Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Quatrième partie. Structuration de l’espace social du Faubourg

Introduction à la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 Raymond A., Grandes villes, p. 135.

1Les grandes villes arabes de l'époque ottomane sont divisées en quartiers plus ou moins fermés abritant, dans bon nombre de cas, des populations spécifiques ; quand elle ne résulte pas d'une décision politique d'implantation de groupes particuliers, cette organisation répond au « souci de chaque communauté de se regrouper pour former une cellule sociale homogène » et permet une « administration plus serrée de la population »1.

  • 2 Cette pratique se remarque également pour Alep à l'époque mamelouke ; en effet, les rues d'Alep me (...)

2On rencontre ainsi, dans le Mīdān, des populations installées dans des secteurs particuliers du Faubourg mais aussi des familles de notables dont les divers membres résident à proximité les uns des autres. Ce phénomène se manifeste dans la toponymie, notamment dans les noms de rues2.

  • 3 Sur cette question, cf. Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34-35.
  • 4 297/74/175 ; 313/31/98 ;313/152/443 ;313/277/787.
  • 5 297/18/45 ; 297/61/143.
  • 6 109/144/279 ; 123/91/132 ; 123/115/163 ; 128/39/84 ; 128/199/372.
  • 7 313/84/252.
  • 8 297/188/427 ; 297/165/380.
  • 9 109/143/276 ; 109/144/277 ; 109/182/348 ; 128/99/192 ; 130/197/408.
  • 10 313/100/301 ; 313/460/1194.
  • 11 117/195/294.
  • 12 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 46 ; d'après registre 547, page 241.
  • 13 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 600.

3Ainsi, quelques toponymes suggèrent la présence de populations particulières dans certains endroits du Faubourg. Toutefois, comme on le sait, l'usage d'un toponyme peut se perpétuer alors que les populations auxquelles il fait référence se sont déplacées3 ; ces noms de rues font donc référence à la présence de ces populations dans ces lieux, à un moment donné, peut-être révolu. Ainsi, au milieu du xiiie siècle, des coupoles de Turcomans (qibāb al-Turkumān) sont signalées dans le secteur de Ḥaqla ; de même, au début du xixe siècle, des toponymes font référence aux Turcomans dans le Mīdān, secteur d'al-Qubba al-Ḥamrā' (Zuqāq al-Turkumān)4 et dans les Qubaybāt, secteur de Ḥaqla (Ḥārat al-Turkumān)5. Dans Bāb al-Mūṣāllā, au milieu du xviiie siècle, des toponymes font référence à des personnes originaires d'Alep (Zuqāq al-Ḥalabiyyīn)6, et au début du xixe siècle, à des personnes originaires du Ḥawrān (Zuqāq al-Ḥawārina)7 et du wādi Taym (Ḥārat al-Tayāmina)8. Des personnes originaires de Homs ont donné leur nom à une rue (Zuqāq al-Ḥamāsina) mentionnée dans les Qubaybāt au milieu du xviiie siècle9 et dans le Mīdān au début du xixe siècle10, ainsi qu'à un ḥawš (Ḥawš al-Ḥamāṣina) situé dans les Qubaybāt au milieu du xviiie siècle11. Dans les Qubaybāt, deux mosquées ont été édifiées ou sont fréquentées par des populations particulières : la Mosquée des Soukhniotes (Ğāmi' al-Saḫḫāna) a probablement été construite avant 1807 mais nous ignorons la date de construction de la Mosquée des Kurdes (Ğāmi‘ al-Akrād). Une "Rue des Chrétiens" (Zuqāq al-Naṣārā) est mentionnée en 1279/1863 dans les Qubaybāt12 ; il s'agit probablement de la rue située actuellement dans la circonscription de Qā‘a. Dans la seconde moitié du xixe siècle, le médecin lyonnais Lortet note quant à lui que les Gitans occupent une rue particulière dans le Mīdān13, mais nous n'avons trouvé aucune information complémentaire à ce sujet.

  • 14 109/3/5.
  • 15 297/178/409. Dans un autre document est mentionnée la "Rue du Druze" (Zuqāq al-Durzī) ; il s'agit (...)
  • 16 297/397/875.
  • 17 297/43/107.
  • 18 297/18/45.
  • 19 297/189/430.
  • 20 297/187/425 ; 297/320/703.

4Certaines rues portent par ailleurs le nom d'un de leurs habitants. Il suffit sans doute parfois qu'un notable réside dans une rue pour que celle-ci porte son nom, mais dans certains cas, plusieurs individus appartenant à une même famille possèdent divers biens immobiliers dans la même rue. Nombre de ces toponymes ne sont plus utilisés actuellement ; ils se sont effacés avec la trace des personnages auxquels ils faisaient référence, souvent des militaires en l'occurrence. Il en est ainsi, en 1155/1742, de Zuqāq ‘Uṯmān Bulukbāsī, situé dans le "Nouveau Quartier" (al-Maḥalla al-Ğadīda) des Qubaybāt14 et, en 1236/1821, toujours dans les Qubaybāt, de Zuqāq Šafīq Aġā al-Durzī15. À cette époque, nous trouvons mention de Ḥārat Ḥasan Aġā al-Ḫudarī, située dans le Mīdān, à proximité de Zuqāq al-Ğawra16, et de Dahlat Banū Turkumān Ḥasan Kathudā, dans le quartier de Bāb al-Mūsāllā17. Pour trois rues des Qubaybāt, nous disposons d'indications explicites nous permettant d'établir un lien entre leur nom et l'identité de certains de leurs occupants : Zuqāq ‘Īsā al-Ḥabaš18, Zuqāq Bayt Mūsā19 et Zuqāq Bayt Yaġmūr20. D'autres rues portent, à l'époque ottomane et encore de nos jours, le nom de Zuqāq al-Muğtahid (circonscription de Bāb al-Mūṣāllā), Zuqāq al-Mawṣilī (circonscription de Mawṣilī), Zuqāq al-Ğurbağī — probablement en référence à Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī — (circonscription de Mīdān Sulṭānī), Zuqāq al-Ḥakīm (circonscription de Qā‘a).

Notes

1 Raymond A., Grandes villes, p. 135.

2 Cette pratique se remarque également pour Alep à l'époque mamelouke ; en effet, les rues d'Alep mentionnées par Sibt Ibn al-‘Ağamī (818/1415-884/1479) portent très souvent le nom d'un de leurs habitants (Sauvaget J., « Les trésors d'or », p. 135- 160).

3 Sur cette question, cf. Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 34-35.

4 297/74/175 ; 313/31/98 ;313/152/443 ;313/277/787.

5 297/18/45 ; 297/61/143.

6 109/144/279 ; 123/91/132 ; 123/115/163 ; 128/39/84 ; 128/199/372.

7 313/84/252.

8 297/188/427 ; 297/165/380.

9 109/143/276 ; 109/144/277 ; 109/182/348 ; 128/99/192 ; 130/197/408.

10 313/100/301 ; 313/460/1194.

11 117/195/294.

12 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 46 ; d'après registre 547, page 241.

13 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 600.

14 109/3/5.

15 297/178/409. Dans un autre document est mentionnée la "Rue du Druze" (Zuqāq al-Durzī) ; il s'agit sans doute de la même (297/239/526).

16 297/397/875.

17 297/43/107.

18 297/18/45.

19 297/189/430.

20 297/187/425 ; 297/320/703.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search