū Ğabr) et à une rue (Zuqāq Abū Ğabr) que nous mentionnons plus loin.

98 15/23/26.

99 Une rue du même nom, Zuqāq al-Burğ, est actuellement mentionnée sur les cartes du cadastre (circonscription de Mīdān Sulṭānī).

100 297/217/485. Le 19 sa‘bān 1236/22 mai 1821, le même personnage achète, toujours dans le secteur de Haq‘a, et probablement à proximité du terrain précédent, des grenadiers, des arbres fruitiers, des noyers et des peupliers ; cf. 297/346/745.

101 313/454/1183.

102 297/225/502. Ce ḥawš, à proximité duquel se trouve également une maison appartenant à la famille Mahāyinī en 1245/1830, est aussi évoqué dans un autre document (313/477/1233) ; il serait situé à proximité de Zuqāq al-Šayḫ Ya'qūb.

103 297/225/502.

104 15/23/26.

105 297/305/669.

106 297/127/299. Ces indications topographiques nous semblent contradictoires : en effet, une rue portant le même nom que cette maison, Zuqāq al-Ḥattāb, est située non pas sur le côté oriental mais sur le côté occidental de l'artère centrale du faubourg.

107 297/225/502.

108 313/477/1233.

109 297/225/502.

110 Meriwether M., The Notable Families of Aleppo, p. 116-137 ; Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 12-14. On rencontre toutefois certains notables en dehors de l'artère centrale du faubourg ; c'est par exemple le cas de la famille Ḥakīm, dont plusieurs membres sont installés à l'extrémité méridionale du faubourg, dans une petite rue des Qubaybāt (Zuqāq al-Ḥakīm, circonscription de Sāḥa).

Table des illustrations

Légende Carte 8 : Biens appartenant au waqf de Turkumān Ḥasan katḫudā dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Légende Carte 9 : Biens appartenant aux divers waqf de la famille Mawṣilī dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende Carte 10 : Biens appartenant à la famille ‘Ağlānī dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Carte 11 : Biens appartenant aux familles Ğibāwī et Mahāyinī dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3854/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search