Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Quatrième partie. Structuration de l’espace social du Faubourg

Chapitre I. Minorités religieuses, populations sédentarisées et "étrangers"

Texte intégral

1La population du Mīdān est en grande partie constituée d'individus "étrangers" à la ville ; parmi eux, se trouvent des personnes originaires de villages proches de Damas ou des groupes dont l'origine géographique est plus lointaine.

  • 1 109/70/129.
  • 2 297/282/613.

2Aux xviiie et xixe siècles, quelques villageois font l'acquisition de biens immobiliers dans le faubourg. Ainsi, au début du mois de ramaḍan 1155/fin octobre 1742, al-Šayḫ Muḥammad b. al-Šayḫ ‘Īsā, ḫaṭīb du village de Kafarsūsiyya, achète une maison à Bāb al-Muṣallā, Zuqāq al-Ğuwwānī1 ; au mois de ǧumādā II 1236/mars 1821, un certain ‘Abd al-Qādir b. Muḥammad, du village de Qadam, achète quant à lui une maison dans les Qubaybāt, Zuqāq al-Ğammāla2.

  • 3 117/132/204 ; 313/314/890.
  • 4 123/162/225 ; 297/302/660.
  • 5 313/210/599 ; 313/212/607 ; 313/257/731.

3Nous ignorons si ces individus font l'acquisition de ces biens dans le but d'y résider ou dans la perspective de les louer tout en continuant à vivre dans leur village. Selon toute vraisemblance, certains d'entre eux s'installent d'abord dans des logements de location avant d'acheter leur propre maison. Et à ce moment-là, ils ne sont plus identifiés comme villageois lorsqu'ils se présentent au tribunal pour acheter un bien. On rencontre d'ailleurs, dans les transactions immobilières, certaines personnes dont la nisba (Mazzāwī3, Darānī4, Rankūsī5) évoque une origine rurale, qui peut être ancienne ; ces quelques individus sont dispersés dans divers endroits du Mīdān.

  • 6 .Turcomans, Kurdes, Maghrébins et Égyptiens sont identifiés par leur nisba (al-Turkumānī, al-Kurdī, (...)

4En revanche, des populations unies par un même lien religieux, ethnique ou géographique, sont installées dans des secteurs particuliers du faubourg. Nous ne prétendons pas donner une photographie détaillée de ce phénomène dans le faubourg ; nous ne pouvons qu'apporter un éclairage sur les groupes pour lesquels nous disposons d'informations. Ainsi nous examinerons successivement les espaces de minorités religieuses (chrétiens et Druzes), de populations sédentarisées (Turcomans et Kurdes) et d"‘étrangers" (Maghrébins et Égyptiens). Nous disposons de quelques informations nous permettant de connaître la date post-quem de la présence de ces diverses populations dans le faubourg mais nous ne sommes pas en mesure d'en préciser les différentes étapes6. Par ailleurs, nos recherches dans les archives n'ont fait apparaître aucun individu originaire de Sukhné, ce qui est bien regrettable vu le rôle de cette population dans le cadre des activités liées à la caravane du pèlerinage.

I - DEUX MINORITÉS RELIGIEUSES MIGRANTES : LES CHRÉTIENS ET LES DRUZES

5La présence des chrétiens dans le Mīdān, qui est attestée par les recensements ottomans de la fin du xvie siècle, est facilement repérable grâce aux trois églises autour desquelles ils se rassemblent et qui ont été construites entre 1833 et 1840. Dans les années 1930, le quartier de Bāb al-Muṣallā, dans lequel résident la majorité des chrétiens du faubourg, abrite également des Druzes, d'origine rurale comme eux ; en dépit de notre manque d'information sur leur éventuelle installation dans le quartier de Bāb al-Muṣallā aux xviiie et xixe siècles, il nous semble important d'évoquer les circonstances de leur présence dans la région de Damas à cette époque.

A - LES CHRÉTIENS

  • 7 David J.-C., « L'espace des chrétiens », p. 151-152 ; Raymond A., « Groupes sociaux et géographie (...)
  • 8 David J.-c., « L'espace des chrétiens », p. 150 ; Marcus A., « Men, Women and Property », p. 158.
  • 9 David J.-c., « L'espace des chrétiens », p. 154.
  • 10 Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine », p. 153.
  • 11 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 172.
  • 12 Marcus A., Aleppo, p. 44, p. 318.

6La question de la ségrégation confessionnelle au sein de l'espace urbain a fait l'objet de plusieurs publications en ce qui concerne Alep. À partir du recensement effectué par Ġazzī vers la fin du xixe siècle, J.-C. David et A. Raymond ont mis en évidence la forte concentration des chrétiens dans certains quartiers de la ville7. Ce phénomène, qui reflète une tendance des chrétiens à se regrouper, n'est toutefois pas incompatible avec l'existence de quartiers mixtes où résident chrétiens et musulmans8. Celte cohabitation, observable à un moment donné, ne doit pas être perçue comme une réalité figée mais, au contraire, être appréhendée en terme de mutation : elle correspond souvent à un long processus au cours duquel les chrétiens investissent un espace en voisinant temporairement des musulmans9. À ce propos, A. Raymond10 souligne la position arbitraire de A. Abdel Nour lorsque celui-ci affirme : « En parcourant les registres des différents tribunaux d'Alep, nous n'avons pas l'impression d'une ville où les quartiers sont aussi homogènes confessionnellement que l'affirme Sauvaget. Beaucoup de chrétiens sont disséminés dans les divers quartiers d'Alep, que ce soit au xviie ou au xviiie siècle, et les faubourgs de la ville connaissent un réel brassage confessionnel et ethnique. »11 Pour être convaincante, une telle conclusion devrait en effet dépasser le stade du "parcours" et des "impressions"... On souhaiterait également que les propos d'A. Marcus soient argumentés, lorsque celui-ci affirme que les chrétiens et les juifs vivaient dans des quartiers particuliers de la ville, mais dans des secteurs composites du point de vue religieux12.

  • 13 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178.
  • 14 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 101.
  • 15 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673.
  • 16 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.

7En ce qui concerne Damas, A. Abdel Nour note en revanche que « la répartition confessionnelle était presque parfaite dans la ville en 1860 » mais « il existait toutefois une exception à ce cloisonnement parfait : le Maydān »13. En 1930, R. Thoumin note l'existence, à cette époque, de rues chrétiennes et de rues musulmanes à Bāb al-Muṣallā14 ; selon lui, le regroupement des familles chrétiennes ne s'y est opéré que tardivement, vers la fin du xixe siècle15, de même que le cloisonnement topographique du quartier16. Les documents dont nous disposons nous permettent d'apporter un éclairage sur cette question.

1 - Renforcement d'une présence ancienne

  • 17 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178-179 ; d'après Aḥzān, f. 102.
  • 18 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.

8La présence des chrétiens dans le Mīdān est attestée, comme nous l'avons vu, dans les recensements ottomans de la fin du xvie siècle, et leur effectif n'a cessé de se renforcer au cours des siècles suivants pour atteindre environ, dans l'ensemble du faubourg, 2 000 âmes au milieu du xixe siècle17. La construction de trois églises dans le faubourg au cours de la première moitié du xixe siècle y confirme d'ailleurs l'importance de la population chrétienne : l'une de ces églises, catholique, fut construite en 1834 à Bāb al-Muṣallā et les deux autres, l'une catholique et l'autre orthodoxe, furent édifiées en 1833 et en 1840 dans le secteur de Qurašī, au nord du lotissement de Sūq al-Mīdān18.

  • 19 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 112-115.
  • 20 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673.

9Dans les années 1930, R. Thoumin signale, dans le seul quartier de Bāb al-Muṣallā, 800 grecs catholiques et 200 grecs orthodoxes19. Selon son enquête, il semble que les chrétiens du Mīdān sont, pour la plupart, originaires du Ḥawrān, et ce faubourg constitue pour eux la première étape de leur insertion en ville. Arrivés généralement pauvres dans le Mīdān, ils quittent ensuite ce faubourg dès que leur situation financière le leur permet, et partent s'installer dans le quartier chrétien de Bāb Tūmā. Leurs maisons sont alors louées ou achetées par de nouvelles populations chrétiennes hauranaises arrivées récemment en ville20.

  • 21 130/237/480.
  • 22 313/364/1007 ; 313/457/1188 ; 297/100/245.
  • 23 297/75/178.
  • 24 297/497/1123.

10À travers les informations dont nous disposons, il ne semble pas que ce schéma puisse s'appliquer pour les chrétiens du Mīdān aux xviiie et xixe siècles. Certes, des chrétiens peu fortunés sont présents dans le faubourg à cette époque ; comme signe de leurs conditions de vie précaires, nous les voyons s'abriter dans des ḥawš : des ḥawš al-naṣārā sont en effet signalés dans les Qubaybāt, Zuqāq Laṭīf, en 1164/175121, à Bāb al-Musallā22 et dans le Mīdān23 au cours de la période 1820-1830. Mais l'installation des chrétiens dans ces habitations collectives n'est pas seulement le fait de pauvres locataires : certains d'entre eux y sont en effet propriétaires de leur logement24. Par ailleurs, comme le dévoilent les transactions immobilières dans lesquelles ils sont impliqués, plusieurs chrétiens du faubourg semblent jouir, aux xviiie et xixe siècles, d'une position plutôt confortable.

  • 25 L'absence d'habitants du Mīdān dans un corpus plus important d'actes de succession concernant des (...)

11Nous sommes peu renseignés sur les successions des chrétiens de Damas : comme nous l'avons signalé dans notre étude des patrimoines, les dix actes dont nous disposons concernent des personnes relativement modestes installées à Bāb Tūmā. La présence de ces chrétiens peu fortunés dans la ville intra-muros nous conduit donc à nuancer de nouveau le schéma proposé par R. Thoumin pour le début du xxe siècle mais, en l'absence d'information sur les successions des chrétiens du Mīdān, nous sommes dans l'impossibilité d'établir une comparaison entre ces deux populations25. Nous pouvons toutefois un peu mieux connaître les chrétiens du Mīdān grâce aux transactions immobilières qui nous renseignent sur leurs lieux de résidence au sein du faubourg et sur la nature de leurs investissements.

2 - Les secteurs chrétiens du faubourg : Bāb al-Muṣallā, Qurašī et Qā‘a

  • 26 Le même problème se pose pour l'étude des chrétiens d'Alep au début du xxe siècle à partir du cada (...)

12Nous disposons de 36 transactions immobilières dans lesquelles interviennent des chrétiens (7 pour la période 1742-1752 et 29 pour la période 1820-1830) ; nous pouvons ainsi localiser leurs investissements au sein du faubourg et déterminer dans quelle mesure les opérations ainsi réalisées aboutissent à la constitution d'un espace urbain qui leur est propre. Cette source d'information présente toutefois une limite : si nous pouvons localiser les investissements des chrétiens, nous sommes en revanche confrontés à une incertitude en ce qui concerne leurs voisins ; nous ignorons en effet si les personnes mentionnées dans les maisons mitoyennes des leurs en sont simplement les propriétaires ou bien les véritables occupants. En l'absence de toute indication à ce sujet, nous considérerons qu'ils en sont les occupants mais nos conclusions devront être nuancées : des propriétaires musulmans peuvent en effet louer des biens immobiliers à des chrétiens et les véritables habitants du quartier n'en sont donc pas nécessairement les propriétaires immobiliers26.

  • 27 109/87/162 ; 109/102/189 ; 117/84/137 ; 123/263/341 ; 128/193/359 ; 130/174/ 350. Une transaction (...)
  • 28 Seules deux de ces transactions sont effectuées entre chrétiens (117/235/344 ; 117/84/137).
  • 29 Une seule de ces transactions est opérée dans Zuqāq al-Baqqāra (109/102/189). Nous ignorons la loc (...)

13Au milieu du xviiie siècle, la quasi-totalité (6/7) des transactions effectuées par les chrétiens s'opèrent à Bāb al-Muṣallā27 ; au sein de ce quartier, ils achètent, à des musulmans28, des maisons situées dans Zuqāq al-Wusṭānī29. Nous voyons ainsi les chrétiens investir cette rue du quartier mais aucun bien appartenant à un chrétien n'est mentionné dans le voisinage immédiat de ces maisons.

  • 30 130/237/480.
  • 31 Il s'agit de la demeure la plus importante achetée par des chrétiens dans nos transactions du xvii (...)
  • 32 297/127//299 ; 297/225/502.
  • 33 Rafiq A.-K., « Bāb al-Muṣallā », p. 46 ; d'après registre 547, page 241.

14Certaines informations suggèrent par ailleurs la présence de chrétiens dans les Qubaybāt : comme nous l'avons noté plus haut, un ḥawš al-naṣārā y est en effet signalé en 1164/175130 et, en 1160/1747, des chrétiens possèdent une maison, Zuqāq al-Qaṣṣaṣ (circonscription de Sāḥa) : évaluée à 270 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, trois maskan, un escalier en pierre, trois ṭabaqa et des commodités31. Avant 1236/1821, des chrétiens ont occupé, comme nous le verrons plus loin, une maison appartenant à la famille Mahāyinī dans les Qubaybāt32. Une "Rue des Chrétiens", Zuqāq al-naṣārā, existe actuellement dans la circonscription de Qā'a ; elle est mentionnée en 1279/186333 mais nous ne disposons d'aucune information supplémentaire sur la présence de chrétiens dans ce secteur.

15Au début du xixe siècle, les interventions des chrétiens sur le marché immobilier du faubourg sont plus nombreuses ; elles intéressent deux secteurs : Bāb al-Muṣallā et Qurašī. Bāb al-Muṣallā demeure le lieu d'investissement favori des chrétiens (22 des 35 biens qu'ils achètent et 36 des 49 biens qu'ils vendent dans le faubourg sont situés dans ce quartier ; les autres biens sont localisés dans le Mīdān et aucun dans les Qubaybāt).

  • 34 297/119/283 ; 297/25/60 ; 297/56/133 ; 297/85/211 ; 313/27/87 ; 313/271/769 ; 313/280/793 ; 313/4/ (...)
  • 35 A.-K. Rafiq (« Bāb al-Muṣallā », p. 45) note également cette "dispersion" dans les années 1825-187 (...)

16À cette époque, quelques chrétiens continuent, comme au milieu du xviiie siècle, à s'installer majoritairement à Bāb al-Muṣallā, dans Zuqāq al-Wusṭānī34. En dehors de cette rue, ils commencent également à s'aventurer dans Zuqāq al-Arba'īn, Zuqāq al-Ḥabbāla, Zuqāq al-Muḫallalātī, Dahlat Banū Turkumān Ḥasan Katḫudā et Ḥārat al-Tayāmina35. Leur prédilection pour Zuqāq al-Wusṭānī constitue sans doute les prémisses de la constitution d'un territoire qui leur est propre mais nous ne voyons toujours pas, dans les années 1820-1830, se constituer un espace exclusivement investi par les chrétiens ; la plupart de leurs voisins (propriétaires ou locataires ?) demeurent en effet des musulmans, et les achats effectués par ces derniers à des chrétiens sont même plus nombreux que les achats des chrétiens à des musulmans.

  • 36 297/556/1286.
  • 37 313/140/413 ; 313/258/733.
  • 38 313/230/581 ; 313/227/652.

17Dans le secteur central du faubourg, le quartier du Mīdān, quelques transactions (13 achats et 13 ventes) sont effectuées par des chrétiens, dans ou près du lotissement de Sūq al-Mīdān ; ils achètent des maisons dans Zuqāq al-Maḥmaṣ36, Zuqāq al-‘Askarī37 ou Zuqāq al-Qurašī38. Comme dans le quartier de Bāb al-Muṣallā, les maisons mitoyennes des leurs appartiennent à des musulmans.

  • 39 Ce phénomène est également noté par A.-K. Rafiq (« Bāb al-Muṣallā », p. 46) et par A. Marcus (« Me (...)
  • 40 297/55/131.
  • 41 297/556/1286.
  • 42 313/280/793.

18Certaines de ces transactions, portant sur des parts de propriétés ou sur des pièces particulières au sein des habitations, montrent que chrétiens et musulmans peuvent être copropriétaires d'une même maison39. Ainsi, le 19 ṣafar 1236/26 novembre 1820, Mūsā vend à al-Ḥāğğ Muḥammad la moitié d'une maison située à Bāb al-Muṣallā, Zuqāq al-Wusṭānī ; l'autre moitié de la maison appartient à la sœur du vendeur, Maryam40. De même, le 10 rağab 1237/2 avril 1822, Miḫā'īl et Ḫalīl achètent la moitié d'une maison située dans le Mīdān, Zuqāq al-Maḥmaṣ, à Darwīš b. Muṣṭafā, et deviennent ainsi propriétaires de l'ensemble de la maison. Pendant un certain temps, ces trois personnages étaient donc copropriétaires de cette maison mais nous ignorons s'ils y résidaient ensemble41. Par ailleurs, le 4 muḥarram 1245/6 juillet 1829, une chrétienne achète à une musulmane un qasr en ruine dans une maison de Bāb al-Muṣallā : elle possède une autre pièce à l'est de ce qasr mais les occupants des autres pièces de la maison ne sont pas identifiés42.

3 - Nature des investissements

  • 43 128/193/359.
  • 44 123/263/341.
  • 45 109/102/189.
  • 46 109/87/162 ; 117/84/137.
  • 47 130/174/350.

19De la simple pièce, parfois en ruine, à la grande demeure, les investissements des chrétiens sont très variés. Au milieu du xviiie siècle, les maisons qu'ils achètent dans le quartier de Bāb al-Muṣallā sont de diverse importance. Certaines sont relativement modestes : ainsi, Ibrāhīm et sa sœur Ğāliya achètent les murs d'une maison évaluée à 50 qurš43 ; Ḥannā achète une maison d'une valeur de 85 qurš44 et Mūsā se porte acquéreur d'une maison de 140 qurš45. Deux maisons, évaluées à 200 qurš, peuvent être classées dans la catégorie des maisons moyennes46. Deux chrétiennes se distinguent en vendant une maison dont elles sont propriétaires depuis bientôt une trentaine d'années et qui résulte de la jonction de deux maisons (kānat qabla tārīḫi-hi dārayn wa ṣārat dār wāḥida) ; évaluée à 315 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, un īwān donnant accès à une qubba au-dessus de laquelle se trouve une ṭabaqa, deux grands murabba‘ et quatre petits, une ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités47.

  • 48 313/4/5.
  • 49 297/56/133. Comme nous l'avons indiqué, le dīwān ḫāna ne se trouve que dans les maisons les plus p (...)

20Au début du xixe siècle, près des deux tiers des maisons achetées par les chrétiens (21/35) sont des maisons moyennes. La maison la plus onéreuse de notre corpus, située Zuqāq al-Wusṭānī, est achetée par un chrétien ; d'une valeur totale de 5 500 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, un īwān, un murabba‘, une qā‘a, une bā‘ika, une qubba, une cuisine, des latrines, deux escaliers, l'un en pierre et l'autre en bois, menant à un qašr, une ṭabaqa, deux mašraqa ainsi que des commodités48. Un autre chrétien achète quant à lui une maison mitoyenne de la sienne dans Zuqāq al-Wusṭānī ; évaluée à 3 000 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, trois murabba‘, une cuisine, des latrines, une ūḍa au-dessus de laquelle se trouve une tabaqa à laquelle on accède par un escalier en bois, un escalier en pierre conduisant à une mašraqa, un qasr, une ṭabaqa et un dīwān ḫāna, ainsi que des commodités49.

  • 50 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 147 ; Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbai (...)

21Ces quelques exemples montrent donc que les chrétiens du Mīdān, aux xviiie et xixe siècles, se trouvent à divers niveaux de la hiérarchie sociale ; un grand nombre d'entre eux logent certes dans des habitations collectives mais d'autres, comme à Alep50, font l'acquisition de maisons prestigieuses au sein du faubourg.

  • 51 De même, vers 1860 à Gazza, les chrétiens ont une prédilection pour certains quartiers de la ville (...)
  • 52 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 100.

22Entre le milieu du xviiie siècle et le premier tiers du xixe siècle, ils continuent à investir dans des secteurs bien particuliers du faubourg, notamment dans le quartier de Bāb al-Muṣallā mais aussi à proximité du lotissement de Sūq al-Mīdān, sans que cela aboutisse pour autant, à cette époque, à la constitution d'un véritable territoire chrétien, du moins au niveau de la propriété immobilière51. Ce n'est vraisemblablement que vers la fin du xixe siècle, comme le suggère R. Thoumin, que ce long processus a abouti à la délimitation du quartier chrétien de Bāb al-Muṣallā. Dans les années 1930, le quartier chrétien de Qurašī, quant à lui, « ne compte plus que quelques familles et semble en voie d'extinction »52, mais nous ignorons les raisons de la désaffection des chrétiens pour ce quartier.

Carte 4 : Lieux de résidence des chrétiens dans le Mīdān.

B - LES DRUZES

  • 53 297/178/409. Dans un autre document est mentionnée la "Rue du Druze" (Zuqāq al-Durzī) ; il s'agit (...)

23Si la population chrétienne est individualisée dans les recensements ottomans de la fin du xvie siècle, il n'en est pas de même pour les Druzes, comptabilisés avec l'ensemble des musulmans : nous ne disposons donc d'aucune information sur leur éventuelle installation dans le faubourg à cette époque. De plus, aucun Druze n'est identifié comme tel dans les transactions immobilières de notre corpus pour les xviiie et xixe siècles, et nous sommes donc dans l'impossibilité de les situer avec précision dans l'espace du faubourg ; nous savons qu'en 1236/1821, une rue des Qubaybāt porte le nom d'un certain Šafīq Aġā al-Durzī, mais ce toponyme indique la présence d'un notable et non la concentration d'une population druze dans ce secteur du faubourg53. En revanche, au début du xixe siècle, plusieurs toponymes font référence aux personnes originaires du Wādī Taym, au Liban, et qui sont pour la plupart des Druzes.

  • 54 Sur le rôle des Druzes au cours de la période 1746-1748, cf. Rafiq a.-k., Province, p. 167, p. 173 (...)
  • 55 Pascual J.-P., « La montagne du Ḥawrān », p. 102.
  • 56 Dépêche de Beaudin, datée du 4 juin 1842 et citée par Z. Ghazzal., Économie politique, p. 41.
  • 57 QasāṬilī N., al-Rawḍa, p. 8.

24Sans en retracer le détail, rappelons quelques grandes lignes de l'histoire des Druzes afin de suivre leurs migrations successives jusque dans le Mīdān54. Né en Egypte au début du ve/xie siècle, autour du calife fatimide al-Ḥākim, cette branche du chi'isme, après la disparition de son inspirateur, s'implante au Liban, notamment dans le wādī Taym. Bien qu'une partie d'entre eux se rangent aux côtés des Ottomans lors de la bataille qui les oppose aux Mamelouks pour la conquête du Bilād al-Šām, les Druzes, gouvernés par des dynasties locales, entretiennent des relations conflictuelles avec le pouvoir tout au long de l'époque ottomane, et ceci n'est pas sans incidence sur les mouvements de population dans la région. À la fin du xviie siècle, une première vague d'immigrants s'installe ainsi au sud de la Syrie, dans la région montagneuse du Ḥawrān, parfois appelée Ğabal al-Durūz ; elle est suivie d'autres vagues en 1711, 1811, 1826, « mais la colonisation de la montagne du Ḥawrān et d'une partie du Leja ne sera véritablement accomplie qu'après 1860, à la suite des affrontements sanglants de la montagne libanaise et de l'intervention militaire française qui les a suivis »55. À Damas, on recense 500 Druzes en 184256, et environ 2 500 en 187657, mais on ignore leur répartition par quartier.

  • 58 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 112, p. 114-115.
  • 59 Zuqāq al-Tayāmina est mentionnée au xixe siècle, dès 1825-1826 ; cf. Rafiq A.- K., « Bāb al-Muṣall (...)

25Selon R. Thoumin, ce sont les Druzes du Ḥawrān qui, lors d'une nouvelle migration, s'installeront dans le quartier de Bāb al-Muṣallā ; dans les années 1930, ils y forment une communauté de 200 personnes58. Il existe effectivement, dans ce quartier, une circonscription cadastrale nommée Tayāmina ainsi qu'une rue appelée Zuqāq al-Tayāmina59 ; ces deux toponymes rappellent l'origine plus lointaine de ces Druzes, le wādī Taym, au Liban.

II - DEUX POPULATIONS SÉDENTARISÉES : LES TURCOMANS ET LES KURDES

  • 60 Masters B., Mercantilism, p. 42, p. 111.

26La présence conjointe des Turcomans et des Kurdes dans le Mīdān rappelle leur installation à Alep, dans les faubourgs accueillant les caravanes, à l'est de la ville60.

A - LES TURCOMANS

27Signalés dans les recensements de la fin du xvie siècle, les Turcomans intéressent beaucoup, au début du xviiie siècle, un chroniqueur comme Ibn Kannān et ils se manifestent assez fréquemment sur le marché immobilier du Mīdān aux xviiie et xixe siècles.

1 - Les Turcomans et le pouvoir

  • 61 David J.-C., « L'espace des chrétiens », p. 167 ; Masters B., Mercantilism, p. 42, p. 111 ; Sauvag (...)
  • 62 Koury G., Province, p. 157. En 1818, le quartier turcoman de Hama fut détruit par une inondation.
  • 63 Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34 ; Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 14, p. 17
  • 64 Bakhit M., « al-Ramla », p. 201 ; Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34.
  • 65 Bakhit M., « Ṣafad et sa région », p. 104.
  • 66 Pococke R., A Description of the East, p. 118.
  • 67 Sur la période antérieure, cf. Ayalon D., « The Auxilliary Forces of the Mamelouk Sultanate » ; Ke (...)

28Des "quartiers de Turcomans" (Maḥallat al-Turkumān) existent dans différentes villes du Bilād al-Šām comme Alep61, Hama62, Gazza63, Ramla64 ou Safad65, et selon un voyageur du milieu du xviiie siècle, R. Pococke, le faubourg du Mīdān, à Damas, est habité principalement de Turcomans66. Même si cette appréciation est quelque peu exagérée, elle suggère cependant l'importance de cette population dans le faubourg. Avant de présenter les Turcomans que nous y avons rencontrés, il nous faut brièvement évoquer leur présence dans la région de Damas à l'époque ottomane67.

  • 68 Bakhit M., Ottoman Province, p. 227.

29Les Turcomans sont intégrés à l'armée ottomane ; dans la seconde moitié du xvie siècle, entre 956/1549 et 959/1551, une centaine de timars, comprenant environ 260 exploitations agricoles (mazra‘a) et un village, sont attribués, dans le Ḥawrān, à des sipahis turcomans dont une des tâches est de veiller à la sécurité des routes68.

  • 69 Bakhit M., Ottoman province, p. 226-228 ; Barbir K., Ottoman Rule, p. 168 ; Ibn Al-Ṣiddīq H., Ġarā (...)
  • 70 Masters B., Mercantilism, p. 119.
  • 71 Barbir K., Ottoman Rule, p. 168 ; Makkī M., Tārīḫ Ḥims, p. (52-65) ; Masters B., Mercantilism, p. (...)
  • 72 Rogan E., « Turkumān of al-Ruman ».

30À cette époque, et encore à la fin du xixe siècle, les Ottomans ont également recours aux populations civiles turcomanes dans le cadre de leur politique de peuplement et de surveillance des régions rurales. De telles installations sont signalées au milieu du xvie siècle dans le Ḥawrān, dans la région d'Acre et dans la plaine de la Biqā‘, à Balbeck69 ; à la fin du xviie siècle dans la province de Raqqa70 ; à la fin du xviie-début du xviiie siècle aux alentours de Homs et Hama71 ; à la fin du xixe siècle au sud-est de la Syrie72.

  • 73 Cf. supra, paragraphe sur le maydān dans « Du maydān au Mīdān ».
  • 74 Cf. supra, paragraphe sur les recensements ottomans dans « Du maydān au Mīdān ».

31À Damas, comme nous l'avons signalé, des Turcomans sont présents, dès le milieu du xiiie siècle, dans la périphérie méridionale de la ville, à l'extrémité du maydān73. À la fin du xvie siècle, ils sont à nouveau localisés dans ce secteur, dans "Le Champ des Turcomans" (Ḥaqlat al-Turkumān), toponyme actuellement utilisé pour désigner la circonscription cadastrale de Ḥaqla74.

  • 75 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 112.
  • 76 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 119.
  • 77 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 129.
  • 78 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 145.
  • 79 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 283 ; il semble donc qu'à cette époque existaient des Turcomans "soum (...)
  • 80 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 349.
  • 81 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 311. La même année, un firman ordonne également à Ismā'īl Pacha al-‘A (...)

32Au début du xviiie siècle, d'abondantes informations nous sont données à leur sujet par Ibn Kannān qui les qualifie de Ḥaqlağiyya, faisant ainsi référence à leur lieu de résidence, Haqla. Alliés aux habitants du faubourg, ils n'hésitent pas, en 1118/1706, à prendre les armes contre le gouverneur de la ville75. La même année, des conflits éclatent entre les yankiğariyya/yerliyya et les Turcomans à propos de la solde (li-aṣl al-‘ulūfa)76 mais on ignore si ces conflits révèlent une différence de statut au sein de l'armée. Effrayant le gouverneur jusqu'à le pousser à voyager de nuit pour échapper à leur vigilence, ils sont considérés comme une puissante menace (wa šawkatu-hum al-ān qawiyya)77. Leur šayḫ, qui fait partie des zorba, est emprisonné dans la citadelle en 1120/170878 et, en 1129/1717, certains d'entre eux, qualifiés de soumis (ṭā'i'īn), partent en Roumélie se plaindre du gouverneur qui les a spoliés79. Servant d'escorte au gouverneur de Damas lors de ses déplacements vers Homs en 1137/172480, les Turcomans de Ḥaqla sont assurément soumis aux autorités ottomanes. En 1132/1719, un firman ordonne à certains d'entre eux de partir à Homs ; il s'agit vraisemblablement d'une invite à la migration puisque le chroniqueur souligne que certains sont installés dans ce quartier depuis une centaine d'années81. En tant que force militaire, les Turcomans seront mis à l'écart par As‘ad Pacha al-‘Aẓm en 1746.

  • 82 Cette rue est également connue sous le nom de Zuqāq al-Mawṣilī ; cf. 117/118/184,128/12/28.

33S'ils semblent concentrés dans le secteur de Ḥaqla, les Turcomans sont aussi présents à Bāb al-Muṣallā, autour de la demeure de Turkumān Ḥasan Katḫudā (que nous évoquerons à propos des espaces des notables), et dans le Mīdān où une rue porte leur nom (Zuqāq al-Turkumānī82). À travers les transactions immobilières opérées par les Turcomans, nous pouvons apporter des précisions sur leur insertion résidentielle dans ces divers secteurs du faubourg.

2 - Investissements dans les Qubaybāt et dans le Mīdān

  • 83 Au milieu du xviiie siècle, 30 Turcomans achètent des maisons et 18 en vendent ; parmi ces dernier (...)

34Nous disposons de 45 transactions immobilières effectuées par des Turcomans : 35 pour la période 1742-1752 et 10 pour la période 1820-1830. Une grande partie d'entre elles sont effectuées entre Turcomans83 ; ceci n'est certainement pas le fruit du hasard et reflète l'existence de relations entre les divers membres de cette communauté. Quelles que soient, par ailleurs, les relations que les Turcomans du Mīdān entretiennent avec le reste de la population du faubourg, ils semblent donc constituer, encore au début du xixe siècle (et sans doute même de nos jours) une population singulière, en tout cas sur le marché immobilier.

35Les informations contenues dans ces documents nous donnent des Turcomans une image tout à fait différente de celle qui se dégage des chroniques, non seulement en ce qui concerne leur statut mais aussi en ce qui concerne leur implantation géographique. En effet, dans la chronique d'Ibn Kannān, les Turcomans apparaissent surtout comme des militaires installés à Ḥaqla ; dans les documents d'archives, nous découvrons aussi des civils, dont certains sont installés dans le secteur central du faubourg, le Mīdān.

  • 84 On peut donc difficilement attribuer cette discrétion des militaires turcomans dans le faubourg au (...)

36Parmi les 30 Turcomans qui achètent des maisons dans le faubourg au milieu du xviiie siècle, on trouve seulement 5 militaires (dont deux agissent par procuration pour des membres de leur famille) et 3 filles de militaires ; parmi les 18 vendeurs, on trouve 3 militaires et 1 fille de militaire. Au début du xixe siècle, les militaires turcomans ne se manifestent plus du tout sur ce marché immobilier et cette évolution suit d'ailleurs une tendance générale : comme nous l'avons signalé, les militaires apparaissent moins fréquemment dans l'ensemble de nos transactions à cette époque84.

  • 85 15 transactions dans les Qubaybāt: 109/87/164; 109/112/209 ; 117/20/34; 117/180/273 ; 117/44/77 ; (...)
  • 86 14 transactions dans le Mīdān : 109/86/158 ; 109/98/184 ; 109/127/242 ; 109/132/250 ; 117/26/44 ; (...)
  • 87 Cf. infra « Turkumān Ḥasan Katḫudā ».

37Par ailleurs, alors que les recensements et les chroniques localisent surtout les Turcomans dans les Qubaybāt, les transactions immobilières ne font apparaître ce quartier, notamment le secteur de Ḥaqla, que comme l'un des deux lieux de résidence privilégiés des Turcomans. Au milieu du xviiie siècle, une moitié des Turcomans fait en effet l'acquisition d'un bien immobilier dans les Qubaybāt85 et l'autre moitié dans le Mīdān86 ; le quartier de Bāb al-Muṣallā ne semble intéresser que quelques descendants de Turkumān Hasan Katḫudā qui y détiennent une maison, un ḥawš et un makān87.

  • 88 109/171/329 ; 128/25/51 ; 130/230/421.
  • 89 117/163/251 ; 123/51/70.
  • 90 Zuqāq al-Ğawra : 109/86/158 ; 130/232/471. Zuqāq al-Mawṣilī : 109/132/250 ; 123/109/156 ; 128/12/2 (...)
  • 91 117/118/184; 128/12/28. Nous disposons de 23 transactions réalisées dans Zuqāq al-Mawṣilī au milie (...)
  • 92 313/277/787.
  • 93 Zuqāq Qiyās (109/127/242); Zuqāq al-Ḥağğārīn (117/26/44; 117/125/195); Zuqāq Ğaqar (117/31/53) ; Z (...)

38À cette époque, des maisons de Turcomans sont signalées dans le secteur central du Mīdān, Zuqāq al-Ğawra88 et dans Zuqāq al-Mawṣilī89, et des acquisitions continuent à se faire dans ces deux rues90. En raison des nombreux Turcomans qui y résident, cette dernière rue est d'ailleurs aussi appelée Zuqāq al-Turkumānī91, de même que Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā', reliant Bāb al-Muṣallā au Mīdān92 ; dans le Mīdān, d'autres familles de Turcomans résident dans des rues dont la localisation n'a pu être précisée93. Les caractéristiques des biens immobiliers des Turcomans sont différentes secteurs du faubourg : dans le Mīdān, les trois quarts des

  • 94 117/44/77.
  • 95 123/36/51.

39Turcomans achètent des biens modestes ; dans les Qubaybāt, la plupart des biens immobiliers achetés par les Turcomans au milieu du xviiie siècle sont des maisons moyennes et deux demeures se distinguent : l'une d'elles peut être estimée à 515 qurš94 et l'autre à 340 qurš95. À l'exception de cette transaction, dans laquelle est impliquée une fille de militaire, Ḥasna bint ‘Alī Beşe, ces derniers ne se distinguent pas particulièrement par l'importance des investissements qu'ils opèrent.

  • 96 313/64/90.
  • 97 97/8/23 ; 297/18/45 ; 297/264/575 ; 313/205/586 ; 313/172/497 ; 313/180/521.

40Au début du xixe siècle, à l'exception d'al-Ḥāğğa Āmina qui achète une maison à Bāb al-Muṣallā96, tous les Turcomans achètent et vendent des biens dans le secteur de Ḥaqla97. Il semblerait donc qu'entre ces deux périodes l'espace des Turcomans ait tendance à se replier sur Ḥaqla, mais le petit nombre de documents dont nous disposons ne nous autorise aucune conclusion définitive à ce sujet. Les investissements opérés par les Turcomans dans les Qubaybāt à cette époque sont modestes ; d'une valeur moyenne de 1 011 qurš, ils s'échelonnent entre 400 et 1 500 qurš.

3 - Les ḥawš des Turcomans

  • 98 117/94/149.
  • 99 117/125/195.
  • 100 128/121/228.
  • 101 109/127/242.
  • 102 297/150/347.

41À travers les divers types de documents dont nous disposons, il apparaît qu'un certain nombre de Turcomans sont propriétaires de ḥawš dans le faubourg. Dans les années 1742-1752, les héritiers de Turkumān Hasan Katḫudā en possèdent un à Bāb al-Muṣallā, Zuqāq ‘Asqalànī98, et d'autres Turcomans en détiennent un dans le Mīdān, Zuqāq al-Ḥağğārīn99, Zuqāq al-Mawṣilī100 et Zuqāq Qiyās101. Le 8 rabī' II 1236/13 janvier 1821, Husayn b. Ḫalīl al-Turkumānī achète quant à lui un lopin de terre à l'intérieur du Ḥawš al-Ğunayna, situé dans les Qubaybāt, à Ḥaqla, Zuqāq al-šayḫ Ya'qūb ; au sud se trouve le Ḥawš ‘Abd al-‘Aziz, et à l'ouest, le Ḥawš Ahmad Ḥassāda102. Le lotissement de Ḥaqla est d'ailleurs toujours bordé de ḥawš, abandonnés mais appartenant à des Turcomans qui y parquaient, encore à une date récente, des moutons.

42L'origine rurale des Turcomans mais surtout leurs activités dans l'élevage des moutons expliquent sans doute leur intérêt pour les ḥawš. Les biens immobiliers qui les caractérisent le plus sont toutefois les maisons à coupoles.

4 - Qibāb al-Turkumān : les coupoles des Turcomans

43Nous avons noté, dans la partie consacrée au développement du faubourg du Mīdān, que, dès le milieu du xiiie siècle, des coupoles sont signalées à l'extrémité du maydān ; elles sont alors qualifiées de "coupoles des Turcomans" (qibāb al-Turkumān). Or, ce type d'habitat est très répandu dans les régions situées au nord de la Syrie, régions dans lesquelles se sont implantés un grand nombre de Turcomans à l'époque médiévale, à la suite de leurs migrations successives depuis l'Asie centrale ; l'expression qibāb al-Turkumān nous laisse donc penser que les Turcomans sont peut- être à l'origine du transfert de ce modèle architectural à Damas.

  • 103 Sur la répartition des maisons à coupoles dans l'espace syrien, cf. Jundi Gh., Maison à coupole, p (...)

44En effet, si les coupoles font partie du paysage rural de certaines régions septentrionales de la Syrie — entre Homs et Alep, mais aussi au nord-est de cette ville, de part et d'autre de l'Euphrate103 —, elles constituent un élément architectural insolite dans le Mīdān et l'on peut s'interroger sur les raisons de leur présence dans ce faubourg.

45Cette hypothèse nous paraît d'autant plus plausible que Turcomans et coupoles semblent encore étroitement associés dans ce secteur du faubourg au xviiie siècle : nombreuses sont en effet les transactions effectuées par les Turcomans sur des maisons à coupoles et il ne semble pas qu'il s'agisse d'une coïncidence.

46Autrement dit, sans prétendre que les coupoles soient l'apanage exclusif des Turcomans, il semble que ces derniers investissent dans ce type d'habitat qu'ils se transmettent de génération en génération et qui correspond à des pratiques architecturales qui leur sont familières.

  • 104 On notera que les femmes interviennent très fréquemment dans ces transactions, mais nos informatio (...)

47Au milieu du xviiie siècle, 30 transactions immobilières sur 155, soit 20 %, portent sur des maisons à coupoles ; les Turcomans représentent seulement 20 % des acheteurs (30/155) mais 30 % d'entre eux (9/30) achètent de telles maisons. Leurs investissements s'opèrent sur tous les types de maisons à coupoles : comme le montrent les exemples suivants, les civils, hommes et femmes, ont plutôt tendance à opérer de petits investissements, les militaires se distinguant par des investissements plus importants104.

  • 105 117/26/44.
  • 106 117/125/195.
  • 107 123/163/226.
  • 108 123/238/312.
  • 109 128/12/28.
  • 110 117/31/53.
  • 111 109/112/209.

48Une Turcomane achète à une autre Turcomane, par procuration pour son mari, une partie de maison (maqsam dār) située dans le secteur de Ḥaqla ; d'une valeur de 35 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, une coupole, un maskan recouvert d'un toit plat, des latrines et des commodités105. Ğum'a b. Ramadan b. Ahmad al-Turkumānī achète quant à lui une partie de ḥawš (maqsam ḥawš) dans le Mīdān, Zuqāq al-Ḥağğàrīn ; d'une valeur de 40 qurš, il comprend une cour, deux maskan surmontés de coupoles, une cuisine et des commodités106. Une femme achète à son mari, Murād b. Sulaymān al-Turkumānī, la moitié d'une maison dans les Qubaybāt ; d'une valeur totale de 60 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, un maskan recouvert d'un toit plat, un maskan surmonté d'une coupole, une cuisine, des latrines et des commodités107. Yūsuf b. Ibrāhīm b. Muḥammad al-Turkumānī achète à Ḫalīl b. al-Ḥāğğ Yūnus al-Turkumānī, qui agit par procuration pour sa mère, Zaynab bint al-hāğğ Ḥasan b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Turkumānī, deux maskan d'une maison située dans le secteur de Ḥaqla ; l'un d'eux est recouvert d'un toit plat et l'autre d'une coupole ; leur valeur totale est de 96 qurš108. Trois Turcomans achètent la moitié d'une maison située dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawsilī ; d'une valeur de 108 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, deux maskan surmontés de coupoles, une cuisine, des latrines et des commodités109. ‘Alī Aġā b. Muṣṭafā al-Turkumānī achète une maison située dans le Mīdān : d'une valeur de 110 qurš, elle comprend une cour, un maskan surmonté d'une coupole, un dihlīz surmonté d'une ṭabaqa et d'une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en bois, ainsi que des commodités110. Amīna bint Aḥmad Beşe b. Ibrāhīm Beşe al-Turkumānī achète quant à elle, au fils de son oncle paternel, Ibrāhīm Beyk b. al-Ḥāğğ Ḫalīl b. Ibrāhīm Beşe al-Turkumānī, une maison dans le Mīdān ; d'une valeur de 130 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, un maskan surmonté d'une coupole, des latrines et des commodités111.

  • 112 130/196/405.
  • 113 130/112/222.

49Les autres transactions effectuées par les Turcomans portent sur des maisons moyennes. Husayn Beşe b. Ibrāhīm Beşe b. Muḥammad Beşe al-Turkumānī, par procuration pour sa femme, achète une maison située dans le secteur de Ḥaqla ; d'une valeur totale de 192 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, trois maskan surmontés de coupoles, une ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités112. Muhammad b. ‘Alī Beşe b. Yūsuf Beşe al-Turkumānī achète à ses oncles, paternel et maternel, une maison située dans les Qubaybāt ; d'une valeur de 200 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, cinq maskan surmontés de coupoles, une ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une bā‘ika, des latrines et des commodités113.

Carte 5 : Lieux de résidence des Turcomans dans le Mīdān.

  • 114 117/125/195; 117/118/184; 117/79/129 ; 123/197/268. Les habitations à coupoles sont d'ailleurs con (...)

50Si les Turcomans paraissent donc apprécier tout particulièrement les maisons à coupoles, ils ne sont toutefois pas les seuls : les Kurdes, originaires comme eux des régions situées au nord de l'Euphrate, semblent partager avec eux ce goût114.

B - LES KURDES

  • 115 Bakhit M., Ottoman Province, p. 228.
  • 116 Bakhit M., Ottoman Province, p. 158.
  • 117 Bakhit M., Ottoman Province, p. 28.
  • 118 Bakhit M., Ottoman Province, p. 97, n. 32 ; cf. Heyd U., Ottoman Documents, p. 68.
  • 119 Cf. Masters B., Mercantilism, p. 46.

51Comme les Turcomans, les Kurdes sont des populations déplacées, souvent installées en milieu rural par les autorités ottomanes : ainsi, au milieu du xvie siècle, des tribus de Kurdes sont installées dans le Ḥawrān115 et paient, comme les bédouins, les Turcomans et les Gitans, un impôt annuel116. Au début du xvie siècle, certains Kurdes sont intégrés à l'armée117. En 1571, le sultan ordonne au gouverneur de Damas et à l'aġā des janissaires d'interdire l'intégration, dans l'armée, de certaines populations, dont les Kurdes ; six ans plus tard, il doit renouveler cet ordre dont, apparemment, il n'a pas été tenu compte118. À Alep, ils sont nombreux dans les rangs des janissaires au xviie siècle119.

  • 120 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49-50.
  • 121 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 116-135.
  • 122 109/98/184.
  • 123 123/380/548.
  • 124 128/85/115.
  • 125 297/78/184 ; 297/78/185.

52Dans les recensements établis en 1543 et 1569, il apparaît que les Kurdes, comme les Turcomans, ont leurs propres rues à Damas, mais la localisation de ces dernières n'est pas précisée120. Des Kurdes, nous connaissons surtout le quartier situé sur les pentes du Mont Qasioun121, mais certains sont également installés dans le faubourg du Mīdān. Au milieu du xviiie siècle figurent parmi eux des militaires dont la titulature reflète la notoriété : nous rencontrons ainsi faḫr al-aqrān al-mu‘tabarīn Ṣafar Aġā b. Ğum'a b. ‘Alī al-Kurdī122, et mafḫar al-aqrān Aḥmad Beşe b. al-Ḥāğğ Muhammad al-Kurdī123. À l'exception de ces deux personnages, et d'un troisième, Muhammad Bulūkbāšī al-Kurdī124, tous les Kurdes qui interviennent sur le marché immobilier du faubourg sont des civils. Dans les années 1820-1822, certains opèrent, comme nous l'avons vu, des investissements dans le Ğawlān125.

Carte 6 : Lieux de résidence des Kurdes dans le Mīdān.

  • 126 109/98/184.
  • 127 117/125/195.
  • 128 130/232/471.

53Kurdes et Turcomans se rencontrent fréquemment sur le marché immobilier. Parmi les dix Kurdes qui achètent ou vendent un bien au milieu du xviiie siècle, trois ont pour interlocuteur un Turcoman : ainsi, Ṣafar aġā b. Ğum'a b. ‘Alī al-Kurdī vend, dans le Mīdān, sa maison à ‘Īsā Ūḍah bāsī b. Muṣṭafā Beşe al-Turkumānī126 ; al-Ḥāğğ ‘Alī b. al-Ḥāğğ Murād al-Kurdi, mandataire de son épouse, Āmina bint al-hāğğ Barakāt al-Kurdī, vend à Ğum'a b. Ramaḍān b. Ahmad al-Turkumānī une partie d'un ḥawš situé dans le Mīdān, Zuqāq al-Ḥağğārīn127 ; ‘Ā'iša bint Barakāt al-Kurdī vend à al-Ḥāğğ Muṣṭafā b. al-Ḥāğğ Ğum'a al-Turkumānī, dans le Mīdān, Zuqāq al-Ğawra, une maison de neuf pièces évaluée à 410 qurš128.

  • 129 123/85/115.

54Ces relations se manifestent aussi par le fait que Kurdes et Turcomans, par le jeu d'alliances matrimoniales et d'héritages, peuvent être copropriétaires d'un même bien immobilier. Ainsi, ‘Ā'iša bint ‘Alī al-Turkumānī laisse, dans les Qubaybāt, une maison à ses deux héritiers : son fils, Muḥammad Beşe b. Ibrāhīm al-Turkumānī, et son second époux, Muḥammad Bulūkbāšī al-Kurdī129.

  • 130 117/118/184 ; 313/277/787 ; 313/152/443.

55Cette proximité s'inscrit également dans l'espace : certains Kurdes possèdent en effet, au milieu du xviiie siècle comme au début du xixe siècle, des biens immobiliers dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī, également connue, comme nous l'avons signalé, sous le nom de Zuqāq al-Turkumānī130.

  • 131 117/36/63.
  • 132 297/563/1305.
  • 133 117/79/129.
  • 134 117/118/184.
  • 135 130/232/471.
  • 136 313/124/364.
  • 137 123/85/115.
  • 138 123/380/548.
  • 139 313/70/210.
  • 140 123/197/268.

56Des Kurdes sont installés à Bāb al-Muṣallā, notamment dans le secteur de Zuqāq al-Baqqāra où plusieurs maisons mitoyennes leur appartiennent131, mais aussi dans Zuqāq al-Wusṭānī132 ; un peu plus au sud, on les trouve dans le secteur de Qubba Ḥamrā'133, de Zuqāq al-Mawṣilī134 ; certains sont installés à Zuqāq al-Ğawra135, d'autres Zuqāq al-‘Askarī136. Certains possèdent également des biens immobiliers dans les Qubaybāt, sur l'artère centrale du faubourg137, dans al-Maḥalla al-ğadīda138, à Ḥaqla139 ou Zuqāq al-Šayḫ Ya‘qūb140.

  • 141 Sur cette mosquée (circonscription de Mīdān Sulṭānī), cf. Talas M., Ḏayl, p. 193.; [Atassi S., Pas (...)

57À travers les quelques documents dont nous disposons, il apparaît donc que les Kurdes sont, aux xviiie et xixe siècles, dispersés dans l'ensemble du faubourg. L'existence, dans les Qubaybāt, d'une mosquée portant leur nom (Masğid al-Akrād) suggère la présence d'une population kurde plus ou moins importante dans ce secteur du faubourg, mais nous ignorons la date de construction de cet édifice141.

III - LES "ÉTRANGERS" : LES MAGHRÉBINS ET LES ÉGYPTIENS

  • 142 Maghrébins et Égyptiens se rencontrent également, au xixe siècle, à Gazza ; cf. Rafiq A.-K., « Ġaz (...)
  • 143 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 176-179.

58D'autres individus, d'origine maghrébine ou égyptienne, interviennent également sur le marché immobilier du Mīdān142. Si la présence des Maghrébins est signalée depuis longue date à Damas, celle des Égyptiens est en revanche moins connue. Maghrébins et Égyptiens se rencontrent dans divers quartiers de la ville au début du xviiie siècle143 mais c'est seulement au début du xixe siècle que, dans notre corpus, nous les voyons se manifester fréquemment sur le marché immobilier du faubourg du Mīdān. Nous indiquerons ici leurs lieux de résidence au sein du faubourg au début du xixe siècle mais, évidemment, le petit nombre de documents dont nous disposons ne nous autorise pas à conclure que leur installation date de cette époque.

A - LES MAGHRÉBINS

  • 144 Pour une présentation détaillée de ce phénomène à l'époque ottomane, cf. ṢabbĀĠ L., « al-Wuğūd al- (...)
  • 145 Pouzet L., « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », p. 187-188.
  • 146 Nu‘aymī, Dāris, II, p. 204. Dans un recensement ottoman daté de 932/1525-1526, les Maghrébins de J (...)

59La présence des Maghrébins à Damas est ancienne : motivés par des raisons religieuses, intellectuelles, commerciales ou militaires, de nombreux Maghrébins se rendent en effet dans diverses villes du Bilād al-Šām où ils s'installent parfois144. Au viie/xiiie siècle, plusieurs lettrés maghrébins résident à Damas où ils fréquentent des établissements religieux qui leur sont propres ; ils ne résident pas dans un quartier particulier de la ville mais il existe cependant « des centres géographiques plus spécifiquement maghrébins »145 dont ne fait pas, alors, partie le Mīdān. Vers la fin de l'époque mamelouke, en 901/1495, une zāwiya qui leur est propre est située dans le quartier de Šāġūr Barrānī, au nord de la Mosquée Ğarrāḥ146.

  • 147 AnṢārī M., Nuzha, I, p. 56 ; II, p. 210-211.
  • 148 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 285.
  • 149 313/294/832.
  • 150 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 286.
  • 151 Ces communautés portent les noms suivants : al-Fāsiyya, al-Marrākušiyya, al-Sūsiyya, al-Ğazā‘iriyy (...)
  • 152 59/58/143. Nous remercions A. ‘Ulabī de nous avoir communiqué la référence de ce document.
  • 153 313/294/832.

60À la fin du xe/xvie siècle, au Tribunal du Mīdān, la justice est rendue par un qāḍī chafi‘ite et un qāḍī malikite147 ; la présence de ce dernier peut être expliquée par l'installation, dans le faubourg, d'une population originaire du Maghreb, région dans laquelle domine l'école malikite. Dans le quartier de Bāb al-Muṣallā, un ḫān, qui abrite probablement des mercenaires originaires du Maghreb, porte leur nom (Ḫān al-Maġāriba)148. Nous ignorons la date de sa construction mais savons qu'il existait déjà en 1771 ; nous en avons trouvé une seule mention dans les archives des tribunaux, en 1245/1829149. C'est à partir du xviiie siècle que les mercenaires maghrébins, surtout des Algériens, commencent à être employés en grand nombre dans le Bilād al-Šām, notamment dans les provinces de Damas et de Sayda ; ce sont des fantassins ou des cavaliers, parfois au service des gouverneurs150. À cette époque, sept communautés de Maghrébins, regroupant vraisemblablement des civils et des militaires, sont placées, à Damas, sous l'autorité d'un šayḫ ; ils sont originaires de Fès, de Marrakech, du Sous, d'Alger, de Tunis, de Tripoli151. Sans connaître l'importance numérique de ces diverses communautés de Maghrébins, nous savons que, dans le premier quart du xviiie siècle, les personnes originaires de Marrakech étaient relativement nombreuses152. En 1245/1829, on note également la présence, dans le quartier de Bāb al-Muṣallā, d'une personne originaire de Meknès153.

  • 154 313/135/401 ; 313/294/832.
  • 155 313/252/719.
  • 156 313/332/930.
  • 157 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 674. Il y aurait eu 4 300 Maghrébins (...)

61Les Maghrébins qui, au cours de la période 1820-1830, interviennent sur le marché immobilier sont tous des civils qui achètent ou vendent des biens dans le quartier de Bāb al-Muṣallā. D'après ces actes, ils résident dans Zuqāq al-Arba‘īn154, Zuqāq al-Wusṭānī155, Zuqāq al-Baqqāra156, mais les maisons mitoyennes de celles qu'ils vendent ou achètent ne sont jamais signalées comme celles de Maghrébins. D'après les documents dont nous disposons, les Maghrébins semblent donc avoir, au début du xixe siècle, une prédilection pour le quartier de Bāb al-Muṣallā ; leur présence sera renforcée au milieu de ce siècle avec l'installation, dans ce quartier, de plusieurs familles qui auraient suivi à Damas l'émir ‘Abd al-Qādir al-Gazā‘irī157. À cette époque, un grand nombre de familles maghrébines sont également installées dans le quartier de ‘Amāra, autour de la maison de l'émir.

  • 158 Pouzet L., « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », p. 187-188 ; Raymond A., « Les quartiers d (...)

62Il semble donc que, comme au Caire aux xviie et xviiie siècles, les Maghrébins, tout en ne constituant pas un quartier séparé, avaient toutefois tendance à se regrouper, pour des raisons à la fois économiques et culturelles, dans des secteurs particuliers de la ville158.

63Marrakech, de la région du Sous, d'Alger, de Tunis et de Tripoli, la dernière est plus énigmatique. Selon A. Arrif, que nous remercions pour les informations qu'ils nous a données à ce sujet, le terme "ḍrāwa" est utilisé au Maroc pour désigner les populations au teint brun installées dans le sud du pays, vraisemblablement dans la région de Dar'ā.

B - LES ÉGYPTIENS

  • 159 92/12/27.
  • 160 Les Égyptiens se font en revanche plus rares au cours de la période 1825-1875 ; cf. Rafiq A.-K., « (...)
  • 161 297/541/1244 ; 313/294/832.
  • 162 297/325/708 ; 313/424/1133.
  • 163 313/431/1140.
  • 164 313/407/1097.
  • 165 313/370/1023 ; 313/134/395 ; 313/283/804 ; 313/342/955.

64En 1738, des Égyptiens sont signalés dans un ḫawš, le Ḫawš al-Miṣriyyīn, situé dans les Qubaybāt159. S'ils apparaissent peu dans les transactions immobilières réalisées au milieu du xviiie siècle, ils sont en revanche relativement nombreux parmi les propriétaires immobiliers du début du xixe siècle, ce qui constitue peut-être un signe de l'amélioration, très relative, de leur condition. Nous voyons en effet une vingtaine d'Égyptiens, tous des civils, réaliser des transactions dans le faubourg entre 1820 et 1830160. Dans le quartier de Bāb al-Muṣallā, ils possèdent des maisons dans Zuqāq al-Arba‘īn161, Zuqāq al-Baqqāra162, Zuqāq al-Wuṣtānī163, Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā'164. Dans le secteur central du Mīdān, des maisons appartenant à des Égyptiens sont signalées dans diverses rues mais plusieurs d'entre elles sont situées Zuqāq al-Ṭāli'165.

  • 166 Sur les commerçants syriens installés au Caire, cf. Raymond A., Artisans et commerçants, II, p. 47 (...)

65Nous ignorons si la présence de ces Égyptiens dans le faubourg du Mīdān est liée à une activité particulière ; les petites maisons dont ils font l'acquisition indiquent qu'il ne s'agit vraisemblablement pas de gros négociants impliqués dans le commerce entre la Syrie et l'Égypte comme cela était le cas pour bon nombre de Syriens installés au Caire166. Une étude plus générale sur les Maghrébins et les Égyptiens installés à Damas à l'époque ottomane nous apporterait sans doute des éléments de réponse sur les raisons de leur présence et les conditions de leur insertion dans cette ville.

Carte 7 : Lieux de résidence des Maghrébins et des Égyptiens dans le Mīdān.

Conclusion

  • 167 Cf. Raymond A., « Les zones de résidence », p. 189.

66Les populations que nous ont permis d'approcher nos documents ont donc, pour la plupart, tendance à se regrouper dans des secteurs particuliers du Mīdān. Des chrétiens résident dans plusieurs endroits du faubourg où, de l'habitation collective à la prestigieuse demeure, ils logent dans des conditions diverses ; la plupart d'entre eux ont toutefois tendance à se regrouper à Bāb al-Muṣallā mais, jusque dans le premier tiers du xixe siècle, ils ne semblent pas encore constituer la population majoritaire de ce quartier. De même, les Druzes et les Maghrébins s'installent plutôt dans le quartier de Bāb al-Muṣallā mais les informations dont nous disposons à leur sujet sont trop peu nombreuses pour que nous puissions véritablement décrire les modalités de leur insertion dans le tissu urbain. Les Turcomans se trouvent, quant à eux, dans deux espaces particuliers : le secteur de Ḥaqla et celui de Mawṣilī, tous deux caractérisés par des populations spécifiques, militaires ou civiles. Nous rencontrons enfin quelques Kurdes et quelques Égyptiens dispersés dans l'ensemble du faubourg. L'étude de ces diverses populations sur l'ensemble la ville de Damas apporterait des précisions sur les modalités de leur intégration dans les divers quartiers et nous permettrait de déterminer si, comme cela est par exemple le cas à Tunis pour les Andalous167, on assiste à Damas, au sein de chacune de ces populations, à une intégration différenciée des individus dans la ville selon leur position dans la hiérarchie sociale.

Notes

1 109/70/129.

2 297/282/613.

3 117/132/204 ; 313/314/890.

4 123/162/225 ; 297/302/660.

5 313/210/599 ; 313/212/607 ; 313/257/731.

6 .Turcomans, Kurdes, Maghrébins et Égyptiens sont identifiés par leur nisba (al-Turkumānī, al-Kurdī, al-Maġribī, al-Miṣrī) mais nous ne disposons d'aucun indice nous permettant de déterminer s'il s'agit de nouveaux venus ou d'anciens résidents dans le faubourg. A. Raymond (« Les quartiers de résidence des commerçants et artisans maghrébins au Caire aux xviie et xviiie siècles », p. 355) note d'ailleurs que « des familles implantées de longue date au Caire continuaient à être qualifiées de Maġribī » (par exemple les Sarâïbī, jusqu'à la fin du xviiie siècle, cent cinquante ans après que ces Fāsī se furent installés au Caire).

7 David J.-C., « L'espace des chrétiens », p. 151-152 ; Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine », p. 154.

8 David J.-c., « L'espace des chrétiens », p. 150 ; Marcus A., « Men, Women and Property », p. 158.

9 David J.-c., « L'espace des chrétiens », p. 154.

10 Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine », p. 153.

11 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 172.

12 Marcus A., Aleppo, p. 44, p. 318.

13 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178.

14 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 101.

15 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673.

16 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.

17 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178-179 ; d'après Aḥzān, f. 102.

18 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.

19 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 112-115.

20 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673.

21 130/237/480.

22 313/364/1007 ; 313/457/1188 ; 297/100/245.

23 297/75/178.

24 297/497/1123.

25 L'absence d'habitants du Mīdān dans un corpus plus important d'actes de succession concernant des chrétiens pourrait suggérer, pour aller dans le sens de R. Thoumin, que ceux-ci sont vraiment trop pauvres pour que leurs successions fassent l'objet d'une liquidation juridique. Mais la dizaine d'actes dont nous disposons n'autorise pas une telle conclusion.

26 Le même problème se pose pour l'étude des chrétiens d'Alep au début du xxe siècle à partir du cadastre ; cf. David J.-c., « L'espace des chrétiens », p. 156.

27 109/87/162 ; 109/102/189 ; 117/84/137 ; 123/263/341 ; 128/193/359 ; 130/174/ 350. Une transaction est réalisée dans les Qubaybāt (117/235/344).

28 Seules deux de ces transactions sont effectuées entre chrétiens (117/235/344 ; 117/84/137).

29 Une seule de ces transactions est opérée dans Zuqāq al-Baqqāra (109/102/189). Nous ignorons la localisation précise de Zuqāq al-Wusṭānī ; elle n'est pas mentionnée sur les cartes cadastrales. Certaines informations nous permettent toutefois de la situer à proximité de Zuqāq al-Muḫallalātī et de Zuqāq al-Arba‘īn (130/87/161 ; 313/344/960 ; 313/377/1036).

30 130/237/480.

31 Il s'agit de la demeure la plus importante achetée par des chrétiens dans nos transactions du xviiie siècle ; 117/235/344.

32 297/127//299 ; 297/225/502.

33 Rafiq A.-K., « Bāb al-Muṣallā », p. 46 ; d'après registre 547, page 241.

34 297/119/283 ; 297/25/60 ; 297/56/133 ; 297/85/211 ; 313/27/87 ; 313/271/769 ; 313/280/793 ; 313/4/5 ; 313/93/282 ; 297/55/131 ; 297/56/132 ; 313/252/719 ; 313/377/ 1036.

35 A.-K. Rafiq (« Bāb al-Muṣallā », p. 45) note également cette "dispersion" dans les années 1825-1875.

36 297/556/1286.

37 313/140/413 ; 313/258/733.

38 313/230/581 ; 313/227/652.

39 Ce phénomène est également noté par A.-K. Rafiq (« Bāb al-Muṣallā », p. 46) et par A. Marcus (« Men, Women and Property », p. 158).

40 297/55/131.

41 297/556/1286.

42 313/280/793.

43 128/193/359.

44 123/263/341.

45 109/102/189.

46 109/87/162 ; 117/84/137.

47 130/174/350.

48 313/4/5.

49 297/56/133. Comme nous l'avons indiqué, le dīwān ḫāna ne se trouve que dans les maisons les plus prestigieuses ; cette maison est la seule qui, à Bāb al-Muṣallā, contienne ce type de pièce ; les autres sont situées dans le lotissement de Sūq al-Mīdān.

50 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 147 ; Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine », p. 154-156.

51 De même, vers 1860 à Gazza, les chrétiens ont une prédilection pour certains quartiers de la ville mais ils n'y constituent pas, à cette époque, la seule population ; ils y côtoient en effet des musulmans ; cf. Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 38-39.

52 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 100.

53 297/178/409. Dans un autre document est mentionnée la "Rue du Druze" (Zuqāq al-Durzī) ; il s'agit sans doute de la même (297/239/526).

54 Sur le rôle des Druzes au cours de la période 1746-1748, cf. Rafiq a.-k., Province, p. 167, p. 173-174. Pour plus d'informations, cf. article « Durūz », E.I.2, II, p. 647-653 ; Abu Husayn A.-R., Provincial Leaderships, p. 67-128 ; Firro K., A History of the Druzes ; Lewis N., Nomads and Settlers, p. 74-96.

55 Pascual J.-P., « La montagne du Ḥawrān », p. 102.

56 Dépêche de Beaudin, datée du 4 juin 1842 et citée par Z. Ghazzal., Économie politique, p. 41.

57 QasāṬilī N., al-Rawḍa, p. 8.

58 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 112, p. 114-115.

59 Zuqāq al-Tayāmina est mentionnée au xixe siècle, dès 1825-1826 ; cf. Rafiq A.- K., « Bāb al-Muṣallā », p. 47. Elle n'apparaît pas encore dans les archives du xviiie siècle que nous avons nous-même dépouillées.

60 Masters B., Mercantilism, p. 42, p. 111.

61 David J.-C., « L'espace des chrétiens », p. 167 ; Masters B., Mercantilism, p. 42, p. 111 ; Sauvaget S., Alep, p. 118.

62 Koury G., Province, p. 157. En 1818, le quartier turcoman de Hama fut détruit par une inondation.

63 Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34 ; Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 14, p. 17

64 Bakhit M., « al-Ramla », p. 201 ; Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34.

65 Bakhit M., « Ṣafad et sa région », p. 104.

66 Pococke R., A Description of the East, p. 118.

67 Sur la période antérieure, cf. Ayalon D., « The Auxilliary Forces of the Mamelouk Sultanate » ; Kellner-Heinkele B., « The Turkomans and Bilād al-Šām ». Pour les Turcomans installés au Liban à l'époque ottomane, cf. Salibi K., « The Maronites of Lebanon under Frankish and Mamluk Rule (1099-1516) » ; Salibi K., « Northern Lebanon under the Dominance of Gazir (1517-1591) » ; Salibi K., « The Sayfas and the Eyalet of Tripoli (1579-1640) » ; Salibi K., « The Lebanese Emirate (1667-1841) ».

68 Bakhit M., Ottoman Province, p. 227.

69 Bakhit M., Ottoman province, p. 226-228 ; Barbir K., Ottoman Rule, p. 168 ; Ibn Al-Ṣiddīq H., Ġarā'ib, p. 41 ; Makkī M., Tārīḫ Ḥims, p. (52-65) ; Masters B., Mercantilism, p. 119-120 ; Rogan E., « Turkumān of al-Ruman », p. 92 ; Shamir Sh., « As‘ad Pacha al-‘Azm », p. 3.

70 Masters B., Mercantilism, p. 119.

71 Barbir K., Ottoman Rule, p. 168 ; Makkī M., Tārīḫ Ḥims, p. (52-65) ; Masters B., Mercantilism, p. 120 ; Rogan E., « Turkumān of al-Ruman », p. 92 ; Shamir Sh., « As‘ad Pacha al-‘Azm », p. 3.

72 Rogan E., « Turkumān of al-Ruman ».

73 Cf. supra, paragraphe sur le maydān dans « Du maydān au Mīdān ».

74 Cf. supra, paragraphe sur les recensements ottomans dans « Du maydān au Mīdān ».

75 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 112.

76 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 119.

77 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 129.

78 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 145.

79 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 283 ; il semble donc qu'à cette époque existaient des Turcomans "soumis" et d'autres qui seraient par conséquent "rebelles", mais on ignore si cette scission se reflète dans l'espace, les Turcomans "soumis" étant installés en ville sur des secteurs probablement concédés par les autorités ottomanes en échange de leur docilité, et les Turcomans "rebelles" continuant alors à sévir dans les régions rurales ; cette distinction peut d'ailleurs aussi bien s'appliquer à un même espace, la ville et la campagne abritant à la fois des Turcomans "soumis" et des Turcomans "rebelles" ;cf. Ayalon D., « The Auxilliary Forces », p. 14 ; Kellner-Heinkele B., « The Turkomans and Bilād al-Šām », p. 170.

80 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 349.

81 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 311. La même année, un firman ordonne également à Ismā'īl Pacha al-‘Aẓm, gouverneur de Homs, de procéder à la sédentarisation des Turcomans de manière à assurer la sécurité des routes ; certains Turcomans de Ḥaqla sont donc peut-être sollicités pour participer, eux aussi, à cette tâche ;cf. MakkĪ M., Tārīḫ Ḥimṣ, p.( 64).

82 Cette rue est également connue sous le nom de Zuqāq al-Mawṣilī ; cf. 117/118/184,128/12/28.

83 Au milieu du xviiie siècle, 30 Turcomans achètent des maisons et 18 en vendent ; parmi ces derniers, 13 vendent leur bien à d'autres Turcomans : 109/87/164 ; 109/112/209 ; 109/127/242 ; 117/20/34 ; 117/180/273 ; 117/26/44 ; 117/44/77 ; 123/8/12 ; 123/225/300 ; 123/238/312 ; 123/382/552 ; 130/112/222 ; 130/154/314.
Au début du xixe siècle, 7 Turcomans achètent des maisons et 8 en vendent ; parmi ces derniers, 5 vendent leurs biens à d'autres Turcomans (297/8/23 ; 297/18/45 ; 297/31/74 ; 313/172/497 ; 313/180/521).

84 On peut donc difficilement attribuer cette discrétion des militaires turcomans dans le faubourg au fait qu'ils aient été décimés en 1746 par le gouverneur As‘ad Pacha al-‘Aẓm. D'ailleurs, ceci n'empêche pas certains d'entre eux, comme ‘Alī Aġā b. Muṣṭafā d'acheter une maison dans le Mīdān en juillet 1746 (117/31/53).

85 15 transactions dans les Qubaybāt: 109/87/164; 109/112/209 ; 117/20/34; 117/180/273 ; 117/44/77 ; 123/8/12 ; 123/36/51 ; 123/225/300 ; 123/238/312 ; 123/382/ 552 ; 130/112/222 ; 130/122/244 ; 130/154/314 ; 130/196/405 ; 130/259/523.

86 14 transactions dans le Mīdān : 109/86/158 ; 109/98/184 ; 109/127/242 ; 109/132/250 ; 117/26/44 ; 117/31/53 ; 117/44/76 ; 117/125/195 ; 123/109/156 ; 123/216/294 ; 128/12/28 ; 128/116/220 ; 128/122/229 ; 130/232/471.

87 Cf. infra « Turkumān Ḥasan Katḫudā ».

88 109/171/329 ; 128/25/51 ; 130/230/421.

89 117/163/251 ; 123/51/70.

90 Zuqāq al-Ğawra : 109/86/158 ; 130/232/471. Zuqāq al-Mawṣilī : 109/132/250 ; 123/109/156 ; 128/12/28 ; 128/116/220 ; 128/122/229.

91 117/118/184; 128/12/28. Nous disposons de 23 transactions réalisées dans Zuqāq al-Mawṣilī au milieu du xviiie siècle ; près du quart d'entre elles sont effectuées par des Turcomans (109/132/250 ; 123/109/156 ; 128/12/28 ; 128/116/220 ; 128/122/229).

92 313/277/787.

93 Zuqāq Qiyās (109/127/242); Zuqāq al-Ḥağğārīn (117/26/44; 117/125/195); Zuqāq Ğaqar (117/31/53) ; Zuqāq al-Šayḫ Muḥammad Ṭanbūz (117/44/76) ; Zuqāq Zaybaq (123/216/294).

94 117/44/77.

95 123/36/51.

96 313/64/90.

97 97/8/23 ; 297/18/45 ; 297/264/575 ; 313/205/586 ; 313/172/497 ; 313/180/521.

98 117/94/149.

99 117/125/195.

100 128/121/228.

101 109/127/242.

102 297/150/347.

103 Sur la répartition des maisons à coupoles dans l'espace syrien, cf. Jundi Gh., Maison à coupole, p. 165.

104 On notera que les femmes interviennent très fréquemment dans ces transactions, mais nos informations sur les Turcomans sont trop limitées pour que nous puissions en tirer des conclusions sur la place des femmes dans cette société.

105 117/26/44.

106 117/125/195.

107 123/163/226.

108 123/238/312.

109 128/12/28.

110 117/31/53.

111 109/112/209.

112 130/196/405.

113 130/112/222.

114 117/125/195; 117/118/184; 117/79/129 ; 123/197/268. Les habitations à coupoles sont d'ailleurs considérées comme caractéristiques des Turcomans et des Kurdes ; cf. NĀbulusĪ ‘A.- Ġ., Kašf al-sirr al-ġāmiḍ fi šarḥ dīwān Ibn al-Fāriḍ, p. 388. Nous remercions B. Aladdin de nous avoir communiqué cette référence.

115 Bakhit M., Ottoman Province, p. 228.

116 Bakhit M., Ottoman Province, p. 158.

117 Bakhit M., Ottoman Province, p. 28.

118 Bakhit M., Ottoman Province, p. 97, n. 32 ; cf. Heyd U., Ottoman Documents, p. 68.

119 Cf. Masters B., Mercantilism, p. 46.

120 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49-50.

121 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 116-135.

122 109/98/184.

123 123/380/548.

124 128/85/115.

125 297/78/184 ; 297/78/185.

126 109/98/184.

127 117/125/195.

128 130/232/471.

129 123/85/115.

130 117/118/184 ; 313/277/787 ; 313/152/443.

131 117/36/63.

132 297/563/1305.

133 117/79/129.

134 117/118/184.

135 130/232/471.

136 313/124/364.

137 123/85/115.

138 123/380/548.

139 313/70/210.

140 123/197/268.

141 Sur cette mosquée (circonscription de Mīdān Sulṭānī), cf. Talas M., Ḏayl, p. 193.; [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 87.

142 Maghrébins et Égyptiens se rencontrent également, au xixe siècle, à Gazza ; cf. Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 47, p. 49-50.

143 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 176-179.

144 Pour une présentation détaillée de ce phénomène à l'époque ottomane, cf. ṢabbĀĠ L., « al-Wuğūd al-maġribī fī al-Mašriq al-mutawassiṭī fī al-‘ahd al-ḥadīṯ ».

145 Pouzet L., « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », p. 187-188.

146 Nu‘aymī, Dāris, II, p. 204. Dans un recensement ottoman daté de 932/1525-1526, les Maghrébins de Jérusalem paraissent également liés à une zāwiya ; cf. Lewis B., « Magribis in Jerusalem », p. 144.

147 AnṢārī M., Nuzha, I, p. 56 ; II, p. 210-211.

148 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 285.

149 313/294/832.

150 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 286.

151 Ces communautés portent les noms suivants : al-Fāsiyya, al-Marrākušiyya, al-Sūsiyya, al-Ğazā‘iriyya, al-Tūnisiyya, al-Ṭarābulusiyya, al-Darāwiyya ; cf. Rafiq A.- K., al-‘Arab wa al-‘uṯmāniyyūn, p. 51-52 ; Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 286- 287. S'il est clair que les six premières concernent des personnes originaires de Fès, de Marrakech, de la région du Sous, d'Alger, de Tunis et de Tripoli, la dernière est plus énigmatique. Selon A. Arrif, que nous remercions pour les informations qu'ils nous a données à ce sujet, le terme "ḍrāwa" est utilisé au Maroc pour désigner les populations au teint brun installées dans le sud du pays, vraisemblablement dans la région de Dar'ā.

152 59/58/143. Nous remercions A. ‘Ulabī de nous avoir communiqué la référence de ce document.

153 313/294/832.

154 313/135/401 ; 313/294/832.

155 313/252/719.

156 313/332/930.

157 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 674. Il y aurait eu 4 300 Maghrébins à Damas en 1876 mais nous ne disposons d'aucune précision sur leurs lieux de résidence ; cf. QasĀṬilĪ N., al-Rawḍa, p. 8.

158 Pouzet L., « Maghrébins à Damas au viie/xiiie siècle », p. 187-188 ; Raymond A., « Les quartiers de résidence des commerçants et artisans maghrébins au Caire aux xviie et xviiie siècles », p. 364 ; Raymond A., « Tunisiens et Maghrébins au Caire au dix-huitième siècle », p. 357-359.

159 92/12/27.

160 Les Égyptiens se font en revanche plus rares au cours de la période 1825-1875 ; cf. Rafiq A.-K., « Bāb al-Muṣallā », p. 44.

161 297/541/1244 ; 313/294/832.

162 297/325/708 ; 313/424/1133.

163 313/431/1140.

164 313/407/1097.

165 313/370/1023 ; 313/134/395 ; 313/283/804 ; 313/342/955.

166 Sur les commerçants syriens installés au Caire, cf. Raymond A., Artisans et commerçants, II, p. 477-481, p. 483-497. Selon A.-K. Rafiq, les Égyptiens installés dans le Bilād al-Šām sont souvent porteurs d'eau ou conducteurs de bêtes de somme. Signalons à ce propos qu'en 1738, un Égyptien loue une maison dans un ḥawš, le Ḫawš al-Mukāratiyya, c'est-à-dire le ḥawš des muletiers (ou des chameliers), situé dans le quartier de Šāġūr Barrānī ; cf. 92/129/317. Sur cette activité, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, II, p. 466-467.

167 Cf. Raymond A., « Les zones de résidence », p. 189.

Table des illustrations

Légende Carte 4 : Lieux de résidence des chrétiens dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 513k
Légende Carte 5 : Lieux de résidence des Turcomans dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende Carte 6 : Lieux de résidence des Kurdes dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Carte 7 : Lieux de résidence des Maghrébins et des Égyptiens dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search