Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Deuxième partie. La Ville, le Faubourg, la Campagne

Chapitre II. Les successions des habitants du Mīdān

Texte intégral

1Les habitants du faubourg du Mīdān occupent, comme l'a montré l'étude des actes de succession de l'ensemble des habitants de la ville, une place singulière au sein de la société damascène. Moins fortunés (1 601 qurš) que les habitants de la ville intra-muros (2 953 qurš) et des faubourgs ouest (3 522 qurš), ils laissent des successions voisines de celles des habitants de Ṣāliḥiyya (1 639 qurš) et des faubourgs sud-ouest (1 251 qurš) mais supérieures à celles des habitants des faubourgs nord (799 qurš). Nous voudrions ici approfondir cette vision générale en mettant en évidence les écarts de fortune entre les différents habitants du faubourg.

  • 1 Rafiq A.-K., « Public Morality », p. 180-196.

2Comme le montre l'étude de A.-K. Rafiq sur la moralité publique à Damas au xviiie siècle, les plaintes enregistrées auprès des tribunaux font apparaître certains faubourgs de la ville, notamment les faubourgs sud, comme des lieux où de nombreux comportements sont jugés immoraux par la population qui y réside. La fréquence des plaintes déposées par les habitants des faubourgs, due à l'importance démographique de ces derniers, peut aussi être justifiée par la spécificité de leur population, composée en grande partie de militaires turbulents et de ruraux Marginaux1. Si de telles plaintes sont déposées, c'est que les faubourgs abritent aussi une population soucieuse de défendre des valeurs morales et qui, par sa position sociale, accède facilement aux institutions juridiques ; ces documents nous renseignent donc non seulement sur la présence de Marginaux mais aussi sur celle de notables.

3Nous mettrons ainsi en évidence, à travers l'étude des actes de succession, les différences de fortune existant entre les divers habitants du faubourg ; ceci nous permettra de montrer la situation économique privilégiée des militaires qui, comme nous l'avons vu dans l'introduction, sont les principaux acteurs de l'histoire événementielle de ce faubourg. Puis, nous compléterons ces informations en examinant plus particulièrement, à partir des documents consignés dans les registres du Tribunal du Mīdān, les relations des citadins avec le monde rural à travers les investissements qu'ils y opèrent et les créances qu'ils détiennent sur les populations villageoises.

4Pour cerner la richesse des habitants du Mīdān, nous disposons de 68 actes de succession : 11 concernent des habitants de Bāb al-Mūṣāllā, 30 des habitants du Mīdān et 27 des habitants des Qubaybāt. La valeur moyenne de ces 68 successions est de 1 601 qurš mais il existe une très nette différence entre Bāb al-Mūṣāllā d'une part (614 qurš), et le Mīdān (1 654 qurš) et Qubaybāt (1 945 qurš) d'autre part. Comme dans l'ensemble de la ville, nous remarquons aussi une nette différence entre les successions des ra‘āyā et celles des ‘askar.

TABLEAU 27. Répartition de l'actif des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar du Mīdān (1173-88/1760-74)

TABLEAU 27. Répartition de l'actif des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar du Mīdān (1173-88/1760-74)

5Alors que 71 % des ra‘āyā laissent des successions inférieures à 500 qurš, 88 % des ‘askar laissent des successions supérieures à cette somme. Les informations dont nous disposons sur les activités de ces personnes sont, comme nous le verrons, relativement rares ; nous ne pourrons donc, dans la majorité des cas, identifier l'origine de leur fortune.

  • 2 Pour une présentation de ces biens, cf. Establet C., « Les intérieurs damascains » ; Marino B., Qu (...)

6Dans les biens des défunts, nous trouvons surtout des vêtements et de la vaisselle, parfois des bijoux, rarement des livres, dont nous ne détaillerons pas systématiquement les caractéristiques2. Nous évoquerons essentielle ment les biens qui constituent des indicateurs de leurs implications dans le monde rural (céréales, bétail, plantations, exploitations agricoles, etc.).

I - LES SUCCESSIONS DES RA ᾹYᾹ

  • 3 143/172/303.
  • 4 143/237/429.

7La valeur moyenne des successions des ra‘āyā, pour lesquels nous disposons de 44 documents, est de 653 qurš, avec un éventail largement déployé. Muṣṭafā b. ‘Umar al-Ṣaḥrāwī meurt dans le plus complet dénuement : il ne laisse qu'un vêtement (12 qurš)3 ; al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al Ḥāğğ Yūsuf al-Ṣawwāf laisse la succession la plus importante (5 515,75 qurš dont 4 960,75 qurš de créances non recouvrées)4.

  • 5 Cette proportion est de 68 % pour l'ensemble de Damas avec des différences sensibles selon les sec (...)
  • 6 131/3/4 ; 131/96/126 ; 138/160/233 ; 143/148/257.
  • 7 143/272/483. Un autre membre de la famille Daqqāq, al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad al- (...)
  • 8 143/237/429.

8Près des trois quarts des successions des ra‘āyā du Mīdān (71 %) sont inférieures à 500 qurš5. Le numéraire que laissent six d'entre eux (soit 14 %) est peu élevé (363,5 qurš en moyenne). Dans quatre cas, la valeur de ces pièces est inférieure à 30 qurš6 ; al-Sayyid Muḥammad al-Daqqāq laisse quant à lui 90,50 qurš en espèces7 et al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. Salīm, 2 040,75 qurš8.

  • 9 Quelques créances recouvrées, de valeur modique, figurent parfois dans ces documents ; nous ne pre (...)

9Dix ra‘āyā (soit 23 %) détiennent des créances non recouvrées9 ; s'échelonnant entre 40 et 4 960,75 qurš, elles ont une valeur moyenne de 1 118 qurš. Le graphique suivant représente le détail des diverses sommes prêtées par ces dix personnes : en ordonnée sont indiquées les valeurs des sommes prêtées par les dix créanciers qui, eux, figurent en abscisse ; pour chacun d'entre eux, on voit ainsi apparaître, par des traits verticaux, la valeur des sommes avancées à chaque débiteur. Ces créanciers sont classés selon l'ordre dans lequel ils apparaissent dans les registres.

Détail des créances détenues par 10 ra‘āyā du Mīdān (Qisma ‘arabiyya : 1163-1171/1750-1758)

Détail des créances détenues par 10 ra‘āyā du Mīdān (Qisma ‘arabiyya : 1163-1171/1750-1758)
  • 10 143/340/629, n° 10.
  • 11 138/126/192, n° 5. Sur ces tribus de Turcomans, cf. Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 661-66 (...)
  • 12 131/11/20, n° 1.

10Ces créances sont essentiellement composées de nombreuses petites sommes d'argent prêtées à quelques débiteurs, 18 en moyenne ; les deux tiers d'entre eux ont emprunté moins de 50 qurš. Trois personnages apparaissent comme de gros créanciers : al-Sayyid Aḥmad b. al-Ḥāğğ Yūsuf b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ Ibrāhim a prêté 1 810,75 qurš à 42 débiteurs ; parmi eux figurent une quinzaine de chrétiens, ses voisins de Bāb al-Mūṣāllā10. Al-Ḥāğğ Ismā‘īl b. Ḫalīl al-Turkumānī a prêté 2 328,50 qurš à 65 débiteurs ; parmi eux se trouvent quelques Turcomans appartenant aux tribus Talğiyyāt et Ṣawādiyya installées dans des villages proches de Damas11. Al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Ṣawwāf a prêté quant à lui 4 960,75 qurš à 46 débiteurs12.

  • 13 138/87/135.
  • 14 131/122/155.
  • 15 131/68/98. Sur la famille Muğtahid, une des grandes familles de Bāb al-Mūṣāllā fortement impliquée (...)
  • 16 131/149/196.

11Les ra‘āyā du Mīdān possèdent peu de biens immobiliers ; ils laissent en général une seule maison, rarement une boutique ou un atelier. Parmi eux se distinguent toutefois cinq propriétaires immobiliers : al-Ḥāğğ Ḥasan b. Muḥammad b. Ṣadaqa (211 qurš) possède une maison, la moitié d'une autre, un maqsam et un ḥānūt dans le Mīdān ainsi qu'un ḥawš à Ḥaqla13 ; dans les Qubaybāt, al-Ḥāğğ Yūsuf b. al-Ḥāğğ Bakrī b. Murād al-Ṣawwāf (336,50 qurš) détient une maison composée d'un barrānī et d'un ğuwwānī, la moitié d'une maison, le quart d'une autre, les murs d'un bayt et la moitié d'un dukkān14 ; Sa‘diyya bint al-Šayḫ Aḥmad al-Muğtahid (396 qurš) laisse 4 qīrāṭ d'une maison, de deux entrepôts (ḥāṣil) et de 5 dukkān à Bāb al-Mūṣāllā15 ; al-Ḥāğğa Ḫātim bint al-Ḥāğğ Muṣṭafā (1 173,50 qurš) laisse deux maisons dans le Mīdān, l'une Zuqāq al-‘Askarī et l'autre Zuqāq al-Ğawra, ainsi qu'un atelier destiné à la fabrication des cordes (dukkān mu‘adda li-al-ḥabbāla) dans ce même quartier et deux ḥawš à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Baqqāra16.

  • 17 Sur les ‘abā'a et les artisans qui les confectionnent, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 301-302.
  • 18 138/87/135.
  • 19 143/148/257.
  • 20 131/122/155.
  • 21 143/313/583. Le poids du cuivre est estimé en raṭl, unité équivalant à 1,85 kg à Damas ; cf. Hinz (...)

12Trois personnes possèdent des ateliers textiles, activité dont nous avons signalé l'importance dans le faubourg du Mīdān ; les locaux dont il est question ici (dukkān mu‘adda li-ṣun‘ al-‘ubī) sont destinés à la confection des ‘abā 'a, vêtements de laine ou de soie ; leurs propriétaires ne semblent pas tous exercer une activité dans ce domaine17. Al-Ḥāğğ Ḥasan b. Muḥammad b. Ṣadaqa (211 qurš) en détient un dans le Mīdān mais il ne laisse aucun produit textile dans sa succession18. En revanche, Muṣṭafā b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. ‘Alī al-Ṣabbān (655,5 qurš), qui possède un tel atelier dans le Mīdān, Zuqāq al-Maḥmas, laisse dans sa succession une quinzaine de ‘abā'a évaluées à 168,25 qurš ; il ne semble pas être savonnier, comme son nom pourrait le suggérer19. Dans les Qubaybāt, al-Ḥāğğ Yūsuf b. al-Ḥāğğ Bakrī b. Murād al-Ṣawwāf (336,5 qurš) possède la moitié d'un atelier de ce type20 ; ceci n'est pas surprenant pour une famille dont le patronyme signifie "le lainier", et qui possède, comme nous le verrons, un important cheptel de mouton. Toujours dans le domaine du textile, il nous faut signaler al-Sayyid Ismā‘īl b. al-Ḥāğğ ‘Īsā al-Naḥḥās (568,25 qurš) qui détient un atelier de tissage (dukkān mu‘adda li-ṣun‘ al-ḥiyāka) dans le Mīdān, Zuqāq al-Ğawra. Il ne semble pas être lui-même tisserand ; il ne laisse en effet aucun produit textile dans sa succession mais du cuivre (102,75 qurš), ce qui explique sans doute son nom21.

  • 22 131/3/4.
  • 23 131/52/79.
  • 24 131/96/126.
  • 25 138/106/160.
  • 26 Sur le Sūq al-Naḥḥāsīn, cf. ŠihĀbĪ Q., Aswāq Dimašq, p. 500-504 ; sur les artisans du cuivre, cf. (...)

13Le cuivre (nuḥās) est la principale composante de plusieurs autres successions : celle d'al-Sayyid Murād b. al-Ḥāğğ Ibrāhīm al-Iskāf (111 qurš/207,5 qurš)22, celle d'al-Sayyid Ismā‘īl b. al-Ḥāğğ Murād (250 qurš/316,5 qurš)23, celle d'al-Sayyid Ibrāhīm b. al-Sayyid Muḥammad (40 qurš/13 qurš)24, celle d'al-Ḥāğğ Ṣādiq b. al-Ḥāğğ Aḥmad (92,5 qurš/155 qurš)25. À Damas, le cuivre est principalement utilisé pour la fabrication d'ustensiles de cuisine et les artisans qui travaillent ce métal sont installés, au moins depuis l'époque mamelouke, dans un Sūq spécialisé, le Sūq al-Naḥḥāsīn, situé au nord de la citadelle26 ; il semble que cette activité revête également une certaine importance dans le faubourg du Mīdān.

  • 27 143/141/247. Sur le sammān, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 241.

14Al-Ḥāğğ Hamūd b. Ibrāhīm al-Turkumānī al-Sammān possède également du cuivre dans sa boutique, située dans le Sūq al-‘Asr des Qubaybāt, et dont les biens font l'objet d'un inventaire particulier. L'actif de la succession de cet épicier (sammān) est composé pour plus de moitié par les produits trouvés dans sa boutique (372 qurš/705,5 qurš) : 54 raṭl de cuivre, divers aliments (huile, riz, fromage, etc.) et des produits à usage domestique (bougies, bois)27.

15À partir de nos documents, nous ne pouvons donc déduire le métier que de ces quelques personnes exerçant une activité dans le textile, le cuivre ou l'épicerie. L'alimentation des habitants du faubourg, et de l'ensemble de la ville, est en grande partie assurée par les céréales ; celles-ci se trouvent en très petites quantités dans les successions des ra‘āyā du faubourg.

  • 28 131/240/295.
  • 29 138/34/45.
  • 30 138/160/223.

16On trouve des céréales dans quatre successions de ra‘āyā (9 %) ; leur valeur est relativement faible, entre 4 et 80 qurš. De petites quantités de céréales, répondant vraisemblablement à des besoins domestiques, sont mentionnées dans les inventaires de quelques personnes dont les successions sont modestes (inférieures à 100 qurš). Ainsi, al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Raḥmān al-dārānī, résidant dans le Mīdān, Zuqāq al-Gawwās, laisse un peu d'orge (2 qurš) et de froment (2,5 qurš)28 ; al-Sayyid Muṣṭafā b. al-Sayyid Muḥammad al-Ḥā'ik, résidant à proximité de Bāb Allāh, laisse un peu de froment (4 qurš)29 ; Muḥammad b. Ḫalīl, des Qubaybāt, laisse un peu de froment, des lentilles et des noix (23,75 qurš)30.

  • 31 131/285/355.
  • 32 138/106/160.
  • 33 143/172/303.
  • 34 143/148/257.

17À la différence de ces trois personnes qui ne détiennent aucun autre bien agricole, al-Šayḫ ‘Uṯmān b. al-Šayḫ Aḥmad, de Ḥaqla, possède non seulement 10 ġirāra de blé (80 qurš) mais aussi des animaux domestiques : 5 vaches (150 qurš) et une mule (13 qurš) ; le loyer d'un bustān, s'élevant à 300 qurš, est également mentionné dans sa succession dont l'actif est de 836 qurš31. Parmi les ra‘āyā, il est celui qui détient le plus grand nombre de biens ruraux. Ceux des autres personnes sont beaucoup plus modestes : al-Ḥāğğ Ṣādiq b. al-Ḥāğğ Aḥmad (155 qurš) possède quelques vignes dans le village de Dūmā32, Muṣṭafā b. ‘Umar al-Ṣaḥrāwī (12 qurš) quelques chèvres et des plantations sur les terres de Šāġūr33, et Muṣṭafā b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. ‘Alī al-Ṣabbān (655,50 qurš) laisse moins de la moitié d'une exploitation agricole (filāḥa) dans le village d'al-Ḫiyāra34.

II - LES SUCCESSIONS DES ‘ASKAR

18Les ‘askar du Mīdān se distinguent en tous points des ra‘āyā ; plus fortunés et souvent gros créanciers, ils possèdent de nombreux biens immobiliers et sont fortement impliqués dans le monde rural.

  • 35 Cette moyenne, qui est de 4 044 qurš pour l'ensemble de la ville, est sensiblement la même dans to (...)

19Les successions des ‘askar du Mīdān, pour lesquels nous disposons de 24 documents, s'échelonnent entre 174 et 9 833,50 qurš et ont une valeur moyenne de 3 340 qurš ; 88 % d'entre elles sont supérieures à 500 qurš35.

  • 36 162/30/48.
  • 37 179/195/233. Ce personnage appartient peut-être à la même famille qu'un militaire du faubourg, Ḫal (...)
  • 38 162/47/71. Notons que de nombreux membres de la famille Turkumānī sont des militaires.
  • 39 179/130/164.

20Quatre civils du Mīdān ont le statut de ‘askar : al-Sayyid Muṣṭafā Efendī b. al-Sayyid Muḥammad Efendī al-‘Ağlānī (648 qurš)36, al-Sayyid ‘Ārifīn b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifīn al-Ḥağğàr (6 760 qurš)37, al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Turkumānī (7 862 qurš)38 et al-Sayyid Muḥammad (9 833,50 qurš)39.

21Parmi les 18 militaires, 2 sont installés à Bāb al-Mūṣāllā, 6 dans le Mīdān et 10 dans les Qubaybāt ; ils y constituent respectivement 18 %, 20 % et 37 % des défunts ; c'est dans l'extrémité du faubourg que semblent donc plutôt se concentrer les militaires du Mīdān. S'échelonnant entre 185,25 et 8 361,50 qurš, leurs successions ont une valeur moyenne de 2 983 qurš ; elles sont ainsi inférieures à celles des 20 militaires de la ville intra-muros (4 580 qurš) et celles des 22 militaires des faubourgs ouest (4 847 qurš). Ceci peut être attribué à la sous-représentation des aġā et des militaires ayant divers grades qui, comme nous l'avons vu, sont en général très fortunés.

  • 40 179/113/149.

22Un seul aġā figure en effet parmi nos défunts : Muḥammad Aġā b. Muṣṭafā aġā al-Kassās, des Qubaybāt, qui possède une exploitation agricole (filāḥa) dans le village d'al-Balāt et laisse une succession de 4 389,75 qurš40.

  • 41 162/279/344.
  • 42 179/184/219.
  • 43 179/307/364.

23Trois militaires portent divers titres ; Muḥammad Ğāwīš b. Aḥmad Beşe al-Tawīl des Qubaybāt (8 361,50 qurš)41 : Muṣṭafā Ğurbağī b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ḥakīm, du Mīdān (4 531,50 qurš)42 ; Aḥmad Beykb. Muḥammad Beykb. 'Alī Beyk al-Ṣiddīq (5 945,50 qurš)43.

24Pour Damas, les trois quarts des actes de succession des militaires concernent des beşe ; ce phénomène se retrouve également dans le Mīdān où nous disposons de 14 successions de beşe (78 %) ; s'échelonnant entre 185,25 et 5 868 qurš, elles ont une valeur moyenne de 2 176 qurš, voisine de celle des 61 beşe résidant dans l'ensemble de la ville (1 767 qurš).

25Les deux tiers des ‘askar (16/24) détiennent des créances non recouvrées ; elles s'échelonnent entre 55,25 et 7 613,75 qurš et ont une valeur moyenne de 2 279 qurš. Nous avons déjà noté que le crédit est fréquemment pratiqué par les militaires de Damas ; ce phénomène est encore plus accentué dans le Mīdān, en tout cas pour les beşe : dans l'ensemble de la ville, moins de la moitié des beşe (28/61) sont créanciers ; dans le Mīdān, plus des trois quarts le sont (11/14). Selon le principe adopté pour les ra‘āyā, le graphique suivant montre le détail des sommes prêtées par les ‘askar.

Détail des créances détenues par 16 ‘askar du Mīdān (Qisma ‘askariyya : 1173-1188/1760-1774)

Détail des créances détenues par 16 ‘askar du Mīdān (Qisma ‘askariyya : 1173-1188/1760-1774)
  • 44 179/241/284, n° 16.
  • 45 162/47/71, n° 4.
  • 46 179/113/149, n° 8.
  • 47 179/184/219, n° 14.
  • 48 179/50/77, n° 11.
  • 49 179/274/325, n° 10.
  • 50 179/195/233, n° 15.
  • 51 162/279/344, n° 3.

26Chaque ‘askar a en moyenne 21 débiteurs ; 61 % d'entre eux empruntent moins de 50 qurš. Trois ‘askar ont des créances comprises entre 1 865 et 2 434 qurš et cinq ont des créances comprises entre 3 994,75 et 7 613,75 qurš. Ces gros créanciers sont : Ḥasan Beşe b. Muṣṭafā b. Ḥasan al-Turkumāni (1 865 qurš)44, al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Turkumānī (2 036,50 qurš)45, Muḥammad Aġā b. Muṣṭafā aġā (2 434 qurš)46, Muṣṭafā Ğurbağī b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Šayh Yūsuf al-Hakīm (3 994,75 qurš)47, Muḥammad Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Salām b. al-Šayh Muḥammad al-dārānī (4 573 qurš)48, Muḥammad Beşe b. Ḥusayn Beşe (5 111,25 qurš)49, al-Sayyid ‘Ārifīn b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid tāğ al-‘Arifīn al-Ḥağğār (5 159,25 qurš)50, Muḥammad Ğāwīš b. Aḥmad Beşe al-Tawīl (7 613,75 qurš)51.

  • 52 162/47/71.
  • 53 179/195/233.

27La quasi-totalité de ces sommes sont prêtées à des citadins dont un certain nombre sont des militaires. Al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Turkumānī se distingue par le fait que 7 de ses 45 débiteurs sont des chrétiens52. Près de la moitié des créances d'Ibrāhīm Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad b. Muṣṭafā al-Bawā'ikī (205 qurš/457,25 qurš) consiste en des sommes d'argent que lui doivent quatre meuniers et boulangers à qui il a fourni du froment. Quelques petites sommes sont parfois avancées à des villageois mais seul al-Sayyid ‘Ārifin b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifin al-Ḥağğār se distingue par l'octroi d'un prêt collectif (1 200 qurš) à des villageois de Ğudayda où il possède une maison53 ; ce type de prêt collectif à des villageois, très fréquent dans les reconnaissances de dettes enregistrées au Tribunal du Mīdān, est le seul qui soit mentionné dans nos actes de succession.

  • 54 Sur l'argent détenu par les militaires des provinces européennes de l'Empire ottoman, cf. Todorov (...)
  • 55 162/250/310.
  • 56 162/47/71.

28Comme cela est le cas dans d'autres régions de l'Empire ottoman à la même époque54, de nombreux ‘askar du Mīdān, un peu plus de la moitié (13/24), laissent du numéraire dans leurs successions : 611 qurš en moyenne, soit deux fois plus que les ra‘āyā. Parmi eux se distinguent deux Turcomans qui détiennent plus de 1 500 qurš : Hasan Beşe b. Muḥammad Aġā b. Aḥmad Ğāwīš al-Turkumānī laisse 1 598 qurš en espèces55 et al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Turkumānī, 2 307,75 qurš56.

  • 57 162/347/421.
  • 58 179/241/284.
  • 59 162/30/48.
  • 60 162/70/103.
  • 61 179/50/77.
  • 62 179/195/233.
  • 63 Marino B., « Cafés et cafetiers ».

29La majorité des ‘askar (13/24) possèdent plus d'un bien immobilier ; huit d'entre eux détiennent également des biens à usage économique. Parmi ces derniers, il nous faut tout particulièrement signaler Ḥalīl Beşe b. al-Ḥāğğ Ibrāhīm al-Ḥağğàr (171 qurš) qui laisse un café, un four et trois dukkān dans le secteur de Qā'a57 ; al-Šarīfa Ḥadīga bint al-Sayyid Muḥammad al-Farrā' (174 qurš) qui possède le quart d'une maison et la moitié de deux dukkān dans les Qubaybāt, Sūq al-‘Asr, ainsi que le quart d'un dukkān à Bāb al-Mūṣāllā58 ; al-Sayyid Muṣṭafā Efendī b. al-Sayyid Muḥammad Efendī al-‘Ağlānī (648 qurš) qui détient deux ḥawš, deux dukkān, un café dans le Mīdān, deux maisons dans les Qubaybāt et quelques arbres fruitiers59 ; al-Sayyid Muḥammad b. Yūsuf Beşe (699,25 qurš) propriétaire d'un café, de sept dukkān, d'un ḥawš et d'une savonnerie dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā60 ; Muḥammad Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Salām b. al-Šayḫ Muḥammad al-dārānī (5 868 qurš) qui laisse trois maisons et sept dukkān dans le Mīdān61 ; al-Sayyid ‘Ārifin b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifinal-Ḥağğàr (6 760 qurš) qui détient une part de maison, les deux tiers d'un café et d'un ḥawš dans le Mīdān, deux exploitations agricoles et des terrains à Zabadānī ainsi qu'une maison dans le village de Ğudayda62. Dans une étude sur les cafés de Damas aux xviiie et xixe siècles, nous montrons le monopole des ‘askar dans la propriété de ces établissements ; toutes les successions des propriétaires de cafés que nous avons trouvées sont en effet consignées dans les registres de la qisma ‘askariyya63. Comme nous venons de le voir à travers ces exemples, cette situation caractérise également le Mīdān.

  • 64 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 30.
  • 65 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 11-14.

30Il est en revanche plus délicat de se prononcer sur le statut des propriétaires des bā'ika. D'après les documents étudiés par A.-K. Rafiq pour la période 1825-1875, les propriétaires des bā'ika de Bāb al-Mūṣāllā sont essentiellement des militaires64. Pour l'ensemble du xixe siècle, J. Reilly remarque quant à lui que les bā'ika ne sont pas détenues exclusivement par de riches militaires ; de modestes civils peuvent en être les propriétaires65.

  • 66 162/147/189 ; 179/95/127 ; 179/64/93 ; 179/47/73 ; 179/199/237.
  • 67 123/50/68. Comme nous le signalons plus loin, ‘Umar Aġā b. Muṣṭafā Agā et son frère, al-Ḥāğğ Bakrī (...)
  • 68 297/531/127 ; 297/101/247 ; 297/90/223 ; 297/564/1310 ; 297/296/645 ; 313/170/492 ; 313/247/706 ; (...)
  • 69 179/64/93.
  • 70 Sur les bawā'ikī, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 55-57.

31Les documents que nous avons nous-même collectés, actes de succession et transactions immobilières, donnent chacun des images différentes de ce phénomène. Dans les successions de l'ensemble des damascènes de la seconde moitié du xviiie siècle, quelques bā'ika situées à Ṣāliḥiyya, Bāb Sarqī, Qasr Ḥağğāğ et Mīdān appartiennent toutes à des ‘askar66. Dans le faubourg du Mīdān, les transactions sur les bā'ika sont rares dans nos documents du milieu du xviiie siècle ; l'un des deux actes dont nous disposons concerne des militaires. Le 10 ṣafar 1161/10 février 1748, une partie d'une bā'ika est achetée à un beşe par ‘Umar Aġā b. Muṣṭafā aġā b. al-Ḥāğğ Muḥammad, katḫudā des yankiğariyya/yerliyya, et son frère, al-Ḥāğğ Bakrī b. Muṣṭafā aġā b. al-Ḥāğğ Muḥammad ; cette transaction leur permet de devenir les seuls propriétaires de cette bā'ika dont ils avaient déjà acquis une partie le 2 rabī‘ 11160/14 mars 174767. En revanche, dans les huit transactions dont nous disposons pour le début du xixe siècle, les bā'ika sont achetées par des civils qui, en raison de l'absence de titre distinctif dans leur nom, ne semblent pas être des notables68. Si la commercialisation des céréales est, comme nous le verrons, en grande partie monopolisée par les ‘askar, il ne semble donc pas en être obligatoirement de même pour les entrepôts où celles-ci sont stockées ; parmi nos défunts, seul Ibrāhīm Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad b. Muṣṭafā al-Bawā'ikī en détient une69. D'ailleurs, Qāsimī définit le bawā'ikī comme un vendeur de céréales et non comme un propriétaire de bā'ika70.

  • 71 162/164/220.
  • 72 Le qawwāf vend différentes sortes de chaussures fabriquées par des artisans auxquels il fournit le (...)
  • 73 162/33/51.

32Quelques produits mentionnés dans d'autres successions nous permettent en revanche de déduire l'activité de certains ‘askar qui résident tous dans les Qubaybāt. Sālih Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Raḥmān al-Sammān (111 qurš) est épicier : nous trouvons dans sa succession des olives, de l'huile, du sel, du miel, des bougies et 19 raṭl de cuivre (47 qurš)71 ; Muṣṭafā Beşe b. al-Sayyid ‘Umar b. Sa‘d Al-dīn al-Qawwāf (189,50 qurš) laisse des épices (26 qurš) dans un dukkān des Qubaybāt et quelques marchandises (78,25 qurš) dans un dukkān de Sūq al-Qawwāfīn où il est vraisemblablement qawwāf72 ; Ğum'a Beşe b. al-Ḥāğğ Yūnus al-‘Abağī (1019,25 qurš), qui possède un dukkān dans les Qubaybāt, exerce vraisemblablement une activité textile puisqu'il laisse 38 ‘abā ‘a évaluées à 130 qurš73. Épicerie, commerce des chaussures et activité textile ne semblent pas être très lucratives pour ces trois personnes.

  • 74 162/136/170. al-Šayḫ Muḥammad Abu Qamīs al-Kurdī (m. 1164/1750-1751), šayḫ de la Madrasa Murādiyya (...)
  • 75 179/307/364. L'ûqiyya (154 grammes) de savon vaut 3,5 miṣriyya au mois de rağab 1167/avril-mai 175 (...)
  • 76 179/130/164.

33En revanche, quelques ‘askar tirent un grand profit du commerce du bois, du savon ou des épices. La succession de ‘Umar Beşe b. ‘Abd al-Raḥīm b. ‘Alī al-Ḥawāṣilī (4 034,25 qurš) est composée en grande partie d'une somme correspondant à du bois (ahšāb) qu'il a vendu (3 500 qurš)74 ; de même, près de la moitié de la succession d'Aḥmad Beyk b. Muḥammad Beyk b. ‘Alī Beyk al-Siddīq (5 945,50 qurš) est composée de savon (2 781,5 qurš)75 ; la succession d'al-Sayyid Muḥammad (9 833,50 qurš) est quant à elle composée presque exclusivement d'épices (9 333,75 qurš)76.

  • 77 Rafiq A.-K., Province, p. 148.

34Nous savons par ailleurs qu'au xviiie siècle, plusieurs yankiğariyya/ yerliyya font partie de la corporation des meuniers77 ; certains d'entre eux détiennent de grosses quantités de céréales. Céréales, bétail et exploitations agricoles se trouvent fréquemment réunis dans les successions des ‘askar ; neuf ‘askar (37,5 %) détiennent des céréales, trois du bétail et trois des exploitations agricoles.

  • 78 162/279/344.
  • 79 162/33/51.
  • 80 162/47/71.

35Trois ‘askar possèdent peu de céréales : leur valeur est inférieure à 30 qurš. Muḥammad Ğāwīš b. Aḥmad Beşe al-Tawīl (8 361,50 qurš), de Ḥaqla, laisse 11 qurš de blé78, Ğum'a Beşe b. al-Ḥāğğ Yūnus al-‘Abağī (130 qurš), des Qubaybāt, 21 qurš79, et al-Ḥāğğ Muḥammad b. al-Ḥāğğ Maḥmūd al-Turkumānī (7 862 qurš), du Mīdān, 28 qurš80. Ils ne possèdent ni exploitation agricole, ni bétail.

  • 81 179/113/149 ; 179/274/325 ; 179/195/233.
  • 82 179/241/284.
  • 83 179/64/93.

36Six ‘askar détiennent des produits agricoles dont la valeur est comprise entre 130 et 737,50 qurš : leurs relations avec le monde rural sont également illustrées par la possession d'exploitations agricoles81, de bétail82 ou de bā'ika83. À l'exception d'un seul cas, l'actif de leur succession est supérieur à 4 000 qurš ; ils sont souvent de gros créanciers et certains possèdent même des esclaves.

  • 84 179/50/77.
  • 85 179/195/233.
  • 86 179/274/325.
  • 87 179/113/149.
  • 88 179/64/93.
  • 89 179/241/284.

37Muḥammad Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Salām b. al-Šayḫ Muḥammad al-dārānī (5 868 qurš) possède non seulement trois maisons et sept dukkān dans le Mīdān mais aussi 4 ġirāra et 20 mudd de froment (130 qurš) ainsi qu'une esclave noire (131 qurš) ; ses créances s'élèvent à 4 573 qurš84. Al-Sayyid ‘Ārifin b. al-Sayyid ‘Abd al-Qādir b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifin al-Ḥağğàr (6 760 qurš) laisse 3 ġirāra d'orge (54 qurš) et 3,5 ġirāra de froment (87,5 qurš) ; propriétaire d'une maison dans le village de Ğudayda, de deux exploitations agricoles (filāḫa) et de terrains à Zabadānī, il avait prêté 5 159,5 qurš à une vingtaine de personnes85. Muḥammad Beşe b. Ḫusayn Beşe (5 799,50 qurš), de Ḫaqla, laisse 6 ġirāra et 22 mudd de froment (240 qurš) et 1 ġirāra d'orge (20 qurš) ; gros créancier (5 111,25 qurš), il est propriétaire de deux maisons et de trois exploitations agricoles (filāḥa) dans les villages d'al-Balāṭ et d'al-Ḫiyāra, et laisse également une dizaine de vaches dans le village d'al-Ḫiyàra et une dizaine de mules dans les villages de Bayt Saḥam, al-Balāt et Sab‘a86. Muḥammad Aġā b. Muṣṭafā aġā (4 389,75 qurš), de Ḥaqla, détient 22 ġirāra de froment (440 qurš) et une exploitation agricole (filāḥa) dans le village d'al-Balāṭ ; il est le maître d'une esclave noire (ğāriya sawdā') évaluée à 100 qurš et d'un esclave noir (‘abd aswad), évalué à 50 qurš ; ses créances s'élèvent à 2 434 qurš87. Ibrāhīm Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad b. Muṣṭafā al-Bawā'ikī (1 368 qurš) réside dans le Mīdān où il est propriétaire de la moitié d'une bā'ika ; il possède 435,75 qurš de froment, ce qui représente environ le tiers de sa succession88. Ḥasan Beşe b. Muṣṭafā b. Ḥasan al-Turkumānī (4 426,50 qurš), de Ḥaqla, laisse 13,5 ġirāra et 21 mudd d'orge (285 qurš) et 10,5 ġirāra et 23 mudd de blé (452,50 qurš) ; la valeur de l'ensemble de ces céréales est de 737,50 qurš. Il possède également le plus gros cheptel de notre corpus : 73 vaches, 28 chèvres, 44 moutons et chèvres ; ses créances s'élèvent à 1 865 qurš89.

  • 90 Sur le bétail possédé par certains militaires de Damas aux xvie et xviie siècles, cf. Hamūd N., ‘A (...)
  • 91 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 661-662.
  • 92 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 95.
  • 93 162/250/310.
  • 94 179/241/284.

38Les ‘askar laissent parfois un important cheptel90. Les Turcomans qui, nous l'avons vu, constituent une des composantes de la population du Mīdān, sont connus pour pratiquer l'élevage des moutons dans les villages proches de Damas91 mais aussi dans la Biqā'92 : Ḥasan Beşe b. Muḥammad Aġā b. Aḥmad Ğāwīš al-Turkumānī (2 573 qurš) possède 16 moutons93 et Ḥasan Beşe b. Muṣṭafā b. Ḥasan al-Turkumānī (4 426,50 qurš) détient 44 moutons et chèvres, 28 chèvres et 73 vaches94.

  • 95 131/11/20.
  • 96 131/122/155.
  • 97 123/304/404.
  • 98 130/64/112.

39La famille Ṣawwāf, des Qubaybāt, se distingue également dans ce domaine : parmi les ra‘āyā, al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Sawwāf (5 515,75 qurš) laisse, comme nous l'avons signalé, 240 moutons95, et al-Ḥāğğ Yūsuf b. al-Ḥāğğ Bakrī b. Murād al-Ṣawwāf (336,50 qurš) 22 vaches et 50 moutons96. Ces quelques animaux représentent toutefois peu de chose par rapport au cheptel de Ḫalīl Beşe, Sulaymān Beşe et ‘Abd al-Raḥīm, les fils d'al-Ḥāğğ Bakrī b. al-Ḥāğğ Murād al-Ṣawwāf : le 12 rAġāb 1161/8 juillet 1748, en contrepartie d'un emprunt de 5 462,50 qurš, ils hypothèquent quatre maisons et un dukkān, sept oliveraies et des arbres fruitiers situés dans le village de dārayyā ainsi que 4 130 moutons ; placés sous la responsabilité de diverses personnes, ceux-ci sont répartis en une quinzaine de troupeaux comprenant en moyenne 275 têtes97. Deux ans plus tard, le 19 Ğumādā II 1163/16 mai 1750, ils hypothèquent à nouveau ces mêmes biens ainsi que 100 vaches, en contrepartie d'un emprunt de 7 500 qurš98. Ces documents n'indiquent pas l'utilisation à laquelle est voué cet argent mais ils ont le mérite de faire apparaître les implications de la famille Sawwāf dans l'élevage des moutons.

  • 99 Sur les armes utilisées à Damas à l'époque ottomane, cf. Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-ḥayāt al-‘a (...)
  • 100 179/195/233.
  • 101 131/11/20.

40Les ‘askar se distinguent également par les armes qu'ils possèdent et qui apparaissent dans la quasi-totalité de leurs successions99. Presque tous les militaires possèdent un sabre (sayf) : leur prix est généralement compris entre 10 et 20 qurš mais certains, agrémentés d'argent, peuvent valoir entre 30 et 50 qurš. Ils détiennent également une arme à feu (ṭabanğa, bunduqiyya ou bārūda) ; le prix des ṭabanğa varie entre 10 et 20 qurš, celui des bunduqiyya entre 10 et 35 qurš, celui des bārûda entre 5 et 20 qurš. On trouve aussi, dans leurs affaires personnelles, des poires à poudre (balṣaqa) évaluées à moins de 5 qurš. Quelques-uns possèdent des poignards (ḫanğar), ordinaires valant environ 5 qurš, ou ornés d'argent dont le prix se situe entre 20 et 40 qurš. Pour leur monture, certains sont parfois équipés de selles (sarğ) valant environ 5 qurš, ou d'harnachements (raḫt) recouverts de cuivre (10 qurš) ou d'argent (173 qurš). Des étriers (rikāb), dont le prix est environ de 5 qurš, viennent compléter cette panoplie. Al-Sayyid ‘Ārifin b. al-Sayyid ‘Abd al-qādīr b. al-Sayyid Tāğ al-‘Ārifinal-Ḥağğàr, dont la succession est enregistrée à la qisma ‘askariyya, détient un véritable équipement de militaire : une ṭabanğa, une bunduqiyya, une selle, des étriers et un harnachement recouvert d'argent100. Les ra‘āyā, quant à eux, laissent rarement une arme à feu ou un poignard dans leurs affaires ; certains, apparentés à des militaires, possèdent toutefois les attributs de ces derniers : ainsi, al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh b. al-Ḥāğğ Yūsuf al-Ṣawwāf détient un poignard, un sabre, une ṭabanğa, deux bārūda, une poire à poudre, une selle et des étriers101.

Conclusion

  • 102 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 165.

41Au sein du faubourg, on voit donc se côtoyer des personnes aux fortunes diverses et l'on peut donc noter, avec C. Establet et J.-P. Pascual, qu'à Damas, « les quartiers portent la marque de l'appartenance religieuse ou sociale mais ne constituent pas des ghettos irrémédiablement fermés »102.

42Les actes de succession des habitants du Mīdān font apparaître, encore plus fortement que dans l'ensemble de la société damascène, un profond clivage entre les ra‘āyā et les ‘askar : les successions des militaires et des personnes qui leur sont liées (3 340 qurš) sont en effet cinq fois supérieures à celles des sujets (653 qurš). 70 % des ra‘āyā du Mīdān (31/44) laissent des successions inférieures à 500 qurš et 87,5 % des ‘askar (21/24) laissent des successions supérieures à cette somme. Moins du quart des ra‘āyā et les deux tiers des ‘askar sont créanciers ; la valeur moyenne des sommes prêtées par les seconds (2 279 qurš) est deux fois supérieure à celle des premiers (1 118 qurš). Il en est de même en ce qui concerne le numéraire laissé par les défunts : on trouve des espèces dans 14 % des successions de ra‘āyā (6/44) et dans 54 % des successions de ‘askar (13/24) ; ces pièces représentent en moyenne 363,50 qurš pour les ra‘āyā et 611 qurš pour les ‘askar. Les immeubles urbains, à usage résidentiel ou économique, et les biens ruraux sont également plutôt détenus par les ‘askar.

43Les habitants du Mīdān laissent dans leurs successions un certain nombre de biens indiquant leurs implications dans le monde rural. Ceux-ci sont surtout situés à proximité de Damas, notamment dans la zone arboricole et maraîchère de la Ġūta mais aussi dans la zone céréalière qui lui est contiguë, le Marğ. Les grosses quantités de céréales que détiennent certains ‘askar indiquent par ailleurs les relations qu'ils entretiennent avec les régions d'agriculture extensive que sont le Ḥawrān et la Biqā‘ mais nous n'avons trouvé, dans leurs actes de succession, aucune mention de biens possédés dans ces régions.

44Les informations fournies par les actes de succession peuvent être complétées par les actes d'achat et de location en milieu rural et par les reconnaissances de dettes des villageois envers les citadins. Ces deux types de documents, enregistrés dans le tribunal du faubourg, nous apportent des indications sur la valeur de leurs interventions, donnée absente des actes de succession, et modifient considérablement notre connaissance du phénomène du crédit.

Notes

1 Rafiq A.-K., « Public Morality », p. 180-196.

2 Pour une présentation de ces biens, cf. Establet C., « Les intérieurs damascains » ; Marino B., Quelques successions de femmes d'agents de l'Etat ; Pascual J.-P., « Meubles et objets domestiques ».

3 143/172/303.

4 143/237/429.

5 Cette proportion est de 68 % pour l'ensemble de Damas avec des différences sensibles selon les secteurs (46 % dans la ville intra-muros, 68 % dans les faubourgs ouest, 76 % dans les faubourgs nord, 83 % à Ṣāliḥiyya, 90 % dans les faubourgs sud- ouest).

6 131/3/4 ; 131/96/126 ; 138/160/233 ; 143/148/257.

7 143/272/483. Un autre membre de la famille Daqqāq, al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad al-Daqqāq, apparaît quant à lui comme un important créancier ; cf. infra, « Les créances sur les populations villageoises ».

8 143/237/429.

9 Quelques créances recouvrées, de valeur modique, figurent parfois dans ces documents ; nous ne prendrons ici en considération que les sommes devant encore être remboursées aux héritiers.

10 143/340/629, n° 10.

11 138/126/192, n° 5. Sur ces tribus de Turcomans, cf. Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 661-662.

12 131/11/20, n° 1.

13 138/87/135.

14 131/122/155.

15 131/68/98. Sur la famille Muğtahid, une des grandes familles de Bāb al-Mūṣāllā fortement impliquée dans le commerce du bois au xixe siècle, cf. Rafiq A.-K., « Bab al-Mūṣāllā », p. 31-32.

16 131/149/196.

17 Sur les ‘abā'a et les artisans qui les confectionnent, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 301-302.

18 138/87/135.

19 143/148/257.

20 131/122/155.

21 143/313/583. Le poids du cuivre est estimé en raṭl, unité équivalant à 1,85 kg à Damas ; cf. Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 33. Dans les années 1750-1758, un raṭl de cuivre vaut environ 2 qurš ; cf. 131/3/4, 131/96/126, 138/106/160.

22 131/3/4.

23 131/52/79.

24 131/96/126.

25 138/106/160.

26 Sur le Sūq al-Naḥḥāsīn, cf. ŠihĀbĪ Q., Aswāq Dimašq, p. 500-504 ; sur les artisans du cuivre, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 479-480.

27 143/141/247. Sur le sammān, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 241.

28 131/240/295.

29 138/34/45.

30 138/160/223.

31 131/285/355.

32 138/106/160.

33 143/172/303.

34 143/148/257.

35 Cette moyenne, qui est de 4 044 qurš pour l'ensemble de la ville, est sensiblement la même dans tous les secteurs de la ville (3 626 qurš dans la ville intra-muros, 5 479 qurš dans les faubourgs ouest, 4 158 qurš à Ṣāliḥiyya, 3 530 qurš dans les faubourgs sud-ouest, mais seulement 1 303 qurš dans les faubourgs nord).

36 162/30/48.

37 179/195/233. Ce personnage appartient peut-être à la même famille qu'un militaire du faubourg, Ḫalīl Beşe b. al-Ḥāğğ Ibrāhīm al-Ḥağğār (162/347/421).

38 162/47/71. Notons que de nombreux membres de la famille Turkumānī sont des militaires.

39 179/130/164.

40 179/113/149.

41 162/279/344.

42 179/184/219.

43 179/307/364.

44 179/241/284, n° 16.

45 162/47/71, n° 4.

46 179/113/149, n° 8.

47 179/184/219, n° 14.

48 179/50/77, n° 11.

49 179/274/325, n° 10.

50 179/195/233, n° 15.

51 162/279/344, n° 3.

52 162/47/71.

53 179/195/233.

54 Sur l'argent détenu par les militaires des provinces européennes de l'Empire ottoman, cf. Todorov N., « Le numéraire des successions », p. 284.

55 162/250/310.

56 162/47/71.

57 162/347/421.

58 179/241/284.

59 162/30/48.

60 162/70/103.

61 179/50/77.

62 179/195/233.

63 Marino B., « Cafés et cafetiers ».

64 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 30.

65 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 11-14.

66 162/147/189 ; 179/95/127 ; 179/64/93 ; 179/47/73 ; 179/199/237.

67 123/50/68. Comme nous le signalons plus loin, ‘Umar Aġā b. Muṣṭafā Agā et son frère, al-Ḥāğğ Bakrī, nous sont également connus comme créanciers auprès des populations rurales ; cf. 117/143/227 ; 123/76/104.

68 297/531/127 ; 297/101/247 ; 297/90/223 ; 297/564/1310 ; 297/296/645 ; 313/170/492 ; 313/247/706 ; 313/311/883.

69 179/64/93.

70 Sur les bawā'ikī, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 55-57.

71 162/164/220.

72 Le qawwāf vend différentes sortes de chaussures fabriquées par des artisans auxquels il fournit le cuir ; cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 373.

73 162/33/51.

74 162/136/170. al-Šayḫ Muḥammad Abu Qamīs al-Kurdī (m. 1164/1750-1751), šayḫ de la Madrasa Murādiyya, laisse quant à lui sept qintār de bois (ḥaṭab) ; cf. BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 154-155. À Damas, le qintār équivaut environ à 185 kg ; cf. Hinz, al-Makāyîl wa al-awzān, p. 42. Le raṭl de ḥaṭab vaut 1 miṣriyya au mois de ša'bān 1165/juin-juillet 1751 ; cf. BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 169.

75 179/307/364. L'ûqiyya (154 grammes) de savon vaut 3,5 miṣriyya au mois de rağab 1167/avril-mai 1753 (BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 182) et 4 miṣriyya au mois de rabī‘ I 1214/août 1799 (‘Abd Ḥ., Tārīḫ, p. 57). Le raṭl (1,85 kilogrammes) de savon vaut 3,25 qurš au mois de dū al-qa'da "l220/août 1821 (‘Abd Ḥ., Tārīḫ, p. 124).
Un autre militaire se distingue par le commerce du savon ; à sa mort (sa'bān 1185/novembre 1771), Yūsuf aġā b. Ğabrī, Aġā des yankiğariyya, laisse deux fusha de savon ; cf. Ibn Al-SiddĪq Ḥ., Ġarā'ib, p. 81. Cette unité de mesure, que l'on ne trouve dans aucun dictionnaire, pourrait correspondre à une cuite (tabha) de savon équivalente à 4 700 kg dans les années 1950 ; cf. Mantran R. et Sauvaget J., Règlements fiscaux ottomans, p. 67.

76 179/130/164.

77 Rafiq A.-K., Province, p. 148.

78 162/279/344.

79 162/33/51.

80 162/47/71.

81 179/113/149 ; 179/274/325 ; 179/195/233.

82 179/241/284.

83 179/64/93.

84 179/50/77.

85 179/195/233.

86 179/274/325.

87 179/113/149.

88 179/64/93.

89 179/241/284.

90 Sur le bétail possédé par certains militaires de Damas aux xvie et xviie siècles, cf. Hamūd N., ‘Askar, p. 194.

91 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 661-662.

92 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 95.

93 162/250/310.

94 179/241/284.

95 131/11/20.

96 131/122/155.

97 123/304/404.

98 130/64/112.

99 Sur les armes utilisées à Damas à l'époque ottomane, cf. Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-ḥayāt al-‘askariyya al-‘uṯmāniyya », p. 149-156.

100 179/195/233.

101 131/11/20.

102 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 165.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 27. Répartition de l'actif des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar du Mīdān (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Détail des créances détenues par 10 ra‘āyā du Mīdān (Qisma ‘arabiyya : 1163-1171/1750-1758)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Détail des créances détenues par 16 ‘askar du Mīdān (Qisma ‘askariyya : 1173-1188/1760-1774)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search