Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Deuxième partie. La Ville, le Faubourg, la Campagne

Chapitre III. Le tribunal du Mīdān, témoin des implications des citadins dans le monde rural

Texte intégral

1Les registres du Tribunal du Mīdān que nous avons exploités concernent, rappelons-le, les périodes 1742-1752 et 1820-1830. Dans le cadre d'une étude sur les investissements des habitants du Mīdān dans le monde rural, l'exploitation des actes d'achat et de location enregistrés au Tribunal de ce faubourg présente quelques limites que nous avons déjà signalées dans la présentation des sources ; elles résident dans le manque de précision sur le lieu de résidence des citadins et sur le caractère restreint de l'aire géographique couverte.

  • 1 Cette situation peut notamment se produire lors de transactions entre citadins et villageois. La m (...)

2En effet, le lieu de résidence des citadins n'est pas indiqué dans ces actes d'achat et de location ; certains concernent donc sans doute, à notre insu, quelques individus ne résidant pas dans le Mīdān1. Toutefois, malgré la présence de ces "intrus", nous considérerons que la majorité de ces démarches sont accomplies par des habitants du Mīdān. Ce choix est, nous en convenons, arbitraire mais il demeure le seul moyen d'approcher les investissements des habitants du Mīdān dans le monde rural. Afin d'éviter toute généralisation abusive, nous désignerons les acteurs de ces transactions non pas comme des habitants du Mīdān mais, plus prudemment, comme des citadins (enregistrant leurs transactions au Tribunal du Mīdān). Parmi les acheteurs, les vendeurs, les locataires et les bailleurs de biens en milieu rural, nous rencontrons un certain nombre de notables du faubourg appartenant notamment aux familles ‘Ağlānī, Ḥakīm, Mahāyinī, Mawṣilī et Turkumānī ; nous préciserons la nature de leurs interventions dans la campagne.

  • 2 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 156.

3Par ailleurs, comme le remarque également J. Reilly pour l'ensemble des tribunaux de Damas2, les registres du Tribunal du Mīdān contiennent essentiellement des documents concernant les régions arboricoles et maraîchères proches de la ville. Malgré le rôle notoire des habitants du Mīdān dans la commercialisation des céréales, ces documents donnent peu d'informations sur les transactions réalisées dans les régions d'agriculture extensive. Dans l'état actuel de nos connaissances, nous ne sommes pas en mesure de déterminer si cette distinction géographique reflète l'aire d'influence des tribunaux de Damas—auquel cas les documents concernant les régions céréalières du Ḥawrān et de la Biqā‘ seraient consignés dans les registres de tribunaux plus proches de ces régions — ou si les documents concernant les régions céréalières, appartenant pour la plupart à l'État, sont consignés dans des registres autres que ceux des tribunaux situés dans les provinces de l'Empire. Des recherches futures dans les diverses archives ottomanes nous apporteront sans doute une réponse à ce sujet ; tributaires de nos sources actuelles, nous pourrons seulement nous livrer ici, pour les régions céréalières, à une esquisse des investissements des citadins.

4En ce qui concerne l'endettement, il nous faut apporter quelques précisions sur les réalités que nous montrent les divers types de documents enregistrés dans les tribunaux. En effet, deux types de créances, urbaines et rurales, sont mentionnés dans les registres de la qisma et dans les registres des tribunaux de quartiers. À travers les documents que nous avons étudiés, il apparaît que les actes de succession mentionnent plutôt, mais pas exclusivement, des créances ayant été accordées à des citadins. En revanche, les tribunaux de quartiers contiennent de nombreuses reconnaissances de dettes dont la plupart, pour ne pas dire la quasi-totalité, émanent de villageois ; l'étude de ces dernières complétera notre connaissance des créances détenues par les habitants du Mīdān.

5Après avoir localisé dans l'espace rural les interventions de différentes catégories de citadins, nous préciserons la nature des biens qui font l'objet de celles-ci et indiquerons leur importance financière. Nous suivrons ensuite les citadins dans la campagne en examinant d'abord leurs investissements dans les zones arboricoles et maraîchères puis dans les régions céréalières. Nous évoquerons enfin les créances qu'ils y détiennent sur les populations villageoises.

I- LES INVESTISSEMENTS DANS LA CAMPAGNE

6Si les registres des tribunaux donnent peu d'informations sur la commercialisation des produits agricoles, ils sont en revanche plus loquaces sur les achats et locations de biens situés en milieu rural. Nous avons pu ainsi constituer, à partir des actes consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān, un corpus de 610 documents (145 actes d'achat et 120 actes de location pour la période 1742-1752 ; 184 actes d'achat et 161 actes de location pour la période 1820-1830).

A - NATURE ET VALEUR DES INVESTISSEMENTS DES CITADINS DANS LE MONDE RURAL

7Après avoir signalé la fréquence des interventions des citadins dans le monde rural par rapport à celles des villageois, nous localiserons les régions dans lesquelles elles s'opèrent et préciserons la nature des biens sur lesquels elles portent ; nous évaluerons ensuite leur importance financière et identifierons le statut des personnes qui les réalisent.

1 - Citadins et villageois

  • 3 Nous examinerons ici les seuls investissements des citadins. Pour une approche comparée des invest (...)

8La majorité des individus qui achètent ou louent des biens ruraux au milieu du xviiie siècle et la quasi-totalité d'entre eux au début du xixe siècle sont des citadins3.

TABLEAU 28. Achats et locations réalisés par des citadins ou des villageois dans le monde rural

TABLEAU 28. Achats et locations réalisés par des citadins ou des villageois dans le monde rural

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

  • 4 Reilly J., Peripherul Capitalism, p. 179-185, p. 192, p. 194, p. 198. Nous avons toutefois observé (...)

9Au cours de la période 1742-1752, 59 % des acheteurs, 48 % des vendeurs, 71 % des locataires et 93 % des bailleurs de biens ruraux sont des citadins. Au cours de la période 1820-1830, les villageois ne se manifestent pratiquement plus dans nos documents ; nous en rencontrons seulement 5 parmi les acheteurs, 12 parmi les vendeurs, 2 parmi les locataires et aucun parmi les bailleurs. Cet effacement des villageois peut refléter, comme le suggère J. Reilly, la dégradation de leur situation à partir du xixe siècle4.

2 - Présence des citadins dans diverses régions rurales

10Les documents consignés dans les registres des tribunaux de Damas concernent essentiellement, nous l'avons dit, les régions arboricoles et maraîchères situées autour de Damas. Ce phénomène est beaucoup plus accentué pour les achats qu'il ne l'est pour les locations : en effet, environ 80 % des achats des citadins se réalisent dans les zones arboricoles et maraîchères alors que seulement environ 60 % des locations y sont réalisées.

  • 5 .De nombreux documents sont classés dans la catégorie "divers" ; ce sont, pour la plupart, des acte (...)

TABLEAU 29. Régions rurales dans lesquelles sont achetés ou loués des biens par les citadins5

TABLEAU 29. Régions rurales dans lesquelles sont achetés ou loués des biens par les citadins5

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

11Chaque type de région agricole se caractérise donc par des formes d'appropriation juridique différentes ; ceci est en grande partie lié au statut de la terre dans ces diverses régions.

  • 6 Rafiq A.-K., « al-Fi'àt al-iğtimā‘iyya » p. 116-117.

12Dans les zones où se pratique l'agriculture intensive, notamment la Ġūṭa, les terres, qui ont le statut de propriété privée, appartiennent pour la plupart aux waqf des monuments religieux de Damas6 ; immobilisées, elles apparaissent peu dans les actes d'achat. En revanche, les biens qu'elles supportent (plantations, bâtiments, etc.) appartiennent à des particuliers et font l'objet d'échanges sur le marché.

13Dans les régions d'agriculture extensive, cette scission de la propriété est moins fréquente ; les terres y appartiennent généralement à l'État et sont attribuées, sous forme d'iqtā‘ ou d'iltizām, à des notables bénéficiant de leurs revenus ou chargés d'y collecter les impôts. Dans notre corpus, nous ne trouvons toutefois pratiquement aucune trace de ce phénomène ; les biens y sont achetés à des particuliers ou loués à des waqf et, dans ce dernier cas, il s'agit souvent de la terre et de ce qu'elle supporte.

3 - Nature des biens faisant l'objet des transactions

14Achats et locations portent sur des types de biens différents ; les achats concernent en général les biens situés sur la terre (plantations, bâtiments, etc.) alors que les locations portent plutôt sur cette dernière. Quelques définitions facilitent la lecture du tableau que nous présentons ci-après.

  • 7 Reilly J., « Properties », p. 94.
  • 8 Reilly J., « Properties », p. 94-95.
  • 9 Reilly J., « Properties », p. 95-100.
  • 10 Reilly J., « Properties », p. 101-102.

15Le terme ġirās fait référence aux plantations (arbres fruitiers, oliviers, vignes, mûriers, noyers, etc.)7 ; la ğunayna désigne quant à elle un jardin ou un verger de petite dimension8, faisant parfois partie d'une propriété plus vaste, le bustān9, pouvant lui-même être inclus dans une exploitation agricole (mazra‘a)10.

  • 11 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 296.
  • 12 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 296.
  • 13 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 160.

16Le bayāḍ désigne la terre11, et le qarār les plantations et les bâtiments12 ; l'expression bayāḍ wa qarār indique qu'aucun élément de la propriété (bâtiments, eau, terres, plantations) ni le droit de les utiliser ne sont exclus du contrat13.

  • 14 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 166 ; Reilly J. « Properties », p. 93.

17Le terme qīma désigne quant à lui l'habitat, les murs de séparation des propriétés, le fourrage et les engrais, etc.14

18Les transactions portant à la fois sur divers types de biens (plantations, bâtiments, animaux, produits agricoles) ont été classées dans la rubrique "complexe".

TABLEAU 30. Types de biens achetés et loués par les citadins dans le monde rural

TABLEAU 30. Types de biens achetés et loués par les citadins dans le monde rural

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

19L'occurrence de certains de ces termes varie entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle. Ces évolutions peuvent, bien entendu, refléter des changements dans les types d'appropriation des biens ruraux ou simplement consister en des utilisations de termes différents pour désigner les mêmes réalités. Nous nous limiterons ici à quelques remarques terminologiques sans nous lancer dans une étude de l'histoire agraire du Bilād al-Šām.

20Ainsi, au cours de la période 1820-1830, parallèlement à l'apparition du terme qīma dans nos actes d'achat (19 %), nous remarquons une diminution relative des documents de la rubrique "complexe" (27 %, puis 16 %). De même, le terme mazra‘a apparaît dans nos actes de location seulement en 1820-1830 (9 %), période au cours de laquelle nous remarquons également une diminution des documents de la rubrique "complexe" (16 %, puis 3 %). Désormais, les termes qīma et mazra‘a pourraient bien être parfois utilisés pour désigner, de manière générique, l'ensemble des biens qui étaient autrefois énumérés et que nous avons classés dans la rubrique "complexe". Une telle évolution ne serait pas surprenante : nous avons en effet signalé à plusieurs reprises que les informations consignées dans les archives des tribunaux de Damas étaient de moins en moins précises entre le milieu du xviiie et le début du xixe siècle.

21Au cours de la période 1820-1830, plus de la moitié des actes de location (56 %) portent sur des bayāḍ wa qarār, c'est-à-dire sur la terre et les biens qu'elle supporte (plantations, bâtiments, etc.) ; or, cette proportion atteignait seulement 8 % au cours de la période 1742-1752. Parallèlement à cette augmentation, nous remarquons que les locations portant seulement sur des terrains (qit'at ard et bayād) diminuent (44 %, puis 16 %). Il semblerait ici que ce phénomène reflète non pas un changement dans la manière de consigner les informations mais bel et bien une évolution dans les locations qui portent chacune désormais sur des biens plus diversifiés comportant à la fois la terre et les éléments qu'elle supporte.

4 - Valeur des investissements dans le monde rural

22La valeur moyenne des achats des citadins dans le monde rural a été multipliée par quatre entre 1742-1752 et 1820-1830 : elle est de 331 qurš au cours de la première période et de 1 409 qurš au cours de la seconde. Cette évolution est bien entendu à mettre en relation avec l'inflation monétaire qui s'est produite dans l'Empire ottoman à partir du dernier quart du xviiie siècle. Au cours de la période 1820-1830, on remarque une importante augmentation de la valeur moyenne de ces transactions : elle est de 1 150 qurš en début de décennie (1820-1822) et de 1 637 qurš en fin de décennie (1827-1830). La répartition de ces transactions par classes de valeur est toutefois sensiblement la même : on remarque simplement une diminution des transactions dont la valeur est inférieure à 100 qurš (de 13 % à 3 %) et une augmentation des transactions dont la valeur est supérieure à 2 500 qurš (de 12 % à 22 %).

  • 15 Cette proportion est de 68 % pour 1820-1822 et de 59 % pour 1827-1830.

23Comme le montre le tableau suivant, en 1742-1752, la valeur de la quasi-totalité (97 %) des biens ruraux achetés par les citadins est inférieure à 1 000 qurš. En 1820-1830, les transactions inférieures à 1 000 qurš représentent un peu moins des deux tiers des transactions (64 %)15.

TABLEAU 31. Répartition de la valeur des achats dans le monde rural

TABLEAU 31. Répartition de la valeur des achats dans le monde rural

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

24Ces investissements peuvent porter sur quelques arbres ou sur de véritables complexes agricoles.

  • 16 109/64/117.
  • 17 128/7/19.

25Au milieu du xviiie siècle, ils se situent entre 20 et 6 300 qurš. Certains portent sur quelques arbres, comme deux noyers (aṣl ğawz) qui sont achetés pour 20 qurš, le 5 Ğumādā II1155/7 août 1743, dans le village de Mazza16 ; le 19 ṣafar 1163/28 janvier 1750, un militaire achète quant à lui, à un notable de Damas, al-Sayyid ‘Alī Efendī b. al-Sayyid Muḥammad Efendī al-Murādī, 38 parts de terrains (qiṭ'at arḍ), un bustān, une part d'exploitation agricole (mazra‘a), des instruments, des plantations (ġirās) et des céréales (ḥinṭa, ša‘īr), dans le village de Masgid al-Qadam pour 6 300 qurš17.

  • 18 297/220/493.
  • 19 313/427/1137.

26Au début du xixe siècle, les valeurs de ces transactions s'échelonnent entre 20 et 11 000 qurš. Le 18 Ğumādā I 1236/21 février 1821, quelques plantations se vendent pour 20 qurš dans le village de Yaldā18 ; en 1245/1829-1830, un notable de Damas, al-Sayyid Muhammad Ṣāliḥ Efendī b. al-Sayyid Ibrāhīm Efendī Usṭuwānī achète quant à lui à Sargāya, dans le wādī Baradā, une maison, 27 terrains sur lesquels sont plantés plus de 300 oliviers et plus de 10 noyers, des vaches et des produits agricoles, notamment 7 ġirāra d'orge mais aussi des lentilles, des pois-chiches et des petits pois, pour 11 000 qurš19.

27Les transactions les plus importantes se distinguent par le fait qu'elles portent sur de véritables complexes comprenant à la fois des terrains, des plantations, des produits agricoles, des animaux, des bâtiments et des instruments.

5 - Statut social des propriétaires de biens ruraux

28Militaires et civils, hommes et femmes, interviennent plus ou moins fréquemment dans le monde rural et y réalisent des investissements de diverse importance.

  • 20 Les ventes, notamment celles de biens acquis par héritage, se réalisent souvent en commun ; faisan (...)

TABLEAU 32. Valeur moyenne des biens achetés et vendus dans le monde rural par les citadins selon leur statut20

TABLEAU 32. Valeur moyenne des biens achetés et vendus dans le monde rural par les citadins selon leur statut20

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

  • 21 Comme nous le verrons dans la partie suivante, ce phénomène se remarque également pour les investi (...)

29Au début du xixe siècle, les militaires se manifestent moins souvent dans le monde rural ; ils représentent un peu plus du quart des acteurs des transactions au cours de la période 1742-1752 et un peu moins du dixième au cours de la période 1820-183021. Ils continuent toutefois à effectuer des investissements importants, une fois et demie supérieurs à la moyenne générale au cours des deux périodes (518 qurš contre 331 qurš au milieu du xviiie siècle ; 2 418 qurš contre 1 409 qurš au début du xixe siècle).

  • 22 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 299-300.
  • 23 Reilly J., Peripheral Capitalism, p. 190.

30Les documents étudiés par A.-K. Rafiq pour le premier quart du xviiie siècle22 et par J. Reilly jusqu'en 183023 font également apparaître la suprématie des militaires de Damas dans les investissements ruraux. Toutefois, comme nous le verrons à travers quelques exemples, le rôle prépondérant des militaires n'empêche pas les civils, souvent proches du pouvoir, de réaliser de grosses opérations dans le monde rural.

B - AGRICULTURE INTENSIVE ET AGRICULTURE EXTENSIVE

  • 24 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 302-307.
  • 25 Reilly J., Peripheral Capitalism, p. 192, p. 194, p. 202.

31Sur les régions dans lesquelles sont réalisées ces opérations, A.-K. Rafiq remarque une évolution au cours du premier quart du xviiie siècle : alors que les militaires interviennent de manière prépondérante dans les régions céréalières du Marğ et de la Biqā‘ en 1700, ils se manifestent plutôt dans la Ġūṭa en 172524. Toutefois, il ne s'agit pas là d'une tendance irréversible : pour le xixe siècle, J. Reilly remarque en effet que les élites, dont font partie les militaires, sont actives dans le Marğ, le Ḥawrān, le Ğawlān et la Biqā‘ alors que les investissements des villageois et des citadins modestes se limitent à la zone arboricole et maraîchère de la Ġūṭa25.

32À partir des documents consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān, nous examinerons la fréquence, l'importance et l'évolution des investissements des civils et des militaires dans les différentes régions rurales situées autour de Damas en considérant d'abord les régions arboricoles et maraîchères puis les régions céréalières.

1 - Les régions arboricoles et maraîchères

33La Ġūṭa est la zone arboricole et maraîchère, irriguée par le Baradā, dans laquelle les citadins, quel que soit leur statut social, concentrent leurs investissements ; certains d'entre eux possèdent également des biens dans les régions un peu plus éloignées : au sud de Damas, on les rencontre dans le wādī al-‘Ağam, ou, à l'ouest de la ville, vers l'Anti-Liban, dans le wādī Baradā.

a - La Ġūṭa

34La majorité des interventions des citadins se réalisent dans la Ġūṭa : en 1742-1752, 66 % des citadins y achètent (57/86) et y vendent (46/69) des biens et 45 % (38/85) en louent. En 1820-1830, 77 % d'entre eux (138/179) y achètent des biens et 79 % (136/172) en vendent ; à cette époque, 55 % de leurs locations (87/159) y sont réalisées.

35En 1742-1752, militaires et civils investissent autant les uns que les autres dans la Ġūṭa (63 %/65 %) mais les militaires se distinguent par la valeur moyenne de leurs transactions. Au cours de cette période, la valeur moyenne des investissements réalisés par l'ensemble des citadins dans la Ġūṭa est de 336 qurš ; les militaires (577 qurš) réalisent des investissements deux fois plus importants que les civils (243 qurš). Par ailleurs, dans la Ġūṭa, les militaires (40 %) vendent deux fois moins de biens que les civils (83 %) et la valeur moyenne des ventes y est moins élevée (415 qurš/219 qurš). À travers ces chiffres, il semble donc, comme le remarque A.-K. Rafiq pour une période légèrement antérieure, que la position des militaires dans la Ġūṭa se consolide.

36Toutefois, en 1820-1830, les militaires interviennent moins souvent que les civils dans la Ġūṭa (environ 50 % pour les militaires et 81 % pour les civils, à la fois pour les achats et pour les ventes), mais la valeur moyenne de leurs investissements est trois fois plus élevée (3 983 qurš) que celle des civils (1 173 qurš) ; il en est de même en ce qui concerne les ventes (3 372 qurš/1 092 qurš)

37Civils et militaires louent autant les uns que les autres (entre 40 % et 50 %) des biens dans la Ġūṭa en 1742-1752 mais en 1820-1830, les militaires y louent moins souvent des biens que les civils (16 %/67 %).

38Ces chiffres montrent donc que les militaires, propriétaires de biens importants dans la Ġūṭa, interviennent moins souvent dans cette région au début du xixe siècle, que ce soit au niveau des achats ou au niveau des locations.

39Parmi les notables du Mīdān, les familles Mawṣilī, Ḥakīm et Maḥāyini interviennent à plusieurs reprises dans les espaces ruraux proches du faubourg.

  • 26 109/14/21.

40Au milieu du xviiie siècle, on voit des arbres fruitiers changer de main au sein même de la famille Mawṣilī : le 29 rabī‘ II 1155/3 juillet 1742, al-Šayh Aḥmad Efendī b. al-Šayh As'ad al-Mawṣilī, wakīl d'une fille d'al-Šayh Ibrāhīm al-Mawṣilī, achète à Muṣṭafā aġā b. al-Šayh Ḥasan al-Mawṣilī des arbres fruitiers plantés sur les terres d'al-Qayniyya wa al-Ḥamriyya et évalués à 250 qurš26.

  • 27 128/197/368.
  • 28 109/128/243.
  • 29 117/54/95.
  • 30 297/377/824.

41Des membres de la famille Ḥakīm louent quant à eux plusieurs biens, terrains et bustān, dans le secteur d'al-Qatā'i‘ où se trouvent d'ailleurs des biens appartenant au waqf de ‘Abd al-Raḥmān Ğurbağī b. al-Ḥakīm27 : ainsi, le 2 dū al-qa‘da 1155/29 décembre 1742, Husayn Beşe b. Muṣṭafā Beşe al-Ḥakīm loue dans ce secteur la moitié d'un bustān planté d'arbres fruitiers et d'oliviers pour un loyer annuel de 80 qurš28 ; le 22 rağab 1159/10 août 1746, al-Ḥāğğ Ḫidr b. Ḥusayn al-Ḥakīm et bākir Beşe b. Ḥasan Beşe al-Ḥakīm louent cinq terrains et les plantations d'un bustān planté d'arbres fruitiers dans ce secteur pour un loyer annuel de 50 qurš29. Au début du xixe siècle, la famille Ḥakīm poursuit ses opérations dans le secteur d'al-Qatā'i‘ : le 12 šawwāl 1236/13 juillet 1821, ‘Abd al-Ġanī Aġā b. Aḥmad Aġā al-Ḥakīm et son neveu, Aḥmad Aġā b. ‘Abd al-Razzāq Aġā al-Ḥakīm, achètent à une de leurs parentes, Nā'ila bint Darwīš Aġā al-Ḥakīm, 2 qīrāṭ d'un bustān planté d'arbres fruitiers dans le secteur d'al-Qaṭā'i‘ (500 qurš)30.

  • 31 297/487/1093
  • 32 313/234/670.

42La famille Mahāyinī détient également des arbres fruitiers : le 12 ṣafar 1237/8 novembre 1821, Nafīsa qādīn bint Ibrāhīm Ğurbağī al-Mahāyinī et ‘Ātika qādīn bint Ibrāhīm Ğurbağī al-Mahāyinī achètent à leur frère, ‘Alī Ğurbağī b. Ibrāhīm Ğurbağī al-Mahāyinī, des arbres fruitiers à Qasr al-Bakgùrī (800 qurš)31 ; le 23 šawwāl 1244/28 avril 1829, Ṣālih Aġā b. Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī vend des arbres fruitiers dans le village de Mazza (1 000 qurš)32.

b - Le wādī al-‘Ağam

43Pour le wādī al-‘Ağam, nous disposons de 25 actes d'achat (9 pour la période 1742-1752 et 14 pour la période 1820-1830) et de 18 actes de location (9 pour chacune des deux périodes).

  • 33 123/360/507.
  • 34 109/119/228. Notons que ce village fait actuellement partie, administrativement, de la Ġūṭa ; cf. (...)
  • 35 123/339/455. Même remarque que dans la note précédente.
  • 36 128/138/252.

44À l'exception d'une petite transaction de 75 qurš portant sur trois pièces d'une maison (masākin dār) et le quart d'une bā'ika33, les transactions réalisées dans le wādī al-‘Ağam en 1742-1752 sont relativement importantes ; elles s'échelonnent entre 180 et 1 600 qurš et leur valeur moyenne est de 558 qurš. Trois des neuf achats sont réalisés par des militaires ; portant sur de véritables complexes agricoles, leur valeur (857 qurš) est plus importante que celles des transactions opérées par les civils (310 qurš). Ils achètent, à Ṣaḥnāyà, maison, ḫawš, mûriers et vaches pour 650 qurš34 ; à al-‘Ādiliyya, bustān, vignes et céréales pour 320 qurš35 ; à Ğudayda, maison, mûriers, oliviers, vaches et outils pour 1 600 qurš36.

  • 37 123/333/445.
  • 38 123/333/446.
  • 39 123/191/261.
  • 40 123/137/251.
  • 41 128/138/252.

45Cinq citadins vendent, dans le wādī al-‘Ağam, des biens d'une valeur moyenne de 735 qurš en 1742-1752 ; ce sont des militaires (ou des militaires et des civils ensemble) qui vendent, à al-Darḫabiyya, maison, vache et outils pour 180 qurš37 et les plantations d'un bustān pour 295 qurš38 ; à al-Muqlība, maison, mûriers, noyers, vignes, vaches, chèvres et chevreaux pour 600 qurš39. D'autres se dessaisissent de biens plus importants : à Ğudaydat ‘Arṭūz, maison, plantations, animaux, produits agricoles et outils sont vendus pour 1 000 qurš40 ; maison, plantations, vaches et outils sont vendus pour 1 600 qurš41.

46En 1820-1830, les achats opérés dans le wādī al-‘Ağam, essentiellement des plantations, sont plus modestes ; la valeur moyenne des 16 achats dont nous disposons est seulement de 789 qurš. Deux d'entre eux sont effectués par des militaires.

47Les locations dans le wādī al-‘Ağam, au milieu du xviiie siècle comme au début du xixe siècle, portent essentiellement sur des villages. Au cours des deux périodes, les deux tiers de ces locations (6/9) sont effectuées par des militaires qui louent, en totalité ou en partie, des villages comme Bayt Sābir, Buwayda, Gudaydat ‘Arṭūz, Kiswa, Mağdiyya et Ṣaḥnāyà.

c - Le wādī Baradā

48Pour le wādī Baradā, nous disposons de 9 actes d'achat (6 pour 1742-1752 et 3 pour 1820-1830) et de 3 actes de location (pour 1742-1752).

  • 42 117/171/260 ; 123/239/313 ; 128/45/97 ; 130/1/1 ; 130/5/7.
  • 43 179/195/233.
  • 44 313/427/1137.

49Au milieu du xviiie siècle, les transactions opérées dans le wādī Baradā sont modestes : d'une valeur moyenne de 138 qurš, elles portent sur des arbres fruitiers, des mûriers, des oliviers et des vignes et la quasi-totalité d'entre elles (5/6) sont réalisées par des civils42. Un ‘askar du Mīdān, dont l'acte de succession a été établi le 10 sa‘bān 1184/29 novembre 1770, al-Sayyid ‘Ārifin b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifin al-Ḥağğār, laisse toutefois des parts de deux exploitations agricoles et des terrains à Zabadānī43. De grosses transactions sont d'ailleurs réalisées dans le wādī Baradā au début du xixe siècle ; nous avons signalé les investissements d'al-Sayyid Muḥammad Efendī b. al-Sayyid Ibrāhīm Efendī al-Usṭuwānī à Sarġāya pour 11 000 qurš (une maison, 27 terrains sur lesquels sont plantés plus de 300 oliviers et plus de 10 noyers, des vaches et des produits agricoles, notamment 7 ġirāra d'orge mais aussi des lentilles, des pois-chiches et des petits pois)44.

  • 45 130/24/41.

50Parmi les trois actes de location dont nous disposons pour la période 1742-1752, nous remarquons tout particulièrement un certain ‘Alī aġā b. Yūsuf Aġā qui loue une maison et une cinquantaine de terrains à Zabadānī45.

51Les investissements des citadins dans les régions arboricoles et maraîchères se concentrent dans la Ġūṭa ; les investissements des militaires y sont importants mais, au début du xixe siècle, cette région intéresse surtout les civils. Dans le wādī al-‘Ağam, on remarque également une différence entre les investissements modestes des civils et ceux des militaires, qui portent généralement sur de véritables complexes agricoles ; les locations, dont les deux tiers sont réalisées par des militaires, portent souvent sur des villages entiers. Les quelques actes dont nous disposons pour le wādī Baradā au milieu du xviiie siècle concernent surtout de petites transactions mais certains notables y détiennent un important patrimoine.

2 - Les régions céréalières

52Les transactions dont nous disposons pour les régions d'agriculture extensive sont beaucoup moins nombreuses : 14 actes d'achat (8 pour 1742-1752 et 6 pour 1820-1830) et 53 actes de location (17 pour 1742-1752 et 36 pour 1820-1830). Le Marğ, les régions situées au sud de Damas (Ğawlān, Ğaydūr, Ḥawrān) et la Biqā‘ sont diversement représentées.

a - Le Marğ

53Nous disposons pour le Marğ de 7 actes d'achat (4 pour 1742-1752 et 3 pour 1820-1830) et de 14 actes de location (6 pour 1742-1752 et 8 pour 1820-1830).

  • 46 109/45/78.
  • 47 109/46/79.
  • 48 123/370/531.
  • 49 128/160/295.

54À l'exception d'une seule, les transactions effectuées dans le Marğ en 1742-1752 sont modestes : leur valeur moyenne est de 178 qurš. Elles font toutes intervenir des militaires, soit comme acheteurs, soit comme vendeurs. Aḥmad Ğurbağī b. Muḥammad Aġā b. Ḥusayn Aġā vend à al-šayh Muḥammad b. al-Šayh ‘Abd al-Salām al-kāmilī, dans le village de Ḥazrama, une maison, des pierres, du bois, des figues, des vignes, des noix et des outils, ainsi qu'une dizaine de bœufs et cinq vaches avec leur progéniture (intāği-hā) pour une valeur de 600 qurš46. Les autres transactions réalisées dans le Marğ ne portent que sur des biens de valeur relativement peu élevée : Muṣṭafā Beşe b. Ḥasan Beşe vend à Muhammad b. Husayn, à Qaysa, la moitié d'une maison évaluée à 28 qurš47 ; Mūsā aġā achète, à Ḥazrama, un peu moins de la moitié d'une plantation d'arbres fruitiers évaluée à 65 qurš48 et Ḥasan aġā b. al-Ḥāğğ Muṣṭafā achète à Muṣṭafā Beyk b. Ḥusayn Beyk al-Sibāhī un peu plus du tiers des plantations d'une exploitation agricole (mazra‘a) comprenant des mûriers et des vignes pour une somme de 20 qurš49.

  • 50 297/506/1153.
  • 51 313/392/1068.
  • 52 297/72/171.

55En 1820-1830, la valeur moyenne des transactions réalisées dans le Marğ est relativement élevée (4 667 qurš) ; un šayh achète une maison, une ğunayna, 25 chèvres dans le village de Kifrīn pour 1 000 qurš50 ; deux femmes achètent à leur père, al-Ḥāğğ ‘Alī Aġā b. al-Ḥāğğ Muḥammad, la moitié des constructions d'un village (‘imārat al-qarya) situé à l'est du village d'al-‘Ādiliyya pour 6 000 qurš51 et la transaction la plus importante, effectuée par al-Sayyid Aḥmad b. al-Sayyid Muḥammad al-Tarābulusī pour 7 000 qurš, porte sur les maisons, des hawš, des bā'ika, des bustān, quatorze vaches et trois ânes dans le village d'al-Sawāmi'52.

  • 53 109/193/371 ; 130/115/232.
  • 54 117/21/35.
  • 55 123/23/35 ; 123/84/114.
  • 56 130/21/39.
  • 57 297/157/368.
  • 58 297/71/170 ; 297/73/172.

56Plusieurs terrains appartenant à des exploitations agricoles (mazra‘a) sont loués dans le Marğ en 1742-1752 dans les villages de Nūla53, al-Rayḥān54, al-Bilāliyya55 et Ḥadīṭat al-Turkumān56. En 1820-1830, les militaires n'interviennent plus que dans le quart de ces locations ; celles-ci portent pour la plupart sur des exploitations agricoles ou des villages comme Nūla57, al-Sawāmi‘58, loué par al-Sayyid Aḥmad b. al-Sayyid Muḥammad al-Ṭarābulusī qui possède, nous venons de le voir, de nombreux biens immobiliers dans ce village. Les militaires se manifestent peu dans ces locations : on n'en rencontre aucun au milieu du xviiie siècle et seulement deux (soit 25 %) au début du xixe siècle.

b - Le Ǧawlān

  • 59 297/78/184.
  • 60 297/78/185.

57Nous disposons pour le Ğawlān d'un seul acte d'achat (pour 1820-1830) et de 5 actes de location (1 pour 1742-1752 et 4 pour 1820-1830). Parmi ces derniers, nous voyons apparaître des Kurdes à deux reprises : al-Ḥāğğ Yūsuf al-Kurdī et Ḥusayn b. Muhammad al-Kurdī louent, trois exploitations agricoles (mazra'a)59 et Ḥusayn Aġā b. ‘Alī Aġā al-Kurdī et son frère Ḥasan b. ‘Alī Aġā al-Kurdī en louent une mais leur localisation n'est pas précisée60.

c - Le Ǧaydūr et le Ḥawrān

58Nos informations sur le Ǧaydūr, région proche du Ḥawrān, concernent seulement le début du xixe siècle : 15 locations y sont effectuées au cours de la période 1820-1830.

  • 61 297/438/987.
  • 62 297/38/93.

59La quasi-totalité des locations sont le fait de militaires qui louent des mazra‘a ou des villages. Nous y voyons apparaître des Turcomans : ainsi, le 24 ḏū al-qa'da 1236/23 août 1821, Qamar bint ‘Alī Katḫudā al-Turkumānī, tutrice (waiyya) de son fils mineur, Fāris Aġā, prend la décision de louer, au profit de celui-ci, le tiers d'un village situé dans le Ǧaydūr61. Signalons aussi un membre d'une famille de notables du Mīdān, al-Šayḫ Ḫalīl b. al-Šayḫ Ismā‘īl al-Ǧibāwī, qui, le 11 muharram 1236/19 octobre 1820, loue un village dans le Ǧaydūr62.

60Seuls quatre actes de location sont mentionnés pour le Ḥawrān au cours de la période 1820-1830 ; ce sont des notables, civils ou militaires, qui y louent des villages.

d - La Biqā‘

61Nous disposons pour la Biqā‘ de 4 actes d'achat (pour 1742-1752) et de 15 actes de location (10 pour 1742-1752 et 5 pour 1820-1830).

  • 63 Sur les relations entre Damas et la Biqā‘, cf. Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 218-219, p. 221 (...)

62Connue comme un lieu de pacage pour les troupeaux possédés par des Damascènes, la Biqā‘ participe à l'approvisionnement de Damas en lui fournissant blé, orge, fèves et lentilles mais aussi bois, huile, charbon et raisin sec. Afin de remédier aux pénuries qui sévissent dans la capitale de la province, le gouverneur de Damas accapare parfois les céréales de cette région comme cela est par exemple le cas en 174763.

63Les quatre transactions réalisées dans la Biqā‘ au milieu du xviiie siècle concernent toutes des militaires ou des membres de leur entourage. Elles portent sur plusieurs biens : bâtiments, outils, animaux (vaches), plantations (mûriers), production agricole (blé et orge).

  • 64 109/123/233.

64Le 12 ḏū al-qa‘da 1155/8 janvier 1743, Zaynab Qādūn bint al-Ḥāğğ Sulaymān Aġā b. Muṣṭafā aġā, ancien mutawallī de la Mosquée Salīmiyya à Damas, achète, pour 350 qurš, plusieurs types de biens : la moitié des murs d'un ḥawš appartenant à une exploitation agricole (mazra‘a), des vignes, des mûriers, des outils et huit vaches ainsi que diverses quantités de produits agricoles (6 ġirāra de froment, 3 ġirāra d'orge, 0,5 ġirāra de fourrage, 0,5 ġirāra de pois-chiches et 1 ġirāra de lentilles)64.

  • 65 117/260/378.

65Le 18 ṣafar 1159/12 mars 1746, Aḥmad b. Ibrāhīm b. ‘Izz Al-dīn al-Biqā‘ī, originaire de la Biqā‘ comme son nom l'indique, achète à un militaire, al-Sayyid Ibrāhīm Aġā b. Ḥiğāzī Aġā al-Sūqiyya la moitié des biens suivants pour 800 qurš : une maison, des outils, seize vaches, deux ânes et des produits agricoles (20 ġirāra de froment, 14 ġirāra d'orge, 5 ġirāra de fourrage et 2 ġirāra de pois-chiches)65.

  • 66 123/157/219.

66Le 5 rabī‘ I 1161/5 mars 1748, Muṣṭafā Beyk b. ‘Abd Allāh achète à un autre militaire, Aḥmad Aġā b. ‘Alī Aġā b. Muḥammad Bās Ğāwīš, des mûriers, une maison, des outils, quatre vaches et des céréales (4 ġirāra de froment et 2 ġirāra d'orge) pour une somme de 350 qurš66.

  • 67 123/90/121.

67Quelques jours plus tard, le 11 rabī‘ 11161/11 mars 1748, il revend à Salīm aġā b. ‘Abd Allāh, un militaire à la peau brune (al-asmar al-lawn), la moitié de ces biens pour 175 qurš67.

  • 68 117/196/295.
  • 69 128/115/218.

68Parmi les locations réalisées dans la Biqā‘ au cours de la période 1742-1752, deux sont le fait d'al-Ḥāğğ ‘Alī b. al-Ḥāğğ Ḥasan qui, le 7 ḏū al-ḥiğğa 1159/21 décembre 1746, loue le tiers d'une exploitation agricole dans le village de Barr Ilyās68 et, le 26 Ğumādā 11163/3 mai 1750, loue le tiers du village de ‘Anğar69.

69Entre ces deux dates, trois autres locations sont réalisées par des militaires occupant d'importantes fonctions à Damas.

  • 70 Cet acte est enregistré deux fois : 117/249/363 ; 117/239/349. Ce personnage succède à Fathī Efend (...)

70Le 21 muḥarram 1160/2 février 1747, Muḥammad Aġā b. Ḥasan Aġā, katḫudā de la citadelle de Damas, loue à Balbeck, en compagnie de deux autres personnes, les murs d'une maison, une exploitation agricole, douze vaches et trois ânes ainsi que des outils ; outre une somme annuelle de 80 qurš, le loyer est également composé de 20 ġirāra de froment et de 20 ġirāra d'orge qui doivent être acheminées à proximité de la citadelle de Damas (taḥt al-qal‘a), auprès du propriétaire, Muḥammad Efendī b. Ḥusayn Beyk b. rağab Aġā Farūḫ, daftardār de Damas70.

  • 71 117/257/376.

71Le 15 ṣafar 1160/26 février 1747, Ibrāhīm Aġā b. al-Ḥāğğ Mūsā Aġā, mutasallim de Damas, loue au même personnage les mêmes biens selon les mêmes conditions et reconnaît devoir 12 ġirāra d'orge au propriétaire71.

  • 72 130/124/249.

72Le 6 ḏū al-ḥiğğa 1163/6 novembre 1750, Muḥammad Aġā b. Ḥasan aġā, katḫudā de la citadelle de Damas, loue à Ibrāhīm Aġā b. Muḥammad Aġā, zirdār de la citadelle de Damas, une partie du village de Barr Ilyās dans la Biqā‘, village que celui-ci détient sous forme à'iqṭā‘72.

73Ces trois exemples montrent que des militaires exerçant de très hautes responsabilités à Damas, comme le katḫudā et le zirdār de la citadelle, et même le mutasallim, viennent parfois enregistrer leurs transactions au Tribunal du Mīdān ; cela peut paraître surprenant lorsque l'on connaît les affrontements sanglants qui opposent militaires de la citadelle et militaires du faubourg tout au long de cette période. Comme les janissaires locaux du Mīdān, c'est donc peut-être à partir de ce faubourg que les janissaires impériaux gèrent leur emprise sur le monde rural.

  • 73 297/139/327.
  • 74 297/260/564.
  • 75 297/307/673.
  • 76 297/286/620.

74Pour la période 1820-1830, quatre des cinq locations dont nous disposons pour la Biqā‘ concernent des militaires. Le 18 rabī‘ II 1236/23 janvier 1821, al-Ḥāğğ Ḥasan Aġā loue un moulin73, le 19 Ğumādā II 1236/24 mars 1821, deux frères, Muṣṭafā aġā et ‘Alī Aġā, louent le quart d'un village74, le 15 rağab 1236/18 avril 1821, al-Ḥāğğ Muḥammad Aġā loue un peu plus du tiers d'un village75, et le 6 Ğumādā II 1236/11 mars 1821, les six filles d'al-Ḥāğğ Diyāb Aġā louent la moitié d'un village76.

  • 77 Cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

75Ainsi, les documents dont nous disposons pour les régions d'agriculture extensive montrent que l'emprise des citadins s'y exerce beaucoup plus par le biais des locations que des achats. Dans notre corpus se trouvent quelques documents concernant des régions proches de Damas comme le Marğ ou, plus au sud, le Gawlān ; le petit nombre d'actes dont nous disposons pour ces régions ne nous permet pas vraiment de tirer des conclusions sur les implications des citadins. Alors que le Ḥawrān est réputé être le terrain de prédilection des négociants céréaliers du Mīdān, il apparaît peu dans les documents enregistrés au Tribunal de ce faubourg ; au cours de la période 1820-1830, la région du Ğaydūr, qui lui est très proche, est en revanche mentionnée une quinzaine de fois dans des actes de location de villages. L'intérêt de nos documents est, à notre sens, de faire apparaître l'importance de la Biqā‘ dans les investissements des Damascènes, notamment les militaires. Comme nous l'avons suggéré à propos des facteurs du développement du faubourg77, les bā'ika du Mīdān pourraient donc être aussi utilisées pour stocker, dans certaines circonstances, le blé de cette région et non pas seulement celui du Ḥawrān.

76Même si leurs interventions se font moins fréquentes au début du xixe siècle, les militaires jouent un rôle essentiel dans le monde rural. Les documents consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān confirment ainsi les informations données par les actes de succession enregistrés dans les deux qisma et nous apportent des précisions sur l'ampleur financière de ces investissements. De même, les reconnaissances de dettes des villageois enregistrées au Tribunal du Mīdān donnent une tout autre image des créances accordées dans ce faubourg.

II - LES CRÉANCES SUR LES POPULATIONS VILLAGEOISES

  • 78 Cf. par exemple la succession d'al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Ṣawwāf, 13 (...)
  • 79 On constate le même phénomène à Alep aux xviie et xviiie siècles ; cf. Masters B., Mercantilism, p (...)

77Les actes de succession des habitants du Mīdān nous renseignent essentiellement, nous l'avons vu, sur de petites sommes avancées à des citadins et qui peuvent être simplement notées dans un carnet appartenant au défunt78. En raison de leur modicité, elles font rarement l'objet de reconnaissances de dettes enregistrées au tribunal ; ces derniers documents concernent plutôt les prêts, beaucoup plus volumineux, accordés à des villageois79.

78Nous disposons de 55 reconnaissances de dettes formulées par des villageois à l'égard de citadins pour la période 1742-1752 et de 13 pour la période 1820-1830. Bien entendu, cela ne signifie pas que les villageois s'endettent moins au début du xixe siècle ; les reconnaissances de dettes sont peut-être alors plus souvent consignées dans des registres autres que ceux du Tribunal du Mīdān (notamment ceux du Maḥkamat al-Bāb ou ceux de la qisma).

79Afin de pouvoir payer les impôts levés collectivement sur les villages, acheter les semences ou attendre les revenus de leur récolte, les villageois s'endettent en groupe ; ils peuvent se présenter ensemble au tribunal ou déléguer un mandataire.

  • 80 117/199/301.

80Dans le premier cas, l'ensemble des débiteurs déclare (aqarra) devoir à un créancier une certaine somme d'argent ; c'est en moyenne une vingtaine de personnes qui se présentent ainsi ensemble au tribunal mais, dans certains cas, plus d'une soixantaine d'individus viennent se déclarer débiteurs : ainsi, le 5 ḏū al-ḥiğğa 1159/19 décembre 1 746, 66 villageois de dārayyâ viennent enregistrer une reconnaissance de dette de 11 250 qurš envers al-Ḥāğğ Bakrī b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Laṭīf al-Ḥawwām80.

81Dans le second cas, un mandataire se présente (ḥaḍara) et amène avec lui (wa aḥḍara ma‘a-hu) une personne qu'il accuse devoir une somme d'argent, vraisemblablement symbolique, à l'ensemble de ses mandants ; une fois cette somme remboursée, le mandataire, en son nom propre et au nom de ses mandants, ainsi que quelques autres individus, déclarent devoir à la personne présente avec eux telle somme d'argent.

  • 81 Jennings R., « Loans and Crédit », p. 184.
  • 82 Masters B., Mercantilism, p. 160.
  • 83 Pascual J.-P., « Janissaries », p. 367-368, n. 31.
  • 84 Pascual J.-p., « Janissaries », p. 361 ; d'après Bakhit M., Ottoman Province, p. 174.
  • 85 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 674-675 ; Rafiq A.-K., « Land Tenure Problems », p. 389 ; (...)
  • 86 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 390.
  • 87 Marcus A., Aleppo, p. 137.

82Les sommes devant être remboursées aux créanciers comprennent non seulement l'argent prêté ou avancé mais aussi les intérêts. À Kayseri, au xviie siècle, un taux d'intérêt de 20 % par an est accepté par l'ensemble de la communauté81. Dans le Bilād al-Šām, du moins à Alep, on ne fait pas explicitement référence aux intérêts perçus sur les créances si ce n'est dans deux cas : d'une part, les prêts accordés à partir des héritages perçus par des orphelins et, d'autre part, les prêts d'argent accordés par des waqf82. À Damas, l'usure est pratiquée sous une forme détournée : ainsi, dans le premier quart du xviie siècle, les intérêts apparaissent non pas en valeur mais en nature, généralement sous la forme d'un poignard et/ou d'une pièce d'étoffe dont la valeur est estimée entre 20 et 25 % de la somme prêtée initialement83. En 1033/1623, le gouverneur de la ville interdit la pratique de l'usure aux janissaires84 mais cette mesure est sans effet et ce, pour toutes les catégories de la population. Dans nos documents des xviiie et xixe siècles, la somme devant être remboursée au créancier est généralement divisée en deux parties : d'une part, la dette proprement dite (dayn) et d'autre part, la valeur d'une quantité de ‘savon, soi-disant vendu par le créancier aux débiteurs et dont le poids est connu des intéressés (al-ma‘lūm al-wazn ‘inda-hum) : cette valeur, qui représente entre 15 et 25 % de la somme totale devant être remboursée au créancier, correspond en fait aux intérêts85. Dans tous nos documents, ce taux est respecté mais d'autres sources signalent parfois des abus : ainsi, selon A. Abdel Nour, « un taux annuel de 50 % n'était pas exceptionnel, de même que le doublement annuel de la somme avancée »86. Un exemple frappant de ce type d'Abus est cité par A. Marcus pour Alep en 1765 : après le décès de leur créancier, des villageois ayant emprunté 37 111 qurš à un aġā se présentent au tribunal et se plaignent du fait que la quasi-totalité de cette somme, qu'ils se sont engagés à rembouser sur une période de quatorze ans, consiste en fait en intérêts87.

83Les modalités du remboursement peuvent prendre deux formes : soit on indique jusqu'à quelle date la somme est prêtée, environ une dizaine de mois, soit on prévoit un remboursement sous forme de traites (aqsāṭ), généralement annuelles.

  • 88 109/70/128.
  • 89 117/104/162.

84Certains villageois s'endettent pour plusieurs années mais il ne semble pas que l'étalement du remboursement dans le temps soit fonction de l'importance du prêt. Le 2 ramaḍan 1155/31 octobre 1742, seize villageois d'al-‘Ibāda reconnaissent devoir 3 000 qurš à Ibrāhīm aġā b. Muṣṭafā Aġā et s'engagent à lui rembourser cette somme en six traites annuelles de 500 qurš (soit 31,25 qurš par individu et par an)88 ; le 10 muḥarram 1159/2 janvier 1746, six habitants de ce même village reconnaissent devoir 10 500 qurš à Aḥmad Aġā et son frère, Muṣṭafā Aġā, et s'engagent à lui rembourser cette somme en sept traites annuelles de 1 500 qurš (soit 250 qurš par individu et par an)89.

A - VALEUR DES CRÉANCES DANS DIFFÉRENTES RÉGIONS RURALES

85Comme cela est le cas pour les actes d'achat et de location, nos documents nous renseignent essentiellement sur l'endettement des villageois dans les régions proches de Damas, notamment la Ġūṭa et le Marğ.

TABLEAU 33. Valeur moyenne des créances des citadins sur les villageois selon l'origine géographique de ces derniers

TABLEAU 33. Valeur moyenne des créances des citadins sur les villageois selon l'origine géographique de ces derniers

(Tribunal du Mīdān, 1742-1752 et 1820-1830)

86En 1742-1752, les prêts accordés par les citadins aux villageois s'échelonnent entre 300 et 13 750 qurš ; ils ont une valeur moyenne de 4 155 qurš. En 1820-1830, ils s'échelonnent entre 3 049 et 33 108 qurš et ont une valeur moyenne de 17 957 qurš. Comme pour les transactions, les prêts accordés aux villageois au début du xixe siècle sont donc, en raison de l'inflation monétaire, quatre fois supérieurs à ceux octroyés au milieu du xviiie siècle.

  • 90 Masters B., Mercantilism, p. 153-155.
  • 91 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 392.
  • 92 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 393.

87Les documents étudiés par B. Masters sur les prêts accordés aux villageois de la région d'Alep montrent que leur valeur moyenne s'élève environ à 3 000 qurš dans le premier quart du xviiie siècle alors qu'ils consistent seulement en quelques centaines de qurš au xviie siècle90. À travers quelques documents, A. Abdel Nour remarque également, entre le xviie et le xviiie siècle, une évolution des prêts accordés par les citadins aux villageois. Selon lui, au xviie siècle, « ces créditeurs étaient souvent eux- mêmes peu riches et avançaient surtout de petites sommes, pour de courtes durées, à faire valoir sur les prochaines moissons »91 ; au xviiie siècle, « il ne s'agit plus de petits prêteurs occasionnels, mais de véritables détenteurs de capitaux dont le métier est le commerce de l'argent »92. Nos documents nous permettent d'identifier les gros créanciers mentionnés dans les registres du Tribunal du Mīdān.

B - IDENTITÉ DES CRÉANCIERS

  • 93 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 326-328.
  • 94 Masters B., Mercantilism, p. 154-156.
  • 95 Masters B., Mercantilism, p. 158, p. 172.

88À travers les registres du Tribunal du Mīdān, il apparaît que les militaires jouent un rôle financier majeur auprès des villageois : ils représentent en effet 80 % de leurs créanciers au milieu du xviiie siècle (43/55) et 69 % au début du xixe siècle (9/13). Civils et militaires détiennent toutefois des créances de valeur voisine sur les villageois (4 403 qurš pour les premiers et 4 085 qurš pour les seconds). Les documents retenus par A.-K. Rafiq sur l'ensemble des tribunaux de Damas dans le premier quart du xviiie siècle montrent aussi que de nombreux créanciers sont militaires93. De même, les actes étudiés par B. Masters pour Alep montrent que la majorité des créanciers, au xviie siècle mais surtout au xviiie, sont des militaires qui prêtent d'importantes sommes d'argent94 ; le fait qu'ils disposent de numéraire, grâce notamment à leurs fréquents contacts avec les villageois en tant que collecteurs de taxes, leur permet de monopoliser le crédit95. Parmi nos créanciers, civils et militaires ne se distinguent les uns des autres que par leur nombre : les valeurs moyennes de leurs créances sont en effet sensiblement voisines et ce, dans les différentes régions situées autour de Damas.

  • 96 Masters B., Mercantilism, p. 158-159.

89Comme à Alep aux xviie et xviiie siècles96, quelques personnages se distinguent par le fait qu'ils prêtent, à plusieurs reprises, d'importantes sommes d'argent à des villageois.

  • 97 109/176/338 ; 109/154/297 ; 109/142/275 ; 109/179/344. Ce personnage pourrait bien être celui que (...)

90Parmi les militaires, on voit notamment Muṣṭafā Ğurbağī b. al-Ḥāğğ Muḥammad, katḫudā des yankiğariyya/yerliyya de Damas, qui, entre le mois de décembre 1742 et les mois de février-mars 1743, accorde quatre prêts à une centaine de villageois ; d'un montant total de 14 886 qurš, cette somme comprend 12 216 qurš de créances et 2 670 qurš de "savon"97.

  • 98 123/76/104.
  • 99 117/243/227.
  • 100 117/140/221.
  • 101 117/236/345.

91Quelques années plus tard, au début du mois de rabī‘ I 1161/mars 1748, son successeur, ‘Umar Aġā b. Muṣṭafā aġā b. al-Ḥāğğ Muḥammad, prête pour un an 2 410 qurš à 18 villageois ; cette somme comprend une dette de 1 959 qurš et 451 qurš de "savon"98. En 1159/1746-1747, ce même personnage intervient à plusieurs reprises sur le marché financier mais il n'est pas encore désigné comme katḫudā des yankiğariyya/yerliyya dans nos documents : le 28 šawwāl 1159/13 novembre 1746, des villageois lui signent une reconnaissance de dette de 1 905 qurš99 ; le 4 ḏū al-qa ‘da 1159/18 novembre 1746, d'autres reconnaissent lui devoir 1 000 qurš100, et le 24 ḏū al-ḥiğğa 1159/7 janvier 1747, d'autres s'engagent à lui rembourser 9 800 qurš101. Ces opérations financières lui assurent, pour une année, 2 308 qurš d'intérêts.

  • 102 117/112/173.
  • 103 123/340/461.
  • 104 128/14/33.
  • 105 130/34/56.

92Un certain Sulaymān Aġā b. ‘Abd Allāh Aġā prête lui aussi, à plusieurs reprises, de l'argent à des villageois entre 1159/1746 et 1164/1750 : des habitants de Baytīma, dans le wādī al-‘Ağam, s'engagent à lui rembourser 3 600 qurš dans un acte du 12 ramaḍān 1159/28 septembre 1746102, et 6 850 qurš dans un acte du 3 muḥarram 1162/24 décembre 1748103 ; d'autres reconnaissent lui devoir 8 220 qurš le 16 muharram 1163/26 décembre 1749104, et 2 700 qurš le 3 muḥarram 1164/1 décembre 1750105. Les intérêts compris dans ces diverses sommes s'élèvent à 3 510 qurš.

  • 106 123/3/5.
  • 107 123/296/391.

93Au nom d'un certain Ibrāhīm Aġā b. ‘Uṭmān aġā sont signées, en 1161/1748, deux reconnaissances de dettes par une soixantaine de villageois de dārayyà, l'une d'un montant de 3 000 qurš106 et l'autre d'un montant de 6 600 qurš107.

  • 108 128/36/79
  • 109 128/37/80.

94Ibrāhīm Aġā b. Ḥiğāzī Aġā avance quant à lui de l'argent aux villageois de ‘Aḏrā, dans le Marğ : le 9 muḥarram 1162/30 décembre 1748, ceux-ci s'engagent à lui rembourser une somme de 6 000 qurš108, et le 7 muḥarram 1163/17 décembre 1749, une somme de 5 000 qurš109. Ces opérations assurent au créancier un bénéfice de 1 000 qurš par an.

  • 110 123/119/172. Les militaires de la famille Daqqāq semblent être très influents dans le faubourg du (...)
  • 111 117/252/367.

95La majorité de ces créanciers (31) sont des aġā ; on trouve également parmi eux 6 beşe et 6 militaires ayant un autre grade. Tous détiennent d'importantes créances : leur valeur moyenne est de 4 211 qurš pour les aġā, 4 704 qurš pour les beşe et 2 818 qurš pour les autres militaires. Parmi les beşe, deux personnages se distinguent tout particulièrement. Al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad al-Daqqāq est le plus important de nos créanciers : le 19 rabī' II 1161/18 avril 1748, une cinquantaine d'habitants du village de Tall s'engagent à lui rembourser 13 750 qurš110. Le 9 safar 1160/20 février 1747, une reconnaissance de dette de 5 400 qurš est signée par une vingtaine de villageois au profit de Aḥmad Beşe b. ‘Uṭmān Beşe b. Aḥmad al-Turkumānī111.

  • 112 123/326/431.
  • 113 123/388/561.
  • 114 130/229/465.
  • 115 117/199/301.

96Parmi les civils, on remarque al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Muṣṭafā al-Sabbān qui accorde trois prêts aux villageois de Dayr Sulaymān, dans le Marğ : au début du mois de muharram 1161/début janvier 1748, une reconnaissance de dette d'une valeur de 3 009 qurš est enregistrée en sa faveur112 ; le 14 muḥarram 1162/début janvier 1749, 8 427 qurš113, et le 11 ḏū al-qa‘da 1164/1 octobre 1751, 7 354 qurš114. Il figure ainsi, avec al-Ḥāğğ Bakrī b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Laṭīf al-Ḫawwām, parmi les plus gros créanciers civils ; le 5 ḏū al-ḥiğğa 1159/19 décembre 1746, 66 villageois de dārayyā s'engagent en effet à lui rembourser 11 250 qurš dans les trois prochaines années115.

  • 116 297/206/462.
  • 117 297/223/498.
  • 118 297/204/459.

97Au début du xixe siècle, parmi les notables du Mīdān, se distinguent deux membres de la famille Mawṣilī comme créanciers de villageois : le 27 Ğumādā I 1236/2 mars 1821, les villageois de Mu‘aḍḍamiyya reconnaissent devoir 28 510 qurš à ‘Alī Ūḍah Bāšī b. Muḥammad al-Mawṣilī116. Yāsīn aġā Tufankğī bāsī b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Fattāḥ al-Mawṣilī avance quant à lui de l'argent à des villageois installés dans le Ğayrūd, au nord de Damas : deux reconnaissances de dettes, l'une de 29 000 qurš, datée du 8 ğumādā II 1236/13 mars 1821117, et l'autre de 18 235 qurš, datée du 27 ğumādā II 1236/1 avril 1821118, sont signées en sa faveur.

Conclusion sur les investissements dans le monde rural

98Les documents consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān nous renseignent essentiellement sur les régions arboricoles et maraîchères proches de Damas : ceci est vrai pour les investissements que les citadins y réalisent mais encore plus pour les prêts qu'ils accordent aux villageois. Malgré cette limite, très regrettable dans le cadre de l'étude d'un faubourg dont les habitants sont fortement impliqués dans la commercialisation des céréales, la campagne apparaît comme une source de revenu relativement importante pour les citadins. Alors que les habitants du Mīdān sont généralement considérés comme particulièrement actifs dans le Ḥawrān, nos documents évoquent aussi fréquemment, sinon plus, les achats et les locations des citadins dans la Biqā‘.

  • 119 Masters B., Mercantilism, p. 155.
  • 120 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 148, n. 77.

99En ce qui concerne les créances, il existe en fait, comme le souligne B. Masters pour Alep119, deux phénomènes : les crédits en milieu urbain se caractérisent par un grand nombre de petits créanciers, alors que les prêts en milieu rural sont consentis par un nombre réduit de notables pratiquant le crédit de manière quasi professionnelle. Ces deux sortes de prêts sont enregistrées dans deux types de documents particuliers : dans les actes de succession figurent surtout de petits prêts accordés à des citadins alors que les reconnaissances de dettes concernent essentiellement de gros prêts octroyés à des villageois. À travers les actes de succession des Damascènes du début du xviiie siècle, C. Establet et J.-P. Pascual remarquent également la rareté des prêts consentis, à titre collectif, à des communautés villageoises ; si, comme ils le notent, B. Masters « conclut à l'importance prioritaire des prêts consentis par les riches Alépins aux communautés villageoises d'alentour »120, c'est justement parce que les sources utilisées par ce dernier sont des reconnaissances de dettes.

  • 121 Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 665.

100De même, dans le Mīdān, les prêts accordés aux villageois sont sans aucune mesure avec ceux qui sont consentis aux citadins. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la majorité des citadins empruntent, nous l'avons vu, des sommes inférieures à 50 qurš ; les villageois s'endettent quant à eux pour 200 qurš en moyenne au milieu du xviiie siècle et pour 760 qurš en moyenne au début du xixe siècle. Ils se trouvent souvent dans l'impossibilité d'assumer de telles charges financières et sont dans ce cas dépossédés de leurs biens par un prêteur qui recouvre ainsi ses créances121. Leurs créanciers citadins tirent grand bénéfice de leurs opérations financières qui leur rapportent environ 20 % d'intérêts annuels, taux non négligeable surtout lorsque les sommes avancées s'élèvent à plusieurs milliers de qurš.

Conclusion sur la richesse des habitants du Mīdān

101Nous avons tenté, dans les pages précédentes, de connaître la richesse des habitants du Mīdān en la comparant d'une part à celle des habitants de l'ensemble de la ville et en estimant d'autre part l'importance de leurs implications financières dans le monde rural. Cette entreprise comprend, nous en sommes consciente, un certain nombre de limites, dues non seulement à la nature des informations contenues dans les archives des tribunaux de Damas mais aussi à la nécessité de ne pas perdre de vue l'objet central de cette recherche, le faubourg du Mīdān.

102Les successions des habitants du Mīdān dont nous disposions étaient trop peu nombreuses (68) pour que nous puissions y distinguer des catégories sociales, et ce, d'autant plus que les informations nous permettant de déduire l'activité des défunts étaient relativement rares. Il ne présentait aucun intérêt, dans le cadre d'une étude sur le Mīdān, de nous lancer dans une analyse détaillée des actes de succession de l'ensemble des Damascènes ; cela nous aurait sans doute permis de déduire l'activité de quelques défunts de notre corpus mais nous n'aurions pu comparer leur situation à celles des habitants du faubourg pour lesquels nos informations manquaient de précision. Nous avons donc choisi de nous en tenir à un niveau plus général, celui de la distinction entre les ra‘āyā et les ‘askar, telle qu'elle apparaît à travers les registres de la qisma ‘arabiyya et de la qisma ‘askariyya ; ce niveau d'analyse autorisait une comparaison entre les deux échelles, celle de la ville et celle du faubourg.

103Après avoir montré que les registres des deux qisma concernaient des populations très différentes du point de vue de leur richesse, nous avons mis en évidence, au sein de chacune de ces deux populations, les distinctions existant entre leurs diverses composantes. Parmi les militaires, les aġā, particulièrement fortunés, sont apparus comme de gros créanciers, alors que les beşe occupaient une position moins élevée dans la hiérarchie. En ce qui concerne les civils, il nous a paru important d'insister sur le fait que les successions des civils de la qisma ‘askariyya étaient beaucoup plus proches des successions des militaires que de celles des civils de la qisma ‘arabiyya.

104Afin d'appréhender les habitants du faubourg du Mīdān dans l'ensemble de la société damascène, il était ensuite nécessaire, à partir de l'ensemble des successions de notre corpus, de montrer la répartition de la richesse dans les divers secteurs de la ville. Dans un premier temps, nous avons noté que, si les ra‘āyā et les ‘askar habitent indifféremment dans les divers secteurs de la ville, la distribution résidentielle de ces derniers est différente pour les civils et pour les militaires, et ceci semble refléter leurs stratégies économiques : en effet, on rencontre plutôt les civils dans la ville intra-muros, à proximité des lieux du commerce international des produits de luxe, alors que les militaires sont plutôt installés dans les faubourgs. Là, les militaires résident dans l'ensemble des faubourgs et pas seulement dans les faubourgs sud comme pourraient le suggérer les témoignages des chroniqueurs sur les affrontements sanglants qui s'y déroulent.

105La valeur moyenne des successions dans les divers secteurs de la ville s'organise, en gros, selon un schéma bien connu : plus on s'éloigne du centre de la ville, plus on rencontre des populations pauvres. Toutefois, le faubourg du Mīdān n'est pas le plus misérable de Damas : on y rencontre, certes, des populations défavorisées, d'origine rurale pour la plupart, mais elles côtoient des notables, dont certains sont intéressés par le négoce céréalier qui se pratique dans cet espace de transition entre la ville et la campagne.

106Dans le faubourg sont également installés des artisans et des commerçants qui exercent pour la plupart des activités rejetées à la périphérie de la ville, soit parce qu'elles utilisent les produits de la campagne, soit parce qu'elles produisent des biens utiles aux populations rurales, soit parce qu'elles nécessitent de larges espaces. Bien qu'il ne nous ait été possible de déterminer l'activité des habitants du Mīdān que dans un nombre réduit de cas, nous avons pu mettre en évidence, comme pour le reste de la ville, le clivage entre les ra‘āyā et les ‘askar, notamment en ce qui concerne leurs implications dans le monde rural.

107Nous avons ensuite complété nos informations dans ce domaine en examinant deux types de documents consignés non plus dans les registres des deux qisma mais dans les registres du Tribunal du Mīdān : les actes d'achat et de location de biens en milieu rural et les reconnaissances de dettes des villageois envers les citadins. Leur exploitation présente quelques limites : d'une part, l'aire géographique qu'ils couvrent est relativement réduite et d'autre part, l'identification des personnes est plus incertaine. En dépit de cela, par rapport aux actes de succession, ces documents nous renseignent sur la valeur des investissements opérés dans le monde rural et modifient considérablement notre connaissance du phénomène du crédit. Les relations des militaires avec la campagne, déjà visibles dans les actes de succession sont ici confirmées ; civils et militaires interviennent dans la campagne mais les investissements de ces derniers se distinguent par leur ampleur. Parmi les personnes détenant des créances sur les villageois, nous rencontrons surtout des militaires mais certains civils, probablement chargés comme eux de la collecte des impôts dans le monde rural, prêtent également des sommes importantes. Bien que les régions d'agriculture extensive apparaissent peu dans ces documents, nous remarquons que, à l'exception du Marğ, le Ḥawrān n'est pas l'unique région à laquelle s'intéressent les Damascènes qui enregistrent leurs transactions au Tribunal du Mīdān : la Biqā‘ semble également tenir une grande place dans leurs investissements et il serait intéressant d'étudier — de manière moins schématique que cela n'a été le cas jusqu'à présent à travers "la route du Ḥawrān" — les relations entre les divers espaces régionaux du Bilād al-Šām, et leur évolution au cours de l'époque ottomane.

Notes

1 Cette situation peut notamment se produire lors de transactions entre citadins et villageois. La majorité de ces transactions portent en effet sur des biens situés dans les villages proches du Mīdān (Kafarsūsiyya, Mazza, Qadam, Dārayyā, etc.) ; elles peuvent être enregistrées au Tribunal du Mīdān, le plus proche de ces villages, par commodité pour les villageois, sans pour autant que les citadins résident dans le faubourg du Mīdān.

2 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 156.

3 Nous examinerons ici les seuls investissements des citadins. Pour une approche comparée des investissements des citadins et des villageois, cf. Marino B., « Citadins et villageois ».

4 Reilly J., Peripherul Capitalism, p. 179-185, p. 192, p. 194, p. 198. Nous avons toutefois observé, dans plusieurs types de documents, que diverses informations sont de moins en moins souvent mentionnées entre les deux périodes (appartenance des militaires aux deux troupes de janissaires, description des maisons, identification des monnaies, etc.). Il se pourrait de même que les scribes ne prennent plus systématiquement la peine de signaler l'origine villageoise des intervenants ; dans ce cas, nous prenons le risque d'intégrer dans notre corpus quelques villageois non identifiés comme tels.

5 .De nombreux documents sont classés dans la catégorie "divers" ; ce sont, pour la plupart, des actes dans lesquels nous n'avons pu identifier la localisation de l'achat ou de la location.

6 Rafiq A.-K., « al-Fi'àt al-iğtimā‘iyya » p. 116-117.

7 Reilly J., « Properties », p. 94.

8 Reilly J., « Properties », p. 94-95.

9 Reilly J., « Properties », p. 95-100.

10 Reilly J., « Properties », p. 101-102.

11 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 296.

12 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 296.

13 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 160.

14 Reilly J., « Shari‘a Court Registers », p. 166 ; Reilly J. « Properties », p. 93.

15 Cette proportion est de 68 % pour 1820-1822 et de 59 % pour 1827-1830.

16 109/64/117.

17 128/7/19.

18 297/220/493.

19 313/427/1137.

20 Les ventes, notamment celles de biens acquis par héritage, se réalisent souvent en commun ; faisant intervenir des personnages ayant différents statuts, elles sont classées dans la rubrique "divers".

21 Comme nous le verrons dans la partie suivante, ce phénomène se remarque également pour les investissements immobiliers en milieu urbain.

22 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 299-300.

23 Reilly J., Peripheral Capitalism, p. 190.

24 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 302-307.

25 Reilly J., Peripheral Capitalism, p. 192, p. 194, p. 202.

26 109/14/21.

27 128/197/368.

28 109/128/243.

29 117/54/95.

30 297/377/824.

31 297/487/1093

32 313/234/670.

33 123/360/507.

34 109/119/228. Notons que ce village fait actuellement partie, administrativement, de la Ġūṭa ; cf. Bianquis A.-M., La réforme agraire, carte, p. 84.

35 123/339/455. Même remarque que dans la note précédente.

36 128/138/252.

37 123/333/445.

38 123/333/446.

39 123/191/261.

40 123/137/251.

41 128/138/252.

42 117/171/260 ; 123/239/313 ; 128/45/97 ; 130/1/1 ; 130/5/7.

43 179/195/233.

44 313/427/1137.

45 130/24/41.

46 109/45/78.

47 109/46/79.

48 123/370/531.

49 128/160/295.

50 297/506/1153.

51 313/392/1068.

52 297/72/171.

53 109/193/371 ; 130/115/232.

54 117/21/35.

55 123/23/35 ; 123/84/114.

56 130/21/39.

57 297/157/368.

58 297/71/170 ; 297/73/172.

59 297/78/184.

60 297/78/185.

61 297/438/987.

62 297/38/93.

63 Sur les relations entre Damas et la Biqā‘, cf. Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 218-219, p. 221, p. 230, p. 244-245, p. 253.

64 109/123/233.

65 117/260/378.

66 123/157/219.

67 123/90/121.

68 117/196/295.

69 128/115/218.

70 Cet acte est enregistré deux fois : 117/249/363 ; 117/239/349. Ce personnage succède à Fathī Efendī al-Falāqinsī en 1746.

71 117/257/376.

72 130/124/249.

73 297/139/327.

74 297/260/564.

75 297/307/673.

76 297/286/620.

77 Cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

78 Cf. par exemple la succession d'al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Ṣawwāf, 131/11/20.

79 On constate le même phénomène à Alep aux xviie et xviiie siècles ; cf. Masters B., Mercantilism, p. 155, p. 170.

80 117/199/301.

81 Jennings R., « Loans and Crédit », p. 184.

82 Masters B., Mercantilism, p. 160.

83 Pascual J.-P., « Janissaries », p. 367-368, n. 31.

84 Pascual J.-p., « Janissaries », p. 361 ; d'après Bakhit M., Ottoman Province, p. 174.

85 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 674-675 ; Rafiq A.-K., « Land Tenure Problems », p. 389 ; Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 324.

86 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 390.

87 Marcus A., Aleppo, p. 137.

88 109/70/128.

89 117/104/162.

90 Masters B., Mercantilism, p. 153-155.

91 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 392.

92 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 393.

93 Rafiq A.-K., « City and Countryside », p. 326-328.

94 Masters B., Mercantilism, p. 154-156.

95 Masters B., Mercantilism, p. 158, p. 172.

96 Masters B., Mercantilism, p. 158-159.

97 109/176/338 ; 109/154/297 ; 109/142/275 ; 109/179/344. Ce personnage pourrait bien être celui que Budayrī qualifie de chef des perturbateurs (ra‘s al-mufsidīn) et qui se désignait lui-même sous le nom de Sultan de Damas (Sultan al-Šām) ; cf. BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 50-51, p. 67.

98 123/76/104.

99 117/243/227.

100 117/140/221.

101 117/236/345.

102 117/112/173.

103 123/340/461.

104 128/14/33.

105 130/34/56.

106 123/3/5.

107 123/296/391.

108 128/36/79

109 128/37/80.

110 123/119/172. Les militaires de la famille Daqqāq semblent être très influents dans le faubourg du Mīdān : en 1831, Abu Halīl al-Daqqāq joue en effet un rôle majeur dans les révoltes qui se produisent à Damas cette année-là (cf. Ghazzal Z., Économie politique, p. 160).

111 117/252/367.

112 123/326/431.

113 123/388/561.

114 130/229/465.

115 117/199/301.

116 297/206/462.

117 297/223/498.

118 297/204/459.

119 Masters B., Mercantilism, p. 155.

120 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 148, n. 77.

121 Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 665.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search