Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Première partie. La constitution du Faubourg : du Maydān au Mīdān

Chapitre I. Jusqu’à la fin de l’époque médiévale

Texte intégral

  • 1 Ibn Jobair, Voyages, p. 263.
  • 2 Ibn Batoutah, Voyages, p. 230.
  • 3 M. ḪarĪsĀt (« al-Tawassu‘ al-‘umrānī », p. 408) précise quant à lui que des constructions existaie (...)

1L'existence de faubourgs hors des remparts de Damas est attestée par Ibn Ğubayr et Ibn Baṭṭūṭa qui visitent cette ville à l'époque médiévale : au milieu du xiie siècle, Ibn Ğubayr remarque que de grands faubourgs entourent Damas, sauf à l'est, et il note l'existence de faubourgs au sud de la ville1 ; de même, au xive siècle, Ibn Baṭṭūṭa constate que Damas est entourée de vastes faubourgs, à l'exception du côté oriental2. Ces brèves indications évoquent l'extension de Damas hors de ses murs, mais donnent peu d'informations sur les faubourgs sud dont on devine à peine l'existence3.

  • 4 Article « Funduq », El2, II, p. 966-967.
  • 5 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 28, p. 247-248.
  • 6 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 59, p. 263.
  • 7 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 60, p. 263-264.
  • 8 Rīḥāwī ‘A.-Q., « Ḫānāt madīnat Dimašq », p. 57.

2Nous savons toutefois qu'à la fin du xiiie siècle, plusieurs bâtiments indiquent la présence d'une activité économique dans ce secteur de la ville en cours d'urbanisation. Des funduq ou des ḫān, édifices organisés autour d'une cour centrale et destinés à accueillir les voyageurs et commerçants arrivant en ville, y sont en effet signalés; bêtes et gens y logent respectivement au rez-de-chaussée et dans les pièces donnant sur une galerie qui fait le tour du bâtiment4. Un établissement de ce type, Funduq al-rāhib, existait déjà en 571/11755, et deux autres, Ḫān al-Sabīl6 et Ḫān Amīr Ḥāǧib7, sont signalés en 684/1285. Le Ḫān al-Nağībi fut, quant à lui, construit à l'époque du sultan Baybars par le représentant du pouvoir (nā'ib al-saltana) à Damas, Ǧamāl al-Din Āqūš al-Nağībī, qui mourut en 677/1278 »8.

  • 9 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20 ; Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche X.
  • 10 Sauvaget J., « Esquisse », avant-propos.

3Selon J. Sauvaget, c'est surtout à partir du xiiie siècle que commencent à se développer des faubourgs hors des murs de Damas, notamment ceux de ‘Uqayba, au nord, Šāġūr, au sud, et Qaṣr Ḥağğāğ, à l'ouest. À l'époque mamelouke, le fait marquant de l'histoire urbaine de Damas est l'installation, à proximité du marché aux chevaux (Sūq al-ḫayl) qui se tient sur une vaste esplanade située devant la citadelle, de toutes les activités commerciales et artisanales liées à l'équipement et à la consommation des militaires. Au nord de ce secteur se développe le faubourg de Sūq Ṣārūğā, peuplé essentiellement de militaires et, au sud- ouest, le faubourg de Suwayqa. C'est, selon J. Sauvaget, entre le xvie et le xixe siècle que se développe le faubourg du Mīdān, en absorbant le village des Qubaybāt qui constituait encore, au début du ixe/xve siècle (834/1431), une agglomération distincte de Damas9. Ces grandes lignes, ainsi tracées dans les années 30, ont malheureusement été publiées « sans aucune référence et généralement sans discussion des faits nouveaux » dans l'attente d'études plus détaillées10.

  • 11 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.
  • 12 RĪḤĀwĪ ‘A.-Q., Madīnat Dimašq, carte de la ville au début du xvie siècle.

4À partir des cartes établies par J. Sauvaget, R. Thoumin considère, quant à lui, que « le faubourg du Meidan, au début du xvie siècle, n'existait pas encore »11. S'il n'existait pas encore sous la forme d'une entité spatiale, il convient cependant de noter que la construction de divers types de monuments à fonction religieuse, économique ou sociale –à l'époque mamelouke mais aussi avant–reflète l'urbanisation de cette zone périphérique de Damas. En ce sens, la carte dressée par ‘A.-Q. Rīḥāwī12, sur laquelle figure un espace urbanisé autour du Mīdān au début du xvie siècle, nous paraît beaucoup plus pertinente que celles proposées par J. Sauvaget. Cette urbanisation s'est vraisemblablement réalisée autour de Zāwiya et de ḥammām et les nouvelles agglomérations ainsi constituées se distinguent, dès la fin du viiie/xive siècle, par leur marginalité dans la société damascène.

I - PLUSIEURS ESPACES SPÉCIFIQUES HORS DE LA VILLE

5À travers les chroniques médiévales établies jusqu'au viiie/xive siècle, le Mīdān n'apparaît pas encore comme un faubourg. Située hors de la ville, la zone qu'il occupe actuellement se caractérise par des activités ayant pour cadre des espaces à vocation militaire, politique et/ou religieuse : maydān, Mūṣallā et cimetière(s) en constituent les divers éléments.

A – LE MAYDĀN : UN LIEU D'ENTRAÎNEMENT

  • 13 Article « Maydān », El2, VI, p. 904.
  • 14 YĀqŪt, Mu‘ğam al-buldān, II, p. 468.
  • 15 Sauvaget J., « Esquisse », p. 460.

6Le faubourg du Mīdān tire, bien entendu, son nom du maydān, « grande aire dégagée, bien plane et, en général, quadrangulaire, destinée à tous les exercices équestres »13. Ce maydān, dont l'existence est attestée à Damas dès le XIIe siècle14, était l'un des deux principaux de la ville : le maydān al-Aḫḍar était situé à l'ouest de la ville intra-muros, à proximité de la citadelle, et le maydān al-Ḥaṣā au sud-ouest de la ville intra-muros, dans une zone où s'est développé le faubourg qui nous intéresse15.

  • 16 Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche x ; Sack d., Damaskus, carte I. Notons toutefois (...)
  • 17 De même, certains maydān du Caire ont été transformés en cimetières ; à l'époque mamelouke, c'est (...)

7Sur la localisation précise du maydān al-Ḥaṣā, nous avons quelques incertitudes : J. Sauvaget propose en effet une localisation approximative qui, lorsqu'elle est reprise par D. Sack sur une carte faisant apparaître quelques éléments du tissu urbain, ne semble pas pertinente16. Nous remarquons en effet, au sud et au nord de la localisation proposée, deux espaces dont la forme peut correspondre à celle d'un maydān, ce qui n'est pas le cas pour la localisation proposée. Actuellement, l'un de ces deux espaces est occupé par un immeuble moderne et un cimetière (circonscription de Mawṣilī) et l'autre par le lotissement de Ḥaqla et un cimetière (circonscription de Ḥaqla)17 ; ils apparaissent clairement sur les plans cadastraux établis dans les années 1930.

  • 18 Nous évoquerons le caractère approximatif de ces indications topographiques dans notre discussion (...)

8Nous savons que le maydān al-Ḥaṣā était situé à proximité de la Mosquée Manğak mais, vu le caractère approximatif des indications topographiques à l'époque médiévale, nous ne pouvons conclure qu'il se trouvait en face de cette mosquée18.

  • 19 Nu‘aymī ‘A.-Q., Dāris, I, p. 41.
  • 20 C'est également dans ce secteur que ‘A.-Q. RῙḤawῙ (Madīnat Dimašq, carte de la ville au début du x (...)
  • 21 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130. De même, à Alep, aux xiie-xiiie siècles, des Turcomans sont signa (...)
  • 22 Cette installation des Turcomans à proximité des maydān, à Alep et à Damas, à l'époque médiévale, (...)

9Des indications toponymiques et topographiques nous font penser que le maydān était situé dans l'actuelle circonscription de Mawṣilī. D'une part, ce secteur est explicitement désigné, dans les archives du milieu du xviiie siècle, comme le quartier du Mīdān et il est tout à fait normal que le maydān lui ait donné son nom. D'autre part, d'après une source de la fin de l'époque mamelouke-début de l'époque ottomane, la Zāwiya Rifā‘iyya est située au sud du maydān19 ; nous ne connaissons pas la localisation précise de ce bâtiment mais il est fort probable qu'il ait été situé à proximité de la Mosquée Rifā‘ī et du Ḥammām Rifā‘ī, effectivement localisés au sud de l'espace que nous proposons pour le maydān dans la circonscription de Mawṣilī20. Par ailleurs, dès le milieu du xiiie siècle, des Turcomans sont signalés à l'extrémité du maydān21 et, à l'époque ottomane, ils sont recensés dans le secteur de Ḥaqla, situé effectivement au sud de l'espace que nous proposons pour le maydān dans la circonscription de Mawṣilī22.

  • 23 Les dimensions du maydān al-Aḫḍar sont proposées par J. Sauvaget (« Esquisse », p. 460) ; nous pro (...)

10Plusieurs facteurs nous laissent penser que le maydān al-Ḥaṣā était de moindre importance par rapport au maydān al-Aḫḍar. La localisation de ce dernier, à proximité de la citadelle, indique en effet son rôle majeur dans la vie militaire de Damas. De plus, comme le suggèrent les épithètes qui leur sont attribuées, le maydān al-Aḫḍar (l'Hippodrome Vert), le plus grand (500m. x 150m.), était sans doute recouvert de gazon, alors que le maydān al-Ḥaṣā (l'Hippodrome aux Cailloux), le plus petit (240 m. x 85 m.), était vraisemblablement parsemé de cailloux23.

  • 24 Ayalon D., « Notes on the Furūsiyya Exercices », p. 37, p. 42.
  • 25 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 120, p. 185 ; Ibn ṬŪlŪn M., I‘lām, p. 52 ; Laoust H., Gouverneurs, p (...)
  • 26 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 283, p. 316 ; Ibn ṬŪlŪn M.I‘lām, p. 166 ; Laoust H., Gouverneurs, p. (...)
  • 27 MuḤibbῙ M., Ḫulāṣa, III, p. 427-428.
  • 28 Pococke R., A Description of the East, II, 1, p. 118.

11Par ailleurs, le maydān al-Ḥaṣā est beaucoup moins souvent cité que le maydān al-Aḫḍar dans les chroniques mameloukes et il se peut, comme ce fut le cas pour les maydān du Caire, qu'il ait connu un déclin au cours de la période circassienne (1382-1516)24. À la fin du xve siècle, les troupes du faubourg y étaient encore passées en revue25 mais cette activité, lorsqu'elle concernait l'ensemble des troupes de la ville, se déroulait sur le maydān al-Aḫḍar26. Dans la première moitié du xviie siècle, un militaire du faubourg du Mīdān, Muḥammad b. Turkumān Ḥasan Katḫudā (m. 1071/1660), pratiquait des exercices équestres non pas sur le maydān al-Ḥaṣā, situé à proximité de son lieu de résidence, mais sur le maydān al-Aḫḍar27. Enfin, au milieu du xviiie siècle, R. Pococke évoque le maydān al-Aḫḍar mais ne mentionne pas le maydān al-Ḥaṣā, sans doute parce que celui-ci n'était déjà plus utilisé à cette époque28.

Carte 1 : Localisation du maydān.

  • 29 Sauvaget J., « Esquisse », p. 460.

12Bien que les sources damascènes soient peu loquaces à ce sujet, J. Sauvaget considère, selon toute vraisemblance, que les maydān « ne servent pas uniquement de terrains de sport ; c'est sur ces vastes esplanades que camperont désormais les groupes humains trop nombreux pour être hébergés en masse dans l'agglomération : les cortèges des souverains et des ambassadeurs, les détachements de troupes, et même, à l'occasion, les caravanes importantes. Ils sont aussi un des lieux de promenade favoris de la population, qui y vient contempler les évolutions des cavaliers »29.

  • 30 Ayalon D., « Notes on the Furūsiyya Exercises », p. 37-42.

13Comme cela a été démontré par D. Ayalon pour les maydān du Caire30, il est fort probable que ce type d'espace ait pu constituer, à Damas, des noyaux d'urbanisation mais nous ne disposons d'aucune information précise à ce sujet.

  • 31 Lapidus I., Muslim Cities, p. 62.

14Nous savons simplement que des constructions étaient situées à proximité du maydān al-Aḫḍar : à la fin du viie/xiiie siècle (690/1291), elles furent détruites pour permettre l'extension de ce maydān31.

  • 32 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130. Nous remercions M. Chapoutot-Remadi de nous avoir signalé cette r (...)
  • 33 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20.

15Au sud du maydān al-Ḥaṣā se trouvaient des coupoles appartenant à des Turcomans (qibāb al-Turkumān bi-ra's maydān al-Ḥaṣā); Nuwayrī les signale au milieu du xiiie siècle, en 664/1265-126632. Nous retrouverons les coupoles de ces Turcomans lorsque nous nous intéresserons aux caractéristiques architecturales de l'habitat dans le Mīdān et aux territoires de divers groupes sociaux dans ce faubourg. Ces "petites coupoles" ont donné leur nom à une agglomération située sud de Damas, les Qubaybāt; en 834/1431, celle-ci était encore distincte de Damas33 mais elle fut par la suite intégrée au tissu urbain du Mīdān. Plusieurs éléments nous permettront d'apporter des précisions sur la localisation des Qubaybāt, telle que la propose J. Sauvaget.

B – LE MUṢALLĀ : UN LIEU DE PRIÈRE ET DE DÉCLARATIONS POLITIQUES

  • 34 Article « Mūsāllā », El2, VII, p. 658-660.
  • 35 Bianquis Th., Damas, p. 339, p. 383.
  • 36 Atassi S., Damas, p. 10-11 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 389 ; Nu‘aymῙ ‘A.-Q., Dāris, p. 419-420 ; (...)

16Le mūṣallā constitue un autre élément de cet espace situé hors de la ville. Dès l'époque du Prophète, à l'occasion des grandes fêtes de l'islam, lors des sécheresses, ou plus souvent pour des funérailles, les grandes prières collectives étaient effectuées à l'extérieur des villes, dans de larges espaces désignés par le terme de mūṣallā34 ; cette pratique, attestée à Damas au début du Ve/XIe siècle35, est sans doute beaucoup plus ancienne. Au début du VIIe/XIIIe siècle, en 606/1209, une mosquée, la Mosquée du mūṣallā, est édifiée dans ce secteur36 que l'on continue à désigner, encore à l'époque ottomane, comme le mūṣallā.

  • 37 Laoust H., Gouverneurs, p. 35. Cf. également BuṢrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 112.
  • 38 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 28. Sur ces quelques journées, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. (...)

17Le mūṣallā, où se manifeste l'autorité politique lors de fêtes religieuses, est aussi un lieu où se réalise la publicité de la vie politique et où se rassemble, dans de telles circonstances, « une foule aussi nombreuse qu'un nuage de sauterelles »37. La fonction politique du Mūṣallā apparaît nettement au moment de la transition entre le pouvoir mamelouk et le pouvoir ottoman à Damas : ainsi, le 28 sa'bān 922/26 septembre 1516, les représentants des quartiers (mašāyiḫ al-ḥārāt) se réunissent au mūṣallā et décident de livrer la ville aux Ottomans38.

  • 39 MaḤĀsinῙ I., Kunnāš, p. 131 ; Marino B., Carnet, p. 1-2.
  • 40 MaḤĀsinῙ I., Kunnāš, p. 123 ; Marino B., Carnet, p. 24-25.
  • 41 BudayrῙ A., Hawādit, p. 225.

18À l'époque ottomane, le mūṣallā continue à être signalé comme un espace où se réalisent les prières collectives. Celles-ci peuvent implorer la pluie lors d'une période de sécheresse, comme ce fut le cas le 18 ğumādā II 1073/20 janvier 166339, ou concerner la vie politique de l'Empire ottoman, notamment dans ses relations avec l'extérieur; ainsi, le 27 ṣafar 1079/6 août 1668, une grande partie de la population de Damas se rend au mūṣallā pour invoquer la victoire des Ottomans dans la conquête de la Crète40. Le mūṣallā est même reconnu comme un lieu où la prière est exaucée, notamment à la suite du tremblement de terre qui se produit au mois de rabī‘ II 1172/décembre 175841.

C – LE(S) CIMETIÈRE(S)

  • 42 Ṭalas M., Dayl, p. 230.
  • 43 Ainsi, au début du mois de sa‘bān 1101/10 mai 1690, al-Šayh ‘Abd al-Ġanī al-Nābulusī et ses compag (...)

19Au sud du mūṣallā se trouve le Mausolée de Suhayb al-Rūmī dont la restauration est signalée en 624/122742 et qui, jusqu'à l'époque ottomane, suscitera la dévotion des voyageurs arrivant en ville43. D'autres mausolées (Mausolée d'Abū al-Burġul, Mausolée de Ğunayd al-‘Askarī, Mausolée de Muḥammad al-Qurasī, etc.) sont implantés dans ce secteur dont l'empreinte religieuse se perçoit également dans le fait qu'il constitue un lieu de sépulture pour de nombreuses personnalités.

  • 44 Le plus important d'entre eux, le plus éloigné de la ville intra-muros, est celui de Bawwābat Allā (...)
  • 45 BuṢrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 60, p. 151. Cette indication vient corriger la localisation, beaucoup pl (...)
  • 46 Cf. par exemple Ibn KaṮīr ‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 141, p. 190, p. 206, p. 289 ; Suğā'ī S.-D., Tārī (...)
  • 47 Ibn al-ṢuqĀ'Ῑ, Wafāyāt, p. 148.

20Trois cimetières existent actuellement dans le faubourg du Mīdān44 mais, dans les sources médiévales, ils ne sont pas encore désignés comme tels, si ce n'est celui des Qubaybāt (maqbarat al-Qubaybāt) situé au sud de la Mosquée Karīm Al-dīn et qui correspond donc vraisemblablement au cimetière de Bāb Allāh45. De nombreux individus possèdent leur dernière demeure au sud de Damas46 ; certains résident aux antipodes du Mīdān, sur le Mont Qasioun, tel ce personnage qui exerçait des fonctions juridiques dans la Mosquée des Omeyyades et qui, à la fin du viie/xiiie siècle, en 692/1293, fut enterré au Mīdān, comme il en avait manifesté le désir dans son testament47.

  • 48 Ibn Al-DĀwadĀrῙ ‘A.-B., Kanz, VIII, p. 230 ; Ibn KaṮῙrI.-D. Bidāya, XIV, p. 251 ; Maqrīzī T.-D.,(...)
  • 49 Ibn AL-Sūqā'ī, Wafāyāt, p. 22.
  • 50 Le Tourneau R., Damas, p. 228.
  • 51 Bianquis Th., Damas, p. 71.
  • 52 Bianquis Th., Damas, p. 44.
  • 53 Elisséeff N., Nūr Al-dīn, p. 369, p. 464, p. 469.

21Dans cet espace où se succèdent lieu de prière, d'entraînement et de sépulture, on accueille les personnages officiels48. Par sa position stratégique, aux Marğes de la ville, il est également le théâtre de sanglants combats. Outre les arrestations49 et les assassinats50 qui s'y déroulent, on voit également s'y affronter des armées rivales. À l'époque fatimide (ive/xe siècle), les troupes y sont mobilisées afin de protéger la ville contre les ennemis51 et cette zone est le théâtre de combats qui empêchent les habitants de Damas d'aller effectuer la prière au Mūṣallā52 ; des activités guerrières sont à nouveau signalées aux époques zenguide et ayyoubide (vie/xiie siècle)53.

22Dans les chroniques médiévales damascènes antérieures au viiie/xie siècle, il est donc question du maydān al-Ḥaṣā, toponyme utilisé pour désigner à la fois un lieu à vocation militaire situé à l'extérieur de la ville et l'espace qui l'entoure. À partir de la fin du viiie/xive siècle, l'image du Mīdān, en tant qu'espace habité, va peu à peu se dessiner. Tout en conservant sa contradiction initiale, alternance de solennité et d'agitation, cet espace péri-urbain se constituera progressivement en faubourg de la ville au cours d'un moment charnière, le viiie/xive siècle. Les vestiges architecturaux et la présence d'une population en sont les témoins.

II - LES VESTIGES ARCHITECTURAUX DU viiie/xive SIÈCLE

23Opérations architecturales de prestige, comme les grandes mosquées ou les mausolées mamelouks, les bâtiments religieux du Mīdān se présentent aussi sous la forme plus modeste des Zāwiya; la vie économique et sociale de cet espace en cours d'urbanisation se concentre quant à elle autour des bains publics (ḥammām) et des nouveaux caravansérails qui témoignent de la présence d'une population et d'activités commerciales. Après avoir présenté les plus importants de ces monuments, nous montrerons comment l'ensemble du Mīdān, tout en étant un espace périphérique, est progressivement intégré à la ville de Damas.

A – LES MOSQUÉES MANǦAK ET KARῙM AL-DῙN (OU AL-DAQQĀQ)

  • 54 Atassi S., Damas, p. 18-19 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 387 ; Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., Ṭimār, p. 144, (...)
  • 55 Atassi S., Damas, p. 28-29 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 389 ; Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., Ṭimār, p. 144, (...)

24Deux grandes mosquées furent édifiées à l'époque mamelouke au sud de Damas : la Mosquée Karīm Al-dīn (ou al-Daqqāq)54 et la Mosquée Manğak55.

25Sur cette dernière mosquée, les quelques informations dont nous disposons sont contradictoires; elle aurait été construite en 793/1391 par Sayf Al-dīn Manğak ou son fils Ibrāhīm, ou encore en 810/1407 par nāsir Al-dīn, le fils d'Ibrāhīm. Les différentes sources consultées ne nous donnent aucune indication sur l'espace qui l'entoure, si ce n'est qu'elle était située à proximité de Gisr al-Fağl, un pont suggérant la présence d'un cours d'eau ou d'un canal.

  • 56 Ibn KaṬῙr ‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 86, p. 88, p. 97, p. 116.

26Nous disposons en revanche d'informations très intéressantes sur le rôle de la Mosquée Karīm Al-dīn dans la mise en valeur de l'espace qui l'entoure56.

  • 57 Au milieu du xviiie siècle, la Mosquée Karīm al-Dīn était déjà appelée Ğāmi' al-Daqqāq; cf. Budayr(...)

27Cette mosquée, actuellement appelée Mosquée al-Daqqāq57, fut édifiée sur l'initiative d'un important personnage de l'État mamelouk, le qādī Karīm Al-dīn ‘Abd al-Karīm (m. 724/1324), fondé de pouvoir du sultan, qui ordonna sa construction au cours des quelques jours qu'il passa à Damas en 718/1318. Achevée dans l'année, cette mosquée fut accompagnée d'un important aménagement hydraulique : le fondateur y fit en effet amener l'eau depuis le Nahr al-Karīmī et il ordonna la construction d'un grand bassin (hawd kabīr) situé à l'ouest de la mosquée et à partir duquel furent irrigués les jardins environnants. Là se trouve une rue portant encore le nom de Zuqāq al-mā' ("la rue de l'eau", circonscription de Mīdān Sulṭānī).

  • 58 Atassi S.,Damas, p. 19. Signalons que ce sūq fut incendié à deux reprises : le 10 ğumādā II 850/2 (...)

28Les jardins irrigués témoignent du caractère encore rural, au début du viiie/xive siècle, de cette zone en cours d'urbanisation. L'existence, à proximité de la mosquée, d'un espace à vocation commerciale, désigné comme étant le marché de la Mosquée Karīm Al-dīn (Sūq Masğid Karīm Al-dīn), indique la présence d'une population. Ce Sūq peut avoir deux origines : il peut s'agir d'une concentration d'activités commerciales qui se sont implantées spontanément dans le cadre du développement d'une agglomération autour de la mosquée, mais il peut aussi s'agir de « quelques boutiques attachées directement à la mosquée et constituées en waqf à son profit, ce qui était souvent le cas lors de la construction d'institutions religieuses importantes »58.

B – LES MAUSOLÉES MAMELOUKS

  • 59 Ibn TaĠrῙ BIrdῙ Ğ.-D., Nuğūm, IX, p. 147 ; MaqrῙzῙ T.-D., Sulūk, II, p. 500 ; SuĞā‘Ῑ Š.-D., Tārīḫ (...)

29Plusieurs émirs mamelouks ont contribué à la mise en valeur architecturale de la route du Mīdān. Au viiie/xive siècle, l'émir Tankīz, qui gouverna Damas pendant vingt-huit années (712-740/1312-1340), y possédait une résidence59. Plusieurs autres émirs y édifièrent, quant à eux, des mausolées.

  • 60 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 55.
  • 61 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 50 ; Atassi S., D (...)

30En effet, pendant un siècle, du début du viiie/xive jusqu'au début du ixe/xve siècle, les émirs mamelouks ayant occupé des fonctions officielles à Damas construisirent, tout le long de la route qui traverse l'actuel faubourg du Mīdān et qui mène vers l'Egypte, des mausolées destinés à leur servir de lieu de sépulture. Ce type de monument est celui qui caractérise le plus l'architecture religieuse du Mīdān : onze mausolées y furent édifiés entre 703/1303-1304 et 823/1420-1421. À ces bātiments, dont la localisation précise nous est souvent inconnue, s'ajoutent deux autres mausolées qui furent occupés par des Zāwiya : celui d'Išiqtamur al-mārdīnī (m. 791/1389) fut occupé par la Zāwiya Rašīdiyya60 et celui de Aynāl al-Ğakamī (m. 842/1439) par la Zāwiya Ğibāwiyya61.

  • 62 D'après Atassi S., Damas, p. 297, p. 300, p. 303, p. 313, p. 315, p. 316, p. 319, p. 320, p. 321, (...)

TABLEAU 7. Mausolées construits dans le Mīdān entre 703/1303-1304 et 823/1420-142162

TABLEAU 7. Mausolées construits dans le Mīdān entre 703/1303-1304 et 823/1420-142162
  • 63 Cf. Behrens-Abouseif D., « A Circassian Mamluk Suburb »; Behrens-Abouseif D., « The North-Eastern (...)
  • 64 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 34.

31L'édification de ces mausolées n'est pas sans rappeler les secteurs nord-est du Caire, Husayniyya et Raydāniyya où, comme dans le Mīdān, des émirs mamelouks érigèrent, au xive siècle, le long de la route du pèlerinage menant également en Syrie, des mosquées et des palais qui furent à l'origine de l'urbanisation de ces zones63. On peut supposer qu'à Damas, comme au Caire, ces monuments constituèrent des noyaux d'urbanisation, mais les sources concernant l'histoire topographique de Damas sont peu loquaces à ce sujet. Leur implantation présente une spécificité en ce sens qu'ils furent édifiés une vingtaine de mètres en retrait de ce qui constitue aujourd'hui l'artère principale du faubourg du Mīdān64 et qui s'est vraisemblablement tracée en tant que telle dans une phase d'urbanisation postérieure ; ces mausolées semblent donc avoir disposé de larges espaces exempts de toute construction dans des zones où le tissu urbain n'était pas encore complètement constitué.

C – LES ZᾹWIYA

  • 65 La ville du Caire nous offre quelques exemples d'installation de zāwiya à la périphérie de l'espac (...)

32Outre les mausolées et les mosquées, les Zāwiya constituent un autre pôle important de la vie religieuse de cet espace à l'urbanisation duquel elles participent65. Plusieurs Zāwiya s'implantèrent en effet dans le Mīdān à l'époque mamelouke : les Zāwiya Rifā‘iyya, Rasīdiyya, Mawṣiliyya et Ğibāwiyya.

  • 66IlmwῙ ‘A. B., Muḫtasar Tanbīh, p. 177.
  • 67 Sur al-Šayḫ Ḥasan al-Ğibāwī, cf. BurῙnῙ Ḥ., Tarāğim, I, p. 40-42 ; ĠazzῙ N.-D., Lutf, p. 56-61 ; Ġ (...)

33Nous disposons surtout d'informations sur les diverses Zāwiya Mawṣiliyya et sur la Zāwiya Ğibāwiyya. Dans notre chapitre sur la structuration de l'espace social du faubourg, nous tenterons de cerner l'espace que contrôlent, aux xviiie et xixe siècles, les familles qui les dirigent. Apparentées à la confrérie Qādiriyya, ces Zāwiya tirent leur nom de leur fondateur, al-Šayḫ Abū Bakr al-Mawṣili (m. 797/1394-1395)66 et al-Šayḫ Ḥasan al-Ğibāwī (m. 910/1504-1505)67.

  • 68 Nous ne disposons d'aucune notice biographique sur Ḥusayn. - Sur son père, Aḥmad b. Ḥusayn b. Ḥasa (...)
  • 69 Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 222.
  • 70 Tapu Defteri, n° 393, p. 28.

34La famille Mawṣili et la famille Ğibāwī sont liées par le sang. Ḥusayn b. Aḥmad b. Ḥusayn b. Ḥasan b. Muḥammad al-Ğibāwī (m. après l'an mil de l'hégire/1591-1592) et al-Šayḫ Taqī Al-dīn al-Mawṣili (m. 21 Ğumādā I 1018/22 août 1609) étaient frères utérins68 ; leur mère était la fille d'al-Šayḫ Šihāb Al-Dīn al-Muḥawğab al-Qubaybātī69 Les liens entre ces deux familles se perçoivent également sur le plan foncier ; une femme de la famille Mawṣilī, fille d'al-Šayḫ Barakāt al-Mawṣili (m. 973/1565-1566) et sœur d'al-Šayḫ Taqī Al-dīn al-Mawṣilī (m. 1018/1609), est en effet bénéficiaire des revenus d'une partie du village de Gibā que son époux constitue en waqf à son profit en 954/154770 ; c'est bien entendu de ce village qu'est originaire la famille Ğibāwī. Au Xe/XVIe siècle, peu de temps après leur installation dans le Mīdān, la famille Mawṣili et la famille Ğibāwī sont donc liées par le sang et par la terre.

35Avant de présenter les Zāwiya contrôlées par ces deux familles, il nous faut brièvement évoquer la Zāwiya Rašīdiyya et la Zāwiya Rifā‘iyya.

1– La Zāwiya Rašīdiyya

  • 71 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 55.

36Sur la Zāwiya Rasīdiyya, située dans les Qubaybāt (circonscription de Mīdān Sultānī), nos informations sont limitées : nous savons seulement qu'elle fut construite vers la fin du viiie/xive siècle pour servir, comme nous l'avons noté, de mausolée à Išiqtamur al-Mārdīnī71.

2– La Zāwiya Rifā‘iyya

  • 72 Ibn QāḌi Šuhba, Tārīḫ, III, p. 397.
  • 73 Ibn Ṭūlūn M., Mufākaha, I, p. 258.
  • 74 Badrān ‘A.-Q., Munādama, p. 305 ; Muḥibbī M., Ḫulāṣa, III, p. 436-437.
  • 75 Pour une localisation de cette zāwiya, cf. Nu‘aymī ‘A.-Q., Dāris, I, p. 41.

37La Zāwiya Rifā‘iyya dépend de la ṭarīqa fondée par al-Šayḫ Ahmad al-Rifā'ī, mort à la fin du xiie siècle. Cette zāwiya existait dans le Mīdān à l'époque mamelouke : en 773/1371-1372, de l'eau y fut en effet acheminée depuis le Nahr al-Karīmī72. Ibn Ṭūlūn la mentionne quant à lui en 907/150273. « Grande et spacieuse » (kabīra fasīḥa), elle fut sérieusement endommagée à l'occasion d'un conflit politique qui se produisit à la fin de l'époque mamelouke, en 920/1514. Le sultan Ġūrī envoya en effet à Damas un nouveau gouverneur qui, pour se protéger de la réaction du pouvoir en place dans la ville, se fortifia à l'intérieur de la zāwiya; le gouverneur de la citadelle y projeta des pierres avec de grosses catapultes et l'ampleur des dégâts fut importante74 mais nous ignorons si la Zāwiya fut ou non restaurée par la suite. Elle était située au sud du maydān, vraisemblablement à proximité ou à la place de la Mosquée Rifā‘ī et du Ḥammām Rifā‘ī qui furent édifiés au xvie siècle75.

3 – Les Zāwiya Mawṣiliyya

  • 76 Elboudrari H., « Quand les saints font les villes », p. 490.
  • 77 La localisation de certaines de ces zāwiya, aujourd'hui disparues, nous a été indiquée par S.-D. a (...)

38Comme cela a été mis en évidence pour un saint marocain du xviie siècle, « l'acte même de fondation religieuse, qui a en l'occurrence la forme d'une fondation mystique-confrérique, est, pour peu qu'il dure dans le temps, consubstantiel de la domination d'un espace social et géographique »76. Ainsi, plusieurs zāwiya appartenant à la famille Mawṣili s'installèrent dans le Mīdān entre la fin du viiie/xive siècle et la veille de la conquête ottomane ; elles jouèrent un rôle important dans l'urbanisation de la partie centrale du faubourg actuel77.

  • 78 Ibn QĀḌI ŠUHBA, Tārīḫ, I, p. 559-560.
  • 79 Information communiquée par S.-D. al-Mawṣilī et qui, selon lui, doit être considérée comme un rect (...)
  • 80 Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu', p. 137, n. 1.
  • 81 Information donnée par S.-D. al-Mawṣilī.
  • 82 Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu', p. 141-142.

39La première est la Zāwiya d'al-Šayḫ Abu Bakr al-Mawṣilī, édifiée à la fin du viiie/xive siècle, avant 797/1394-1395 dans Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā'78. Une zāwiya, fondée par un descendant d'al-Šayḫ Abū Bakr al-Mawṣilī et transformée en lieu de sépulture pour la famille Mawṣilī, la Zāwiya d'al-Šayḫ Muḥammad b. mūsā nāṣir Al-dīn al-Mawṣilī (né en 777/1375-1376) est quant à elle située sur l'artère centrale du faubourg, en face du Mausolée de Suhayb al-Rūmī79. Le petit-fils d'al-Šayḫ Abū Bakr al-Mawṣilī construisit quant à lui une Zāwiya, la Zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Qādir b. Ibrāhīm al-Mawṣilī (788-862/1390-1457) en face de la Zāwiya de son grand-père80. Au nord de celle-ci, toujours dans Zuqāq al-Qubba al-Ḥamrā’, aurait été située la Zāwiya d'al-Šayḫ Maḥmūd al-Mawṣilī (m. 891/1486) qui a maintenant disparu81, de même que la Zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad nāsir Al-dīn al-Mawṣilī (m. avant 918/1513), située à proximité de l'espace donnant aujourd'hui sur la rue al-Muğtahid et la place de Bāb al-Mūṣallā82. La Zāwiya d'al-Šayḫ Abū al-Wafā' al-Mawṣilī (m. 920/1514-1515), située entre la Zāwiya d'al-Šayḫ Abū Bakr al-Mawṣilī et la Zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad Nāṣir Al-dīn al-Mawṣilī, existe encore de nos jours, mais le ḥammām et le sabīl qui la jouxtaient autrefois ont été détruits.

  • 83 M. Ecochard et C. Le cœur (Les bains de Damas, p. 117-118) proposent, comme date de construction d (...)
  • 84 Ibn TŪlŪn M., Tamattu', p. 141, n. 1 ; cf. Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 375.
  • 85 Selon l'expression de h. elboudrari, « Quand les saints font les villes », p. 490-496.

40Divers membres de la famille Mawṣilī participèrent à la mise en valeur du faubourg, d'abord par la construction du Ḥammām Mawṣilī vers la fin du xiiie siècle83, puis, au début du XVIe siècle, par une adduction d'eau au profit de la Zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad Nāṣir Al-Dīn al-Mawṣilī. À la fin de l'année 918/début 1513 fut en effet achetée une part d'eau qui était réservée à une maison mitoyenne de la Madrasa zāhiriyya, située dans la ville intra-muros; cette eau fut acheminée jusqu'au Nahr Qayniyya, puis jusqu'au Nahr al-Karīm, pour être ensuite conduite au sud de la Zāwiya d'al-Šayḫ Abu Bakr al-Mawṣili ; des travaux de canalisation permirent ensuite d'alimenter la Zāwiya d'al-Šayḫ ‘Abd al-Karīm b. Muḥammad Nāṣir Al-dīn al-Mawṣilī et la construction d'un canal permit enfin d'acheminer une partie de cette eau depuis al-Qubba al- Ḥamrā', au sud de la zāwiya, jusqu'à al-Qubba al-Bayḍā', au nord du ḥammām84. Ces travaux d'équipement hydraulique illustrent le rôle du « saint aménageur »85 dans l'urbanisation de son territoire.

4 – La Zāwiya Ğibāwiyya

  • 86 Cf. article « Sa‘diyya », El1, I, p. 44-45 ; MuḤibbῙ M., Ḫulāsa, I, p. 33-35.
  • 87 BῙrῙnῙ H., Tarāǧim, I, p. 40-42 ; Ġazzi N.-D., Luṭf, p. 56-61 ; Ġazzī N.-D., Kawākib, I, p. 174-17 (...)
  • 88 Burton I., The Inner Life, p. 55-56. Notons qu'un soufi égyptien de la même époque, Ša‘rānī, préco (...)

41La Zāwiya Ğibāwiyya s'installa dans le Mīdān au début du xe/xvie siècle. La famille Ğibāwī est, comme son nom l'indique, originaire du village de Gibā, situé dans le Ḥawrān. Sa'd Al-dīn al-Ğibāwī, mort au début du viiie/xive siècle, était dans sa jeunesse le chef d'une troupe de bandits (quṭṭā‘ al-ṭuruq) sévissant dans le Ḥawrān; repenti, il fonda la ṭarīqa Sa‘diyya qui se répandit par la suite en Égypte et en Turquie86. Deux siècles plus tard, un de ses descendants, al-Šayḫ Ḥasan al-Ğibāwī (m. 910/1504-1505) s'installa dans le Mīdān, dans un bâtiment prévu pour être le mausolée d'un gouverneur mamelouk de Damas, Aynāl al-Ğakamī, et il en fit une zāwiya87. Celle-ci jouera un rôle important, en tout cas au xixe siècle, dans le cadre du pèlerinage : ainsi, lors du passage de la caravane, le chameau portant le mahmil est conduit à la fenêtre de la Zāwiya Ğibāwiyya et le Šayḫ qui en est responsable a le privilège de lui donner des boules de pâte pétrie, des amandes et du sucre88.

  • 89 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 377-378.
  • 90 MakkῙ M., Tārīḫ Hims, p. (51).
  • 91 Garcin J.-C., « Deux saints populaires », p. 132; sur la dawsa, cf. El2, II, p. 187.
  • 92 Pour une description d'une dawsa à Tripoli, cf. Gillon J.-Y., Les anciennes fêtes de printemps à H (...)
  • 93 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 377-378.
  • 94 MakkῙ M., Tārīḫ Ḥims, p. (51). Sur la tarīqa ğibāwiyya à Homs, cf. Gillon J.- Y., Les anciennes fê (...)
  • 95 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 91.
  • 96 Bakhit M., Ottoman Province, p. 181-182.

42Surtout fréquentée par des populations rurales, cette confrérie est également implantée à Alep, Sayda, dans la Biqā'89 et à Homs90. Elle se distingue par la pratique de la dawsa, cérémonie au cours de laquelle le Šayḫ de la confrérie chevauche les adeptes de celle-ci, étendus sur le sol, la face contre terre, afin de leur transmettre sa baraka. Une rue située en face de la Zāwiya porte d'ailleurs encore le nom de Zuqāq al-Dawsa (circonscription de Ḥaqla) et un jardin du même nom figure sur les plans cadastraux ; c'est probablement là que devait se dérouler cette cérémonie. Ce rite de la dawsa, aujourd'hui aboli, est également attesté pour le Caire, notamment à l'occasion de la commémoration de l'ascension au ciel (mi‘rāg) du Prophète91 ; encore pratiqué à Tripoli en 198592, il est aussi signalé dans un village de la Biqā'93 et à Homs où les membres de la confrérie se livrent à une excursion hors de la ville avant de revenir pratiquer la dawsa à l'intérieur de celle-ci94.De même, lors d'une période de crise, en 1160/1747, al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-Šayḫ Yūsuf al-Ğibāwī conduit un pèlerinage jusqu'au Mausolée de Sayyida Zaynab, à quelques kilomètres au sud de Damas ; à son retour, en fin de journée, le cortège fait le tour de la ville, passe devant la porte du sérail et se livre à une dawsa95. Les Šayḫ de cette Zāwiya joueront un rôle important dans la vie politique damascène à l'époque ottomane et ils furent dotés, par le sultan Salīm, de terres et de moulins dont les revenus étaient destinés à assurer l'entretien de l'institution et à subvenir aux besoins de leur famille96.

D – LES ḤAMMᾹM

  • 97 KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 134, 200 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 502, p. 504.
  • 98 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 114 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 521.
  • 99 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 115 ; KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 122 ; ‘Ulab(...)
  • 100 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 117-118 ; KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 202-206 (...)
  • 101 Selon A. raymond (« Signes urbains »), les ḥammām répondent à des exigences démographiques ; nous (...)

43Outre les monuments religieux, les ḥammām constituent un indicateur de la croissance de ce faubourg. Il en existe neuf dans le Mīdān mais ils sont, pour la plupart, détruits ou fermés. La date de construction de trois d'entre eux -- le Ḥammām d'al-Šayḫ Ḥasan à bāb al-Mūṣallā, le Ḥammām al-Tūta et le Ḥammām al-Ğadīd dans les Qubaybāt -- nous est inconnue97. Trois ḥammām datent de l'époque mamelouke : le Ḥammām Sunqur (xiiie/xive siècle)98, situé dans la partie septentrionale du faubourg, près de bāb al-Mūṣallā; le Ḥammām Mawṣilī (fin xiiie siècle)99 situé dans la partie centrale du faubourg, à proximité des Zāwiya Mawṣiliyya ; et le Ḥammām al-Darb (fin xive siècle)100, situé dans la partie méridionale du faubourg, à proximité de la Mosquée Karīm Al-dīn. L'existence de ces ḥammām révèle la présence d'une population et l'on voit donc apparaître, dès l'époque mamelouke, trois agglomérations dans cet espace101. Trois autres ḥammām (le Ḥammām Rifā‘ī, le Ḥammām Fathī et le Ḥammām ‘Aqīl) seront édifiés à l'époque ottomane, répondant ainsi aux besoins d'une population en expansion.

E – LES CARAVANSÉRAILS

  • 102 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 121, p. 303.
  • 103 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 127, p. 306.
  • 104 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 131, p. 309.
  • 105 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 187, 188, 189, 190, p. 334-335. Le terme qasaba désigne une (...)
  • 106 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 259, p. 475-476.
  • 107 Cf. Ibn Al- Ṣiddiq H., Ġarā'ib, p. 45. Dans les archives que nous avons étudiées, nous en avons tr (...)

44À la fin du XVe siècle sont mentionnés sept nouveaux ḫān, non plus aux environs du mūṣallā, comme c'était le cas des quatre bâtiments dont nous avons signalé l'existence à la fin du xiiie siècle, mais tout le long de la route jusqu'aux Qubaybāt : outre le ḫān al-Qubaybāt102, le Ḫān al-Sawmar,103 le Ḫān al-Manṣūr104, sont mentionnés quatre ḫān al-Qasaba105. Un autre hān, Ḫān al-Maġāriba, situé dans la partie septentrionale de Bāb al-mūṣallā, dans le quartier de Suwayqa, indique la présence d'une population maghrébine dans le secteur mais nous ignorons la date de sa construction106 ; nous savons simplement qu'il existait déjà en 1771107.

45Les bâtiments religieux, les ḥammām et les caravansérails signalent l'existence d'une population dans cette partie périphérique de la ville, et tel est donc le cadre dans lequel commencent à se mouvoir, au viiie/xive siècle, les personnages résidant dans certaines parties de ce faubourg en cours de constitution. Outre le secteur de bāb al-Mūṣallā, dont l'urbanisation, au cours du xiiie siècle, se devine autour des structures commerciales destinées à accueillir les voyageurs, des agglomérations prennent naissance autour d'institutions religieuses, notamment autour des Zāwiya Mawṣiliyya et de la Mosquée Karīm Al-dīn qui bénéficient toutes deux d'équipements hydrauliques. Des noyaux d'urbanisation ont pu prendre naissance dans d'autres lieux, notamment autour de la Zāwiya Rifā‘iyya et de la Zāwiya Ğibāwiyya, mais nous ne disposons d'aucun indice à ce sujet.

III – LE FAUBOURG DU MῙDᾹN DANS L'ESPACE URBAIN : TRANSITION ET INTÉGRATION

46Cet espace en cours d'urbanisation occupe, de par sa position géographique, une place particulière vis-à-vis de la ville intra-muros; dernière étape du voyage pour les cortèges officiels en provenance d'Égypte, il représente un lieu de transition avant l'entrée en ville tout en étant progressivement intégré à celle-ci.

A – DERNIÈRE ÉTAPE DU VOYAGE AVANT L'ENTRÉE EN VILLE

  • 108 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 183; Laoust H., Gouverneurs, p. 115, p. 117.
  • 109 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 125 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 70.

47La traversée des quartiers de Bāb al-Ğābiya, bāb al-Mūṣallā, Mīdān et Qubaybāt constitue l'itinéraire normal pour qui veut sortir de Damas à destination du sud108, et lorsque le voyageur emprunte un itinéraire différent, passant par Bāb al-Sarīğa, le chroniqueur prend la peine de le mentionner109.

  • 110 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 153 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 92.
  • 111 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 14.
  • 112 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 243 ; Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 27, p. 61.
  • 113 Ibn TŪlŪn M.,I'lām, p. 88, 104 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 41, p. 53.

48En sens inverse, le Mīdān exerce une fonction d'accueil pour les personnages officiels : juges, gouverneurs, responsables de la citadelle, et même sultans alimentent de leur prestige la chronique mondaine de cette dernière étape du voyage. Quelques indices nous permettent de penser qu'il ne s'agit pas d'une simple rencontre informelle suivie de l'accompagnement du voyageur jusque dans la ville. Dans certaines circonstances, la traversée du Mīdān semble se faire directement jusqu'au mūṣallā110 ou même jusque dans la ville intra-muros111, mais dans d'autres, les monuments religieux du Mīdān, notamment la Turba Tanbak, servent de lieu de réception pour les hôtes de marque112 : certains personnages y demeurent même plusieurs jours avant de recevoir ou non l'autorisation de pénétrer à l'intérieur des murs113.

  • 114 MaqrzῙ T.-D., Sulūk, II, p. 67.
  • 115 .Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 16. Notons qu'en Occident médiéval, lorsque le roi pénètre en ville (...)
  • 116 Ainsi, en 906/1500 et 907/1501, les habitants du Mīdān subissent les agressions des habitants de S (...)

49Quelles que soient leurs différentes étapes jusque dans la ville, ces cortèges offrent un agréable divertissement à la population. La réception de personnages officiels peut en effet constituer, comme ce fut le cas en 709/1309-1310, lors de l'arrivée du sultan al-Mālik al-Nāṣir, en provenance d'Egypte, un véritable spectacle pour les habitants de Damas qui s'installent de part et d'autre de la route, dans des maisons louées pour la circonstance depuis le maydān jusqu'à la citadelle, afin d'assister au passage du cortège à partir de points d'observation privilégiés114. L e passage du sultan ne donne pas simplement lieu à une observation passive de la part des badauds ; parmi eux, certains peuvent manifester leur joie de manière ostensible en lançant de l'argent sur le cortège en marche, et cela confère à l'événement un air de fête populaire que vient parfois troubler la convoitise des uns et des autres. Ainsi, en 922/1516, le responsable de la frappe de la monnaie à Damas (mu‘allim ḍār al-ḍarb bi-Dimašq) témoigne au sultan son allégeance en lui lançant de l'argent dont essayent de s'emparer les badauds, tentative à laquelle le souverain doit imposer un terme115. Ces bousculades sont sans gravité par rapport aux échauffourées qui peuvent se produire entre des groupes antagonistes qui appartiennent aux différents faubourgs de la ville, et qui se rencontrent au sud de celle-ci pour accueillir des personnages officiels en provenance du Caire116.

B – INTÉGRATION AU SYSTÈME DÉFENSIF DE LA VILLE

  • 117 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 199, p. 200 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 40.
  • 118 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 195 ; Ibn ṬŪlŪn U.,I'lām, p. 119 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 65, p. (...)
  • 119 Lombard-Jourdan A., « Oppidum et banlieue », p. 380.
  • 120 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, i, p. 189. Compromise dans sa réalisation, la mise en place de ce disposit (...)
  • 121 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 282.

50Le Mīdān est, par sa position, particulièrement exposé aux attaques ; choisi comme lieu de siège, ses maisons sont souvent pillées et brûlées117, et sa population, de plein gré ou encouragée par les autorités, le déserte ou en simule l'évacuation avant d'être victime des affrontements118. C'est un « espace habité, mais non défendu, autour des murailles d'une ville, les faubourgs que l'ennemi occupe et incendie facilement avant de s'attaquer aux fortifications »119. Toutefois, certaines tentatives sont entreprises, dès le début du xe/fin du xve siècle, pour intégrer cet espace au système défensif de la ville : ainsi, en 903/1497, sont construites les fondations d'un mur à l'extrémité des Qubaybāt120, et en 910/1504 est à nouveau signalée l'édification d'un mur avec des portes à l'extrémité des Qubaybāt121. À l'époque ottomane sont mentionnées plusieurs autres portes donnant accès à des quartiers au sein du faubourg ou conduisant vers la campagne; nous les évoquerons plus loin.

  • 122 Ibn QĀḌῙ Šuhba, Tārīḫ, I, p. 374 ; Ibn ṢaṢra M., Durra, p. 51, p. 54-55 ; Lapidus \.,Muslim Cities (...)

51Cet espace spécifique abrite une population qui ne l'est pas moins : dès la fin du viiie/xive siècle, on la voit d'ailleurs participer aux guerres civiles qui secouent le pouvoir mamelouk à l'époque circassienne et qui causent des dommages considérables dans les faubourgs ; en cette période trouble, les diverses agglomérations situées au sud de la ville intra-muros apparaissent déjà comme des espaces de constestation122.

IV – UNE POPULATION AGITÉE

52Délinquance et contestation caractérisent la population du Mīdān; cependant, loin d'être livré à l'anarchie, le faubourg est encadré par des individus organisés en force politique, les zu‘ar.

A – DÉLINQUANCE ET CONTESTATION

  • 123 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 93.
  • 124 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 292.
  • 125 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 162.
  • 126 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 212.
  • 127 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 278-279.
  • 128 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, 1, p. 213-214.
  • 129 Laoust H., Gouverneurs, p. 125.
  • 130 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 259.

53À la fin de l'époque mamelouke sont mentionnés de nombreux actes de délinquance dans le Mīdān. Certaines de ces affaires sont liées à la moralité, comme la réunion, en 893/1488, de ces quelques individus qui non seulement ont fumé du hachich et bu du vin, mais qui de plus n'ont aucunement rétribué la fille en compagnie de laquelle ils ont passé du bon temps123. Les actes immoraux, telle l'ivresse, sont parfois sévèrement punis lorsqu'ils sont susceptibles de constituer une menace pour la population; ainsi, en 911/1505, un jeune homme du Mīdān, surpris avec un couteau alors qu'il est en état d'ivresse, est pendu124. Les meurtres alimentent également la chronique des faits divers du faubourg125 et il n'est pas rare que les cours d'eau recueillent des victimes : en 904/1499, on retrouve un cadavre dans le Nahr al-Anbāṭ, à l'est de la Mosquée Manğak126, et en 910/1504, le corps d'un homme qui a été attaqué dans le Mīdān est trainé dans le Nahr Qulayṭ, à l'est du mūṣallā127. Toutefois, le Mīdān ne constitue pas exclusivement un lieu d'insécurité ; on le voit, en certaines circonstances, représenter un refuge, non seulement pour les habitants des autres quartiers de Damas128, mais aussi pour des populations bédouines extérieures à la ville129, et les hors-la-loi qui se hasardent imprudemment hors de ce territoire sont arrêtés130.

  • 131 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, i, p. 247 ; Ibn ṬŪlŪn M.,l'lām, p. 141 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 82, p. (...)

54Des liens de solidarité entre les habitants du Mīdān se manifestent non seulement pour résister à la répression exercée par le pouvoir mais aussi pour protester contre les taxes que celui-ci leur impose. À la fin de l'époque mamelouke, ces taxes sont diverses : la vénalité des charges en constitue une des sources principales car les personnages nommés à de nouvelles fonctions répercutent le coût de celles-ci sur la population131.

  • 132 Laoust H., Gouverneurs, p. 85.
  • 133 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 287 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 107.
  • 134 BūṣrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 112 ; Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 79, p. 299 ; Ibn ṬŪlŪn M. l'lām, p. (...)

55Outre les taxes mensuelles et les taxes sur les maisons132, la population doit également s'acquitter d'une indemnité pour des meurtres commis dans son quartier133, et les abus dont elle est victime la poussent parfois à exprimer son mécontentement par des manifestations répondant à un rituel bien précis : muni de bannières et de Corans, le peuple se dirige vers la Mosquée des Omeyyades et monte sur ses minarets pour implorer un secours divin à ses difficultés économiques, supplique qui peut porter ses fruits134.

  • 135 Ibn ṬŪlŪn M.,Mufākaha, I, p. 194.
  • 136 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 250 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 84, p. 85.
  • 137 Ainsi, en 904/1499, le gouverneur de Damas se rend pendant trois jours dans le Hawrān, à la tête d (...)

56Conscient des menaces qu'elle représente pour l'ordre et la sécurité, le pouvoir lance parfois des appels au calme à la population du Mīdān afin de prévenir son agitation intempestive135. Les concertations avec les représentants du pouvoir, entreprises à la suite de manifestations populaires, ou destinées à les empêcher d'éclore, permettent par ailleurs un dialogue destiné à tempérer l'agitation sociale. Ces concertations, entre quartiers ou avec le pouvoir, ont souvent pour cadre le mūṣallā136 mais elles ne constituent pas une caractéristique permanente de la vie politique damascène, et le pouvoir, sollicité par le peuple, réagit parfois par une violente répression137.

57Les contestations de la population des faubourgs ne consistent pas en des mouvements de masse incontôlés mais sont organisées et soutenues par de puissants individus, les zu‘ar.

B – DES REVENDICATIONS POPULAIRES ENCADRÉES PAR LES ZU‘AR

  • 138 Lapidus I., Muslim Cities, p. 153-163.

58En raison de leur organisation paramilitaire, les zu‘ar représentent un véritable contre-pouvoir à partir de la fin du ixe/xve siècle (890/1485); engagés comme auxiliaires de l'armée mamelouke et clients de certains émirs, ils prennent en effet partie dans les conflits opposant des prétendants au pouvoir, et leur relation avec les représentants de celui-ci se manifeste sous forme de coopération ou de résistance. Ils défendent les habitants contre les taxes abusives qui leur sont imposées et, selon les circonstances, ils sont liés ou opposés à leurs semblables des autres faubourgs138.

  • 139 Laoust H., Gouverneurs, p. 103.
  • 140 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 120, p. 185 ; Ibn ṬŪlŪn M., I'lām, p. 52 ; Laoust H., Gouverneurs, p (...)
  • 141 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 283, p. 316 ; Ibn ṬŪlŪn M., I'lām, p. 166 ; Laoust H., Gouverneurs, (...)

59Les autorités mameloukes cherchent à s'assurer le soutien des populations en demandant aux zu'ar des quartiers de promettre fidélité au sultan139 ; une fois ce soutien acquis, le passage en revue des troupes constitue la manifestation la plus tangible de l'utilisation des zu‘ar comme auxiliaires de l'armée mamelouke. Au début du xe/fin du xve siècle, nombreuses sont les allusions à cette pratique : les personnalités politiques et militaires se rendent au maydān pour assister à une revue des troupes destinée à effrayer l'ennemi se rapprochant de Damas140. Comme nous l'avons signalé dans notre présentation des maydān, la revue des troupes des faubourgs sud de la ville ne se réalise pas obligatoirement au Maydān al-Ḥasā : elle s'effectue parfois sur le Maydān al-Aḫḍar, notamment lorsque les troupes de tous les quartiers de la ville et l'armée régulière y participent, ce qui peut durer plusieurs jours141.

  • 142 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 179.
  • 143 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 180, p. 183.
  • 144 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 180. Les festivités familiales donnent également lieu à des rencontr (...)

60S'ils participent ensemble à la défense de Damas contre les dangers extérieurs, les zu‘ar sont aussi à l'origine de conflits entre les différents quartiers de la ville ; ceux du Mīdān sont très souvent au centre de conflits momentanés qu'ils entretiennent avec leurs homologues des Qubaybāt, de Šāġūr, voire de Ṣāliḥiyya. La chronique des faubourgs est ainsi semée de batailles sporadiques qui éclatent soudainement entre bandes rivales sans que l'on puisse toujours en deviner les véritables motifs. En 902/1497, la violence des affrontements est telle que l'on ferme les boutiques afin de les soustraire au pillage, et que l'intervention d'un représentant de l'autorité politique est nécessaire afin qu'un terme soit mis à ces combats sanglants142. Les autorités interviennent non seulement pour séparer les belligérants mais aussi pour les réconcilier, même temporairement143, et des festins (walīma) sont parfois organisés à l'initiative de l'un des deux adversaires en l'honneur de l'autre144.

Conclusion

61Au cours de l'époque mamelouke, les agglomérations qui se développent au sud de Damas se présentent donc comme des territoires périphériques et Marginaux qui s'opposent souvent les uns aux autres, et ces divers conflits suggèrent qu'il n'existe pas d'homogénéité entre les différents faubourgs de la ville; en effet, au delà d'une condition commune, l'appartenance à un faubourg, s'expriment de forts sentiments d'identification à une unité territoriale spécifique. À l'époque ottomane, sous l'effet de la croissance urbaine, ces divers territoires se constitueront progressivement en une entité spatiale, un faubourg contre lequel les menaces ne viendront plus de l'ennemi extérieur ou de conflits internes, mais plutôt de la ville intra-muros.

  • 145 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 11, p. 21, p. 22. Sur les représentants de quartiers, cf. Lapidus I (...)
  • 146 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 26.
  • 147 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 28. Sur ces quelques journées, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. (...)

62À la veille de l'arrivée des Ottomans sont signalés plusieurs agressions ou assassinats à rencontre des représentants de ces diverses agglomérations, et l'été 922/1516 est à cet égard particulièrement mouvementé puisque trois agressions ou assassinats sont commis contre des personnalités, dont les représentants des quartiers (‘arīf) du Mīdān et des Qubaybāt145 ; ces événements reflètent sans doute une contestation du pouvoir en place et c'est dans ce contexte que les Ottomans pénétreront dans Damas quelques semaines plus tard. Juste après la conquête d'Alep par le sultan Salīm, une concertation se réalise dans le Mīdān; le 20 sa‘bān 922/18 septembre 1516, les habitants du faubourg invitent, pour un festin préparé en son honneur, Ganbirdī al-Ġazalī, nommé gouverneur de Damas (nā'ib al-Šām) deux semaines plus tôt par les Mamelouks146. Plus qu'un simple repas de bienvenue, cette invitation est sans doute destinée à examiner le danger venant du nord, et le 28 sa ‘bān 922/26 septembre 1516, alors que Ganbirdī al-Ġazalī a quitté la ville depuis cinq jours, la laissant dans une situation anarchique, les représentants des quartiers (mašāyiḫ al-ḥārāt) se réunissent au mūṣallā et décident de livrer la ville aux Ottomans; parmi eux se trouve un notable du Mīdān, al-Šayḫ Ḥusayn al-Ğibāwī (m. 926/1519)147.

Notes

1 Ibn Jobair, Voyages, p. 263.

2 Ibn Batoutah, Voyages, p. 230.

3 M. ḪarĪsĀt (« al-Tawassu‘ al-‘umrānī », p. 408) précise quant à lui que des constructions existaient déjà au sud-ouest de la ville en 272/885.

4 Article « Funduq », El2, II, p. 966-967.

5 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 28, p. 247-248.

6 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 59, p. 263.

7 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 60, p. 263-264.

8 Rīḥāwī ‘A.-Q., « Ḫānāt madīnat Dimašq », p. 57.

9 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20 ; Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche X.

10 Sauvaget J., « Esquisse », avant-propos.

11 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.

12 RĪḤĀwĪ ‘A.-Q., Madīnat Dimašq, carte de la ville au début du xvie siècle.

13 Article « Maydān », El2, VI, p. 904.

14 YĀqŪt, Mu‘ğam al-buldān, II, p. 468.

15 Sauvaget J., « Esquisse », p. 460.

16 Sauvaget J., « Esquisse », planche VIII, planche x ; Sack d., Damaskus, carte I. Notons toutefois que, dans son article sur les « Décrets mamelouks de Syrie », publié deux années avant son « Esquisse de l'histoire de la ville de Damas », J. Sauvaget propose, pour le maydān, une localisation plus septentrionale qui paraît plus pertinente.

17 De même, certains maydān du Caire ont été transformés en cimetières ; à l'époque mamelouke, c'est le cas du maydān de Baybars, situé au nord-ouest de la ville ; cf. Behrens-Abouseif D., « A Circassian Mamluk Suburb North of Cairo », p. 17.

18 Nous évoquerons le caractère approximatif de ces indications topographiques dans notre discussion sur la localisation des Qubaybāt.

19 Nu‘aymī ‘A.-Q., Dāris, I, p. 41.

20 C'est également dans ce secteur que ‘A.-Q. RῙḤawῙ (Madīnat Dimašq, carte de la ville au début du xvie siècle) situe le maydān.

21 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130. De même, à Alep, aux xiie-xiiie siècles, des Turcomans sont signalés dans des tentes dressées à proximité d'un maydān, celui de la Porte de Qinnasrīn ; cf. Sauvaget J., Alep, p. 119.

22 Cette installation des Turcomans à proximité des maydān, à Alep et à Damas, à l'époque médiévale, et leur présence à Ḥaqla à l'époque ottomane, pourrait suggérer que cet espace correspond à la localisation du maydān ; celui-ci se serait ensuite progressivement urbanisé pour laisser finalement la place au lotissement de Ḥaqla. Mais il faut bien reconnaître que cette hypothèse (que nous avions retenue avant la publication de cet ouvrage) laisse une part réduite aux arguments toponymiques ; l'indication donnée par Nu‘aymī sur la localisation de la Zāwiya Rifā‘iyya, au sud du maydān, nous avait alors échappé.

23 Les dimensions du maydān al-Aḫḍar sont proposées par J. Sauvaget (« Esquisse », p. 460) ; nous proposons nous-même les dimensions du maydān al-Ḥaṣā à partir des plans cadastraux (l/500e). Un hippodrome vert, également recouvert de gazon, existait aussi à Alep ; cf. Sauvaget ).,Alep, p. 119. Sur les particularités géologiques de l'espace situé au sud de Damas, cf. Thoumin R., Géographie humaine, p. 245-248.

24 Ayalon D., « Notes on the Furūsiyya Exercices », p. 37, p. 42.

25 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 120, p. 185 ; Ibn ṬŪlŪn M., I‘lām, p. 52 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 39.

26 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 283, p. 316 ; Ibn ṬŪlŪn M.I‘lām, p. 166 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 103, p. 121.

27 MuḤibbῙ M., Ḫulāṣa, III, p. 427-428.

28 Pococke R., A Description of the East, II, 1, p. 118.

29 Sauvaget J., « Esquisse », p. 460.

30 Ayalon D., « Notes on the Furūsiyya Exercises », p. 37-42.

31 Lapidus I., Muslim Cities, p. 62.

32 NuwayrῙ A., Nihāya, XXX, p. 130. Nous remercions M. Chapoutot-Remadi de nous avoir signalé cette référence qui nous est triplement précieuse ; en effet, l'expression « qibāb al-Turkumān bi-ra's maydān al-Ḥaṣā » nous donne à la fois des indications architecturales, démographiques et topographiques sur lesquelles nous aurons l'occasion de revenir.

33 Sauvaget J., « Décrets mamelouks », p. 20.

34 Article « Mūsāllā », El2, VII, p. 658-660.

35 Bianquis Th., Damas, p. 339, p. 383.

36 Atassi S., Damas, p. 10-11 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 389 ; Nu‘aymῙ ‘A.-Q., Dāris, p. 419-420 ; Sauvaire H., « Description de Damas », p. 231 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 310.

37 Laoust H., Gouverneurs, p. 35. Cf. également BuṢrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 112.

38 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 28. Sur ces quelques journées, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 1-8.

39 MaḤĀsinῙ I., Kunnāš, p. 131 ; Marino B., Carnet, p. 1-2.

40 MaḤĀsinῙ I., Kunnāš, p. 123 ; Marino B., Carnet, p. 24-25.

41 BudayrῙ A., Hawādit, p. 225.

42 Ṭalas M., Dayl, p. 230.

43 Ainsi, au début du mois de sa‘bān 1101/10 mai 1690, al-Šayh ‘Abd al-Ġanī al-Nābulusī et ses compagnons de voyage y liront la fātiḥa; cf. NĀbulusῙ ‘A.-Ġ., al-Ḥaḍra al-unsiyya, p. 360.

44 Le plus important d'entre eux, le plus éloigné de la ville intra-muros, est celui de Bawwābat Allāh/bāb Allāh, qui s'étend sur une longueur de 400 mètres ; viennent ensuite les cimetières de Ḥaqla (130m.x 150m.) et de Ġawra (180 m.x80 m.) ; cf. Ory S. et Moaz Kh., Les stèles funéraires, p. 12-13.

45 BuṢrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 60, p. 151. Cette indication vient corriger la localisation, beaucoup plus septentrionale, proposée par J. Sauvaget (« Décrets mamelouks », carte, p. 19).

46 Cf. par exemple Ibn KaṮīr ‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 141, p. 190, p. 206, p. 289 ; Suğā'ī S.-D., Tārīḫ al-Malik al-Nāṣir, p. 251 ; Taġrī Birdi Ǧ.-D., Nuğūm, IX, p. 232.

47 Ibn al-ṢuqĀ'Ῑ, Wafāyāt, p. 148.

48 Ibn Al-DĀwadĀrῙ ‘A.-B., Kanz, VIII, p. 230 ; Ibn KaṮῙrI.-D. Bidāya, XIV, p. 251 ; Maqrīzī T.-D., Sulūk, II, p. 99, p. 279, p. 625 ; TaĠrī BirdῙ Ǧ.-D., Nuǧūm, IX, p. 28, p. 88. Sur ce phénomène dans l'Occident médiéval, cf. Coulet N., « Les entrées solennelles », p. 63.

49 Ibn AL-Sūqā'ī, Wafāyāt, p. 22.

50 Le Tourneau R., Damas, p. 228.

51 Bianquis Th., Damas, p. 71.

52 Bianquis Th., Damas, p. 44.

53 Elisséeff N., Nūr Al-dīn, p. 369, p. 464, p. 469.

54 Atassi S., Damas, p. 18-19 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 387 ; Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., Ṭimār, p. 144, n. 1 ; Ibn KaṬīr « I.-D., Bidāya, XIV, p. 86, p. 88, p. 97, p. 116 ; Nu'aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 416-419 ; ‘Ulabī A., Ḫiṭaṭ, p. 326.

55 Atassi S., Damas, p. 28-29 ; BadrĀn ‘A.-Q., Munādama, p. 389 ; Ibn ‘Abd Al-HĀdῙ Y., Ṭimār, p. 144, n. 2 ; Nu'aymῙ ‘A.-Q., Dāris, II, p. 444-445 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 356.

56 Ibn KaṬῙr ‘I.-D., Bidāya, XIV, p. 86, p. 88, p. 97, p. 116.

57 Au milieu du xviiie siècle, la Mosquée Karīm al-Dīn était déjà appelée Ğāmi' al-Daqqāq; cf. BudayrῙ A., Ḫawādiṯ, p. 49, p. 50, p. 53. Cette appellation, que l'on trouve également dans certains de nos documents d'archives, pourrait faire référence à un personnage exerçant une activité dans l'artisanat textile qui, comme nous le verrons, est répandu dans ce secteur du faubourg aux xviiie et xixe siècles. Le daqqāq est un lustreur d'étoffe; bien que cette activité soit concentrée dans la ville intra-muros, dans le Sūq al-Daqqāqīn, il n'est pas improbable qu'elle ait été également exercée, de manière Marğinale, dans le faubourg du Mīdān, notamment dans les Qubaybāt. Sur le daqqāq, cf. QĀsimῙ M., Qāmūs, p. 144.
Par ailleurs, des militaires appartenant à la famille Daqqāq semblent très influents dans le faubourg au milieu du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Au milieu du xviiie siècle, al-Ḥāğğ ‘Abd Allāh Beşe b. al-Ḥāğğ Muḥammad al-Daqqāq apparaît comme un important créancier auprès des populations rurales (cf. infra, « La ville, le faubourg, la campagne ; les créances sur les populations villageoises »). En 1831, Abū Ḫalīl al-Daqqāq joue quant à lui un rôle majeur dans les révoltes qui se produisent à Damas cette année-là (cf. Ghazzal Z., Économie politique, p. 160). Cette famille pourrait avoir été liée à cette mosquée, en la restaurant par exemple, et le bâtiment aurait été ainsi désigné par son nom.

58 Atassi S.,Damas, p. 19. Signalons que ce sūq fut incendié à deux reprises : le 10 ğumādā II 850/2 septembre 1446 et le 4 rabī‘ I 890/22 mars 1485 ; cf. Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 66.

59 Ibn TaĠrῙ BIrdῙ Ğ.-D., Nuğūm, IX, p. 147 ; MaqrῙzῙ T.-D., Sulūk, II, p. 500 ; SuĞā‘Ῑ Š.-D., Tārīḫ al-Malik al-Nāṣir, p. 82.

60 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 55.

61 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sulṭānī, p. 50 ; Atassi S., Damas, p. 247-248.

62 D'après Atassi S., Damas, p. 297, p. 300, p. 303, p. 313, p. 315, p. 316, p. 319, p. 320, p. 321, p. 323, p. 325.

63 Cf. Behrens-Abouseif D., « A Circassian Mamluk Suburb »; Behrens-Abouseif D., « The North-Eastern Extension of Cairo ».

64 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 34.

65 La ville du Caire nous offre quelques exemples d'installation de zāwiya à la périphérie de l'espace urbain; ainsi, à travers le dictionnaire biographique de Sa'rānī (xe/xvie siècle), soufi lui-même installé dans un quartier périphérique du Caire, Bāb al-Sa‘riyya, il apparaît que l'implantation des soufis se réalise essentiellement dans les secteurs nord et ouest du Caire « où les maisons et les jardins font aisément place aux concessions des zawiyat » (Garcin J.-C., « L'insertion sociale de Sa'rānī », p. 159-163) ; la zāwiya d'Abū al-Sū'ud al-Ğārihī (m. 933/1526-27) fut édifiée sur le Kom al-Ğārih au Vieux Caire, site choisi en raison de sa désolation (Garcin J.-C., « Deux saints populaires », p. 131), et la zāwiya de ‘Abd al-Qādir al-Dašṭūṭi (m. 924/1518) fut construite entre Būlāq et Ḥusayniyya, à proximité de Bāb al-Ša‘riyya, dans une zone urbaine naissante (Garcin J.-C., « Deux saints populaires », p. 132).

66IlmwῙ ‘A. B., Muḫtasar Tanbīh, p. 177.

67 Sur al-Šayḫ Ḥasan al-Ğibāwī, cf. BurῙnῙ Ḥ., Tarāğim, I, p. 40-42 ; ĠazzῙ N.-D., Lutf, p. 56-61 ; ĠazzῙ N.-D., Kawākib, I, p. 174-175 ; Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 221-222 (selon Nu‘aymī, al-Šayh Ḥasan al-Ğibāwī serait mort en 914/1508-1509). Sur la zāwiya, cf. Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 221 ; Sauvaget J., Monuments historiques, p. 81 ; Ṭalas M., Dayl, p. 253.

68 Nous ne disposons d'aucune notice biographique sur Ḥusayn. - Sur son père, Aḥmad b. Ḥusayn b. Ḥasan b. Muḥammad al-Ğibāwī, mort en 963/1555-1556, cf. BūrnῙ H., Tarāgim, I, p. 40-42. - Sur al-Šayh Taqī al-Din al-Mawsilī, cf. ĠazzῙ N.- D., Lutf, p. 246-247.

69 Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 222.

70 Tapu Defteri, n° 393, p. 28.

71 [Atassi S., Pascual J.-P. et Kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Sultānī, p. 55.

72 Ibn QāḌi Šuhba, Tārīḫ, III, p. 397.

73 Ibn Ṭūlūn M., Mufākaha, I, p. 258.

74 Badrān ‘A.-Q., Munādama, p. 305 ; Muḥibbī M., Ḫulāṣa, III, p. 436-437.

75 Pour une localisation de cette zāwiya, cf. Nu‘aymī ‘A.-Q., Dāris, I, p. 41.

76 Elboudrari H., « Quand les saints font les villes », p. 490.

77 La localisation de certaines de ces zāwiya, aujourd'hui disparues, nous a été indiquée par S.-D. al-Mawṣilī que nous remercions pour les informations qu'il nous a communiquées.

78 Ibn QĀḌI ŠUHBA, Tārīḫ, I, p. 559-560.

79 Information communiquée par S.-D. al-Mawṣilī et qui, selon lui, doit être considérée comme un rectificatif à une indication qu'il a donnée dans un de ses ouvrages où il indique que cette zāwiya aurait été construite par al-Šayh Muḥammad Abu al-Fadl al-Mawṣilī (m. 1008/1600). Cette information est reprise par l'éditeur de Ġazzī (Luṭf, II, p. 505, n. 1) à propos de la biographie du fils de ce personnage, ‘Abd al-Rahmān al-Mawṣilī. Or, Ġazzī, dans la biographie qu'il établit de Muḥammad Abu al-Fadl al-Mawṣilī, n'indique pas que ce personnage aurait construit une zāwiya. De plus, l'inscription qui se trouve au-dessus de la porte de cette zāwiya évoque simplement l'année de la mort de ce personnage sans indiquer qu'il en fut le fondateur.

80 Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu', p. 137, n. 1.

81 Information donnée par S.-D. al-Mawṣilī.

82 Ibn ṬŪlŪn M., Tamattu', p. 141-142.

83 M. Ecochard et C. Le cœur (Les bains de Damas, p. 117-118) proposent, comme date de construction de ce ḥammām, la fin du xiiie siècle. Le relevé, par S.-D. al-Mawṣilī, d'une inscription gravée sur le sabīl avant sa destruction indique que celui- ci aurait été construit en 718/1318-1319.

84 Ibn TŪlŪn M., Tamattu', p. 141, n. 1 ; cf. Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 375.

85 Selon l'expression de h. elboudrari, « Quand les saints font les villes », p. 490-496.

86 Cf. article « Sa‘diyya », El1, I, p. 44-45 ; MuḤibbῙ M., Ḫulāsa, I, p. 33-35.

87 BῙrῙnῙ H., Tarāǧim, I, p. 40-42 ; Ġazzi N.-D., Luṭf, p. 56-61 ; Ġazzī N.-D., Kawākib, I, p. 174-175 ; Nu‘aymῙ ‘A.-Q., Dāris, II, p. 221-222. Les dates mentionnées sur ce monument sont toutefois plus anciennes (982/1574, 995/1587, 1005/1595); elles correspondent sans doute à des travaux entrepris pour achever la construction de ce mausolée; cf. [Atassi S., Pascual J.-P. et kandalaft M.], Damas extra-muros. Mīdān Ṣulṭānī, p. 50. Sur ce monument, cf. Sauvaget J., Monuments historiques, p. 6, n° 72 ; Talas M., Dayl, p. 253, n° 273.

88 Burton I., The Inner Life, p. 55-56. Notons qu'un soufi égyptien de la même époque, Ša‘rānī, préconise la gentillesse avec les animaux, notamment, mais pas seulement, avec les chameaux de la caravane du pèlerinage; cf. winter M., Society and Religion, p. 197.

89 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 377-378.

90 MakkῙ M., Tārīḫ Hims, p. (51).

91 Garcin J.-C., « Deux saints populaires », p. 132; sur la dawsa, cf. El2, II, p. 187.

92 Pour une description d'une dawsa à Tripoli, cf. Gillon J.-Y., Les anciennes fêtes de printemps à Homs, p. 54.

93 Abdel Nour A., Histoire urbaine, p. 377-378.

94 MakkῙ M., Tārīḫ Ḥims, p. (51). Sur la tarīqa ğibāwiyya à Homs, cf. Gillon J.- Y., Les anciennes fêtes de printemps à Homs.

95 BudayrῙ A., Ḥawādiṯ, p. 91.

96 Bakhit M., Ottoman Province, p. 181-182.

97 KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 134, 200 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 502, p. 504.

98 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 114 ; ‘UlabῙ A., Ḫiṭaṭ, p. 521.

99 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 115 ; KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 122 ; ‘Ulab A., Ḫiṭaṭ, p. 534.

100 Ecochard M. et Le Cœur C., Les bains de Damas, p. 117-118 ; KayyĀl M., Ḥammāmāt Dimašq, p. 202-206 ; ‘Ulab A., Ḫiṭaṭ, p. 511.

101 Selon A. raymond (« Signes urbains »), les ḥammām répondent à des exigences démographiques ; nous aborderons cette question dans notre étude des recensements ottomans, (les premières données démographiques dont nous disposons), afin de comparer les données démographiques avec l'implantation des ḥammām dans le faubourg.

102 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 121, p. 303.

103 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 127, p. 306.

104 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 131, p. 309.

105 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 187, 188, 189, 190, p. 334-335. Le terme qasaba désigne une large avenue ; au Caire, la Qasaba, « tracée par les Fatimides comme une rue à fonction politique [...] était devenue, au fil des siècles, le centre de la vie économique »; cf. Raymond A., Le Caire, p. 250. Cette Qaṣaba de Damas présente également une fonction politique et économique très importante, non seulement en raison des personnages qui y sont accueillis avant leur entrée dans la ville mais aussi en raison des activités commerciales qui s'y déroulent.

106 Yahia F., Inventaire archéologique, n° 259, p. 475-476.

107 Cf. Ibn Al- Ṣiddiq H., Ġarā'ib, p. 45. Dans les archives que nous avons étudiées, nous en avons trouvé une seule mention en 1829 (313/294/832). Nous évoquerons la population maghrébine dans le chapitre consacré à la structuration de l'espace social du faubourg.

108 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 183; Laoust H., Gouverneurs, p. 115, p. 117.

109 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 125 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 70.

110 Ibn TŪlŪn M., I'lām, p. 153 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 92.

111 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 14.

112 Ibn TŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 243 ; Nu‘aymī ‘A.-Q., dāris, II, p. 27, p. 61.

113 Ibn TŪlŪn M.,I'lām, p. 88, 104 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 41, p. 53.

114 MaqrzῙ T.-D., Sulūk, II, p. 67.

115 .Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 16. Notons qu'en Occident médiéval, lorsque le roi pénètre en ville, c'est lui qui « jette aux carrefours des pièces de monnaie au peuple massé pour l'acclamer » ; Coulet N., « Les entrées solennelles », p. 69, p. 72-73.

116 Ainsi, en 906/1500 et 907/1501, les habitants du Mīdān subissent les agressions des habitants de Sālihiyya et de Šāgūr venus accueillir des personnages officiels en provenance du Caire ; cf. Ibn ṬŪlŪn M.,Mufākaha, I, P. 232, p. 247.

117 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 199, p. 200 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 40.

118 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 195 ; Ibn ṬŪlŪn U.,I'lām, p. 119 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 65, p. 84.

119 Lombard-Jourdan A., « Oppidum et banlieue », p. 380.

120 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, i, p. 189. Compromise dans sa réalisation, la mise en place de ce dispositif n'empêche cependant pas les affrontements au sud de la ville, à tel point que « les gens et les oiseaux dans le ciel étaient génés par le bruit des armes » ; cf. Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 191.

121 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 282.

122 Ibn QĀḌῙ Šuhba, Tārīḫ, I, p. 374 ; Ibn ṢaṢra M., Durra, p. 51, p. 54-55 ; Lapidus \.,Muslim Cities, p. 27-28.

123 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 93.

124 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 292.

125 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 162.

126 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 212.

127 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 278-279.

128 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, 1, p. 213-214.

129 Laoust H., Gouverneurs, p. 125.

130 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 259.

131 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, i, p. 247 ; Ibn ṬŪlŪn M.,l'lām, p. 141 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 82, p. 83.

132 Laoust H., Gouverneurs, p. 85.

133 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 287 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 107.

134 BūṣrawῙ ‘A.-D., Tārīḫ, p. 112 ; Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 79, p. 299 ; Ibn ṬŪlŪn M. l'lām, p. 181-182 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 116.

135 Ibn ṬŪlŪn M.,Mufākaha, I, p. 194.

136 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 250 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 84, p. 85.

137 Ainsi, en 904/1499, le gouverneur de Damas se rend pendant trois jours dans le Hawrān, à la tête d'une expédition contre des bédouins à qui il dérobe, d'après les rumeurs, environ 2 000 chameaux; lors du retour de son cortège, des habitants des Qubaybāt, incapables de payer le prix des chameaux enlevés aux bédouins et dont l'achat leur a été imposé, viennent se plaindre auprès de lui; assistant au supplice du haut de son cheval, le gouverneur de la ville fait infliger une sévère bastonnade aux manifestants et leur impose ensuite le versement d'une forte indemnité; cf. Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 213 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 47.

138 Lapidus I., Muslim Cities, p. 153-163.

139 Laoust H., Gouverneurs, p. 103.

140 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 120, p. 185 ; Ibn ṬŪlŪn M., I'lām, p. 52 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 39.

141 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 283, p. 316 ; Ibn ṬŪlŪn M., I'lām, p. 166 ; Laoust H., Gouverneurs, p. 103, p. 121.

142 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 179.

143 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 180, p. 183.

144 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 180. Les festivités familiales donnent également lieu à des rencontres amicales entre les zu‘ar des différents quartiers (Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 105) qui organisent par ailleurs des festins en l'honneur des représentants du pouvoir (Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, I, p. 252).

145 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 11, p. 21, p. 22. Sur les représentants de quartiers, cf. Lapidus I., « Urban Society », p. 197.

146 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 26.

147 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 28. Sur ces quelques journées, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 1-8.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search