Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Première partie. La constitution du Faubourg : du Maydān au Mīdān

Chapitre II. Développement du Faubourg à l’époque ottomane

Texte intégral

  • 1 Raymond A., Grandes villes, p. 200.
  • 2 Raymond A., Grandes villes, p. 62-65.

1Si divers noyaux d'urbanisation existent déjà au sud de Damas à l'époque mamelouke, le Mīdān, en tant qu'entité spatiale, ne se constituera véritablement qu'à l'époque ottomane. Le développement des faubourgs est d'ailleurs une des caractéristiques majeures de la croissance de Damas à cette époque ; en effet, d'après J. Sauvaget, A. Raymond estime que « la surface des faubourgs de Damas, qui peut être estimée à environ 64 hectares vers la fin de l'époque mamelouke, atteignait 183,5 hectares au milieu du xixe siècle »1. Sur une superficie urbaine totale qui aurait été de 313 hectares vers la fin du xviiie siècle2, nous estimons celle du faubourg du Mīdān à environ 70 hectares, soit un peu plus de 20 % de la surface bātie de la ville à cette époque.

  • 3 Sur ce phénomène, cf. Pascual J.-P., Damas, p. 16-18.

2L'extension de Damas à l'époque ottomane s'opère par la construction de grands monuments à l'extérieur des murs de la ville3. Nous voyons ainsi, au xvie siècle, plusieurs gouverneurs de la ville édifier des mosquées : Murād Pacha, gouverneur en 1568-1569, Darwīš Pacha, gouverneur de 1571 à 1574, et Sinān Pacha, gouverneur de 1587 à 1588, donneront chacun leur nom à une mosquée située sur la route du sud.

3Avant de nous pencher sur les données démographiques et topographiques qui indiquent la croissance du Mīdān, nous nous interrogerons sur les facteurs qui ont pu favoriser son développement. Nous présenterons ensuite les recensements dont nous disposons pour la fin du xvie siècle et évoquerons les monuments et les lotissements indiquant l'extension topographique du faubourg, notamment au xviiie siècle. Nous disposons par ailleurs de quelques données démographiques et fiscales pour le xixe siècle; à partir de ces informations, nous tenterons d'estimer la population du Mīdān vers 1840. Enfin, à travers les toponymes utilisés par les chroniqueurs et par les scribes des tribunaux, nous montrerons comment cet espace, jadis composé d'unités contiguës, se transforme peu à peu en une entité spatiale.

I - LES FACTEURS DU DÉVELOPPEMENT

  • 4 Raymond A., Le Caire, p. 253.
  • 5 Behrens-Abouseif D., « The North-Eastern Extension of Cairo », p. 163-164.
  • 6 Raymond A., Le Caire, p. 253.

4À propos de l'implantation des mausolées mamelouks le long de la route qui relie Damas à l'Égypte, nous avons signalé l'existence d'un phénomène semblable au nord-est du Caire, le long de la route reliant cette ville à la Syrie. Dans les deux cas, ce type d'implantation a donné naissance à un faubourg : le Mīdān à Damas et Ḥusayniyya au Caire. Toutefois, « Ḥusayniyya resta un faubourg médiocre sans beaucoup d'activités économiques autonomes et habité par une population particulièrement pauvre »4. Malgré l'existence, encore à l'époque ottomane, d'activités commerciales, sans doute temporaires, liées au passage de la caravane du pèlerinage, Ḥusayniyya connaît en effet une véritable régression dès la fin du xive siècle en raison des catastrophes naturelles, des famines et des épidémies qui se sont succédé à cette époque5. La prédominance des routes fluviales et maritimes, sensible dès l'époque mamelouke, peut également être considérée comme un facteur du développement du port de Būlāq au détriment du faubourg de Ḥusayniyya, situé le long d'une route terrestre6.

5En revanche, le rôle de la route terrestre est beaucoup plus déterminant à Damas et l'extension du faubourg du Mīdān à l'époque ottomane est étroitement liée à cette voie de communication qu'emprunte la caravane du pèlerinage à La Mekke et par laquelle est acheminée en ville une partie des céréales du Ḥawrān. Nous tenterons de déterminer dans quelle mesure ces deux phénomènes, qui existaient certes auparavant mais dont l'importance s'est accrue à cette époque, ont pu favoriser le développement du Mīdān.

A- LA CARAVANE DU PÈLERINAGE

  • 7 Raymond A., Grandes villes, p. 46-48, p. 207.
  • 8 Raymond A., Grandes villes, p. 211.
  • 9 Jomier J., Le maḥmal, p. 173.
  • 10 Massignon L., «La cité des morts au Caire », p. 276. Cette comparaison est toutefois curieuse: en (...)

6Les caravanes, et notamment celle du pèlerinage, constituent un facteur de croissance urbaine en ce sens qu'elles favorisent le développement commercial de l'itinéraire qu'elles empruntent7. Ainsi, à Alep, les routes commerciales vers l'Anatolie et vers la Perse ont favorisé le développement des faubourgs nord et est de la ville8 ; au Caire, au xviie siècle, un témoin remarque que le chemin tout entier du Caire jusqu'à Birkat al-Ḥağğ « n'était qu'un marché lors du départ de la caravane »9, et, selon L. Massignon, le faubourg de Darb al-Aḥmar, au Caire, « s'est formé sortir de Bab Zuwaīlé pour ravitailler les caravaniers du Hajj, sur la route de Raydaniyé (Abbassiyé) à Jérusalem et à La Mekke, — comme le faubourg du Meïdan, à Damas, s'est formé au sortir de Bab al-Musalla pour ravitailler les caravanes du Hajj sur la route de Kiswé, menant aussi à Jérusalem et au Caire »10.

  • 11 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-hağğ al-Šāmī », p. 194. Dans la caravane égyptienne, le nombre de pèleri (...)
  • 12 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 216.
  • 13 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 151.

7Le pèlerinage eut inévitablement des conséquences sur le développement économique de Damas où venaient se concentrer, surtout pendant le mois de ramaḍān mais parfois plus longtemps, des milliers de pèlerins arrivés, par caravane, de Roumélie, d'Alep, ou de Perse. Au xviiie siècle, les estimations du nombre de personnes participant au pèlerinage syrien (ḥağğ sāmī) varient entre 15 000 et 100 000 individus, et Volney le situe entre 30 000 et 50 000 vers la fin de ce siècle11 ; en 1831, M. Michaud et M. Poujoulat voient « vingt, trente mille, et quelquefois même quarante mille pèlerins montés sur des mules, des chevaux ou des chameaux qui portent à leur cou des sonnettes retentissantes»12 ; en 1854, Laorty-Hadji assiste au retour d'une caravane dont il évalue le nombre de pèlerins à 45 00013. Dans la seconde moitié du xixe siècle, cet effectif enregistra une nette diminution car bon nombre de pèlerins, notamment ceux de Roumélie, effectuaient désormais, grâce à l'ouverture du canal de Suez en 1869, le voyage par bateau. De même, en 1870, les pèlerins venus de Perse utilisèrent le bateau pour se rendre à Djeddah. Cette évolution s'accentua davantage en 1908 avec l'utilisation de la ligne de chemin de fer du Ḥiğāz, créant ainsi un bouleversement dans les déplacements de population à l'occasion du pèlerinage ; ceci ne fut sans doute pas sans incidence sur les activités économiques des villes traversées autrefois par la caravane.

  • 14 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al- šāmī », p. 194.
  • 15 Ibn KannᾹn M., Yawmiyyàt, p. 256.
  • 16 Budayr a., Ḥawādiṯ, p. 171.

8Si la plupart des pèlerins logeaient, lors de leur halte ou de leur séjour à Damas, près de la Takiyya Sulaymāniyya14, les autres étaient vraisemblablement répartis dans divers endroits de la ville, mais les informations dont nous disposons à ce sujet sont peu précises. En 1128/1716, les pèlerins venus de Roumélie s'installèrent à proximité de la Mosquée al-Ward à Sūq Ṣārūğā15, et en 1165/1752, ceux de Perse s'installèrent dans les quartiers de Ḥarāb et de Suwayqa16, mais nous ignorons s'il s'agit là d'une habitude ou d'une circonstance exceptionnelle.

  • 17 Sauf mention contraire, ces ḥān sont tous situés dans la ville intra-muros.
  • 18 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 176.
  • 19 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 335, d'après registre 146, p. 179, p. 288-289.
  • 20 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 432, d'après registre 146, p. 213.
  • 21 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 436-437, d'après registre 146, p. 308, p. 325.
  • 22 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 440, d'après registre 146, p. 291, p. 292, p. 327, p. 335, (...)
  • 23 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 445-446, d'après registre 146, p. 284.
  • 24 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 399, d'après registre 146, p. 346.
  • 25 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 396, d'après registre 146, p. 349.
  • 26 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 71, d'après registre 146, p. 288.

9Les pèlerins fréquentaient les ḫān, bâtiments à la fois destinés à l'hébergement et aux échanges commerciaux; ils y sont signalés à l'occasion de leur décès et nous disposons à ce sujet de plusieurs informations pour les années 175017. En 1166/1753, le meurtre d'un pèlerin étranger est signalé dans le Ḫān al-Ḥaramayn18. Des pèlerins turcs décèdent dans le Ḫān Darwīš Pacha19. En 1170/1756, un pèlerin de Sarmin, petite ville de la Syrie du nord, meurt quant à lui dans le Ḫān Banū al-nāšif, situé à proximité de la Mosquée Darwīšiyya20. En 1171/1757, deux pèlerins turcs, décédés sur la route, lors du retour du pèlerinage, avaient déposé des affaires dans le Ḫān al-Sidrāniyya21. La même année, cinq pèlerins turcs, également décédés sur la route du pèlerinage, avaient confié leurs affaires à une personne installée dans le Ḫān al-Safarğalāniyya22 ; un pèlerin alépin meurt quant à lui dans le Ḫān al-Daqqāqīn23. Certains pèlerins égyptiens, ayant vraisemblablement effectué un détour par Damas, alimentent également la chronique nécrologique des ḫān : en 1171/1757, l'un d'eux décède dans le Ḫān al-Bahrāmiyya24, et en 1171/1758, un autre meurt dans le Ḫān Ḥasan Pacha25. La même année, un pèlerin turc de Kutahya décède dans le Ḫān al-Ḫaramayn26.

  • 27 Budayrī A., Hawādiṯ, p. 161-162.
  • 28 Johansen B., « Urban Structures », p. 97.
  • 29 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 244-245.

10L'installation de pèlerins est également signalée à l'extrémité du faubourg du Mīdān : ainsi, au milieu du xviiie siècle, on demande aux pèlerins de passer la nuit hors de Bāb Allāh27, et au début du xixe siècle, les environs du cimetière de Bāb Allāh leur servent de lieu de campement28. L. Trotignon nous informe quant à lui sur les conditions d'hébergement de ces pèlerins : « De grandes tentes vertes et rouges (les couleurs saintes de l'islam) se dressent par endroits, autour des nécropoles ; les tentes des pèlerins de la Mecque, venus ici en grand nombre des provinces lointaines de l'Asie. »29.

  • 30 Pour une description détaillée de ce cortège, cf. Burton, I., The Inner Life, p. 46-61 ; Tresse R. (...)
  • 31 Article « Maḥmal », El2, VI, p. 43-44.
  • 32 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 227-228.
  • 33 Brayk M., Tārīh, p. 73. L'emploi de ce mot au singulier pourrait laisser penser qu'il s'agit d'un (...)

11Au mois de šawwāl, selon un rituel bien précis, s'organisait le départ du pèlerinage depuis la citadelle jusqu'aux limites méridionales de la ville en passant par le faubourg du Mīdān30. L'objet central en était le maḥmil, palanquin richement décoré, porté par un chameau, et qui constituait, depuis le viie/xiiie siècle, le symbole du pouvoir du souverain; instituée par le sultan Baybars en 664/1266 en Egypte, cette coutume, entourée d'une forte animation populaire, fut pratiquée en Syrie à partir de 692/129331. Au moment du départ de la caravane, l'amīr al-ḥağğ se rendait avec ses troupes hors de bāb Allāh, à Qubbat al-ḥağğ, où se rassemblait la caravane32, et la sortie des pèlerins s'échelonnait sur une semaine. Trois mois après le départ de la caravane, au mois de ṣafar, se produisait un événement aussi spectaculaire : son arrivée. Les pèlerins étaient accueillis à l'extérieur de la ville par la population de Damas à laquelle se joignaient également les autorités religieuses chrétiennes comme cela est mentionné en 1762 : le patriarche et ses ouailles saluèrent en effet l'arrivée du gouverneur à la lueur des chandelles sous "l'olivier" (zaytūna) situé hors de Bāb Allāh33.

  • 34 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 152.
  • 35 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 153.
  • 36 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 216.

12Selon Laorty-Hadji, « la caravane est moins un pèlerinage qu'un moyen commode et sûr d'exploiter toutes les branches du commerce asiatique et africain »34, et « le passage de la caravane donne à Damas une activité commerciale que sa situation isolée eût exclue sans cela »35. La caravane du pèlerinage a donné sans aucun doute une impulsion au commerce lointain des produits de luxe (café, épices, tissus, perles, etc.). L'installation des pèlerins en ville, avant le départ et après le retour du pèlerinage, a vraisemblablement favorisé, quant à elle, le développement des activités liées à leur équipement pour le voyage, mais nous ne disposons d'aucune information précise à ce sujet. Certes, les pèlerins sont « tous munis d'abondantes provisions, avec des nattes, des tapis ou des tentes, des vases de bois ou des sacs de cuir pour l'eau, avec les ustensiles de fer ou d'étain pour préparer le pilau et le nectar consolateur »36, et si l'on remarque, le long de la route du Mīdān, une concentration de boutiques et d'ateliers produisant ce type de biens, il est toutefois difficile de déterminer précisément le rôle du pèlerinage dans l'implantation et surtout le maintien de ces activités.

  • 37 La pratique du commerce des chameaux par les habitants des Qubaybāt est d'ailleurs attestée dès la (...)
  • 38 Rafiq A.-K., « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 129-130.
  • 39 Sur cette mosquée, cf. Ṭalas M., Ḏayl, p. 222.
  • 40 Boucheman A. de, Une petite cité caravanière, p. 21, p. 86-87. Selon F. et J. Métrai, alors que de (...)

13Le marché aux chameaux (Sūq al-ğamal), situé près du maydān, constitue l'expression la plus évidente de l'implication des habitants du Mīdān dans ce commerce lié au pèlerinage37. À l'époque ottomane, les villages du Ḥawrān, mais aussi les bédouins de Sukhné, près de Palmyre, fournissaient à Damas les plusieurs milliers de chameaux nécessaires au transport des pèlerins38. Cette activité favorisa l'installation de personnes originaires de Sukhné dans le Mīdān ; leur présence dans le faubourg est d'ailleurs marquée par la construction d'une mosquée, la Mosquée al-Saḫḫāna, dont le sabīl est daté de 1222/180739. En 1880, ce commerce fut pris en charge par des Damascènes mais « les chameliers de Sukhné tirèrent encore des profits appréciables du pèlerinage persan et iranien auquel, entre Deir ez-Zor et Damas, ils louaient des montures ou des animaux de bât »40.

  • 41 Rafiq A.-K., « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 130. Cette étape (...)
  • 42 Faroqhi S., Pilgrims and Sultans, p. 167-168.

14Si les pèlerins trouvaient, dans le Mīdān, divers objets utiles pour leur long périple, il semble qu'une partie de leur approvisionnement alimentaire se réalisait à Muzayrīb. Dans cette localité, située à une centaine de kilomètres au sud de Damas, se tenait une foire, pendant une dizaine de jours, à l'occasion du passage de la caravane41. En raison des taxes abusives qui y étaient prélevées sur les marchandises, celle-ci semble peu importante au xviie siècle mais elle connut vraisemblablement un essor à une époque ultérieure42.

  • 43 Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 80 ; Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 200.
  • 44 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 200.

15Au xixe siècle, les céréales destinées aux pèlerins arrivaient parfois de Ġazza : au début du mois de šawwāl 1273/juin 1857, un peu plus de 400 tonnes d'orge stockée dans le grenier impérial (šūna) de cette ville furent transportées jusqu'à Ma‘an; au mois de ğumādā I 1276/décembre 1859, près de 300 tonnes de blé et un peu plus de 500 tonnes d'orge, de la même provenance, furent expédiées à cette même étape située sur la route du pèlerinage43. Ces quelques informations tendent donc à suggérer que, si les effets du pèlerinage furent sans doute importants à Damas en ce qui concerne les achats individuels effectués par les pèlerins et les marchandises véhiculées par la caravane à des fins commerciales, une partie de l'approvisionnement ne transitait pas obligatoirement par la capitale de la province. Une activité liée à l'alimentation des pèlerins durant leur périple connut cependant un important développement à Damas : la fabrication des baksimād, galettes sèches que l'on trempe dans l'eau pour les rendre propres à la consommation44.

B - LA COMMERCIALISATION DES CÉRÉALES

  • 45 Bien que les bā'ika soient une des principales caractéristiques du faubourg du Mīdān, certaines so (...)

16Quels que soient ses liens avec l'approvisionnement de la caravane du pèlerinage, le rôle de la commercialisation des céréales, dans le Mīdān, apparaît de manière tangible dans les traces architecturales laissées par cette activité tout le long de l'artère principale du faubourg : les bā'ika45.

  • 46 Ibn Al-ṢildῙq H., Ġarā'ib, p. 46.
  • 47 313/400/1085.
  • 48 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.
  • 49 297/101/247 ; QĀsimῙ M., Qāmūs, p. 55-56.
  • 50 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.
  • 51 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.

17À l'époque ottomane, les bā'ika peuvent avoir plusieurs utilisations : certaines abritent des chameaux (bā'ikat al-gamal)46 ; d'autres sont des entrepôts destinés à la vente du bois (bā'ika mu‘adda li-bay‘ al-ḥaṭṭāb)47 ou au dépôt de la paille (bā'ika mu‘adda li-waḍ' al-qašš)48 ; la plupart servent toutefois à entreposer le blé (bā'ika mu'adda li-wad' al-qamḥ)49 à vendre le froment (bā'ika mu‘adda li-bay‘ al-ḥinṭa)50, et sont parfois destinées à la vente des produits agricoles (bā'ika mu‘adda li-bay‘ al-aġlāl)51.

  • 52 Les bā'ika que nous avons nous-même repérées sur le terrain en 1991 sont d'ailleurs moins nombreus (...)
  • 53 [Atassi S., Pascual J.-p. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 14.

18Un relevé sur le terrain nous a permis d'en dénombrer une soixantaine mais les destructions opérées dans le tissu urbain ancien nous incitent à penser qu'elles étaient encore plus nombreuses autrefois52. Ce sont des bâtiments de « volume rectangulaire couvert par une terrasse sur poutre de peupliers, l'ensemble porté par des arcs diaphragmes brisés de grande portée et dont la naissance se situe à environ 1 mètre 50 du sol »53 ; leur superficie est généralement comprise entre 100 et 300 mètres carrés.

  • 54 313/170/492.
  • 55 313/247/706 ; 297/370/805.
  • 56 56.313/311/883.
  • 57 297/564/1310.
  • 58 297/101/247.

19La plupart de ces bā'ika sont situées sur l'artère centrale du faubourg mais certaines se trouvent dans les rues adjacentes; nous en trouvons mention au cours des années 1827-1830 à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Qumla54 ; dans le Mīdān, Zuqāq al-Mawṣilī55 ou Zuqāq al-Ğawra56 ; dans les Qubaybāt, à proximité de Zuqāq al-Iqmīm et du ḥammām57 et dans le secteur de Ḥaqla58.

  • 59 Selon S. Atassi et J.-L. Arnaud, les grilles de fer qui décorent les ouvertures des bā'ika situées (...)

20L'absence de date de construction sur ces bâtiments ne nous permet pas de déterminer précisément la chronologie de leur implantation59, mais il est fort probable que la plupart de ces bā'ika se soient implantées dans le Mīdān seulement à l'époque ottomane.

  • 60 Ibn Al-SuqĀ ‘Ῑ, p. 188. Nous ne disposons d'aucune information sur la localisation précise de cet (...)
  • 61 Nu‘aymῙ ‘A.-Q., Dāris, I, p. 123 (m. 927/1520). Notons que "Sūq al-Buzūriyya" signifie "Marché des (...)
  • 62 Ibn ṬŪlŪn M., « Ḥārāt », p. 33 (m. 953/1546).
  • 63 Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., « Nuzhat al-Rifāq », p. 24 (m. 909/1503-1504).
  • 64 Raymond A., Grandes villes, p. 189-190 ; Raymond A., « Rapports villes-campagnes », p. 23.
  • 65 Notons également l'existence d'un quartier des marchands de blé (Maḥallat al-Qammāḥīn) à l'ouest d (...)

21Bien qu'au début du viiie/xive siècle (716/1316), le responsable du trésor de Damas fut enterré près de l'aire à blé (‘arṣat al-ġalla) à l'extérieur de Damas60, la commercialisation du blé semble avoir été effectuée (aussi ?), au moins jusqu'au début du xvie siècle, dans le Sūq al-Buzūriyya, situé dans la ville intra-muros : à cette époque, selon certains, ce Sūq était en effet connu sous le nom de Sūq al-Qamḥ61 ; selon d'autres, il était autrefois connu sous le nom de Sūq al-Qamh62. Une autre source du xvie siècle, antérieure aux deux précédentes, donne la liste de tous les Sūq de Damas à cette époque ; elle ne fait déjà plus mention d'un marché au blé dans la ville intra-muros mais localise en revanche ce marché dans le Mīdān ; le stockage du blé semble s'y faire, à cette époque, sur des aires (‘araṣāt) et non dans des entrepôts (bā'ika)63. Le déplacement de la commercialisation des céréales du centre de la ville vers sa périphérie, phénomène bien connu en géographie urbaine pour des activités nécessitant d'importantes capacités de stockage64, pourrait donc s'être opéré vers la fin de l'époque mamelouke, mais ce n'est qu'à l'époque ottomane que des bâtiments spéciaux auraient été consacrés au stockage de ces produits65.

  • 66 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 34.

22Bien que quelques rares bā'ika soient alignées sur les mausolées, la plupart d'entre elles sont situées en avant des monuments religieux de l'époque mamelouke ; actuellement, elles marquent la limite de l'artère centrale du faubourg du Mīdān. En gros, « il apparaît que la grande artère du Mīdān était à l'origine beaucoup plus large qu'elle ne l'est aujourd'hui : une cinquantaine de mètres dans ses parties les plus larges contre une quinzaine de nos jours. Alors que les maisons d'habitation respectent peu ou prou l'alignement défini par les grands monuments, les entrepôts, dont la profondeur moyenne est de 20 mètres environ, ont donc vraisemblablement été construits à des dates postérieures par empiétement sur cette grande voie »66.

23La présence de ces bā'ika "le long de la route du Ḥawrān" est généralement justifiée par les relations commerciales que le Mīdān entretenait avec cette région agricole. Ceci est probable mais il nous paraît important d'apporter deux nuances à cette conception. D'une part, ce faubourg ne s'est pas développé sur la route du Ḥawrān mais sur une des routes du Ḥawrān. D'autre part, on a jusqu'à présent minimisé, sinon occulté, l'importance des relations qu'entretenait Damas avec la Biqā‘, et qui ont certainement contribué à alimenter les bā'ika du Mīdān (ne serait-ce que ponctuellement et probablement en cas de mauvaises récoltes ou de troubles politiques dans le Ḥawrān).

  • 67 Communication verbale de Ḥ. Mogdād, mai 1992.

24Les relations des Damascènes avec la Biqā‘ seront évoquées dans l'étude que nous ferons de leur patrimoine. Pour l'instant, nous voudrions simplement apporter quelques précisions sur cette fameuse "route du Ḥawrān". En effet, une grande partie des céréales de la région étaient rassemblées à Bosra et acheminées vers Damas par la route qui arrive au sud-est de la ville, longe sa muraille méridionale et redescend ensuite dans le faubourg du Mīdān67. "La route du Ḥawrān" ne constitue donc pas un facteur explicatif entièrement satisfaisant en ce qui concerne l'implantation des bā'ika dans le Mīdān puisqu'une partie de la production céréalière du Hawrān arrivait à Damas par une route autre que celle-ci et le long de laquelle les bā'ika ne se sont pas implantées, non seulement parce qu'elle traversait une zone agricole vouée à l'arboriculture et au maraîchage mais aussi, et surtout, parce que les négociants céréaliers étaient, eux, déjà installés dans le faubourg du Mīdān, à proximité de leurs bā'ika qui étaient utilisées en partie pour stocker la production céréalière venue directement du Ḥawrān.

  • 68 Raymond A., Artisans et commerçants, p. 308-309 ; Raymond A., « Les rapports villes-campagnes », p (...)
  • 69 Sauvaget J.,Alep, p. 228.

25Quelle que soit la provenance de ce blé, l'implantation des bā'ika le long de l'artère centrale du faubourg confère toutefois au Mīdān sa spécificité au sein de l'espace urbain et dote Damas d'une particularité parmi les grandes villes ottomanes. En Egypte, par exemple, les céréales, dont une grande partie représentait les impôts en nature dont devaient s'acquitter les populations rurales, étaient acheminées au Caire par voie fluviale, déposées à Būlāq dans des entrepôts (šūna) et transportées ensuite vers la périphérie de la capitale où elles étaient déposées sur des aires encloses (ruq‘a, raḥba, ‘arṣa) situées à proximité des portes de la ville, à Rumayla, Bāb al-lūq, bāb al-Ša‘riyya, et Ḥusayniyya68. Il ne semble pas qu'il existe, au Caire, d'entrepôts semblables aux bā'ika dans un espace précis de la ville mais ce phénomène se retrouve, de manière plus réduite, à Alep où une vingtaine d'entrepôts sont implantés sur une distance d'environ 500 mètres dans le faubourg de bānqūsa69.

26À la différence de la caravane du pèlerinage, dont l'influence sur le développement du Mīdān se devine plus qu'elle ne se manifeste ostensiblement, la commercialisation des céréales a donc profondément marqué la physionomie du faubourg et, comme nous le verrons plus loin, les activités et la richesse de ses habitants. Sous l'influence de ces deux phénomènes, le Mīdān a connu une croissance démographique et une extension topographique.

II – LES RECENSEMENTS OTTOMANS DE LA SECONDE MOITIÉ DU xvie SIÈCLE

  • 70 Lewis B., « Ottoman Land Tenure », p. 109-110.
  • 71 Raymond A., « The Population of Aleppo », p. 448, p. 452.

27Dès le début de l'époque ottomane, des recensements de population sont entrepris par les autorités à des fins fiscales; malgré leurs lacunes, qualitatives et quantitatives, ils nous apportent toutefois un éclairage sur l'importance de la population damascène. Les premiers documents qui nous sont parvenus datent de la seconde moitié du xvie siècle et d'autres existent pour le milieu du xixe siècle; l'absence de recensement aux xviie et xviiie siècles peut s'expliquer, selon B. Lewis, par le relâchement de l'autorité centrale à cette époque70, mais un document reproduit par le chevalier d'Arvieux en 1683 permet à A. Raymond de supposer qu'un recensement fut effectué à Alep à cette époque71.

  • 72 Bakhit M., Ottoman Province, p. 36 ; d'après Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 31.
  • 73 Pascual J.-p., Damas, p. 23; d'après Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 68.
  • 74 Ces recensements (Tapu Defteri) peuvent être consultés aux Archives de la Présidence du Conseil (B (...)

28Le lendemain de l'entrée du sultan Salīm dans Damas, le 2 ramaḍān 922/29 septembre 1516, on procéda au recensement de tous les habitants de la ville72 ; ce premier recensement ottoman, ainsi que celui effectué peu après, au mois de ramaḍan 923/septembre 1517, ne nous sont pas parvenus73 mais nous disposons en revanche de quatre autres recensements qui datent tous du xvie siècle et qui nous permettent de cerner l'importance démographique des différents quartiers de Damas à cette époque74.

  • 75 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49.
  • 76 SĀḤilῙ ŪĠlŪ Ḫ., «Taġayyur», p. 142.
  • 77 Pascual J.-P., Damas, annexe III.
  • 78 Ghazzal Z., Économie politique, p. 33-46.

29Les données enregistrées dans ces Tapu Defteri ont déjà été présentées par M. Bakhit qui indique les totaux de la population de Damas pour les années 950/1543, 955/1548 et 977/156975. À partir d'un recensement postérieur (1005/1596-1597) dont les chiffres globaux ont été publiés par Ḫ. Sāḥili Ūġlū76, J.-P. Pascual donne le détail des chiffres de population concernant chaque quartier de Damas77. Z. Ghazzal a, quant à lui, présenté les résultats de ces mêmes recensements et étudié par ailleurs les données démographiques disponibles pour le milieu du xixe siècle78.

A – NATURE DES INFORMATIONS CONTENUES DANS LES TAPU DEFTERI

  • 79 Selon le droit islamique, la majorité (bulūġ) est déterminée par la puberté ; les chafi‘ites en fi (...)
  • 80 Barkan O., « Essai », p. 14-15, p. 18, p. 22, p. 31 ; Barkan O., « Research », p. 168.
  • 81 Erder L., « The Measurement of Preindustrial Population Changes », p. 291-292.

30Établis à des fins fiscales, les Tapu Defteri mentionnent les catégories sociales suivantes : le personnel religieux (imām, mu'aḏḏin, ḫaṭīb), les foyers (ḫāne) et les célibataires mâles ayant atteint l'âge de la majorité (muğarrad)79. En général, ils ne prennent pas en considération certaines catégories de la population dispensées d'impôts, notamment les militaires et les esclaves80, mais les individus exemptés de certaines taxes peuvent parfois figurer dans ces recensements : il ne s'agit pas simplement de militaires ou de fonctionnaires mais, plus généralement, d'individus, riches ou pauvres, qui bénéficient de l'exemption de ces taxes en retour de services rendus à l'État81. À partir de ces sources, notre connaissance de la population ne peut donc s'élaborer qu'à travers des estimations qui présentent certaines limites, non seulement en raison des incertitudes liées au statut des personnes mentionnées ou non dans ces documents mais aussi à la définition des concepts utilisés.

31Ainsi, deux questions se posent à propos des ḫāne : d'une part, sur quelle définition du ḫāne les autorités ottomanes se fondaient-elles pour établir le recensement de la population imposable et, d'autre part, à partir de cette définition, comment peut-on calculer la taille moyenne d'un ḫāne afin d'obtenir une estimation de la population ?

  • 82 Sur le déroulement de ces recensements à Bagdad et à Ezrurum, cf. Murphey R., « Ottoman Census Met (...)
  • 83 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 31, p. 68.
  • 84 MaḤāsῙnῙ I., Kunnāš, p. 108-109 ; Marino B., Carnet, p. 62-63. Notons que la maison (dār) d'Ismā‘î (...)
  • 85 Laoust H., Les gouverneurs de Damas, p. 218.
  • 86 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 159.

32Tout au long de l'époque ottomane, les notions de bayt/buyūt et de dār/dūr, avec toute l'ambiguīté qu'elles véhiculent, semblent importantes dans les recensements liés aux impôts82. Dès le début de l'époque ottomane, en 922/1516 et 923/1517, Ibn Tūlūn évoque en effet le dénombrement des buyūt/dūr de Damas83. Au milieu du xviie siècle, à la mi-rabī‘ II 1086/début juillet 1675, une entreprise de ce type est de nouveau signalée par Ismā‘īl al-maḥāsinī ; le responsable des finances (bāš daftar) est investi de la mission de dénombrer (taḥrīr) les buyūt de Damas en vue des impôts (‘awāriḍ)84. Deux années plus tard, en 1087/1676-1677, un inspecteur des finances arrive à Damas et recense les buyūt/dūr pour le paiement des ‘awāriḍ85. De même, au début du xviiie siècle, en 1121/1709, les buyūt des Turcomans sont recensées (ḥurrirat) en vue du paiement d'une taxe86. Les notions de bayt/buyūt-dār/dūr pouvant désigner des maisons ou des familles, il n'est pas aisé de déterminer lequel de ces deux critères est pris en considération dans ces opérations.

  • 87 Cook M., Population Pressure, p. 63.
  • 88 Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 15, n. 9 ; Lewis B., « Ottoman Archives », p. 146
  • 89 Raymond A., « The Population of Aleppo », p. 452.
  • 90 Ghazzal Z., Économie politique, p. 34 ; d'après Beldiceanu N. et I., « Qaraman », p. 62.
  • 91 Veinstein G., « La population du sud de la Crimée », p. 230.

33Il semble cependant probable que l'unité considérée dans ces recensements, à travers la notion de ḫāne, soit celle de famille nucléaire, par opposition à celle de muğarrad, homme adulte célibataire. Ainsi, M. Cook considère qu'un ḫāne est défini en terme de statut matrimonial et qu'il n'est pas nécessairement lié au nombre de personnes vivant sous un même toit87 ; selon A. Cohen et B. Lewis, un ḫāne correspond généralement à une famille88 ; la comparaison de diverses sources d'information effectuée par A. Raymond pour Alep (recensements ottomans, récits de voyageurs occidentaux et chroniques locales) montre que les ḫāne correspondent à des unités d'habitation (housing units)89 Z. Ghazzal indique, quant à lui, que le terme de ḫāne est parfois défini sur une base financière ; ainsi, selon N. et I. Beldiceanu, à Qaraman, au xvie siècle, il peut comprendre trois maisons pauvres90. Ces deux conceptions du ḫāne, unité familiale ou unité résidentielle, se retrouvent d'ailleurs parfois utilisées au sein d'un même document ; c'est par exemple le cas au milieu du xvie siècle en Crimée où, selon les recensements étudiés par G. Veinstein, certaines maisons sont enregistrées comme un ḫāne alors que « plusieurs musulmans enregistrés séparément comme autant de ḫāne peuvent cependant être présentés comme habitant une même maison »91.

  • 92 Ataman B., « Ottoman Démographie History », p. 189.

34Par ailleurs, B. Ataman précise que le ḫāne peut recouvrir trois réalités : dans le cas où les veuves et les hommes célibataires sont également pris en considération, le ḫāne désigne un homme marié ; dans le cas où les adultes célibataires ne sont pas enregistrés séparément, ils peuvent être inclus dans un ḫāne ou être considérés comme un ḫāne, et ce terme désigne alors tous les hommes adultes, qu'ils soient mariés ou célibataires92. Cette ambiguīté ne concerne cependant pas les recensements de la population de Damas où sont systématiquement indiqués les ḫāne et les muğarrad.

  • 93 M. Cook utilise le multiplicateur 4,5 (Population Pressure, p. 66 et tables p. 85, p. 90, p. 98) ; (...)
  • 94 Rafiq A.-K., « Maẓāhir sukkāniyya », p. 232 ; Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, (...)

35Du fait de toutes ces incertitudes, les chercheurs qui se sont jusqu'à présent penchés sur la question de l'estimation de la population à partir du nombre de ḫāne ont utilisé des coefficients multiplicateurs variant de 4,5 à 893. En considérant le nombre d'héritiers mentionnés dans les inventaires après décès, il est possible de faire une estimation de la taille des familles. À Damas, au milieu du xviiie siècle et au début du xixe siècle, le nombre moyen d'enfants par famille est voisin de trois ; ce chiffre permet donc de considérer que les familles nucléaires comprenaient en moyenne cinq membres94. L'utilisation du multiplicateur 5 permet ainsi de connaître la population des familles nucléaires imposables, ceci dans l'hypothèse où les enfants mâles ayant atteint l'âge de la majorité sont comptabilisés comme membres de ḫāne et non pas comme muğarrad.

  • 95 G. David, « The Age of Unmarried Male Children ». Nous remercions G. Veinstein d'avoir attiré notr (...)

36En effet, comme le souligne G. David, il serait utile de connaître les conditions dans lesquelles sont enregistrés les adultes célibataires95. Outre la question de l'âge, on peut se demander si la notion de muğarrad concerne uniquement les adultes vivant en dehors d'un toit familial — comme par exemple les migrants nouvellement installés en ville —ou si elle concerne aussi les adultes installés sous le toit de leur père, auquel cas il faudrait éviter de les comptabiliser à la fois comme muğarrad et comme membres d'un ḫāne.

B – LES DONNÉES DE LA SECONDE MOITIÉ DU xvie SIÈCLE

37Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle se produit une redistribution de la population au sein de Damas : alors que l'ensemble de la population urbaine ne cesse de diminuer au cours de cette période, la population du Mīdān augmente, notamment grâce à l'installation de nouvelles populations.

1 — Diminution de la population de Damas

  • 96 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49 ; Ghazzal Z., Économie politique, p. 35 ; Pascual J.-p., Damas,(...)

38Dans l'attente d'informations plus précises sur les notions de ḫāne et de muğarrad, nous présentons dans le tableau suivant les chiffres déjà publiés dans les études antérieures96 en proposant une estimation de la population fondée sur le multiplicateur 7. Celui-ci résulte d'une majoration du multiplicateur 5 destinée à prendre en considération les catégories de populations non mentionnées dans ces documents; en fonction des réserves émises dans le paragraphe précédent, cette estimation doit être considérée comme une estimation maximale de la population damascène.

  • 97 Dans chaque colonne, le premier nombre est celui des ḫāne et le second celui des muğarrad ; l'esti (...)

TABLEAU 8. Estimation de la population de Damas dans la seconde moitié du xvie siècle97

TABLEAU 8. Estimation de la population de Damas dans la seconde moitié du xvie siècle97
  • 98 Barkan O., « Essai », p. 25.

39À l'exception des deux premiers, ces recensements ont été établis à une vingtaine ou une trentaine d'années d'intervalle. Sur l'augmentation rapide de la population entre 950/1543 et 955/1548, on peut avancer les raisons évoquées par O. Barkan : en effet, « cette augmentation ne peut être expliquée par le mouvement général de population » ; «le perfectionnement et l'efficacité des méthodes de recensements [...] doivent avoir leur part dans ce résultat. »98 La population recensée dans le premier document est vraisemblablement sous-estimée si on la compare aux données du document suivant, effectué cinq ans plus tard ; la proximité de ces deux recensements pourrait trouver son explication dans une volonté de réajustement des résultats du premier, effectué dans de mauvaises conditions et jugé peu fiable.

  • 99 Bakhit M., Ottoman Province, p. 52-53.
  • 100 Bakhit M., Ottoman Province, p. 54 ; d'après AnṣārῙ M., Taḏkira, fol. 105.

40Notons toutefois que, dans la première moitié du xvie siècle, se produisent, notamment en 930/1523, en 939/1532 et en 951/1544, des épidémies de peste ; l'importance relativement faible de la population damascène en 950/1543 pourrait en être la conséquence99. Ansārī se souvient d'ailleurs que, cette année-là, lors de la prière dans la Mosquée des Omeyyades, il n'y avait pas suffisamment de personnes pour remplir le premier rang; ceci n'est plus le cas en 997/1588 où il peut difficilement se frayer un chemin dans la mosquée pour pouvoir accomplir sa prière100.

  • 101 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 243-244 ; Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 187-188.
  • 102 Bakhit M., Ottoman Province, p. 53.

41Si le chroniqueur insiste sur l'augmentation de la population entre 950/1543 et 997/1588, les recensements ottomans font apparaître une diminution de celle-ci au cours de cette seconde moitié du xvie siècle : de 65 862 habitants en 955/1548, elle serait passée à 56398 habitants en 1005/1596. À cela plusieurs raisons. Damas connaît, dans le dernier quart du xvie siècle, trois disettes, l'une en 985/1577, l'autre en 990-992/1582-1584 et la dernière en 999-1000/1590-1591 ; malgré les importations de blé en provenance d'Égypte, de Chypre, de Tripoli, de Palestine, de la mer Egée et de la mer Noire, elles ont pu faire de nombreuses victimes101. Certainement plus dévastateur est le tremblement de terre qui se produit à cette époque et qui, selon le poète Muḥammad b. Aḥmad b. Mamayya al-Rūmī (m. 985/1577), détruit Damas102.

  • 103 Barkan O., « Essai », p. 28.

42Alors que la population de la plupart des villes ottomanes ne cesse de croître à cette période, celle de Damas (de même que celle d'Alep) diminue103. Toutefois, ce phénomène ne touche pas l'ensemble des secteurs de la ville.

2 — Augmentation de la population du Mīdān

  • 104 Lors de nos recherches aux Archives de la Présidence du Conseil (Başabakanlik Arşivi) à Istanbul, (...)

43Ces recensements nous informent sur la répartition de la population au sein de l'espace urbain; ils montrent qu'au milieu du xvie siècle, près des deux tiers de la population de Damas résident dans les faubourgs. Bien que cette proportion diminue sensiblement au cours de la seconde moitié du siècle, la population du Mīdān et, dans une moindre mesure, celle de Šāġūr, augmente. De même, dans la ville intra-muros, si la population diminue dans la plupart des quartiers, on remarque une croissance démographique des secteurs chrétiens de bāb Tūmā et de našārā où s'installent une centaine de ḫāne au cours de la seconde moitié du xvie siècle. Avant d'examiner la situation des chrétiens de Damas, il nous faut présenter la population du Mīdān, dont certains membres font partie de cette minorité religieuse104.

  • 105 En 1005/1596 sont mentionnés 50 foyers résidant dans Ḥārat al-Naṣārā, à Bāb al-Mūṣāllā; ils ne son (...)

TABLEAU 9. Estimation de la population du faubourg du Mīdān dans la seconde moitié du xvie siècle105

TABLEAU 9. Estimation de la population du faubourg du Mīdān dans la seconde moitié du xvie siècle105

44L'intérêt de ces chiffres est double; ils montrent en effet l'augmentation absolue et l'augmentation relative de la population du Mīdān dans la seconde moitié du xvie siècle. Si nous procédons à une estimation de cette population, à partir du multiplicateur 7, nous obtenons 8058 habitants au milieu du xvie siècle et 11183 à la fin de celui-ci. Nous remarquons par ailleurs que la population du Mīdān tient une place de plus en plus importante par rapport à celle de l'ensemble de Damas : elle représente 12 % de l'ensemble des ḫāne de la ville en 955/1548-1549 pour atteindre 20 % en 1005/1596-1597.

  • 106 Raymond A., « Rapports villes-campagnes », p. 40.
  • 107 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.
  • 108 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49 ; Ghazzal Z., Économie politique, p. 35-36.
  • 109 Pascual J.-P., Damas, p. 25, p. 27.
  • 110 Raymond A., Grandes villes, p. 219 ; Raymond A., « Alep à l'époque ottomane », p. 97.

45Bien que la population de Damas ait perdu, au cours de la seconde moitié du xvie siècle, 1780 ḫāne, celle du Mīdān s'est en revanche accrue de 411 ḫāne. Cette redistribution de la population au sein de l'espace urbain pourrait être le signe de l'arrivée en ville de migrants qui se seraient installés dans le faubourg. On a suggéré que les flux de population vers les villes « jouèrent sans doute un rôle décisif pour l'entretien du niveau de la population urbaine, et dans certains cas pour sa reconstitution »106. Cette hypothèse est d'autant plus plausible pour le faubourg du Mīdān que la population chrétienne, connue pour être originaire du Ḥawrān107, ne cesse d'augmenter à Damas au cours de cette période : 546 ḫāne en 1543, 704 ḫāne en 1548, 1021 ḫāne en 1569, représentant respectivement 7 %, 7,5 % et 12 % de l'ensemble des ḫāne de la ville108. Si le nombre des ḫāne chrétiens double au cours de cette période, celui des muğarrad quintuple : il est de 31 en 1543, de 96 en 1548, et de 164 en 1569. En supposant que les modalités du recensement des muğarrad sont restées les mêmes, ces chiffres reflètent donc une immigration qui est non seulement le fait de familles mais surtout d'individus. De plus, les chrétiens du Mīdān sont concentrés dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā qui connaît un fort accroissement de population dans la seconde moitié du xvie siècle; il existe en effet, à la fin du xvie siècle, un secteur particulier de Bāb al-Mūṣāllā, appelé Ḥārat al-naṣārā, dans lequel sont recensés une cinquantaine de ḫāne. Si les communautés non musulmanes de Damas — juives et chrétiennes— sont très nettement concentrées dans la ville intra-muros, notamment dans sa partie orientale, les chrétiens sont aussi présents dans la partie septentrionale du Mīdān109 Comme à Alep, il existe dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā une rue appelée Zuqāq al-Arba‘īn ; à Alep, ce quartier passe pour avoir été créé par le sultan Salīm pour permettre l'installation de quarante familles chrétiennes110, et il est fort possible que cela ait été aussi le cas pour Damas.

  • 111 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673-674.
  • 112 Cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān ».

46Dans les années 1930, R. Thoumin note que les chrétiens qui s'installent à Damas sont, pour la plupart, des migrants venus du Ḥawrān; à cette époque, ils s'installent d'abord dans le faubourg du Mīdān, dans des conditions plutôt précaires, puis, dès que leur situation matérielle s'améliore, ils partent résider dans la ville intra-muros111. Les recensements dont nous disposons montrent que, au xvie siècle déjà, le faubourg du Mīdān et le quartier de Bāb Tūmā constituent les deux lieux de résidence des chrétiens dans Damas. Toutefois, nous ne pouvons complètement accréditer, pour l'époque ottomane, le modèle d'intégration proposé par R. Thoumin ; en effet, comme nous le noterons plus loin112, la population chrétienne du Mīdān ne se caractérise pas obligatoirement par sa pauvreté : si certains individus connaissent vraisemblablement des conditions de vie précaires, d'autres possèdent de luxueuses demeures indiquant probablement une installation durable dans le faubourg.

  • 113 Des taxes collectives (māl al-ra‘iyya) étaient généralement prélevées sur les différents groupes d (...)
  • 114 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130.
  • 115 Pascual J.-P., Damas, p. 25.

47Les recensements ottomans du xvie siècle mentionnent également la présence de Turcomans, installés dans Ḥaqlat al-Turkumān ("le Champ des Turcomans"). Dans ces documents, on signale que les Turcomans du Mīdān sont exemptés d'impôts ; il s'agit là d'une mesure fréquente lors des déplacements de population qui sont effectués par les autorités ottomanes dans le but d'assurer la sécurité de certaines régions113. Bien que leur présence dans le Mīdān soit ancienne (elle est déjà signalée, rappelons-le, en 664/1265-1266)114, les autorités ottomanes ont vraisemblablement encouragé leur installation dans ce faubourg115.

48Les divers secteurs du Mīdān connaissent une évolution différente au cours de la seconde moitié du xvie siècle. La croissance de la population du faubourg est surtout sensible dans les quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, où sont recensés 212 ḫāne supplémentaires, et des Qubaybāt, où sont recensés 148 ḫāne supplémentaires; la zone centrale du Mīdān, la plus peuplée des trois, voit son développement se ralentir au cours de cette période, puisque seuls 51 nouveaux ḫāne y sont recensés. Dans la seconde moitié du xvie siècle, les deux espaces dynamiques du faubourg sont donc le nord et le sud ; la zone centrale ne croît pas davantage au cours de cette période ; son véritable développement est vraisemblablement postérieur.

  • 116 Raymond A., « Signes urbains », p. 191.

49Les ḥammām peuvent constituer un indicateur de l'importance et de l'évolution démographique des grandes villes ottomanes : « On peut raisonnablement avancer que dans les grandes villes de l'Empire ottoman, entre le xvie et le xixe siècle, un bain correspondait, en gros, à une population variant entre 3 et 5 000 habitants, un bain pour 4 000 habitants constituant un chiffre moyen. »116.

50Au xvie siècle, chacune des trois zones du Mīdān est dotée d'un ou de plusieurs ḥammām : Ḥammām Sunqur à Bāb al-Mūṣāllā, Ḥammām Mawṣilī et Ḥammām Rifā‘ī dans le Mīdān, Ḥammām al-Darb dans les Qubaybāt. Le critère démographique proposé par A. Raymond peut s'appliquer au Ḥammām Sunqur de Bāb al-Mūṣāllā, quartier comptant près de 4 000 habitants à la fin du xvie siècle. En ce qui concerne la zone centrale du Mīdān, la plus peuplée des trois, nous trouvons en revanche deux ḥammām, le Ḥammām Mawṣilī et le Ḥammām Rifā‘ī, pour environ 4 000 habitants. Les habitants des Qubaybāt sont en revanche moins nombreux, entre 2 000 et 3 000, mais ils disposent aussi d'un ḥammām. Dans cet espace en cours d'urbanisation, vraisemblablement constitué de noyaux urbains éloignés les uns des autres, les ḥammām pourraient avoir été édifiés pour assurer l'autonomie de ces diverses agglomérations sans correspondre pour autant aux critères démographiques observés dans un milieu urbain constitué.

  • 117 Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche X.
  • 118 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.
  • 119 Sauvaire H., Description de Damas, p. 467.
  • 120 Raymond A., « Alep à l'époque ottomane », p. 97.

51Malgré leurs lacunes et leurs imperfections, les données des recensements ottomans du xvie siècle nous permettent d'affiner les hypothèses de J. Sauvaget qui situe vaguement la croissance de ce faubourg entre le xvie et le xixe siècle117. A la lumière de ces documents, et malgré certaines considérations selon lesquelles « le faubourg du Midan, au début du xvie siècle, n'existait pas encore »118, il apparaît que cette croissance était déjà bien avancée au milieu du xvie siècle. À cette époque, le Mīdān était d'ailleurs déjà considéré comme «un grand et florissant quartier »119 et, comme cela a été observé pour Alep, il semble qu'une bonne partie de l'expansion du faubourg « était réalisée dès la fin du xvie siècle, les siècles suivants ayant sur ce point complété l'urbanisation réalisée dès avant 1600 »120.

III – LOTISSEMENTS ET ARCHITECTURE MONUMENTALE AU xviiie SIÈCLE

52À une époque que nous ne sommes pas en mesure de dater avec précision mais que l'on peut situer vers le xviiie siècle, l'extension du Mīdān se réalise par la constitution de deux lotissements entre les divers pôles déjà urbanisés. L'édification de ḥammām nous permet de situer, dans le temps et dans l'espace, les étapes de la croissance de ce faubourg. Plusieurs mosquées existent par ailleurs dans les Qubaybāt ; nous ignorons la date de leur construction mais les dates inscrites sur les fontaines qui les équipent indiquent qu'elles existaient sans doute déjà au début du xixe siècle.

A – LES LOTISSEMENTS

  • 121 Raymond A., Grandes villes, p. 217-221.

53La création de lotissements est une des modalités de la croissance des grandes villes arabes à l'époque ottomane; ce phénomène s'observe en effet au Caire, à Alep et à Damas121. Dans le faubourg du Mīdān existent deux lotissements, l'un dans la circonscription de Sūq al-Mīdān et l'autre dans la circonscription de Ḥaqla.

54Le lotissement de Sūq al-Mīdān (circonscription de Sūq al-Mīdān), situé au nord de la Mosquée Manğak, est composé de demeures construites de part et d'autre de cinq rues parallèles, larges de quatre à cinq mètres, et distantes les unes des autres d'environ quarante mètres : Zuqāq al-Qurašī, Zuqāq al-Ğawra, Zuqāq al-‘Askarī, Zuqāq al-Maḥmaṣ, Zuqāq al-Ğāmi‘. Étendu sur une distance de 300 mètres d'est en ouest, et de 175 mètres du nord au sud, il couvre une superficie de 5 hectares et se compose de deux parties : une partie orientale (3 hectares) composée de grandes parcelles (400 mètres carrés) et une partie occidentale (2 hectares) composée de parcelles plus petites (200 mètres carrés). La porte d'entrée de chacune des demeures de ce lotissement donne directement sur les rues mentionnées précédemment.

  • 122 Selon J.-L. Arnaud, ce type d'agencement est en "poêle à frire": l'impasse conduisant à la maison (...)

55Le lotissement de Ḥaqla (circonscription de Ḥaqla) s'étend quant à lui sur 300 mètres du nord au sud et sur 150 mètres d'est en ouest ; couvrant une superficie de 4,5 hectares, il abrite des demeures dont la superficie est en moyenne de 300 mètres carrés. Il est délimité à l'est par Zuqāq al-Qabw et à l'ouest par Zuqāq al-Dawsa ; du nord au sud, il est délimité par quatre rues : Zuqāq al-Ḥaqla, Zuqāq al-Qabw (perpendiculaire à la rue du même nom), Zuqāq al-Ḥammām (Ḥammām ‘Aqīl), Zuqāq al-Turba (Turbat al-Ğawra). Les deux rues médianes, Zuqāq al-Qabw et Zuqāq al-Ḥammām scindent ce lotissement en trois ilôts de 100 mètres sur 150 mètres, et chacun de ces trois ilôts est partagé en son milieu, soit d'est en ouest, soit du nord au sud, par une longue impasse : Zuqāq al-Bayraqdār, Zuqāq al-Ḥandaq et Zuqāq al-Ḥammām. Dans ce lotissement, l'accès d'une demeure sur deux se fait par une impasse qui conduit directement, et seulement, à la demeure en question122.

56La date de la mise en place de ces deux lotissements est très hypothétique, notamment en ce qui concerne le lotissement de Ḥaqla.

  • 123 Maury B., « La maison damascène », p. 5.
  • 124 Cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān », chapitre sur la famille Mawṣ (...)

57Dans une demeure du lotissement de Sūq al-Mīdān, une inscription de 1161/1748 permet de supposer que ce lotissement fut construit vers le milieu du xviiie siècle. Les membres de la famille ‘Àbid, propriétaires de cette maison, appartiendraient à une ancienne tribu bédouine qui, en échange de sa docilité, aurait bénéficié des largesses du gouverneur As‘ad Pacha al-‘Aẓm ; celui-ci leur aurait attribué des terres à proximité de la ville, notamment dans le Mīdān, en les chargeant d'y assurer la sécurité123. Comme nous le détaillerons plus loin, plusieurs documents d'archives reflètent un certain dynamisme dans l'équipement commercial de cette partie du Mīdān au milieu du xviiie siècle124 : maisons et boutiques constituent ainsi les divers éléments d'un aménagement au sein du faubourg à cette époque.

  • 125 Une inscription porte la date de 1051/1641 et une autre celle de 1240/1824 ; cf. programme de l'IF (...)

58Le lotissement de Ḥaqla, quant à lui, est vraisemblablement situé sur l'emplacement du secteur de Ḥaqlat al-Turkumān mentionné dans les recensements ottomans de la fin du xvie siècle, mais rien ne prouve que le lotissement existait déjà à cette époque. Bien qu'une inscription trouvée dans une maison date du milieu du xviie siècle, nous ne pouvons certifier qu'il s'agisse là de la date de constitution de l'ensemble du lotissement car une date beaucoup plus tardive, évoquant le début du xixe siècle, est mentionnée dans une autre maison125. Par ailleurs, le principal équipement de ce secteur, le Ḥammām ‘Aqīl, fut édifié au début du xixe siècle, et ceci peut suggérer que la mise en place du lotissement date aussi de cette époque. Les informations contenues dans les quelques documents d'archives que nous avons trouvés sur le secteur de Ḥaqla ne nous permettent pas de trancher cette question.

  • 126 L'hypothèse selon laquelle le toponyme Zuqāq al-‘Askarī ferait référence aux fonctions policières (...)
  • 127 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 311.

59Nous ne disposons par ailleurs d'aucune information sur les modalités de la constitution de ces lotissements; nous ignorons en particulier s'ils furent implantés dans des zones exemptes de toute construction ou s'ils furent édifiés sur l'emplacement d'anciens noyaux urbains qui auraient été détruits pour leur laisser place. Rien ne nous permet de penser qu'il existait un noyau urbain important avant l'implantation du lotissement de Sūq al-Mīdān mais certaines de ses rues, comme Zuqāq al-‘Askarī, sont déjà mentionnées dans le recensement de la fin du xvie siècle126. Dans le cas du lotissement de Ḥaqla, aucune des rues mentionnées précédemment ne se retrouve dans les documents d'archives du milieu du xviiie siècle et du premier quart du xixe siècle, mais cela ne prouve pas leur inexistence. Nous savons, par les recensements ottomans qui les mentionnent à la fin du xvie siècle, et par Ibn Kannān qui les appellent Ḥaqlagiyya, que des Turcomans étaient installés dans cette zone depuis longue date : en 1132/1719, le chroniqueur précise en effet que certains d'entre eux étaient installés dans le faubourg depuis près d'un siècle127 mais rien ne nous permet de penser qu'ils demeuraient déjà à cette époque dans un lotissement. Leur présence, signalée au milieu du xiiie siècle par leurs coupoles (qibāb al-Turkumān), était sans doute inscrite, dès la fin du xvie siècle, dans un tissu urbain qui laissa place, plus tardivement, au lotissement que nous connaissons.

B - MOSQUÉES, FONTAINES ET ḤAMMᾹM

60Outre l'implantation de ces deux lotissements, le faubourg du Mīdān continua à s'équiper, à l'époque ottomane, de monuments religieux et de bâtiments à fonction économique ou sociale.

  • 128 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 80.

61Fatḥī Efendī al-Falāqinsī, le responsable des finances (daftardār) de Damas au milieu du xviiie siècle, joua un rôle important dans l'architecture urbaine de cette époque ; il construisit notamment une madrasa dans le quartier de Qaymariyya, situé dans la ville intra-muros, aménagea un trottoir sur le chemin de Sālihiyya, et restaura les deux minarets de la Takiyya Sulaymāniyya qui avait été détruits lors d'un tremblement de terre. Dans le Mīdān, ses interventions eurent plus d'impact sur la vie sociale : il y construisit un café et un ḥammām avant d'être exécuté par le gouverneur As‘ad Pacha al-‘Azm en 1746128.

62Les trois ḥammām du Mīdān qui datent de l'époque ottomane, le Ḥammām Rifā‘ī (xvie siècle), le Ḥammām Fathī (xviiie siècle) et le Ḥammām ‘Aqīl (xixe siècle) répondent sans doute à un accroissement de la population dans ce secteur. Ils comblent ainsi un vide puisque, à l'exception du Ḥammān Mawṣilī, les ḥammām construits jusqu'alors dans le Mīdān l'avaient été dans les parties septentrionales et méridionales du faubourg. Si l'on considère que la population du faubourg du Mīdān s'est accrue d'une dizaine de milliers d'habitants entre la fin du xvie et la première moitié du xixe siècle, la construction du Ḥammām Fatḥī et du Ḥammām ‘Aqīl, à proximité ou au sein des deux lotissements, trouve donc sa justification démographique.

  • 129 Ṭalas M., Ḏayl, p. 192-193, 195, 199-200, 204, 206-207, 209, 211-212, 216- 218, 220-222, 230, 233- (...)

63Dans une recension contemporaine des monuments religieux du Mīdān, une quarantaine de mosquées et d'oratoires sont pris en considération129 ; si cette recension a le mérite de montrer la densité de l'équipement religieux du faubourg du Mīdān, elle donne cependant peu d'informations sur la date de construction des différents monuments dont la plupart sont signalés comme de petits bâtiments. La première grande mosquée ottomane construite dans le faubourg du Mīdān est, si l'on en juge par la date de construction du ḥammām qui la jouxte, la Mosquée Rifā‘ī ; le noyau initial de ce complexe fut sans doute la zāwiya Rifā‘iyya, dont l'existence est attestée, comme nous l'avons signalé, à l'époque mamelouke.

  • 130 Ṭalas M., Ḏayl, p. 243.
  • 131 Ṭalas M., Ḏayl, p. 239.
  • 132 Ṭalas M., Ḏayl, p. 222.
  • 133 Programme de l'IFEAD « Damas extra-muros », visite du 22/4/86.
  • 134 92/18/55.

64Au xixe siècle, plusieurs fontaines (sabïl, Sàqiyya) équipent des mosquées dont nous ignorons la date exacte de construction. Ainsi, la Sàqiyya de la Mosquée de Qā‘a est datée de 1214/1799-1800130 et celle de la Mosquée ‘Abd al-Raḥmān de 1220/1805131 ; le sabīl de la Mosquée al-Saḫḫāna est quant à lui daté de 1222/1807132 ; la Mosquée d'al-Šayḫ Ya‘qūb, située juste en face du lotissement de Ḥaqla, fut dotée d'un sabīl par Ṭālib b. Muḥammad Aġā ‘Aqīl, le fondateur du ḥammām, en 1232/1816133, mais nous savons que cette mosquée existait déjà en 1150/1738134.

65Plusieurs cafés sont également construits dans le Mīdān à l'époque ottomane. Étroitement lié à l'évolution des mentalités, ce type d'établissement ne peut être considéré comme un véritable indicateur de la croissance urbaine ; nous ne les présenterons donc pas dans ce paragraphe mais dans celui consacré aux activités pratiquées dans le faubourg.

  • 135 Ceci est également suggéré par R. Thoumin pour qui l'extrémité du Mīdān « offre le caractère d'une (...)

66Ces diverses informations nous permettent ainsi d'établir que la croissance du faubourg du Mīdān ne s'est pas effectuée de manière linéaire et continue du nord vers le sud135.

67Au début du xiiie siècle, la construction de la Mosquée du Mūṣāllā est la principale opération architecturale qui ait été réalisée dans le secteur septentrional du faubourg où se trouvent par ailleurs plusieurs bâtiments destinés à l'accueil des hommes et au stockage des marchandises. Dès la fin du xiiie siècle, l'implantation des zāwiya Mawṣiliyya joue un rôle très important dans la constitution de noyaux urbains au sud de cet espace. Au début du xive siècle, une petite agglomération existe déjà dans la partie méridionale du faubourg actuel, autour de la Mosquée Karīm Al-dīn. Au cours de ce siècle s'implantent des mausolées mamelouks le long de la route. À cette époque est attestée l'existence de la zāwiya Rifā‘iyya dans un secteur qui sera mis en valeur dans le courant du xvie siècle par la construction de la Mosquée Rifā‘ī et du Ḥammām Rifā‘ī. Comme le xve siècle, le xviie siècle demeure une période obscure pour notre connaissance de la croissance urbaine du faubourg du Mīdān (et de Damas en général) : les sources écrites sont rares et les vestiges architecturaux pratiquement inexistants. Au milieu du xviiie siècle, la construction d'un lotissement, d'un café et d'un ḥammām, en face du complexe Rifā‘ī, montre le développement du secteur central du faubourg, peut-être sur l'emplacement d'un noyau urbain déjà existant. Au début du xixe siècle, quatre mosquées des Qubaybāt sont équipées de fontaines et la construction de bā'ika le long de la route achève, dans ses grandes lignes, la constitution du tissu urbain du faubourg autour d'un noyau datant du xive siècle, les Qubaybāt. L'époque de la mise en place du lotissement de Ḥaqla demande quant à elle à être précisée.

IV – LES DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES ET FISCALES DU MILIEU DU xixe SIÈCLE

  • 136 Le pachalik de Damas aurait compté, à cette époque, 1 200 000 habitants; cf. Volney, Voyage, p. 35 (...)

68L'étude démographique de la population damascène souffre, comme nous l'avons signalé, de l'absence de recensement jusqu'au milieu du xixe siècle. De même, nous ne disposons d'aucun récit de voyageur nous permettant de cerner l'évolution de cette population aux xviie et xviiie siècles; à notre connaissance, seul Volney, en 1784, propose une estimation démographique mais elle concerne l'ensemble du pachalik de Damas et non la ville elle-même136.

  • 137 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 188.
  • 138 Robinson G., Voyage en Palestine et en Syrie, p. 304.
  • 139 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 140.

69Les estimations démographiques sont en revanche plus fréquentes chez les voyageurs du xixe siècle : au début des années 1830, M. Michaud et M. Poujoulat évaluent la population de Damas à 130 000 habitants environ137 ; en 1838, « la population totale de Damas est estimée à cent vingt ou cent cinquante mille âmes » par G. Robinson138 ; dans la seconde moitié du xixe siècle, cette population est évaluée à 140 000 habitants par Laorty-Hadji en 1854 et par Lortet en 1884139.

  • 140 Bowring J., Commercial Report, p. 4.
  • 141 Archives des affaires étrangères, correspondance consulaire et commerciale, dépêche de Beaudin, «  (...)

70Des statistiques sont également élaborées par des Occidentaux en poste à Damas; vers 1840, J. Bowring considère que la population damascène est légèrement inférieure à 80 000 habitants mais il s'agit là d'une sous-estimation calculée à partir des adultes mâles imposables sur la base du multiplicateur 3,5140 ; en 1842, Beaudin, interprète chancelier au consulat de France à Damas, estime la population de cette ville à 112 500 habitants141.

  • 142 Sur l'i'āne, cf. Ghazzal Z., Économie politique, p. 39-41 ; Rafiq A.-K., « Land Tenure Problems », (...)
  • 143 Archives « Mağlis Wilāyat Dimašq », 65/94, 16 ḏū al-ḥiğğa 1260/27 décembre 1844 ; document cité pa (...)

71On dispose par ailleurs des sommes perçues en 1843-1844 au titre de l'i‘āne, impôt sur les adultes de sexe masculin créé par les Égyptiens et perçu dans le cadre du lieu d'habitation142. Cet impôt, dont on connaît le montant pour chaque ṯumn ("huitième" de la ville), permet la collecte de près d'un million de piastres à Damas en 1843-1844143.

  • 144 D'après Ghazzal Z., Économie politique, p. 40.

TABLEAU 10. Répartition de l'impôt de l'i‘āne par secteurs de Damas en 1259-1260/1843-1844 (en piastres)144

TABLEAU 10. Répartition de l'impôt de l'i‘āne par secteurs de Damas en 1259-1260/1843-1844 (en piastres)144

72En supposant que les estimations de Beaudin soient correctes, nous remarquons, dans le tableau suivant, que les sommes moyennes payées par les musulmans, les chrétiens et les juifs sont très différentes.

  • 145 D'après Ghazzal Z., Économie politique, p. 38, p. 40.

TABLEAU 11. Sommes versées au titre de l'i‘āne par les musulmans, les chrétiens et les juifs de Damas en 1843-1844 (en piastres)145

TABLEAU 11. Sommes versées au titre de l'i‘āne par les musulmans, les chrétiens et les juifs de Damas en 1843-1844 (en piastres)145

73D'après ce tableau, la part payée par les chrétiens (18 %) et les juifs (10 %) est supérieure à leur importance démographique (11 % et 4 %). Si l'on rapporte la valeur totale de l'i'āne versée par ces trois catégories de population à leur effectif global, on obtient le montant de l'impôt versé en moyenne par chaque individu : un chrétien payait, en moyenne, deux fois plus, et un juif trois fois plus qu'un musulman. En raison des incertitudes liées aux modalités de la perception de l'i‘āne, nous ne pouvons toutefois pas conclure que ces sommes constituent des indicateurs de la richesse de ces diverses catégories de population.

74Par ailleurs, à partir de la valeur moyenne de l'i‘āne par individu et de la valeur globale de l'i‘āne versée par chaque ṯumn, nous ne pouvons donner qu'une estimation très approximative de la population de chaque ṯumn. En effet, au cas où le montant de l'i‘āne serait fonction de la richesse de chaque individu, nous ne devons pas oublier que, comme nous le montrerons dans notre étude des patrimoines, les divers secteurs de la ville présentent des caractéristiques socio-économiques très différentes. En dépit de ces incertitudes, tentons toutefois, à partir des données présentées ci-dessus, de proposer une estimation de la population du Mīdān dans les années 1840.

  • 146 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178-179 ; d'après Aḥzān, f. 102.

75La valeur de l'i‘āne versée par les habitants musulmans du faubourg du Mīdān est de 144 000 piastres; considérant que chaque individu paie en moyenne 7,61 piastres, nous pouvons estimer la population musulmane du Mīdān à 18 922 individus. La valeur de l'i‘āne versée par la population chrétienne du faubourg est, quant à elle, de 24 340 piastres; considérant que la valeur de l'i‘āne est en moyenne de 14 piastres pour un chrétien, nous pouvons évaluer cette population à 1 738 individus. Cette estimation confirme d'ailleurs le nombre avancé pour 1860 : un texte de cette époque signale en effet qu'une communauté chrétienne, forte de deux mille personnes, vivait dans le Mīdān146. La population du faubourg du Mīdān dans les années 1840 comprendrait ainsi 20 635 individus; elle aurait donc pratiquement doublé depuis la fin du xvie siècle.

76D'après les données démographiques dont nous disposons, il apparaît ainsi que la population du Mīdān est déjà relativement importante au milieu du xvie siècle (environ 8 000 habitants) et qu'elle connaît une augmentation dans la seconde moitié de celui-ci (environ 11 000 habitants à la fin du xvie siècle). Selon nos estimations, quelques peu biaisées par la nature des données à partir desquelles elles ont été effectuées, cette population aurait doublé en deux siècles et demi (environ 20 000 habitants au milieu du xixe siècle).

V – L'EXTENSION TOPOGRAPHIQUE

  • 147 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20.

77Comme le note J. Sauvaget, les Qubaybāt constituaient encore au début du ixe/xve siècle, en 834/1431, une agglomération distincte de Damas147 ; elles ne furent intégrées à la ville que plus tard, sous l'effet de la croissance urbaine. Si l'intégration des Qubaybāt dans le tissu urbain de Damas peut être effectivement considérée comme un point de repère quant à la croissance de la ville, il nous semble que leur localisation, telle que la propose J. Sauvaget dans les « Décrets mamelouks de Syrie », est critiquable. Après avoir apporté quelques précisions à ce sujet, nous montrerons comment le faubourg du Mīdān, sous l'effet de la croissance urbaine, tend peu à peu à représenter, à travers les toponymes utilisés par les chroniqueurs et par les scribes du tribunal, une entité spatiale.

A - DES "COUPOLES" AUX "QUBAYBᾹT"

  • 148 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », carte p. 19.
  • 149 Cf. par exemple Ibn KaṮīr‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 86, p. 97, p. 116, p. 198, p. 206, p. 251.

78J. Sauvaget situe les Qubaybāt entre la Mosquée Manğak et le maydān al-Ḥaṣā148. La présence de coupoles, signalées dans ce secteur au milieu du xiiie siècle par Nuwayrī, tendrait à confirmer cette localisation. Toutefois, selon nous, cet espace correspond sans doute à un lieu d'installation primitif de coupoles mais pas obligatoirement à l'agglomération des Qubaybāt. Car ce toponyme est aussi utilisé, dès le début du xive siècle, pour désigner un espace situé à l'extrémité méridionale de l'actuel faubourg du Mīdān : à cette époque, la Mosquée Karīm al-Din est en effet explicitement localisée aux Qubaybāt149.

  • 150 Traduction de Sauvaire H., Description de Damas, II, p. 293, n. 20.

79À notre avis, l'expression « aux Qubaybāt, entre la Mosquée Manğak et le maydān al-Ḥaṣā », telle que l'utilise, au xvie siècle, ‘Ilmawī150, ne doit pas être entendue stricto sensu ; elle pourrait désigner vaguement la direction du sud, le secteur compris « entre la Mosquée Manğak et le maydān al-Ḥaṣā » ne constituant en fait qu'une partie des Qubaybāt. En effet, comme l'indiquent les sources mameloukes du xive siècle, le toponyme Qubaybāt désignait déjà à cette époque un espace situé dans la partie méridionale du faubourg actuel. Pour une période postérieure, il apparaît, à travers les documents d'archives du milieu du xviiie siècle, que les rues rattachées au quartier des Qubaybāt sont alors localisées au sud de la zone en question. De plus, les coupoles existant actuellement dans le faubourg sont toutes situées au sud de cette zone. Bien entendu, ces deux éléments, actes juridiques et vestiges architecturaux, ne constituent pas une preuve de la localisation des Qubaybāt à l'époque médiévale (l'espace désigné par ce toponyme aurait pu en effet s'étendre au cours des siècles) ; ils viennent seulement corroborer les indications toponymiques mentionnées dans les sources mameloukes.

  • 151 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20, n. 2. Cette mosquée est d'ailleurs parfois même désigné (...)

80Par ailleurs, J. Sauvaget considère que la Mosquée Manğak et le Ḥammām Rifā‘ī permettent de définir l'espace social de cet ancien village que sont les Qubaybāt. Or, ces deux monuments sont postérieurs aux mentions des Qubaybāt que nous avons pu repérer dans les sources mameloukes : la Mosquée Manğak fut en effet construite à la fin du viiie/xive siècle et le Ḥammām Rifā‘ī au xe/xvie siècle. À notre sens, les monuments qui permettent de définir l'espace social des Qubaybāt sont la Mosquée Karīm Al-dīn (mais J. Sauvaget n'avait pu la « retrouver sur le terrain »151) et le Ḥammām al-Darb, construits tous deux au viiie/xive siècle.

B - UNE ENTITÉ SPATIALE

  • 152 Ibn ṮŪlŪn M., Mufākaḥa, I, p. 191, p. 282.
  • 153 ḪiyĀrῙ I., Tuḥfat al-udabā' 96 ; RiḤĀwῙ ‘A.-Q. « Riḥlat-al-Ḫiyārī », p. 10.
  • 154 MahāsinῙ I., Kunnāš, p. 102 ; Marino B., Carnet, p. 90.
  • 155 Pococke R., A Description of the East, p. 118.
  • 156 Kremer A. von, Topographie, p. 21. D'ailleurs, au cours de la seconde moitié du xviiie et au début (...)

81Comme nous l'avons noté, la construction d'une porte dans le secteur des Qubaybāt montre, à la fin du xve-début du xvie siècle152, l'intégration de cet espace à la ville dès la fin de l'époque mamelouke. Cette porte, qui pourrait être celle de Bāb Allāh, est évoquée par quelques voyageurs qui visitent Damas à l'époque ottomane : ainsi, un habitant de Médine, al-Šayḫ Ibrāhīm al-Ḫiyārī, précise qu'elle est ouverte lors de son arrivée dans la ville en 1669153. Les personnages importants qui quittent Damas sont, quant à eux, raccompagnés jusqu'à Bāb Allāh qui constitue la limite de l'espace urbain154. D'ailleurs, au milieu du xviiie siècle, R. Pococke remarque que les faubourgs sont plus grands que la ville et qu'ils s'étendent jusqu'à Bāb Allāh155. À la fin du xixe siècle, A. von Kremer signale que cette porte se trouve à proximité de la zāwiya Sa‘diyya et qu'elle marque la fin du faubourg du Mīdān ; bâtie en pierres et pourvue de meurtrières dans sa partie supérieure, elle est flanquée d'un poste de garde, mais l'observateur est quelque peu sceptique sur sa capacité à protéger la ville : il prétend en effet qu'elle pourrait être détruite par quelques boulets de canons156.

  • 157 Laoust Ḥ., Les gouverneurs de Damas, p. 207.
  • 158 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 167. En 1884, I. Burton (The Inner Life, p. 55) signale que cette route a (...)
  • 159 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 214-215.
  • 160 ‘ABD Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 134. De même, en Occident médiéval, « pour recevoir dignement le roi, on s'at (...)

82Cette porte représente, aux siècles suivants, la limite d'un espace qui tient une place importante dans les préoccupations des divers gouverneurs de Damas. Ceci se manifeste par des travaux lancés à leur initiative. Ainsi, en 1048/1638-1639, Kuğuk Pacha fait restaurer le pavement de la chaussée depuis la Mosquée Sināniyya jusqu'à Bāb Allāh157. En 1165/ 1751-1752, As‘ad Pacha al-‘Aẓm en fait de même depuis Bāb al-Mūṣāllā jusqu'à Bāb Allāh158. On peut douter que ces travaux aient été destinés à améliorer le cadre de vie des habitants du faubourg; ils sont plus vraisemblablement justifiés par le passage de la caravane du pèlerinage dont le gouverneur de Damas est alors responsable. Quoi qu'il en soit, les propos du chroniqueur reflètent l'extension du faubourg jusqu'à Bāb Allāh et d'ailleurs, lors de l'attaque lancée contre le Mīdān au mois de rabī‘ II 1171/décembre 1757-janvier 1758, le gouverneur et son armée font des victimes « jusqu'à ce qu'ils aient dépassé Bāb Allāh »159. L'itinéraire depuis Bāb Allāh jusqu'aux murailles de la ville est aussi un espace sur lequel s'exprime la joie populaire de voir arriver un nouveau gouverneur. Ainsi, en l'honneur de Kunğ Yūsuf Pacha, au mois de rabī‘ II 1222/juin 1807, on décore Damas « depuis Bāb Allāh »160.

  • 161 313/152/442 ; 313/160/468 ; 313/222/638.

83D'autres portes existent également dans le Mīdān. Dans les années 1827-1830, nous trouvons ainsi mention, dans les documents d'archives, de Bawwābat al-Ziftiyya, située à proximité de Zuqāq al-Ğawra et de Zuqāq al-Maslaḫ161. Une carte dressée en 1919 par l'Armée Française du Levant témoigne également de l'existence d'autres portes situées sur les bordures extérieures du faubourg, donnant ainsi accès à la campagne : dans la partie centrale du faubourg, à l'ouest, se trouve la « Porte el-Hatab », et à l'est la « Porte el-Juwaniya » et la « Porte Fesiliya ». Nous ignorons à quelle date ces portes furent construites.

  • 162 297/368/799.
  • 163 .313/62/184.
  • 164 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 102.
  • 165 Thoumin R., Géographie humaine, p. 259.

84Nous trouvons également mention de portes situées au sein du faubourg et donnant accès à des quartiers particuliers. En 1820-1830, deux rues du lotissement de Sūq al-Mīdān, Zuqāq al-Maḥmas162 et Zuqāq al-'Askarī163, en sont pourvues. De même, dans les années 1930, R. Thoumin signale l'existence, à Bāb al-Mūṣāllā, de trois portes au nord, à l'est et au sud du quartier; celle du nord, qui existe encore à cette époque, est fermée vers neuf heures du soir164. Il mentionne également l'existence, dans le secteur central du faubourg, de cinq portes que l'on ferme vers dix heures du soir165 et dont certaines sont vraisemblablement celles que nous avons citées plus haut ; les vestiges des portes de Zuqāq al-Qurasī et de Zuqāq al-Ğawra sont d'ailleurs encore visibles de nos jours.

  • 166 Raymond A., Grandes villes, p. 138-139.
  • 167 Raymond A., Grandes villes, p. 136.
  • 168 Raymond A., « Espaces privés et espaces publics », p. 196. Sur ce personnage, cf. également Cohen (...)

85Délimités par des portes, ces quartiers sont placés sous la responsabilité d'un gardien ; leur fermeture, la nuit, ou en cas de troubles, assure la sécurité de leurs habitants166. Ils sont administrés par des šayḫ de quartiers « habituellement choisis parmi des familles notables du quartier, par les habitants eux-mêmes, avec intervention éventuelle de l'autorité »167. Ce personnage « joue le rôle d'intermédiaire entre l'administration de la ville et les sujets » ; « à la fois porte-parole de la population du quartier et représentant du pouvoir », il « est chargé de lever les taxes qui pèsent sur les habitants du quartier, de répercuter auprès de ses administrés les décisions de l'autorité, d'assurer l'ordre dans le quartier »168.

Carte 2 : Quelques portes mentionnées dans le Mīdān.

  • 169 109/118/226.
  • 170 130/221/452 ; 130/230/466 ; 130/230/468.
  • 171 123/316/415.
  • 172 313/5/8 ; 313/84/252 ; 313/92/275 ; 313/282/799 ; 313/325/916.
  • 173 297/109/264 ; 297/134/313 ; 297/302/658 ; 297/355/766 ; 313/12/33 ; 313/323/911 ; 313/335/937 ; 31 (...)
  • 174 297/303/662.
  • 175 297/217/485 ; 297/346/745.
  • 176 297/225/502.
  • 177 Johansen B., « Urban Structures », p. 97-98.

86Parmi les constructions, plusieurs jardins (bustān) existent encore dans le Mīdān aux xviiie et xixe siècles ; ils sont mentionnés dans le voisinage des maisons faisant l'objet de transactions dans le faubourg. En 1742-1752, un jardin est signalé à Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Ğuwwānī169 ; un autre est mentionné dans le Mīdān, Zuqāq al-Qubba al-Bayḍā'170, et un autre dans les Qubaybāt, dans le Ḥawš al-Iqmīm171. Dans les années 1820-1830, plusieurs jardins sont signalés à Bāb al-Mūṣāllā; certains d'entre eux sont situés Zuqāq al-Maṣbana ou Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā'172. Dans le Mīdān, on en trouve plusieurs ; certains sont situés à proximité du Mausolée d'Abū al-Burġul, Zuqāq al-Mawṣilī ou Zuqāq al-Ṭāli‘173. Dans les Qubaybāt, un jardin est situé Zuqāq al-mā'174, et dans le secteur de Ḥaqla sont plantés des abricotiers, des grenadiers, des pommiers, des pruniers, des noyers et des peupliers175 ainsi que des oliviers176. Ces divers jardins ne constituent toutefois que des espaces intersticiels dans le tissu urbain et le Mīdān peut être considéré, à cette époque, comme un faubourg de la ville jusqu'à Bāb Allāh; au-delà de ce point s'étend le finā', terme désignant l'espace compris entre les constructions urbaines et les terres agricoles177.

C – ÉVOLUTION DE LA PERCEPTION DE L'ESPACE

87Au sein même du faubourg, il est intéressant de noter une évolution dans la perception de l'espace entre la première moitié du xviiie siècle et le premier tiers du xixe siècle ; il semble en effet que le terme de Qubaybāt, aujourd'hui ignoré par la plupart des habitants du quartier, ait commencé à tomber en désuétude au début du siècle dernier. Dans nos documents d'archives, les secteurs de Ḥaqla, Sāha et Qā‘a, jadis apparentés aux Qubaybāt, sont en effet souvent rattachés, à cette époque, au quartier du Mīdān. Ce changement de dénomination reflète vraisemblablement une évolution dans la perception de l'espace : le Mīdān, jusqu'aux Qubaybāt, commence à être perçu comme une entité, sans doute à la faveur de la croissance urbaine de l'ensemble de cette zone.

  • 178 Cf. supra, « Les données démographiques et fiscales du milieu du xixe siècle », tableau de la répa (...)

88La constitution de cette entité se perçoit dans le fait qu'un seul toponyme (Mīdān) tend peu à peu à désigner un espace dont le fractionnement s'exprimait jadis à travers l'utilisation de noms de quartiers différents (Mīdān/Qubaybāt). Un document officiel daté de 1259-1260/1843-1844 confirme cette évolution : le toponyme de Qubaybāt y est en effet abandonné au profit de celui de Mīdān Sulṭāni (Mīdān Fawqānī aujourd'hui)178. La distinction entre deux espaces (Mīdān Taḥtānī/Mīdān Sulṭānī) est maintenue, vraisemblablement en raison de la nécessité de découper administrativement un espace très étendu; toutefois, la référence, dans les deux cas, au Mīdān, montre que l'on se représente d'ésormais ce faubourg comme une seule entité spatiale.

VI – ACTIVITÉS PRATIQUÉES DANS LE MĪDĀN

  • 179 Sur cette question, cf. Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 307-372.

89Dans le Mīdān sont pratiquées diverses activités. Utilisant les produits de la campagne ou produisant des biens utiles aux paysans et aux bédouins, certaines d'entre elles sont caractéristiques des espaces situés à la périphérie des villes179. Nous ne reviendrons pas sur la commercialisation des céréales, déjà évoquée à propos du développement du faubourg. Après avoir signalé l'existence de plusieurs équipements destinés à la transformation ou à la vente de la production a'gricole végétale (moulins, pressoirs, savonneries, entrepôts de bois), nous nous intéresserons aux différentes activités artisanales induites par la présence du marché aux moutons (abattoirs, fabrication de fourrures et de chaussures, commercialisation de la laine). À travers le tissage et la teinturerie, nous évoquerons ensuite l'artisanat textile. Puis, nous mentionnerons diverses activités liées à la construction et à l'équipement domestique. Nous présenterons enfin les divers marchés et cafés que fréquente la population de ce faubourg.

A - ACTIVITÉS LIÉES À LA PRODUCTION AGRICOLE VÉGÉTALE

  • 180 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 238 ; Massignon L., « La structure du travail », p. 42.

90En relation avec la commercialisation des céréales, des meuniers (ṭaḥḥān) sont installés dans le Mīdān : leurs joutes à cheval, avec boucliers et sabres, sont encore pratiquées dans le faubourg au début du xxe siècle180 mais nous n'en avons trouvé aucune trace dans les archives des tribunaux.

  • 181 Sur cette activité, pratiquée par un nasawāṭī, cf. QāsimĪ M., Qāmūs, p. 482- 483. Un bâtiment de c (...)

91Dans le faubourg existent également des bâtiments où, à partir des céréales, on extrait de l'amidon (našā') ; celui-ci est surtout utilisé dans l'alimentation pour la préparation de certaines douceurs mais aussi dans le textile. Dans ces bâtiments, appelés qā‘āt al-našā', les céréales sont déposées dans des sortes de bassins, sous une lourde pierre que des animaux actionnent par rotation; on y verse de l'eau et, par pression, l'amidon s'en dégage181.

  • 182 123/101/142 ; 123/116/167 ; 128/70/137 ; 130/169/339 ; 130/169/341.
  • 183 117/95/152 ; 117/94,151. Ces biens sont situés sur un terrain appartenant aux waqf de la famille M (...)
  • 184 297/319/700.

92Des pressoirs (ma‘ṣara) sont également signalés dans le faubourg; une rue de Bāb al-Mūṣāllā porte, au milieu du xviiie siècle et encore de nos jours, leur nom (Zuqāq al-Ma‘āṣir, circonscription' de Bāb al-Mūṣāllā)182 ; de même, une rue des Qubaybāt fait actuellement référence à un pressoir (Zuqāq al-Ma‘ṣara, circonscription de Qā'a). Dans les archives que nous avons consultées, nous avons trouvé deux mentions de pressoirs dans le secteur central du faubourg. L'un d'eux, situé au sud du Mausolée de Muḥammad al-Qurasi, fut détruit avant 1159/1746 pour laisser la place à cinq boutiques et à un four183 ; nous ignorons à quel type de produit (sésame, raisin, olives ?) ce pressoir était destiné. En revanche, en 1236/1821, un pressoir de sésame (ma‘ṣara mu‘adda li-ṭaḥn al-Šamsam) est signalé dans ce même secteur, à proximité du Mausolée de Ğunayd al-‘Askarī184.

  • 185 313/17/51.
  • 186 297/489/1098.
  • 187 123/64/93 ; 123/106/151 ; 123/143/198.
  • 188 313/410/1102.

93La construction d'un four, aux alentours de 1746, à proximité du lotissement de Sūq al-Mīdān, peut suggérer une augmentation de la population dans ce secteur. D'autres fours sont également signalés dans le faubourg : Furn al-Tayāmina, à Bāb al-Mūṣāllā185, un four situé en face de la Mosquée Manğak186, un autre dans le secteur de Qā‘a187, et un autre à proximité de la Mosquée al-Daqqāq, Zuqāq al-ğadīda188.

  • 189 Pascual J.-P., Damas, p. 49.
  • 190 109/190/366.
  • 191 162/70/103.
  • 192 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 13.

94Dans le faubourg sont également situées une ou plusieurs savonneries (masbana) à Bāb al-Mūsāllā. À la fin du xvie siècle, une savonnerie est constituée en waqf dans ce quartier par le gouverneur Sinān Pacha189 ; une savonnerie appartenant au waqf de Turkumān Ḥasan Katḫudā est signalée au mois de rağab 1155/ septembre 1743190, et une savonnerie est mentionnée dans un acte de succession établi au mois de rabī‘ I 1174/octobre /1760191. Nous ignorons s'il s'agit là d'une même savonnerie dont le statut aurait changé entre la fin du xvie et le milieu du xviiie siècle, ou si nous sommes en présence de plusieurs savonneries appartenant à des propriétaires différents, waqf et individus. Nous ne disposons d'aucune information supplémentaire sur leur localisation ; nous savons toutefois qu'au xixe siècle, Zuqāq al-Wusṭānī est également appelée Zuqāq al-Maṣbana192.

  • 193 Sur les ḥāsil de Bāb al-Mūṣāllā, cf. Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 31-32. On en trouve égale (...)
  • 194 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā», p. 31 ; Thoumin R., Géographie humaine, p. 168.
  • 195 117/12/23.

95Des dépôts de bois (ḥāṣil) sont également situés dans le faubourg193 ; le bois de la Ġūṭa qui y est stocké est utilisé comme matériau de construction (aḫšāb), comme combustible (ḥaṭab) ou encore pour la fabrication des ustensiles domestiques et des outils agricoles194. Dans les Qubaybāt, un nom de rue mentionné au milieu du xviiie siècle et encore utilisé de nos jours (Zuqāq al-Ḥaṭṭāb, circonscription de Mīdān Sulṭānī) fait référence à cette activité195.

  • 196 297/305/669.
  • 197 En 1706, cette ferme leur rapporta 2 795 qurš ; cf. Barbir K., Ottoman Province, p. 183.

96Toujours dans les Qubaybāt, nous trouvons mention, en 1236/1821, d'une boutique spécialisée dans la vente du tabac (dukkān mu‘adda li-bay‘ al-tutun)196, activité sur laquelle les janissaires locaux bénéficiaient d'une ferme197.

B – ACTIVITÉS LIÉES AU BÉTAIL

  • 198 128/9/21 ; 128/54/114.

97Les habitants du Mīdān sont, nous l'avons signalé, impliqués dans le commerce des chameaux ; cette activité, largement liée au pèlerinage, est déjà attestée à la fin de l'époque mamelouke. Un marché aux chameaux (sūq al-ğamal) existe à proximité du maydān mais nous n'en avons trouvé aucune trace dans les documents d'archives; au milieu du xviiie siècle, dans les Qubaybāt, un nom de rue, toujours utilisé actuellement (Zuqāq al-Ğammāla, circonscription de Mīdān Sulṭānī) fait référence à cette activité198.

  • 199 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 119.

98L'importance de la commercialisation des moutons est quant à elle signalée par Ch. Lallemand à la fin du xixe siècle lorsqu'il remarque, à propos de ces animaux : « Par centaines, on les voit chaque jour dans le faubourg de Méïdan, souvent alignés les uns à côté des autres, s'avançant dans la rue comme des soldats, ou comme des fidèles rangés pour la prière. »199 Plusieurs habitants du faubourg possèdent du bétail dans les villages proches de Damas ; nous en trouverons plus loin la trace dans leurs actes de succession.

  • 200 117/213/316 ; 130/82/150.

99La présence du marché aux moutons (sūq al-ganam) favorise l'implantation d'autres activités. Des abattoirs sont bien entendu installés dans ce faubourg, donnant leur nom, Zuqāq al-Maslaḫ, à deux rues, l'une située dans la circonscription de Bāb al-Mūṣāllā et l'autre dans la circonscription de Sūq al-Mīdān ; nous trouvons mention de cette dernière au milieu du xviiie siècle200.

  • 201 Sur les tanneries de Bāb al-Salām, cf. Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 506. Sur les propri (...)
  • 202 Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī », p. 177/47, d'après registre 28, p. 220.

100Marché aux moutons, abattoirs et présence d'un cours d'eau favorisent généralement l'implantation de tanneries (madbaġa, dabbāġa) mais il ne semble pas que cela soit le cas dans le faubourg du Mīdān. À Damas, celles-ci sont situées au nord de la ville intra-muros, dans le quartier de Bāb al-Salām, sur les rives du Baradā201, et les tanneurs de ce quartier défendent scrupuleusement leurs intérêts. En effet, à la fin du xviie siècle, un habitant des Qubaybāt ose exercer cette activité chez lui mais, le 11 muḥarram 1114/9 juillet 1699, les tanneurs protestent auprès du qāḍī car cet individu contrevient ainsi à l'organisation de la profession et cause du tort aux gens de ce métier; le qāḍī lui interdit donc de pratiquer cette activité202.

  • 203 297/37/90.
  • 204 QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 341-342. Selon Qāsimī, il existe deux types d'artisans travaillant dans ce do (...)

101Les peaux des moutons, qui ne semblent donc pas être tannées dans le Mīdān — si ce n'est de manière Marginale — y sont toutefois utilisées pour la fabrication des fourrures : on trouve ainsi, dans le faubourg, vers 1820, des locaux destinés à la confection et à la vente des fourrures (dukkān mu‘adda li-al-farrāyā)203. Cette activité est pratiquée par un artisan qui confectionne les fourrures à partir des peaux que lui apportent ses clients ou qu'il se procure lui-même ; Qāsimī précise que celles au poil long sont surtout portées par les villageois et les bédouins204.

  • 205 ŠihᾹbῙ Q., Aswāq Dimašq, p. 436. Dans ce Sūq se trouvent des dukkān appartenant au waqf de la Mosq (...)
  • 206 QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 81-82 ; Nu‘aysa Y., Muğtama‘, II, p. 611, p. 622.

102Le cuir est quant à lui utilisé pour la fabrication des chaussures. Il existe ainsi, dans le secteur central du Mīdān, entre la Mosquée Manğak et la Mosquée Rifā‘ī, un Sūq spécialisé dans la fabrication d'un type de chaussures appelées ğazma, le Sūq al-Ğazmatiyya, dont on ne trouve plus aucune trace à présent205. De moindre qualité par rapport à celles fabriquées dans la ville intra-muros, dans le Sūq al-Zarābiliyya, ces chaussures, de couleur jaune et barriolées, sont surtout destinées aux paysans et aux bédouins du Ḥawrān206.

  • 207 109/80/148 ; 109/87/162.

103Outre le commerce des peaux, le marché aux moutons favorise également le commerce de la laine ; un dukkān al-ṣūf est ainsi signalé au milieu du xviiie siècle, dans le quartier de Bāb al-Mūṣāllā, Zuqāq al-Wusṭānī207.

C – ACTIVITÉS TEXTILES ET TEINTURERIE

  • 208 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 79-80.
  • 209 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 85.
  • 210 Sur les artisans qui pratiquent cette activité, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 39-40.
  • 211 143/199/361.
  • 212 143/196/359.

104Au début du xviiie siècle, les activités textiles, à Damas, sont surtout localisées dans la ville intra-muros208 ; certains marchands d'étoffe résident également dans les quartiers de Qabr ‘Ātika et de Bāb al-Ğābiya209. Au milieu du xviiie siècle, un atelier spécialisé dans la fabrication de l'alāğa, étoffe de soie et de coton210, est situé dans le quartier de Qasr Ḥağğāğ211 et, dans le quartier de Ḫarāb, appartenant à une même personne, cinq ateliers contiennent en tout une cinquantaine de métiers à tisser (nawl) et quatre autres sont consacrés au tordage des fils de soie (fitāla)212.

  • 213 Cf. ṢabbāĠ L., « Waṯīqa ‘arabiyya Šāmiyya », p. 35-94.
  • 214 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 374.

105L'activité textile est également importante dans le faubourg du Mīdān. Elle y est attestée dès la fin du xve-debut du xvie siècle; au mois de ḏu al-ḥiğğa 918/février 1513, Ibn Ṭūlūn, dont on connaît l'intérêt pour l'artisanat textile213, signale en effet un vol de tissu dans un dukkān situé au sud du Mausolée de Ṣuhayb al-Rūmī214.

  • 215 ĠazzĪ N.-D., Lutf, p. 69-70 ; MūḤibbĪ M., Ḫulāṣa, IV, p. 144-145. À propos des liens entre les ašr (...)
  • 216 297/127/299 ; 297/225/502 ; cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān ».

106Quelques notables du faubourg pratiquent cette activité. Ainsi, dans la seconde moitié du xvie siècle, al-Sayyid Kamāl Al-dīn al-‘Ağlānī (m. 1004/1596) exerce des activités dans tissage de la soie (nasğ al-ḥarīr)215, et vers 1820, des membres de la famille Mahāyinī possèdent, dans les Qubaybāt, des ateliers spécialisés dans la confection de la soie (dukkān mu ‘adda li-ṣun ‘al-ḥarīr)216.

  • 217 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 111-112.
  • 218 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 32.
  • 219 123/378/542.

107Plusieurs documents suggèrent la pratique de cette activité dans divers endroits du faubourg aux xviiie et xixe siècles. Bien que, selon R. Thoumin, il n'y eut jamais de tisserands à Bāb al-Mūṣāllā217, des ateliers de fabrication d'alāğa sont signalés dans ce quartier entre 1825 et 1875, dans Zuqāq al-Muḫallalātī, Zuqāq al-Tayāmina et Zuqāq al-Ğuwwānī218. En relation avec cette activité, on trouve également dans ce quartier, au milieu du xviiie siècle, un lieu de vente de coton (dukkān mu‘adda li-bay‘ al-quṭn)219.

  • 220 Kremer A. von, Topographie, p. 22 ; Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 75 ; sur le (...)
  • 221 297/229/508 ; 297/272/593 ; 297/290/627.
  • 222 297/127/299 ; 297/225/502.

108Au sud du faubourg, une zone de production textile est signalée au milieu du xixe siècle dans le secteur de Ḥaqla; là se trouve une concentration d'ateliers produisant de Yalāga et des vêtements particuliers, les ‘abā'a220 Quelques traces de cette activité apparaissent dans les archives du début du xixe siècle : en 1820-1822, des ateliers textiles (dukkān mu‘adda li-al-ḥiyāka)221 ou des ateliers spécialisés dans la confection de la soie (dukkān mu‘addā li-ṣun' al-ḥarīr)222 sont en effet signalés dans les Qubaybāt.

  • 223 Sur le ḫawwām, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 127-128.
  • 224 313/19/56 ; 313/29/93.

109On rencontre par ailleurs dans le faubourg des ḫawwām, vendeurs de doublures de vêtements (bā'i‘ baṭā'in al-ṯiyāb) ; certaines de ces doublures sont, selon Qāsimī, amidonnées avec du našā'223. Des boutiques spécialisées dans cette activité (dukkān mu'adda li-al-ḫawwāma) sont signalées vers 1830 dans les Qubaybāt224.

  • 225 Chevallier D., « Les tissus ikatés d'Alep et de Damas », p. 105.
  • 226 Sur le muzāyik, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 433-434.
  • 227 297/109/264 ; 313/370/1023. Notons toutefois qu'une famille du Mīdān porte le nom de Muzāyik (cf. (...)

110Le séchage des fils de soie destiné à la confection de Yalāga est confié à un artisan particulier, le muzāyik, qui « fait sécher les fils des écheveaux, les décolle et relie les fils coupés »225. Il a pour cela besoin d'espace et s'installe dans des jardins où il plante des piliers de bois ou de fer entre lesquels il étend ces fils226. Dans les années 1820, un jardin sans doute dévolu à cette activité, Bustān al-Muzāyik, est signalé dans les Qubaybāt, Zuqāq al-Ṭāli‘227.

  • 228 297/305/669.
  • 229 Rodier G., L'Orient, p. 238.
  • 230 QĀsimĪ M. Qāmūs, p. 267-268.
  • 231 Thoumin R., Géographie humaine, p. 249.

111En 1236/1821 est signalé, près de la Mosquée al-Daqqāq, un atelier spécialisé dans la teinturerie (dukkān sabbāġa)228 et, à la fin du xixe siècle, G. Rod'ier remarque « de chaque côté de la rue, des teintureries » ; il met cette activité en relation avec la population rurale : « Les longs voiles des femmes bédouines séchant, suspendus, semblent de grandes oriflammes bleues. »229 Au début du xxe siècle, Qāsimī évoque également le goût des villageois pour la teinture bleue230 et R. Thoumin signale que les teintureries de ce faubourg sont liées à la population hauranaise231.

  • 232 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 75.

112Au xixe siècle, le faubourg du Mīdān se distingue d'ailleurs par l'importance de son activité textile : alors que le déclin de la production d'alāga dans la ville intra-muros témoigne des difficultés que connaît la production textile à Damas à cette époque, L. Schatkowski-Schilcher considère que la prospérité à laquelle ont accédé les habitants du Mīdān grâce à l'exportation des céréales leur a permis de payer le coton anglais, essentiel à la survie de la production textile dans le Mīdān232.

D – CONSTRUCTION ET ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

  • 233 117/26/44 ; 117/125/195. Sur les tailleurs de pierre, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 91-92.
  • 234 297/81/198. Sur le fabricant de plātre (ğabāsīnī), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 77.
  • 235 297/363/785 ; 297/572/1336.
  • 236 Sur le cordier (ḥabbāl), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 90-91.
  • 237 Sur le fabricant de torchis (ṭayyān), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 295-298.

113Plusieurs informations font référence aux activités liées à la construction dans le faubourg : elles utilisent la pierre, la terre ou le chanvre. Nous trouvons ainsi, au milieu du xviiie siècle, dans le secteur de Ḥaqla, une rue des tailleurs de pierres (Zuqāq al-Ḥağğārīn)233. Vers 1820, un atelier spécialisé dans la fabrication du plâtre (dukkān mu‘adda li-ṣun‘ al-ğibs) est signalé à Bāb al-Mūṣāllā234. À la même époque, dans ce quartier, une rue évoque la fabrication des cordes (Zuqāq al-Ḥabbāla) ; mentionné vers 1820235, le nom de cette rue est encore utilisé de nos jours (circonscription de Bāb al-Mūṣāllā). Cette activité, utilisant comme matière première le chanvre cultivé dans les villages proches de Damas, est en grande partie au service de la construction; ses produits sont en effet utilisés dans la composition du torchis (ṭīn)236 ; un nom de rue fait actuellement référence aux personnes fabriquant le torchis (Zuqāq al-Ṭayyān, circonscription de Ḥaqla)237 mais nous n'avons trouvé aucune mention de ce toponyme dans les archives.

  • 238 Sur l'artisan du cuivre (naḥḥās), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 479-480.
  • 239 Sur l'étameur (mubayyid), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 413-414.
  • 240 297/447/1002 ; 297/447/1003.

114Dans le faubourg, plusieurs artisans (naḥḥās) façonnent le cuivre et produisent ainsi des ustensiles de cuisine utiles aux campagnards ou aux pèlerins; nous signalerons plus loin quelques actes de succession les concernant238. On trouve également la trace d'un personnage dont l'activité est liée à l'artisanat du cuivre : l'étameur (mubayyiḍ)239. Il existe en effet, vers 1820, dans les Qubaybāt, Zuqāq al-mā', un Ḥawš al-Mubayyi240, et quelques personnes portant ce nom de famille apparaissent dans nos documents.

E – MARCHÉS DE QUARTIERS

  • 241 ‘Abd Al-HĀdĪ Y., « Nuzhat al-rifāq », p. 24.
  • 242 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 66.
  • 243 Sur l'équipement commercial de Bāb al-Mūṣāllā dans les années 1930, cf. Thoumin R., « Deux quartie (...)

115Deux Sūq, destinés à l'approvisionnement quotidien des habitants du faubourg, sont signalés dès la fin de l'époque mamelouke : le Sūq de bāb al-Mūṣāllā241 et le Sūq de la Mosquée Karīm al-Din242. Dans les années 1930, le Sūq de Bab al-Mūṣāllā est situé au sein de ce quartier243 mais nous ignorons sa localisation aux époques antérieures. En revanche, le Sūq de la Mosquée Karīm Al-dīn est sans aucun doute, comme c'est encore le cas actuellement, situé sur l'artère principale du faubourg.

  • 244 313/128/378.
  • 245 297/346/745.

116Les archives des tribunaux du début du xixe siècle dévoilent aussi l'existence d'un autre Sūq, le Sūq al-‘Aṣr ("le Sūq de fin d'après-midi"), situé des deux côtés (ṣaff ġarbī et ṣaff šarqī) de l'artère centrale du faubourg. Nos sources le situent tantôt à proximité de Zuqāq al-Ṭāli'244, tantôt à proximité de Zuqāq al-Baṣal245, c'est-à-dire dans le voisinage de la Mosquée Manğak.

  • 246 313/98/298.
  • 247 297/6/15.
  • 248 297/37/90.
  • 249 313/19/56 ; 313/29/93. Selon M. QĀsimĪ (Qāmūs, p. 127-128), le ḥawwām vend des doublures de vêteme (...)
  • 250 313/19/56.
  • 251 313/98/298.

117Si l'appellation Sūq al-‘Aṣr désigne vraisemblablement à l'origine un marché temporaire se tenant en fin d'après-midi, son utilisation s'est sans doute généralisée pour désigner un secteur particulier du faubourg dans lequel se trouvent boutiques et ateliers fonctionnant de manière permanente. On y trouve des entrepôts (maḫzan)246, des épiceries (dukkān mu‘adda li-al-sammāna)247, des locaux destinés à la confection et à la vente des fourrures (dukkān mu ‘adda li-al-farrāyā)248, des locaux où sont confectionnées ou vendues des doublures de vêtements (dukkān mu‘adda li-al-ḫawwāma)249. Certains de ces locaux appartiennent au waqf de la Mosquée Manğak dont ils sont proches250 et des entrepôts sont situés à proximité d'une maison appartenant au waqf des mu'aḏḏīn de cette mosquée251.

F – CAFÉS ET CONSOMMATION DE TABAC

  • 252 Arna'ut M., « Bidāyāt intišār al-qahwa », p. 32-33.
  • 253 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 190.
  • 254 313/374/1030.
  • 255 313/295/836.
  • 256 Budayrī A., Ḥawādiṭ, p. 80.
  • 257 130/189/389.
  • 258 162/30/48. Sa succession comprend également une petite part (1 qīrāt) d'un bustān planté d'arbres (...)
  • 259 314/26/25.
  • 260 123/316/415. Il n'est pas rare que des cafés soient situés à proximité des ḥammām (sur ce phénomèn (...)
  • 261 297/249/547.

118Plusieurs cafés sont signalés dans le Mīdān. À Bāb al-Mūṣāllā, le gouverneur Sinān Pacha en constitue un en waqf en 1004/1595-1596252 et Budayrī signale la construction d'un établissement de ce type "devant" Bāb al-Mūṣāllā en 1169/1756253. Dans les années 1827-1830, un café appartenant au waqf de Turkumān Ḥasan Katḫudā est situé Zuqāq al-Wusṭānī254 et un autre est signalé Zuqāq bādir255. Dans le Mīdān, Fatḥī Efendī al-Falāqinsī avait, quant à lui, construit un café avant son exécution en 1159/1746256 ; au début du mois de muḥarram 1163/mi-décembre 1749, un individu loue deux ḥānūt appartenant à plusieurs membres de la famille Mawṣilī et les transforme en café (qahwa ḫāna)257. À l'angle de Zuqāq al-Maslaḫ est signalé un café appartenant, en 1175/1761, à un notable du quartier, al-Sayyid Muṣṭafā Efendī b. al-Sayyid Muḥammad al-‘Ağlānī258 ; plus tard, en 1244/1829, un café appartenant à al-Sayyid ‘Abd Allāh Efendī b. al-Sayyid ‘Abbās Efendī al-'Ağlānī est à nouveau signalé dans le Mīdān comme étant le café de la famille ‘Ağlānī (Qahwat Banū ‘Ağlān)259. Dans les Qubaybāt, un café portant le nom de Qahwat al-Wusṭāniyya est signalé au milieu du xviiie siècle260 et un autre est signalé vers 1820261, dans Zuqāq al-Iqmīm.

  • 262 Les voyageurs occidentaux du xixe siècle donnent parfois des descriptions très détaillées de ces i (...)
  • 263 . Cf. [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 30. Sur le ġ (...)

119Dans les cafés, la consommation du tabac est, aux xviiie et xixe siècles, une pratique courante, bien que parfois réprouvée ; elle se fait au moyen de diverses sortes de pipes, dont une pipe en terre cuite, le ġāliūn262. À l'extrémité du faubourg, dans la circonscription de Mīdān Sulṭānī, se trouve actuellement une rue qui pourrait être celle des fabricants de pipes (Zuqāq al-Ġalayniyya) mais nous n'en avons trouvé aucune trace dans les archives263.

Conclusion

120Les diverses sources que nous avons consultées nous permettent donc d'apporter des précisions sur le développement du faubourg du Mīdān. Si la majeure partie de ce développement se réalise entre le xvie et le xixe siècle, des noyaux d'urbanisation existent au sud de Damas avant cette époque. Des aménagements hydrauliques, réalisés à partir des dérivations du Baradā, accompagnent l'édification de plusieurs monuments religieux (mosquées et zāwiya) et favorisent la mise en valeur de cet espace. Ainsi, au xive siècle, des adductions d'eau sont réalisées pour alimenter d'une part la Mosquée Karīm Al-dīn et d'autre part la zāwiya Rifā‘iyya. Au début du xvie siècle, un aménagement de ce type est réalisé au profit de la zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. Muhammad Nāṣir Al-dīn al-Mawṣilī. Ces divers aménagements favorisent l'installation d'une population qui se distingue, dans les chroniques mameloukes, par son agitation.

121Grâce aux recensements ottomans de la seconde moitié du xvie siècle, nous pouvons estimer l'importance de cette population : environ 8 000 habitants en 1548 et environ 11 000 habitants en 1596. Alors que l'ensemble de la population damascène diminue au cours de cette période, l'accroissement démographique du faubourg du Mīdān peut être imputable à l'installation de migrants ruraux, notamment des chrétiens, ou à l'implantation de populations par les autorités, notamment des Turcomans.

122À l'époque ottomane, l'extension du faubourg se réalise par la mise en place de deux lotissements, l'un dans le secteur de Sūq al-Mīdān, l'autre dans le secteur de Ḥaqla ; si le premier peut être daté du milieu du xviiie siècle, la datation du second est beaucoup plus hypothétique. Parallèlement à ces opérations urbanistiques, des mosquées et des ḥammām sont édifiés dans le Mīdān. La Mosquée Rifā‘ī et le Ḥammām Rifā‘ī sont les premières empreintes architecturales ottomanes que l'on trouve dans le faubourg : elles datent du xvie siècle. Elles sont suivies, au xviiie siècle, par l'édification du Ḥammām Fatḥī. Au début du xixe siècle, un nouveau ḥammām, le Ḥammām ‘Aqīl, est construit à proximité du lotissement de Ḥaqla, et plusieurs mosquées, la Mosquée d'al-Šayh Ya‘qūb, la Mosquée de Qā‘a, la Mosquée ‘Abd al-Raḥmān et la Mosquée al-Saḫḫāna, sont équipées de fontaines.

123Les différents éléments dont nous disposons montrent que la croissance du faubourg ne s'est pas réalisée de manière linéaire du nord vers le sud mais par une extension de noyaux urbains qui existaient déjà à l'époque médiévale. Sous l'effet de cette croissance, le toponyme Qubaybāt commence à tomber en désuétude au début du xixe siècle et celui de Mīdān est de plus en plus utilisé pour désigner l'ensemble de ce qui constitue désormais une entité spatiale.

124Largement caractérisé par la commercialisation des céréales et du bétail, le Mīdān est un lieu où se pratiquent diverses activités artisanales. Si certaines sont au service des paysans et des bédouins qui fréquentent le faubourg, d'autres, comme l'artisanat textile, ont une portée géographique plus vaste, notamment au xixe siècle.

Notes

1 Raymond A., Grandes villes, p. 200.

2 Raymond A., Grandes villes, p. 62-65.

3 Sur ce phénomène, cf. Pascual J.-P., Damas, p. 16-18.

4 Raymond A., Le Caire, p. 253.

5 Behrens-Abouseif D., « The North-Eastern Extension of Cairo », p. 163-164.

6 Raymond A., Le Caire, p. 253.

7 Raymond A., Grandes villes, p. 46-48, p. 207.

8 Raymond A., Grandes villes, p. 211.

9 Jomier J., Le maḥmal, p. 173.

10 Massignon L., «La cité des morts au Caire », p. 276. Cette comparaison est toutefois curieuse: en effet, dans l'itinéraire qu'emprunte la caravane du pèlerinage au Caire, le faubourg de Darb al-Aḥmar est situé avant Bāb Zuwayla.

11 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-hağğ al-Šāmī », p. 194. Dans la caravane égyptienne, le nombre de pèlerins est situé entre 30 000 et 40 000 ; cf. Raymond A., Grandes villes, p. 47.

12 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 216.

13 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 151.

14 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al- šāmī », p. 194.

15 Ibn KannᾹn M., Yawmiyyàt, p. 256.

16 Budayr a., Ḥawādiṯ, p. 171.

17 Sauf mention contraire, ces ḥān sont tous situés dans la ville intra-muros.

18 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 176.

19 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 335, d'après registre 146, p. 179, p. 288-289.

20 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 432, d'après registre 146, p. 213.

21 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 436-437, d'après registre 146, p. 308, p. 325.

22 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 440, d'après registre 146, p. 291, p. 292, p. 327, p. 335, p. 344.

23 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 445-446, d'après registre 146, p. 284.

24 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 399, d'après registre 146, p. 346.

25 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 396, d'après registre 146, p. 349.

26 Yahia F., Inventaire archéologique, p. 71, d'après registre 146, p. 288.

27 Budayrī A., Hawādiṯ, p. 161-162.

28 Johansen B., « Urban Structures », p. 97.

29 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 244-245.

30 Pour une description détaillée de ce cortège, cf. Burton, I., The Inner Life, p. 46-61 ; Tresse R., Le pèlerinage syrien. Selon M. Michaud et M. Poujoulat, c'est à proximité de la Porte de Saint-Paul, « vaste terrain uni, inculte et sans arbre [...] que la caravane du pèlerinage a coutume de se réunir tous les ans avant de se mettre en marche sous la conduite du pacha de Damas » ; cf. Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 215.

31 Article « Maḥmal », El2, VI, p. 43-44.

32 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 227-228.

33 Brayk M., Tārīh, p. 73. L'emploi de ce mot au singulier pourrait laisser penser qu'il s'agit d'un olivier particulier constituant un véritable point de repère. Or, cette indication topographique est également reprise par ‘ABD (Ḥawādiṯ, p. 90) sous la forme collective: c'est en effet «à proximité des oliviers » (‘inda al-zaytūn) que s'installe, en 1218/1803, le gouverneur ‘Abd Allāh Pacha qui veut assiéger et reprendre Damas. Cette indication topographique fait donc référence non pas à un olivier précis mais aux oliveraies situées au sud de Damas et qui sont vraisemblablement évoquées ici pour indiquer que ces faits se déroulent hors de la ville, dans la campagne.

34 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 152.

35 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 153.

36 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 216.

37 La pratique du commerce des chameaux par les habitants des Qubaybāt est d'ailleurs attestée dès la fin du xve siècle ; cf. Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 213 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 47.

38 Rafiq A.-K., « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 129-130.

39 Sur cette mosquée, cf. Ṭalas M., Ḏayl, p. 222.

40 Boucheman A. de, Une petite cité caravanière, p. 21, p. 86-87. Selon F. et J. Métrai, alors que des communautés soukhniotes sont encore actuellement très actives dans plusieurs villes de Syrie, celle du Mīdān n'a pas conservé ses relations commerciales avec sa localité d'origine (séminaire IFEAD, 1991). La disparition de la caravane du pèlerinage et l'absence d'activité de substitution justifient dans doute cette situation. Pour une présentation générale de Sukhné à l'époque actuelle, cf. Métral F., « Sukhné ».

41 Rafiq A.-K., « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 130. Cette étape du voyage était également importante en ce sens que les proches des pèlerins, désignés par le terme al-muzayribāt, y accompagnaient la caravane à son départ et venaient l'y accueillir à son retour.

42 Faroqhi S., Pilgrims and Sultans, p. 167-168.

43 Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 80 ; Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 200.

44 Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 200.

45 Bien que les bā'ika soient une des principales caractéristiques du faubourg du Mīdān, certaines sont mentionnées dans d'autres quartiers de Damas : Bāb Šarqī, Qaṣr Ḥağğāğ, Ṣāliḥiyya : 162/147/189 ; 179/95/127 ; 179/64/93 ; 179/47/73 ; 179/199/237. On en trouve également plusieurs le long de la muraille septentrionale de la ville, dans les faubourgs de ‘Amāra et de Masğid al-Aqṣāb. Les entrepôts destinés au stockage des céréales sont parfois qualifiés de ḥāṣil mais ce terme est plutôt employé en ce qui concerne le bois ; cf. BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 116.

46 Ibn Al-ṢildῙq H., Ġarā'ib, p. 46.

47 313/400/1085.

48 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.

49 297/101/247 ; QĀsimῙ M., Qāmūs, p. 55-56.

50 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.

51 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 29.

52 Les bā'ika que nous avons nous-même repérées sur le terrain en 1991 sont d'ailleurs moins nombreuses que celles figurant sur carte établie à partir de données recueillies en 1985 ; sur les bā'ika repérées en 1985, cf. [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, Carte F « Fonction du bâti ».

53 [Atassi S., Pascual J.-p. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 14.

54 313/170/492.

55 313/247/706 ; 297/370/805.

56 56.313/311/883.

57 297/564/1310.

58 297/101/247.

59 Selon S. Atassi et J.-L. Arnaud, les grilles de fer qui décorent les ouvertures des bā'ika situées à l'extrémité du faubourg sont plutôt caractéristiques du xixe siècle.

60 Ibn Al-SuqĀ ‘Ῑ, p. 188. Nous ne disposons d'aucune information sur la localisation précise de cet "extérieur".

61 Nu‘aymῙ ‘A.-Q., Dāris, I, p. 123 (m. 927/1520). Notons que "Sūq al-Buzūriyya" signifie "Marché des Graines".

62 Ibn ṬŪlŪn M., « Ḥārāt », p. 33 (m. 953/1546).

63 Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., « Nuzhat al-Rifāq », p. 24 (m. 909/1503-1504).

64 Raymond A., Grandes villes, p. 189-190 ; Raymond A., « Rapports villes-campagnes », p. 23.

65 Notons également l'existence d'un quartier des marchands de blé (Maḥallat al-Qammāḥīn) à l'ouest de la ville intra-muros, à proximité de la Mosquée Sināniyya. On ne peut toutefois exclure l'hypothèse de la coexistence de plusieurs lieux de commercialisation, la ville extra-muros étant plus particulièrement réservée au commerce de gros et la ville intra-muros au commerce de détail.

66 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 34.

67 Communication verbale de Ḥ. Mogdād, mai 1992.

68 Raymond A., Artisans et commerçants, p. 308-309 ; Raymond A., « Les rapports villes-campagnes », p. 23.

69 Sauvaget J.,Alep, p. 228.

70 Lewis B., « Ottoman Land Tenure », p. 109-110.

71 Raymond A., « The Population of Aleppo », p. 448, p. 452.

72 Bakhit M., Ottoman Province, p. 36 ; d'après Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 31.

73 Pascual J.-p., Damas, p. 23; d'après Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 68.

74 Ces recensements (Tapu Defteri) peuvent être consultés aux Archives de la Présidence du Conseil (Başbakanlik Arşivi) à Istanbul ou, sous forme de microfilms, au Centre des Archives de Amman.

75 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49.

76 SĀḤilῙ ŪĠlŪ Ḫ., «Taġayyur», p. 142.

77 Pascual J.-P., Damas, annexe III.

78 Ghazzal Z., Économie politique, p. 33-46.

79 Selon le droit islamique, la majorité (bulūġ) est déterminée par la puberté ; les chafi‘ites en fixent la limite inférieure à neuf ans. Si cette maturité physique ne se manifeste pas, la majorité est présumée à 15 ans pour les hanafites, les hanbalites et les chafi‘ites, et à 18 ans pour les malikites; cf. article « bāliġ », El2, I, p. 1024. H. Gerber H. (« Population of Syria and Palestine », p. 60) situe l'âge de la majorité à 15 ans. D'après Ḫ. Inalcik (cité par B. Ataman, « Ottoman Demography History », p. 189), cette limite n'est pas constante: selon les régions, elle peut varier entre 12 et 20 ans mais elle est généralement fixée à 15 ans. G. David (« The Age of Unmarried Male Children », p. 349) indique quant à lui que l'âge de la puberté est généralement fixé entre 12 et 14 ans.

80 Barkan O., « Essai », p. 14-15, p. 18, p. 22, p. 31 ; Barkan O., « Research », p. 168.

81 Erder L., « The Measurement of Preindustrial Population Changes », p. 291-292.

82 Sur le déroulement de ces recensements à Bagdad et à Ezrurum, cf. Murphey R., « Ottoman Census Methods », p. 115-126.

83 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 31, p. 68.

84 MaḤāsῙnῙ I., Kunnāš, p. 108-109 ; Marino B., Carnet, p. 62-63. Notons que la maison (dār) d'Ismā‘îl al-Maḥāsinī, de même que les autres maisons (dur) de la rue, sont enregistrées alors que cette rue n'est soumise ni aux ‘awāriḍ ni aux takālīf. Sur les ‘awāriḍ, cf. Inalcik H., «Military and Fiscal Transformation», p. 313-317; article « ‘Awāriḍ », El2,I, p. 783.

85 Laoust H., Les gouverneurs de Damas, p. 218.

86 Ibn KannĀn M., Yawmiyyāt, p. 159.

87 Cook M., Population Pressure, p. 63.

88 Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 15, n. 9 ; Lewis B., « Ottoman Archives », p. 146.

89 Raymond A., « The Population of Aleppo », p. 452.

90 Ghazzal Z., Économie politique, p. 34 ; d'après Beldiceanu N. et I., « Qaraman », p. 62.

91 Veinstein G., « La population du sud de la Crimée », p. 230.

92 Ataman B., « Ottoman Démographie History », p. 189.

93 M. Cook utilise le multiplicateur 4,5 (Population Pressure, p. 66 et tables p. 85, p. 90, p. 98) ; O. Barkan utilise le multiplicateur 5, en appliquant toutefois une majoration de 20 % pour Istanbul et de 10  % pour les autres villes, afin de compenser l'absence des catégories non imposables (« Essai », p. 28 ; « Research », p. 167-168) ; il en est de même pour Z. Ghazzal (Économie politique, p. 35) ; A. Cohen et B. Lewis utilisent le multiplicateur 6 (Population and Revenue, p. 14-15) ; J.-P. Pascual utilise le multiplicateur 7 (Damas, p. 27) ; A. Raymond utilise le multiplicateur 8 (« The Population of Aleppo », p. 452).

94 Rafiq A.-K., « Maẓāhir sukkāniyya », p. 232 ; Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 52-55.

95 G. David, « The Age of Unmarried Male Children ». Nous remercions G. Veinstein d'avoir attiré notre attention sur ce problème.

96 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49 ; Ghazzal Z., Économie politique, p. 35 ; Pascual J.-p., Damas, p. 24.

97 Dans chaque colonne, le premier nombre est celui des ḫāne et le second celui des muğarrad ; l'estimation globale de la population a été obtenue de la manière suivante : (ḫāne x 7) + muğarrad.

98 Barkan O., « Essai », p. 25.

99 Bakhit M., Ottoman Province, p. 52-53.

100 Bakhit M., Ottoman Province, p. 54 ; d'après AnṣārῙ M., Taḏkira, fol. 105.

101 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 243-244 ; Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 187-188.

102 Bakhit M., Ottoman Province, p. 53.

103 Barkan O., « Essai », p. 28.

104 Lors de nos recherches aux Archives de la Présidence du Conseil (Başabakanlik Arşivi) à Istanbul, nous n'avons pu consulter que deux des quatre recensements disponibles pour cette époque : les autres avaient été emportés, à ce moment-là, chez un relieur. Les chiffres du dernier recensement concernant les divers quartiers de Damas ont déjà été publiés par j.-p. Pascual (Damas, annexe III).

105 En 1005/1596 sont mentionnés 50 foyers résidant dans Ḥārat al-Naṣārā, à Bāb al-Mūṣāllā; ils ne sont pas nécessairement tous chrétiens mais le nom de ce quartier laisse supposer une concentration de chrétiens et « nous donne la date post-quem de l'installation de cette communauté » (cf. Pascual J.-P., Damas, p. 25). Dans les Qubaybāt, 36 foyers résident dans le Nouveau Quartier (al-Maḥalla al-Ğadida), ce qui, là aussi, donne la date post-quem de l'existence de ce quartier.

106 Raymond A., « Rapports villes-campagnes », p. 40.

107 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 113.

108 Bakhit M., Ottoman Province, p. 49 ; Ghazzal Z., Économie politique, p. 35-36.

109 Pascual J.-P., Damas, p. 25, p. 27.

110 Raymond A., Grandes villes, p. 219 ; Raymond A., « Alep à l'époque ottomane », p. 97.

111 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 673-674.

112 Cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān ».

113 Des taxes collectives (māl al-ra‘iyya) étaient généralement prélevées sur les différents groupes de Turcomans (ṭā'ifat al-Turkumān) et, dans chaque groupe, au sein d'une division administrative donnée, certaines personnes étaient chargées de procéder à la collecte de ces taxes ; cf. Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 662.

114 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130.

115 Pascual J.-P., Damas, p. 25.

116 Raymond A., « Signes urbains », p. 191.

117 Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche X.

118 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.

119 Sauvaire H., Description de Damas, p. 467.

120 Raymond A., « Alep à l'époque ottomane », p. 97.

121 Raymond A., Grandes villes, p. 217-221.

122 Selon J.-L. Arnaud, ce type d'agencement est en "poêle à frire": l'impasse conduisant à la maison représentant "le manche de la poêle" et la maison elle-même, "la poêle".

123 Maury B., « La maison damascène », p. 5.

124 Cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān », chapitre sur la famille Mawṣilī.

125 Une inscription porte la date de 1051/1641 et une autre celle de 1240/1824 ; cf. programme de l'IFEAD « Damas extra-muros », visite du 22/4/86.

126 L'hypothèse selon laquelle le toponyme Zuqāq al-‘Askarī ferait référence aux fonctions policières de la famille ‘Ᾱbid, installée dans cette rue vers le milieu du xviiie siècle (cf. Maury B., « La maison damascène », p. 5) n'est donc pas acceptable puisque cette rue était déjà ainsi nommée dès la fin du xvie siècle. Ce toponyme fait plutôt référence à Ğunayd al-‘Askarī : une petite mosquée abritant le tombeau de ce personnage et dans laquelle se trouve une inscription datée de 784/1382 est en effet située dans ce secteur ; cf. Ṭalas M., Ḏayl, p. 206.

127 Ibn Kannān M., Yawmiyyāt, p. 311.

128 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 80.

129 Ṭalas M., Ḏayl, p. 192-193, 195, 199-200, 204, 206-207, 209, 211-212, 216- 218, 220-222, 230, 233-235, 238-243, 245, 248, 250, 253, 256.

130 Ṭalas M., Ḏayl, p. 243.

131 Ṭalas M., Ḏayl, p. 239.

132 Ṭalas M., Ḏayl, p. 222.

133 Programme de l'IFEAD « Damas extra-muros », visite du 22/4/86.

134 92/18/55.

135 Ceci est également suggéré par R. Thoumin pour qui l'extrémité du Mīdān « offre le caractère d'une localité rurale. Elle fait excroissance à l'extrémité de ce long quartier commerçant. Cette partie du Méïdan est peut-être le prolongement du long faubourg qui prend naissance à Bab Jabié. Il est plus vraisemblable d'y voir un village qui à l'origine s'est développé indépendamment, comme les autres villages de la Ghouta » ; cf. Thoumin R., Géographie humaine, p. 259.

136 Le pachalik de Damas aurait compté, à cette époque, 1 200 000 habitants; cf. Volney, Voyage, p. 358.

137 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d'Orient, p. 188.

138 Robinson G., Voyage en Palestine et en Syrie, p. 304.

139 Laorty-Hadji R. P., La Syrie, la Palestine et la Judée, p. 140.

140 Bowring J., Commercial Report, p. 4.

141 Archives des affaires étrangères, correspondance consulaire et commerciale, dépêche de Beaudin, « Statistique religieuse du Pachalik de Damas », datée du 4 juin 1842 ; document cité par Ghazzal Z., Économie politique, p. 38-41.

142 Sur l'i'āne, cf. Ghazzal Z., Économie politique, p. 39-41 ; Rafiq A.-K., « Land Tenure Problems », p. 384-385.

143 Archives « Mağlis Wilāyat Dimašq », 65/94, 16 ḏū al-ḥiğğa 1260/27 décembre 1844 ; document cité par Ghazzal Z., Économie politique, p. 40.

144 D'après Ghazzal Z., Économie politique, p. 40.

145 D'après Ghazzal Z., Économie politique, p. 38, p. 40.

146 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 178-179 ; d'après Aḥzān, f. 102.

147 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20.

148 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », carte p. 19.

149 Cf. par exemple Ibn KaṮīr‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 86, p. 97, p. 116, p. 198, p. 206, p. 251.

150 Traduction de Sauvaire H., Description de Damas, II, p. 293, n. 20.

151 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20, n. 2. Cette mosquée est d'ailleurs parfois même désignée comme étant la Mosquée des Qubaybāt. Notons toutefois que dans l' « Esquisse d'une histoire de la ville de Damas », publiée deux années plus tard, J. Sauvaget propose, pour les Qubaybāt, une localisation plus méridionale qui paraît plus pertinente. Sans doute avait-il alors retrouvé la Mosquée Karīm Al-dīn.

152 Ibn ṮŪlŪn M., Mufākaḥa, I, p. 191, p. 282.

153 ḪiyĀrῙ I., Tuḥfat al-udabā' 96 ; RiḤĀwῙ ‘A.-Q. « Riḥlat-al-Ḫiyārī », p. 10.

154 MahāsinῙ I., Kunnāš, p. 102 ; Marino B., Carnet, p. 90.

155 Pococke R., A Description of the East, p. 118.

156 Kremer A. von, Topographie, p. 21. D'ailleurs, au cours de la seconde moitié du xviiie et au début du xixe siècle, les habitants du faubourg du Mīdān se réfugient à plusieurs reprises dans la ville intra-muros lorsque Damas est exposée à des attaques extérieures ; cf. BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 121 ; DimasqῙ M., Ḥawādiṯ, p. 16, p. 43-44 ; ‘ABD Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 152.

157 Laoust Ḥ., Les gouverneurs de Damas, p. 207.

158 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 167. En 1884, I. Burton (The Inner Life, p. 55) signale que cette route a été refaite par le gouverneur de l'époque : bien pavée, elle possède des caniveaux sur les côtés mais pas au centre.

159 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 214-215.

160 ‘ABD Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 134. De même, en Occident médiéval, « pour recevoir dignement le roi, on s'attache à donner à la cité un air de joie » et « il importe surtout que l'espace urbain offre un spectacle brillant et coloré » ; Coulet N., « Les entrées solennelles », p. 64.

161 313/152/442 ; 313/160/468 ; 313/222/638.

162 297/368/799.

163 .313/62/184.

164 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 102.

165 Thoumin R., Géographie humaine, p. 259.

166 Raymond A., Grandes villes, p. 138-139.

167 Raymond A., Grandes villes, p. 136.

168 Raymond A., « Espaces privés et espaces publics », p. 196. Sur ce personnage, cf. également Cohen A. et Lewis B., Population and Revenue, p. 38-40.

169 109/118/226.

170 130/221/452 ; 130/230/466 ; 130/230/468.

171 123/316/415.

172 313/5/8 ; 313/84/252 ; 313/92/275 ; 313/282/799 ; 313/325/916.

173 297/109/264 ; 297/134/313 ; 297/302/658 ; 297/355/766 ; 313/12/33 ; 313/323/911 ; 313/335/937 ; 313/339/946 ; 313/370/1023.

174 297/303/662.

175 297/217/485 ; 297/346/745.

176 297/225/502.

177 Johansen B., « Urban Structures », p. 97-98.

178 Cf. supra, « Les données démographiques et fiscales du milieu du xixe siècle », tableau de la répartition de l'i‘āne par secteurs de Damas en 1259-1260/1843-1844.

179 Sur cette question, cf. Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 307-372.

180 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 238 ; Massignon L., « La structure du travail », p. 42.

181 Sur cette activité, pratiquée par un nasawāṭī, cf. QāsimĪ M., Qāmūs, p. 482- 483. Un bâtiment de ce type, désaffecté, est encore visible dans le secteur de Ḥaqla. Nous savons par ailleurs que le Ḥammām al-Ğadīd fut transformé, dans les années 1950, en une qā‘at al-našā' ; cf. ‘UlabĪ A., Ḫiṭaṭ, p. 504.

182 123/101/142 ; 123/116/167 ; 128/70/137 ; 130/169/339 ; 130/169/341.

183 117/95/152 ; 117/94,151. Ces biens sont situés sur un terrain appartenant aux waqf de la famille Mawṣilī ; nous les évoquerons plus particulièrement à propos de l'espace contrôlé par cette famille dans le Mīdān.

184 297/319/700.

185 313/17/51.

186 297/489/1098.

187 123/64/93 ; 123/106/151 ; 123/143/198.

188 313/410/1102.

189 Pascual J.-P., Damas, p. 49.

190 109/190/366.

191 162/70/103.

192 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 13.

193 Sur les ḥāsil de Bāb al-Mūṣāllā, cf. Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 31-32. On en trouve également à Bāb al-Ğābiya, où ils sont la propriété des yankiğariyya ; cf. BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 22.

194 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā», p. 31 ; Thoumin R., Géographie humaine, p. 168.

195 117/12/23.

196 297/305/669.

197 En 1706, cette ferme leur rapporta 2 795 qurš ; cf. Barbir K., Ottoman Province, p. 183.

198 128/9/21 ; 128/54/114.

199 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 119.

200 117/213/316 ; 130/82/150.

201 Sur les tanneries de Bāb al-Salām, cf. Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 506. Sur les propriétaires de certaines de ces tanneries dans la seconde moitié du xviiie siècle, cf. 131/31/44, 131/270/335, 162/305/372.

202 Rafiq A.-K., « Maẓāhir min al-tanẓīm al-ḥirafī », p. 177/47, d'après registre 28, p. 220.

203 297/37/90.

204 QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 341-342. Selon Qāsimī, il existe deux types d'artisans travaillant dans ce domaine : le farrawātī, travaillant les peaux de moutons et le farrā'ī, travaillant des fourrures plus raffinées, à l'intérieur du Sūq al-Harīr ; sur ce dernier, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 338-340.

205 ŠihᾹbῙ Q., Aswāq Dimašq, p. 436. Dans ce Sūq se trouvent des dukkān appartenant au waqf de la Mosquée Manğak ; cf. 297/429/972; 313/465/1206.

206 QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 81-82 ; Nu‘aysa Y., Muğtama‘, II, p. 611, p. 622.

207 109/80/148 ; 109/87/162.

208 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 79-80.

209 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 85.

210 Sur les artisans qui pratiquent cette activité, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 39-40.

211 143/199/361.

212 143/196/359.

213 Cf. ṢabbāĠ L., « Waṯīqa ‘arabiyya Šāmiyya », p. 35-94.

214 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 374.

215 ĠazzĪ N.-D., Lutf, p. 69-70 ; MūḤibbĪ M., Ḫulāṣa, IV, p. 144-145. À propos des liens entre les ašrāf et les Rifā‘ī, notons qu'en 1720, le šayḫ de la ṭarīqa rifā‘iyya du Caire fut nommé naqīb al-ašrāf; cf. Raymond A., « Urban Networks », p. 227-228.

216 297/127/299 ; 297/225/502 ; cf. infra, « Structuration de l'espace social du faubourg du Mīdān ».

217 Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 111-112.

218 Rafiq A.-K., « Bāb al-Mūṣāllā », p. 32.

219 123/378/542.

220 Kremer A. von, Topographie, p. 22 ; Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 75 ; sur les ‘abā‘a, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 301-302.

221 297/229/508 ; 297/272/593 ; 297/290/627.

222 297/127/299 ; 297/225/502.

223 Sur le ḫawwām, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 127-128.

224 313/19/56 ; 313/29/93.

225 Chevallier D., « Les tissus ikatés d'Alep et de Damas », p. 105.

226 Sur le muzāyik, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 433-434.

227 297/109/264 ; 313/370/1023. Notons toutefois qu'une famille du Mīdān porte le nom de Muzāyik (cf. 313/138/409). Nous ne pouvons donc affirmer que ce bustān soit utilisé par un muzāyik-, il peut en effet simplement s'agir d'un jardin appartenant à la famille Muzāyik dont certains membres peuvent, ou ont pu, pratiquer cette activité. Même remarque pour Bayt al-Muzāyik, située à proximité de là, Zuqāq al-Basal ; cf. 313/137/409.

228 297/305/669.

229 Rodier G., L'Orient, p. 238.

230 QĀsimĪ M. Qāmūs, p. 267-268.

231 Thoumin R., Géographie humaine, p. 249.

232 Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 75.

233 117/26/44 ; 117/125/195. Sur les tailleurs de pierre, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 91-92.

234 297/81/198. Sur le fabricant de plātre (ğabāsīnī), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 77.

235 297/363/785 ; 297/572/1336.

236 Sur le cordier (ḥabbāl), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 90-91.

237 Sur le fabricant de torchis (ṭayyān), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 295-298.

238 Sur l'artisan du cuivre (naḥḥās), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 479-480.

239 Sur l'étameur (mubayyid), cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 413-414.

240 297/447/1002 ; 297/447/1003.

241 ‘Abd Al-HĀdĪ Y., « Nuzhat al-rifāq », p. 24.

242 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 66.

243 Sur l'équipement commercial de Bāb al-Mūṣāllā dans les années 1930, cf. Thoumin R., « Deux quartiers de Damas », p. 109-111.

244 313/128/378.

245 297/346/745.

246 313/98/298.

247 297/6/15.

248 297/37/90.

249 313/19/56 ; 313/29/93. Selon M. QĀsimĪ (Qāmūs, p. 127-128), le ḥawwām vend des doublures de vêtements (bā'i‘ batā'in al-tiyāb) amidonées avec du našā'.

250 313/19/56.

251 313/98/298.

252 Arna'ut M., « Bidāyāt intišār al-qahwa », p. 32-33.

253 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 190.

254 313/374/1030.

255 313/295/836.

256 Budayrī A., Ḥawādiṭ, p. 80.

257 130/189/389.

258 162/30/48. Sa succession comprend également une petite part (1 qīrāt) d'un bustān planté d'arbres fruitiers dont la localisation n'a pu être identifiée.

259 314/26/25.

260 123/316/415. Il n'est pas rare que des cafés soient situés à proximité des ḥammām (sur ce phénomène, cf. Marino B., « Café et cafetiers »). Il semble que cela soit également le cas ici, le terme iqmīm désignant en effet le foyer servant à chauffer l'eau des ḥammām.

261 297/249/547.

262 Les voyageurs occidentaux du xixe siècle donnent parfois des descriptions très détaillées de ces instruments ; cf. Marino B., « Cafés et cafetiers ».

263 . Cf. [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 30. Sur le ġalāyīnī, cf. QĀsimĪ M., Qāmūs, p. 330.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 8. Estimation de la population de Damas dans la seconde moitié du xvie siècle97
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 9. Estimation de la population du faubourg du Mīdān dans la seconde moitié du xvie siècle105
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 10. Répartition de l'impôt de l'i‘āne par secteurs de Damas en 1259-1260/1843-1844 (en piastres)144
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3840/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre TABLEAU 11. Sommes versées au titre de l'i‘āne par les musulmans, les chrétiens et les juifs de Damas en 1843-1844 (en piastres)145
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3840/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Carte 2 : Quelques portes mentionnées dans le Mīdān.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3840/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search