Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Troisième partie. Habitat et société dans le Faubourg du Mīdān

Chapitre I. La diversité de l’habitat

Texte intégral

1Nous définirons ici les divers biens résidentiels qui font l'objet de transactions sur le marché immobilier (maisons, parties de maisons, pièces) et nous établirons une typologie des différentes maisons en prenant en considération le nombre et la nature de leurs pièces ainsi que leur valeur ; nous évoquerons ensuite une des caractéristiques architecturales du faubourg, les maisons à coupoles, et nous examinerons un type d'habitation particulier, le ḥawš.

I - LES CARACTÉRISTIQUES ARCHITECTURALES DES MAISONS DANS LE FAUBOURG DU MĪDĀN

2Notre étude de l'architecture domestique repose sur l'exploitation des transactions immobilières enregistrées au Tribunal du Mīdān au cours des périodes 1742-1752 et 1820-1830. Comme nous l'avons signalé dans notre présentation des sources, le dépouillement des registres 109, 117, 123, 128 et 130 pour la première période et celui des registres 297 et 313 pour la seconde période nous a permis de constituer un corpus de 677 documents, 278 pour le milieu du xviiie siècle et 399 pour le début du xixe siècle.

3Comme le montre le tableau suivant, ces transactions concernent divers types de biens immobiliers. Dans la majorité des cas, il s'agit de maisons (dār) ; celles-ci peuvent être achetées sans le terrain qui les supporte et la transaction porte alors exclusivement sur les murs de la maison (‘imārat dār ; ‘imāra wa binā' dār) et le terrain, appartenant généralement à un waqf, est loué par les propriétaires de la maison. Certaines de ces transactions portent uniquement sur des parties de maison (makān, maqsam) ou sur des pièces particulières (maskan, murabba‘). D'autres portent sur des habitations collectives, les ḥawš.

TABLEAU 34. Types de biens immobiliers à usage résidentiel faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 34. Types de biens immobiliers à usage résidentiel faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 el 1820-1830)

A - LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DES MAISONS

  • 1 Les manāfi‘ šar‘iyya désignent les droits divers attachés aux immeubles (droit d'accès, droit à l' (...)

4Notre connaissance des caractéristiques architecturales des maisons du Mīdān est tributaire de la nature des informations dont nous disposons. Comme nous l'avons signalé dans notre présentation des sources, la précision de leur description s'étiole au fil du temps. En 1742-1752, la quasi-totalité de ces maisons sont décrites (155 sur 169, soit 92 %) ; en 1820-1830, un peu moins des deux tiers d'entre elles le sont (189 sur 300, soit 63 %). Au cours de cette dernière période, le tiers des maisons sont en effet "décrites" de manière lapidaire en ce sens qu'elles sont mentionnées comme étant composées « d'une cour, de pièces et de commodités » (sāha samāwiyya, masākin wa manāfi‘ šar‘iyya)1 Au total, nous disposons donc de 344 maisons décrites ; à partir de ce corpus, nous nous proposons de faire apparaître les éléments caractéristiques des maisons du faubourg du Mīdān en montrant l'évolution, sémantique ou architecturale, qui s'est produite entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle.

5La terminologie utilisée dans les documents d'archives présente une richesse que ne laissent pas supposer les études architecturales réalisées jusqu'à présent sur la maison damascène. Celles-ci portent uniquement sur les grandes demeures qu'elles présentent comme un espace organisé autour d'une cour agrémentée à coup sûr d'un bassin et dans laquelle se trouvent inévitablement un īwān et des pièces, généralement désignées par le terme de qā‘a.

  • 2 Pour une description détaillée d'une maison damascène dans la seconde moitié du xviie siècle, cf. (...)

6Situées au rez-de-chaussée ou à l'étage, réservées à la réception des hôtes ou au séjour de la famille, les différentes pièces de la maison damascène se distinguent en fait les unes des autres par une terminologie très variée dont on peut saisir la richesse et l'évolution à travers les documents d'archives2.

1 - Les éléments situés de plain-pied

  • 3 Cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 392 ; d'après Ibn ‘AbidĪn M., al-Radd al-muh (...)
  • 4 Dans quatre maisons (dār) de Bāb al-Mūṣāllā, la distribution des pièces se fait non pas à partir d (...)
  • 5 Maury B., « La maison damascène », p. 26-27.

7Selon un juriste damascène du début du xixe siècle, Ibn ‘Ābidīn, la présence de la cour constitue une condition indispensable pour qu'une habitation soit qualifiée de dār3. Quelle que soit leur importance, la quasi-totalité des maisons (dār) qui composent notre corpus sont en effet organisées autour d'une cour (sāḥa samāwiyya) qui commande l'accès aux diverses pièces situées sur son pourtour4. Depuis la porte d'entrée, l'accès à la cour se fait parfois par un couloir (dihlīz), rectiligne ou en chicane ; destiné à empêcher les regards étrangers de pénétrer dans la maison, il est parfois remplacé par un simple rideau dans les habitations les plus modestes5.

a - La cour

8La cour, en fonction de son importance, commande l'accès à des pièces plus ou moins nombreuses et plus ou moins prestigieuses ; le dallage qui décore son sol et la végétation qui l'agrémente ne sont qu'exceptionnellement évoqués dans les documents d'archives mais la présence d'un puits (bi'r) ou d'un bassin (birkat mā') est toujours signalée.

TABLEAU 35. Occurrence des divers éléments architecturaux dans les maisons du Mīdān

TABLEAU 35. Occurrence des divers éléments architecturaux dans les maisons du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

  • 6 Maury B., « La maison damascène », p. 28.
  • 7 Sur les plans cadastraux, il apparaît également que les cours équipées d'un bassin ne sont pas aus (...)

9Plus de la moitié des maisons de notre corpus sont équipées d'un puits. Plus rarement, c'est dans un bassin que se manifeste la présence de l'eau. Bien que, selon B. Maury, on puisse « affirmer qu'il n'y a pas de cour sans bassin » à Damas6, ces derniers ne se trouvent que dans une minorité des cours de notre corpus ; sept en 1742-1752 et seize en 1820-18307. Dans la typologie des maisons que nous proposons plus loin, nous montrerons que le bassin constitue un critère de distinction pour les demeures les plus prestigieuses du Mīdān.

  • 8 Maury B., « La maison damascène », p. 27-28. Au Caire, la fonction de la cour est remplie par une (...)

10La fonction de la cour est la même dans toutes les maisons de Damas : assurer la distribution des pièces, indépendantes les unes des autres pour la plupart, et la circulation des habitants8 ; elle commande l'accès, non seulement aux pièces du rez-de-chaussée mais aussi, éventuellement, à celles de l'étage, par un escalier qui y prend parfois naissance.

11Simples lieux d'habitation ou grandes salles de réception, les pièces du rez-de-chaussée sont variées. Nous présenterons d'abord les pièces les plus prestigieuses de la maison, l'īwān et la qā‘a, et nous examinerons ensuite les pièces plus ordinaires où séjournent ses occupants : si le maskan et le murabba‘ sont les plus fréquemment mentionnés, nous voyons également apparaître des pièces de moindre importance comme le bayt, la ḫizāna, la qubba et la ūḍa.

b - Les pièces de réception : īwān et qā‘a

  • 9 Maury B., « La maison damascène », p. 42. A. Abdel Nour (Histoire urbaine, p. 100 ; « Habitat et s (...)

12Espace à trois côtés ouvert sur la cour, l'īwān commande l'accès à deux pièces latérales et son caractère monumental réside dans la hauteur de son plafond ; son ouverture sur la cour est généralement orientée vers le nord, ce qui y Ğarāntit la fraîcheur pendant l'été. Même si, d'après nos documents, l'īwān semble se diffuser dans le Mīdān au cours de la seconde moitié du xviiie siècle (on le trouve dans 25 % des maisons en 1742-1752 et dans 39 % en 1820-1830), nous pouvons difficilement considérer, avec B. Maury, que l'īwān est « présent dans chaque demeure »9 : si certaines maisons modestes en comprennent un, il constitue, comme nous le montrerons plus loin, un élément de distinction pour les demeures les plus importantes.

  • 10 Sur la qā‘a, cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 400.

13Bien que le terme de qā‘a soit abondamment utilisé dans les descriptions contemporaines des maisons damascènes, il apparaît peu dans les documents d'archives ; il est encore plus rarement mentionné que l'īwān : on le trouve dans 3 % des maisons en 1742-1752 et dans 10 % en 1820-1830. Pièce de réception haute et richement décorée, la qā‘a est généralement constituée de trois espaces situés de part et d'autre de l'entrée et en face de celle-ci ; on n'en trouve jamais plus d'une dans une demeure10.

c - Les lieux de séjour : maskan et murabba‘, bayt, ḫizāna, qubba et ūḍa

  • 11 Depaule J.-Ch., « Espaces, lieux et mots », p. 97.

14Si les fonctions de l'īwān et de la qā‘a sont assez évidentes, l'un par la fraîcheur qu'il procure, l'autre par son caractère ostentatoire, l'utilisation des autres pièces du rez-de-chaussée est beaucoup moins spécifique. Comme le remarque d'ailleurs J.-Ch. Depaule, « l'espace domestique, on le sait, est peu fonctionnalisé et peu individualisé : ses utilisations dépendent pour beaucoup des moments successifs de la journée — et des saisons qui provoquent des déplacements de l'occupation quand ils sont possibles »11. Il ne s'agit donc pas de déterminer ici les fonctions de ces différentes pièces, mais plutôt de comprendre comment elles s'organisent les unes par rapport aux autres.

* Le maskan

15Au milieu du xviiie siècle, un ou plusieurs maskan sont généralement mentionnés, parallèlement aux autres pièces, dans les maisons du Mīdān. En revanche, au début du xixe siècle, ce terme ne désigne plus une pièce particulière mais l'ensemble des pièces d'une habitation (ğumlat masākin al-dār). À cette époque, ce terme est fréquemment employé dans la description des maisons du Mīdān mais de manière très peu précise ; le nombre de maskan est rarement indiqué et le tiers des maisons sont "décrites", nous l'avons dit, comme comprenant des pièces et des commodités (masākin wa manāfi‘ šar‘iyya). Pour cette raison, nous ne pouvons considérer que les maskan du milieu du xviiie siècle.

  • 12 Tate J., Waqfiyya, p. 64.
  • 13 109/96/180 ; 117/1/1 ; 117/102/160 ; 117/175/266 ; 117/141/223 ; 123/163/228 ; 123/236/309 ; 128/7 (...)

16Au milieu du xviiie siècle, plus de la moitié des maisons du Mīdān (59 %) possèdent un ou plusieurs maskān ; on en trouve généralement entre un et quatre par maison, parfois cinq ou six. Apparemment plus rares à Alep, les maskan y désignent, selon J. Tate, « des pièces plus petites ou moins bien aménagées »12. Cette définition semble convenir aux maskan du Mīdān ; en effet, dans nos documents, maskan et murabba‘ sont rarement mentionnés au sein d'une même maison, et lorsque cela est le cas, le maskan est souvent qualifié de "petit" (saġīr)13.

TABLEAU 36. Nombre de maskan dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

TABLEAU 36. Nombre de maskan dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752)

* Le murabba‘
  • 14 Selon la définition proposée par J.-Ch. Depaule (« Espaces, lieux et mots », p. 97), la spécificit (...)
  • 15 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 97-98 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. (...)

17Le murabba‘ est une pièce de forme carrée, ou légèrement rectangulaire14. Contrairement à Alep où le murabba‘ est situé à l'étage15, il s'agit, à Damas, d'une pièce située au rez-de-chaussée. Parallèlement à l'effacement des pièces désignées sous le terme de maskan entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle, on remarque une diffusion du terme de murabba‘ entre ces deux périodes.

18Au milieu du xviiie siècle, seulement 39 % des maisons comportent un murabba‘ ; dans la plupart des maisons, on en trouve un ou deux mais certaines en comprennent trois ou quatre, voire cinq. Au début du xixe siècle, 90 % des maisons comprennent un ou plusieurs murabba‘ ; la plupart d'entre elles en comprennent un, deux ou trois, et certaines quatre, cinq ou six, voire huit.

TABLEAU 37. Nombre de murabba‘ dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

TABLEAU 37. Nombre de murabba‘ dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

* Le bayt
  • 16 Tate J„ Waqfiyya, p. 63.
  • 17 Le terme bayt peut aussi désigner l'habitation d'une famille à l'intérieur d'une maison (dār) mais (...)
  • 18 18.109/155/229 ; 109/118/226 ; 117/6/11 ; 117/152/237 ; 123/106/151 ; 130/122/244 ; 130/84/155 ; 2 (...)
  • 19 109/178/342 ; 117/118/184 ; 117/132/205 ; 130/249/503 ; 297/75/178.
  • 20 117/213/316 ; 123/89/119 ; 128/16/36.
  • 21 130/127/257.
  • 22 123/89/119 ; 128/16/36 ; 130/127/257.

19Contrairement à ce que l'on observe à Alep où il est le terme le plus fréquemment employé pour désigner la pièce d'habitation du rez-de-chaussée16, le terme de bayt est très rarement utilisé dans nos documents ; on le rencontre dans sept maisons au milieu du xviiie siècle et dans quatre au début du xixe. Il semble y désigner, comme à Alep, une petite pièce située au rez-de-chaussée de la maison17. Dans la moitié des cas, on trouve un seul bayt par maison18 mais il peut y en avoir deux19, quatre20, voire six21. Parfois, il semble que l'on désigne toutes les pièces du rez-de-chaussée par le terme de bayt sans tenir compte de leur diversité22.

* La ḫizāna
  • 23 109/77/139 ; 117/254/370 ; 123/104/145 ; 123/205/277 ; 128/102/197 ; 128/193/ 359 ; 130/75/135 ; 1 (...)
  • 24 117/43/75 ; 123/267/346.
  • 25 117/1/1.
  • 26 123/262/340.
  • 27 109/102/189.
  • 28 123/94/127. Sur la ṭabaqa, cf. infra, paragraphe consacré aux pièces situées à l'étage.
  • 29 128/175/324.
  • 30 123/91/122.
  • 31 297/187/425 ; 297/320/703.

20La ḫizāna est mentionnée dans douze maisons au milieu du xviiie siècle et cinq au début du xixe siècle ; il s'agit d'une petite pièce dont l'accès se fait le plus souvent directement par la cour23 mais parfois, elle se trouve à l'intérieur d'une autre pièce : un īwān24, une qā‘a25, un murabba‘26 ou une petite ūḍa27. Elle peut être surmontée d'une ṭabaqa28 et, dans certains cas, se situer elle-même à l'étage ; c'est alors une hizāna ‘ulwiyya29 qui peut se trouver au-dessus du dihlīz30 ou dans une ṭabaqa31.

* La qubba
  • 32 Tate J., Waqfiyya, p. 66.
  • 33 123/370/530.
  • 34 130/245/496.
  • 35 .130/102/200 ; 130/232/471.
  • 36 128/1/2 ; 128/2/5.
  • 37 .117/186/281 ; 130/174/350.

21La qubba, dans laquelle le terme français alcôve trouve son origine, fait aussi partie des pièces qui figurent rarement dans les descriptions des maisons du Mīdān : huit maisons de notre corpus en comportent une au milieu du xviiie siècle et cinq au début du xixe siècle. À Alep, la qubba est « une petite chambre au rez-de-chaussée dont la porte donne sur l'īwān », ou « une toute petite chambre communiquant avec une chambre plus grande »32. De même, dans le Mīdān, elle est toujours située au rez-de-chaussée, tantôt dans une qā‘a33 tantôt dans un murabba‘34. Les combinaisons architecturales les plus complexes se construisent cependant autour de l'īwān : celui-ci donne parfois accès directement à une qubba35, mais dans certains cas, il donne accès à un murabba‘ lequel donne lui-même accès à une qubba36 ; parfois, au-dessus de la qubba à laquelle on accède par l'īwān se trouve une ṭabaqa37.

* La ūḍa
  • 38 109/102/189 ; 117/175/266 ; 130/208/430.
  • 39 Tate J., Waqfiyya, p. 65.
  • 40 Au caire, ce terme est introduit dans les archives au xviiie siècle ; cf. Hanna N., « Le vocabulai (...)
  • 41 Tate J., Waqfiyya, p. 65.
  • 42 Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 26 ; ce terme y est d'ailleurs employé simultanément (...)

22Le terme turc ūḍa, aujourd'hui très répandu dans le dialecte syrien, ne semble avoir fait véritablement son apparition à Damas qu'à partir du début du xixe siècle (du moins dans la terminologie architecturale utilisée dans les transactions immobilières). Mentionnée dans trois maisons seulement au milieu du xviiie siècle38, cette pièce est présente dans 38 maisons au début du xixe siècle. À cette époque, son utilisation semble plus courante à Alep39 et au Caire40, villes dans lesquelles il désigne des réalités différentes ; alors que dans les maisons du Mīdān, la ūḍa est toujours située au rez-de-chaussée, à Alep, elle se trouve indifféremment au rez-de-chaussée ou à l'étage41, et au Caire, elle consiste en une petite pièce située à l'étage42.

23Les pièces de réception ou de séjour situées au rez-de-chaussée des maisons du Mīdān présentent donc une grande diversité mais l'évolution de la terminologie semble s'opérer au détriment de la précision : au milieu du xviiie siècle, deux termes sont employés pour désigner les pièces essentielles de la maison : le maskan et le murabba‘, qui correspondent vraisemblablement à des réalités différentes ; au début du xixe siècle, ces deux réalités ne sont plus désignées que par le seul terme de murabba‘. Parallèlement à la diffusion de ce terme, on note également celle du terme ūḍa, aujourd'hui très courant dans le dialecte syrien. Des éléments les plus prestigieux, comme l'īwān et la qā‘a, viennent enfin apporter une touche de distinction dans certaines demeures, non seulement par leur caractère monumental mais aussi par le fait qu'ils commandent l'accès à des pièces de moindre importance, notamment la qubba et la ḫizāna.

2 - Les pièces situées à l'étage

  • 43 Parmi les 22 escaliers en bois mentionnés au milieu du xviiie siècle, 15 se trouvent dans des mais (...)
  • 44 117/175/266 ; 297/137/323 ; 297/375/821 ; 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.
  • 45 109/102/189.
  • 46 109/86/158 ; 117/186/281 ; 313/4/5.
  • 47 L'escalier mène parfois à une galerie qui dessert chacune d'entre elles mais cela ne semble pas êt (...)

24Notre corpus contient 106 maisons à étage en 1742-1752 (soit 68 %) et 95 en 1820-1830 (soit 50 %). Dans une dizaine de cas, l'escalier n'est pas mentionné, ce qui résulte sans doute d'un oubli du scribe. Dans la majorité des cas, cet escalier est en pierre (sullam ḥağar) mais il peut parfois être en bois (sullam ḥašab), notamment dans les maisons modestes43. Certaines maisons, notamment au début du xixe siècle, comportent deux escaliers en pierre44 ; on trouve aussi parfois deux escaliers en bois au sein d'une même maison45 ou bien un escalier en pierre et l'autre en bois46. Chacun de ces escaliers, prenant naissance dans la cour, rejoint directement les pièces situées à l'étage47. Là, les éléments les plus fréquents sont la ṭabaqa et la mašraqa ; des pièces de réception, comme le qaṣr et le dīwān ḫāna, s'y joignent parfois.

  • 48 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 401.
  • 49 109/43/73.

25Comme le remarque J.-P. Pascual, « les grandes qā‘a et les īwān, aux hauteurs de plafond élevées occupent, peu ou prou, les deux niveaux de la maison. Les pièces d'étage sont ainsi bâties, comme l'attestent incidemment les documents, pour des raisons matérielles et techniques, sur les espaces les moins prestigieux de l'habitat »48. Les pièces situées à l'étage d'une maison peuvent également être construites au-dessus d'une pièce appartenant à une maison voisine : ainsi, le 5 rağab 1155/5 septembre 1742, Fāṭima bint ‘Abd al-bāqī permet à al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Muṣtafā al-Biqā‘ī, présent avec elle au tribunal, de construire, sur le mur qui sépare leurs deux maisons, situées Zuqāq al-Qubba al-Bayḍā', une petite ṭabaqa au-dessus de sa propre maison49. Cet exemple montre que les maisons peuvent être en quelque sorte "emboîtées" les unes dans les autres et que la propriété n'est pas simplement inscrite sur le sol.

a - La ṭabaqa

26Les ṭabaqa sont mentionnées dans la quasi-totalité des maisons à étage au milieu du xviiie siècle (99 sur 106, soit 93 %) et dans les trois quarts d'entre elles au début du xixe siècle (72 sur 95, soit 74 %). L'étymologie de ce terme indique simplement qu'il s'agit d'une pièce située à l'étage et nous ne disposons d'aucune information nous permettant de la décrire avec plus de précision. Le fait que ce terme soit moins souvent mentionné au début du xixe siècle coïncide, comme nous le verrons plus loin, avec une diffusion du terme qaṣr : il se pourrait donc que ce dernier terme désigne parfois, au début du xixe siècle, des pièces autrefois désignées par le terme ṭabaqa. Environ la moitié des maisons comprennent une seule ṭabaqa et environ le quart en comprennent deux ; certaines maisons en comprennent trois, voire quatre.

TABLEAU 38. Nombre de ṭabaqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān

TABLEAU 38. Nombre de ṭabaqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

b - La mašraqa

  • 50 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 395, n. 1.

27Ce terme désigne « les parties non construites de la maison, en étage ; il s'agit de terrasses, espace ouvert muni d'une balustrade légère sur la cour, et de murets à hauteur d'homme (ṭabala) fermant la ou les parties donnant sur l'extérieur »50. À l'étage, la mašraqa est moins fréquente que la ṭabaqa : on en trouve une dans 63 % des maisons à étage au milieu du xviiie siècle (67 sur 106) et dans 71 % des maisons à étage au début du xixe siècle (67 sur 95). Il en existe rarement plus d'une par maison.

TABLEAU 39. Nombre de mašraqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān

TABLEAU 39. Nombre de mašraqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

c - Le qaṣr

  • 51 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 126, p. 129 ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 44 ; Pascual j.-p (...)
  • 52 130/57/98 ; 297/397/875 ; 297/447/1002 ; 297/447/1003 ; 313/6/12.

28Comme à Alep ou au Caire, le qaṣr désigne à Damas une pièce de réception située à l'étage51. Dans notre corpus, on en trouve un dans 6 % des maisons au milieu du xviiie siècle et dans 19 % des maisons au début du xixe siècle ; cette évolution peut s'expliquer par la construction de demeures plus prestigieuses entre ces deux périodes ou, comme nous l'avons signalé plus haut, par le fait que ce terme est désormais parfois employé à la place du terme ṭabaqa. Quelques maisons en comprennent deux52.

d - Le dīwān ḫāna

  • 53 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 399, p. 401.
  • 54 Pascual j.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 399, p. 401. Selon j.-c. David (« Domaines et li (...)
  • 55 Hanna N., Habiter au Caire, p. 43-44.
  • 56 Hanna N., Habiter au Caire, p. 74.
  • 57 Hanna N., Habiter au Caire, p. 75 ; Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 24, p. 25.

29Bien que l'existence du terme dīwān ḫāna soit attestée au xviiie siècle53, il ne fait son apparition, dans sept maisons de notre corpus, que dans les années 1827-1830. J.-P. Pascual suggère qu'il s'agit d'une pièce en partie ouverte, située à l'étage d'une maison54 ; il correspondrait ainsi au maq‘ad cairote55. Si nos documents localisent tous le dīwān ḫāna à l'étage, aucune description ne nous permet d'apporter des précisions sur ses caractéristiques architecturales. Comme le remarque N. Hanna, le terme de dīwān désigne, à l'origine, non pas une pièce particulière mais une pratique, celle de la réunion officielle56 ; parallèlement au transfert du pouvoir politique dans l'enceinte des résidences, on remarque la diffusion du terme dīwān ḫāna désignant la pièce où se tiennent les réunions57.

3 - Les pièces de service

30Si la plupart des pièces de nos maisons se caractérisent par leur multifonctionnalité, certaines sont en revanche réservées à des usages bien particuliers : outre les latrines (marāfiq), que l'on trouve, au cours des deux périodes, dans les trois quarts des maisons de notre corpus, la cuisine, les entrepôts et les écuries caractérisent certaines de ces maisons.

  • 58 Maury B., « La maison damascène », p. 33.
  • 59 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 129.
  • 60 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 98 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 73.
  • 61 Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 31.

31Nous ne trouvons aucune mention de caves (qabw) et cela confirme la remarque de B. Maury selon laquelle « les caves, dans les maisons de Damas, sont relativement rares, et seules certaines grandes demeures en possèdent »58. Selon A. Abdel Nour, « les maisons de Damas avaient très rarement des caves, moins en tout cas que celles d'Alep »59 ; or, dans cette dernière ville, un dixième d'entre elles seulement en étaient équipées60. De même, les caves ne sont pas mentionnées dans les maisons de Ġazza au milieu du xixe siècle61.

a - La cuisine (maṭbaḫ)

  • 62 Cette proportion est nettement plus élevée qu'à Alep où seulement 20 % des maisons sont équipées d (...)
  • 63 Pour une description de la cuisine dans la maison damascène, cf. Maury B., « La maison damascène » (...)
  • 64 Sur le bayt mūna en Tunisie, cf. Bairam A., « Le Bit el-Muna ».
  • 65 123/85/115 ; 123/85/116 ; 297/66/157 ; 297/243/537 ; 313/458/1190 ; 297/544/1253 ; 313/237/681 ; 3 (...)
  • 66 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52.

32La cuisine se trouve dans 39 % des maisons de notre corpus au milieu du xviiie siècle et dans 63 % des maisons au début du xixe siècle62 ; entre ces deux périodes, on remarque donc que les activités culinaires, probablement accomplies jadis dans un coin de la cour ou dans n'importe quelle pièce de la maison, sont, de plus en plus souvent, réalisées dans une pièce spécifique. Nos documents n'en fournissent aucune description63 mais nous savons qu'elles disposaient parfois d'une pièce destinée à la conservation des provisions (bayt mūna)64 ; ces celliers ne sont jamais mentionnés au milieu du xviiie siècle mais on les trouve dans neuf maisons du début du xixe siècle65. Ils correspondent au kalar des maisons cairotes, « lieu où l'on gardait les denrées périssables ou celles qui allaient être utilisées rapidement »66.

b - L'entrepôt (bā'ika)

  • 67 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52, p. 58 ; Hanna N., « La cuisine dans la maison du Caire », p. 40 (...)

33Certaines maisons sont également équipées de bā'ika : on en trouve une dans dix maisons au milieu du xviiie siècle et dans sept maisons au début du xixe siècle. Les documents n'indiquent pas leur localisation précise ; on peut ainsi se demander s'il s'agit d'un local intégré à l'architecture d'ensemble de la maison ayant, comme elle, un accès indépendant sur la rue et utilisé à des fins commerciales, ou s'il s'agit d'entrepôts situés dans la maison et réservés aux usages domestiques ; ils correspondraient ainsi au ḥāṣil que l'on trouve dans les maisons du Caire et qui étaient destinés au stockage des denrées non périssables67.

c - L'écurie (isṭabl)

  • 68 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 101 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 74 (...)

34Huit maisons de notre corpus contiennent également une écurie, six au milieu du xviiie siècle et deux au début du xixe siècle. Ce chiffre semble très faible ; or, on observe le même phénomène à Alep, et selon A. Abdel Nour, « cette relative rareté n'est pas pour nous étonner car les citadins évitaient autant que possible d'avoir une étable dans leurs demeures à cause du risque de cantonnement de troupes lors du passage des armées impériales dans leurs villes. Ils n'hésitaient pas dans ce but à détruire les étables existantes, et ce, malgré les mesures de rétorsion prises par les autorités »68.

  • 69 Sur les problèmes posés par l'étude de la terminologie architecturale, cf. Hanna N., « Le vocabula (...)

35Des transactions immobilières se dégage en premier lieu une simplification des descriptions entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle : les maisons sont de plus en plus souvent "décrites" comme possédant des pièces et des commodités (masākin wa manāfi‘ šar‘iyya). L'étude de la terminologie architecturale montre par ailleurs quelques évolutions entre les deux périodes étudiées ; certains termes se diffusent, d'autres se raréfient, mais cela ne signifie pas obligatoirement que les réalités changent69.

36Une même pièce peut en effet être désignée par deux termes distincts à deux époques différentes ; ainsi, alors qu'au milieu du xviiie siècle, maskan et murabba‘ désignent des pièces de diverse importance au sein d'une même maison, le premier terme est utilisé, au début du xixe siècle, comme terme générique pour désigner l'ensemble des pièces d'une maison ; le terme de murabba‘ désigne alors indifféremment les pièces autrefois qualifiées de maskan et de murabba‘. Dans ce cas, l'évolution sémantique s'opère au détriment de la précision.

37Le remplacement d'un terme par un autre semble également se réaliser dans d'autres cas, pour des termes moins fréquemment utilisés et qui désignent sans doute des pièces de moindre importance : le terme de bayt, mentionné dans quelques documents du milieu du xviiie siècle, se raréfie au début du xixe siècle alors que le terme de ūḍa, pratiquement inexistant au milieu du xviiie siècle, se diffuse au début du xixe siècle.

38Certains termes, comme l'īwān, la qā‘a, le qar, le dīwān ḫāna, le matbaḫ, le bayt mūna, dont nous montrons plus loin qu'ils constituent des critères distinctifs des grandes demeures, sont plus fréquemment utilisés au début du xixe siècle qu'ils ne le sont au milieu du xviiie ; cette évolution reflète vraisemblablement la construction de demeures plus prestigieuses entre ces deux périodes, notamment dans le cadre des lotissements.

B - LES PETITES UNITÉS RÉSIDENTIELLES AU SEIN DES MAISONS

39Quelques transactions portent également, au sein des maisons, sur des groupes de pièces (makān, maqsam) ou des pièces indépendantes (maskan, murabba‘).

1 - Les groupes de pièces : makān et maqsam

  • 70 Hanna N., Habiter au Caire, p. 51.
  • 71 Pascual j.-p., « Du notaire au propriétaire », p. 398, p. 402.
  • 72 128/36/77 ; 128/135/248 ; 313/50/153 ; 313/124/364 ; 313/272/772.
  • 73 117/186/280 ; 128/36/77 ; 128/135/248.
  • 74 130/92/173.
  • 75 109/160/310 ; 128/76/147.

401 % de nos transactions portent sur des makān. Alors qu'au Caire, le terme de makān désigne « toutes les maisons quel que soit leur niveau »70, il désigne à Damas un logement situé à l'étage71. Dans quelques transactions, on précise d'ailleurs qu'il s'agit d'un makān ‘ulwī72, donc situé à l'étage, et même lorsque cette localisation n'est pas précisée, on la devine en raison de la nature des pièces qui le composent (ṭabaqa, mašraqa, qaṣr)73 ; certains réunissent plusieurs de ces éléments : une ṭabaqa et une mašraqa74 ou encore trois ṭabaqa et une mašraqa75.

  • 76 Certains des maqsam de notre corpus représentent 13, 16 ou 17 qīrāt de l'habitation dans laquelle (...)
  • 77 En 1113/1702, le partage d'une maison des Qubaybāt est concrétisé par la construction d'un mur ; c (...)
  • 78 109/178/342 ; 297/303/662 ; 297/391/358.
  • 79 297/391/858.
  • 80 128/199/372.
  • 81 109/132/250 ; 117/6/11 ; 130/249/503 ; 313/325/916.
  • 82 109/132/250 ; 109/178/342 ; 117/26/44 ; 123/8/12 ; 123/105/147 ; 128/116/220 ; 128/197/367 ; 128/1 (...)

41Le partage des maisons peut porter sur des espaces plus vastes, les maqsam, sur lesquels portent 10 % de nos transactions. Le plus souvent, ces maqsam représentent la moitié d'une maison (12 qīrāṭ) mais cette part est parfois plus ou moins importante76. Dans certains cas, les divers éléments qui les composent sont contigus et constituent une entité localisée dans une partie précise de l'habitation, définie en fonction des points cardinaux : ils sont en effet situés au sud, au nord, à l'est ou à l'ouest, et sont alors qualifiés de maqsam qiblī, šamālī, šarqī ou ġarbī. Le terme mafrūz ("séparé"), qui les accompagne, indique que l'habitation est divisée en deux, ou en plusieurs espaces distincts, mais nous ignorons si, comme on le voit fréquemment aujourd'hui dans les maisons de Damas ou d'Alep, un mur est toujours édifié pour matérialiser cette séparation77. Dans les cas où la demeure comporte deux cours, la transaction peut porter sur la partie intérieure (ğuwwānī)78 ; l'espace est alors plus clairement délimité et le maqsam peut même disposer d'une porte qui lui est propre79. Dans les autres cas, on signale l'existence d'une porte commune (bāb muštarak)80 et l'on précise que le maqsam bénéficie d'un droit d'entrée et de passage à partir de la porte de la maison (ḥaqq al-istiṭrāq wa al-tawaṣṣul min bāb al-dār)81. Parfois, on indique que l'utilisation de la cour et/ou du puits sont communs (sāḥa samāwiyya wa bi'r mā' muštarakayn) aux différents maqsam de la maison82.

2 - Les pièces indépendantes : maskan et murabba‘

42Dans 7 % des cas, les transactions portent, au sein d'une maison, sur des pièces indépendantes. Celles-ci sont désignées par des termes différents au cours des deux périodes étudiées : au milieu du xviiie siècle, il s'agit de maskan, et au début du xixe siècle, il s'agit de murabba‘. Ceci ne reflète pas un changement dans la nature des pièces échangées sur le marché immobilier mais plutôt, comme nous l'avons signalé, une évolution sémantique de chacun de ces deux termes.

43La parcellisation de l'habitat, qui se manifeste ici par l'échange, sur le marché immobilier, de parties de maisons, se perçoit également dans les transactions portant sur des parts de propriétés, exprimées en qīrāṭ ; nous évoquerons cet aspect de la copropriété après avoir complété notre étude des caractéristiques architecturales des maisons du Mīdān par une typologie.

II - TYPOLOGIE DES MAISONS DU MĪDĀN

  • 83 Hanna N., Habiter au Caire, p. 44.

44La combinaison des différents éléments architecturaux qui viennent d'être présentés permet de définir des habitations très diverses dont nous proposons ici une typologie. Contrairement au Caire, où la profession des propriétaires des maisons est mentionnée dans de nombreux cas83, cette information n'est pas indiquée dans les transactions immobilières enregistrées dans les tribunaux de Damas ; ainsi, nous pouvons difficilement associer des groupes sociaux à des types de maisons en fonction de leur position dans la hiérarchie sociale.

TABLEAU 40. Nombre de pièces par maison (dār) dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 40. Nombre de pièces par maison (dār) dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

  • 84 Cette typologie rejoint celle proposée par N. Hanna pour les maisons du Caire : deux, trois ou qua (...)

45La valeur de ces maisons dépend de plusieurs facteurs, notamment du nombre de leurs pièces, de leur superficie, de leur décoration ou des matériaux de construction utilisés ; ne disposant, dans les documents d'archives, d'aucune information sur ces trois derniers critères, nous ne tenons compte, dans notre typologie, que du nombre de pièces. Pour cela, nous retenons les pièces d'habitation situées de plain-pied (maskan, murabba‘, īwān, qā‘a, bayt, ḫizāna, qubba, ūḍa) et les pièces situées à l'étage (ṭabaqa, mašraqa, qaṣr, dīwān ḫāna) ainsi que la cuisine. Nous considérons qu'une maison modeste comprend moins de quatre pièces ; une maison moyenne, entre cinq et sept pièces, et une grande maison, huit pièces et plus84. La nature de ces dernières apparaîtra également comme un critère de distinction entre les divers types de maisons.

46Comme dans la partie précédente, nous prenons ici en considération les 344 maisons décrites qui font partie de l'ensemble de notre corpus : 155 pour la période 1742-1752 et 189 pour la période 1820-1830. Leur valeur s'échelonne entre 20 et 700 qurš au cours de la période 1742-1752 (valeur moyenne : 176 qurš), entre 50 et 13 000 qurš au cours de la période 1820-1830 (valeur moyenne : 1 543 qurš).

47Au milieu du xviiie siècle, comme au début du xixe, près de la moitié des maisons du Mīdān comprennent quatre pièces ou moins ; un peu plus du tiers sont composées de cinq, six ou sept pièces ; un peu plus du dixième d'entre elles en possèdent entre huit et douze. On retrouve ces proportions si l'on considère la répartition des maisons par classes de valeurs.

TABLEAU 41. Valeur des maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 41. Valeur des maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

48De la correspondance entre le nombre de pièces et la valeur se dégage la typologie des maisons. Au milieu du xviiie siècle, 52 % des maisons ont une valeur inférieure à 150 qurš ; cette proportion est voisine de celle des maisons comportant moins de quatre pièces (48 %) ; il s'agit des maisons modestes. 33 % des maisons ont une valeur comprise entre 150 et 300 qurš ; cette proportion est voisine de celle des maisons possédant entre cinq et sept pièces (38 %) ; il s'agit des maisons moyennes. 15 % des maisons valent plus de 300 qurš ; cette proportion correspond aux maisons comportant huit pièces et plus (14 %) ; ce sont les grandes maisons.

49Si nous adoptons le même type de découpage pour le début du xixe siècle, nous pouvons estimer qu'à cette époque, une maison modeste vaut moins de 1 000 qurš, une maison moyenne vaut entre 1 000 et 2 500 qurš et une grande maison vaut plus de 2 500 qurš.

TABLEAU 42. Typologie des maisons (dār) du faubourg du Mīdān

TABLEAU 42. Typologie des maisons (dār) du faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

50Dans la mesure où, comme nous l'avons signalé, le nombre de pièces n'est qu'un des critères déterminant la valeur des maisons, le nombre de pièces que nous proposons pour cette typologie est approximatif. Il faut ainsi considérer que la majorité (et non l'ensemble) des maisons modestes, moyennes ou grandes, comprennent "tant de pièces" ; les catégories, "modestes", "moyennes" ou "grandes" faisant ici référence non pas au nombre de pièces mais à la valeur des maisons.

TABLEAU 43. Nombre de pièces par catégories de maisons dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 43. Nombre de pièces par catégories de maisons dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

51Pour les deux périodes, nous remarquons que les deux tiers, ou plus, des maisons modestes comprennent moins de 5 pièces ; environ la moitié des maisons moyennes comprennent entre 5 et 7 pièces. En ce qui concerne les grandes maisons, une différence apparaît entre les deux périodes ; au milieu du xviiie siècle, comme cela est le cas pour les maisons moyennes à cette époque, la moitié des grandes maisons possèdent "seulement" entre 5 et 7 pièces ; nous pouvons donc supposer que la distinction entre ces deux types de maisons repose plus, à cette époque, sur la superficie ou sur la décoration que sur le nombre de pièces. En revanche, au début du xixe siècle, plus de la moitié des grandes maisons possèdent plus de 7 pièces ; la diffusion, entre les deux périodes, de pièces comme la ūḍa, la cuisine, le qaṣr ou le dīwān ḫāna peut expliquer l'augmentation du nombre des pièces dans les grandes maisons.

52La moitié, ou plus, de ces maisons, sont des maisons à étage : nous en trouvons, comme nous l'avons signalé, 106 au cours de la période 1742-1752 (soit 68 %) et 95 au cours de la période 1820-1830 (soit 50 %). Bien entendu, cela ne signifie pas que les maisons à étage sont moins fréquentes au début du xixe siècle : il se peut tout simplement que l'on prenne moins souvent la peine de les décrire à cette époque et qu'elles figurent ainsi parmi les maisons comprenant "des pièces et des commodités" (masākin wa manāfi' šar‘iyya).

TABLEAU 44. Proportion de maisons à étage pour chaque type de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

TABLEAU 44. Proportion de maisons à étage pour chaque type de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

53L'existence d'un étage ne semble pas constituer un critère de distinction entre les maisons au milieu du xviiie siècle ; chaque catégorie comprend en effet à peu près autant de maisons à étage (entre 63 % et 75 %). En revanche, au début du xixe siècle, la proportion de maisons à étage est de plus en plus importante au fur et à mesure que l'on s'élève dans l'échelle des valeurs : on en trouve 36 % parmi les maisons modestes, 59 % parmi les maisons moyennes et 75 % parmi les grandes maisons.

54Dans notre corpus initial de 677 biens immobiliers, 344 maisons (dār) sont décrites ; 164 maisons modestes (48 %), 131 maisons moyennes (38 %) et 49 grandes maisons (14 %). Nous nous proposons d'examiner la nature des pièces qui composent chaque type de maisons, en montrant que les clivages ne reposent pas seulement sur le nombre des pièces mais aussi sur leur nature.

A - LES MAISONS MODESTES

55La présence d'un bassin est exceptionnelle dans les maisons modestes : nous en trouvons un dans quatre maisons seulement (soit 2 %). Le dihlīz est quant à lui présent dans 14 % de ces maisons au milieu du xviiie siècle et dans 5 % au début du xixe siècle.

56Parmi les grandes pièces du rez-de-chaussée, l'īwān est présent dans 18 % des maisons modestes au milieu du xviiie siècle et dans 25 % au début du xixe siècle. La qā‘a n'y figure que de manière exceptionnelle : seules trois maisons du début du xixe siècle en comprennent une.

57On remarque que les petites pièces (bayt, ḫizāna, qubba, ūḍa) ne sont que très rarement mentionnées, sans doute parce qu'elles constituent, la plupart du temps, des annexes de pièces plus importantes ; ce type de combinaison architecturale est évidemment absent des maisons modestes.

58Ainsi, dans les maisons modestes, les pièces d'habitation du rez-de-chaussée sont presque exclusivement le maskan et le murabba‘. Au milieu du xviiie siècle, les deux tiers de ces maisons (66 %) possèdent au moins un maskan : la plupart d'entre elles (30 %) en ont deux. À la même époque, seul le tiers (34 %) des maisons modestes comprennent au moins un murabba‘ ; la plupart d'entre elles en ont un (15 %) ou deux (17 %). Au début du xixe siècle, le murabba‘ est mentionné dans la quasi-totalité (88 %) des maisons modestes ; la plupart d'entre elles en ont un (27 %), deux (30 %) ou trois (26 %).

59Près de la moitié des maisons modestes (83 sur 171, soit 49 %) possèdent des pièces situées à l'étage ; cette proportion est légèrement plus élevée pour le milieu du xviiie siècle (50 sur 79, soit 47 %) qu'elle ne l'est pour le début du xixe siècle (33 sur 92, soit 36 %). L'élément caractéristique y est, presque exclusivement, la ṭabaqa, et la majorité des maisons modestes en possèdent une seule.

60La mašraqa figure moins souvent que la ṭabaqa : environ les deux tiers des maisons modestes n'en possèdent pas et environ le tiers en possèdent une seule.

61Parmi les pièces de réception situées à l'étage, le qaṣr n'apparaît que rarement dans les maisons modestes (une maison en 1742-1752 et cinq maisons en 1820-1830), et le dīwān ḫāna en est complètement absent.

62Nous avons signalé que les maisons du Mīdān comprennent de plus en plus souvent une cuisine entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle ; cette évolution concerne tous les types de maisons : 22 % des maisons modestes en sont équipées au milieu du xviiie siècle et 50 % au début du xixe siècle.

  • 85 109/17/25.
  • 86 128/142/261.

63Au milieu du xviiie siècle, parmi les maisons modestes, nous trouvons une maison de 40 qurš, située dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī : elle comprend une cour, deux maskan, une cuisine, des latrines et des commodités85. Toujours dans la même rue, une autre maison modeste de 128 qurš comprend une cour équipée d'un puits, deux murabba‘, une ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, des latrines et des commodités86.

  • 87 297/135/315.
  • 88 313/211/602.

64Au début du xixe siècle, une maison modeste de 200 qurš, située dans les Qubaybāt, comprend une cour équipée d'un puits, deux murabba‘, des latrines et des commodités87. Une autre maison modeste des Qubaybāt, évaluée à 900 qurš, comprend une cour équipée d'un puits, trois murabba‘, une cuisine, des latrines et des commodités88.

B - LES MAISONS MOYENNES

65Quelques maisons moyennes (deux au milieu du xviiie siècle et cinq au début du xixe siècle) sont agrémentées d'un bassin mais celui-ci ne fera véritablement son apparition que dans les demeures les plus importantes.

66Les pièces dont nous avons souligné le caractère ostentatoire et monumental, l'īwān et la qā‘a, commencent à apparaître dans les maisons moyennes, notamment au début du xixe siècle où on le trouve dans 42 % des cas. La qā‘a, pratiquement absente des maisons modestes, se trouve dans trois maisons moyennes au milieu du xviiie siècle et dans six au début du xixe siècle.

67Comme dans les maisons modestes, les petites pièces qui constituent souvent des annexes de pièces plus grandes (ḫizāna, qubba) ne sont que rarement mentionnées ; il en est de même pour le bayt. En revanche, la ūḍa, dont nous avons noté l'apparition au début du xixe siècle, est mentionnée dans 22 % des maisons moyennes à cette époque.

68Au milieu du xviiie siècle, les maskan sont mentionnés dans 60 % des maisons moyennes. Ceci rapproche les maisons moyennes des maisons modestes pour lesquelles cette pièce est mentionnée dans 66 % des cas. Toutefois, une distinction s'opère entre les deux types de maisons en ce qui concerne le nombre de ces pièces : alors que 43 % des maisons modestes en possèdent un ou deux, cette proportion n'est que de 18 % dans les maisons moyennes qui, dans 40 % des cas, en possèdent trois, quatre, voire cinq.

69Le même type de distinction se retrouve en ce qui concerne les murabba‘. Au milieu du xviiie siècle, environ le tiers des maisons modestes et des maisons moyennes possèdent au moins un murabba‘ mais les deux types de maisons se distinguent l'un de l'autre par leur nombre : 2 % des maisons modestes et 14 % des maisons moyennes possèdent trois ou quatre murabba‘. Au début du xixe siècle, le murraba' est plus fréquemment mentionné dans nos descriptions : on le trouve dans 88 % des maisons modestes et des maisons moyennes ; 4 % des maisons modestes et 20 % des maisons moyennes en possèdent quatre ou cinq.

70La distinction entre les maisons modestes et les maisons moyennes s'opère non seulement sur la présence plus fréquente d'un étage dans ces dernières mais aussi sur la nature des pièces qui s'y trouvent. Comme nous l'avons vu, ce critère n'est pas discriminant au milieu du xviiie siècle ; en revanche, au début du xixe siècle, 59 % des maisons moyennes (contre 36 % des maisons modestes) possèdent un étage. Comme dans les maisons modestes, dès lors qu'une maison comprend un étage, celui-ci est composé d'une ou plusieurs ṭabaqa et, la plupart du temps, d'une mašraqa.

  • 89 313/310/879.
  • 90 313/62/185.

71Alors que le qaṣr est mentionné dans seulement quatre maisons moyennes au milieu du xviiie siècle, on le trouve dans 21 maisons du début du xixe siècle. Certaines de ces maisons comprennent même un diwān ḫāna : on en trouve un dans une maison de Ḥaqla89 et un dans une maison du Mīdān, Zuqāq al-‘Askarī90.

  • 91 109/171/329.
  • 92 117/120/188.

72Au milieu du xviiie siècle, dans le Mīdān, une maison moyenne de 160 qurš comprend une cour, trois maskan, un īwān, une ṭabaqa à laquelle on accède par un escalier en bois, une cuisine, des latrines et des commodités91. Toujours dans le Mīdān, une autre maison moyenne de 277 qurš comprend une cour équipée d'un puits, deux murabba‘, deux ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités92.

  • 93 297/202/456.
  • 94 313/385/1053.

73Au début du xixe siècle, dans le Mīdān, Zuqāq al-‘Askarī, une maison moyenne de 1 000 qurš comprend une cour équipée d'un puits, un īwān, deux murabba‘, une ṭabaqa à laquelle on accède par un escalier en pierre, une cuisine et des commodités93 ; une maison moyenne de 2 400 qurš située dans le Mīdān comprend une cour, un bassin, deux murabba‘, un īwān, un escalier en pierre menant à un qaṣr et à une mašraqa, une cuisine, des latrines, et des commodités94.

C - LES GRANDES MAISONS

74Les grandes maisons se distinguent non seulement par le nombre de leurs pièces mais surtout par la nature de celles-ci.

75La cour peut être considérée comme un espace où s'opère véritablement la distinction entre les maisons. Certaines d'entre elles en comportent plus d'une : vie publique et vie privée s'y déroulent dans des espaces qui leur sont propres.

  • 95 Cette terminologie est la même que celle utilisée à Alep (Tate J., Waqfiyya). Les termes de salāml (...)

76Dans les documents d'archives, les deux cours d'une demeure sont désignées par les termes de barrānī, partie "extérieure", dans laquelle on pénètre directement après avoir franchi le seuil, et de Ğuwwānī, partie "intérieure" réservée à la famille95 ; la partie privée de la maison, le Ğuwwānī, comprend généralement des pièces plus nombreuses et plus prestigieuses que le barrānī.

  • 96 123/205/277.

77C'est par exemple le cas d'une maison à deux cours donnant sur l'artère centrale du quartier de Bāb al-Mūṣāllā, et qui est achetée, le 21 rağab 1161/17 juillet 1748, par un militaire qui agit par procuration pour sa femme. Dans la cour du barrānī se trouvent un murabba‘, une ḫizāna et une écurie ; à l'étage se trouvent deux ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre. Bien que dépourvu d'étage, le Ğuwwānī est, quant à lui, doté d'un īwān, de trois murabba‘ et d'une cuisine dans laquelle se trouve un puits. Cette demeure, évaluée à 400 qurš, fait partie des grandes demeures de notre corpus au milieu du xviiie siècle96.

  • 97 297/417/932.

78Au début du xixe siècle, dans une maison du lotissement du Mīdān, Zuqāq al-‘Askarī, le barrānī comprend une cour, dans laquelle se trouvent seulement un bassin et une ūḍa ; le Ğuwwānī comprend quant à lui deux bassins — l'un dans la cour et l'autre dans une qā‘a — un īwān, quatre murabba‘, une ūḍa et une cuisine ; il s'agit d'une des demeures les plus chères de notre corpus au xixe siècle : elle est évaluée à 5 600 qurš97.

79Ces deux exemples montrent que, avec ou sans étage, le barrānī et le Ğuwwānī peuvent être d'importance variable ; leur spécificité tient non seulement au nombre de pièces qu'ils contiennent mais aussi à leur nature : ainsi, l'écurie et le qaṣr se trouvent dans le barrāni alors que l'īwān, la qā‘a et la cuisine sont caractéristiques du Ğuwwānī.

  • 98 297/417/932.

80Outre le nombre de leurs cours, les grandes maisons se distinguent par la présence d'un bassin, notamment au début du xixe siècle : relativement rare dans les maisons moyennes, et encore plus dans les modestes, il agrémente un peu plus du tiers (35 %) des grandes maisons à cette époque. Comme nous venons de le voir, une grande maison du Mīdān, Zuqāq al-'Askarī, comprend un bassin dans le barrānī, un dans le Ğuwwānī et un autre dans la qā‘a98.

  • 99 128/103/199.
  • 100 128/39/84.

81Parmi les pièces du rez-de-chaussée, l'īwān, présent dans environ 20 % des maisons modestes au cours des deux périodes, dans 21 % des maisons moyennes au milieu du xviiie siècle et dans 42 % de ces maisons au début du xixe siècle, se trouve dans 64 % des grandes maisons au milieu du xviiie siècle et dans 81 % de ces maisons au début du xixe siècle. Il constitue donc un élément de distinction très important entre les différents types de maisons. Dans certains cas, on trouve, dans la même maison, un īwān de plain-pied et un autre à l'étage (‘ulwī) : c'est le cas de deux grandes maisons au xviiie siècle, l'une située dans le Mīdān, Zuqāq al-Ğāwīs99, et l'autre à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Ḥalabiyyīn100. La qā‘a, pratiquement absente des maisons modestes, se trouve dans quelques maisons moyennes ; on en trouve une dans deux grandes maisons du milieu du xviiie siècle et dans dix grandes maisons du début du xixe siècle (soit 38 %) ; elles constitue donc, elle aussi, un important critère de distinction entre les divers types de maisons.

82Les grandes maisons se distinguent par le fait qu'elles comprennent rarement des maskan ; au milieu du xviiie siècle, cette pièce est mentionnée dans neuf grandes maisons seulement (soit 37 %, contre 60 % pour les maisons moyennes et 66 % pour les maisons modestes).

83À cette époque, environ les deux tiers des grandes maisons comprennent un murabba‘ alors que seulement le tiers des maisons modestes et moyennes sont dans ce cas ; contrairement au maskan, caractéristique des maisons modestes et moyennes, le murabba‘ est donc typique des grandes maisons. Au début du xixe siècle, cette pièce est mentionnée dans la quasi-totalité des maisons ; le clivage entre les divers types de maisons s'opère alors non plus sur la présence ou l'absence des murabba‘ mais sur leur nombre : à cette époque, 46 % des grandes maisons comprennent quatre ou cinq murabba‘ alors que seulement 19 % des maisons moyennes et 4 % des maisons modestes sont dans ce cas.

  • 101 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52, p. 69.

84La cuisine est quant à elle présente dans 62 % des grandes maisons au milieu du xviiie siècle et dans 88 % des grandes maisons au début du xixe siècle ; à Damas comme au Caire101, la cuisine constitue donc un critère de distinction entre les maisons (dans les maisons modestes, elle n'apparaît que dans 22 % des cas au milieu du xviiie siècle et dans 50 % des cas au début du xixe siècle ; dans les maisons moyennes, elle n'apparaît que dans 56 % des cas au milieu du xviiie siècle et dans 70 % des cas au début du xixe siècle).

  • 102 297/137/323 ; 297/375/821 ; 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.
  • 103 17/12/23 ; 297/56/133 ; 313/4/5.

85Les trois quarts des grandes maisons du xixe siècle comprennent des pièces situées à l'étage. Pour accéder à ces pièces, certaines de ces demeures possèdent deux escaliers en pierre102 ; d'autres deux escaliers, l'un en pierre, l'un en bois103. À l'étage, les pièces des grandes maisons, comme dans les autres types de maisons, sont la ṭabaqa et la mašraqa. Plus de la moitié des grandes maisons du milieu du xviiie siècle possèdent au moins une ṭabaqa ; leur nombre est plus important dans les grandes maisons qu'il ne l'est dans les maisons modestes et moyennes : le tiers d'entre elles en comprennent en effet deux ou trois.

86Environ la moitié des grandes maisons possèdent une mašraqa et certaines en possèdent même deux, ce qui est rarement le cas dans les maisons modestes et moyennes.

  • 104 297/56/133 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108 ; 313/62/185.
  • 105 297/56/133.
  • 106 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.
  • 107 313/6/12.
  • 108 313/460/1194.

87L'īwān et la qā‘a sont, nous l'avons vu, les deux pièces sur lesquelles repose le prestige du rez-de-chaussée ; le qaṣr et le dīwān ḫāna sont, à partir du xixe siècle, les deux éléments distinctifs de l'étage. Si des qaṣr sont mentionnés dans quelques maisons modestes, on les trouve dans 30 % des maisons moyennes et dans 38 % des grandes maisons au début du xixe siècle. Cette distinction s'opère encore plus en ce qui concerne le dīwān ḫāna : complètement absent des maisons modestes, on le trouve dans deux maisons moyennes au début du xixe siècle (soit 3 %) et dans cinq grandes maisons au début du xixe siècle (soit 19 %). Dans certaines de ces maisons, on note la présence simultanée d'un qaṣr et d'un dīwān ḫāna104. Le dīwān ḫāna est caractéristique des demeures les plus prestigieuses : on en trouve un dans une grande maison de Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Wusṭānī105, et d'autres sont signalés dans ou à proximité du lotissement du Mīdān, Zuqāq al-Baṣal106, Zuqāq al-Maḥmaṣ107 et Zuqāq al-Mawṣilī108.

  • 109 123/163/228.
  • 110 128/39/84.
  • 111 117/7/12.
  • 112 117/1/1.

88Au milieu du xviiie siècle, dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī, une grande maison de 300 qurš comprend une cour équipée d'un puits, un īwān, trois maskan, un murabba‘, une bā'ika, un qaṣr auquel on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités109. À Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Ḥulabiyyīn, une grande maison de 300 qurš comprend une cour équipée d'un puits, deux murabba‘, un īwān, un qaṣr, un īwān ‘ulwī auxquels on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités110. Parmi les maisons les plus grandes, signalons, dans le Mīdān, à proximité du Mausolée de Ṣuhayb al-Rūmī, une grande maison de 550 qurš comprenant une cour équipée d'un puits, un īwān, cinq murabba‘, deux ṭabaqa et une mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités111. Toujours au xviiie siècle, la demeure la plus importante de notre corpus est située dans le Mīdān, Zuqāq al-Qubba al-Bayḍā‘ ; évaluée à 600 qurš, elle comprend une cour équipée d'un puits, une qā‘a dans laquelle se trouve une ḫizāna, deux murabba‘ dont l'un comprend une ḫizāna, un petit maskan, un īwān, deux ṭabaqa et deux mašraqa auxquelles on accède par un escalier en pierre, une cuisine, des latrines et des commodités112.

  • 113 297/137/323.
  • 114 313/21/65.

89En 1236/1820, une maison de 3 400 qurš, située à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Arba‘īn, comprend une cour équipée d'un puits, quatre murabba‘, des latrines, deux escaliers en pierre menant à trois ṭabaqa, une cuisine et des commodités113. En 1243/1827, une grande maison située dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī, et comprenant les mêmes éléments que la précédente plus un īwān, coûte 3 430 qurš114.

  • 115 313/6/12.
  • 116 313/363/1006.

90Les deux demeures les plus chères de notre corpus à cette époque sont situées dans le lotissement de Sūq al-Mīdān ; l'une, Zuqāq al-Maḥmas, est évaluée à 9 400 qurš ; elle comprend une cour, un puits, un īwān, deux murabba‘, une bā'ika, une cuisine, un dihlīz, un escalier en pierre menant à deux qaṣr, une ṭabaqa et un dīwān ḫāna, des latrines et des commodités115 ; l'autre, Zuqāq al-‘Askarī, évaluée à 13 000 qurš, comprend une cour agrémentée d'un bassin, un īwān, une qā‘a, trois murabba‘, une cuisine, un cellier et des commodités116.

91La typologie que nous avons établie est tributaire de nos sources ; elle est en effet uniquement fondée sur les critères mentionnés dans nos documents : la valeur des maisons et le nombre de leurs pièces. Pour le milieu du xviiie siècle, cette typologie peut paraître, à certains égards, approximative : en effet, le nombre de pièces est peu discriminant, notamment entre les maisons modestes et les maisons moyennes, et il en est de même pour la présence d'un étage que l'on rencontre avec la même fréquence dans tous les types de maisons. Il se pourrait donc qu'à cette époque, la distinction entre les types de maisons repose moins sur le nombre de pièces et la présence d'un étage que sur les critères tels la superficie, les matériaux de construction ou la décoration. À travers les critères retenus, la distinction entre les divers types de maisons apparaît en revanche avec plus de clarté au début du xixe siècle : ainsi, à cette époque, plus on s'élève dans la "hiérarchie immobilière", plus les étages sont fréquents.

92Notre démarche permet ainsi de mettre en évidence un certain nombre de spécificités architecturales propres à chaque type de maisons. Nous avons en effet montré que le maskan est, au milieu du xviiie siècle, caractéristique des maisons modestes et moyennes alors que le murabba‘ se trouve plutôt dans les grandes maisons ; dans chaque cas, le nombre de ces pièces intervient également comme un critère de distinction entre les diverses maisons. Au début du xixe siècle, époque à laquelle le terme de maskan ne désigne plus une pièce particulière mais l'ensemble des pièces d'une maison, le terme de murabba‘ est désormais utilisé pour désigner les pièces autrefois qualifiées de maskan ou de murabba‘ ; là encore, c'est le nombre de murabba‘ qui intervient comme un critère de différenciation entre les divers types de maisons.

93L'īwān et la qā‘a sont caractéristiques des maisons moyennes et grandes. Seules ces dernières, parfois organisées autour de plusieurs cours, sont agrémentées d'un bassin. Elles comprennent également des petites pièces (bayt, ḫizāna, qubba, ūḍa) qui constituent souvent des annexes de pièces plus importantes.

94La présence de pièces à l'étage constitue également, au début du xixe siècle, un critère de distinction entre les trois types de maisons. À l'étage, on trouve généralement une tabaqa et parfois une mašraqa, mais ce sont le qaṣr et le dīwān ḫāna qui caractérisent, à cette époque, quelques grandes maisons.

III - UNE SPÉCIFICITÉ ARCHITECTURALE : LA MAISON À COUPOLE

95Les coupoles (qubba/qibāb) constituent une des spécificités architecturales du faubourg du Mīdān ; mentionnées à l'extrémité du maydān dès le milieu du xiiie siècle, elles ont donné leur nom à la partie méridionale du faubourg, les Qubaybāt ("les petites coupoles"). Comme beaucoup d'autres informations, elles n'apparaissent pratiquement plus dans les archives du début du xixe siècle ; elles sont en revanche mentionnées dans 39 de nos documents au milieu du xviiie siècle.

  • 117 109/178/342 ; 117/118/184 ; 128/3/9 ; 128/12/28.

96Ces coupoles en forme de pain de sucre sont construites en briques (labin) enduites de torchis (ṭīn) ; elles sont surtout signalées, comme on pouvait s'y attendre, dans les Qubaybāt : des coupoles sont en effet mentionnées dans 27 biens localisés dans les Qubaybāt et dans 12 biens situés dans le Mīdān, notamment dans Zuqāq al-Mawṣilī117 qui nous paraît constituer, en gros, la limite septentrionale de leur expansion géographique. Aucune coupole n'est mentionnée dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā.

  • 118 117/18/30 ; 123/238/312 ; 123/382/552 ; 128/108/205 ; 128/108/206 ; 130/89/ 165 ; 130/225/458 ; 13 (...)
  • 119 117/125/195 ; 130/230/466 ; 117/12/23 ; 123/244/316.

97Certaines transactions ne portent, au sein d'une habitation, que sur une ou deux pièces surmontées d'une coupole118 ; exception faite de ces quelques cas, qui ne nous donnent aucune information sur l'ensemble de la maison, nous disposons d'une trentaine de transactions portant sur des habitations à coupoles et nous nous proposons de déterminer à quel type d'habitat celles-ci sont associées. Parmi elles, quatre transactions portent sur des ḥawš ou des parties de ḥawš ; nous les examinerons plus loin119.

98Les coupoles se trouvent dans des maisons dont la valeur s'échelonne entre 35 et 450 qurš : parmi les 26 maisons dont nous disposons, 14 valent moins de 150 qurš, 10 valent entre 50 et 300 qurš et 2 valent plus de 300 qurš. Elles contiennent un nombre plus ou moins important de pièces : 15 maisons comprennent moins de 5 pièces ; 6 maisons, entre 5 et 7 pièces, et 5 maisons, 8 pièces. Au sein d'une même maison, certaines de ces pièces peuvent être surmontées d'une coupole et d'autres recouvertes d'un toit plat.

  • 120 Plus rarement, elles surmontent des bayt : 109/178/342 ; 117/6/11 ; 17/118/184 ; 130/122/244.
  • 121 123/163/226.
  • 122 130/74/133.

99Près de la moitié de ces maisons ne comportent qu'une coupole ; certaines en comprennent deux ou trois mais il est rare d'en trouver plus. Dans la quasi-totalité des cas, elles surmontent des maskan120. Ainsi, une maison modeste des Qubaybāt, évaluée à 60 qurš, comprend une cour équipée d'un puits, un maskan recouvert d'un toit plat, un maskan recouvert d'une coupole, une cuisine, des latrines et des commodités121 ; une maison moyenne des Qubaybāt, évaluée à 205 qurš, comprend une cour équipée d'un puits, trois maskan surmontés de coupoles, un maskan recouvert d'un toit plat, des latrines et des commodités122.

100Nous reviendrons sur ces coupoles lorsque nous évoquerons les Turcomans qui semblent tout particulièrement apprécier ce type architectural. Certaines de ces habitations comprennent un nombre important de coupoles ; dans notre corpus, ce sont des ḥawš.

IV - UN TYPE D'HABITAT PARTICULIER : LE ḤAWŠ

  • 123 Raymond A., Grandes villes, p. 323.
  • 124 Citons notamment Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 130-135 ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 70-7 (...)

101Les zones situées à la périphérie des villes sont connues pour accueillir un habitat collectif précaire organisé autour d'une cour et connu sous l'appellation de ḥawš ; ce type d'habitat est attesté, pour l'époque ottomane, au Maghreb, en Égypte, dans le Ḥiğāz et dans le Bilād al-Šām123. En raison de leur agencement, d'une part, et de la spécificité de leurs habitants, d'autre part, les ḥawš ont suscité l'attention de plusieurs chercheurs qui s'intéressent à l'histoire urbaine de l'Égypte et du Bilād al-Šām124.

  • 125 Plusieurs ḥawš sont en effet signalés dans des villages situés autour de Damas ; cf. 297/110/267; (...)
  • 126 Raymond A., Grandes villes, p. 323-324 ; Raymond A., « Rapports villes- campagnes », p. 50 ; d'apr (...)
  • 127 Raymond A., Grandes villes, p. 324 ; Raymond A., « Rapports villes- campagnes », p. 50 ; d'après C (...)

102Très présents dans le monde rural125, les ḥawš sont aussi situés en milieu urbain. Au Caire, Jomard les décrit comme « des enceintes pleines de cahutes de quatre pieds de haut, où loge une foule de pauvres gens entassés pêle-mêle avec leurs bestiaux »126. D'après M. Clerget, chacun de ces ḥawš pouvait « contenir trente à quarante familles. C'était comme un hameau à part »127.

  • 128 Cf. par exemple : Šāġūr Barrānī (62/218/570 ; 62/357/881 ; 117/57/100 ; 128 /20/43 ; 313/80/243) ; (...)
  • 129 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 132 ; d'après Kitāb waqf fātima hātūn, p. 28.
  • 130 Mahāsinī I., Kunnāš, p. 92 ; Marino B., Carnet, p. 94.

103À Damas, on les trouve non seulement dans le faubourg du Mīdān, mais aussi dans des faubourgs plus proches de la ville intra-muros, comme Šāġūr Barrānī, Qabr ‘Ātika, Sināniyya, Barīdī128. Ce type de bâtiment, qualifié ou non de ḥawš, est également signalé dans la ville intra-muros. Ainsi, à Damas, au xvie siècle, un bâtiment qualifié de makān, situé dans le quartier juif, près de Bāb Sarqī, est décrit de la façon suivante : « Une grande cour ouverte autour de laquelle des quatres côtés il y a des logements (buyūt) ; chacun de ces logements a des communs et un accès propre. Dans la cour se trouvent deux puits d'eau potable et huit pièces d'aisance... chaque logement a une porte donnant sur la cour. »129 Toujours dans la ville intra-muros, un ḥawš est signalé dans le quartier de Mi'ḏanat al-Sahm dans la seconde moitié du xviie siècle130.

104Après avoir indiqué l'importance de ce type d'habitat dans le faubourg du Mīdān, nous examinerons ses caractéristiques architecturales et donnerons quelques précisions sur les personnes qui les détiennent ou qui y habitent. Nous nous interrogerons ensuite sur l'éventuelle coexistence de plusieurs types de ḥawš.

A - RÉPARTITION DES ḤAWŠ DANS LE FAUBOURG

105Dans notre corpus, une centaine de documents font référence à des ḥawš situés dans l'ensemble du faubourg du Mīdān ; une quarantaine pour la période 1742-1752 et une soixantaine pour la période 1820-1830. Évidemment, cela ne signifie pas que nous sommes en présence d'une centaine de ḥawš dans le faubourg. Certains d'entre eux peuvent en effet être mentionnés au cours de chacune des deux périodes, et nous ne sommes pas en mesure de les repérer systématiquement car leur nom n'est pas toujours indiqué. De même, au cours d'une des deux périodes, un ḥawš non identifié peut figurer dans plusieurs documents. En dépit de ces imprécisions, nous pouvons sans doute considérer que l'augmentation du nombre de ḥawš cités dans notre corpus reflète une diffusion de ce type de bâtiments dans le faubourg. Une vingtaine de ces références concernent Bāb al-Mūṣāllā (environ une dizaine pour chacune des deux périodes) et les autres concernent le Mīdān et les Qubaybāt (une trentaine pour la première période et une cinquantaine pour la seconde période). Il semblerait donc que ces ḥawš — dont nous donnons une liste en annexe — soient une des caractéristiques de la croissance urbaine de la partie méridionale du faubourg entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle.

B - CARACTÉRISTIQUES ARCHITECTURALES

  • 131 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.

106Nous disposons de 25 transactions concernant des ḥawš (15 pour la période 1742-1752 et 10 pour la période 1820-1830). Contrairement à ce que l'on observe au Caire où « dans la plupart des transactions concernant ce type d'habitat, l'objet de la transaction concerne le ḥush en entier et ce n'est que rarement qu'un logement individuel est traité sur le marché immobilier »131, moins de la moitié de nos transactions (10) portent sur l'ensemble d'un ḥawš ; 15 transactions portent quant à elles sur des portions de bâtiments (maqsam, maskan, murabba‘, dār).

107Les transactions réalisées au cours de la période 1820-1830 portent toutes sur des parties de ḥawš ou sur des pièces situées à l'intérieur de ceux-ci ; dans ces cas, aucune description n'est faite de l'ensemble du bâtiment. Nous ne pourrons donc appréhender les caractéristiques architecturales des ḥawš qu'à partir de nos documents du milieu du xviiie siècle ; dans 10 des 15 actes dont nous disposons pour cette période figure une description de l'ensemble du bâtiment. Comme le montre le tableau suivant, ces descriptions sont élaborées à partir des mêmes éléments architecturaux que pour les autres types d'habitations.

  • 132 Nous ne retenons ici que la description de neuf ḥawš sur dix : l'un deux fait en effet l'objet de (...)

TABLEAU 45. Description de neuf ḥawš du faubourg du Mīdān au cours de la période 1742-1752132

TABLEAU 45. Description de neuf ḥawš du faubourg du Mīdān au cours de la période 1742-1752132
  • 133 Cet éventail se retrouve également au Caire où certains ḥawš comprennent deux ou trois logements e (...)
  • 134 123/244/316.
  • 135 130/230/466.
  • 136 117/12/23.

108Au milieu du xviiie siècle, l'élément le plus important du ḥawš est le maskan : certains ḥawš en comprennent trois, quatre ou cinq, d'autres entre huit et dix, voire douze ou dix-sept133. Ces maskan sont surmontés d'un toit plat (saqaf) ou de coupoles (qubba) ; dans certains cas, notamment dans les ḥāws les plus importants, ces deux éléments coexistent. Ainsi, dans les Qubaybāt, un ḥawš comprend huit maskan surmontés chacun d'une coupole et deux recouverts d'un toit plat134 ; il en est de même pour un ḥawš situé dans le Mīdān, Zuqāq al-Qubba al-Bayḍā', et qui comprend six maskan surmontés chacun d'une coupole et quatre recouverts d'un toit plat135 ; enfin, le ḥawš le plus important de notre corpus, situé dans le Mīdān, Zuqāq al-Haṭṭāb, comprend quinze maskan surmontés chacun d'une coupole et deux recouverts d'un toit plat136.

  • 137 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.
  • 138 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 132 ; d'après Kitāb waqf lālā bāsā, p. 211.
  • 139 117/12/23.
  • 140 117/12/23 ; 117/102/160.
  • 141 117/12/23.
  • 142 117/102/160.

109La plupart des ḥāws se limitent à des pièces situées de plain-pied autour de la cour mais, comme au Caire137 ou à Sayda138, quelques-uns d'entre eux comportent un étage auquel on accède par un escalier en bois (sullam ḫašab)139 ou en pierre (sullam ḥağar)140, parfois les deux comme dans le ḥawš situé dans le Mīdān, Zuqāq al-Ḥaṭṭāb, que nous venons d'évoquer. Ce ḥawš est le plus monumental de notre corpus ; vendu le 6 Ğumādā II 1159/26 juin 1746 par deux frères, Aḥmad b. Muḥammad Aġā b. Bākir Aġā al-Mahāyinī et Darwīš b. Muḥammad Aġā b. Bākir Aġā al-Mahāyinī, à un autre militaire, Yūsuf Beşe, il comprend une cour équipée d'un puits, quinze maskan recouverts de coupoles (dont une est détruite), deux maskan recouverts d'un toit plat, un escalier en pierre et un en bois conduisant chacun à une ṭabaqa ainsi que des commodités141 ; d'autres ḥawš comprennent une seule ṭabaqa142.

  • 143 117/125/195 ; 123/8/12 ; 297/383/842 ; 313/397/1078. De même, vers 1860, des cuisines sont signalé (...)

110Si les ḥawš présentent des caractéristiques architecturales particulières, elles se manifestent non pas par la spécificité de certains éléments mais plutôt par leur absence. Nous constatons ainsi l'absence de certains éléments qui, dans les demeures, sont signes de prestige : la birkat mā', l'īwān, la qā‘a, la mašraqa, le qaṣr et le dīwān ḫāna. Certains ḥawš comprennent une cuisine mais nous n'avons pas reproduit ici leur description ; les transactions qui les concernent portent simplement sur des maqsam et nous ne disposons donc que d'une information partielle sur le bâtiment143. Tous les ḥawš comportent des commodités (manāfi‘ šar‘iyya) et le tiers d'entre eux des latrines.

  • 144 117/213/316.

111En somme, les ḥawš, tels qu'ils sont décrits dans nos documents, se distinguent peu des maisons (dār). Dans notre corpus, un seul ḥawš présente un caractère "archaïque" : situé dans le Mīdān, Zuqāq al-Maslaḫ, il comprend seulement quatre buyūt, des latrines et des commodités144.

  • 145 Cf. Pascual j.-p, Damas, p. 48-49.
  • 146 297/88/220.

112Contrairement à l'opinion émise par M. Dahmān145, les écuries ne sont pas, du moins dans nos documents, un élément caractéristique des ḥawš : nous trouvons une seule allusion à ce type d'utilisation à propos d'un ḥawš situé dans les Qubaybāt, Zuqāq Ismā‘īl Ğurbağī ; un espace, qualifié ici de murabba‘, est en effet destiné à attacher les montures (murabba‘ mu‘add li-rabṭ al-dawābb)146.

  • 147 297/225/502.

113La seule description complète de ḥawš dont nous disposons pour le début du xixe siècle est intéressante : il s'agit d'un ḥawš que détient la famille Mahāyinī dans les Qubaybāt en 1236/1821. Ce ḥawš comprend en effet une cour (sāḥa samāwiyya), deux dévidoirs à soie (dūlāb ḥarīr), trois bā'ika, cinq logements surmontés chacun d'une coupole (buyūt bi-qibāb) et des commodités (manāfi‘ šar‘iyya). Les ḥawš peuvent donc abriter des activités commerciales et artisanales ; celui-ci contient également sept oliviers, détenus en copropriété par la famille Mahāyinī et la famille Ğibāwī147.

114Dans le faubourg du Mīdān, on remarque, encore de nos jours, quelques ḥawš abandonnés dont le caractère rural est évident : ainsi, dans le secteur de Ḥaqla, un ḥawš, que les habitants du quartier désignent encore comme tel, est la propriété d'une famille de Turcomans ; il était, jusqu'à une date récente, destiné à recevoir des moutons dans l'attente de leur vente sur les marchés urbains ; de même, un ḥawš situé en face de la Mosquée Manğak présente un caractère rural très marqué. Ce sont des espaces enclos comprenant, sur un ou plusieurs côtés, des locaux (des pièces ?) construites en terre. Dans nos documents, on ne trouve malheureusement aucune indication sur les matériaux de construction : on ignore ainsi si les ḥawš, bien que comportant, en gros, les mêmes éléments architecturaux que l'ensemble des habitations, s'en distinguent par leur précarité ; autrement dit, dans quelle mesure la terre et la pierre interviennent-elles dans les différents types d'habitat ?

C - PROPRIÉTAIRES ET LOCATAIRES

115Nous connaissons la valeur des ḥawš échangés sur le marché immobilier. Au cours de la période 1742-1752, la valeur des 10 ḥawš qui sont achetés dans leur totalité varie entre 80 et 520 qurš : 5 ḥawš valent entre 80 et 150 qurš, 3 ḥawš valent entre 150 et 200 qurš, et les 2 ḥawš les plus chers valent 470 qurš et 520 qurš. Si les ḥawš abritent une population pauvre, ils ont cependant une valeur non négligeable sur le marché immobilier.

  • 148 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 31.
  • 149 128/121/228 ; 130/221/452 ; 130/230/468.
  • 150 123/4/6.
  • 151 117/12/23.
  • 152 297/150/347 ; 297/225/502 ; 313/477/1233.
  • 153 117/41/72.

116Certains d'entre eux sont d'ailleurs la propriété de notables. Deux ḥawš appartenant à de grandes familles de Bāb al-Mūṣāllā sont signalés au cours de la période 1825-1875 : Ḥawš Banū al-Muğtahid et Ḥawš Banū Sukkar148. Dans le Mīdān, on trouve le Ḥawš al-Mawṣilī, Zuqāq al-Mawṣilī149, et le Ḥawš Banū ‘Ağlān, à proximité de Zuqāq al-Mawṣilī150. Dans les Qubaybāt, plusieurs ḥawš appartiennent à la famille Mahāyinī : en 1742-1752, un dans Zuqāq al-Ḥaṭṭāb151 ; en 1820-1830, un autre dans Zuqāq Abu Ğabr (vraisemblablement à proximité de Zuqāq al-Šayḫ Ya‘qūb)152. Ce ḥawš est détenu en copropriété avec la famille Ğibāwī qui en possède un autre (Ḥawš Banū Sa‘d al-Dīn) dans Zuqāq al-mā'153.

  • 154 Hanna N., Habiter au Caire, p. 71.

117Selon toute vraisemblance, ces familles de notables ne logeaient pas dans les ḥawš en question et l'aspect le plus énigmatique de ce type d'habitat reste celui de la population qu'ils abritaient : en effet, comme nous l'avons signalé, et comme cela s'observe également au Caire154, les locations faisaient sans doute, la plupart du temps, l'objet d'un accord verbal entre les deux parties sans être enregistrées au tribunal, et cela limite davantage notre connaissance de ce type d'habitat, particulièrement concerné par le phénomène de la location puisqu'il était le refuge des populations les plus pauvres.

  • 155 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.

118Le nom de certains ḥawš nous renseigne cependant sur leurs habitants, originaires d'une même région, ou exerçant une même activité professionnelle. Au Caire, certains ḥawš abritent ainsi les gens originaires du Sa‘īd (Ḥawš al-Sa‘ayda) ou les gens originaires des provinces orientales (Ḥawš al-Saraqwā) ; on trouve de même les paysans rassemblés dans le Ḥawš al-Fallāhīn et les danseuses professionnelles dans le Ḥawš al-Ġawāzī155.

  • 156 92/129/317.
  • 157 92/12/27.
  • 158 117/195/294.
  • 159 128/121/228.
  • 160 117/125/195.
  • 161 109/127/242.
  • 162 123/8/12.

119À Damas, il existe, au xviiie siècle, un ḥawš propre aux muletiers (ou aux chameliers), situé dans le quartier de Šāġūr Barrānī (Ḥawš al-Mukāratiyya)156. Dans le faubourg du Mīdān, on trouve un ḥawš où sont installés des Égyptiens (Ḥawš al-Misriyyīn)157 et un autre abritant sans doute des personnes originaires de Homs (Ḥawš al-Ḥamāsina)158, tous deux situés dans les Qubaybāt. À cette époque, plusieurs ḥawš appartiennent par ailleurs à des Turcomans mais nous ignorons si leurs locataires sont des Turcomans ou non ; ces ḥawš se trouvent dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī159, Zuqāq al-Ḥağğārīn160, Zuqāq Qiyās161, et dans les Qubaybāt, dans le secteur de Ḥaqla162.

  • 163 130/237/480.
  • 164 297/75/178.
  • 165 297/100/245 ; 313/457/1188 ; 313/364/1007.
  • 166 Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31.
  • 167 297/497/1123.

120Plusieurs ḥawš accueillent des chrétiens, et ceci n'est pas surprenant puisque les chrétiens représentent, comme nous l'avons indiqué, une partie importante des migrants ruraux ; des Ḥawš al-Naṣārā sont signalés au milieu du xviiie siècle dans les Qubaybāt, à proximité de Zuqāq Latīf163, et au début du xixe siècle dans le Mīdān, à proximité de Zuqāq Sitt al-Ahl164, et à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Baqqāra et Zuqāq Banū al-Muğtahid165. Nous savons par ailleurs qu'en 1276/1863, un ḥawš appartenant au waqf des Banū Sukkar, Zuqāq al-Baqqāra, contient trois murabba‘ dans lesquels logent des chrétiens166. Toutefois, l'installation des chrétiens dans les ḥawš n'est pas seulement le fait de pauvres locataires : le 6 rabī‘ II 1237/31 décembre 1821, deux chrétiens vendent une petite maison (dār) qu'ils avaient acquise par héritage dans un ḥawš du Mīdān ; évaluée à 200 qurš, elle comprend une cour, un murabba‘, une ḫizāna, des latrines et des commodités167.

  • 168 Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31.

121Dans son étude sur le quartier de Bāb al-Mūṣāllā en 1825-1875, A.-K. Rafiq suggère que le ḥawš a connu une évolution au cours de cette période : principalement utilisé pour attacher les montures, il s'est transformé en lieu d'habitation, notamment après les événements de 1860 quand de nombreux chrétiens du Mont Liban se sont réfugiés dans le faubourg du Mīdān168. S'il ne fait aucun doute que certains de ces ḥawš sont occupés par des chrétiens, nous ne pensons pas que les événements de 1860 aient été déterminants dans l'évolution fonctionnelle des ḥawš. Dans notre corpus apparaissent en effet de nombreux ḥawš destinés à accueillir des populations, chrétiennes ou autres, dès le milieu du xviiie siècle ; il nous paraît donc plus vraisemblable d'opter pour la coexistence de deux types de ḥawš, l'un abritant des individus et l'autre destiné aux animaux, bêtes et gens pouvant d'ailleurs éventuellement se côtoyer au sein d'un même espace.

D - INTÉGRATION AU TISSU URBAIN, REPRODUCTION D'UNE MANIÈRE D'HABITER OU DÉGRADATION DE L'HABITAT URBAIN ?

122À partir de ces diverses informations, plusieurs questions peuvent se poser au sujet des ḥawš.

  • 169 Ces ḥawš au caractère rural très marqué nous semblent pouvoir être rapprochés des douars urbains d (...)
  • 170 Abdel Nour A..Histoire urbaine, p. 133.
  • 171 Raymond A., Grandes villes, p. 324-325 ; d'après Makki M., Medina, Saudi Arabia. A Géographie Anal (...)

123Dans la mesure où ils sont plus particulièrement concentrés dans les faubourgs des villes, certains ḥawš pourraient être des bâtiments ruraux ayant été intégrés à la ville sous l'effet de la croissance urbaine169. À Zahlé, les ḥawš peuvent être considérés comme des noyaux d'urbanisation dans la mesure où chacun d'eux a donné naissance à un quartier : selon A. Abdel Nour, « il ne semble pas d'ailleurs que Zahlé soit une exception, et ce processus a dû se reproduire plusieurs fois si nous en jugeons par la multitude de villages libano-syriens qui portent le nom de ḥawš-s ; beaucoup de ces bâtiments ruraux ont dû évoluer en village »170. Ce phénomène se retrouve également à Médine où les quartiers étaient divisés en ḥawš décrits comme des zones « presque circulaires entourées de maisons, avec une porte qui était fermée au coucher du soleil »171.

  • 172 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 133.
  • 173 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 135.

124Par ailleurs, n'assiste-t-on pas, de la part des populations qui habitent ces ḥawš, à une reproduction, en milieu urbain, de modèles architecturaux caractéristiques du monde rural dont ils sont originaires ? A. Abdel Nour suggère par exemple que « les hommes les plus pauvres ne pouvant posséder une cour privée, organisaient l'espace construit de façon à créer une cour commune, dans des bâtiments urbains, probablement d'une manière très spontanée »172, et il remarque que « l'architecture spontanée des actuels bidonvilles en Syrie et au Liban crée des formes de disposition de l'habitat comparable aux ḥawš-s anciens. Souvent, les bidonvilles sont nommés taḥwīṭa-s (celle qui entoure) ; les taḥwīṭa-s sont traditionnellement formées d'une ou de plusieurs cours entourées de maisons très modestes. Nous avons affaire à une remarquable permanence du type architectural »173.

  • 174 David J.-C., « Dégradation », p. 28-29.
  • 175 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 134.
  • 176 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 134.

125Enfin, ces ḥawš ne résultent-ils pas d'une dégradation de l'habitat urbain par une parcellisation des biens résidentiels entre plusieurs familles ? Ce phénomène, qui s'observe actuellement à Damas mais aussi à Alep174, peut se décrire ainsi : « D'anciennes maisons du type classique (avec cour centrale et pièces d'habitation autour) sont transformées, avec le départ des anciens occupants aisés vers les nouveaux quartiers, en habitations communes reproduisant, autour de l'ancienne cour, un modèle d'habitation comparable aux ḥawš-s que nous trouvons aux xvie, xviie et xviiie siècles en Egypte et en Syrie. »175. Ce processus amène d'ailleurs A. Abdel Nour à se demander si le ḥawš, en milieu urbain du moins, existe en tant que forme particulière d'habitation ou s'il procède de la dégradation de formes plus "nobles"176. Ce type d'évolution expliquerait sans doute que la plupart des ḥawš que nous avons rencontrés dans le faubourg du Mīdān soient décrits dans les même termes que les maisons (dār).

126Nous suggérons quant à nous, à partir des documents d'archives et de quelques observations sur le terrain, la coexistence de deux types de ḥawš dans le faubourg du Mīdān : un type rural, intégré au tissu urbain ou conçu par des individus reproduisant des manières d'habiter propres à la campagne, et un type urbain, qualifié de ḥawš non pas pour des raisons architecturales mais plutôt pour des raisons sociologiques : semblables aux autres habitations, ces unités résidentielles seraient ainsi désignées, sans doute de manière péjorative, car la cohabitation, en leur sein, de diverses familles, rappellerait le type de peuplement caractéristique des ḥawš.

  • 177 Pascual J.-P., Damas, p. 48 ; d'après Zettersteen K., « Kleine Beträge », p. 15.

127D'ailleurs, au début du xxe siècle, à Damas, ce terme désigne une grande maison, qui n'est pas destinée à une seule famille, mais est divisée en logements pour plusieurs personnes177 : cette définition du ḥawš repose sur des critères sociologiques et ne présente pas le ḥawš comme un type architectural particulier ; il semble que cela soit aussi le cas dans bon nombre de ḥawš du Mīdān.

Notes

1 Les manāfi‘ šar‘iyya désignent les droits divers attachés aux immeubles (droit d'accès, droit à l'eau, droit à l'égoût) ; cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 392-393, d'après Ibn ‘AbīdĪn M., al-Radd al-muhtār, IV, p. 262. Cette notion est parfois exprimée sous une forme plus développée (manāfi' wa marāfiq wa huqūq šar'iyya) ; la quasi-totalité des maisons de notre corpus en bénéficient.

2 Pour une description détaillée d'une maison damascène dans la seconde moitié du xviie siècle, cf. également MahāsinĪ I., Kunnāš, p. 96-97 ; Marino B., Carnet, p. 40- 41.

3 Cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 392 ; d'après Ibn ‘AbidĪn M., al-Radd al-muhtār, IV, p. 261-262.

4 Dans quatre maisons (dār) de Bāb al-Mūṣāllā, la distribution des pièces se fait non pas à partir d'une cour mais à partir d'un couloir (dihlīz) dans lequel se trouve un escalier conduisant aux pièces situées à l'étage (109/19/31 ; 130/68/118 ; 130/151/306 ; 130/169/341).

5 Maury B., « La maison damascène », p. 26-27.

6 Maury B., « La maison damascène », p. 28.

7 Sur les plans cadastraux, il apparaît également que les cours équipées d'un bassin ne sont pas aussi fréquentes qu'on se l'imagine ; dans les quelque 5 000 parcelles que comptent les 20 circonscriptions cadastrales prises en considération dans le cadre de cette étude, on dénombre environ 780 bassins. On ne peut toutefois conclure que 15 % des maisons sont équipées d'un bassin. En effet, ces parcelles ne sont pas toutes occupées par des biens à usage domestique ; certaines le sont par des ateliers, d'autres par des boutiques. Par ailleurs, certaines maisons comptent deux, voire trois bassins. Enfin, les cartes cadastrales ont été établies dans les années 1930, et de nombreux bassins ont pu être construits depuis le début du xixe siècle. Compte tenu de ces divers éléments, nous pouvons estimer qu'à l'époque du mandat, environ le dixième des maisons du Mīdān sont équipées d'un bassin, proportion certainement plus élevée qu'à l'époque qui nous intéresse.

8 Maury B., « La maison damascène », p. 27-28. Au Caire, la fonction de la cour est remplie par une pièce principale, généralement la qā‘a, commandant l'accès à des pièces secondaires ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 38 ; Zakariya M., « Typologie de l'habitat », p. 123.

9 Maury B., « La maison damascène », p. 42. A. Abdel Nour (Histoire urbaine, p. 100 ; « Habitat et structures sociales », p. 74), signale la rareté des īwān dans les maisons alépines mais ne donne aucun pourcentage à ce sujet. Sur l'īwān dans la maison damascène, cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 399.

10 Sur la qā‘a, cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 400.

11 Depaule J.-Ch., « Espaces, lieux et mots », p. 97.

12 Tate J., Waqfiyya, p. 64.

13 109/96/180 ; 117/1/1 ; 117/102/160 ; 117/175/266 ; 117/141/223 ; 123/163/228 ; 123/236/309 ; 128/70/136 ; 130/159/320 (dans ce dernier cas, le maskan est même situé à l'intérieur du murabba‘ : murabba‘ dāhila-hu maskan).

14 Selon la définition proposée par J.-Ch. Depaule (« Espaces, lieux et mots », p. 97), la spécificité de cette pièce repose sur le nombre de ses murs : « Une pièce, d'une certaine importance, qui par définition a quatre murs alors que l'īwān en a trois et que la qā‘a peut en avoir plus de quatre. »

15 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 97-98 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 72 ; Tate J., Waqfiyya, p. 64.

16 Tate J„ Waqfiyya, p. 63.

17 Le terme bayt peut aussi désigner l'habitation d'une famille à l'intérieur d'une maison (dār) mais cela ne semble pas être le cas dans notre corpus. Sur les deux sens du mot bayt, cf. Abdel Nour A., « Types architecturaux », p. 67 ; p. 86, n. 7. Certains bayt de notre corpus sont qualifiés de "petit" (saġīr) : 109/155/299 ; 109/118/226 ; 123/106/151 ; 130/84/155 ; 297/66/157. D'autres sont surmontés d'une coupole (qubba ma'qūda bi-labin wa tīn) : 109/178/342 ; 117/6/11 ; 117/132/205 ; 130/122/244.

18 18.109/155/229 ; 109/118/226 ; 117/6/11 ; 117/152/237 ; 123/106/151 ; 130/122/244 ; 130/84/155 ; 297/66/157 ; 297/559/1296.

19 109/178/342 ; 117/118/184 ; 117/132/205 ; 130/249/503 ; 297/75/178.

20 117/213/316 ; 123/89/119 ; 128/16/36.

21 130/127/257.

22 123/89/119 ; 128/16/36 ; 130/127/257.

23 109/77/139 ; 117/254/370 ; 123/104/145 ; 123/205/277 ; 128/102/197 ; 128/193/ 359 ; 130/75/135 ; 130/138/283 ; 297/169/390 ; 297/292/636 ; 297/347/748 ; 297/497/ 1123 ; 313/72/216.

24 117/43/75 ; 123/267/346.

25 117/1/1.

26 123/262/340.

27 109/102/189.

28 123/94/127. Sur la ṭabaqa, cf. infra, paragraphe consacré aux pièces situées à l'étage.

29 128/175/324.

30 123/91/122.

31 297/187/425 ; 297/320/703.

32 Tate J., Waqfiyya, p. 66.

33 123/370/530.

34 130/245/496.

35 .130/102/200 ; 130/232/471.

36 128/1/2 ; 128/2/5.

37 .117/186/281 ; 130/174/350.

38 109/102/189 ; 117/175/266 ; 130/208/430.

39 Tate J., Waqfiyya, p. 65.

40 Au caire, ce terme est introduit dans les archives au xviiie siècle ; cf. Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 26.

41 Tate J., Waqfiyya, p. 65.

42 Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 26 ; ce terme y est d'ailleurs employé simultanément avec le terme tabaqa que nous évoquerons plus loin.

43 Parmi les 22 escaliers en bois mentionnés au milieu du xviiie siècle, 15 se trouvent dans des maisons modestes, 5 dans des maisons moyennes et 1 seul dans une grande maison ; parmi les 9 escaliers en bois mentionnés au début du xixe siècle, 5 se trouvent dans des maisons modestes, 2 dans une maison moyenne et 2 dans une grande maison.

44 117/175/266 ; 297/137/323 ; 297/375/821 ; 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.

45 109/102/189.

46 109/86/158 ; 117/186/281 ; 313/4/5.

47 L'escalier mène parfois à une galerie qui dessert chacune d'entre elles mais cela ne semble pas être le cas dans les maisons de notre corpus ; cf. Maury B., « La maison damascène », p. 14, p. 33.

48 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 401.

49 109/43/73.

50 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 395, n. 1.

51 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 126, p. 129 ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 44 ; Pascual j.-p., « Du notaire au propriétaire », p. 400.

52 130/57/98 ; 297/397/875 ; 297/447/1002 ; 297/447/1003 ; 313/6/12.

53 Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 399, p. 401.

54 Pascual j.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 399, p. 401. Selon j.-c. David (« Domaines et limites de l'architecture d'Empire », p. 177), ce terme ne paraît pas utilisé à Alep avant le xviiie siècle et désigne dans les grandes maisons « des locaux à l'étage, composites, avec généralement une double arcature divisant l'espace en deux parties, ‘ataba et īwān, ou bien une loggia ouverte sur l'extérieur, commandant l'accès à une pièce ordinaire ».

55 Hanna N., Habiter au Caire, p. 43-44.

56 Hanna N., Habiter au Caire, p. 74.

57 Hanna N., Habiter au Caire, p. 75 ; Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 24, p. 25.

58 Maury B., « La maison damascène », p. 33.

59 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 129.

60 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 98 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 73.

61 Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 31.

62 Cette proportion est nettement plus élevée qu'à Alep où seulement 20 % des maisons sont équipées d'une cuisine ; cf. Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 100 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 74.

63 Pour une description de la cuisine dans la maison damascène, cf. Maury B., « La maison damascène », p. 14, p. 32 ; pour Le Caire, cf. Hanna N., « La cuisine dans la maison du Caire ».

64 Sur le bayt mūna en Tunisie, cf. Bairam A., « Le Bit el-Muna ».

65 123/85/115 ; 123/85/116 ; 297/66/157 ; 297/243/537 ; 313/458/1190 ; 297/544/1253 ; 313/237/681 ; 313/257/728 ; 313/344/961 ; 313/365/1009 ; 313/397/1078.

66 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52.

67 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52, p. 58 ; Hanna N., « La cuisine dans la maison du Caire », p. 407.

68 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 101 ; Abdel Nour A., « Habitat et structures sociales », p. 74 ; d'après Ibn Tūlūn M., I'lām, p. 270.

69 Sur les problèmes posés par l'étude de la terminologie architecturale, cf. Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 22.

70 Hanna N., Habiter au Caire, p. 51.

71 Pascual j.-p., « Du notaire au propriétaire », p. 398, p. 402.

72 128/36/77 ; 128/135/248 ; 313/50/153 ; 313/124/364 ; 313/272/772.

73 117/186/280 ; 128/36/77 ; 128/135/248.

74 130/92/173.

75 109/160/310 ; 128/76/147.

76 Certains des maqsam de notre corpus représentent 13, 16 ou 17 qīrāt de l'habitation dans laquelle ils se trouvent ; d'autres 8, 9 ou 10 qīrāt.

77 En 1113/1702, le partage d'une maison des Qubaybāt est concrétisé par la construction d'un mur ; cf. Pascual J.-P., « Du notaire au propriétaire », p. 394, d'après 25/208/383. Sur la division des maisons d'Alep, cf. David J.-C., « Dégradation », p. 29.

78 109/178/342 ; 297/303/662 ; 297/391/358.

79 297/391/858.

80 128/199/372.

81 109/132/250 ; 117/6/11 ; 130/249/503 ; 313/325/916.

82 109/132/250 ; 109/178/342 ; 117/26/44 ; 123/8/12 ; 123/105/147 ; 128/116/220 ; 128/197/367 ; 128/199/372 ; 130/122/244 ; 130/245/496 ; 297/249/547 ; 313/326/918.

83 Hanna N., Habiter au Caire, p. 44.

84 Cette typologie rejoint celle proposée par N. Hanna pour les maisons du Caire : deux, trois ou quatre pièces pour les maisons modestes (Hanna N., Habiter au Caire, p. 67) ; entre deux et sept pièces pour les maisons moyennes (ibid, p. 57) ; jusqu'à douze pièces pour la plupart des grandes maisons (ibid, p. 51). Notre corpus ne comprend cependant aucune maison de vingt pièces ou plus.

85 109/17/25.

86 128/142/261.

87 297/135/315.

88 313/211/602.

89 313/310/879.

90 313/62/185.

91 109/171/329.

92 117/120/188.

93 297/202/456.

94 313/385/1053.

95 Cette terminologie est la même que celle utilisée à Alep (Tate J., Waqfiyya). Les termes de salāmlik et de ḥaramlik, utilisés actuellement pour désigner les espaces masculins et féminins des grandes demeures, ne sont pas employés dans les documents d'archives. Au Caire, les termes de bāb al-ḥarīm, masākin al-ḥarīm, maṭbah al-ḥarīm, hawš al-ḥarīm, rarement utilisés au xviie siècle, apparaissent de plus en plus souvent au xviiie siècle ; cf. Hanna N„ Habiter au Caire, p. 75 ; Hanna N., « Le vocabulaire de la maison », p. 26.

96 123/205/277.

97 297/417/932.

98 297/417/932.

99 128/103/199.

100 128/39/84.

101 Hanna N., Habiter au Caire, p. 52, p. 69.

102 297/137/323 ; 297/375/821 ; 313/21/65 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.

103 17/12/23 ; 297/56/133 ; 313/4/5.

104 297/56/133 ; 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108 ; 313/62/185.

105 297/56/133.

106 313/23/73 ; 313/33/106 ; 313/33/108.

107 313/6/12.

108 313/460/1194.

109 123/163/228.

110 128/39/84.

111 117/7/12.

112 117/1/1.

113 297/137/323.

114 313/21/65.

115 313/6/12.

116 313/363/1006.

117 109/178/342 ; 117/118/184 ; 128/3/9 ; 128/12/28.

118 117/18/30 ; 123/238/312 ; 123/382/552 ; 128/108/205 ; 128/108/206 ; 130/89/ 165 ; 130/225/458 ; 130/237/480. Parfois, une pièce surmontée d'une coupole est elle- même qualifiée de qubba (109/91/171). La valeur de ces unités d'habitation est située autour de 50 qurš.

119 117/125/195 ; 130/230/466 ; 117/12/23 ; 123/244/316.

120 Plus rarement, elles surmontent des bayt : 109/178/342 ; 117/6/11 ; 17/118/184 ; 130/122/244.

121 123/163/226.

122 130/74/133.

123 Raymond A., Grandes villes, p. 323.

124 Citons notamment Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 130-135 ; Hanna N., Habiter au Caire, p. 70-71 ; Raymond A., Grandes villes, p. 323-326 ; Raymond A., « Rapports villes-campagnes », p. 50-51.

125 Plusieurs ḥawš sont en effet signalés dans des villages situés autour de Damas ; cf. 297/110/267; 297/161/372; 297/170/392; 297/202/457; 297/236/523; 297/538/1237 ; 297/563/1306. Notons cependant que, actuellement, en Libye, « houch est le terme le plus fréquemment employé pour désigner une habitation en dur, à patio, de plain-pied et sans jardin » ; cf. Wafa I., Maison traditionnelle et organisation familiale. La maison de type houch en Libye, p. 151. Cette étude montre que le ḥawš est une habitation de type urbain ; elle ne présente aucune spécificité rurale ; cf. p. 151- 184.

126 Raymond A., Grandes villes, p. 323-324 ; Raymond A., « Rapports villes- campagnes », p. 50 ; d'après Jomard E., « Description de ta ville du Kaire », Description de l'Egypte, II-2, p. 662.

127 Raymond A., Grandes villes, p. 324 ; Raymond A., « Rapports villes- campagnes », p. 50 ; d'après Clerget M., Le Caire, I, p. 312.

128 Cf. par exemple : Šāġūr Barrānī (62/218/570 ; 62/357/881 ; 117/57/100 ; 128 /20/43 ; 313/80/243) ; Qabr ‘Ātika (123/163/227 ; 128/46/99) ; Sināniyya (128/127/ 234) ; Barīdī (62/103/288 ; 62/208/547).

129 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 132 ; d'après Kitāb waqf fātima hātūn, p. 28.

130 Mahāsinī I., Kunnāš, p. 92 ; Marino B., Carnet, p. 94.

131 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.

132 Nous ne retenons ici que la description de neuf ḥawš sur dix : l'un deux fait en effet l'objet de deux transactions.

133 Cet éventail se retrouve également au Caire où certains ḥawš comprennent deux ou trois logements et d'autres des dizaines ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 70. De même, à Naplouse, un ḥawš comporte onze maisons et un autre neuf ; dans le quartier juif de Sayda, un ḥawš comporte deux étages comprenant chacun huit pièces ; cf. Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 132 ; d'après Kitāb waqf lālā bāšā, p. 211.

134 123/244/316.

135 130/230/466.

136 117/12/23.

137 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.

138 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 132 ; d'après Kitāb waqf lālā bāsā, p. 211.

139 117/12/23.

140 117/12/23 ; 117/102/160.

141 117/12/23.

142 117/102/160.

143 117/125/195 ; 123/8/12 ; 297/383/842 ; 313/397/1078. De même, vers 1860, des cuisines sont signalées dans des ḥawš de Ġazza ; l'un d'eux comprend deux īwān et cinq qā‘a — éléments absents de nos quelques ḥawš du Mīdān — mais pas de cuisine ; cf. Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 29.

144 117/213/316.

145 Cf. Pascual j.-p, Damas, p. 48-49.

146 297/88/220.

147 297/225/502.

148 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 31.

149 128/121/228 ; 130/221/452 ; 130/230/468.

150 123/4/6.

151 117/12/23.

152 297/150/347 ; 297/225/502 ; 313/477/1233.

153 117/41/72.

154 Hanna N., Habiter au Caire, p. 71.

155 Hanna N., Habiter au Caire, p. 70.

156 92/129/317.

157 92/12/27.

158 117/195/294.

159 128/121/228.

160 117/125/195.

161 109/127/242.

162 123/8/12.

163 130/237/480.

164 297/75/178.

165 297/100/245 ; 313/457/1188 ; 313/364/1007.

166 Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31.

167 297/497/1123.

168 Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31.

169 Ces ḥawš au caractère rural très marqué nous semblent pouvoir être rapprochés des douars urbains de Casablanca : « Dans cet espace clos, presque aveugle — une seule porte ouvre sur l'extérieur — ont été construites de petites unités locatives. Le douar est donc, de par sa formation, replié sur lui-même, introverti, presque refoulé : il constitue une cellule Marginale dans une clairière urbaine » ; Léonard G., « Réponses au dérèglement d'une croissance urbaine. Trois douars urbains de Casablanca », p. 59.

170 Abdel Nour A..Histoire urbaine, p. 133.

171 Raymond A., Grandes villes, p. 324-325 ; d'après Makki M., Medina, Saudi Arabia. A Géographie Analysis of the City and Région, p. 37.

172 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 133.

173 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 135.

174 David J.-C., « Dégradation », p. 28-29.

175 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 134.

176 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 134.

177 Pascual J.-P., Damas, p. 48 ; d'après Zettersteen K., « Kleine Beträge », p. 15.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 34. Types de biens immobiliers à usage résidentiel faisant l'objet de transactions dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 el 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU 35. Occurrence des divers éléments architecturaux dans les maisons du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre TABLEAU 36. Nombre de maskan dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre TABLEAU 37. Nombre de murabba‘ dans les maisons (dār) du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU 38. Nombre de ṭabaqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 39. Nombre de mašraqa dans les maisons à étage du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 40. Nombre de pièces par maison (dār) dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre TABLEAU 41. Valeur des maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre TABLEAU 42. Typologie des maisons (dār) du faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre TABLEAU 43. Nombre de pièces par catégories de maisons dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 44. Proportion de maisons à étage pour chaque type de maisons (dār) dans le faubourg du Mīdān
Légende (Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 45. Description de neuf ḥawš du faubourg du Mīdān au cours de la période 1742-1752132
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3848/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search