Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Deuxième partie. La Ville, le Faubourg, la Campagne

Chapitre I. La richesse à Damas : hiérarchie sociale et différenciation spatiale

Texte intégral

1Étudier, pour les xviiie et xixe siècles, la société du faubourg dont nous venons de tracer les grandes lignes de la constitution ne peut se faire qu'à travers une approche globale de la société damascène. Les actes de succession, enregistrés dans les deux qisma, constituent à cet égard une source de toute première importance.

2Comme nous l'avons signalé dans notre présentation des sources, nous avons constitué un corpus de 367 actes de succession concernant l'ensemble des habitants de Damas : 214 actes, établis au cours de la période 1163-1171/1750-1758, émanent de la qisma ‘arabiyya et 153 actes, établis au cours de la période 1173-1188/1760-1774, émanent de la qisma ‘askariyya ; parmi eux, 44 actes de la qisma ‘arabiyya et 24 actes de la qisma ‘askariyya concernent des habitants du Mīdān.

3Nous ne reviendrons pas sur la spécificité des documents consignés dans certains registres des deux qisma, ‘arabiyya et ‘askariyya, déjà évoquée dans la présentation des sources. Signalons simplement que les populations concernées par ces deux institutions ne semblent pas être les mêmes à Damas et au Caire, et il est important d'apporter quelques précisions à ce sujet.

  • 1 Raymond A., « Les documents du makama », p. 129.
  • 2 Raymond A., Artisans et commerçants, II, p. 659-671.

4Pour le Caire, au xviiie siècle, A. Raymond note que les successions de la majorité des artisans et commerçants sont consignées dans les registres de la qisma ‘askariyya, avec celles des militaires, alors que les registres de la qisma ‘arabiyya ne contiennent que les successions des plus pauvres d'entre eux ainsi que celles des minorités. Cette situation s'explique, dans cette ville, par l'ampleur du mouvement d'affiliation des artisans et commerçants aux milices1. Commerçants et militaires y sont en effet très proches les uns des autres : afin de remédier à l'insuffisance de leur solde, les militaires exercent souvent une activité professionnelle et, réciproquement, les commerçants s'affilient à l'armée dans le but d'être protégés2.

  • 3 Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 657 ; d'après Ibn Al-Iddlq H., Ġarā'ib, verso de la page d (...)

5À Damas, comme au Caire, des notables intègrent le corps des janissaires locaux, les yankiğariyya/yerliyya3, mais nous ne sommes pas en mesure d'évaluer l'importance de ce phénomène. Dans le corpus d'actes de succession que nous avons nous-même constitué, "seulement" un peu plus du quart des successions des "civils" sont consignées à la qisma ‘askariyya (50/188) ; elles représentent le tiers de nos documents enregistrés dans cette institution (50/153).

  • 4 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 113-163. Nous montrerons toutefois, à traver (...)
  • 5 Certains registres de la qisma ‘arabiyya du début du xviiie siècle contiennent toutefois quelques d (...)

6À la différence des registres de la qisma ‘arabiyya du Caire, ceux de Damas contiennent, comme l'ont récemment montré les recherches de C. Establet et de J.-P. Pascual, de nombreuses successions d'artisans et de commerçants, dont certains sont très fortunés4. Le statut des personnes concernées par la qisma ‘arabiyya de cette ville semble clair : ce sont les sujets de l'Empire ottoman, les ra‘āyā, que l'on peut définir comme la population économiquement active, imposable, et qui se caractérise par de profonds clivages économiques5. Celui des personnes concernées par la qisma ‘askariyya de Damas est, quant à lui, lié à la définition du statut de ‘askar dans la société ottomane, statut que nous allons maintenant examiner.

  • 6 Sāhilī Uġlī H., « Qānūn nāma Āl ‘Uṯmān », p. 162-164. Nous remercions A.-K. Rafiq d'avoir attiré no (...)

7Comme cela est clairement exposé dans un recueil de lois (Qānûn nāma) datant de l'époque du sultan Muhammad II le Conquérant (xve siècle), le terme ‘askar désigne plusieurs catégories de personnes : les militaires, les esclaves et les personnes exerçant une activité dans des domaines particuliers (tels la judicature, l'enseignement, la religion, la gestion des waqf) ; les femmes et les enfants de ces personnes appartiennent également à la catégorie des ‘askar6.

  • 7 Veinstein G.,« Les inventaires après décès des campagnes militaires », p. 294.
  • 8 Article « 'Askarī », E.I.2,1, p. 733.
  • 9 Barbir K., « Wealth, Privilege and Family Structure », p. 182 ; d'après Barkan O., « Edirne Askeri  (...)
  • 10 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 42.
  • 11 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 508 ; d'après 21/275. Le registre 21 est, comme nous l'avon (...)

8Cette définition du statut de ‘askar a été prise en considération par plusieurs chercheurs. Ainsi, G. Veinstein souligne que « le terme d'askeri recouvre nombre de catégories sociales, ne se limitant pas aux soldats à de "civils" les plus importantes sont concentrées dans les registres de la qisma ‘askariyya. proprement parler ni, plus généralement, aux membres de l'armée »7. Selon B. Lewis, ce terme s'applique à « des ‘askarīs retraités ou disponibles, aux épouses et aux enfants des ‘askarīs, à des esclaves affranchis du sultan ou des ‘askarīs et aussi aux familles des titulaires de charges religieuses publiques en service auprès du sultan »8. O. Barkan remarque que ce statut concerne toutes les personnes au service de l'État, exemptées des taxes sultaniennes (‘awāri sulāniyya) et des taxes coutumières (takālīf ‘urfīyya), ainsi que certains descendants du Prophète (ašrāf)9. Pour Damas, J.-P. Pascual note que le qassām ‘askarī n'avait « à traiter que des affaires concernant un groupe bien délimité de personnes, les agents de l'État, militaires et civils »10, et A.-K. Rafiq nous livre un exemple de personne pouvant être classée dans cette catégorie : au mois de Ğumādā II 1101/mars 1593, un menuisier de Damas est exempté des taxes coutumières (takālīf ‘urfīyya) levées sur sa corporation car il exerce des fonctions religieuses ; il détient d'ailleurs un document légal attestant cette dispense11.

  • 12 Article « Ḳassām », E.I.2, IV, p. 765.

9Dans l'Empire ottoman, de nombreux abus furent commis au fil du temps quant à l'attribution du statut de ‘askar. D'une part, de nombreux individus cherchaient à être exemptés d'impôts. D'autre part, les qassām percevaient, sur les successions, une taxe (rasm al-qisma) proportionnelle au montant de celles-ci ; ils avaient donc intérêt à "attirer" dans leur qisma des personnes fortunées. D'ailleurs, « des conflits naissaient parfois entre les deux catégories de assāms, ceux qui dépendaient duī ‘askar ayant tendance à élargir la classe militaire pour augmenter les recettes de leur supérieur ; les décrets du gouvernement définissant de temps à autre les éléments de cette classe ne réussirent pas à mettre fin à cette pratique »12.

10En fonction des définitions du statut de ‘askar que nous venons d'exposer, et malgré les abus que nous avons signalés, nous considérerons les personnes dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘askariyya de Damas comme des ‘askar, c'est-à-dire soit des militaires, soit des agents de l'État, soit des individus jouissant de certains privilèges fiscaux ou, éventuellement, bénéficiant de la protection des militaires. Dans l'attente d'études plus approfondies sur l'identité de ces personnes, il nous paraît important de mettre en évidence la spécificité de leur situation économique par rapport à celle des ra‘āyā dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘arabiyya.

  • 13 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 179.

11S'interrogeant sur les fondements de la distinction sociale à Damas dans la seconde moitié du xviiie siècle, K. Barbir considère, à partir de données insuffisantes à notre avis, que les privilèges fiscaux accordés à ces personnes ne s'accompagnent pas d'une distinction économique13.

12En comparant globalement les successions des deux qisma, ‘arabiyya et ‘askariyya, nous montrerons qu'il existe un véritable clivage économique entre les ra‘āyā et les ‘askar. Nous nous intéresserons ensuite plus particulièrement aux ‘askar : nous mettrons d'une part en évidence la relation existant entre le grade des militaires et leur fortune, et montrerons d'autre part que la fortune des civils de la qisma ‘askariyya est beaucoup plus proche de celle des militaires qu'elle ne l'est de celle des civils de la qisma ‘arabiyya.

I – LA RÉPARTITION DE LA RICHESSE DANS LA SOCIÉTÉ DAMASCÈNE

  • 14 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 113-163.

13Les actes de succession enregistrés dans chacune des deux qisma concernent des populations dont les fortunes présentent des caractéristiques bien particulières. Nous examinerons en premier lieu la spécificité des successions de ces deux qisma et montrerons ainsi que la qisma ‘arabiyya et la qisma ‘askariyya offrent des images tout à fait différentes de la société damascène. Si ra‘āyā et ‘askar se distinguent globalement par leur richesse, des personnes aux fortunes diverses se trouvent néanmoins dans les deux types de populations. C. Establet et J.-P. Pascual ont bien montré les clivages existant parmi les défunts de la qisma ‘arabiyya14 ; ce phénomène se remarque également parmi les défunts de la qisma ‘askariyya, militaires et civils. Nous utiliserons le terme de ra‘āyā pour désigner les défunts dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘arabiyya et le terme de ‘askar pour désigner les défunts dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘askariyya.

A - RA‘ĀYĀ ET ‘ASKAR : DEUX POPULATIONS DISTINCTES

14Ra‘āyā et ‘askar se distinguent non seulement par la valeur des successions mais aussi par la pratique du crédit et la possession d'immeubles urbains et de biens ruraux, critères que nous allons maintenant examiner pour la période 1750-1774. Comme nous l'avons signalé, les registres de la qisma ‘arabiyya qui nous sont parvenus ont été établis au cours de la période 1750-1758 et ceux de la qisma ‘askariyya ont été établis au cours de la période 1760-1774 ; la stabilité monétaire qui caractérise ce troisième quart du xviiie siècle nous autorise à établir une comparaison entre les données consignées dans ces deux types de registres.

1 - Des successions quatre fois plus importantes chez les ‘askar

  • 15 Cf. Establet C., Pascual J.-P. et Raymond A., « La mesure de l'inégalité », p. 177, p. 180.

15Dans chacune des deux populations, l'éventail des successions est très large : entre 12 et 69 018,75 qurš pour les ra‘āyā, entre 27,75 et 97 416,75 qurš pour les ‘askar. L'inégalité sociale, que l'on remarque ici, peut se mesurer grâce à l'indice de Gini : plus celui-ci se rapproche de 1, plus l'inégalité sociale est accentuée. Pour Damas, au cours de la période que nous étudions, cet indice est de 0,70. Voisine des résultats obtenus pour le Caire au xviiie siècle et pour Damas au début du xviiie siècle15, cette valeur reflète une société inégalitaire.

16La valeur moyenne de l'actif des successions, qui est de 2 358 qurš sur l'ensemble de notre corpus, est très différente pour chacune des deux populations considérées : celles des ‘askar (4 044 qurš) sont quatre fois plus importantes que celles des ra‘āyā (1 153 qurš). Cette différence se perçoit dans la répartition de l'actif des successions par classes de valeur.

TABLEAU 12. Répartition de la valeur des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar (1173-88/1760-74)

TABLEAU 12. Répartition de la valeur des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar (1173-88/1760-74)

17Comme le montre le tableau précédent, ra‘āyā et ‘askar se distinguent les uns des autres par la répartition de leurs successions : la moitié des successions de ra‘āyā sont inférieures à 250 qurš alors que moins du cinquième des successions des ‘askar sont dans ce cas. Parmi ces derniers, 31 % ont des successions supérieures à 2 500 qurš-, cette proportion atteint seulement 6 % pour les ra‘āyā.

2 - La pratique du crédit accentue le clivage entre les deux populations

  • 16 Sur cette question, cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 89-101.
  • 17 En supposant bien entendu que créances recouvrées et créances non recouvrées se retrouvent, en gros (...)

18Les créances figurent sous deux formes dans les actes de succession : les créances recouvrées sont incluses dans la première partie du document, l'actif, et les créances non encore recouvrées, qui doivent être remboursées aux héritiers, sont individualisées en fin de document. Pour être complète, une étude du phénomène du crédit dans la société damascène doit donc nécessairement prendre en considération ces deux types de créances. Or, pour l'ensemble des habitants de la ville, nous avons simplement retenu les valeurs des grandes rubriques composant l'acte de succession (actif, passif, net et créances non recouvrées) sans calculer le total des créances recouvrées mentionnées dans l'actif. Nous ne prétendons donc pas nous livrer à une étude détaillée de la pratique du crédit à Damas16 ; toutefois, l'étude des créances non recouvrées peut nous permettre de tracer une ébauche de ce phénomène dans la société damascène du troisième quart du xviiie siècle17.

19Le phénomène du crédit, tel qu'il apparaît à travers les créances non recouvrées, est deux fois plus pratiqué par les ‘askar que par les ra‘āyā : 24 % des ra‘āyā (51 sur 214) et 47 % des ‘askar (12 sur 153) détiennent des créances non recouvrées. Dans les successions des ra‘āyā, elles s'échelonnent entre 19 et 57 088,25 qurš ; dans celles des ‘askar, elles s'échelonnent entre 10 et 76 007,75 qurš. Même si l'on trouve de gros créanciers parmi les ra‘āyā, ceux-ci prêtent deux fois moins d'argent que les ‘askar : la valeur moyenne des créances non recouvrées des ra‘āyā est de 2 177,5 qurš alors que celle des ‘askar s'élève à 4 682,50 qurš, soit plus du double. La répartition de ces créances par tranches de valeur éclaire ces moyennes.

TABLEAU 13. Créances non recouvrées détenues par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

TABLEAU 13. Créances non recouvrées détenues par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

20La distinction entre les deux groupes de créanciers s'opère sur les créances inférieures à 250 qurš et sur les créances supérieures à 2 500 qurš : 36 % des ra‘āyā et 20 % des ‘askar ont des créances inférieures à 250 qurš ; 10 % des ra‘āyā et 34 % des ‘askar ont des créances supérieures à 2 500 qurš.

3 - Concentration des immeubles urbains et des biens ruraux chez les ‘askar

21La sélection des documents qui constituent notre corpus est, rappelons-le, fondée sur un critère particulier : la présence d'au moins un bien résidentiel dans les actes de succession. En l'absence de toute indication sur l'adresse des défunts, ce critère nous permet en effet de situer ces derniers dans l'espace urbain. Plus rarement, certains défunts possèdent également des biens à usage économique en ville (boutiques, ateliers, etc.) et des biens en milieu rural. Dans les actes de succession, la valeur de ces divers biens n'est indiquée que de manière exceptionnelle ; si nous considérons les seules données fournies à leur sujet, c'est-à-dire leur nombre, nous constatons de nettes différences entre les deux populations.

TABLEAU 14. Biens résidentiels possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

TABLEAU 14. Biens résidentiels possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

22Dans les deux cas, la majorité des défunts ne possèdent qu'un seul bien résidentiel. La propriété de plusieurs de ces biens, relativement rare, est deux fois plus répandue dans les successions des ‘askar que dans celles des ra‘āyā : 14 % des successions de ra‘āyā et 27 % des successions de ‘askar comprennent en effet plus d'un bien résidentiel.

23La propriété des biens à usage économique, encore moins répandue que celle des biens résidentiels dans nos sources, est également très différente entre les deux populations.

TABLEAU 15. Ateliers et boutiques possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

TABLEAU 15. Ateliers et boutiques possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)

24Les biens à usage économique sont trois fois plus fréquents dans les successions des ‘askar que dans celles des ra‘āyā : en effet, 25 % des ‘askar possèdent au moins un bien à usage économique alors que cette proportion atteint seulement 8 % chez les ra‘āyā. Ceci suggère que les militaires et les personnes qui leur sont liées participent plus activement à la vie économique, du moins en tant que propriétaires des espaces de travail.

25La propriété de biens ruraux introduit également une distinction entre les deux populations : 21 % des ‘askar (32 sur 153) en possèdent au moins un alors que cette proportion est seulement de 4 % chez les ra‘āyā (9 sur 214).

Conclusion

26Ainsi, l'examen de la valeur de l'actif des successions, des créances non recouvrées et des biens que possédaient les défunts, à la ville comme à la campagne, révèle un clivage entre les successions des deux qisma. Chacune de ces deux institutions concerne en fait une partie précise de la population et non l'ensemble de celle-ci ; ce n'est donc qu'à travers l'étude conjointe des documents enregistrés dans chacune de ces deux qisma que nous pouvons prétendre dresser un tableau complet de la société damascène dans le troisième quart du xviiie siècle.

  • 18 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 186, p. 189. Nous ignorons si cette moye (...)
  • 19 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 179.

27Les conclusions auxquelles nous parvenons sur la position privilégiée des ‘askar peuvent être comparées à celles de K. Barbir qui a également étudié un des registres de notre corpus, le registre 179. Il est intéressant de voir à quel point deux types de sélection peuvent produire des résultats différents. Alors que notre sélection repose sur la présence d'au moins un bien immobilier dans la succession, K. Barbir a, dans ce même registre, effectué un sondage en sélectionnant un défunt sur cinq, propriétaire immobilier ou pas. Il a ainsi constitué un corpus de 73 successions dont l'actif moyen (422 qurš) est beaucoup plus faible que celui de nos propriétaires immobiliers18. Cette faible valeur prouve, selon lui, que statut de ‘askar et richesse ne sont pas liés19. Encore faudrait-il, avant de conclure, procéder à un sondage du même type dans les registres de la qisma ‘arabiyya ; il révélerait sans doute, comme cela est le cas dans l'étude comparée de nos deux corpus, une profonde différence entre les successions des deux qisma. À travers notre étude comparée des successions consignées dans chacune de ces deux institutions, il apparaît en effet que la richesse intervient, globalement, comme un critère de distinction entre ra‘āyā et ‘askar, même si riches et pauvres peuvent figurer dans ces deux catégories de population. Des investigations plus approfondies dans les registres de la qisma ‘askariyya devraient nous permettre de déterminer dans quelle mesure les propriétaires immobiliers de notre corpus constituent dans ce domaine un groupe social singulier par rapport à l'ensemble de la population.

B - LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE MILITAIRES ET DE CIVILS

28La spécificité des successions enregistrées dans les deux qisma, qisma ‘arabiyya et qisma ‘askariyya, ne consiste pas en un simple clivage entre pauvres ra‘āyā et riches ‘askar ; la répartition des successions par classes de valeur montre en effet, comme nous l'avons vu, que riches et pauvres se trouvent, plus ou moins nombreux, dans les deux catégories de population. Au-delà de cette approche globale, il est intéressant d'examiner comment se distribue la richesse au sein de chacune de ces deux populations en fonction de la religion, du sexe et du statut des personnes.

TABLEAU 16. Valeur moyenne des successions des différentes catégories de ra‘āyā (1163-71/1750-58) et de ‘askar (1173-88/1760-74)

TABLEAU 16. Valeur moyenne des successions des différentes catégories de ra‘āyā (1163-71/1750-58) et de ‘askar (1173-88/1760-74)

29Dans notre corpus, toutes les successions enregistrées à la qisma ‘arabiyya concernent des musulmans, hommes et femmes, ainsi que quelques chrétiens, tous des hommes ; aucun militaire ne figure parmi eux. En revanche, comme nous l'avons signalé, les successions de la qisma ‘askariyya ne sont pas toutes celles de militaires : près du tiers d'entre elles concernent en effet des civils, tous musulmans, pour lesquels nous avons proposé quelques éléments de définition plus haut.

30Les successions des chrétiens (597 qurš) sont inférieures à celles des hommes musulmans (1 581 qurš) mais supérieures à celles des parentes de ces derniers (325 qurš). De même, dans les registres de la qisma ‘askariyya, les successions des femmes (1 046 qurš) sont inférieures à celles des hommes (3 845 qurš pour les militaires et 5 630 qurš pour les civils) ; ceux-ci se distinguent donc non seulement des ra‘āyā dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘arabiyya, mais aussi, dans une moindre mesure, des militaires auxquels ils sont liés ou assimilés.

31Parmi les militaires se trouvent bien entendu des individus ayant des grades différents ; nous déterminerons d'abord dans quelle mesure ces grades sont liés à la fortune des individus et nous comparerons ensuite la richesse des civils de la qisma ‘askariyya à celle des civils de la qisma ‘arabiyya avant de nous intéresser aux femmes et aux chrétiens.

1 - Grade des militaires et différenciation économique

  • 20 Sur les aġā, cf. article « Agha », E.I.2,1, p. 253-254.

32Nos documents ne nous permettent pas, nous l'avons signalé dans la présentation des sources, de dresser un tableau de la situation économique des différents corps de militaires de Damas ; ils nous permettent en revanche de cerner la richesse de l'ensemble de ces militaires en fonction de leur grade. Les sources narratives et les archives nous donnent chacune une image différente de ces diverses composantes. Les chroniques insistent beaucoup sur le rôle des aġā20 et ignorent pratiquement les beşe qui constituent pourtant les trois quarts de notre échantillon de militaires défunts.

TABLEAU 17. Valeur des successions et des créances non recouvrées des militaires selon leur grade (1173-88/1760-74)

TABLEAU 17. Valeur des successions et des créances non recouvrées des militaires selon leur grade (1173-88/1760-74)

a - Les aġā : de gros créanciers

33Les agissements des aġā animent les chroniques damascènes ; ils y apparaissent comme d'importants personnages jouant un rôle capital dans la vie politique et économique de la ville.

  • 21 Rafiq A.-K., Province, p. 26, p. 32.
  • 22 Rafiq A.-K., Province, p. 13-14.
  • 23 BudayrĪ A., awādi, p. 161.

34Les deux troupes de janissaires basées à Damas, qapiqūl et yankiğariyya/yerliyya, ont toutes deux à leur tête un aġā normalement nommé par Istanbul21 ; l'un comme l'autre exercent souvent les fonctions de mutasallim du Pacha22. Plusieurs aġā d'une même troupe peuvent être présents à Damas : ainsi, le 3 ramaān 1164/26 juillet 1751, l'aġā des qapiqūl est tué par l'un de ses hommes dans la citadelle ; selon Budayrī, ce crime avait été commandité par deux aġā destitués qui se trouvaient encore à Damas et qui, selon lui, jalousaient leur successeur23.

  • 24 Rafiq A.-K., Province, p. 38 ; Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 22.
  • 25 Rafiq A.-K., Province, p. 41 ; DimšqĪ M., awādi, p. 60.
  • 26 DimšqĪ M., awādi, p. 28.
  • 27 BudayrĪ A., awādi, p. 85 ; DimšqĪ M., awādi, p. 60.
  • 28 BudayrĪ A., awādi, p. 199, p. 207.
  • 29 BudayrĪ A., awādi, p. 199 ; ‘Abd ., awādi, p. 82, p. 161 ; DimšqĪ M., awādi, p. 27, p. 73.
  • 30 BudayrĪA., awādi, p. 129 ; ‘Abd .,awādi, p. 107, p. 140 ; DimšqĪ M., awādi, p. 48, p. 51 ; (...)
  • 31 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 60.
  • 32 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 21, p. 24, p. 41.
  • 33 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 22, p. 42.
  • 34 BudayrĪ A., awādi, p. 129.
  • 35 On peut ainsi rencontrer par exemple Muḥammad Aġā, aġā tā‘ifat al-yankiğariyya.

35Les autres corps de militaires, mercenaires, sont également commandés chacun par un aġā : ainsi en est-il pour les lawānd24, les maġāriba25, les sakbān (sakmān)26, les dalātiyya27, les sibāhī28. Le commandant des tufankğiyya porte quant à lui le titre d'aġā tufankğī29 ou celui de tufankgī bāšī30 ; Ibn al-Siddīq le désigne aussi sous le terme de aġā tufankğī bāšī31 ou de bās aġā, laissant ainsi supposer l'existence d'un aġā en chef32 ; il en est de même pour les maġāriba (bāš aġā al-maġāriba)33. Les zorba, les plus rebelles des yankiğariyya/yerliyya du Mīdān, ont également à leur tête un aġā34. À travers les actes consignés dans les registres des tribunaux, il apparaît aussi qu'il existe une hiérarchie, au sein d'une même troupe, entre les différents aġā, le véritable commandant de la troupe étant explicitement désigné comme tel35.

  • 36 Pour de plus amples informations sur cette question, cf. Okawara T., « Formation of the Aghawat Str (...)
  • 37 BudayrĪ A., awādi, p. 81.
  • 38 BudayrĪ A., awādi, p. 84.
  • 39 BudayrĪ A., awādi, p. 33.
  • 40Abd Ḥ., awādi, p. 22 ; DimšqĪ M., awādi, p. 19.
  • 41Abd Ḥ., awādi, p. 104.

36Certains de ces aġā occupent des fonctions administratives, notamment dans les finances de la province36. Ainsi, en 1159/1746, après avoir tué Fatḥī Efendī al-Falāqinsī, responsable des finances (daftardār) de Damas, As‘ad Pacha al-‘Aẓm fait assassiner ses deux assistants, ‘Uṯmān aġā et Aḥmad aġā, qui portent le titre de aznadār (responsable du Trésor)37. Le 22 sa‘bān 1159/9 septembre 1746, arrive à Damas Muḥammad aġā b. Farūḫ comme daftardār, succédant ainsi à Fatḥī Efendī al-Falāqinsī ; il occupera ces fonctions pendant trois ans38. D'autres aġā sont gestionnaires de waqf : ils apparaissent en grand nombre dans les documents d'archives et les chroniqueurs en signalent quelques-uns. Ainsi, le waqf de Sinān Pacha est géré par Ḥusayn Aġā al-Quṭayfānī en 1155/174239 et par un certain Aḥmad aġā en 1209/179540 ; en 1218/1804, un certain wālī Aġā gère quant à lui les revenus de la Takiyya Sulaymāniyya41.

  • 42 BudayrĪ A., awādi, p. 18, p. 42, p. 63, p. 201-203, p. 206, p. 210, p. 226-227 ; ‘Abd Ḥ., awādi(...)
  • 43 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 112.

37Les aġā sont donc présents en grand nombre à Damas, non seulement à la tête des différentes troupes de militaires mais aussi dans les fonctions administratives ; ils sont d'ailleurs perçus comme un groupe, les aġāwāt, par les chroniqueurs42. L. Schatkowski-Schilcher estime qu'ils sont environ une centaine au début du xixe siècle, avec près de 1 000 hommes sous leur contrôle43.

38Situés à la tête de la hiérarchie militaire, certains aġā amassent d'importantes fortunes.

39Entre 1760 et 1774, nous disposons de quatorze successions d'Aġā ; leurs actifs, dont la valeur moyenne est de 11 491 qurš, s'échelonnent entre 443 et 52 784 qurš. La majorité de leurs successions sont relativement importantes : cinq d'entre eux laissent un actif inférieur à 2 500 qurš, quatre un actif compris entre 3 900 et 8 900 qurš et cinq un actif supérieur à 15 000 qurš. Neuf d'entre eux détiennent des créances non recouvrées ; elles s'échelonnent entre 151 et 33 776 qurš et ont une valeur moyenne de 9 189 qurš.

  • 44 162/299/364.
  • 45 179/54/81.
  • 46 162/294/360.
  • 47 179/113/149.

40Ils possèdent peu de biens immobiliers : douze d'entre eux sont propriétaires d'une seule maison et ils détiennent peu de biens à usage économique ; seuls deux aġā possèdent le kadak d'un café, l'un à proximité de la citadelle44 et l'autre à proximité du sérail45. Seuls deux aġā disposent de biens en milieu rural ; Muṣṭafā aġā Katḫudā b. ‘Uṭmān aġā b. Ibrāhīm al-Darkalī, de Qanawāt, est le propriétaire le plus important : outre trois maisons à Qanawāt, il détient également de nombreux biens dans la Ġūta (maison, exploitation agricole, plantations, produits agricoles et animaux)46 ; Muḥammad aġā b. Muṣṭafā aġā al-Kaššāš, des Qubaybāt, possède quant à lui une exploitation agricole dans le village d'al-Balāṭ47.

  • 48 Ibn Al-SiddĪq H., Ġarā'ib, p. 81. Sur ce personnage, cf. également Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 38 (...)

41À travers notre corpus, les aġā se distinguent donc par l'importance de l'actif de leurs successions et de leurs créances ; ils n'y apparaissent pas comme de gros propriétaires mais d'autres sources nuancent cette image. Ibn al-Siddīq dresse par exemple une liste impressionnante des biens possédés par Yūsuf Aġā b. Ğabrī, aġā des yankiğariyya/yerliyya (m. 1185/1771-1772) : au moment de sa mort, il détenait cinq exploitations agricoles dont trois furent vendues pour 6 500 qurš chacune ; on vendit également six jardins (bustān et ğunayna) pour 10 000 qurš et 20 dukkān pour 3 000 qurš, sans compter une demeure prestigieuse et une grande quantité de savon48.

b - Les beşe ; des investisseurs

  • 49 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 34, n. 20 ; d'après Barkan O., « Edirne Aske (...)
  • 50 Comme les aġā, ils sont parfois qualifiés de fahr al-aqrān ou mafhar al-aqrān ; 109/166/321 ; 123/1 (...)
  • 51 Duda H., « Baša-Beše », p. 160.

42Les beşe constituent les trois quarts de notre échantillon de militaires défunts (61 sur 82) mais il en est rarement question dans les chroniques : seul Budayrī mentionne quelques-uns d'entre eux. Il ne s'agirait pas de simples soldats mais de militaires ayant un grade inférieur à celui d'aġā49 ; d'ailleurs, la titulature de certains d'entre eux suggère qu'ils peuvent être des notables50 et, d'un point de vue linguistique, il semblerait que ce terme résulte de la transformation de bās aġā en basa puis en beše/beşe51.

  • 52 BudayrĪ A., awādi, p. 7.
  • 53 BudayrĪ A., awādi, p. 210.
  • 54 BudayrĪ A., awādi, p. 113.
  • 55 BudayrĪ A., awādi, p. 116.
  • 56 BudayrĪ A., awādi, p. 161.
  • 57 BudayrĪ A., awādi, p. 175.

43Certains beşe occupent des fonctions dans le cadre du pèlerinage : ainsi, Bākir Beşe al-Ḥammāmī est chargé de transmettre le courrier des pèlerins à la population de Damas en 1154/174152, et Muḥammad Beşe al-Saqbāwī accompagne le mamil lors de son retour à Damas en 1171/175853. D'autres se distinguent par les menaces qu'ils font peser sur la ville, comme Maḥmūd Beşe al-Baġdādī, un homme du gouverneur qui crée de l'agitation dans un cortège de mariage au mois de rağab 1161/juillet 174854, ou encore Aḥmad Beşe al-Qaltaqğī, ‘Anbar Beşe et Aḥmad Beşe qui, au mois de sawwāl 1161/octobre 1748, arrivent dans le Mīdān et sèment des troubles dans le faubourg55. D'autres sont enfin évoqués lors de leur propre décès ou de celui de leurs proches : Muḥammad Beşe b. Šams est assassiné au mois de ramadan 1164/août 175156, et le fils d'Ahmad Beşe al-Saḥḥār, des Qubaybāt, meurt, entraîné par le cheval qu'il avait emprunté à son père au début du mois de rabī‘ II 1166/début février 175357.

  • 58 179/50/77.
  • 59 162/352/430.
  • 60 179/274/325.
  • 61 162/262/329.

44Les successions des 61 beşe de notre corpus s'échelonnent entre 27,75 et 17 648,50 qurš mais la plupart d'entre elles sont peu élevées et leur valeur moyenne atteint seulement 1 767 qurš. Plus de la moitié (35) laissent un actif inférieur à 1 000 qurš, quatorze un actif compris entre 1 000 et 2 500 qurš et douze un actif supérieur à 2 500 qurš. Moins de la moitié d'entre eux (28) laissent des créances non recouvrées ; elles s'échelonnent entre 50,75 qurš et 8 096,50 qurš et moyenne de 1 792 qurš. Parmi les beşe, les gros créanciers sont Muḥammad Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Salām b. al-Šayḫ Muḥammad al-dārānī, du Mīdān (4 573 qurš)58, Aḥmad Beşe b. al-Ḥāğğ Amīn, de ‘Uqayba (5 048,75 qurš)59, Muḥammad Beşe b. Ḥusayn Beşe, des Qubaybāt (5 111,25 qurš)60 et Ḥiğāzī Beşe b. ‘Umar Beşe, de Ṣāliḥiyya (8 096,50 qurš)61.

  • 62 162/262/329 ; 162/130/161 ; 179/199/237 ; 179/185/221 ; 179/283/335 ; 179/241/284 ; 179/125/159.
  • 63 179/50/77.

45Si l'actif de leurs successions et la valeur de leurs créances non recouvrées sont nettement inférieurs à ceux des Aġā, les beşe semblent davantage investir dans l'immobilier : 30 % des beşe contre 14 % des aġā possèdent plus d'un bien à usage résidentiel. De plus, huit beşe détiennent plusieurs biens à usage économique ; il s'agit en général de deux ou trois dukkān ou ānūt62, mais un beşe du Mīdān, Muḥammad Beşe b. al-Ḥāğğ ‘Abd al-Salām b. al-Šayḫ Muḥammad al-dārānī, se distingue par la propriété de sept dukkān dans ce faubourg63.

  • 64 162/130/161 ; 162/147/189 ; 162/193/253 ; 162/352/430 ; 179/199/237 ; 179/231/272 ; 179/64/94 ; 162 (...)
  • 65 179/274/325.
  • 66 179/241/284.

46Dix beşe disposent de biens dans les villages proches de Damas : quelques animaux, des oliviers, des vignes, un four, un moulin ou un pressoir64. Deux beşe des Qubaybāt se distinguent dans ce domaine : Muḥammad Beşe b. Ḥusayn Beşe possède deux exploitations agricoles et deux maisons dans les villages d'al-Balāt et d'al-Ḫiyāra ainsi que de nombreux animaux65 ; Ḥasan Beşe b. Muṣṭafā b. Ḥasan al-Turkumāni laisse un peu plus de 150 moutons, chèvres et vaches66.

c - Les autres militaires : une position intermédiaire ?

  • 67 179/307/364.
  • 68 162/39/61.
  • 69 162/279/344 ; les ğāwīš sont des janissaires anciens et expérimentés ; cf. E.I.2, II, p. 16.
  • 70 179/184/219 ; les ğurbağī sont les commandants des troupes de janissaires ; cf. E.I.2, II, p. 62-63
  • 71 162/334/407 ; les ūa bāsī sont des chefs de chambrée.

47Nous rencontrons également, dans les divers quartiers de Damas, des militaires ayant différents grades : Aḥmad Beyk b. Muḥammad Beyk b. ‘Alī Beyk al-Siddīq, des Qubaybāt67, Muḥammad Beyk b. Yūsuf Beyk al-Kurdī, de Sūq Sārūğā68, Muḥammad Ğāwīš b. Ahmad Beşe al-Ṭawīl, des Qubaybāt69, Muṣṭafā Ğurbağī b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ḥakīm, du Mīdān70, Ismā‘īl Ūḍah Bāsī, de Mi'ḏanat al-Saḥm71.

  • 72 179/184/219.
  • 73 162/39/61.
  • 74 162/279/344.
  • 75 162/334/407.

48Ces militaires laissent des successions dont la moyenne est de 6 667 qurš ; s'échelonnant entre 1 280 et 13 199 qurš, elles sont réparties dans l'ensemble des classes de valeur. Les trois quarts d'entre eux laissent des créances non recouvrées, généralement supérieures à 2 500 qurš. Les créances de Muṣṭafā Ğurbağī b. al-Ḥāğğ Aḥmad b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ḥakīm, du Mīdān, s'élèvent à 3 994,75 qurš72 ; celles de Muḥammad Beyk b. Yūsuf Beyk al-Kurdī, de Sūq Sārūğā, à 7 605,75 qurš73 ; celles de Muḥammad Ğāwīš b. Aḥmad Beşe al-Ṭawīl, des Qubaybāt, à 7 613,75 qurš74 ; celles d'Ismā‘īl Ūḍah Bāsī, de Mi'ḍanat al-Saḥm, 11526 qurš75.

  • 76 162/334/407.
  • 77 162/39/61.
  • 78 179/307/364.

49Comme les beşe, 30 % d'entre eux possèdent plus d'un bien résidentiel. Aucun ne détient de local à usage économique mais certains laissent des biens en milieu rural : Ismā‘īl Ūḍah Bāsī, de Mi‘ḍanat al-Saḥm, un jardin (ğunayna)76 ; Muḥammad Beyk b. Yūsuf Beyk al-Kurdī, de Sūq Sārūğā, un pressoir (ma‘sara)77 ; Aḥmad Beyk b. Muḥammad Beyk b. ‘Alī Beyk al-Siddīq, des Qubaybāt, quelques arbres fruitiers et une petite part de deux moulins78.

50Les successions de ces militaires présentent des similitudes avec celles des aġā, d'une part, et celles des beşe, d'autre part : comme les aġā, ce sont de gros créanciers et comme les beşe, ils semblent investir dans l'immobilier. Nous pouvons toutefois difficilement, à partir de ces quelques cas, les situer dans la hiérarchie sociale ; seule l'étude d'un corpus plus large nous permettrait de le faire.

Conclusion
  • 79 Dans une étude sur les militaires du Caire aux xviie et xviiie siècles, A. Raymond remarque égaleme (...)

51À partir de ces documents, nous ne pouvons pas mesurer, comme cela a été fait pour Le Caire, l'enracinement des diverses catégories de militaires dans la ville79 ; tous les défunts de notre corpus possèdent en effet au moins un bien immobilier et nous pouvons considérer de ce fait qu'ils sont bien installés à Damas et non simplement de passage dans un lieu de garnison. La grande lacune de nos documents demeure toutefois l'absence de distinction entre les militaires envoyés d'Istanbul (qapiqūl) et les militaires recrutés localement (yankiğariyya/yerliyya).

52L'examen de leurs successions en fonction de leur grade fait apparaître, comme nous l'avons vu, une distinction entre la richesse des aġā et celle des beşe. Très fortunés, les aġā sont également de gros créanciers mais ils détiennent peu de biens immobiliers ; les beşe laissent quant à eux des successions et des créances beaucoup plus modestes mais des biens immobiliers plus nombreux.

  • 80 Ceci apparaît à travers une centaine de transactions immobilières effectuées au milieu du xviiie si (...)

53À travers ces actes de succession, il semble que les aġā, une fois logés, préfèrent conserver le numéraire qui est à leur disposition pour accorder des créances, sans doute plus rémunératrices que les investissements immobiliers. La fonction de collecteur d'impôt, qu'ils exercent souvent, leur permet en effet, grâce aux intérêts perçus, de disposer d'importantes sommes d'argent ; nous reviendrons plus précisément sur ce point lorsque nous examinerons l'endettement des populations villageoises auprès des citadins. En dépit de leur nombre, les investissements immobiliers des beşe sont toutefois de moins grande ampleur que ceux des aġā ; ceci n'apparaît pas dans les actes de succession mais dans un autre type de document, les transactions immobilières80 Une étude prenant en considération l'ensemble des militaires décédés à Damas, et non simplement les propriétaires immobiliers, pourrait nous apporter des éclaircissements sur l'ampleur et la nature des investissements financiers et immobiliers des uns et des autres.

2 - La population non militaire : ra‘āyā et ‘askar

  • 81 Nous considérons ici les hommes musulmans.

54Les successions de la population non militaire de Damas peuvent être enregistrées, nous l'avons noté, dans l'une ou l'autre des deux qisma : la majorité d'entre elles sont consignées à la qisma ‘arabiyya mais certaines figurent dans les registres de la qisma ‘askariyya. Comme nous l'avons vu, la présence de civils dans ces registres est due en partie au fait que certains d'entre eux jouissent de privilèges fiscaux et bénéficient ainsi du statut de ‘askar. Il nous paraît intéressant de montrer que la situation économique des civils81 de chacune des deux qisma présente des caractéristiques particulières ; les successions des civils de la qisma ‘askariyya sont en effet beaucoup plus proches de celles des militaires qu'elles ne le sont des "véritables" civils, ceux dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘arabiyya.

55Dans notre corpus, un peu plus du quart des actes de succession de l'ensemble des civils (50 sur 189) sont enregistrés, rappelons-le, à la qisma ‘askariyya ; ces personnes, que nous appellerons civils-‘askar, représentent le tiers des défunts (50 sur 153) dont les successions sont enregistrées à la qisma ‘askariyya de Damas entre 1760 et 1774.

TABLEAU 18. Actif des successions des militaires des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58)

TABLEAU 18. Actif des successions des militaires des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58)

56Les successions de la qisma ‘arabiyya sont, nous l'avons vu, quatre fois moins importantes que celles de la qisma ‘askariyya (1 153 qurš contre 4 044 qurš). Parmi tous ces défunts, les civils- ‘askar se distinguent tout particulièrement : ils laissent en effet des successions dont la valeur moyenne s'élève à 5 630 qurš, alors que celle des militaires est de 3 845 qurš et que celle des ra‘āyā atteint seulement 1 581 qurš. Si environ le tiers des civils- ‘askar et des militaires laissent des successions supérieures à 2 500 qurš, on trouve beaucoup moins de successions inférieures à 500 qurš chez les civils- ‘askar (18 %) que chez les militaires (31 %) ; les successions comprises entre 500 et 2 500 qurš y sont en revanche plus représentées (50 % contre 35 %). Près des deux tiers des ra‘āyā laissent, quant à eux, des successions inférieures à 500 qurš, 28 % des successions comprises entre 500 et 2 500 qurš et seulement 8 % des successions supérieures à 2 500 qurš.

57À travers les créances non recouvrées, il apparaît que le crédit est également pratiqué avec la même fréquence par les militaires et les civils- ‘askar : 51 % des militaires (42 sur 82) et 52 % des civils- ‘askar (26 sur 50) sont créanciers alors que seuls 30 % des ra‘āyā (42 sur 139) le sont. Toutefois, au-delà de cette similitude, l'ampleur des créances introduit une distinction entre les civils-‘askar et les militaires : ils prêtent en moyenne 6581 qurš chacun alors que les militaires prêtent "seulement" 3 917 qurš chacun. La valeur moyenne des créances non recouvrées des ra‘āyā est encore moins élevée (2 584 qurš).

TABLEAU 19. Créances non recouvrées détenues par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)

TABLEAU 19. Créances non recouvrées détenues par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)
  • 82 179/288/341.
  • 83 179/59/86.
  • 84 179/91/126.
  • 85 162/316/384.
  • 86 179/76/111.
  • 87 162/294/360.
  • 88 143/196/359.
  • 89 131/261/327.

58Les civils- ‘askar sont les plus gros créanciers : 36 % prêtent moins de 1 000 qurš, 31 % entre 1 000 et 2 500 qurš et 34 % plus de 2 500 qurš ; ces proportions sont de 50 %, 14 % et 36 % pour les militaires et de 60 %, 28 % et 12 % pour les ra‘āyā. Les créances non recouvrées des civils- ‘askar sont parfois très importantes : celles d'un sayyid de Bāb al-Ğābiya s'élèvent à 18 444,25 qurš82, celles d'un sayyid de Sūq al-Ḥarīr à 35 771 qurš83 et celles d'un sayyid de Bāb al-Sarīğa à 76 007,50 qurš84. Celles des militaires, tout en étant importantes, demeurent inférieures à celles des civils-‘askar : un aġā de Qanawāt a prêté 15 852,50 qurš85, un aġā de Maḥkamat al-Bāb, 17 623 qurš86, et un autre aġā de Qanawāt, 33 776 qurš87. Quelques gros créanciers se trouvent également parmi les ra‘āyā : les créances non recouvrées d'un sayyid de Ḫarāb s'élèvent à 10 549 qurš88 et celles d'un āğğ de Nūr Al-Dīn à 57 088,25 qurš89.

TABLEAU 20. Nombre de biens résidentiels détenus par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)

TABLEAU 20. Nombre de biens résidentiels détenus par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)

59Les civils-‘askar possèdent, plus fréquemment que les autres, plusieurs biens résidentiels : 32 % des civils-‘askar, 27 % des militaires et 16 % des ra‘āyā sont dans ce cas.

TABLEAU 21. Nombre de biens à usage économique détenus par les militaires, les civils-'askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)

TABLEAU 21. Nombre de biens à usage économique détenus par les militaires, les civils-'askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)

60Le quart des militaires et des civils- ‘askar possèdent au moins un bien à usage commercial ou artisanal ; seuls 12 % des ra‘āyā sont dans ce cas.

61De même, 21 % des militaires (17 sur 82), 20 % des civils-‘askar (10 sur 50) et seulement 5 % des ra‘āyā (7 sur 139) possèdent des biens ruraux.

62Ainsi, à travers l'actif des successions, les créances non recouvrées et la propriété des biens résidentiels, économiques et ruraux, il apparaît que les civils-‘askar sont plus proches des militaires qu'ils ne le sont des ra‘āyā. Ils se distinguent même des militaires par l'importance de leurs créances. Même si riches et pauvres se trouvent dans les deux types de population, les civils de la qisma ‘askariyya sont, globalement, plus fortunés que ceux de la qisma ‘arabiyya.

3 - Les femmes

  • 90 Sur les causes de la sous-représentation des femmes dans les actes de succession, cf. Establet C. e (...)

63Les femmes, parentes des civils et des militaires que nous venons de présenter, figurent également parmi les défunts de notre corpus : 86 documents (soit 23 %) les concernent. Les parentes des ra‘āyā sont deux fois plus représentées que celles des ‘askar : nous trouvons en effet 65 successions de femmes dans les registres de la qisma ‘arabiyya (soit 30 %) et 21 dans les registres de la qisma ‘askariyya (soit 14 %). Cette sous-représentation des femmes, notamment dans les registres de la qisma ‘askariyya, apparaît dans toutes les études sur les actes de succession90.

  • 91 Ceci confirme la remarque de Establet C. et Pascual J.-P. (Familles et fortunes, p. 118) pour le dé (...)

64Le clivage que nous avons mis en évidence pour les hommes entre ra‘āyā et ‘askar se retrouve parmi leurs parentes : les filles ou épouses de ‘askar laissent des successions trois fois plus importantes (1 046 qurš) que celles des ra‘āyā (325 qurš). Dans les deux cas, les successions des femmes sont entre quatre et cinq fois inférieures à celles des hommes91 ; dans le droit musulman, la part d'héritage dévolue aux femmes est inférieure de moitié à celle des hommes et cette règle empêche vraisemblablement la constitution de grandes fortunes chez les femmes.

  • 92 131/266/332.
  • 93 Sur la famille Muğtahid, cf. Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31-32.
  • 94 131/68/98.
  • 95 131/149/196.

65La valeur moyenne des successions des parentes de ra‘āyā est de 325 qurš. Fāṭima Ḫātūn bint al-Ḥāğğ ‘Umar b. al-Ḥāğğ Muṣṭafā b. Qadaḥ laisse quant à elle la succession la plus importante (4 692 qurš) et un peu plus de 1,5 qīrā de trois maisons situées dans la ville intra-muros92. Seules huit d'entre elles (soit 12 %) possèdent des créances non recouvrées ; d'une valeur moyenne de 188 qurš, elles s'échelonnent entre 40 et 631 qurš. Aucune ne laisse de bien en milieu rural et seules deux femmes résidant dans les faubourgs sud détiennent des biens à usage économique : Sa‘diyya bint al-Šayḫ Ahmad al-Muğtahid, appartenant à une grande famille de Bāb al-Mūṣāllā93, laisse une succession relativement peu importante (396 qurš) mais possède 4 qīrā d'une maison, de deux entrepôts (āil) et de 5 dukkān dans ce quartier94 ; al-Ḥāğğa hātim bint al-Ḥāğğ Muṣtafā, une des rares défuntes de notre corpus ayant sans doute accompli le pèlerinage, laisse quant à elle une succession relativement importante (1 173,50 qurš), deux maisons dans le Mīdān, l'une Zuqāq al-‘Askarī et l'autre Zuqāq al-Ğawra, ainsi qu'un dukkān spécialisé dans la fabrication des cordes (mu‘adda li-al-habbāla) dans ce même quartier et deux hawš de Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Baqqāra95.

  • 96 162/96/133 ; 162/50/75 ; 162/89/125 ; 162/134/166.
  • 97 162/134/166.
  • 98 162/36/56.

66La valeur moyenne des successions des parentes des ‘askar est de 1 046 qurš ; quatre d'entre elles (soit 19 %) détiennent des créances non recouvrées ayant une valeur moyenne de 370 qurš96. Certaines possèdent plusieurs biens résidentiels : ainsi, ‘Ā'iša bint Hasan Aġā, qui laisse une succession de 1 007,75 qurš, possède à Sūq Ṣārūğā une maison, le tiers d'une autre et 1,5 qīrā de deux autres97 ; Mukarrama qādīn bint al-Šayḫ ‘Abd al-Razzāq b. al-Šayḫ ‘Abd al-Raḥmān al-Safarğalānī laisse quant à elle une succession de 2 040,75 qurš, des parts de deux maisons et huit dukkān dans la ville intra-muros, ainsi que le tiers d'un vignoble dont la localisation n'est pas précisée98. Le quart d'entre elles laissent un bien à usage économique en ville et quelques biens à la campagne.

  • 99 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 119.

67Les femmes dont les actes de succession sont enregistrés à la qisma ‘arabiyya au début du xviiie siècle ne possèdent pas de capital commercial ou artisanal99 ; c'est également, à deux exceptions près, la conclusion à laquelle nous parvenons pour ce type de document au milieu du xviiie siècle. En revanche, une fois encore, les documents de la qisma ‘askariyya donnent une image tout à fait différente de ce phénomène : les femmes possédant un capital commercial ou artisanal y sont en effet relativement nombreuses.

  • 100 Gerber H., « Social and Economic Position of Women », p. 234.
  • 101 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 508-509.
  • 102 Jennings R., « Women », p. 111.

68En illustrant simplement ses propos par quelques exemples d'actes de succession, H. Gerber note que les femmes possèdent souvent ce type de biens à Bursa au xviie siècle mais il ne donne aucune indication sur l'ampleur de ce phénomène. Il précise en revanche que 16 % d'entre elles pratiquent une activité artisanale, essentiellement dans le textile100 ; certaines femmes de Damas sont également dans ce cas mais nous ne sommes pas en mesure d'en estimer la proportion101. À partir des transactions immobilières et des reconnaissances de dettes, R. Jennings remarque que les femmes de Kayseri, au xviie siècle, accumulent parfois beaucoup de biens mais interviennent peu dans le commerce et le crédit102. Il ne nous paraît pas opportun de comparer les conclusions de ces deux études, fondées sur des types de documents différents ; sans nier que la situation économique des femmes, à l'époque ottomane, puisse être différente d'une province à l'autre, voire d'une ville à l'autre, il nous semble que toute comparaison doit nécessairement s'appuyer sur des documents semblables, et surtout, comme le suggèrent les différences que nous venons de souligner entre les défuntes des deux qisma, prendre en considération le statut de ces femmes.

4 - Les chrétiens

  • 103 Veinstein G. et Triantafyllidou-Baladié Y., « Les inventaires après décès ottomans de Crète », p. 1 (...)

69Parmi les défunts de notre corpus figurent seulement dix chrétiens et l'on peut penser, avec G. Veinstein et Y. Triantafyllidou-Baladié, que « le règlement de leurs successions était du ressort de leurs propres autorités religieuses »103.

  • 104 De même, 6 des 17 chrétiens rencontrés dans les actes de succession du début du xviiie siècle font (...)

70Ces dix défunts, dont les successions sont toutes enregistrées à la qisma ‘arabiyya, sont des hommes résidant dans le quartier des chrétiens (Maḥallat al-Naṣārā), dans la ville intra-muros. Leurs successions, qui s'échelonnent entre 51 et 1 087 qurš, ont une valeur moyenne de 597 qurš ; ils sont donc moins fortunés que les hommes musulmans de la qisma ‘arabiyya (1 581 qurš). Aucun d'entre eux n'est créancier et ils ne laissent qu'un bien immobilier chacun ; aucun d'entre eux ne possède un bien à usage économique ni de bien en milieu rural.104

71D'après ces documents, les chrétiens de Damas paraissent peu fortunés ; en raison de leur petit nombre, nous pouvons difficilement les considérer comme représentatifs de l'ensemble de la population chrétienne de la ville. Nous montrerons d'ailleurs, en étudiant le cadre résidentiel du Mīdān, que certains d'entre eux possèdent de luxueuses maisons dans ce faubourg.

  • 105 Sur cette question, cf. Barbir K., « From Pasha to Efendi ».

72L'examen des actes de succession consignés dans les registres des deux qisma montre donc un certain nombre de clivages au sein de la société damascène. Les ‘askar apparaissent comme un groupe globalement très fortuné au sein duquel existent toutefois des différences en fonction du grade des militaires. La population non militaire est, quant à elle, répartie en deux groupes : les ra‘āyā et les ‘askar. Bien que riches et pauvres se trouvent aussi bien parmi les ra‘āyā que parmi les ‘askar, les civils-‘askar se distinguent tout particulièrement par leur fortune ; nombre d'entre eux, proches des militaires auxquels ils sont liés par des alliances matrimoniales et/ou des intérêts économiques, appartiennent incontestablement à l'élite damascène105.

II - DES SECTEURS URBAINS SOCIALEMENT DIFFÉRENCIÉS

73Dans les pages précédentes, nous avons souvent indiqué, à travers nos exemples, le lieu de résidence des défunts ; nous avons ainsi rencontré, dans les différents quartiers de la ville, des membres de la population civile mais aussi des militaires. Les informations que nous donnent les archives à propos de ces derniers sont particulièrement importantes pour notre connaissance de la répartition de la population damascène au sein de l'espace urbain. En effet, les chroniqueurs, frappés par l'agitation des militaires des faubourgs, surtout celui du Mīdān, n'évoquent jamais les militaires des autres quartiers. À partir de nos documents, nous localiserons les habitants de Damas en fonction de leur statut et nous tracerons ensuite les grandes lignes de la distribution de la richesse dans les divers secteurs de la ville.

A - RÉPARTITION DE LA POPULATION DANS L'ESPACE URBAIN

74À la différence des tribunaux de quartiers, les tribunaux de la qisma ne sont pas censés couvrir une aire géographique déterminée ; ils s'adressent à des catégories de population ayant un statut particulier quel que soit leur lieu de résidence dans la ville. Au-delà de cette règle générale, on observe toutefois des nuances.

75Si les ra‘āyā sont installés dans les divers secteurs de la ville, la répartition résidentielle des ‘askar, qu'ils soient militaires ou non, est particulièrement intéressante : nous voyons en effet les civils-‘askar et les militaires investir des espaces particuliers, liés sans aucun doute aux domaines de la vie économique qu'ils contrôlent.

1- Lieu de résidence des défunts des deux qisma

  • 106 Nous nous sommes trouvée confrontée à un problème en ce qui concerne le rattachement du quartier de (...)

76Une cinquantaine de quartiers sont mentionnés dans les actes de succession de notre corpus. Chacun d'eux concerne un nombre trop réduit de défunts pour que nous puissions les étudier séparément ; en prenant en considération la valeur des successions dans chacun de ces quartiers, nous avons opéré des regroupements afin de construire des zones relativement homogènes quant à la richesse de leurs habitants106.

77Bien que la ville intra-muros puisse être divisée en deux secteurs distincts — la zone occidentale où se concentrent les activités économiques et la zone orientale où sont regroupées les minorités juives et chrétiennes — nous considérerons globalement cet espace ; nous affinerons en revanche notre étude des faubourgs en y distinguant quatre zones. Les différents quartiers qui entourent les murs peuvent en effet être regroupés, du nord au sud, en quatre grands faubourgs situés au nord, à l'ouest, au sud-ouest et au sud de la ville. La désignation de ces faubourgs, telle que nous l'avons établie, n'est pas toujours très rigoureuse par rapport aux points cardinaux : ainsi, le "faubourg ouest" commence en fait au nord-ouest de la ville, à Sūq Ṣārūğā ; le faubourg "sud-ouest" comprend quant à lui un faubourg situé au sud (Šāġūr) et d'autres situés à l'ouest de la ville intra-muros.

78Les quatre faubourgs que nous considérons comprennent les quartiers suivants :

  • Le "faubourg nord" est composé des quartiers de Masğid al-Aqṣāb, Bāb al-Salām, ‘Amāra et ‘Uqayba.

  • Le "faubourg ouest" comprend les quartiers de Sūq Ṣārūğā, Baḥṣa, Taḥt al-Qal‘a, Darwīšiyya, Qanawāt, Ta'dīl, Ḫān al-Sultān, Qasr Ḥağğāğ, et Bāb al-Ğābiya.

  • Au sud de ce secteur, le "faubourg sud-ouest" est composé des quartiers de Sināniyya, Bāb al-Sarīğa, Qabr ‘Ātika, Šuwayka, Suwayqa, et, plus à l'est, bāb al-Ṣaġīr, Bayn al-Qabrayn et Šāġūr Barrānī.

  • S'étend ensuite le "faubourg sud", composé des trois quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, du Mīdān et des Qubaybāt.

TABLEAU 22. Lieu de résidence des défunts de la qisma ‘arabiyya (1163-71/1750-58) et de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)

TABLEAU 22. Lieu de résidence des défunts de la qisma ‘arabiyya (1163-71/1750-58) et de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)

79Dans notre corpus, les successions de la qisma ‘arabiyya sont plus nombreuses (58 %) que celles de la qisma ‘askariyya (42 %) ; ces proportions sont toutefois différentes pour les divers secteurs de la ville. Les successions des habitants des faubourgs nord (74 %) et des faubourgs sud-ouest (69 %) sont très majoritairement consignées dans les registres de la qisma ‘arabiyya. Celles des habitants de Ṣāliḥiyya (67 %) et du Mīdān (65 %) s'inscrivent également dans cette tendance. En revanche, les successions des habitants de la ville intra-muros sont, légèrement plus que la moyenne, enregistrées à la qisma ‘askariyya (44 %), et ce phénomène est encore plus accentué pour les habitants des faubourgs ouest (58 %), connus pour être le lieu de résidence des représentants officiels du pouvoir ottoman.

80Comme nous l'avons montré dans le chapitre précédent, les successions enregistrées dans chacune des deux qisma présentent des spécificités très marquées. En vertu de celles-ci, nous voyons ainsi se dessiner les contours de ce qui pourrait être la répartition de la richesse à Damas. L'examen des actes de succession pour l'ensemble de la ville va nous permettre d'affiner cette image encore floue. Nous pourrons ainsi situer les habitants du faubourg du Mīdān dans l'ensemble de la société damascène.

2 - Les espaces du pouvoir politique et économique à Damas

  • 107 On peut même supposer que celle-ci est sous-représentée car la plupart des successions des individu (...)

81Dans l'ensemble de nos documents, plus de la moitié des actes de succession concernent les habitants des faubourgs (207, soit 56 %), un peu plus du tiers les personnes résidant dans la ville intra-muros (124, soit 34 %) et le dixième les individus installés à Ṣāliḥiyya (36, soit 10 %). Cette répartition géographique, qui indique l'importance de la population des faubourgs dans la seconde moitié du xviiie siècle107, est la même pour les deux types de registres ; toutefois, au-delà de cet aspect purement démographique, nous remarquons que les différentes catégories de la population investissent des espaces qui leur sont spécifiques.

82Les registres de la qisma ‘arabiyya n'apportent pas de grande révélation sur la répartition des ra‘āyā dans la ville ; les défunts de cette qisma ne sont que des civils, hommes et femmes, qui résident, naturellement, dans les divers secteurs de Damas (11 % à Ṣāliḥiyya, 32 % dans la ville intra-muros et 57 % dans les faubourgs). Le nombre de chrétiens, très réduit, signale seulement le lieu de résidence de la majorité d'entre eux, le quartier chrétien de la ville intra-muros, mais passe sous silence les chrétiens du Mīdān. Les registres de la qisma ‘askariyya font en revanche apparaître un phénomène intéressant en ce qui concerne les lieux de résidence des civils et des militaires.

TABLEAU 23. Lieu de résidence des civils et des militaires de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)

TABLEAU 23. Lieu de résidence des civils et des militaires de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)

83Parmi les ‘askar, civils et militaires se distinguent les uns des autres par leur lieu de résidence : près des deux tiers des militaires (64 %) sont installés dans les faubourgs où les civils-‘askar sont beaucoup moins représentés (40 %) ; plus de la moitié d'entre eux (56 %) résident dans la ville intra-muros alors que les militaires y sont relativement peu nombreux (24 %). En revanche, conformément à la répartition générale de la population de Damas, les ra‘āyā résident plus dans les faubourgs (57 %) que dans les autres secteurs de la ville.

84À travers cette distribution résidentielle, nous remarquons donc que les deux catégories de ‘askar, civils et militaires, investissent des espaces particuliers. Tout en étant présents dans la ville extra-muros, notamment les faubourgs ouest où ils côtoient des militaires, les civils de la qisma ‘askariyya sont plutôt installés dans la ville intra-muros, à proximité des lieux du commerce international des produits de luxe. Outre les faubourgs ouest, les militaires sont, quant à eux, installés dans les faubourgs sud, à proximité des lieux de commercialisation des céréales, domaine qu'ils sont réputés contrôler. De même, les civils-‘askar sont peu nombreux à Sālihiyya ; sans doute n'y ont-ils aucun intérêt particulier à défendre.

3 - Militaires de la ville et des faubourgs

85La présence des militaires dans la ville mérite une attention particulière. Si les casernes et les citadelles sont généralement les lieux assignés à l'armée, les militaires de Damas, comme ceux d'autres villes arabes à l'époque ottomane, résident aussi dans les divers quartiers de la ville où ils exercent en général des activités économiques.

a - Les lieux normalement assignés aux militaires : citadelle et casernes

  • 108 DimĀšqĪ M., Tārī, p. 47.

86À travers les chroniques ottomanes, la citadelle apparaît essentiellement comme un lieu de siège : nous ignorons tout du nombre de soldats qu'elle abrite et des activités militaires qui s'y déroulent. Nous savons simplement qu'au début du xixe siècle, son responsable (aġā al-qal‘a) n'y réside pas obligatoirement ; ainsi, en 1225/1810, Dimašqī précise qu'un certain ‘Abd al-‘Azīz Aġā, de Ṣāliḥiyya, nommé à ce poste par le gouverneur Sulaymān Pacha al-‘Aẓm, ne loge pas à l'intérieur mais à l'extérieur de la citadelle (ārigi-hā)108.

  • 109 162/24/38 ; 162/320/388 ; 179/221/30 ; 179/80/115. Nous ne disposons malheureusement d'aucune infor (...)
  • 110 BudayrĪ A., awādi, p. 165.

87Dans les années 1760-1774, quatre personnes, dont deux militaires et deux civils de la qisma ‘askariyya, y possèdent chacun une maison109, et au début du mois de rabī‘ I 1165/mi-janvier 1752, al-Sayyid Muḥammad b. al-Sayyid Aḥmad y est trouvé égorgé chez lui (bi-dāri-hi)110.

  • 111 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 155.
  • 112 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 657.
  • 113 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 15 ; d'après Kremer A. von, Topographie, p. 23.

88La citadelle abrite également des activités économiques. Au début du xviiie siècle, al-Ḥāğğ Muṣṭafā Beşe b. al-Ḥāğğ Maḥfūz al-Ḥiṣarlī y fait fonction d'épicier111 ; si l'on peut penser que cette activité est destinée à l'approvisionnement quotidien des habitants de ce lieu, A.-K. Rafiq note que la citadelle devint un centre d'affaires, pour les militaires aussi bien que pour les civils, car elle n'était pas menacée par des ennemis extérieurs112. À la fin du xixe siècle, une mosquée, une zāwiya, un ammām, un moulin et un marché en constituent les principaux équipements113.

  • 114 Porter Rev. J.-L., Fives Years in Damascus, p. 49.
  • 115 Burton I., The Inner Life, p. 49, p. 51.

89Nous savons peu de choses sur les casernes de Damas ; les seules informations dont nous disposons datent de la seconde moitié du xixe siècle, après l'occupation de la Syrie par les troupes égyptiennes. En 1855, le Révérend Porter indique que le sérail était transformé en une caserne où résidait le commandant en chef de l'armée en Syrie ; à l'ouest de ce bâtiment, Ibrāhīm Pacha avait édifié trois autres casernes114. En 1884, I. Burton signale des casernes (qišlat) dans le Mīdān et à Bāb Sarqī et précise qu'elles ont été construites à la suite des événements de 1860 pour contrôler "les désordres populaires"115.

  • 116 Ibn Al-SiddĪq ., Ġarā‘ib, p. 43.
  • 117 Ibn Al-SiddĪq ., Ġarā'ib, p. 45.
  • 118 Ghazzal Z., Économie politique, p. 159.
  • 119 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 398, d'après registre 3, p. 18.
  • 120 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 399, d'après registre 7, p. 193.

90Nous ne trouvons aucune mention de caserne pour les époques antérieures mais d'autres types de bâtiments en font, en quelque sorte, office. Diverses troupes de militaires, comme les lawānd et les maġāriba, sont en effet installées dans des ān qui portent leur nom : le ḫān al-Lawānd116 et le ḫān al-Maġāriba117 sont par exemple mentionnés dans la seconde moitié du xviiie siècle par Ibn al-Siddīq qui localise aussi les dalātiyya dans ces deux bâtiments ; un Ḫān al-dalātiyya est par ailleurs mentionné dans le quartier de ‘Amāra en 1831118. Pour être désignés par leur nom, ces ān abritent sans doute de nombreux individus intégrés à l'armée. Des militaires occupent également des pièces dans d'autres ān : ainsi, en 1040/1631 est dressé l'acte de succession d'un janissaire logeant dans le Ḫān al-Samarğiyya119, et en 1058/1648 celui d'un janissaire occupant une pièce dans la Qasāriyya du Qāḍī Tāğ Al-dīn120.

91Les militaires de Damas participent également à la vie urbaine en résidant dans les différents quartiers de la ville où ils possèdent des biens immobiliers.

b - Les militaires dans l'espace urbain

  • 121 Raymond A., « Groupes sociaux », p. 157-159.
  • 122 Brayk M., Tārī, p. 13.
  • 123 MurĀdĪ M., Silk, II, p. 63 ; ce personnage est un descendant de Turkumān Ḥasan Katḫudā dont il sera (...)
  • 124 9/114/- ; 9/156/- ; 9/249/- ; 9/345/- ; 9/390/- ; 9/434/- ; 10/91/- ; 10/152/- ; 10/165/-.
  • 125 9/80/- ; 9/140/- ; 9/186/- ; 9/189/- ; 9/226/- ; 10/135/-.

92Quand ils ne logent pas dans la citadelle ou dans des casernes, les janissaires résident dans des quartiers particuliers des villes ottomanes. À Alep, ils sont installés dans les faubourgs situés à l'est de la ville (Bānqūsa, Qārliq, Bāb al-Nayrab, bāb al-Malik) et au sud de celle-ci (Bāb al-MaQām)121. À Damas, les chroniqueurs font de nombreuses allusions aux coups de force que le pouvoir dirige contre les janissaires locaux (yankiğariyya/yerliyya) du Mīdān, mais l'indication la plus explicite sur leur lieu de résidence nous est donnée par Brayk, à propos de l'attaque lancée contre eux en 1159/1746 par As‘ad Pacha al-‘Aẓm ; le chroniqueur précise en effet que le gouverneur fait dévaster leurs maisons « car ils sont de Damas » (li-kawni-him min Dimašq) de même qu'il fait piller le Mīdān « car la plupart y habitent » (li'anna akara-hum yaskunūna fī-hi)122. La présence des janissaires dans le Mīdān est ancienne ; nous ne sommes pas en mesure d'en évaluer l'importance pour le xvie siècle mais nous savons qu'au début du xviiie siècle, les hommes (atbā‘) de Ḥusayn b. Mūsā b. Muḥammad al-Turkumānī, lui-même installé à Bāb al-Mūṣāllā, auraient constitué le quart des janissaires de Damas123. Les deux premiers registres d'actes de succession qui nous sont parvenus, et qui ont été dressés dans la seconde moitié du xviie siècle à la qisma ‘askariyya, indiquent aussi la présence de militaires dans le Mīdān124 et dans les Qubaybāt125.

  • 126 Mardam-Beyk F., « Tensions sociales », p. 124.
  • 127 BudayrĪ A., awādi, p. 196-200.
  • 128 Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », p. 60.

93Le territoire des janissaires locaux n'est cependant pas limité au faubourg du Mīdān ; au milieu du xviiie siècle, il s'étend jusqu'à Qasr Ḥağğāğ126, Šāġūr Barrānī, Bāb al-Sarīğa et dans le quartier de la Mosquée Darwīšiyya, où ils possèdent des entrepôts de bois (awāil asāb)127. Ils sont également installés au nord de la ville intra-muros à Sūq Ṣārūğā128.

  • 129 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 111.
  • 130 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 222-223.
  • 131 BudayrĪ A., awādi, p. 172.
  • 132 BudayrĪ A., awādi, p. 66-67.

94Les environs de la citadelle, de Sūq Ṣārūğā à Qanawāt, sont connus comme lieu de résidence des militaires129. Quelques personnages qui y sont installés méritent une mention particulière. Ainsi, au début du xviiie siècle, un certain Aḥmad Aġā (m. 1126/1714), résidant à proximité de la Mosquée al-Ward, entreprend, peu de temps avant sa mort, la réfection du chemin menant de Sūq Ṣārūğā à Baḥṣa 130, et ‘Alī Aġā b. al-Turğumān, dont la demeure est située à proximité de la citadelle, reçoit chez lui, au mois de muarram 1166/novembre 1752, le nouveauī de Damas131. Toutefois, ce secteur de la ville ne constitue pas toujours un paisible lieu de promenade et de villégiature ; les quartiers situés aux alentours de la citadelle, notamment Sūq Ṣārūğā dans lequel se trouvent des rebelles, sont en effet exposés à des attaques. Ainsi, le 22 afar 1159/16 mars 1746, As‘ad Pacha al-‘Aẓm ordonne d'attaquer Sūq Ṣārūğā et les militaires dévastent le quartier qui devient, selon Budayrī, une "étendue déserte" (qā‘afaf)132.

  • 133 BudayrĪ A., awādi, p. 148.
  • 134 BudayrĪ A., awādi, p. 110.
  • 135Abd ., awādi, p. 95-96.

95Au milieu du xviiie siècle, les quartiers de Darwīšiyya et de bāb al-Gàbiya semblent être le lieu de résidence des militaires originaires de Bagdad, les baġādda : le 24 ramaān 1163/27 août 1750, alors qu'un homme de Bagdad est soupçonné d'avoir tué un Kurde, les Kurdes s'arment et descendent jusqu'à Darwīšiyya et Bāb al-Ğābiya afin d'y trouver un homme de Bagdad pour le tuer et obtenir vengeance133. On rencontre également des militaires à Qanawāt : à la fin du mois de Ğumādā II 1161/fin juin 1748, lors d'un conflit entre les qapiqūl et les ašrāf, un qapiqūl tire sur al-Sayyid Muḥammad b. al-Dahhān qui passe à Qanawāt134, et au mois de rağab 1218/octobre-novembre 1804, un aġā que l'on recherche est pris dans le quartier de Ta‘dīl, déguisé en femme135.

96De ces faubourgs, celui du Mīdān est le plus rebelle si l'on en. juge par les nombreuses et violentes répressions exercées contre lui. Nous les avons évoquées dans notre présentation historique ; nous n'y reviendrons pas.

97Les actes de succession nous permettent de nuancer l'image donnée par les chroniques ; les militaires y apparaissent en effet beaucoup plus dispersés dans l'espace urbain.

TABLEAU 24. Proportion de militaires dans les divers secteurs de Damas (1173-88/1760-74)

TABLEAU 24. Proportion de militaires dans les divers secteurs de Damas (1173-88/1760-74)

98Les militaires sont surtout représentés à Ṣāliḥiyya, dans les faubourgs nord, ouest et sud, où ils constituent entre 25 % et 30 % des défunts de notre corpus. Ils sont en revanche proportionnellement moins nombreux dans la ville intra-muros et les faubourgs sud-ouest (environ 15 % des défunts).

99Selon leur statut, les habitants de Damas résident donc dans des secteurs particuliers de la ville. Cette distribution résidentielle est particulièrement intéressante en ce qui concerne les ‘askar qui, civils ou militaires, contrôlent des espaces spécifiques. Ceci reflète l'existence de centres de pouvoirs, politique et économique, et l'examen des successions va nous permettre d'apporter des précisions sur la richesse des habitants des divers secteurs de Damas dans la seconde moitié du xviiie siècle.

B - RICHES ET PAUVRES DANS LES DIVERS SECTEURS DE LA VILLE

100La répartition des ra‘āyā et des ‘askar dans les divers secteurs de Damas suggère l'existence de secteurs plus ou moins riches dont nous allons maintenant préciser les caractéristiques à travers l'étude conjointe des successions enregistrées dans chacune des deux qisma.

1 - Successions, créances et propriétés

101Chaque secteur de Damas se caractérise par la présence d'individus dont les fortunes sont très différentes, aussi bien en ce qui concerne les valeurs des successions que les créances détenues ou encore le nombre des biens immobiliers et fonciers possédés.

TABLEAU 25. Valeur moyenne des successions des militaires, des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58) dans les divers secteurs de Damas

TABLEAU 25. Valeur moyenne des successions des militaires, des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58) dans les divers secteurs de Damas
  • 136 Dans le corpus total sont également pris en considération les femmes et les chrétiens.

Note136

  • 137 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 168.

102Les habitants de la ville intra-muros et des faubourgs ouest, de Sūq Ṣārūğā à Qanawāt, ont des successions de valeurs voisines (2 953 qurš et 3 522 qurš). Au début du xviiie siècle, ces deux ensembles constituent déjà, avec la partie occidentale de la ville intra-muros, un secteur riche, et les quartiers de Bāb al-Ğābiya et Ta‘dīl sont les lieux de résidence des notables. Les quartiers de Masgid al-Aqṣāb, ‘Amāra et ‘Uqayba, situés au nord de la ville intra-muros, constituent le faubourg le plus pauvre de Damas : la valeur moyenne de l'actif des successions y est seulement de 799 qurš. Au sud-ouest de la ville intra-muros, de Šāġūr Barrānī à Bāb al-Sarīğa, s'étend d'est en ouest une zone où l'actif moyen des successions est un peu plus élevé (1 251 qurš). S'étale ensuite vers le sud le faubourg du Mīdān, composé des trois quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, du Mīdān et des Qubaybāt ; la valeur moyenne des successions atteint alors 1601 qurš. Selon C. Establet et J.-P. Pascual, « les quartiers les plus pauvres sont les plus excentrés : Suwayqa, Bāb al-Sarīga, Bāb al-Mūṣāllā et bien entendu Mīdān » ; encore faudrait-il préciser, comme le font d'ailleurs un peu plus loin les auteurs pour Sūq Ṣārūğā137, que le Mīdān semble pauvre à travers les seuls registres de la qisma ‘arabiyya qu'ils ont étudiés. Dès que l'on prend en considération les registres de la qisma ‘askariyya, une tout autre image de ce faubourg apparaît : si la valeur moyenne des successions des ra‘āyā y est seulement de 807 qurš, celle des militaires s'élève en effet à 2 983 qurš et celle des civils- ‘askar à 6 276 qurš.

TABLEAU 26. Créances non recouvrées détenues par les habitants des différents secteurs de Damas (1163-88/1750-74)

TABLEAU 26. Créances non recouvrées détenues par les habitants des différents secteurs de Damas (1163-88/1750-74)
  • 138 Cette proportion se retrouve également à Kayseri au xviie siècle ; cf. Jennings R., « Loans and Cré (...)

103À travers les créances non recouvrées, il apparaît qu'environ le tiers des Damascènes pratiquent le crédit138. Cette proportion est plus faible dans les faubourgs nord (22 %) et sud-ouest (28 %), les plus pauvres de la ville. Le Mīdān se distingue en revanche par la proportion de défunts détenant de telles créances (38 %). Les sommes qui doivent encore être remboursées aux héritiers de l'ensemble de ces défunts ont une valeur moyenne de 3 643 qurš mais les gros créanciers résident dans des secteurs particuliers de la ville, les plus riches, c'est-à-dire la ville intra-muros (4 599 qurš) et les faubourgs ouest (6 037 qurš) ; dans les autres secteurs, la valeur moyenne des créances non recouvrées est seulement comprise entre 1 500 et 2 300 qurš.

104Comme nous l'avons déjà signalé, les documents dont nous disposons ne donnent aucune indication sur la valeur des immeubles urbains et des biens ruraux possédés par les défunts. Si l'on considère le nombre de ces biens, on voit toutefois apparaître une distinction entre les habitants des divers secteurs de Damas.

105La majorité des actes de succession mentionnent, nous l'avons vu, un seul bien résidentiel. Lorsqu'une personne possède plusieurs de ces biens, ceux-ci se trouvent généralement dans le même quartier et sont souvent mitoyens. Cela contribue, comme nous le montrerons pour le Mīdān, à la formation de territoires contrôlés par des familles. C'est d'ailleurs dans les faubourgs sud que l'on trouve les plus grosses "concentrations" de biens immobiliers à usage résidentiel ; 26 % des propriétaires y possèdent en effet plus d'un bien résidentiel. Viennent ensuite la ville intra-muros (21 %) et les faubourgs ouest (20 %). Ces proportions sont seulement de 5 % à Ṣāliḥiyya, 13 % dans les faubourgs nord et 16 % dans les faubourgs sud- ouest.

106Les propriétaires de biens à usage économique sont, nous l'avons vu, peu nombreux dans notre corpus : on en trouve 57, soit 15 %. La majorité d'entre eux (35, soit 61 %) en possèdent un seul. Parmi les 22 personnes qui possèdent plusieurs de ces biens, 8 résident dans la ville intra-muros et 7 dans les faubourgs sud.

10711 % (42/367) des défunts de notre corpus laissent des biens ruraux. Les habitants des faubourgs sud se distinguent particulièrement dans ce domaine : 13 d'entre eux, soit 19 %, en possèdent. Dans les autres secteurs de Damas, cette proportion varie entre 7 et 11 % : 7 % dans les faubourgs sud-ouest (3/42), 8 % à Ṣāliḥiyya (3/36), 9 % dans les faubourgs nord (2/23), 9 % dans les faubourgs ouest (7/74), 11 % dans la ville intra-muros (14/124).

108À travers l'examen de ces divers critères, il apparaît donc que les habitants des faubourgs nord et sud-ouest sont les plus pauvres de Damas ; viennent ensuite ceux de Ṣāliḥiyya et du Mīdān et enfin, les plus fortunés, ceux de la ville intra-muros et des faubourgs ouest. Bien que de nombreux habitants du Mīdān détiennent des créances non recouvrées, la valeur moyenne de celles-ci est relativement faible. La raison en est peut-être que, à la différence des habitants des autres secteurs de la ville, notamment ceux de la ville intra-muros et des faubourgs ouest, ils prêtent de grosses sommes d'argent, non pas à des citadins mais à des villageois ; la plupart de ces créances apparaissent alors dans les reconnaissances de dettes et non dans les actes de succession.

2 - Les secteurs riches : la ville intra-muros et les faubourgs ouest

109Damas intra-muros, où la valeur moyenne des successions est de 2 953 qurš, est constituée de deux secteurs bien distincts. Sa partie occidentale est connue pour être le cœur commercial de la ville : c'est là que se pratique le négoce international des produits de luxe et que résident les notables, à proximité de leurs lieux d'activité ; la valeur moyenne des successions y est de 3 544 qurš. La partie orientale de la ville intra-muros, où les activités artisanales et commerciales sont de moins grande ampleur et plus dispersées dans l'espace, abrite les minorités juives et chrétiennes ; la valeur moyenne des successions y est de 1 178 qurš.

  • 139 179/76/111.
  • 140 179/59/86.
  • 141 131/261/327.

110Parmi les habitants de la ville intra-muros se distinguent trois personnes laissant une succession supérieure à 20 000 qurš : un aġā de Maḥkamat al-Bāb laisse 20 656 qurš139, un sayyid de Sūq al-Ḥarīr laisse 40 556 qurš140 et un āğğ de Nūr Al-dīn laisse 69 018,75 qurš141.

  • 142 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 14-16.
  • 143 179/91/126.
  • 144 162/294/360.
  • 145 162/316/384.
  • 146 162/39/61.

111Dans les faubourgs ouest, proches de la citadelle, sont situés, à la fin du xviiie siècle et au cours du xixe, les palais du gouvernement (Dār al-Wizāra et Sérail). Parmi les belles demeures se trouvent, dès la fin du xviiie siècle, plusieurs résidences de notables, notamment celle du gouverneur Muḥammad Pacha al-‘Aẓm ou encore celle d'un šay soufi appartenant à la famille Murādī142. La richesse des habitants de ce secteur de la ville se perçoit non seulement dans la valeur élevée de leurs successions (3 522 qurš) mais aussi dans l'importance de leurs créances (6 037 qurš en moyenne). Parmi les personnes les plus fortunées de ce secteur figure un sayyid dont la succession s'élève à 97 416,75 qurš (dont 76 007,75 qurš de créances non recouvrées)143. Quelques militaires fortunés y résident également : Muṣṭafā Aġā Katḫudā b. ‘Uṯmān Aġā b. Ibrāhīm al-Darkalī, de Qanawāt, laisse une succession de 52 784 qurš (dont 33 776 qurš de créances non recouvrées)144 ; ‘Alī Aġā b. ‘Abd Allāh b. ‘Abd Allāh, de Qanawāt, laisse une succession de 18 252,50 qurš (dont 15 852,50 qurš de créances non recouvrées)145 ; Muḥammad Beyk b. Yūsuf Beyk al-Kurdī, de Sūq Ṣārūğā, laisse une succession de 13 199 qurš (dont 7 605,75 qurš de créances non recouvrées)146.

3 - Les faubourgs pauvres : nord et sud-ouest de la ville

  • 147 143/269/476.
  • 148 162/352/430.

112Les faubourgs nord et les faubourgs sud-ouest font relativement peu parler d'eux à l'époque ottomane ; les chroniqueurs semblent les ignorer, sans doute en raison de leur caractère "docile". Les habitants de ces faubourgs sont peu fortunés ; ils prêtent peu, possèdent peu d'immeubles et de biens ruraux. Dans les faubourgs nord, la valeur moyenne des successions est de 799 qurš-, on trouve toutefois deux gros créanciers dans le quartier de ‘Uqayba, l'un ayant prêté 4 767,50 qurš147 et l'autre 5 048,75 qurš148 ; la valeur moyenne des créances est, de ce fait, un peu supérieure à 2 000 qurš.

  • 149 162/352/430.

113Dans notre corpus, les six militaires des faubourgs nord sont des beşe dont les successions sont relativement modestes ; leur valeur moyenne est de 1 303 qurš mais seul Aḥmad Beşe b. al-Ḥāğğ Amīn, résidant dans le quartier de ‘Amāra, se distingue de ses congénères dont les successions sont inférieures à 700 qurš : l'actif de sa succession s'élève en effet à 6 080 qurš dont 5 048,75 qurš de créances non recouvrées ; outre une maison dans le quartier de ‘Amāra, il possède également trois terrains et des plantations dont la localisation n'est pas précisée149.

  • 150 179/236/278.
  • 151 179/288/341.

114Les successions des habitants des faubourgs sud-ouest (1 251 qurš) sont un peu plus élevées que celles des faubourg nord. Bien que le crédit y soit peu pratiqué, on trouve toutefois deux gros créanciers ayant prêté plus de 5 000 qurš, l'un dans le quartier de Šāġūr Barrāni150 et l'autre dans le quartier de Bāb al-Sarīğa151 ; la valeur moyenne des créances est de ce fait un peu supérieure à 2 000 qurš.

4 - Ṣāliḥiyya : quelques militaires fortunés parmi une population pauvre

115Bien que la valeur moyenne des successions des défunts de notre corpus s'y élève à 1 639 qurš, Ṣāliḥiyya abrite surtout de pauvres gens : près des trois quarts de ses habitants laissent en effet des successions dont l'actif est inférieur à 500 qurš. On y remarque cependant la présence de militaires très fortunés.

  • 152 BudayrĪ A., awādi, p. 143-144.
  • 153 DimĀšqĪ M., Tārī, p. 47.

116Les chroniques évoquent quelques aġā résidant à Ṣālihiyya. Ainsi, en 1163/1750, ‘Alī Aġā b. Qarnaq invite le gouverneur de Damas, As‘ad Pacha al-‘Aẓm, dans la résidence qu'il y possède152, et ‘Abd al-‘Azīz Aġā, de Ṣāliḥiyya, est nommé aġā de la citadelle de Damas par Sulaymān Pacha al-‘Aẓm en 1225/1810153.

  • 154 162/169/225.
  • 155 162/262/329.

117Parmi les défunts de notre corpus, dix militaires résident à Ṣāliḥiyya ; tous sont des beşe, à l'exception d'un seul, Muṣṭafā Aġā b. al-Šayḫ Muhammad al-Ḥawāṣilī. Laissant une succession de 22 102,75 qurš (dont 2 859 qurš de créances non recouvrées), il est le militaire le plus fortuné de notre corpus154. Ḥiğāzī Beşe b. ‘Umar Beşe laisse quant à lui une succession de 17 648,50 qurš (dont 8 096,50 qurš de créances non recouvrées)155.

118La valeur moyenne de l'actif des successions des habitants de Ṣāliḥiyya est donc, en raison de ces deux personnages, relativement élevée. Toutefois, à la différence des notables mentionnés dans les chroniques, et qui sont très proches de la classe dirigeante, la majorité des militaires de Ṣāliḥiyya sont pauvres : la moitié d'entre eux laissent des successions inférieures à 400 qurš ; ils ne sont pas créanciers, possèdent une seule maison et rarement une boutique ou un atelier.

Conclusion
  • 156 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 113.

119Par rapport aux secteurs que nous venons de décrire, les habitants du Mīdān se caractérisent par des fortunes non négligeables et une pratique courante du crédit ainsi que par des investissements relativement nombreux. Les quartiers du Mīdān, de Qanawāt et de Sūq Ṣārūğā sont décrits comme prospères au milieu du xixe siècle156 ; cela semble être déjà le cas dans la seconde moitié du xviiie siècle.

120Contrairement à la représentation que l'on se fait du Mīdān à la lecture des récits de voyageurs, ce faubourg n'apparaît pas, dans nos documents, comme un ramassis de pauvres gens sortis tout droit de leur campagne. Certes, les migrants ruraux sont présents dans ce faubourg ; les plus pauvres d'entre eux louent vraisemblablement un lieu où s'abriter et leur indigence ne les autorise pas à figurer dans les actes de succession. Sans nier leur existence, il nous semble important d'insister sur deux points : d'une part, certains faubourgs de Damas, situés au nord et au sud-ouest de la ville, sont beaucoup plus défavorisés que ne l'est le Mīdān ; d'autre part, la présence de riches notables dans le Mīdān fait de ce faubourg, avec la ville intra-muros et les faubourgs ouest, l'un des trois espaces où se concentre la richesse damascène dans la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 157 David J.-C., « Dégradation », carte 12 ; Ḥanna N., Habiter au Caire, p. 183- 219 ; Marcus A., Alepp (...)
  • 158 Raymond A„ Grandes villes, p. 289-290 ; cf. également, p. 179.
  • 159 Raymond A., Grandes villes, p. 206.
  • 160 Raymond A., Grandes villes, p. 291.

121La géographie sociale de Damas répond donc, dans l'ensemble, au modèle d'organisation radio-concentrique qui a été mis en évidence pour d'autres grandes villes arabes, notamment Le Caire et Alep157. À partir de l'étude des actes de succession, A. Raymond remarque en effet que « les zones de résidence, au Caire, étaient disposées en auréoles successives à partir du centre [...]. La région qui s'étendait autour de la zone d'activité économique principale [...] était le lieu de résidence habituel de la bourgeoisie, des négociants et de la classe moyenne des marchands et artisans qui travaillaient dans les souqs du centre [...]. La partie la plus pauvre de la population indigène habitait la périphérie de la ville, dans la zone où s'étendaient les quartiers populaires qui formaient une ceinture à peu près continue au nord, à l'est et au sud de la ville »158. Mais, comme le note également A. Raymond, « on ne peut attribuer qu'une valeur théorique à ce schéma »159 dont la rigueur « était perturbée par un certain nombre d'irrégularités »160. Ainsi, à Damas, les habitants les plus fortunés résident dans la ville intra-muros qui occupe, avec les faubourgs ouest, une position centrale dans la société urbaine ; les populations les plus défavorisées se trouvent quant à elles dans les faubourgs situés au nord et au sud-ouest de la ville ; dans ce dernier secteur, elles constituent une sorte de ceinture séparant les quartiers riches situés à l'ouest de la ville du faubourg du Mīdān.

Carte 3 : Valeur moyenne des successions dans les différents secteurs de Damas.

  • 161 Cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

122Cette situation est à mettre en relation avec l'histoire de la croissance urbaine de Damas. Les faubourgs pauvres situés au nord et au sud-ouest de la ville se sont développés, comme l'indique J. Sauvaget161, à l'époque médiévale : ils ont vraisemblablement accueilli alors des populations pauvres dont la condition ne s'est pas vraiment améliorée au cours des siècles suivants. En revanche, le faubourg du Mīdān s'est quant à lui développé en attirant non seulement des populations pauvres mais aussi des notables, intéressés pour la plupart par le négoce des céréales. Ce sont les divers habitants de ce faubourg que nous allons maintenant présenter.

Notes

1 Raymond A., « Les documents du makama », p. 129.

2 Raymond A., Artisans et commerçants, II, p. 659-671.

3 Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 657 ; d'après Ibn Al-Iddlq H., Ġarā'ib, verso de la page de garde du manuscrit.

4 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 113-163. Nous montrerons toutefois, à travers une étude comparée des actes de succession enregistrés dans les deux qisma, que les successions enregistrés dans les deux qisma, que les successions de "civils" les plus importantes sont concentrées dans les registres de la qisma ‘askariyya.

5 Certains registres de la qisma ‘arabiyya du début du xviiie siècle contiennent toutefois quelques documents concernant des militaires ; cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 128, p. 132-133, p. 181-182. Pour une présentation des ra'āyā du Caire, cf. Raymond A., Le Caire, p. 210.

6 Sāhilī Uġlī H., « Qānūn nāma Āl ‘Uṯmān », p. 162-164. Nous remercions A.-K. Rafiq d'avoir attiré notre attention sur cet article.

7 Veinstein G.,« Les inventaires après décès des campagnes militaires », p. 294.

8 Article « 'Askarī », E.I.2,1, p. 733.

9 Barbir K., « Wealth, Privilege and Family Structure », p. 182 ; d'après Barkan O., « Edirne Askeri », p. 4.

10 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 42.

11 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 508 ; d'après 21/275. Le registre 21 est, comme nous l'avons signalé en note dans notre présentation des sources, un registre de cas "ordinaires" de la qisma ‘askariyya.

12 Article « Ḳassām », E.I.2, IV, p. 765.

13 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 179.

14 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 113-163.

15 Cf. Establet C., Pascual J.-P. et Raymond A., « La mesure de l'inégalité », p. 177, p. 180.

16 Sur cette question, cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 89-101.

17 En supposant bien entendu que créances recouvrées et créances non recouvrées se retrouvent, en gros, dans les mêmes proportions dans tous les documents quelle que soit l'appartenance sociale du défunt.

18 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 186, p. 189. Nous ignorons si cette moyenne tient compte des créances non recouvrées mais cela ne change rien à notre remarque. Dans les 76 documents que nous avons sélectionnés dans le registre 179, la valeur moyenne de l'actif est de 1 774,65 qurš (sans les créances non recouvrées) et de 4 562 qurš (avec les créances recouvrées) : dans les deux cas, les successions de nos propriétaires immobiliers sont donc supérieures à celles des personnes constituant l'échantillon de K. Barbir.

19 Barbir K., « Wealth, Privilege, and Family Structure », p. 179.

20 Sur les aġā, cf. article « Agha », E.I.2,1, p. 253-254.

21 Rafiq A.-K., Province, p. 26, p. 32.

22 Rafiq A.-K., Province, p. 13-14.

23 BudayrĪ A., awādi, p. 161.

24 Rafiq A.-K., Province, p. 38 ; Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 22.

25 Rafiq A.-K., Province, p. 41 ; DimšqĪ M., awādi, p. 60.

26 DimšqĪ M., awādi, p. 28.

27 BudayrĪ A., awādi, p. 85 ; DimšqĪ M., awādi, p. 60.

28 BudayrĪ A., awādi, p. 199, p. 207.

29 BudayrĪ A., awādi, p. 199 ; ‘Abd ., awādi, p. 82, p. 161 ; DimšqĪ M., awādi, p. 27, p. 73.

30 BudayrĪA., awādi, p. 129 ; ‘Abd .,awādi, p. 107, p. 140 ; DimšqĪ M., awādi, p. 48, p. 51 ; Ibn Al-Siddīq H., Ġarā'ib, p. 52, p. 56, p. 62, p. 66, p. 80.

31 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 60.

32 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 21, p. 24, p. 41.

33 Ibn Al-iddĪq ., Ġarā'ib, p. 22, p. 42.

34 BudayrĪ A., awādi, p. 129.

35 On peut ainsi rencontrer par exemple Muḥammad Aġā, aġā tā‘ifat al-yankiğariyya.

36 Pour de plus amples informations sur cette question, cf. Okawara T., « Formation of the Aghawat Stratum in Damascus ». Nous remercions cet auteur de nous avoir expliqué le contenu de cet article écrit en japonais.

37 BudayrĪ A., awādi, p. 81.

38 BudayrĪ A., awādi, p. 84.

39 BudayrĪ A., awādi, p. 33.

40Abd Ḥ., awādi, p. 22 ; DimšqĪ M., awādi, p. 19.

41Abd Ḥ., awādi, p. 104.

42 BudayrĪ A., awādi, p. 18, p. 42, p. 63, p. 201-203, p. 206, p. 210, p. 226-227 ; ‘Abd Ḥ., awādi, p. 47 ; DimšqĪ M., awādi, p. 38, p. 60 ; Ibn Al-SiddĪq .,Ġarā‘ib, p. 56.

43 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 112.

44 162/299/364.

45 179/54/81.

46 162/294/360.

47 179/113/149.

48 Ibn Al-SiddĪq H., Ġarā'ib, p. 81. Sur ce personnage, cf. également Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 380 ; Rafiq A.-K., Province, p. 240, p. 267, p. 277-278.

49 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 34, n. 20 ; d'après Barkan O., « Edirne Askeri », p. 15.

50 Comme les aġā, ils sont parfois qualifiés de fahr al-aqrān ou mafhar al-aqrān ; 109/166/321 ; 123/192/262 ; 123/380/548.

51 Duda H., « Baša-Beše », p. 160.

52 BudayrĪ A., awādi, p. 7.

53 BudayrĪ A., awādi, p. 210.

54 BudayrĪ A., awādi, p. 113.

55 BudayrĪ A., awādi, p. 116.

56 BudayrĪ A., awādi, p. 161.

57 BudayrĪ A., awādi, p. 175.

58 179/50/77.

59 162/352/430.

60 179/274/325.

61 162/262/329.

62 162/262/329 ; 162/130/161 ; 179/199/237 ; 179/185/221 ; 179/283/335 ; 179/241/284 ; 179/125/159.

63 179/50/77.

64 162/130/161 ; 162/147/189 ; 162/193/253 ; 162/352/430 ; 179/199/237 ; 179/231/272 ; 179/64/94 ; 162/250/310 ; 179/274/325 ; 179/241/284.

65 179/274/325.

66 179/241/284.

67 179/307/364.

68 162/39/61.

69 162/279/344 ; les ğāwīš sont des janissaires anciens et expérimentés ; cf. E.I.2, II, p. 16.

70 179/184/219 ; les ğurbağī sont les commandants des troupes de janissaires ; cf. E.I.2, II, p. 62-63.

71 162/334/407 ; les ūa bāsī sont des chefs de chambrée.

72 179/184/219.

73 162/39/61.

74 162/279/344.

75 162/334/407.

76 162/334/407.

77 162/39/61.

78 179/307/364.

79 Dans une étude sur les militaires du Caire aux xviie et xviiie siècles, A. Raymond remarque également des types d'intégration différents parmi les militaires. Certains riches qapiqūl, pratiquant vraisemblablement le commerce international de manière occasionnelle, ne possèdent aucun bien immobilier, « signe probable du caractère encore provisoire de l'installation au Caire » ; d'autres semblent au contraire mieux enracinés dans les activités économiques de la ville et « tendaient à s'intégrer dans la société dans laquelle ils vivaient et dont ils partageaient les comportements économiques» ; cf. Raymond A., « Soldiers in Trade », p. 21, p. 26.

80 Ceci apparaît à travers une centaine de transactions immobilières effectuées au milieu du xviiie siècle et dans lesquelles interviennent des militaires, soit comme acheteurs, soit comme vendeurs. Ces documents confirment la richesse des aġā : la valeur moyenne des maisons qu'ils achètent est de 348 qurš alors que celle des beşe est de 212 qurš.

81 Nous considérons ici les hommes musulmans.

82 179/288/341.

83 179/59/86.

84 179/91/126.

85 162/316/384.

86 179/76/111.

87 162/294/360.

88 143/196/359.

89 131/261/327.

90 Sur les causes de la sous-représentation des femmes dans les actes de succession, cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 48-50.

91 Ceci confirme la remarque de Establet C. et Pascual J.-P. (Familles et fortunes, p. 118) pour le début du xviiie siècle.

92 131/266/332.

93 Sur la famille Muğtahid, cf. Rafiq A.-K., « bāb al-Mūṣāllā », p. 31-32.

94 131/68/98.

95 131/149/196.

96 162/96/133 ; 162/50/75 ; 162/89/125 ; 162/134/166.

97 162/134/166.

98 162/36/56.

99 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 119.

100 Gerber H., « Social and Economic Position of Women », p. 234.

101 Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 508-509.

102 Jennings R., « Women », p. 111.

103 Veinstein G. et Triantafyllidou-Baladié Y., « Les inventaires après décès ottomans de Crète », p. 196. Il convient toutefois de signaler que des pratiques différentes ont cours dans d'autres régions de l'Empire: ainsi, à Kayscri, au xviie siècle, les chrétiens fréquentent le tribunal aussi fréquemment que les musulmans: ils y constituent 22 % de la population et représentent 25 % des cas traités par le tribunal ; cf. Jennings R., « Loans and Crédit », p. 181.

104 De même, 6 des 17 chrétiens rencontrés dans les actes de succession du début du xviiie siècle font partie des "gens de peu" ; cf. Establet c. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 153.

105 Sur cette question, cf. Barbir K., « From Pasha to Efendi ».

106 Nous nous sommes trouvée confrontée à un problème en ce qui concerne le rattachement du quartier de Bāb al-Mūsāllā à l'un de ces secteurs. Dans nos actes de succession, la richesse des habitants de bāb al-Mūsāllā est en effet plus proche de celle des habitants des quartiers situés au nord de celui-ci que de celle des habitants du Mīdān et des Qubaybāt. Logiquement, nous aurions dû rattacher Bāb al-Mūsāllā à ces quartiers. Nous ne l'avons pas fait pour deux raisons. D'une part, le rattachement de bāb al-Mūsāllā à l'un des deux secteurs n'a pas d'incidence notable sur la valeur moyenne des successions dans chacun de ces deux secteurs. D'autre part, nous avons rattaché ce quartier au Mīdān et aux Qubaybāt afin de considérer globalement l'espace que nous avons choisi d'étudier ; ce choix nous permettra de mieux mettre en évidence la spécificité des quartiers du Mīdān et des Qubaybāt par rapport à Bāb al-Mūsāllā.

107 On peut même supposer que celle-ci est sous-représentée car la plupart des successions des individus les plus nécessiteux, qui composent une grande partie de la population des faubourgs, ne sont pas enregistrées au tribunal.

108 DimĀšqĪ M., Tārī, p. 47.

109 162/24/38 ; 162/320/388 ; 179/221/30 ; 179/80/115. Nous ne disposons malheureusement d'aucune information sur les caractéristiques architecturales de ces maisons.

110 BudayrĪ A., awādi, p. 165.

111 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 155.

112 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 657.

113 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 15 ; d'après Kremer A. von, Topographie, p. 23.

114 Porter Rev. J.-L., Fives Years in Damascus, p. 49.

115 Burton I., The Inner Life, p. 49, p. 51.

116 Ibn Al-SiddĪq ., Ġarā‘ib, p. 43.

117 Ibn Al-SiddĪq ., Ġarā'ib, p. 45.

118 Ghazzal Z., Économie politique, p. 159.

119 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 398, d'après registre 3, p. 18.

120 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 399, d'après registre 7, p. 193.

121 Raymond A., « Groupes sociaux », p. 157-159.

122 Brayk M., Tārī, p. 13.

123 MurĀdĪ M., Silk, II, p. 63 ; ce personnage est un descendant de Turkumān Ḥasan Katḫudā dont il sera plus précisément question lorsque nous nous intéresserons à la structuration de l'espace social du faubourg.

124 9/114/- ; 9/156/- ; 9/249/- ; 9/345/- ; 9/390/- ; 9/434/- ; 10/91/- ; 10/152/- ; 10/165/-.

125 9/80/- ; 9/140/- ; 9/186/- ; 9/189/- ; 9/226/- ; 10/135/-.

126 Mardam-Beyk F., « Tensions sociales », p. 124.

127 BudayrĪ A., awādi, p. 196-200.

128 Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », p. 60.

129 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 111.

130 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 222-223.

131 BudayrĪ A., awādi, p. 172.

132 BudayrĪ A., awādi, p. 66-67.

133 BudayrĪ A., awādi, p. 148.

134 BudayrĪ A., awādi, p. 110.

135Abd ., awādi, p. 95-96.

136 Dans le corpus total sont également pris en considération les femmes et les chrétiens.

137 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 168.

138 Cette proportion se retrouve également à Kayseri au xviie siècle ; cf. Jennings R., « Loans and Crédit », p. 175.

139 179/76/111.

140 179/59/86.

141 131/261/327.

142 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 14-16.

143 179/91/126.

144 162/294/360.

145 162/316/384.

146 162/39/61.

147 143/269/476.

148 162/352/430.

149 162/352/430.

150 179/236/278.

151 179/288/341.

152 BudayrĪ A., awādi, p. 143-144.

153 DimĀšqĪ M., Tārī, p. 47.

154 162/169/225.

155 162/262/329.

156 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 113.

157 David J.-C., « Dégradation », carte 12 ; Ḥanna N., Habiter au Caire, p. 183- 219 ; Marcus A., Aleppo, figure 9.1 ; Raymond A., Grandes villes, p. 179-206.

158 Raymond A„ Grandes villes, p. 289-290 ; cf. également, p. 179.

159 Raymond A., Grandes villes, p. 206.

160 Raymond A., Grandes villes, p. 291.

161 Cf. supra, « Du maydān au Mīdān ».

Table des illustrations

Titre TABLEAU 12. Répartition de la valeur des successions des ra‘āyā (1163-71/1750-58) et des ‘askar (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre TABLEAU 13. Créances non recouvrées détenues par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU 14. Biens résidentiels possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 15. Ateliers et boutiques possédés par les ra‘āyā (1163-71/1750-58) et par les ‘askar (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 16. Valeur moyenne des successions des différentes catégories de ra‘āyā (1163-71/1750-58) et de ‘askar (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 17. Valeur des successions et des créances non recouvrées des militaires selon leur grade (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU 18. Actif des successions des militaires des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU 19. Créances non recouvrées détenues par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU 20. Nombre de biens résidentiels détenus par les militaires, les civils- ‘askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 21. Nombre de biens à usage économique détenus par les militaires, les civils-'askar (1173-88/1760-74) et les ra‘āyā (1163-71/1750-58)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 22. Lieu de résidence des défunts de la qisma ‘arabiyya (1163-71/1750-58) et de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU 23. Lieu de résidence des civils et des militaires de la qisma ‘askariyya (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 24. Proportion de militaires dans les divers secteurs de Damas (1173-88/1760-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 25. Valeur moyenne des successions des militaires, des civils-‘askar (1173-88/1760-74) et des ra‘āyā (1163-71/1750-58) dans les divers secteurs de Damas
Légende Note136
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU 26. Créances non recouvrées détenues par les habitants des différents secteurs de Damas (1163-88/1750-74)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Carte 3 : Valeur moyenne des successions dans les différents secteurs de Damas.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3843/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 520k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search