Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Troisième partie. Habitat et société dans le Faubourg du Mīdān

Chapitre III. Les transactions immobilières

Texte intégral

1Les divers biens que nous avons décrits constituent le patrimoine immobilier des habitants du Mīdān. Nous avons vu qu'un certain nombre d'entre eux consistaient en des parties de maisons ou en des pièces indépendantes au sein de celles-ci. Le fractionnement de l'habitat se manifeste également à un autre niveau, non plus celui de l'architecture mais celui, moins visible, de la propriété. Ce dernier a tendance à s'accentuer dans deux cas : d'une part, lors des successions, en raison du partage des biens entre plusieurs héritiers et, d'autre part, dans des situations de crise économique lorsqu'on ne peut réaliser que de petits investissements ou que l'on doit se dessaisir d'une partie de son patrimoine immobilier pour obtenir des liquidités. Lors des successions, on remarque toutefois que certains individus rachètent les parts de leur(s) co-héritier(s) : ils contrecarrent ainsi la tendance "naturelle" à l'émiettement de la propriété et consolident leur patrimoine immobilier.

2Après avoir estimé l'importance du fractionnement de la propriété, nous évaluerons les investissements réalisés par les habitants du Mīdān en fonction de leur statut social ; nous évoquerons ensuite le maintien des patrimoines au sein des familles et les avatars de la copropriété.

I - LE FRACTIONNEMENT DE LA PROPRIÉTÉ

3Le fractionnement de la propriété peut s'appréhender à travers plusieurs critères : les parts de propriétés échangées sur le marché, le nombre d'acheteurs et de vendeurs par transaction, et le nombre de copropriétaires, une fois ces transactions réalisées. Nous prenons ici en considération l'ensemble des transactions portant sur des maisons (169 pour la période 1742-1752 et 300 pour la période 1820-1830), qu'elles soient décrites ou non.

A - PARTS DE PROPRIÉTÉS FAISANT L'OBJET DES TRANSACTIONS

4Tout bien immobilier, divisé en 24 parts évaluées en qīrāṭ, peut être acheté en totalité ou en partie ; on peut aussi bien acquérir une part de maison qu'une part de pièce.

TABLEAU 49. Parts de propriétés faisant l'objet de transactions dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

TABLEAU 49. Parts de propriétés faisant l'objet de transactions dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

5Les parts de propriétés faisant l'objet de transactions se retrouvent dans les mêmes proportions au cours des deux périodes considérées : environ 30 % des achats portent sur des parts inférieures à 12 qīrāṭ, environ 20 % portent sur des parts comprises entre 12 et 24 qīrāṭ et environ 50 % portent sur la totalité des maisons (24 qīrāṭ).

  • 1 Abdel nour A., « Habitat et structures sociales », p. 92-93.

6Si l'on compare nos chiffres de la période 1742-1752 avec ceux que donne A. Abdel Nour pour Alep à une période voisine (1752-1757), on remarque que, dans le faubourg du Mīdān, les parts de propriétés échangées sur le marché sont plus importantes : en effet, à Alep, 46 % des transactions portent sur des parts de propriétés inférieures à 12 qīrāṭ, 20 % sur des parts comprises entre 12 et 24 qīrāṭ et seulement 34 % sur des propriétés entières. Dans cette ville, la proportion de petites parts de propriétés échangées sur le marché connaît une nette progression entre le xviie et le xviiie siècle et A. Abdel Nour considère que cette évolution reflète un fractionnement de la propriété dû à des conditions économiques difficiles : certains individus n'ont pas les moyens d'acquérir un capital immobilier plus important et d'autres doivent se dessaisir d'une partie de leur maison pour obtenir des liquidités1.

  • 2 Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 91. Dans ce domaine, le Mīdān ne constitue p (...)
  • 3 A. Marcus (« Men, Women and Property », p. 154) évoque également ce phénomène pour Alep, notant qu (...)

7À Damas, dans le faubourg du Mīdān, la situation demeure relativement stable entre les deux périodes considérées (1742-1752 et 1820-1830)2, mais il nous semble que c'est avec une extrême prudence que nous devons analyser le fractionnement de la propriété à travers ces chiffres : en effet, une personne peut acheter des parts de propriétés dans la perspective d'une augmentation de son capital, et le fractionnement de la propriété, tel qu'il apparaît sur le marché immobilier, n'est alors que momentané. Ainsi, au cours de la période 1742-1752, parmi les 98 personnes achetant des parts de maisons dans le Mīdān, 44 personnes (soit 45 %) possèdent déjà une partie du bien en question ; 23 d'entre elles augmentent ainsi leurs parts de propriétés et 21 deviennent propriétaires de l'ensemble du bien. Au cours de la période 1820-1830, parmi les 154 personnes achetant des parts de propriétés de maisons dans le Mīdān, 60 (soit 39 %) détiennent déjà une partie de ce bien : 28 d'entre elles augmentent leurs parts de propriétés et 32 deviennent propriétaires de l'ensemble du bien3.

8Les autres personnes, celles qui font l'acquisition de quelques qīrāṭ sans être déjà propriétaires d'une partie de la maison, représentent un peu plus de la moitié des individus achetant des parts de propriétés. Parmi eux se trouvent, selon toute vraisemblance, des individus n'ayant pas les moyens d'acquérir un bien plus important pour se loger, mais aussi des individus, déjà propriétaires d'un bien immobilier, qui augmentent leur capital en achetant des parts de maisons à des personnes dans le besoin.

B - NOMBRE D'ACHETEURS ET DE VENDEURS PAR TRANSACTION

9Si certaines de ces transactions sont opérées par plusieurs acheteurs et/ou plusieurs vendeurs, la majorité d'entre elles sont cependant entreprises par une seule personne.

  • 4 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 144.

10La majorité des transactions immobilières font intervenir un seul acheteur ou un seul vendeur : au cours des deux périodes, un peu plus de 80 % des achats et près de 70 % des ventes de maisons sont en effet effectués par une seule personne. Les vendeurs, souvent des héritiers, interviennent plus fréquemment en groupe que les acheteurs ; ceci contribue, comme le remarque A. Marcus pour Alep, à réduire la copropriété, et la majorité des maisons sont possédées par une seule personne4.

TABLEAU 50. Nombre de personnes intervenant dans l'achat et la vente de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 50. Nombre de personnes intervenant dans l'achat et la vente de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

C - NOMBRE DE COPROPRIÉTAIRES DANS LES MAISONS DU MĪDĀN

11À la fin d'un acte de transaction immobilière portant sur des parts de propriété sont mentionnés les divers copropriétaires du bien. Cette information est indiquée dans la quasi-totalité des documents au milieu du xviiie siècle mais, au début du xixe siècle, le nombre des copropriétaires n'est pas précisé dans de nombreux cas (21 %) ; comme nous l'avons signalé dans notre présentation des sources, à cette époque, le scribe indique souvent que le bien est désormais détenu par « l'acheteur et alii » (al-muštarī wa man yašraku-hu). Nous pouvons considérer que le scribe ne prend pas la peine de mentionner ces différents copropriétaires quand ceux-ci sont relativement nombreux.

TABLEAU 51. Nombre de copropriétaires détenant des parts de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 51. Nombre de copropriétaires détenant des parts de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 cl 1820-1830)

  • 5 Si l'on considère que, dans la majorité des cas, le scribe ne prend pas la peine de mentionner les (...)

12Au cours des deux périodes, comme nous l'avons noté précédemment à propos des parts de propriétés faisant l'objet des transactions, la moitié des maisons du Mīdān sont possédées par une seule personne ; en 1742- 1752, 28 % des maisons sont détenues par deux copropriétaires et 22 % par plusieurs. Ces proportions sont voisines pour la période 1820-1830 (environ 21 % et environ 29 %)5.

13La proportion des différentes parts de propriétés échangées sur le marché immobilier du Mīdān demeure donc stable entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle. La majorité des transactions sont réalisées à l'initiative d'un seul propriétaire et la moitié des maisons sont détenues par une seule personne. Il est intéressant d'examiner cette situation selon le statut des personnes impliquées dans ces transactions.

II - LES ACTEURS DES TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES

14Après avoir indiqué l'importance des maisons achetées individuellement ou en commun selon le statut des habitants du Mīdān, nous préciserons, pour chacun d'eux, les parts de propriétés dont ils font l'acquisition et la valeur des maisons dans lesquelles ils investissent.

TABLEAU 52. Achats et ventes de maisons (dār) effectués par une ou plusieurs personnes selon le statut des propriétaires

TABLEAU 52. Achats et ventes de maisons (dār) effectués par une ou plusieurs personnes selon le statut des propriétaires

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

  • 6 Nous avons choisi ici de focaliser notre attention sur les maisons mais ce phénomène se remarque s (...)

15Au cours des deux périodes, les femmes représentent environ le tiers des acheteurs et des vendeurs et les hommes civils un peu moins de 60 %. Nous remarquons en revanche une évolution en ce qui concerne les militaires et les chrétiens. En 1742-1752, les militaires représentent 10 % des acheteurs et des vendeurs alors qu'en 1820-1830, ils ne représentent plus que 2 % des acheteurs et 3 % des vendeurs. La situation évolue en sens inverse en ce qui concerne les chrétiens. En 1742-1752, les chrétiens sont très peu représentés dans ces documents (4 acheteurs et 1 vendeur) et ils constituent une proportion négligeable des acteurs de ces transactions ; en 1820-1830, ils apparaissent un peu plus fréquemment et constituent alors 7 % des acheteurs et 8 % des vendeurs6. Nous pouvons difficilement déterminer si ces chiffres reflètent une évolution dans l'accès des militaires et des chrétiens au Tribunal du Mīdān ou s'ils traduisent de véritables changements sociaux. Autrement dit, au début du xixe siècle, les militaires se dirigent-ils plus fréquemment vers les tribunaux de la qisma ‘askariyya que vers les tribunaux de quartiers, ou bien, leur situation ne leur permet- elle plus aussi souvent que par le passé d'accéder à la propriété immobilière ? Les chrétiens, quant à eux, ont-ils plus fréquemment recours aux tribunaux religieux musulmans ou bien interviennent-ils réellement plus souvent sur le marché immobilier ?

16Quoi qu'il en soit, comme nous l'avons indiqué précédemment, un peu plus de 80 % des achats portant sur des maisons sont, au cours des deux périodes, réalisés par une seule personne ; ces proportions sont voisines pour l'ensemble des acheteurs, quel que soit leur statut. Seuls les militaires se distinguent légèrement : au cours des deux périodes, plus de 90 % d'entre eux interviennent individuellement dans l'achat de maisons.

17De même, nous avons noté que près de 70 % des ventes portant sur des maisons sont réalisées par une seule personne ; là encore, les militaires se distinguent par leur "individualisme" : un peu plus de 80 % d'entre eux prennent seuls de telles initiatives.

18Ces données doivent bien entendu être nuancées par les parts de propriétés possédées par chaque individu en fonction de son statut social.

19En 1742-1752, 41 % des individus achètent des maisons entières ; cette proportion est très différente selon le statut (28 % pour les femmes, 40 % pour les hommes civils et 87 % pour les militaires). Ces proportions sont voisines en ce qui concerne les vendeurs si ce n'est que les militaires se distinguent de manière plus nuancée (57 %).

20En 1820-1830, on note sensiblement les mêmes proportions : 50 % des individus achètent des maisons entières (43 % pour les femmes, 55 % pour les hommes, 71 % pour les militaires et 31 % pour les chrétiens). En ce qui concerne les ventes, 44 % des individus vendent des maisons entières ; ces proportions sont de 40 % pour les femmes, de 45 % pour les civils, de 43 % pour les militaires et de 42 % pour les chrétiens.

TABLEAU 53. Nombre de qīrāṭ achetés et vendus et valeur moyenne des maisons (dār) selon le statut des propriétaires

TABLEAU 53. Nombre de qīrāṭ achetés et vendus et valeur moyenne des maisons (dār) selon le statut des propriétaires

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

21Les valeurs des maisons possédées par les habitants du Mīdān selon leur statut social rappellent les différences que l'on a notées au sujet des successions. Au cours de la période 1820-1830, les militaires se distinguent par le fait que leurs investissements portent sur des maisons légèrement plus onéreuses que la moyenne. Les femmes, quant à elles, possèdent des maisons un peu moins chères que la moyenne. Au cours de la période 1820-1830, les quelques militaires présents dans notre corpus paraissent se dessaisir de maisons dont la valeur est relativement importante (2 072 qurš) alors qu'ils font l'acquisition de maisons beaucoup plus modestes (1 099 qurš). Les chrétiens se distinguent quant à eux par l'achat de maisons dont la valeur moyenne est relativement élevée.

22Ces transactions sont largement caractérisées, comme nous le verrons, par des relations de parenté et ceci contribue, avec les héritages, au maintien du patrimoine immobilier au sein des familles.

III - MAISONS ET FAMILLES

23Le caractère familial de la propriété immobilière se perçoit, bien entendu, à travers les héritages mais aussi au cours des transactions. À travers les héritages, nous assistons à la transmission du patrimoine immobilier au sein des familles. Au cours des transactions, divers membres d'une même famille, souvent unis par des liens de parenté très proches, se manifestent sur le marché immobilier : ils achètent ou vendent en commun et sont copropriétaires de leur maison.

A - MODE D'ACQUISITION DES MAISONS

  • 7 Un individu héritant d'une partie d'un bien peut en effet acheter une autre partie de ce même bien (...)

24Dans un acte de transaction immobilière est presque toujours indiquée la manière dont le vendeur est entré en possession de son bien : par héritage, par achat ou par un mode mixte7.

TABLEAU 54. Mode d'acquisition des maisons (dār) faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 54. Mode d'acquisition des maisons (dār) faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

25L'échange de parts de propriétés sur le marché immobilier s'explique en partie, comme nous l'avons noté plus haut, par le fractionnement de la propriété lors des héritages. Au cours des deux périodes considérées, près de la moitié des personnes qui vendent des maisons dans le Mīdān étaient entrées en possession de ce bien par héritage.

  • 8 Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 91-93.

26Là encore, contrairement à ce que l'on observe pour Alep entre le xviie et le xviiie siècle, c'est une remarquable stabilité qui caractérise le faubourg du Mīdān entre le milieu du xviiie et le début du xixe siècle : à Alep, au xviie siècle, seulement 19 % des biens vendus avaient été acquis par achat, contre 59 % au xviiie siècle, et ceci reflète, selon A. Abdel Nour, les difficultés financières des Alépins, contraints de vendre leur logement8.

B - LIENS DE PARENTÉ ENTRE LES DIVERS ACTEURS DES TRANSACTIONS

  • 9 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 153.
  • 10 Hanna N., Habiter au Caire, p. 26.

27Environ le quart des transactions se font entre personnes unies par des liens de parenté : 51/169 au cours de la période 1740-1752 (soit 30 %) et 72/300 au cours de la période 1820-1830 (soit 24 %). On rencontre également ce phénomène à Alep9 et — dans une moindre mesure — au Caire10.

28Par ailleurs, la quasi-totalité des personnes qui achètent ou vendent des maisons en commun sont membres d'une même famille : ce sont des maris et femmes, des frères et sœurs, des parents et leurs enfants ; il est rare que des parents plus éloignés interviennent ensemble sur le marché immobilier.

IV - LES AVATARS DE LA COPROPRIÉTÉ

29Qu'elle concerne des membres d'une même famille ou des "étrangers", la copropriété ne va pas sans poser quelques problèmes : on voit en effet des individus se présenter au tribunal pour accuser leur(s) copropriétaire(s) d'avoir la mainmise sur une part de maison dont ils s'estiment les détenteurs.

  • 11 Sur Turkumān Ḥasan Katḫudā, cf. infra, « Les espaces des notables ».
  • 12 109/113/212.

30Ainsi, au début du mois de ḏū al-qa‘da 1155/fin décembre 1742, Muḥammad Aġā b. Ibrāhīm Aġā b. Turkumān Ḥasan Katḫudā11, mandataire de son épouse, Ruqiyya Qādīn bint Ḥusayn Aġā, se présente au tribunal accompagné d'une femme, une certaine ‘Afīfa bint Yūsuf ; il déclare que son épouse et les deux enfants de celle-ci, ‘Abd Allāh et Zaynab, ont hérité, de Ṣāliḥ aġā b. Muḥammad Ṣūbāšī b. Turkumān Ḥasan Katḫudā, précédent époux de Ruqiyya et père de ses deux enfants, des deux tiers (16 qīrāṭ) d'une maison située à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Ğuwwānī ; ils possèdent ce bien en copropriété avec ‘Afīfa bint Yūsuf (8 qīrāṭ) ; ils accusent celle-ci d'avoir la mainmise sur 10 qīrāṭ au lieu de 8, et lui demandent de leur restituer les 2 qīrāṭ qu'elle s'est appropriés12.

  • 13 109/186/356 ; 128/35/76 ; 128/48/103.
  • 14 130/48/82 ; 130/95/181.
  • 15 109/142/274 ; 128/9/20.
  • 16 128/1/1 ; 130/41/69.
  • 17 128/43/94.
  • 18 297/342/737 ; 313/354/986.

31Plusieurs affaires semblables sont soumises au juge par des personnes n'ayant aucun lien de parenté13, mais ce type de conflit peut également se produire au sein d'une même famille14, chaque partie prétendant avoir acquis son bien par héritage. Dans certains cas, l'accusé croit être l'héritier du bien mais il ignore que le défunt l'avait vendu à son insu, parfois à un autre membre de sa famille ; il doit donc le restituer aux véritables propriétaires15. Si les héritages sont parfois sources de conflits, les achats ne le sont pas moins : des individus doivent ainsi prouver à leur accusateur, devant le juge, qu'ils ont bien fait l'acquisition d'un bien16 ; il s'agit parfois de personnes ayant acheté, comme nous l'avons signalé plus haut, un bien à un parent dont ils auraient dû, normalement, hériter, et nous assistons ainsi à un contournement des lois de l'héritage par des transactions (dont certaines sont peut-être fictives)17. La complexité de ces situations est parfois accentuée par la "mauvaise foi" des plaignants : on voit ainsi des personnes prétendre être les propriétaires d'un bien alors qu'elles l'ont en fait vendu18.

Conclusion

  • 19 « Any attempt to understand the meaning of property in this society must begin with the family » ; (...)
  • 20 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 315.
  • 21 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 316.
  • 22 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 317.
  • 23 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 316.

32A. Marcus considère que toute tentative pour comprendre la signification de la propriété dans cette société doit commencer avec l'étude de la famille19. Si le rôle de la famille est essentiel sur le marché immobilier des grandes villes arabes à l'époque ottomane, il ne semble pas être l'apanage exclusif de "cette société". Ainsi, pour la haute Provence aux xviie et xviiie siècles, A. Collomp a bien montré la relation entre les familles et les maisons : « À la maison domos, cellule bâtie de pierres liées à chaux et à sable, correspond la cellule de la domus, faite des fibres tendues des rapports de filiation. »20. De même, l'agrandissement ou le fractionnement de l'habitat ne caractérisent pas uniquement la ville orientale : « L'unité d'habitation en haute Provence n'est pas aussi fixe que la lourdeur des matériaux de la construction aurait pu le laisser croire. »21.Fusion ou fission participent à l'agrandissement ou au fractionnement des maisons d'habitation : « Au prix de quelques transformations, ouvertures ou fermetures de certaines portes, constructions de [...] corridors, on rend indépendants les accès aux appartements maintenant séparés. Dans d'autres cas, on n'est même pas très exigeant sur l'indépendance des accès. On crée des servitudes, des droits de passage par l'écurie, par le corridor, voire par une chambre. »22. Ainsi, un peu plus du quart des chefs de ménage de Saint-André-les-Alpes (28 sur 101) ne possèdent qu'une partie de maison23 ; cette proportion est certes moins importante que dans le Mīdān (50 %) mais elle suggère que ce phénomène n'est pas uniquement caractéristique des sociétés orientales.

  • 24 Les nombreuses démarches que les notables effectuent auprès des tribunaux pour exprimer leur répro (...)

33L'empreinte des familles ne se perçoit pas seulement dans leur appropriation de ces espaces domestiques. Par l'acquisition, dans un secteur particulier du faubourg, de plusieurs biens, à usage résidentiel ou économique, ces familles contrôlent des espaces vis-à-vis desquels elles développent de forts sentiments d'appartenance et d'appropriation et qui constituent ainsi leur territoire24.

34Dans le faubourg résident également des populations unies par un même lien religieux, ethnique ou géographique et qui, elles aussi, ont tendance à se regrouper. À travers cette tendance au regroupement, nous examinerons dans quelle mesure ces diverses populations produisent, aux xviiie et xixe siècles, des espaces qui leur sont propres.

Notes

1 Abdel nour A., « Habitat et structures sociales », p. 92-93.

2 Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 91. Dans ce domaine, le Mīdān ne constitue pas un espace spécifique à Damas : pour 392 transactions réalisées au cours de la période 1742-1752 et 430 transactions réalisées au cours de la période 1827-1830 sur des maisons situées dans l'ensemble des faubourgs de la ville, nous obtenons des résultats semblables.

3 A. Marcus (« Men, Women and Property », p. 154) évoque également ce phénomène pour Alep, notant qu'il n'est pas rare, pour un acheteur, d'acquérir successivement plusieurs parts de propriétés afin de posséder un bien dans sa totalité.

4 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 144.

5 Si l'on considère que, dans la majorité des cas, le scribe ne prend pas la peine de mentionner les différents copropriétaires lorsque ceux-ci sont plus de deux.

6 Nous avons choisi ici de focaliser notre attention sur les maisons mais ce phénomène se remarque sur l'ensemble des biens immobiliers.

7 Un individu héritant d'une partie d'un bien peut en effet acheter une autre partie de ce même bien aux autres copropriétaires.

8 Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 91-93.

9 Marcus A., « Men, Women and Property », p. 153.

10 Hanna N., Habiter au Caire, p. 26.

11 Sur Turkumān Ḥasan Katḫudā, cf. infra, « Les espaces des notables ».

12 109/113/212.

13 109/186/356 ; 128/35/76 ; 128/48/103.

14 130/48/82 ; 130/95/181.

15 109/142/274 ; 128/9/20.

16 128/1/1 ; 130/41/69.

17 128/43/94.

18 297/342/737 ; 313/354/986.

19 « Any attempt to understand the meaning of property in this society must begin with the family » ; Marcus A., « Men, Women and Property », p. 153.

20 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 315.

21 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 316.

22 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 317.

23 Collomp A., « Maison, manières d'habiter et famille », p. 316.

24 Les nombreuses démarches que les notables effectuent auprès des tribunaux pour exprimer leur réprobation sur l'immoralité de certains individus résidant dans leur voisinage révèlent bien leur volonté de défendre leur territoire. Sur ce phénomène, cf. Rafiq A.-K., « Public Morality » ; Raymond A., « Espaces publics et espaces privés », p. 197.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 49. Parts de propriétés faisant l'objet de transactions dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 50. Nombre de personnes intervenant dans l'achat et la vente de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre TABLEAU 51. Nombre de copropriétaires détenant des parts de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 cl 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre TABLEAU 52. Achats et ventes de maisons (dār) effectués par une ou plusieurs personnes selon le statut des propriétaires
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre TABLEAU 53. Nombre de qīrāṭ achetés et vendus et valeur moyenne des maisons (dār) selon le statut des propriétaires
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre TABLEAU 54. Mode d'acquisition des maisons (dār) faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3850/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search