Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Troisième partie. Habitat et société dans le Faubourg du Mīdān

Chapitre II. La répartition des divers types de maisons dans l’espace

Texte intégral

1Les divers types de maisons que nous avons décrits se retrouvent plus ou moins fréquemment dans tous les faubourgs de Damas et contribuent à former des secteurs plus ou moins chics au sein même du faubourg du Mīdān. Avant de nous pencher sur la répartition de ces divers types de maisons dans l'espace, il n'est pas inutile de rappeler quelques grands principes de la géographie urbaine des grandes villes arabes à l'époque ottomane.

  • 1 .David J.-C., « Dégradation » ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 183-219 ; Marcus A., Aleppo, p. 315- (...)

2Plusieurs études ont été réalisées à ce sujet pour Le Caire et pour Alep1 ; se fondant sur les inventaires après décès, les transactions immobilières ou les observations sur le terrain, elles aboutissent à des conclusions relativement proches.

  • 2 Raymond A., Grandes villes, p. 289-290.
  • 3 Raymond A., Grandes villes, p. 280.
  • 4 Raymond A., Grandes villes, p. 291.
  • 5 Raymond A., Grandes villes, p. 299.

3À partir de l'étude des inventaires après décès, A. Raymond remarque, comme nous l'avons signalé à propos de la valeur des successions dans l'ensemble de la ville, que « les zones de résidence, au Caire, étaient disposées en auréoles successives à partir du centre »2, mais il indique qu' « une disposition régulière des quartiers de résidence n'était cependant réalisée dans aucune ville avec cette rigueur »3 et que « la rigueur de ce schéma était perturbée par un certain nombre d'irrégularités »4, « les quartiers riches comprenant fréquemment des maisons modestes et les faubourgs populaires des maisons aisées »5.

  • 6 Hanna N., Habiter au Caire, p. 183.

4L'étude des transactions immobilières amène N. Hanna à formuler les mêmes remarques : grâce à ce type de données, on peut en effet situer la zone d'habitat riche au centre du Caire, la zone d'habitat pauvre à la périphérie et la zone d'habitat moyen entre les deux. Toutefois, ces zones n'étaient pas réservées exclusivement à un seul type d'habitat ; si certaines d'entre elles étaient globalement plus aisées ou plus modestes que d'autres, chacune contenait à la fois des maisons modestes, moyennes et riches, et « ce qui changeait d'une zone à l'autre était la proportion respective des divers types de maisons »6.

  • 7 David J.-C., « Dégradation », carte 12 ; Marcus A., Aleppo, carte 9.
  • 8 Marcus A.,Aleppo, p. 317, p. 318.
  • 9 Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine ».

5En ce qui concerne Alep, les cartes établies par J.-C. David à partir d'observations sur le terrain et par A. Marcus à partir de transactions immobilières font apparaître que les demeures les plus prestigieuses sont situées à proximité de la zone commerciale du centre, les maisons moyennes dans le faubourg nord et les maisons modestes dans le faubourg ouest7. A. Marcus précise également que si les quartiers présentaient une spécificité socio-économique, ils n'étaient cependant pas réservés exclusivement à un groupe social déterminé ; la plupart des familles les plus riches demeuraient certes au centre de la ville et la majorité des pauvres habitaient dans les zones périphériques, mais la distribution de ces groupes sociaux ne correspondait pas à un modèle rigide et la plupart des quartiers comprenaient des valeurs immobilières très variées8. En considérant les populations présentes dans divers quartiers d'Alep, A. Raymond a bien justifié, pour cette ville, les irrégularités notées par Marcus : ainsi, la présence d'un secteur d'habitat riche au sein d'une zone d'habitat moyen est liée à la présence d'une communauté chrétienne relativement fortunée, et la présence d'un secteur d'habitat moyen dans une zone "bon marché" est liée à la présence de militaires de condition moyenne dans un faubourg à dominante populaire9.

  • 10 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.
  • 11 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.
  • 12 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.

6Toujours pour Alep, bien qu'A. Abdel Nour assure que « le voisinage des familles riches et pauvres est de règle dans les villes arabes »10, il reconnaît par ailleurs que « naturellement, certains secteurs des agglomérations étaient globalement plus aisés, comme le centre de la mdiné au voisinage du pouvoir, tandis que les faubourgs prenaient un aspect plus modeste »11 mais, ajoute-t-il, « sans jamais aboutir à un clivage entre quartiers aristocratiques et populaires »12.

7Bien que certains auteurs insistent plutôt sur la ségrégation et d'autres plutôt sur la mixité, ces diverses investigations font donc apparaître, avec plus ou moins de fermeté, la succession d'auréoles dont le prestige diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre de la ville. Nous tenterons d'une part de déterminer si, à Damas, comme à Alep ou au Caire, les zones de résidence obéissent à une organisation hiérarchique du centre-ville vers la périphérie, et nous examinerons ensuite la répartition des divers types de maisons dans le faubourg du Mīdān.

I - L'ENSEMBLE DES FAUBOURGS DE DAMAS

8Afin d'étudier les échanges de biens immobiliers dans l'ensemble de la ville extra-muros, nous avons complété, pour la période 1742-1752, le dépouillement des registres du Tribunal du Mīdān (n° 109, 117, 123, 128, 130), dans lesquels les informations concernant d'autres quartiers sont relativement rares, par celui des registres établis dans les autres tribunaux à la même époque (n° 95, 106, 109, 112, 119, 122, 124, 125, 126, 127) ; nous avons ainsi constitué, pour le milieu du xviiie siècle, un corpus de 634 documents. Pour le début du xixe siècle, le seul registre 313 émanant du Tribunal du Mīdān nous a permis de constituer un corpus de 530 documents sur l'ensemble de la ville extra-muros.

TABLEAU 46. Nature des biens immobiliers à usage résidentiel échangés dans l'ensemble des faubourgs de Damas

TABLEAU 46. Nature des biens immobiliers à usage résidentiel échangés dans l'ensemble des faubourgs de Damas

(Tribunaux de quartiers, 1742-1752 et 1827-1830)

9Avant d'examiner les caractéristiques architecturales de l'habitat dans le faubourg du Mīdān, nous avons signalé que les maisons (dār) représentent, à travers nos documents, 61 % des biens échangés sur le marché immobilier au cours de la période 1742-1752 et 75 % au cours de la période 1820-1830. Ces proportions sont voisines pour l'ensemble des faubourgs de Damas : les maisons y représentent en effet 62 % des biens immobiliers échangés en 1742-1752 et 81 % en 1827-1830.

10Nous disposons d'informations sur la valeur des maisons dans une vingtaine de faubourgs de Damas que nous avons regroupés, comme dans le cas des actes de succession, en cinq grands secteurs : Ṣāliḥiyya, faubourgs nord, faubourgs ouest, faubourgs sud-ouest et faubourgs sud.

11Sans obligatoirement être mitoyennes, maisons modestes, moyennes et grandes se retrouvent, comme le remarque N. Hanna pour le Caire, dans les différents secteurs de la ville. C'est la proportion des différents types de maisons dans chacun de ces espaces qui détermine son prestige et non le fait que tel ou tel quartier soit composé exclusivement d'un type de maison particulier. Dans le tableau suivant figure, pour chaque secteur de la ville extra-muros, le nombre de maisons modestes (I), moyennes (II) et grandes (III), ainsi que la valeur moyenne de l'ensemble de ces maisons.

TABLEAU 47. Valeur moyenne des maisons (dār) dans les différents faubourgs de Damas

TABLEAU 47. Valeur moyenne des maisons (dār) dans les différents faubourgs de Damas

(Tribunaux de quartiers, 1742-1752 et 1827-1830)

12Ces chiffres montrent que la valeur moyenne des maisons, qui est de 243 qurš en 1742-1752 et de 2 216 qurš en 1827-1830 dans l'ensemble des faubourgs de Damas, est très différente d'un secteur à l'autre. Ṣāliḥiyya est le secteur dans lequel la valeur moyenne des maisons est la plus basse au cours des deux périodes étudiées (133 qurš et 1 409 qurš) ; on y trouve surtout des maisons modestes. Il en est de même pour les faubourgs nord où la valeur moyenne des maisons est toutefois un peu plus élevée (207 qurš et 1 750 qurš). Les faubourgs situés à l'ouest de la ville se distinguent très nettement par l'importance de la valeur moyenne de leurs maisons (500 qurš en 1742-1752 et 3 630 qurš en 1827-1830) ; la moitié d'entre elles sont de grandes maisons. Dans les faubourgs sud-ouest et sud, tels que nous les avons définis ici, la valeur moyenne des maisons décroît ensuite brutalement (un peu moins de 200 qurš en 1742-1752 et environ 1 700 qurš en 1827-1830). Ainsi, d'après cette classification, on remarque que les faubourgs dans lesquels la valeur moyenne des maisons est la moins élevée sont situés à la périphérie de la ville. Toutefois, comme nous le verrons plus loin lorsque nous examinerons plus particulièrement les trois quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, Mīdān et Qubaybāt, la valeur moyenne des maisons est plus élevée dans ces deux derniers quartiers que dans celui de Bāb al-Mūṣāllā. Les données des transactions immobilières confirment ainsi les remarques que nous avons faites à partir des actes de succession : les faubourgs sud-ouest et Bāb al-Mūṣāllā constituent une sorte de ceinture pauvre entre les faubourgs ouest, très chics, et le Mīdān et les Qubaybāt, plutôt aisés.

II - LES TROIS QUARTIERS DU FAUBOURG SUD

13En dépit de leur contiguité, les trois quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, Mīdān et Qubaybāt sont, nous l'avons déjà signalé, très différents les uns des autres. Les habitants du Mīdān et des Qubaybāt sont plus fortunés que ceux de Bāb al-Mūṣāllā ; cette distinction se perçoit également dans les valeurs de leurs maisons.

14Dans le tableau suivant, nous faisons figurer, en fonction de la typologie que nous avons proposée, la proportion de maisons modestes, moyennes et grandes dans ces trois quartiers. Dans chaque cas, nous précisons le nombre et la proportion de maisons en fonction de leur valeur et du nombre de leurs pièces.

15Au cours des deux périodes étudiées, Bāb al-Mūṣāllā apparaît comme le quartier où la valeur moyenne des maisons est la plus basse et le Mīdān comme celui où elle est la plus élevée ; les Qubaybāt occupent, au cours de ces deux périodes, une position intermédiaire.

16Ces valeurs moyennes résultent de la proportion des divers types de maisons au sein de chaque quartier. En 1742-1752, le quartier de Bāb al-Mūṣāllā abrite une proportion particulièrement importante de maisons modestes (70 %) mais les maisons moyennes (20 %) et grandes (10 %) n'en sont pas complètement absentes. Les deux autres quartiers sont, quant à eux, plus hétérogènes ; environ 40 % des maisons qui les composent sont modestes et l'on trouve une proportion voisine de maisons moyennes ; les grandes maisons y représentent entre 10 % et 20 % de l'ensemble des maisons.

TABLEAU 48. Répartition des maisons par type dans les trois quartiers du Mīdān

TABLEAU 48. Répartition des maisons par type dans les trois quartiers du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

17En 1820-1830, la proportion des divers types de maisons demeure semblable dans chacun de ces trois quartiers. À partir de ces documents, nous pouvons donc difficilement cerner l'évolution du paysage architectural du faubourg entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle.

18Par ailleurs, en raison du nombre de rues dont la localisation nous est inconnue, nous ne sommes pas en mesure de dresser, pour chacun de ces trois quartiers, une carte détaillée des zones dans lesquelles se concentrent ces divers types de maisons.

  • 13 297/66/155 ; 297/137/323 ; 313/129/381.
  • 14 297/56/132 ; 297/304/666 ; 313/38/119 ; 313/92/275.
  • 15 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/86/259.
  • 16 297/417/932 ; 313/34/110 ; 313/62/184.
  • 17 Kremer A. von, Topographie, p. 21.

19Ce problème se pose surtout pour la période 1742-1752. Pour la période 1820-1830, nous voyons en revanche apparaître, dans notre corpus, une concentration des grandes maisons dans des rues particulières. Ainsi, dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā, la plupart des grandes maisons, décrites ou non, sont situées dans Zuqāq al-Arba‘īn13 et dans Zuqāq al-Wusṭānī14. De même, dans le Mīdān, quelques rues regroupent un certain nombre de grandes maisons, notamment Zuqāq al-Basal15 et Zuqāq al-‘Askarī16. Dans les Qubaybāt, on ne voit apparaître aucune concentration de ce type ; nous savons pourtant qu'un certain nombre de grandes demeures sont présentes dans le secteur de Ḥaqla17.

20L'étude des valeurs immobilières dans les différents faubourgs de Damas met donc en évidence la présence des secteurs riches à proximité du centre de la ville. Jusque-là, Damas s'organise donc selon le schéma mis en évidence pour Alep ou Le Caire. Toutefois, les choses se complexifient lorsque l'on quitte ce secteur riche dans la direction du sud. On traverse alors une zone d'habitat beaucoup plus modeste mais on ne progresse pas régulièrement, comme dans les autres villes, vers des zones de plus en plus pauvres. En effet, après Bāb al-Mūṣāllā, la valeur moyenne des maisons augmente ensuite dans le Mīdān et dans les Qubaybāt. À partir des transactions immobilières, on peut donc considérer, comme nous l'avons fait à propos des actes de succession, que le Mīdān et les Qubaybāt ne constituent pas les faubourgs les plus pauvres de Damas ; des personnes de condition moyenne, et parfois même aisée, y résident également dans des maisons qui peuvent être somptueuses. Les résultats obtenus à partir de ces documents demandent toutefois à être nuancés : en effet, une partie de la population du Mīdān et des Qubaybāt, sans doute plus importante que dans les autres faubourgs de Damas, vit dans des logements loués, notamment dans des ḥawš. Or, ces pauvres gens apparaissent peu dans les actes de succession et pas du tout dans les transactions immobilières.

Notes

1 .David J.-C., « Dégradation » ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 183-219 ; Marcus A., Aleppo, p. 315-322 ; Raymond A., Grandes villes, p. 289-292; Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine » ; Raymond A., « Les zones de résidence ».

2 Raymond A., Grandes villes, p. 289-290.

3 Raymond A., Grandes villes, p. 280.

4 Raymond A., Grandes villes, p. 291.

5 Raymond A., Grandes villes, p. 299.

6 Hanna N., Habiter au Caire, p. 183.

7 David J.-C., « Dégradation », carte 12 ; Marcus A., Aleppo, carte 9.

8 Marcus A.,Aleppo, p. 317, p. 318.

9 Raymond A., « Groupes sociaux et géographie urbaine ».

10 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.

11 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.

12 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 165.

13 297/66/155 ; 297/137/323 ; 313/129/381.

14 297/56/132 ; 297/304/666 ; 313/38/119 ; 313/92/275.

15 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/86/259.

16 297/417/932 ; 313/34/110 ; 313/62/184.

17 Kremer A. von, Topographie, p. 21.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 46. Nature des biens immobiliers à usage résidentiel échangés dans l'ensemble des faubourgs de Damas
Légende (Tribunaux de quartiers, 1742-1752 et 1827-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU 47. Valeur moyenne des maisons (dār) dans les différents faubourgs de Damas
Légende (Tribunaux de quartiers, 1742-1752 et 1827-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre TABLEAU 48. Répartition des maisons par type dans les trois quartiers du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search