Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Introduction

Texte intégral

1قدتباشرت حين جئت مليمأ ببلرغ الأوطار والأوطان فلتمت حامدي بغيظكم إني

2أنا في الحكم نارس اليدان )مدم انبدم'د.١٧٣١(

I - PRÉSENTATION HISTORIQUE

  • 1 Pour cette introduction historique, nous avons utilisé plusieurs ouvrages et articles: Barbir K., (...)

3Longtemps orientée vers l'Occident, l'expansion territoriale de l'Empire ottoman se dirige aussi, à partir du xvie siècle, vers l'Orient. Ainsi, après trois siècles passés sous la domination des Mamelouks, Damas est conquise en 1516 par le sultan Salīm qui réalise, l'année suivante, la conquête du Caire. L'Égypte et la Syrie sont alors intégrées à l'Empire ottoman et divisées en unités administratives dont les limites ont quelque peu fluctué au cours de l'époque ottomane. Au xviiie siècle, la Syrie, Bilād al-Šām, est ainsi composée de plusieurs provinces (wilāya): Tripoli, Sayda, Alep et Damas; cette dernière comprend les sanğaq de Damas, ‘Ağlūn et Lağğūn, Naplouse, Yāfā, Ġazza et Ramla, Jérusalem et Karaki1.

DAMAS ET SA CAMPAGNE

4Capitale de la province, Damas compte environ 56 000 habitants à la fin du xvie siècle et environ 112 500 dans les années 1840. C'est depuis les hauteurs de ṣāliḥiyya, petite agglomération située sur les pentes du Mont Qasioun, à environ un kilomètre de Damas, que l'on peut le mieux appréhender l'ensemble de cette ville. Dans la ville intra-muros, de forme sensiblement ovale, on remarque avant tout deux grands monuments : la Mosquée des Omeyyades, presque au centre, et la citadelle, dans la partie nord-ouest de la ville. À l'extérieur des murs, de grandes mosquées ont été édifiées par les sultans ottomans, puis par les gouverneurs de la ville: ainsi, dès la conquête de Damas, le sultan Salīm (1512-1520) fit construire, à Ṣāliḥiyya, la Mosquée Salīmiyya sur l'emplacement du tombeau d'Ibn ‘Arabī, et son successeur, le sultan Sulaymān (1520-1566), fit construire, à l'ouest de la ville, la Mosquée Sulaymāniyya. Trois gouverneurs, Murād Pacha (1568-1569), Darwīš Pacha (1571-1574) et Sinān Pacha (1587-1588) édifièrent quant à eux trois mosquées qui se succèdent le long de la route menant vers le sud. Ces divers monuments, comme bon nombre d'édifices religieux de Damas, bénéficient du revenu de biens constitués en waqf à leur profit (waqf ḫayrī) ; les revenus d'un autre type de waqf (waqf ahlī ou waqf ḏurrī) sont quant à eux destinés aux descendants du fondateur.

  • 2 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 86.
  • 3 Rodier G., L'Orient, p. 238.
  • 4 .Michaud M. et Poujoulat M., Correspondances d'Orient, p. 161.
  • 5 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 244-245.
  • 6 Burton I., The Inner Life, p. 33.
  • 7 Thoumin R., Géographie humaine, p. 248.

5Des faubourgs sont situés autour de la ville, sauf à l'est ; le Mīdān, s'étendant dans la direction du sud, donne à Damas une forme singulière qui inspire des images variées aux voyageurs occidentaux du xixe siècle : « faubourg extraordinaire allongé vers le sud en queue de poêle »2, ou « sorte de long boulevard-bazar à ciel ouvert »3, le Mīdān est perçu comme une excroissance de la ville. Damas, qui « se présente de loin sous la forme d'une mandoline »4, est en effet comparée à « une masse d'armes dont le manche serait le faubourg allongé du Midan »5 ou encore à un cerf-volant dont la longue queue serait le Mīdān6. Ce type d'extension est vraisemblablement lié, comme le souligne R. Thoumin, à des contraintes géologiques ; en effet, « la largeur de ce long faubourg varie fréquemment en rapport avec la largeur même des affleurements rocheux. Il semble donc bien que l'infertilité du sol ordonne le développement du Méīdan en une longue bande étirée du nord au sud »7.

  • 8 Bianquis A.-M., « Damas et la Ghouta », p. 363.

6L'alimentation en eau de Damas est assurée par le Baradā et ses dérivations qui pénètrent dans la ville par l'ouest; dans le Mīdān se trouvent de nombreux puits mais c'est également à partir du Qanawāt et du Darānī que l'eau parvient dans le faubourg. Là, grāce à des répartiteurs (ṭāli‘), elle est acheminée vers les habitations et les bātiments publics: mosquées, zāwiya des confréries soufies, bains (ḥammām), fontaines (sāqiya, sabīl). Ces cours d'eau permettent également, autour de la ville, une intense activité agricole dans la Ġūṭa, « arc de cercle d'une dizaine de kilomètres de rayon, parsemée des tâches claires de nombreux villages »8. Dans les secteurs les mieux irrigués, à l'ouest et à l'est, sont associés l'arboriculture fruitière et le maraîchage ; au nord et au sud, sur les terres les moins humides, abondent l'olivier et la vigne. Au-delà, à l'est et au sud-est, l'eau se fait rare ; les arbres et les léĞumes laissent, dans le Marğ, la place aux céréales. Mais l'espace avec lequel Damas entretient des relations intenses — ne serait-ce que pour son approvisionnement — ne se limite pas à la Ġūṭa et au Marğ : au sud, il concerne le wādī al-‘Ağam, le Ğawlān, le Ğaydūr, et s'étend jusque dans le Hawrān, considéré depuis l'antiquité comme le grenier à blé de la Syrie ; à l'ouest, il s'infiltre dans le wādī Baradā et dépasse les hauteurs de l'Anti-Liban pour englober la plaine de la Biqā‘ ; au nord, la région de Hama, contrôlée au xviiie siècle par la famille ‘Aẓm qui gouverne Damas et d'autres villes du Bilād al-Šām, participe également à l'approvisionnement de la capitale de la province.

  • 9 Schatkowski-schilcher L., Familles in Politics, p. 112-118.

7La ville de Damas est composée de trois centres d'activité bien spécifiques. Dans la partie occidentale de la ville intra-muros se pratique le négoce des produits de luxe (étoffes, épices, or, etc.) ; là, sont concentrés la plupart des caravansérails (ḫān) où sont stockées les marchandises et logés les gens de passage. À proximité de la citadelle se tiennent des marchés (Sūq) spécialisés dans la fabrication et la vente de fournitures destinées essentiellement aux militaires (selles, harnachements et armes); cette zone se prolonge vers le sud dans les environs de la Mosquée Darwīšiyya et de la Mosquée Sināniyya où, le long de la route, on trouve toutes sortes de biens de consommation. À partir de la Mosquée Murādiyya, la route commence à être bordée d'entrepôts (bā'ika) destinés au stockage des grains ; c'est le Mīdān, où se pratique une grande partie des échanges entre la ville et la campagne. Ces trois espaces correspondent, aux xviiie et xixe siècles, à des centres de pouvoir politico-économiques: dans la ville intra-muros se rencontrent les élites damascènes dont la plupart sont impliquées dans le négoce international ; aux alentours de la citadelle résident les élites ottomanes et dans les faubourgs sud sont installés les négociants céréaliers, militaires pour la plupart9.

  • 10 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 245.
  • 11 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 90.
  • 12 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 559-560.
  • 13 Rodier G., L'Orient, p. 238.
  • 14 Larroumet G., Vers Athènes et Jérusalem, p. 230.
  • 15 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 586.
  • 16 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 600.

8Les descriptions que nous livrent du faubourg certains voyageurs occidentaux de la fin du xixe siècle montrent bien la spécificité de la population que l'on rencontre dans ce « quartier populaire d'une animation curieuse »10. Après avoir décrit le Sūq al-Sināniyya, où « les paysans et les Bédouins assiègent les boutiques, achetant des pipes, des peaux de moutons, des armes et des vêtements », Ch. Lallemand note que « le faubourg de Méïdan s'amorce également sur ce carrefour, où afflue le Kurde au manteau de feutre, pasteur ayant amené ses troupeaux à travers le désert de Syrie, le Bédouin ébouriffé et à moitié sauvage, poitrine au vent, misérable d'apparence, crâne d'allure »11. Selon Lortet, « c'est dans les rues étroites et les carrefours du Meidan qu'il faut se promener pour voir facilement les pittoresques et sauvages habitants du Hauran ou du grand désert de Syrie qui viennent ici, en famille ou par caravanes nombreuses pour apporter les produits de leur pays : des blés, des peaux d'animaux, des dépouilles de gazelles, des troupeaux de moutons, conduits par des bergers kurdes, coiffés de bonnets pittoresques »12. D'après G. Rodier, « c'est aussi à ce bazar que les Bédouins des villages voisins viennent s'approvisionner de tout, depuis les armes jusqu'au blé : ils trouvent ces marchandises à plus bas prix qu'à Damas même. On les rencontre en grand nombre, faisant leurs achats »13. L'attention de G. Larroumet n'est retenue que par les infirmes « rongés d'épouvantables maladies » et les enfants « aux yeux cerclés de mouches »14. Pour Lortet, même si, à Damas, les mendiants sont beaucoup moins nombreux que dans les autres villes d'Orient, « dans le quartier du Meidan, on trouve quelques bandes de pauvres hères, Persans, Tcherkesses ou autres étrangers, qui ne peuvent, faute d'argent, retourner dans leur patrie, et qui, organisés en confréries, vivent de mendicité »15. Il note également que « les Bohémiens, Zingari, Gitanos, appelés Nouar par les Arabes, sont presque toujours nombreux à Damas et dans les villages de la plaine. [...] Ils habitent des rues spéciales dans le quartier du Meidan »16.

  • 17 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.
  • 18 Kremer A. Von, Topographie, p. 22. Sur ces familles de notables, cf. ḤinῙ M., Muntaḫabāt, p. 804, (...)

9La visibilité de ces diverses populations a sans aucun doute contribué à donner du Mīdān l'image d'un faubourg pauvre ; on y rencontre toutefois des personnes situées à divers niveaux de la hiérarchie sociale et, parmi elles, des notables. Bien que, selon R. Thoumin, « les grandes entreprises restaient la propriété de riches damascains qui, pour la plupart, habitaient dans la vieille ville et ne se rendaient au faubourg que pour leurs affaires »17, force est de constater que plusieurs familles de notables sont installées dans le Mīdān, à proximité de leurs activités économiques. Au xixe siècle, A. von Kremer note d'ailleurs que, si le Mīdān a été considéré, à juste titre, comme le faubourg des bédouins en raison de leur présence liée à la commercialisation des produits agricoles, il est aussi le lieu de résidence de différentes familles de riches commerçants damascènes, en particulier des négociants en blé, dont les demeures sont prestigieuses18.

  • 19 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 113.
  • 20 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 78.

10Malgré la rareté des informations disponibles à propos de ces familles, L. Schatkowski-Schilcher considère qu'elles étaient toutes actives dans le Hawrān19 et que les profits tirés du commerce des céréales demeurent la plus logique explication de l'immense richesse qu'elles ont accumulée dans les années 186020.

LE POUVOIR POLITIQUE

11Au xviiie siècle, le gouverneur (wālī) est installé dans un palais, le sérail, situé au sud de la citadelle ; reconduit (ou non) dans ses fonctions chaque année, il est essentiellement chargé du maintien de l'ordre et de la collecte des impôts; à cette époque, il est responsable de la caravane du pèlerinage (amīr al-ḥağğ) à La Mekke, ce qui le dispense de participer aux campagnes militaires. En son absence —ou dans les périodes de vacance du pouvoir— c'est un mutasallim qui le remplace. Il est assisté, dans l'administration des finances, par un fonctionnaire nommé par Istanbul, le daftardār, qui peut être, comme lui, d'origine locale. Afin de mettre en application les décisions du gouverneur ou du sultan, ces diverses personnes tiennent des réunions (dīwān), à intervalles plus ou moins réguliers, avec d'autres personnages occupant des fonctions officielles à Damas, notamment le Grand Juge (qāḍī al-quḍāt), le représentant des descendants du Prophète (naqīb al-ašrāf) et l'aġā des janissaires.

  • 21 Budayrī A., Ḥawādiṯ, p. 73-74, p. 98, p. 157.

12L'affermage de l'impôt (iltizām), parfois octroyé à vie (malikāne), permet à certains notables, grâce à l'accumulation de richesses, d'affirmer leur pouvoir. Il en est ainsi au xviiie siècle pour la famille ‘Aẓm, originaire de Ma‘arra, dans la région d'Alep: dotée de malikāne dans la région de Hama, elle écoule la production céréalière de ses terres à Damas21. À partir de 1725, elle s'impose sur la scène politique de Damas et plus généralement du Bilād al-Šām ; pendant près d'un siècle, plusieurs de ses membres sont en effet nommés gouverneurs de diverses villes de la province, surtout Damas, mais aussi Sayda et Tripoli. Cette famille constitue ainsi une sorte de dynastie dont l'origine locale, au sein de l'administration ottomane, mérite d'être soulignée.

13À Damas, la famille ‘Aẓm laisse d'importantes traces architecturales dans la ville. Ismā‘īl Pacha al-‘Aẓm (1725-1730) est le premier membre de cette famille qui soit gouverneur de la ville ; il construit une madrasa, deux ḥammām et un café. Le gouvernorat est ensuite assuré pendant quatre années (1730-1734) par ‘Abd Allāh Pacha Ayḍinlī auquel succède Sulaymān Pacha al-‘Aẓm (1734-1738), frère d'Ismā‘īl, et qui édifie quant à lui une madrasa, deux ḥammām et un ḫān. Son responsable des finances, Fatḥī Efendī al-Falāqinsī, construit une madrasa dans la ville intra-muros, ainsi qu'un ḥammām et un café dans le faubourg du Mīdān. Au cours des trois années suivantes (1738-1741), trois gouverneurs se succèdent (Ḥusayn Pacha al-Bustanğī, ‘Uṯmān Pacha al-Muḥaṣṣil et ‘Alī Pacha, connu sous le nom de Abū Qīlī). Sulaymān Pacha al-‘Aẓm est ensuite gouverneur de Damas pour la deuxième fois (1741-1743), et le fils de son frère Ismā‘īl, As‘ad Pacha al-‘Aẓm, lui succède pendant une période de 14 années (1743-1757); il se distingue par la construction d'un prestigieux palais et d'un ḫān à proximité de la Mosquée des Omeyyades. Quelques années plus tard, c'est son neveu et gendre, Muḥammad Pacha al-‘Aẓm (1771-1783), qui lui succède; il construit un Sūq et une madrasa qui est aggrandie par son fils, ‘Abd Allāh Pacha al-‘Aẓm (1790-1808).

14Dans la seconde moitié du xviiie siècle, le Bilād al-Šām connaît une période de troubles. À cette époque, Ẓāhir al-‘Umar s'impose dans la province de Sayda, notamment à Acre dont il détient la ferme des douanes; en 1742, le sultan charge Sulaymān Pacha al-‘Aẓm de l'éliminer mais son entreprise se soldera par un échec. Allié de ‘Alī Bey, qui s'était rendu pratiquement indépendant de la Porte en Egypte, Ẓāhir al-‘Umar coopère militairement avec lui dans son projet de conquête de la Syrie en 1771. Devant la menace qu'il représente, les autorités ottomanes consentent à le doter, en 1774, d'un territoire plus vaste comprenant plusieurs sanğaq. Toutefois, il ne profitera pas longtemps de cette victoire ; il sera en effet assassiné l'année suivante, en 1775, sans avoir jamais été gouverneur de province.

  • 22 Ces quatre périodes (1785-1786 ; 1790-1795 ; 1799 ; 1803) sont traitées par G. Koury, Province, p. (...)
  • 23 DimaŠqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 14.

15En cette période où l'administration ottomane se trouve en position de faiblesse dans la région, le sultan nomme Aḥmad Pacha al-Ğazzār ("Le Boucher") gouverneur de Sayda en 1775 ; celui-ci s'installe dans la forteresse d'Acre et la domination qu'il exerce sur la région dure jusqu'à sa mort, en 1804 ; au cours de cette période, il est également nommé gouverneur de Damas à quatre reprises, entre 1785 et 180422, et Damas passe ainsi sous l'influence d'Acre. Comme les membres de la famille ‘Aẓm, Aḥmad Pacha al-Ğazzār spéculait sur les céréales: ainsi, en 1199/1784-1785, on disait qu'il avait l'intention de confisquer le blé du Ḥ Ḥ Ḥawrān et de provoquer une inflation; il aurait fait construire des entrepôts (bā'ika) pour le stocker23.

LA CARAVANE DU PÈLERINAGE

  • 24 Pour plus de détails, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 107-115 ; Barbir K., Ottoman Province, p (...)

16Une des tâches essentielles du gouverneur de Damas est, nous l'avons dit, la responsabilité de la caravane du pèlerinage24. En direction de La Mekke, deux caravanes se forment, l'une à Damas (al-ḥağğ al-šāmī), regroupant les pèlerins venus d'Anatolie et de Perse, et l'autre au Caire (al-ḥağğ al-miṣrī), regroupant les pèlerins venus du Maghreb. À Damas, la caravane quitte généralement la ville au mois de šawwāl pour revenir, environ trois mois plus tard, au mois de ṣafar, après avoir bien souvent affronté les attaques des bédouins. Se constituant à proximité de la citadelle, elle emprunte la direction du sud et traverse le faubourg du Mīdān pour dépasser Bāb Allāh (la Porte de Dieu); elle est organisée autour du maḥmil, palanquin richement décoré et porté par un chameau. Pendant plusieurs jours, les pèlerins, accompagnés de leurs proches, défilent ainsi pour se rejoindre hors de Damas, à Qubbat al-Ḥağğ puis, à une centaine de kilomètres au sud de la ville, à Muzayrīb, où se tient une foire pendant quelques jours. Au moment du retour du pèlerinage, une caravane transportant des victuailles, la ǧarda, part à la rencontre des pèlerins afin d'assurer leur ravitaillement.

  • 25 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 213-214, p. 225-231 ; Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », (...)

17Pour chacune des deux caravanes, égyptienne et syrienne, le responsable du pèlerinage (amīr al-ḥağğ) doit collecter l'argent nécessaire au financement de la caravane et assurer la sécurité des pèlerins pendant toute la durée du voyage et du séjour. Dans le Bilād al-Šām, jusqu'au milieu du xviie siècle, cette mission est confiée, souvent pour plusieurs années consécutives, aux responsables des différents districts (sanğaq) de la province ; ce sont parfois des militaires ayant sous leur commandement les troupes destinées à assurer la sécurité de la caravane et qui se rendent, avec elles, à Damas, point de rassemblement de la caravane25.

  • 26 Rafiq A.-K., Province, p. 21-23.

18Dans la seconde moitié du xviie siècle, les autorités ottomanes nomment comme amīr al-ḥağğ des fonctionnaires, parfois des gouverneurs; à partir de 1708, et jusqu'en 1866, le gouverneur de Damas est régulièrement chargé des fonctions d'amīr al-ḥağğ. Cette responsabilité le contraint à une absence prolongée, non seulement pendant les trois mois du pèlerinage, mais aussi pendant la tournée d'un mois (dawra) qu'il doit effectuer dans les différents sanğaq de sa province afin de collecter l'argent nécessaire au financement de la caravane26.

LES MILITAIRES

19Au début de l'époque ottomane, il existe à Damas un seul corps de janissaires auquel s'intègrent de nombreux individus d'origine locale; ceux-ci constituent une menace pour le pouvoir en place et, en 1577, le sultan envoie au gouverneur de Damas un firman lui demandant de mettre un terme à cette situation. Cette tentative ne connaîtra cependant aucun succès et, jusque dans la première moitié du xviie siècle, une lutte d'influence se développe à Damas entre le gouverneur de la ville et les janissaires: au mois de juillet 1659, plusieurs de leurs leaders sont exécutés sur ordre du gouverneur, ‘Abd al-Qādir Pacha, et, à la suite de cette sanglante répression, le sultan envoie des janissaires impériaux à Damas afin de rétablir l'ordre.

20À partir de ce moment-là coexistent deux troupes de janissaires dans la ville: les janissaires locaux (yankiğariyya/yerliyya) et les janissaires impériaux (qapiqūl). L'une et l'autre sont commandées par un aġā, secondé par un katḫudā. Cette cohabitation connaîtra quelques interruptions dues à l'expulsion de chacune des deux troupes à tour de rôle; au gré des situations politiques, des envois et des rappels de janissaires impériaux se succèdent en effet à Damas, modifiant ainsi les rapports de force entre les militaires. Ainsi, après l'envoi des qapiqūl à Damas en 1659, les yankiğariyya/yerliyya disparaissent du devant de la scène politique jusqu'en 1687-1688, date à laquelle ils se révoltent contre le gouverneur, et en 1691-1692, neuf de leurs principaux dirigeants sont exécutés sur ordre du sultan.

  • 27 Bakhit M., Ottoman Province, p. 96 ; Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 281.
  • 28 Barbir K., Ottoman Rule, p. 95.
  • 29 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 193. A.-K. Rafiq considère plus vraisemblable l'effectif indiqué par (...)
  • 30 Barbir K., Ottoman Rule, p. 95.
  • 31 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 281. Au milieu du xviiie siècle, en 1171/1757, Budayrī estime le (...)

21Sur les effectifs de ces janissaires, les appréciations divergent. Au xvie siècle, le nombre des janissaires de Damas est évalué à 1 000 individus27. Cet effectif est approximativement celui des janissaires locaux à la fin du xviie-début du xviiie siècle28. Sur l'importance numérique des qapiqūl envoyés au milieu du xviie siècle, nous disposons d'estimations très diverses : selon des auteurs damascènes, ils auraient été entre 300 et 2 00029 ; selon des documents ottomans, ils auraient été 268 en 1701-1702 et 413 ou 641 en 1734-173530. L'effectif global des deux troupes de janissaires à Damas serait donc environ de 1 500 individus, voire plus, dans le premier tiers du xviiie siècle. En 1770-1771, selon le chroniqueur Ibn al-Siddīq, les qapiqūl sont moins de 2 000 et les yankiğariyya/yerliyya un peu plus de 2 00031.

  • 32 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 277-290.

22Les janissaires ne constituent que l'une des forces militaires stationnées à Damas à l'époque ottomane ; les autres forces sont les sibāhī, bénéficiaires de concessions foncières, appelées ḫāṣṣ, zi‘āmet et tīmār selon le revenu qu'elles procurent, et les troupes privées ou mercenaires (murtaziqa), composées de sakbān (sakmān), lawānd, dalātiyya, tufankğiyya et maġāriba, ainsi que des baġādda32.

LE MῑDĀN ET LES LUTTES URBAINES

23À plusieurs reprises au cours de l'époque ottomane, et notamment au xviiie siècle, ces diverses troupes s'affrontent dans la ville; au cours de ces luttes, qui opposent la plupart du temps les janissaires impériaux et les janissaires locaux, les gouverneurs ont souvent recours à leurs propres forces militaires pour affirmer leur pouvoir.

  • 33 Brayk M., Tārīḫ, p. 13.
  • 34 Selon les expressions de Mardam beyk F., « Tensions sociales », p. 121.

24La citadelle est, normalement, le siège des janissaires impériaux mais ceux-ci n'y sont pas tous cantonnés; on en rencontre aussi dans divers quartiers de la ville. Selon un chroniqueur du milieu du xviiie siècle, Mīḫā'il Brayk, la plupart des janissaires locaux habitent, quant à eux, le Mīdān33. Ce faubourg, héritier « d'une tradition subversive » et « terrain de prédilection des organisations populaires »34, tient d'ailleurs une place très importante — pour ne pas dire "centrale" — dans les conflits entre les deux troupes de janissaires qui animent l'histoire de la ville au cours de cette période.

  • 35 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 328-329 ; Rafiq A.-K., Province, p. 139-141.
  • 36 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67.
  • 37 Brayk M., Tārīḫ, p. 13 ; BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 66-70 ; Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 336.
  • 38 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 116-121.

25Des affrontements entre les deux troupes de janissaires se produisent en 1708, 1718, 1726 et 1730 et, en 1738, elles se révoltent toutes deux contre le gouverneur, Ḥusayn Pacha al-Bustanğī ; celui-ci ripostera en envoyant 4 000 de ses hommes — maġāriba et dalātiyya— attaquer le Mīdān. À la suite de nouveaux affrontements entre les deux troupes en 1740, à l'époque du gouverneur ‘Uṯmān Pacha al-Muḥaṣṣil, le sultan autorise l'expulsion des qapiqūl-, cette mesure renforcera le pouvoir des yankiğariyya/yerliyya pendant quelques années35. Lorsque, en octobre 1743, As‘ad Pacha al-‘Aẓm arrive à Damas comme gouverneur de la ville, il se trouve confronté aux plus rebelles des janissaires du Mīdān, les zorba; sur eux s'appuie Fatḥī Efendī al-Falāqinsī, le responsable des finances (daftardār) de Damas et ils sont considérés comme les véritables maîtres de Damas (ka'anna-hu lam yakun ḥākim bi-al-Šām illā hum)36. En mars 1746, As‘ad Pacha al-‘Aẓm met fin, avec l'aide des dalātiyya, à leur pouvoir en attaquant le Mīdān ; à la suite de cette victoire, il demande et obtient le retour des qapiqūl, expulsés de Damas en 174037. Les zorba du Mīdān, réfugiés à Tibériade et au Mont Liban à la suite de cette défaite, reviennent au mois d'octobre 1748, et exercent des représailles à l'encontre de certains habitants du Mīdān qu'ils considèrent comme des traîtres38.

  • 39 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 337 ; Rafiq A.-K., Province, p. 175.
  • 40 Brayk M., Tārīḫ, p. 50-51 ; BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 201-202, p. 210-215 ; DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. (...)

26À la fin du mois de mai 1751, sur la demande d'As‘ad Pacha al-‘Aẓm, les qapiqūl sont à nouveau renforcés par l'arrivée d'une troupe de militaires39, et il en est de même à la suite d'affrontements entre les yankiğariyya/yerliyya et les qapiqūl en 1757-1758 : Husayn Pacha al-Makki est destitué et Istanbul envoie 5 000 qapiqūl au nouveau gouverneur, ‘Abd Allāh Pacha al-Šatağī; les yankiğariyya/yerliyya seront alors de nouveau attaqués dans le Mīdān et cet affrontement se soldera par une diminution de leur effectif: il y aurait eu 500 morts parmi eux40.

  • 41 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 380 ; Rafiq A.-K., Province, p. 240, p. 267, p. 277-278.
  • 42 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 389 ; Rafiq A.-K., Province, p. 310.

27L'événement marquant de la seconde moitié du xviiie siècle est le siège, puis l'occupation de Damas, par les troupes égyptiennes en 1771, mais aucun trouble sérieux ne se produit entre les deux troupes de janissaires au cours de cette période. Pendant le gouvernorat de ‘Uṯmān Pacha al-Kurgī (1760-1771), les qapiqūl et les yankiğariyya/yerliyya sont relativement calmes ; ce gouverneur fait même exécuter, sans que cela ne provoque la réaction de ses troupes, l'aġā des yankiğariyya/yerliyya, Yūsuf Aġā b. Ğabrī, accusé de s'être enfui devant l'ennemi égyptien avec lequel on le soupçonne de collaborer41. Les deux troupes de janissaires sont également calmes durant l'époque de Muḥammad Pacha al-‘Aẓm (1771-1783) ; comme précédemment, la docilité des yankiğariyya/ yerliyya au cours de cette période se perçoit non seulement dans l'absence de trouble mais aussi dans le fait qu'ils ne réagissent pas à l'exécution de leur Aġā, ‘Uṯmān b. Šabīb42.

  • 43Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 71-80, p. 107-113, p. 121, p. 124-126, p. 126-129, p. 154-155.

28Au début du xixe siècle, la participation des yankiğariyya/yerliyya à la vie politique de Damas semble se faire selon des modalités différentes. Leurs leaders sont en effet parfois reconnus comme interlocuteurs par le pouvoir : ainsi, dans le Mīdān, la demeure d'Ismā‘îl Ğurbağī al-Mahāyinī constitue un lieu de refuge pour nombre de personnes menacées par les autorités qui gouvernent la ville, et d'importantes décisions sont prises dans ce lieu. Par ailleurs, Muḥammad Aġā ‘Aqīl, l'Aġā des yankiğariyya/ yerliyya, est nommé mutasallim à deux reprises: en 1802 par ‘Abd Allāh Pacha al-‘Aẓm et en 1803 par Aḥmad Pacha al-Ğazzār. Au début du xixe siècle, les leaders des janissaires du Mīdān participent donc de manière officielle à la vie politique damascène mais, comme nous l'indiquerons avec plus de détails dans les portraits que nous traçons plus loin d'Ismā'îl Ğurbağī al-Mahāyinī et de Muḥammad Aġā ‘Aqīl, cette forme de reconnaissance ne les met pas à l'abri de violentes représailles. Par ailleurs, les conflits se déplacent au sein de l'espace urbain : le Mīdān n'est plus le théâtre des affrontements et ceux-ci se déroulent désormais aux alentours de la citadelle comme cela est le cas en 1802, 1804, 1805, 1806-1807, 181243.

  • 44Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 107-113.

29La meilleure illustration du renversement du rapport de force entre le faubourg et "la ville" n'est-elle pas cet événement qui se produit le 12 safar 1219/23 mai 1804: à la suite de l'annonce du décès d'Aḥmad Pacha al-Ğazzār, des troubles éclatent dans la ville, provoquant un gigantesque incendie ; les portes de la ville sont closes et (pour une fois !) le Mīdān est calme; contrairement aux habitudes (min ġayr ‘āda) et par crainte des troubles qui se produisent en ville (ḫawfan min al-fitan fi al-Šām), c'est dans le faubourg que sera distribué le courrier envoyé par les pèlerins à leur famille44.

QUELQUES LEADERS

30Au cours de ces conflits apparaissent, au milieu du xviiie siècle et au début du xixe siècle, plusieurs personnages autour desquels se cristallisent les forces militaires locales et qui connaissent tous des destins tragiques.

  • 45 La biographie de ce personnage est établie par MurĀdĪ M., Silk, III, p. 279-287.
  • 46 Rafiq A.-K., Province, p. 161-166.
  • 47 Barbir K., Ottoman Rule, p. 86, p. 88.
  • 48 Brayk M., Tārīḫ, p. 14-18 ; Gibb H. et Bowen H., Islamic Society, I, p. 220 ; Rafiq A.-K., Provinc (...)

31Fatḥī Efendī al-Falāqinsī45 est nommé responsable des finances (daftardār) de Damas en 1736, à l'époque de Sulaymān Pacha al-‘Aẓm. Lorsque, en 1743, As‘ad Pacha al-‘Aẓm devient gouverneur de la ville, une lutte de trois années s'engage entre les deux personnages car l'expulsion des qapiqūl de Damas, en 1740, avait favorisé la domination de Fatḥī Efendī al-Falāqinsī et des yankiğariyya/yerliyya sur la ville46. Le café et le ḥammām qu'il construit dans le Mīdān témoignent d'ailleurs de l'intérêt qu'il porte à la population du faubourg, notamment aux janissaires locaux qui y sont installés. Fatḥī Efendī al-Falāqinsī est protégé par le chef du harem impérial à Istanbul et le décès de celui-ci, en 1746, lui est fatal47 : au mois de juin-juillet 1746, un firman ordonnant son exécution parvient à Damas. As‘ad Pacha al-‘Aẓm le convoque au sérail, ordonne qu'on lui attache les pieds avec une corde et qu'il soit traîné dans la ville jusque dans le Mīdān48.

  • 49 Rafiq A.-K., Province, p. 166.
  • 50 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67.
  • 51 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 50-51.
  • 52 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67-68.

32Leader des zorba du Mīdān, Muṣṭafā Aġā b. Ḫuḍarī al-Ğurbagī se donne lui-même le titre de Sultan de Damas (Sultān al-Šām)49 et il est considéré comme le chef des perturbateurs (ra's al-mufsidīn) dans le faubourg50. Bien qu'elle serve de refuge à des individus pourchassés par le pouvoir51, sa demeure n'est cependant pas invulnérable ; elle est en effet détruite après avoir été pillée lorsque le gouverneur de Damas ordonne à ses hommes d'attaquer le Mīdān, pour mettre fin au pouvoir des yankiğariyya/yerliyya, au mois de mars 174652.

  • 53 Ghazzal Z., Economie politique, p. 51-53, p. 84-86 ; ḤiṢnĪ M., Muntaḫabāt, p. 863-864 ; Schatkowsk (...)
  • 54 Ibn kannĀn M., Yawmiyyāt, p. 276.
  • 55Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 46, p. 71-74, p. 105-106, p. 137 ; DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 37-38.
  • 56 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 37-38.

33À la fin du xviiie siècle, la famille Mahāyinī représente, à travers la personne d'Ismā‘îl Ğurbağī al-Mahāyinī, une force incontournable au sein des yankiğariyya/yerliyya du Mīdān. Bien qu'elle ne soit pas mentionnée par les biographes, la famille Mahāyinī est connue, au milieu du xixe siècle, pour la place prépondérante qu'elle occupe dans le commerce des céréales et pour sa participation aux instances politiques de la ville53. Dès le début du xviiie siècle, des membres de cette famille se signalent parmi les yankiğariyya/yerliyya du Mīdān ; le décès de l'un d'entre eux, qualifié de zorba, est signalé en 171754. À la fin du xviiie/début du xixe siècle, entre 1799 et 1807, les événements politiques qui secouent Damas sont annoncés dans la demeure d'Ismā'il Ğurbağī al-Mahāyinī et ce lieu représente ainsi, dans le Mīdān, le siège d'un contre-pouvoir où sont prises d'importantes décisions; il constitue de plus un refuge pour les personnages contre lesquels se manifeste une opposition "en ville"55. Ismā‘īl Ğurbağī al-Mahāyinī est exécuté à l'époque du gouverneur Kunğ Yūsuf Pacha pour des raisons qui nous sont inconnues; selon le chroniqueur Mīḫā'īl al-Dimašqī, « il était aimable et n'avait fait de mal à personne » (kāna laṭīfan wa laysa la-hu aḏiyya li-aḥad)56.

34À la fin du xviiie/début du xixe siècle, le Mīdān s'exprime également sur la scène politique à travers deux membres de la famille ‘Aqīl, Muḥammad Aġā ‘Aqīl, puis son fils, Ṭālib b. Muḥammad Aġā ‘Aqīl, riches militaires du faubourg dont la fortune est convoitée et dont le prestige social gêne vraisemblablement le pouvoir en place.

  • 57 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.
  • 58 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 22.
  • 59Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 81, p. 88.
  • 60Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 96.
  • 61Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 99-100.
  • 62 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.
  • 63 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.

35En 1799, Muḥammad Aġā ‘Aqīl a des appuis dans la population du Mīdān (la-hu ‘azwa min ahl al-Mīdān)57 et excerce avec eux une forte influence sur la ville58. Il est nommé mutasallim de ‘Abd Allāh Pacha al-‘Aẓm en 1802 et mutasallim d'Aḥmad Pacha al-Ğazzār en 180359 ; la même année, pour des raisons qui nous sont inconnues, des dalātiyya, envoyés par Aḥmad Pacha al-Ğazzār, s'emparent de lui et l'emmènent à Acre60. À la suite de cette arrestation, on découvre, selon le chroniqueur Hasan Aġā al-'Abd, de l'argent et des marchandises précieuses (café, tabac, tissus) qu'il avait dissimulés chez lui61 ; selon Dimašqī, c'est sous la torture que Muḥammad Aġā ‘Aqīl avoua qu'il cachait son argent dans le mur du couloir de sa demeure62. ‘Abd ne donne pas davantage de précision sur le sort réservé à ce personnage ; selon Dimašqī, Aḥmad Pacha al-Ğazzār le fit emprisonner, pendre, couper en morceaux, puis jeter à la mer63.

36Il semble que Muḥammad Aġā ‘Aqīl n'avait dévoilé à ses tortionnaires qu'une partie de ses cachettes; en 1810, son fils, Ṭālib b.

  • 64 DimašqĪ M., Hawādiṯ, p. 60-61.

37Muḥammad Aġā ‘Aqīl, découvre en effet dans une cachette (maḫbāya), une jarre pleine d'or que son père avait enterrée dans une pièce de sa demeure. Avec cet argent, il construit un ḥammām dans le Mīdān et achète des jardins. La découverte de cette fortune et les investissements qui s'en suivent le dotent d'un important prestige (ismu-hu mafhūm) ; fréquentant assidûment le sérail, il ne se déplace qu'en compagnie d'un nombre impressionnant de serviteurs. En 1816, il est étranglé, lors d'une de ses visites au sérail, par le gouverneur de l'époque, Ḥāfiẓ ‘Alī Pacha64.

38Les chroniqueurs ne donnent aucune information sur les causes des luttes entre les différentes troupes de militaires ni sur les raisons de la disgrâce de leurs leaders. Une partie de ces conflits sont sans doute liés, comme le soulignent la plupart des historiens contemporains, à la volonté de conserver certaines prérogatives, notamment dans le domaine de la commercialisation des céréales. Mais il faut bien avouer que nous ne disposons que de rares informations à ce sujet.

II - LES ARCHIVES DES TRIBUNAUX DE DAMAS : UNE SOURCE POUR L'HISTOIRE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE DE LA VILLE À L'ÉPOQUE OTTOMANE

  • 65 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux de Damas », p. 219-226 ; Rafiq A.-K., « The Law-Court R (...)
  • 66 ḤakĪm D., « al-Waṭā'iq al-šar‘iyya », p. 391 ; ḤakĪm D., « The Center of Historical Documents », p (...)

39L'importance des registres des tribunaux comme source pour l'histoire économique et sociale de la Syrie à l'époque ottomane a été mise en évidence voici une vingtaine d'années par A.-K. Rafiq65. À cette époque, seuls les registres de Damas et d'Alep avaient été regroupés au Centre des archives historiques de Damas. Les registres de Hama et de Homs y ont été ajoutés depuis et ce fonds contient actuellement plus de deux mille registres66.

TABLEAU 1. Registres des tribunaux des grandes villes de Syrie conservés au Centre des archives historiques de Damas

TABLEAU 1. Registres des tribunaux des grandes villes de Syrie conservés au Centre des archives historiques de Damas
  • 67 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 44.

40Bien que ces registres couvrent de longues périodes, leur succession dans le temps n'est pas continue. « Nombreux en effet sont les documents et les volumes détériorés en particulier par l'humidité et l'on peut supposer que des registres ont été pour cette raison, par le passé, perdus. Une autre raison que l'on doit évoquer et qui a pu entraîner des pertes était l'habitude qu'avaient certains juges, malgré l'interdiction qui leur était signifiée, d'emporter avec eux, lors d'un changement de poste, les registres qu'ils avaient tenus. »67

41Après avoir donné quelques indications sur l'organisation administrative de la justice à Damas à l'époque ottomane, nous présenterons les documents que nous avons sélectionnés pour cette étude sur le faubourg du Mīdān.

A - LES DIVERS TRIBUNAUX DE DAMAS

42Il existe deux types de tribunaux à Damas : les tribunaux de quartiers, autour desquels on voit se dessiner une aire d'influence bien particulière, et les tribunaux de la qisma, dont le public est déterminé non pas par son appartenance géographique mais par son statut social. Après avoir présenté le Grand Juge (qāḍī al-quḍāt) et ses substituts (nā'ib), nous évoquerons les tribunaux de quartiers et nous nous intéresserons ensuite aux tribunaux de la qisma.

1 - Le Grand Juge et ses substituts

  • 68 Rafiq A.-K., Province, p. 43 ; Bakhit M., Ottoman Province, p. 120 ; Gibb H. et Bowen H., lslamic (...)
  • 69 BudayrĪ A, Ḥawādiṯ, p. 172, p. 178. De même, au Caire, le qāḍī al-quḍāt siégeait dans un tribunal (...)
  • 70 AnṢĀrĪ M., Nuzha, II, p. 210-211. Notons que les exigences du Grand Juge sont bien précises : il r (...)

43L'innovation majeure des Ottomans dans l'organisation judiciaire des provinces arabes, autrefois gouvernées par les Mamelouks, fut la modification de l'importance accordée aux quatre écoles juridiques, (chafi‘ite, hanafite, hanbalite et malikite). À l'époque mamelouke, il y avait à Damas quatre juges d'égale importance, appartenant chacun à l'une des quatre écoles juridiques. Lorsqu'il fit la conquête de Damas en 1516, le sultan Salīm nomma comme Grand Juge (qāḍī al-quḍāt) un juge hanafite, représentant de l'école officielle de l'Empire ottoman, et les juges appartenant aux autres écoles occupèrent un rang inférieur68. Ce Grand Juge siégeait dans un tribunal particulier de la ville intra-muros: le Maḥkamat al-Kubrā jusqu'en 1166/1752-1753, et le Maḥkamat al-Bāb à partir de cette date69. À la fin du xe/xvie siècle, les juges des tribunaux de quartiers lui envoyaient, probablement en signe d'allégeance, des vêtements d'apparat70.

  • 71 Gibb H. et Bowen H., Islamic Society, 1/2, p. 122 ; Rafiq A.-K., Province, p. 43.

44Au sommet de la hiérarchie juridique ottomane se trouvait le šayh al-islām d'Istanbul, lequel avait sous ses ordres les deux qāḍī ‘askar de Roumélie et d'Anatolie. Le premier de ces deux personnages nommait les qāḍī dans les provinces européennes de l'Empire, et le second dans les provinces asiatiques et africaines. Le qāḍī al-quḍāt de Damas était donc placé sous l'autorité de ce dernier. À la suite des deux qādī ‘askar étaient situés, dans la hiérachie juridique, les qāḍī des deux Villes saintes, la Mekke et Médine, et ceux de Damas, du Caire, de Jérusalem et d'Alep71.

  • 72 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 3 ; Rafiq A.-K., Province, p. 44 ; Gibb H. et Bowen H., Islamic S (...)

45Jusqu'à la fin du xviie siècle, la fonction de qāḍī al-quḍāt était normalement attribuée à des hanafites originaires de Roumélie ou d'Anatolie pour une durée d'un an, mais certains juges se voyaient parfois renouvelés dans leur fonction pendant une ou plusieurs années consécutives. Au cours des deux dernières décennies du xviie siècle, conformément aux directives ottomanes, les renouvellements devinrent cependant de moins en moins fréquents et, à la suite de cette période de transition, les nominations furent strictement limitées à une année à partir du début du xviiie siècle72.

  • 73 Rafiq a.-k., « Les registres des tribunaux », p. 224. Ceci était également le cas au Caire ; cf. H (...)
  • 74 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 4 ; Rafiq A.-K., Province, p. 48.

46Les cas examinés par le Grand Juge de Damas avaient un caractère spécifique : « Nomination des ‘ulamā ‘ dans les postes religieux, fixation de leur salaire, choix de leur logement dans les diverses madrasa, crimes capitaux, affranchissement des mamelouks et des esclaves, réception des représentants des corporations de métiers et confirmation de leur šayh, réception des représentants des quartiers, inspection des waqf et règlement des différends sur l'utilisation de l'eau des rivières pour l'irrigation. »73 Le Grand Juge était assisté, dans son tribunal et dans les tribunaux de quartiers, de substituts (nā'ib) représentant les quatre écoles juridiques; d'origine locale pour la plupart, ils étaient nommés par lui et occupaient en général leur fonction pendant plus d'une année74.

2 - Les tribunaux de quartiers

  • 75 Mandaville J., The Muslim Judiciary of Damascus, p. 121-122; d'après IBN ṬŪlŪn m., Mufākaha.
  • 76 De même, « à l'exception de la Ṣāliḥiyya Nağmiyya qui avait été le siège des quatre grands qāḍī, L (...)
  • 77 Mandaville J., The Muslim Judiciary of Damascus, p. 9-10. A l'époque ottomane, cette fonction, ouv (...)

47À l'époque mamelouke, au début du xe/xvie siècle, plusieurs personnes exerçant la fonction officielle de témoin sont signalées dans une quinzaine de quartiers de Damas75, mais il n'est pas encore question, à ce moment-là, de tribunaux de quartiers76. Les témoins exerçaient alors des fonctions notariales et pouvaient statuer sur des cas mineurs ; leur domaine de compétence justifiait en quelque sorte l'absence d'une structure juridique plus importante77.

  • 78 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 3.
  • 79 Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.
  • 80 Volney, Voyage, p. 369.
  • 81 Sur les divers tribunaux de quartiers, cf. Rafiq A.-K., Province, p. 46; « Les registres des tribu (...)

48A l'époque ottomane, dans toutes les grandes villes de l'Empire, la justice était en revanche rendue dans plusieurs tribunaux situés dans divers quartiers. Istanbul en comptait cinq au xvie siècle, et Bursa, sept au xviie siècle78 ; dès le xvie siècle, Le Caire en comptait douze79. À la fin du xviiie siècle, dans ses remarques générales sur l'administration de la justice en Syrie, Volney, dont les appréciations sont en général très sévères, note que « le lieu où ces juges rendent leurs arrêts s'appelle le mahkamé, ou lieu de jugement: quelquefois c'est leur propre maison; jamais ce n'est un lieu qui réponde à l'idée de l'emploi sacré qui s'y exerce »80. Nous savons toutefois qu'il existait, à Damas, six tribunaux dont certains avaient pour siège des bātiments religieux, notamment des madrasa81.

  • 82 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 64. Pour une photographie des vestiges de ce tribunal, cf. Sack D., Damask (...)
  • 83 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 172, p. 178.

49Deux de ces tribunaux étaient situés dans la ville intra-muros, le Maḥkamat al-Bāb et le Maḥkamat al-Kubrā. Le Maḥkamat al-Bāb, ou Maḥkamat al-Nūriyya, était situé en face de la Madrasa al-Nūriyya al-Kubrā et la rue séparant les deux bâtiments porte encore le nom de Zuqāq al-Maḥkama82. Le Maḥkamat al-Kubrā, ou Maḥkamat al-Buzūriyya al-Kubrā, était situé dans la Madrasa al-Ğawziyya, dans le quartier de Buzūriyya. Comme nous l'avons noté, jusqu'en 1166/1752-1753, le Maḥkamat al-Kubrā fut le tribunal du qāḍī al-quḍāt qui, à partir de cette date, siégea au Maḥkamat al-Bāb83.

  • 84 Au milieu du xixe siècle, un tribunal est en effet signalé près de la Mosquée de Suwayqa ; cf. Kre (...)
  • 85 Bakhit M., Ottoman Province, p. 122.
  • 86 Rafiq A.-K., Province, p. 46, n. 6. Le Maḥkamat al-Duhaynātiyya est situé dans le Sūq al-Buzūriyya (...)
  • 87 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 223.

50Dans la ville extra-muros se trouvaient : le Maḥkamat al-‘Awniyya, dans le quartier de ‘Amāra ; le Maḥkamat al-Mīdān, vraisemblablement à proximité de Bāb al-Mūṣāllā84 ; et le Maḥkamat al-Sināniyya, près de la Mosquée Sināniyya. Dans l'inventaire des registres effectué par le Centre des archives historiques de Damas, le Maḥkamat al-Sināniyya n'apparaît que vers le milieu du xixe siècle; sa création est vraisemblablement liée à un accroissement des démarches juridiques effectuées dans ce secteur de la ville en pleine expansion. Si le Maḥkamat al-Sināniyya est de création relativement récente, il en est d'autres dont l'existence semble avoir été temporaire, comme le Maḥkamat Bāb al-Ğābiya, mentionné en 926/1519 et le Maḥkamat al-Mu'ayyadiyya, dont l'activité fut interrompue en 945/153885 ; au xviiie siècle, sont également mentionnés le Maḥkamat al-Duhaynātiyya86 et le Maḥkamat al-Bayāniyya mais il est difficile de savoir, en l'absence d'indications topographiques, si ces noms désignent des tribunaux déjà connus ou s'il s'agit véritablement d'autres institutions87.

51À Ṣāliḥiyya, le quartier dans lequel se trouvait le tribunal, tout près du quartier des écoles (ḥayy al-madāris), est encore connu comme le quartier du tribunal (ḥayy al-maḥkama).

  • 88 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 58, p. 121.
  • 89 À Fès, aux xvi-xviiie siècles, les ḍu‘afā' sont « ceux qui ne peuvent avoir recours qu'à Dieu par (...)
  • 90 AnṢĀrĪ M., Nuzha, II, p. 210-211.
  • 91 Bakhit M., Ottoman Province, p. 126-127.

52Dès le début de l'époque ottomane, en 923/1517 et en 926/1520, des juges sont nommés dans le faubourg du Mīdān88 et l'on peut supposer que ces nominations successives signalent la mise en place d'une structure juridique si ce n'est l'installation d'un tribunal. Sur l'importance de cette structure à la fin du xe/xvie siècle, les appréciations divergent. En raison de leur "faiblesse" (ḍu'fi-him)89 et du manque de considération qu'on leur porte (‘adam i‘tibāri-him), les qāḍī du Mīdān ne sont pas sollicités pour envoyer des tenues vestimentaires (ṯiyāb) au Grand Juge du Maḥkamat al-Kubrā, alors que les juges du Maḥkamat al-‘Awniyya lui envoient un vêtement et ceux du Maḥkamat al-Bāb, trois ou quatre90. Toutefois, il semblerait que les revenus du Tribunal du Mīdān, constitués à partir des taxes prélevées sur les démarches effectuées, aient été considérables91. En l'état actuel de nos connaissances, nous pouvons difficilement trancher cette question: le premier registre du Tribunal du Mīdān qui nous soit parvenu ne date que de 1727, et les nombreuses lacunes dans la succession des registres des différents tribunaux de la ville nous empêchent de déterminer précisément la quantité des affaires instruites dans chacun d'eux.

  • 92 Rafiq A.-K., Province, p. 46-47.
  • 93 AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 9 (introduction de l'éditeur).

53Ces divers tribunaux, désignés par l'expression Maḥākim Dimašq wa Ṣāliḥiyyati-hā (les Tribunaux de Damas et de Ṣāliḥiyya), étaient placés sous l'autorité des substituts du Grand Juge (nā'ib qāḍī al-quḍāt). Nommés par le Grand Juge pour une période illimitée, ces substituts étaient d'origine locale et devaient être confirmés dans leur fonction par chaque nouveau qāḍī92. Même s'ils étaient reconduits dans leur fonction pendant plusieurs années, ils ne restaient pas obligatoirement en poste dans le même tribunal tout au long de leur carrière. Nous savons en effet qu'il existait une rotation du personnel, souvent très rapide, dans les différents tribunaux de la ville. À la fin du xe/xvie siècle, Šaraf Al-dīn Mūsā b. Yūsuf al-Anṣārī (né en 946/1539-1540 et mort après 1002/1593-1594) fut, par exemple, à partir de 995/1587, nā'ib al-qāḍī au Maḥkamat al-Ṣāliḥiyya, puis au Maḥkamat al-Mīdān, puis à nouveau au Maḥkamat al-Sāliḥiyya, puis au Maḥkamat al-'Awniyya, puis à nouveau au Maḥkamat al-Mīdān, et enfin au Maḥkamat al-‘Awniyya et au Maḥkamat al-Ğawziyya93.

  • 94 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 223-224.
  • 95 AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 53-54.
  • 96 .AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 56 ; II, p. 210-211. La présence du juge malikite peut être expliquée par (...)
  • 97 La présence de quatre députés appartenant chacun à un rite différent n'était pas systématique dans (...)

54La population damascène est en majorité chafi‘ite et la représentation effective des quatre écoles dans chaque tribunal de quartier est une question à propos de laquelle les avis divergent. Si la présence d'un substitut hanafite du Grand Juge et de substituts appartenant aux autres écoles est parfois considérée comme systématique94, certaines données nous permettent cependant de supposer que la présence de juges appartenant aux quatre écoles n'était pas une règle absolue. Nous savons en effet que le Tribunal du Mīdān était présidé, dans la seconde moitié du xe/xvie siècle, par un juge chafi‘ite, ‘Alī b. Ismā‘īl al-Šāfi‘ī, mort en 971/1563-156495, et qu'à la fin du xe/xvie siècle, la justice était rendue, dans ce tribunal, par un qāḍī chafi‘ite et un qāḍī malikite96. Il semble qu'un qāḍī chafi‘ite était toujours nommé comme substitut au Tribunal du Mîdān, ce qui n'est pas le cas pour les juges appartenant aux autres écoles97.

  • 98 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 224.
  • 99 Cette demande d'autorisation apparaît également dans des documents étudiés par R. Vesely ; le requ (...)
  • 100 130/151/309.
  • 101 297/100/245 ; 297/221/494 ; 297/224/499 ; 297/239/527 ; 297/458/1025 ; 297/534/1230.

55Dans certaines situations, notamment dans les cas de divorce lorsque le mari était absent98 les juges non hanafites devaient obtenir l'autorisation (iḏn) du Grand Juge hanafite avant de prononcer un jugement99. Cette autorisation, également requise pour les questions relatives aux waqf, pouvait servir de légitimation lors d'une plainte100, et son absence était invoquée comme arĞument dans de nombreuses démarches concernant des waqf, notamment lors de travaux de restauration101.

  • 102 Pour une présentation des divers actes consignés dans ces registres, cf. Glasman V., « Les documen (...)

56Les documents consignés dans les registres des tribunaux de quartiers consistent essentiellement, comme nous l'exposerons dans la présentation de notre corpus, en des transactions immobilières, des actes d'achat et de location en milieu rural, des reconnaissances de dettes, etc.102.

3 - Les tribunaux de la qisma

  • 103 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222 ; Rafiq A.-K., « Siğillāt al-tarikāt », p. 17 (...)

57Les tribunaux de la qisma sont de deux types : la qisma ‘askariyya et la qisma ‘arabiyya (ou qisma baladiyya), ayant respectivement à leur tête un qassām ‘askarī, nommé par le qāḍī ‘askar d'Anatolie, et un qassām ‘arabī, substitut du Grand Juge hanafite de Damas. Si nous ignorons la localisation de la qisma ‘askariyya, nous pouvons en revanche supposer que la qisma ‘arabiyya avait pour siège le Maḥkamat al-Bāb, car le qassām ‘arabī était le substitut du Grand Juge103.

  • 104 Ce domaine de la pratique juridique est parfois désigné comme étant celui de la "liquidation des h (...)

58La spécificité de chacune de ces deux qisma réside à la fois dans le public à qui elles s'adressent, civils ou militaires, et dans les affaires qu'elles traitent, actes de succession (muḫallafāt) et gestion des comptes des orphelins (muḥāsabāt)104. Nous apporterons ici quelques précisions sur ces affaires et nous examinerons plus particulièrement la question du statut dans notre étude de la société damascène.

  • 105 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222 ; Rafiq A.-K., « Siğillāt al-tarikāt », p. 17 (...)

59Une distinction est parfois établie entre le contenu des registres de la qisma ‘askariyya et celui des registres de la qisma ‘arabiyya : les premiers, spécialisés dans les affaires des militaires, contiendraient les mêmes types d'affaires que les tribunaux de quartiers (fiançailles, mariages, acquisitions de propriété, emprunts, héritages), alors que dans les seconds seraient seulement enregistrés, pour la population civile, des actes de succession et des affaires concernant les orphelins105.

  • 106 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222.
  • 107 Dans l'inventaire établi par le Centre des archives historiques, certains de ces registres sont si (...)

60Il est vrai qu'à plusieurs reprises, au début du xiie/xviiie siècle, le Grand Juge de Damas enjoint le personnel des tribunaux de référer toutes les affaires concernant les actes de succession et la gestion des comptes des orphelins à la qisma106, on ne doit cependant pas en conclure que celle- ci s'occupait exclusivement de ces questions. En effet, comme le montre le tableau suivant, il existe, aussi bien pour la qisma ‘arabiyya que pour la qisma ‘askariyya, deux types de registres. Certains contiennent exclusivement des actes de succession et des comptes de gestion d'orphelins; d'autres contiennent des actes "ordinaires", c'est-à-dire le même type d'actes que les registres des tribunaux de quartiers107.

  • 108 7 registres de successions émanant de la qisma ‘askariyya : 9,10, 162, 179, 215, 238, 241.
  • 109 17 registres de successions émanant de la qisma ‘arabiyya: 15, 19, 37, 38, 39, 54, 68, 131, 138, 1 (...)
  • 110 20 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma ‘askariyya : 2-8, 11-12, 14, 16, 21, 23, 26, (...)
  • 111 11 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma ‘arabiyya ou baladiyya: 24, 35, 57, 70, 119, (...)
  • 112 55 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma : 1, 13, 17-18, 20, 22, 25, 27-32, 34, 36, 40 (...)

61Jusqu'en 1830, il existe 110 registres émanant des tribunaux de la qisma. La majorité d'entre eux contiennent des cas "ordinaires" (86) et les autres (24), des actes de succession et des documents concernant les orphelins. Parmi les registres de succession, sept émanent de la qisma ‘askariyya108 et dix-sept de la qisma ‘arabiyya109. Les 86 registres contenant des actes "ordinaires" émanent aussi bien de la qisma ‘askariyya110 que de la qisma ‘arabiyya (ou qisma baladiyya)111 ; certains sont simplement identifiés comme émanant de la qisma112.

TABLEAU 2. Actes de succession et cas "ordinaires" dans les registres des deux qisma jusqu'en 1830

TABLEAU 2. Actes de succession et cas "ordinaires" dans les registres des deux qisma jusqu'en 1830
  • 113 Ceci semble être moins souvent le cas dans les deux qisma du Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Cair (...)

62Il apparaît donc que les tribunaux de la qisma ‘arabiyya ne traitent pas seulement des actes de succession et de la gestion des biens des orphelins; un bon nombre d'entre eux contiennent uniquement des cas "ordinaires"113. La quantité de registres de la qisma ‘arabiyya dans lesquels sont consignés des cas "ordinaires" suggère que la distinction entre les deux types de tribunaux —tribunaux de la qisma et tribunaux de quartiers — n'était pas très claire au xviiie siècle. Les directives officielles demandant à ce que les actes de succession et la gestion des comptes des orphelins soient désormais enregistrés à la qisma peuvent ainsi être comprises comme une invitation à se référer à la qisma dans ces cas-là seulement.

B - LE FAUBOURG DU MῙDᾹN À TRAVERS LES ARCHIVES DES TRIBUNAUX DE DAMAS

63Après avoir présenté les divers documents de notre corpus, nous en préciserons les limites. La nature des informations contenues dans ces documents a, dans une certaine mesure, conditionné le choix de notre corpus: il en est ainsi par exemple, comme nous le verrons, pour la sélection des actes de succession. Toutefois, ces limites n'apparaissent en général qu'après une étude de l'ensemble des actes, souvent par comparaison entre les différentes périodes; nous ne pourrons donc les rendre compréhensibles qu'après avoir précisé les informations que ces documents sont censés contenir et qui deviennent de moins en moins précises au fil du temps.

1 - Le corpus de l'étude

64Notre étude est fondée sur l'exploitation des deux types de registres que nous avons signalés : les registres des tribunaux de quartiers, essentiellement celui du Mīdān, et les registres des deux qisma. Les documents sélectionnés consistent en des actes de succession, des transactions immobilières en milieu urbain, des actes d'achat et de location en milieu rural, des reconnaissances de dettes de villageois envers les citadins et diverses sortes de plaintes et de témoignages.

TABLEAU 3. Composition du corpus de l'étude

TABLEAU 3. Composition du corpus de l'étude

a - Documents enregistrés dans les tribunaux de quartiers

  • 114 Pour la même période (1727-1830), le nombre de registres disponibles est de 12 pour le Maḥkamat al (...)

65Les registres du Tribunal du Mīdān qui nous sont parvenus couvrent la période 1727-1908 ; on en dénombre 145 mais leur répartition dans le temps n'est pas homogène : on dispose de 15 registres pour le xviiie siècle, de 108 registres pour le xixe siècle et de 22 registres pour la première décennie du xxe siècle. Jusqu'en 1830, date à laquelle se termine notre étude, nous disposons de 23 registres émanant du Tribunal du Mīdān114.

TABLEAU 4. Liste des registres du Tribunal du Mīdān jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)

TABLEAU 4. Liste des registres du Tribunal du Mīdān jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)
  • 115 En raison du nombre important de pages que contiennent les registres au xixe siècle, nous avons pr (...)

66Cette liste nous a permis de procéder à la sélection des registres à partir desquels serait constitué notre corpus. Plutôt que d'opérer des sondages dans chaque registre, nous avons en effet opté pour la sélection de certains registres afin de pouvoir étudier, de manière exhaustive, divers types de documents. Les 23 registres dont nous disposons pour le Tribunal du Mīdān jusqu'en 1830 contiennent 15 910 documents; dans cette masse d'informations, nous avons retenu les deux décennies pour lesquelles nous sont parvenus le plus grand nombre de registres, c'est-à-dire 1742-1752 et 1820-1830. Pour la première décennie, nous avons ainsi retenu cinq registres contenant 2 280 documents, et pour la seconde décennie, deux registres contenant 2 653 documents115 ; nous avons donc examiné, dans les registres émanant du Tribunal du Mīdān, près de 5 000 documents, soit un peu plus de 30 % de la documentation disponible pour l'ensemble de cette période. Certes, ce type de sélection laisse encore dans l'ombre de nombreuses données sur l'ensemble de la période considérée ; grâce à lui, nous avons pu cependant nous livrer à l'exploitation exhaustive des documents qui nous informent sur les investissements immobiliers dans le faubourg et sur les interventions des citadins dans le monde rural au cours des deux décennies choisies.

* Transactions immobilières en milieu urbain
  • 116 Volney, Voyage, p. 370.

67L'étude du marché immobilier du faubourg du Mīdān repose sur l'exploitation de 677 transactions (278 pour la décennie 1742-1752 et 399 pour la décennie 1820-1830). Ces documents, par la diversité des données qu'ils contiennent, nous donnent des informations très variées sur le faubourg (identité et nombre d'acheteurs et de vendeurs, liens de parenté les unissant, mode d'acquisition du bien (achat, héritage), localisation, description et valeur de la propriété, etc.). Dans le souci de compléter nos informations sur le marché immobilier, nous avons également dépouillé, pour les mêmes périodes, quelques registres émanant des autres tribunaux de la ville afin de dégager la spécificité éventuelle des transactions enregistrées au Tribunal du Mīdān. Ces dépouillements, pour lesquels seules la localisation du bien et la valeur de la transaction ont été prises en considération, nous permettent de cerner l'aire d'influence des divers tribunaux de Damas. En effet, « cette proximité du tribunal souverain qui n'éloigne point le plaideur de son domicile »116 nous amène à nous interroger sur l'aire d'influence des tribunaux de quartiers au sein de l'espace urbain.

  • 117 Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.

68Au Caire, l'examen des registres des tribunaux fait apparaître que la majorité des personnes venant effectuer une démarche auprès d'un tribunal de quartier résidaient ou travaillaient dans ce quartier, mais certaines démarches étaient également effectuées par des personnes originaires d'autres quartiers. Cette pratique montre que le recours à tel ou tel tribunal était une question de convenance personnelle et qu'il n'existait aucune obligation de se rendre au tribunal le plus proche de son lieu de résidence ou au tribunal qui était situé à proximité d'une propriété achetée117. Cerner ce phénomène à Damas est une tâche d'autant plus délicate que le lieu de résidence des personnes venant effectuer une démarche auprès du tribunal n'est pas indiqué dans les documents sauf lorsqu'il s'agit de villageois.

69En l'absence de cette indication, la localisation des biens immobiliers faisant l'objet de transactions peut constituer un indicateur de l'aire d'influence des différents tribunaux. Cette localisation concerne, répétons-le, les biens et non les personnes. Nous pouvons donc dire avec certitude que, dans tel tribunal, sont plutôt enregistrées des transactions de biens immobiliers situés dans tel ou tel quartier; il est en revanche plus délicat de se prononcer sur le lieu de résidence des personnes se présentant au tribunal. À moins de supposer que les gens achètent des maisons dans leur quartier. Cette hypothèse, qui ne prend en considération ni les migrations intra-urbaines, ni les migrations rurales, est certes critiquable dans le cas d'un faubourg en pleine expansion comme le Mīdān. Mais la nature des informations contenues dans les archives des tribunaux de Damas ne nous permet pas de l'affiner.

70Si l'on considère la localisation des biens immobiliers mentionnés dans les registres émanant des divers tribunaux de Damas, il apparaît que la grande majorité des actes enregistrés au Tribunal du Mīdān, entre 86 % et 92 %, portent sur des biens situés dans la ville extra-muros ; les transactions immobilières portant sur des biens situés dans le faubourg du Mīdān représentent quant à elles entre 36 % et 58 % de ces transactions. Dans les registres des autres tribunaux (‘Awniyya, Bāb, Kubrā, Qassām), les transactions portant sur des biens immobiliers situés dans la ville extra-muros sont seulement comprises entre 40 % et 65 %, et les transactions portant sur des biens situés dans le Mīdān ne représentent jamais plus du quart de l'ensemble des transactions. Par rapport aux autres tribunaux de Damas, celui du Mīdān apparaît donc comme une instance juridique dont l'aire d'influence, si elle dépasse les limites de ce faubourg, est cependant largement concentrée sur la ville extra-muros ; les aires d'influence des autres tribunaux sont en revanche plus étalées sur l'ensemble de la ville.

TABLEAU 5. Localisation des biens immobiliers mentionnés dans les transactions enregistrées dans les divers tribunaux de Damas

TABLEAU 5. Localisation des biens immobiliers mentionnés dans les transactions enregistrées dans les divers tribunaux de Damas

71L'étude du marché immobilier de l'ensemble de la ville extra-muros repose sur 1 569 transactions consignées dans 17 registres émanant des divers tribunaux de quartiers. Ces transactions ont été sélectionnées parmi les documents mentionnés dans le tableau ci-dessus, en fonction de différents critères. Nous avons en effet éliminé les actes dans lesquels le prix de la transaction, mentionné au bas du document, n'apparaît pas (ou pas clairement), ainsi que les transactions portant sur plusieurs biens immobiliers ou fonciers car, dans ce type de documents, les valeurs de chaque propriété sont rarement précisées.

72Divers documents, moins nombreux, figurent également dans ces registres: il s'agit d'actes de location de biens à usage résidentiel ou économique situés dans le faubourg (11 documents pour la période 1742-1752 et 22 pour la période 1820-1830) et de diverses sortes de plaintes et de témoignages portant sur des biens immobiliers du Mīdān (64 documents pour la période 1742-1752 et 38 pour la période 1820-1830).

* Actes d'achat et de location en milieu rural et reconnaissances de dettes des villageois envers les citadins

73Dans les sept registres du Tribunal du Mīdān que nous avons retenus, nous avons également sélectionné l'ensemble des documents nous apportant des informations sur les investissements des citadins dans le monde rural et sur l'endettement des villageois auprès des créanciers urbains. Nous avons ainsi constitué un corpus de 610 actes d'achat et de location: 329 actes d'achat (145 pour la période 1742-1752 et 184 pour la période 1820-1830) et 281 actes de location (120 pour la période 1742-1752 et 161 pour la période 1820-1830). Nous disposons par ailleurs de 68 reconnaissances de dettes de villageois envers des citadins (55 pour la période 1742-1752 et 13 pour la période 1820-1830).

b - Actes de succession des deux qisma

74Des registres qui nous sont parvenus des deux qisma, nous n'avons retenu que ceux qui contiennent des actes de succession et nous avons appréhendé les autres types d'affaires, les cas "ordinaires", à travers les registres du Tribunal du Mīdān. Comme le montre le tableau suivant, un certain nombre de lacunes existent dans la succession de ces registres.

75Les deux premiers registres d'actes de succession qui nous sont parvenus émanent de la qisma ‘askariyya et concernent une période relativement "ancienne", la fin du xviie siècle. Ceux du début du xviiie siècle, dont certains ont récemment été étudiés par C. Establet et J.-P. Pascual (15 et 19), émanent tous de la qisma ‘arabiyya. La période 1750-1774 est celle pour laquelle nous disposons, malgré un décalage dans le temps, de registres pour les deux qisma : nous avons donc choisi ces cinq registres (131, 138 et 143 pour la qisma ‘arabiyya-, 162 et 179 pour la qisma ‘askariyya) comme source principale pour l'étude des successions de l'ensemble des Damascènes, civils et militaires. Comme nous le préciserons plus loin, les indications sur le lieu de résidence des défunts se font de plus en plus rares au fil du temps et il nous a été de ce fait impossible de constituer, pour les périodes postérieures, un véritable corpus d'actes de succession concernant les habitants des différents quartiers de Damas.

TABLEAU 6. Liste des registres d'actes de succession de Damas jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)

TABLEAU 6. Liste des registres d'actes de succession de Damas jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)
  • 118 Pour une description plus détaillée de ce type de documents, cf. Establet C. et Pascual J.-P., Fam (...)

76Les actes de succession contiennent, au moins, quatre parties: le préambule, l'actif, le passif et la répartition de la valeur nette de la succession entre les héritiers. Dans la première partie est indiquée l'identité du défunt et celle de ses héritiers ; la deuxième partie donne la liste de toutes ses affaires personnelles (bijoux, vêtements, vaisselle, etc.) et de ses biens financiers (numéraire et créances recouvrées) ; la troisième partie indique les sommes devant être prélevées sur l'actif de la succession (frais d'inhumation, taxes diverses, dettes, etc.) ; dans la dernière partie est partagée la valeur nette de la succession entre les héritiers. Certains défunts laissent également à leur actif des créances n'ayant pas encore été recouvrées et des biens immobiliers ; ceux-ci sont mentionnés dans deux rubriques spéciales à la fin du document118.

77Dans le souci de comparer les successions des habitants du Mīdān à celles des habitants d'autres quartiers de la ville, nous avons sélectionné des actes concernant l'ensemble des Damascènes. Cette approche géographique, à partir des archives des tribunaux de Damas, se heurte à une difficulté majeure : l'absence de toute indication sur l'adresse des défunts. Dans ces conditions, nous avons considéré que la mention d'un bien immobilier, dans leur acte de succession, pouvait constituer un indicateur de leur lieu de résidence. La sélection systématique des documents contenant des biens immobiliers localisés dans les divers quartiers de la ville nous a permis de constituer un corpus de 367 actes de succession, soit environ 16 % de l'ensemble des actes contenus dans ces cinq registres. Parmi eux, les actes de succession des habitants du Mīdān sont au nombre de 68, 44 émanant de la qisma ‘askariyya et 24 de la qisma ‘arabiyya.

78Les registres d'actes de succession et les registres des tribunaux de quartiers sur lesquels nous travaillons dans le cadre de cette étude n'ont pas été établis à la même époque et portent, chacun, sur une période relativement longue. L'analyse des prix établis à des époques différentes doit donc obligatoirement être replacée dans le contexte général de l'histoire monétaire de l'Empire ottoman et, plus particulièrement, du Bilād al-Šām. Dans cette perspective, nous avons également retenu, dans les registres d'actes de succession, tous les documents contenant des informations sur les diverses monnaies utilisées à Damas à l'époque concernée par cette étude; nous évoquerons plus particulièrement cette question après notre présentation des sources.

2 - Les limites de ces documents

79Ces documents, qui présentent quelques lacunes regrettables pour le chercheur du xxe siècle, sont de moins en moins précis au fil du temps.

a - Quelques lacunes

  • 119 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 47 ; Veinstein G., « Note sur les inventaires a (...)
  • 120 On suggère parfois que la présence de dettes rend obligatoire l'établissement d'un acte de success (...)
  • 121 Au Caire, le coût de la procédure judiciaire atteignait en moyenne 2 % du montant total de la succ (...)

80Dans tout l'Empire ottoman, l'établissement d'un acte de succession ne s'imposait qu'en certaines circonstances prévues par la loi119 : lorsqu'un propriétaire de biens était réputé disparu, lorsqu'un défunt n'avait pas d'héritier connu — auquel cas ses biens revenaient au Trésor (bayt al-māl) — ou si des mineurs, dont il fallait songer à protéger les droits, se trouvaient parmi les héritiers120. L'établissement d'un acte de succession était donc soumis à une sélection "naturelle", accentuée par l'existence d'une taxe dissuadant les plus démunis d'avoir recours à ce type de procédure121.

  • 122 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. XXII ; Hanna N., Habiter au Caire.

81Par ailleurs, les archives des tribunaux de Damas comportent deux lacunes fondamentales par rapport à celles du Caire122 : ni le lieu de résidence, ni la profession des intéressés ne sont mentionnés. Nous disposons cependant d'informations nous permettant de les situer, même grossièrement, dans la ville et dans la société.

  • 123 Lorsque plusieurs biens immobiliers sont mentionnés dans un acte de succession, ils sont en généra (...)

82En l'absence de toute indication sur l'adresse de ces personnes, nous considérerons que les biens immobiliers mentionnés dans leur acte de succession constituent un indicateur de leur lieu de résidence123. Bien entendu, ceci nous amène à constituer un échantillon où seuls apparaissent les propriétaires de biens immobiliers. Les populations les plus défavorisées, notamment les migrants ruraux que l'on considère généralement comme une composante importante de la population du Mīdān, en sont exclues. Cette méthode de sélection accentue donc, dans notre corpus, la sur-représentation des couches privilégiées de la population.

  • 124 Ceci est également le cas pour Le Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 30.

83Par ailleurs, rares sont, dans ces registres, les actes de location124. Les relations entre propriétaires et locataires étaient vraisemblablement régies par des accords tacites échappant au contrôle de la justice et ceci nous empêche de connaître l'insertion résidentielle des couches les plus défavorisées de la population. Nous ne pouvons donc précisément situer, dans l'espace urbain, que les propriétaires de biens immobiliers.

  • 125Abd Ḥ., Ḥawādit, p. 102.

84De même, il est très rare de trouver, dans les registres du Tribunal du Mīdān, des actes d'achat ou de location portant sur des locaux à usage commercial ou artisanal. Entre 1155/1742 et 1164/1752, onze documents de ce type, soit un peu moins de 0,5 % de l'ensemble des actes, ont été consignés dans les cinq registres étudiés : huit de ces établissements sont désignés sous le terme de ḥānūt et les trois autres sous le terme de dukkān. Au début du xixe siècle, ce type de document est un peu plus fréquent; 80 d'entre eux ont été consignés dans les deux registres étudiés pour la période 1236-1245/1820-1830, soit 3 % de l'ensemble des actes. Il est intéressant de constater que le terme de ḥānūt, pourtant utilisé par un chroniqueur du xixe siècle125, n'apparaît plus au début du xixe siècle dans nos actes d'achat et de location; seul celui de dukkān est désormais utilisé. Notre tentative de définition du ḥānūt et du dukkān, à partir d'une comparaison entre ces deux locaux, ne peut donc s'appliquer que pour le milieu du xviiie siècle.

  • 126 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 268, n. 1.
  • 127 Il s'agit des termes de dāḫil, finā', aġlāq, manāfi‘ šar‘iyya. Pour une définition de ces termes, (...)

85Comme cela est le cas pour le Caire à la même époque126, le terme de ḥānūt est plus fréquemment utilisé que celui de dukkān mais on peut difficilement établir une distinction entre ces deux types d'établissements car les activités qui y sont exercées sont rarement précisées et les termes utilisés pour leur description sont les mêmes dans les deux cas127.

  • 128 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 268, n. 1.
  • 129 Un ḥānūt vaut en moyenne 45 qurš et un dukkān 22,5 qurš.
  • 130 Sur le kadak, cf. Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 503.
  • 131 123/151/208 ; 138/87/135.
  • 132 123/378/542.
  • 133 Tate J., Waqfiyya, p. 77-78.

86Comme le suggère Gaston Wiet dans ses Notes, il semble cependant que « le ḥānūt était peut-être un magasin plus important que le dukkān qui n'aurait été qu'une simple boutique »128 ; en effet, si l'on se réfère à la valeur de ces locaux, il apparaît que les ḥānūt sont en moyenne deux fois plus chers que les dukkān129 : cette différence de valeur est vraisemblablement liée à la superficie des locaux et non aux activités qui y sont pratiquées, puisque celles-ci sont normalement prises en compte dans le montant du kadak, terme désignant l'outillage d'un local et le droit d'y exercer une profession130. En ce qui concerne les activités exercées dans ces établissements, il semble qu'elles peuvent être, en tout cas pour les ḥānūt, commerciales ou artisanales. En effet, un hānūt peut aussi bien être un atelier de tissage de ‘abā 'a (ḥānūt mu ‘adda li-nasīğ al-‘ubī)131 qu'une boutique spécialisée dans la vente du coton (ḥānūt mu‘adda li-bay‘ al-quṭn)132. Si les informations contenues dans notre corpus donnent peu d'informations sur les activités exercées au sein des dukkān, une waqfiyya du xviiie siècle à Alep133 permet en revanche de mieux les connaître et met en évidence la double nature, commerciale et artisanale, de ces deux types d'établissements.

  • 134 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 11 ; Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortu (...)

87Quant à la profession, elle est rarement indiquée de manière explicite et il est d'autant plus difficile de connaître l'activité du défunt que la nature des boutiques et ateliers mentionnés parmi les biens fonciers qu'il possédait est rarement précisée. De plus, dans les actes de succession de nos habitants du Mīdān, l'inventaire des marchandises présentes dans ces lieux de travail est rarement dressé, comme s'ils n'en possédaient que les murs sans y exercer une activité. Comme le notent C. Establet et J.-P. Pascual, « seule l'analyse de la composition du patrimoine commercial de l'individu autorise-t-elle la conclusion et permet-elle d'inscrire le défunt dans une couche sociale »134.

  • 135 131/11/20.

88Les actes de succession donnent par ailleurs une image très partielle du crédit. En effet, ces documents nous informent essentiellement sur les prêts, relativement modestes, accordés à des citadins. Pour être complète, l'étude de cette pratique doit également être appréhendée à travers un autre type de document, les reconnaissances de dettes, qui donnent une tout autre image de ce phénomène; ces actes, officiellement enregistrés au tribunal (à la différence des petites créances qui sont souvent simplement notées dans un carnet appartenant au défunt)135 concernent surtout de grosses créances accordées à des villageois.

89En ce qui concerne le monde rural, nous remarquons que les transactions portant exclusivement sur des produits agricoles sont absentes des registres; ceci est particulièrement regrettable pour l'étude d'un faubourg dont les habitants sont largement impliqués dans la commercialisation des céréales.

90D'autre part, comme nous l'avons signalé, nous ne disposons d'aucune indication sur le lieu de résidence des personnes se présentant au tribunal; nous ne pouvons donc affirmer que la totalité des actes d'achat et de location de biens en milieu rural enregistrés dans le Tribunal du Mīdān soit le fait des habitants de ce faubourg. Nous avons toutefois suggéré plus haut que l'aire d'influence du Tribunal du Mīdān était très concentrée sur la ville extra-muros et, plus particulièrement, sur ce faubourg; nous considérerons donc que la majorité de nos documents concernent des habitants de ce secteur de la ville.

91Par ailleurs, les biens mentionnés dans ces documents sont concentrés sur la zone arboricole et maraîchère entourant Damas, et les régions céréalières du Ḥawrān et de la Biqā‘ sont très peu représentées. Cette situation peut avoir des causes administratives ou juridiques: elle peut refléter les limites de l'aire d'influence du Tribunal du Mīdān ou être liée au statut des terres agricoles dans ces diverses régions. Des recherches futures dans les archives nous apporteront sans doute des éléments de réponse à ce sujet. Quoiqu'il en soit, dans l'état actuel de notre documentation, il faudra nous résoudre à ne présenter qu'une esquisse des implications des citadins dans les régions céréalières.

92Il nous est par ailleurs difficile de situer précisément dans la société les personnes que nous rencontrons dans ces divers documents.

  • 136 Toutefois, dans les registres de la fin du xviie siècle, cette distinction est parfois établie ; c (...)

93Les militaires sont identifiés seulement par leur grade au sein de l'armée et non en fonction de leur appartenance aux deux troupes de janissaires installées à Damas, les janissaires impériaux (qapiqūl) et les janissaires locaux (yankiğariyya/yerliyya)136. Cette lacune est particulièrement regrettable car elle nous empêche d'étudier, pour l'époque qui nous intéresse, les fondements des nombreux conflits opposant ces deux troupes.

  • 137 Reilly J., « Shari'a Court Registers », p. 165.
  • 138 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 170-187.

94En ce qui concerne les civils, comme cela a déjà été signalé par d'autres chercheurs, leurs titres ne permettent pas d'identifier clairement leur fonction ou leur statut137. Les titres de ḥāğğ, šayḫ et sayyid, qui sont le plus fréquemment mentionnés, concernent chacun des personnes dont les successions sont très diverses138 ; on ne peut donc prétendre qu'ils constituent des groupes homogènes du point de vue économique.

  • 139 À la fin du xvie siècle, soixante chameaux étaient réservés aux pauvres dans la caravane damascène (...)
  • 140 Sur le coût du pèlerinage, cf. Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 5-28 ; « New Light on (...)

95Ainsi, en ce qui concerne les ḥāğğ, il faut noter que toutes les couches de la population effectuent le pèlerinage à La Mekke. Certains accomplissent ce devoir de l'islam dans un luxe qui leur est familier; d'autres, démunis, sont pris en charge par la communauté139. Entre ces deux extrêmes se trouvent bien entendu toutes sortes de situations140.

  • 141 Thieck J.-P., « Décentralisation ottomane », p. 158.
  • 142 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 10.
  • 143 Reilly J., « Status Groups and Propertyholding », p. 520.

96De même, le titre de sayyid, porté par les descendants du Prophète (šarīf/ašrāf), concerne des personnes exerçant toutes sortes de métiers et qui sont représentées dans diverses couches de la population141. De plus, à partir de la seconde moitié du xixe siècle — mais cette évolution ne concerne pas directement notre étude — ce titre ne sert plus à désigner exclusivement les descendants du Prophète et ne peut donc plus être considéré comme un reflet du statut de šarīf142. Le développement de son utilisation s'accompagne d'ailleurs d'une diminution du nombre des personnes ne portant aucun titre143.

  • 144 Reilly J., « Status Groups and Propertyholding », p. 533, n. 18.

97Enfin, le titre de šayḫ désigne une personne ayant une formation religieuse sans pour autant qu'elle exerce obligatoirement des responsabilités dans ce domaine144.

  • 145 Les Druzes ne sont d'ailleurs pas individualisés comme le sont les chrétiens, les Turcomans, les É (...)
  • 146 Bakhit M., Ottoman Province, p. 62 ; Bakhit M., « Safad et sa région », p. 104.

98Signalons également que les Druzes, dont on sait qu'ils constituent une des composantes de la population du Mīdān, ne sont pas identifiés comme tels dans les archives des tribunaux145 ; il en est d'ailleurs de même dans les recensements ottomans où ils sont enregistrés simplement comme musulmans146.

b - Évolution de la nature des informations

99Outre les quelques lacunes mentionnées précédemment, et qui perdurent tout au long de notre période, on note des évolutions, entre le xviiie et le xixe siècle, dans la nature des informations enregistrées.

100Ainsi, dans les actes de succession, les biens fonciers et immobiliers sont beaucoup plus rarement mentionnés au xixe siècle qu'ils ne le sont au xviiie siècle: nous avons donc été dans l'impossibilité de constituer un échantillon de documents suffisamment important pour les habitants des différents quartiers de Damas au xixe siècle; seules des illustrations ponctuelles seront effectuées à ce sujet.

101Dans les transactions immobilières du xviiie siècle, les descriptions des maisons sont très précises : le scribe prend en effet la peine de nommer chacune des pièces qui les composent. Ceci n'est plus le cas au xixe siècle où de nombreuses maisons sont simplement mentionnées comme comprenant « des pièces et des commodités » (masākin wa manāfi‘ šar‘iyya). De plus, on n'indique plus systématiquement le nom des divers copropriétaires mais on les désigne désormais globalement par l'expression wa man yašraku-hu (et alii).

102En ce qui concerne l'étude du monde rural, les villageois, dont on signalait habituellement l'origine géographique, n'apparaissent pratiquement plus dans nos documents au xixe siècle. Vu le manque de précision qui caractérise désormais l'enregistrement des informations, on peut se demander si cette absence reflète véritablement une dégradation de leur situation où si elle est simplement due à la négligence des scribes qui ne prennent plus la peine de noter leur origine rurale.

103Bien entendu, il n'est pas question, à partir de l'évolution du contenu des actes juridiques consignés dans les registres des tribunaux de Damas, de tirer des conclusions sur le relâchement de l'administration dans l'ensemble de l'Empire ottoman entre le milieu du xviiie siècle et le début du xixe siècle. Seules des études similaires sur les tribunaux des autres villes de l'Empire ottoman nous permettraient de nous prononcer à ce sujet.

104En dépit des lacunes que nous avons soulignées, les divers documents dont nous disposons contiennent toutefois, comme nous le verrons, un grand nombre d'informations nous permettant de mieux appréhender plusieurs aspects du faubourg du Mīdān à l'époque ottomane.

III - NOTE SUR LES QUESTIONS MONÉTAIRES

105L'étude de nos documents, établis à des époques différentes, se heurte à la question de l'inflation monétaire. Peut-on en effet raisonnablement considérer tous les actes de succession établis au cours d'un quart de siècle (1750-1774) et tous les investissements urbains et ruraux réalisés au cours de deux décennies (1742-1752 et 1820-1830) comme des ensembles homogènes d'un point de vue monétaire ? De plus, dans ce dernier cas, comment apprécier l'augmentation des prix que nous constatons entre les deux périodes ? Autrement dit, il s'agit de déterminer dans quelle mesure celle-ci est liée à l'inflation.

  • 147 Cette piastre, le qurš, est subdivisée en miṣriyya. À la fin du xviie-début du xviiie siècle, un q (...)

106Outre les témoignages des chroniqueurs locaux et des Occidentaux, qu'ils soient voyageurs, commerçants ou diplomates, les actes de succession apportent des informations sur les questions monétaires. Dans certains documents sont en effet indiqués le nom et le cours, en qurš, de toutes les monnaies, d'or et d'argent, ottomanes ou étrangères, que possédaient les défunts147.

  • 148 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 17
  • 149 Pour plus de détails, cf. Marino B., «Les monnaies utilisées à Damas aux xviiie et xixe siècles ».

107Sur le système monétaire de l'Empire ottoman, nous savons que « tous les pays de l'Empire ottoman avaient, aux xviie et xviiie siècles, un système monétaire double avec une circulation simultanée de monnaies occidentales et de monnaies ottomanes et locales »148. Il ne s'agit pas ici de nous livrer à une étude détaillée de ce phénomène à Damas aux xviiie et xixe siècles149 ; nous n'évoquerons que les éléments pouvant nous apporter des indications sur l'évolution des prix.

  • 150 A.-K. Rafiq (« Siğillāt al-tarikāt », p. 189) considère que ce phénomène indique une volonté d'uti (...)

108Comme nous le signalerons dans l'étude des actes de succession, les défunts possèdent rarement du numéraire150. De plus, on indique souvent la valeur des diverses pièces appartenant au défunt (nuqūd munawwa‘a wuğidat ‘inda al-mutawwafā) sans en détailler la liste. Dans ces conditions, nous avons trouvé, dans les cinq registres établis entre 1760 et 1774, seulement 55 actes de succession contenant de tels détails. Pour le dernier quart du xviiie siècle et les deux premières décennies du xixe, nous ne disposons d'aucune information de ce type et seuls sept documents, établis entre 1821 et 1829, nous apportent des éclaircissements sur les monnaies au cours de la période que nous étudions.

LE MILIEU DU xviiie SIÈCLE

109Une douzaine de monnaies différentes sont mentionnées dans les actes de succession établis entre 1750 et 1774, et une quinzaine dans les documents établis entre 1821 et 1829. Nous n'en détaillerons pas ici la liste complète mais évoquerons simplement quelques exemples significatifs.

  • 151 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 105-106 ; Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 660.

110Nous savons que, le 21 ramaḍan 1160/26 septembre 1747, le gouverneur de Damas, As‘ad Pacha al-‘Aẓm, fixe la valeur du riyāl à 1 qurš et 27 miṣriyya alors qu'elle était auparavant de 1 qurš et 24 miṣriyya151. Cette légère dévaluation sera temporaire puisque, durant tout le troisième quart du xviiie siècle, comme cela apparaît dans nos documents, le riyāl sera équivalent à 1,75 qurš, soit 1 qurš et 30 miṣriyya. Le cours des monnaies d'or augmente quant à lui très légèrement : ainsi, le ḍahab zerr maḥbūb vaut 3,17 qurš en 1750 et 3,25 qurš en 1766; le ḍahab fundūq vaut 4,25 qurš en 1753 et 4,62 qurš en 1766.

  • 152 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 43.

111La stabilité monétaire du milieu du xviiie siècle, qui est bien connue pour l'Égypte152, et qui, en dépit de cette légère dévaluation, apparaît également dans nos documents, nous autorise à traiter globalement l'ensemble des actes de succession établis au cours de la période 1750-1774 ainsi que les transactions immobilières et les achats de biens ruraux effectués au cours de la période 1742-1752.

LE DÉBUT DU xixe SIÈCLE

  • 153 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 52.
  • 154 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 471.
  • 155 Issawi Ch., The Economic History of the Middle East, p. 521.
  • 156 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 476-477.
  • 157 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 471.
  • 158 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 480.
  • 159 Issawi Ch., The Economie History of the Middle East, p. 523.
  • 160 Gibb H. et Bowen H., Islamic Society and the West, 1/2, p. 57.
  • 161 DimaŠqĪ M., Ḥawādiṭ, p. 47, p. 109-110 ; Yahia H., Les relations administratives et économiques, p (...)

112Les problèmes se posent en revanche avec beaucoup plus d'acuité au xixe siècle. Nous savons qu'une dévaluation monétaire commence à se manifester dès la fin du xviiie siècle, à l'époque du sultan Salīm III (1789-1807)153, et qu'elle se poursuit au début du xixe siècle à l'époque du sultan Maḥmūd II (1808-1839) jusqu'en 1829, « date à laquelle la monnaie turque eut une très courte période de stabilité relative pour reprendre sa baisse à la troisième décennie du xixe siècle »154. D'ailleurs, sous le règne de ce sultan, les problèmes monétaires sont tels que « la forme et le nom des monnaies ottomanes changea 35 fois pour l'or et 37 fois pour l'argent, et le taux de la piastre turque par rapport à la livre sterling passa de 23 en 1814 à 104 en 1829 »155. Nous savons par ailleurs que la maḥmūdiyya, pièce d'or émise sous ce sultan, fut d'abord fixée à 25 piastres et atteignit, à la fin de son règne, 70 piastres156 ; le talar espagnol valait quant à lui 7 piastres en 1824 et 21 piastres en 1836157 et « la piastre ottomane qui valait, au milieu du xviie siècle, de cinq à six francs français, ne valait plus, en 1838, qu'un cinquième de franc »158. En Egypte, la continuelle dévaluation de la monnaie d'argent locale se perçoit clairement dans le cours du thaler autrichien : 90 paras en 1773, 150 en 1798 et 800 en 1835159. Dans le Bilād al-Šām, la dévaluation est accentuée à l'époque de Aḥmad Pacha al-Ğazzār en 1791160 et dans les deux premières décennies du xixe siècle, la confusion est telle que les autorités interviennent à plusieurs reprises pour fixer le prix des monnaies161.

  • 162 Koury G., Province, p. 177-178.
  • 163 Au milieu du xviiie siècle, les valeurs des biens fonciers et immobiliers sont exprimées en qurš f (...)

113Un sérieux problème existe d'ailleurs en 1825 comme résultat de la dévaluation générale de la monnaie ottomane ; des pièces dévaluées sont émises, ce qui aboutit, temporairement, à l'existence d'un double système monétaire. Entre 1819 et 1825, la valeur, en qurš, de différentes monnaies, est multipliée par deux ; cependant, comme les autorités ottomanes collectent toutes les pièces à forte valeur (ṣāġ) qui se trouvent dans les provinces, ce double système disparaît progressivement. À Damas, quand les autorités interdisent l'utilisation des pièces ṣāġ pour les achats et les ventes, afin de faciliter leur retrait, les boutiques et les ḫān ferment au public et une insurrection générale se produit162. C'est avec ces pièces que sont réalisées nos transactions immobilières au cours de la période 1820-1830 ; elles sont appelées qurš fiḍḍa ṣaḥīḥa ṣāġ mīriyya, terminologie insistant sur leur bon aloi163.

  • 164 Les données monétaires que contient cette chronique (Lubnān fī ‘ahd al-umarā' al-šihābiyyīn) sont (...)

114Outre les quinze monnaies différentes qui sont mentionnées dans sept actes de succession de Damascènes établis entre 1821 et 1829, nous trouvons des informations sur le cours de quatorze monnaies mentionnées dans la chronique libanaise de l'émir Ḥaydar Aḥmad al-Šihābī entre 1205/1790 et 1247/1831164. Les monnaies mentionnées dans les actes de succession damascènes et la chronique libanaise ne sont pas les mêmes ; ceci reflète sans doute les fréquents changements de monnaies survenus au cours de cette époque mais peut aussi suggérer l'existence de zones monétaires particulières dans les différentes régions du Bilād al-Šām.

115À travers ces documents, on observe une importante dévaluation du qurš. Parmi les pièces mentionnées par al-Šihābī entre 1821 et 1831, la pataque passe de 9,5 qurš à 18 qurš, le ḏahab istanbūlī de 10 à 20 qurš, le aḥmadī de 14,75 qurš à 30 qurš et le mušaḫḫas de 20 à 40 qurš. Parmi les pièces mentionnées dans les actes de succession entre 1821 et 1829, le riyāl ifrangī passe de 6,5 à 14 qurš, le ḏahab istanbūli de 8,5 qurš à 16 qurš, le mağar de 15,75 à 31,25 qurš et le ḏahab ‘atīq de 16 à 31,5 qurš. On remarque donc que le qurš perd environ la moitié de sa valeur au cours de cette période.

  • 165 Gerber H. et Gross N., « Inflation or Déflation », p. 354, p. 355.
  • 166 Gerber H. et Gross N., « Inflation or Déflation », p. 356.

116En comparant l'évolution du prix du blé entre 1788 et 1824, et la dévaluation de la piastre entre 1790 et 1832, H. Gerber et N. Gross concluent que l'inflation que connaît le Bilād al-Šām à cette époque est liée aux problèmes monétaires165. En effet, entre le dernier quart du xviiie siècle et les années 1830, les taux de change et les prix augmentent parallèlement de 4 % par an en moyenne166.

L'ÉVOLUTION ENTRE LES DEUX PÉRIODES

  • 167 Sur cette monnaie, qui commence à se répandre à partir de 1730, cf. Raymond A., Artisans et commer (...)

117Déterminer l'évolution du qurš à partir des documents en notre possession est quasi impossible car les monnaies mentionnées au cours des deux périodes ne sont pas les mêmes et nous ne disposons ainsi d'aucune base de comparaison, si ce n'est pour le riyāl167 qui passe de 1,75 qurš en 1750-1774, à 6,5 qurš en 1821, puis, à 14 qurš en 1829. Par rapport à ce riyāl, le qurš connaît une dévaluation annuelle de 2,74 % entre 1752 et 1829.

  • 168 Volney, Voyage, p. 384.
  • 169 Establet C. et Pascual J.-P., « Damascene Probate Inventories », p. 383. Quelques petites variatio (...)

118Vu les lacunes existant dans notre documentation pour le Bilād al Šām, nous pouvons nous référer aux études effectuées pour d'autres provinces de l'Empire ottoman. À la fin du xviiie siècle, Volney note en effet que les monnaies utilisées sont les mêmes dans tout l'Empire168 et, pour le début du xviiie siècle, on constate qu'il n'y a pas de réelle différence entre Istanbul, Le Caire et Damas en ce qui concerne les taux d'échange des différentes pièces en circulation169.

  • 170 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. LIV.
  • 171 Cuno K., The Pasha's Peasants, p. 214.

119Deux séries d'informations, couvrant l'ensemble de la période qui nous intéresse, nous sont données pour Le Caire, l'une par A. Raymond pour le xviiie siècle170 et l'autre par K. Cuno, qui a complété cette série pour la première moitié du xixe siècle171. À partir des tables de conversion du sequin vénitien et du riyāl, espagnol puis autrichien, il apparaît qu'entre 1750 et 1830, la monnaie égyptienne, le para, a connu une dévaluation annuelle de 2,5 %.

120Les données dont nous disposons font donc apparaître que la stabilité monétaire qui caractérise le xviiie siècle laisse place, à partir du dernier quart de celui-ci, à une forte dévalution. L'évolution des cours monétaires expliquent ainsi l'augmentation de la valeur des biens immobiliers et des biens ruraux que nous signalerons au cours de cette étude.

IV – NOTE SUR LES POIDS ET MESURES

121Dans le texte qui suit, nous évoquons parfois les quantités de certains produits (bois, céréales, savon, etc.) possédés par une personne ; afin d'en estimer l'importance, il n'est pas inutile de donner quelques précisions sur leur valeur en grammes. Ces indications sont toutefois approximatives : elles sont pour la plupart extraites d'un ouvrage qui concerne surtout l'époque médiévale. Or, comme nous le savons, la valeur des poids et mesures varie beaucoup dans le monde musulman, d'une ville à l'autre et à travers les époques.

  • 172 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 64.
  • 173 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 673.

122Ġirāra : à la fin de l'époque médiévale, à Damas, 1 ġirāra équivaut à 204,5 kilogrammes172. Au début des années 1740, une ġirāra équivaut à 78 mudd173.

  • 174 D'après Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 81-82; d'après Baedeker K., Palestine et Syrie. Manuel du Voyag (...)

123Mudd : en Turquie, dans les années 1840, un mudd est compris entre 11 et 12,5 kilogrammes; en Syrie, en 1890, il équivaut environ à 13 kilogrammes174.

  • 175 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 42.

124Qinṭār : 185 kilogrammes à Damas175.

  • 176 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 33.

125Raṭl : 1,85 kilogrammes à Damas176.

  • 177 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 20.

126Ūqiyya : 154 grammes à Damas177.

127Qīrāṭ : part de propriété équivalant à un vingt-quatrième de l'ensemble de celle-ci.

Notes

1 Pour cette introduction historique, nous avons utilisé plusieurs ouvrages et articles: Barbir K., Ottoman Rule ; Bianquis A.-M., « Damas et la Ghouta » ; Establet c. et Pascual J.-P., Familles et fortunes à Damas ; Pascual j.-p., Damas à la fin du xvie siècle; Rafiq A.-K., The Province of Damascus ; Raymond A., « Les provinces arabes (xvie-xviiie siècles) ».

2 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 86.

3 Rodier G., L'Orient, p. 238.

4 .Michaud M. et Poujoulat M., Correspondances d'Orient, p. 161.

5 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 244-245.

6 Burton I., The Inner Life, p. 33.

7 Thoumin R., Géographie humaine, p. 248.

8 Bianquis A.-M., « Damas et la Ghouta », p. 363.

9 Schatkowski-schilcher L., Familles in Politics, p. 112-118.

10 Trotignon L., L'Orient qui s'en va, p. 245.

11 Lallemand Ch., D'Alger à Constantinople, p. 90.

12 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 559-560.

13 Rodier G., L'Orient, p. 238.

14 Larroumet G., Vers Athènes et Jérusalem, p. 230.

15 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 586.

16 Lortet Dr., La Syrie d'aujourd'hui, p. 600.

17 Thoumin R., « Notes sur la répartition de la population », p. 672.

18 Kremer A. Von, Topographie, p. 22. Sur ces familles de notables, cf. ḤinῙ M., Muntaḫabāt, p. 804, p. 832, p. 858-859, p. 863-864, p. 866, p. 883-884, p. 893.

19 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 113.

20 Schatkowski-schilcher L., Families in Politics, p. 78.

21 Budayrī A., Ḥawādiṯ, p. 73-74, p. 98, p. 157.

22 Ces quatre périodes (1785-1786 ; 1790-1795 ; 1799 ; 1803) sont traitées par G. Koury, Province, p. 54-57, p. 69-76, p. 87-95, p. 104-111.

23 DimaŠqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 14.

24 Pour plus de détails, cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 107-115 ; Barbir K., Ottoman Province, p. 108-177; Faroqhi. S., Pilgrims and Sultans -, Rafiq A.-K., Province, p. 52-77 ; Rafiq A.-K.,Bilād al-Šām, p. 213-214, p. 225-231 ; Rafiq A.-K., « Qāfilat al-hağğ al-Šāmῑ », p. 193-216 ; Rafiq A.-K., « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 127-136.

25 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 213-214, p. 225-231 ; Rafiq A.-K., « Changes in the Relationship », p. 62.

26 Rafiq A.-K., Province, p. 21-23.

27 Bakhit M., Ottoman Province, p. 96 ; Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 281.

28 Barbir K., Ottoman Rule, p. 95.

29 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 193. A.-K. Rafiq considère plus vraisemblable l'effectif indiqué par Ibn Ğum‘a car les qapiqūl furent envoyés pour mettre un terme au pouvoir des janissaires locaux ; or, ceux-ci avaient pu chasser de la ville les 1 500 soldats du gouverneur.

30 Barbir K., Ottoman Rule, p. 95.

31 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 281. Au milieu du xviiie siècle, en 1171/1757, Budayrī estime le nombre des yankiğariyya/yerliyya à 20 000 individus; il est peu probable que ce nombre indique leur véritable effectif; en revanche, il est sans doute très significatif de l'impact que ces janissaires ont dans l'imaginaire des Damascènes; cf. BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 213.

32 Rafiq A.-K., « Local Forces », p. 277-290.

33 Brayk M., Tārīḫ, p. 13.

34 Selon les expressions de Mardam beyk F., « Tensions sociales », p. 121.

35 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 328-329 ; Rafiq A.-K., Province, p. 139-141.

36 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67.

37 Brayk M., Tārīḫ, p. 13 ; BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 66-70 ; Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 336.

38 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 116-121.

39 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 337 ; Rafiq A.-K., Province, p. 175.

40 Brayk M., Tārīḫ, p. 50-51 ; BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 201-202, p. 210-215 ; DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 49.

41 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 380 ; Rafiq A.-K., Province, p. 240, p. 267, p. 277-278.

42 Rafiq A.-K., Bilād al-Šām, p. 389 ; Rafiq A.-K., Province, p. 310.

43Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 71-80, p. 107-113, p. 121, p. 124-126, p. 126-129, p. 154-155.

44Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 107-113.

45 La biographie de ce personnage est établie par MurĀdĪ M., Silk, III, p. 279-287.

46 Rafiq A.-K., Province, p. 161-166.

47 Barbir K., Ottoman Rule, p. 86, p. 88.

48 Brayk M., Tārīḫ, p. 14-18 ; Gibb H. et Bowen H., Islamic Society, I, p. 220 ; Rafiq A.-K., Province, p. 168.

49 Rafiq A.-K., Province, p. 166.

50 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67.

51 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 50-51.

52 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 67-68.

53 Ghazzal Z., Economie politique, p. 51-53, p. 84-86 ; ḤiṢnĪ M., Muntaḫabāt, p. 863-864 ; Schatkowski-Schilcher L., Families in Politics, p. 54-55, p. 78, p. 101, p. 113, p. 149, p. 151.

54 Ibn kannĀn M., Yawmiyyāt, p. 276.

55Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 46, p. 71-74, p. 105-106, p. 137 ; DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 37-38.

56 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 37-38.

57 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.

58 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 22.

59Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 81, p. 88.

60Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 96.

61Abd Ḥ., Ḥawādiṯ, p. 99-100.

62 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.

63 DimašqĪ M., Ḥawādiṯ, p. 25-27.

64 DimašqĪ M., Hawādiṯ, p. 60-61.

65 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux de Damas », p. 219-226 ; Rafiq A.-K., « The Law-Court Registers of Damascus», p. 141-146. Au milieu des années 1960, j. Mandaville avait, quant à lui, publié une présentation générale des archives de Syrie et de Jordanie; cf. Mandaville J., «The Ottoman Court Records of Syria and Jordan », p. 311-319.

66 ḤakĪm D., « al-Waṭā'iq al-šar‘iyya », p. 391 ; ḤakĪm D., « The Center of Historical Documents », p. 290.

67 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 44.

68 Rafiq A.-K., Province, p. 43 ; Bakhit M., Ottoman Province, p. 120 ; Gibb H. et Bowen H., lslamic Society, 1/2, p. 121-123.

69 BudayrĪ A, Ḥawādiṯ, p. 172, p. 178. De même, au Caire, le qāḍī al-quḍāt siégeait dans un tribunal appelé Maḥkamat al-Bāb al-‘Alī ou al-Maḥkamat al-Kubrā (le Tribunal de la Sublime Porte ou le Grand Tribunal) ; cf. hanna N., Habiter au Caire, p. 19.

70 AnṢĀrĪ M., Nuzha, II, p. 210-211. Notons que les exigences du Grand Juge sont bien précises : il réclame des vêtements confectionnés par un certain Faḫr Al-dīn b. Zurayq, qui doit vraisemblablement être un fameux artisan dans le domaine du textile à Damas.

71 Gibb H. et Bowen H., Islamic Society, 1/2, p. 122 ; Rafiq A.-K., Province, p. 43.

72 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 3 ; Rafiq A.-K., Province, p. 44 ; Gibb H. et Bowen H., Islamic Society, 1/2, p. 122.

73 Rafiq a.-k., « Les registres des tribunaux », p. 224. Ceci était également le cas au Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.

74 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 4 ; Rafiq A.-K., Province, p. 48.

75 Mandaville J., The Muslim Judiciary of Damascus, p. 121-122; d'après IBN ṬŪlŪn m., Mufākaha.

76 De même, « à l'exception de la Ṣāliḥiyya Nağmiyya qui avait été le siège des quatre grands qāḍī, Le Caire mamelouk n'avait pas de tribunaux dans des lieux fixes » ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 21.

77 Mandaville J., The Muslim Judiciary of Damascus, p. 9-10. A l'époque ottomane, cette fonction, ouverte aux quatre rites, fut intégrée à la procédure juridique, et chaque acte était signé, en signe d'authentification, par environ une dizaine de témoins ; cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 124 ; article « Maḥkama », El2-, VI, p. 4

78 Article « Maḥkama », El2, VI, p. 3.

79 Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.

80 Volney, Voyage, p. 369.

81 Sur les divers tribunaux de quartiers, cf. Rafiq A.-K., Province, p. 46; « Les registres des tribunaux », p. 223; «The Law-Court Registers », p. 143-144. La localisation des tribunaux dans les mosquées et les madrasa est également notée pour le Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.

82 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 64. Pour une photographie des vestiges de ce tribunal, cf. Sack D., Damaskus, planche 18.

83 BudayrĪ A., Ḥawādiṭ, p. 172, p. 178.

84 Au milieu du xixe siècle, un tribunal est en effet signalé près de la Mosquée de Suwayqa ; cf. Kremer A. von, Topographie, p. 21.

85 Bakhit M., Ottoman Province, p. 122.

86 Rafiq A.-K., Province, p. 46, n. 6. Le Maḥkamat al-Duhaynātiyya est situé dans le Sūq al-Buzūriyya (Brayk M., Tārīḫ, p. 18), à proximité de la partie du palais ‘Aẓm réservée aux femmes et du ḥān du même nom (Ḫān al-Duhaynātiyya) ; sur la localisation de ce ḫān, cf. Establet c. et Pascual j.-p., Familles et fortunes, carte III.

87 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 223.

88 Ibn ṬŪlŪn M., Mufākaha, II, p. 58, p. 121.

89 À Fès, aux xvi-xviiie siècles, les ḍu‘afā' sont « ceux qui ne peuvent avoir recours qu'à Dieu par la prière lorsque les élites choisissent une politique dont les ḍu‘afā' subissent les conséquences [...]. En somme, ils n'avaient guère de voix dans les décisions et ne semblent pas s'être immiscés dans la vie politique » ; Cigar N., « Société et vie politique à Fès », p. 131. Selon cette acception du concept de ḍu‘f, les juges du Tribunal du Mīdān seraient donc des personnes peu influentes reléguées aux confins de la ville, loin des centres de décision.

90 AnṢĀrĪ M., Nuzha, II, p. 210-211.

91 Bakhit M., Ottoman Province, p. 126-127.

92 Rafiq A.-K., Province, p. 46-47.

93 AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 9 (introduction de l'éditeur).

94 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 223-224.

95 AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 53-54.

96 .AnṢĀrĪ M., Nuzha, I, p. 56 ; II, p. 210-211. La présence du juge malikite peut être expliquée par l'installation, dans le faubourg, d'une population originaire du Maghreb, région dans laquelle domine l'école malikite. Nous nous intéresserons à cette population dans notre dernière partie sur la structuration de l'espace social du faubourg.

97 La présence de quatre députés appartenant chacun à un rite différent n'était pas systématique dans les tribunaux de quartier; au Maḥkamat al-‘Awniyya sont signalés des députés hanafites et chafi‘ites, mais il ne semble pas qu'il y ait eu systématiquement nomination de députés malikites et hanbalites. Au Maḥkamat al-Ṣāliḥiyya, il y avait presque toujours des députés chafi‘ites et hanbalites, ce quartier étant le haut lieu des hanbalites; cf. Bakhit M., Ottoman Province, p. 121-122.

98 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 224.

99 Cette demande d'autorisation apparaît également dans des documents étudiés par R. Vesely ; le requérant demande parfois qu'un ordre, et non une simple autorisation, soit donné au substitut de son choix pour l'habiliter à prononcer un jugement, dans le tribunal et selon le rite de son choix ; cf. Vesely R. « Les requêtes en Egypte au xvie siècle », p. 188-189, p. 200-201, p. 203-204.

100 130/151/309.

101 297/100/245 ; 297/221/494 ; 297/224/499 ; 297/239/527 ; 297/458/1025 ; 297/534/1230.

102 Pour une présentation des divers actes consignés dans ces registres, cf. Glasman V., « Les documents du tribunal religieux de Hama ».

103 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222 ; Rafiq A.-K., « Siğillāt al-tarikāt », p. 174.

104 Ce domaine de la pratique juridique est parfois désigné comme étant celui de la "liquidation des héritages" (qaḍā' al-mawārīṯ) ; cf. MuḤibbĪ M., Ḫulāṣa, III, p. 436-437.

105 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222 ; Rafiq A.-K., « Siğillāt al-tarikāt », p. 174.

106 Rafiq A.-K., « Les registres des tribunaux », p. 222.

107 Dans l'inventaire établi par le Centre des archives historiques, certains de ces registres sont simplement identifiés comme émanant de la qisma, sans précision supplémentaire; un examen de chacun d'eux permettrait de déterminer si cette classification correspond réellement à une absence de distinction entre les registres des deux qisma à cette époque. Ainsi, pour la seconde moitié du xixe siècle, nous savons avec certitude que la pratique consistant à établir des registres distincts pour chacune des deux qisma disparaît et les mêmes registres, établis sous l'autorité d'un même qassām, contiennent des actes qui auraient été autrefois consignés dans l'une ou l'autre des deux qisma ; cf. Rafiq A.-K., « Registers of Succession », p. 479-480.

108 7 registres de successions émanant de la qisma ‘askariyya : 9,10, 162, 179, 215, 238, 241.

109 17 registres de successions émanant de la qisma ‘arabiyya: 15, 19, 37, 38, 39, 54, 68, 131, 138, 143, 182, 224, 290, 296, 299, 308, 314.

110 20 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma ‘askariyya : 2-8, 11-12, 14, 16, 21, 23, 26, 48, 55, 127, 160, 201, 243.

111 11 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma ‘arabiyya ou baladiyya: 24, 35, 57, 70, 119, 125, 145, 180, 206, 212, 222.

112 55 registres de cas "ordinaires" émanant de la qisma : 1, 13, 17-18, 20, 22, 25, 27-32, 34, 36, 40-42, 45-46, 49-50, 52-53, 56, 59-61, 64-66, 69, 71-72, 74, 76-77, 79- 80, 82-85, 88, 90-91, 93, 112, 116, 132, 197, 200, 204, 267, 281.

113 Ceci semble être moins souvent le cas dans les deux qisma du Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 23.

114 Pour la même période (1727-1830), le nombre de registres disponibles est de 12 pour le Maḥkamat al-Bāb, 18 pour le Maḥkamat al-‘Awniyya, 52 pour le Maḥkamat al-Kubrā. Un grand nombre de registres (98) sont identifiés comme émanant des maḥākim šar‘iyya, sans précision supplémentaire.

115 En raison du nombre important de pages que contiennent les registres au xixe siècle, nous avons pris en considération le premier et le dernier des registres de la décennie 1820-1830 ; nous disposons ainsi d'un nombre à peu près équivalent de documents pour les deux décennies.

116 Volney, Voyage, p. 370.

117 Hanna N., Habiter au Caire, p. 22.

118 Pour une description plus détaillée de ce type de documents, cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 25-41 ; Pascual J.-P., « Les inventaires après décès » ; Pascual J.-P., «Aspects de la vie matérielle » ; Veinstein G., « Note sur les inventaires après décès ottomans » ; Veinstein G. et Triantafyllidou-Baladié Y., « Les inventaires après décès ottomans de Crète ».

119 Pascual J.-P., « Les inventaires après décès », p. 47 ; Veinstein G., « Note sur les inventaires après décès ottomans», p. 386 ; Veinstein G. et Triantafyllidou-Baladié Y., « Les inventaires après décès ottomans de Crète », p. 195.

120 On suggère parfois que la présence de dettes rend obligatoire l'établissement d'un acte de succession mais « on ne peut encore avancer aucune conclusion définitive » à ce sujet ; cf. Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 91-92.

121 Au Caire, le coût de la procédure judiciaire atteignait en moyenne 2 % du montant total de la succession ; cf. Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. XXIII ; Raymond A., « Les documents du maḥkama », p. 132.

122 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. XXII ; Hanna N., Habiter au Caire.

123 Lorsque plusieurs biens immobiliers sont mentionnés dans un acte de succession, ils sont en général situés dans un même quartier.

124 Ceci est également le cas pour Le Caire ; cf. Hanna N., Habiter au Caire, p. 30.

125Abd Ḥ., Ḥawādit, p. 102.

126 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 268, n. 1.

127 Il s'agit des termes de dāḫil, finā', aġlāq, manāfi‘ šar‘iyya. Pour une définition de ces termes, cf. Pascual J.-P., Damas, p. 70-71.

128 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 268, n. 1.

129 Un ḥānūt vaut en moyenne 45 qurš et un dukkān 22,5 qurš.

130 Sur le kadak, cf. Rafiq A.-K., « Craft Organization », p. 503.

131 123/151/208 ; 138/87/135.

132 123/378/542.

133 Tate J., Waqfiyya, p. 77-78.

134 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 11 ; Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 33.

135 131/11/20.

136 Toutefois, dans les registres de la fin du xviie siècle, cette distinction est parfois établie ; cf. par exemple 9/80/- ; 9/140/- ; 9/156/- ; 9/186/- ; 9/226/- ; 9/249/- ; 9/434/- ; 10/135/- ; 10/152/- ; 10/165/-.

137 Reilly J., « Shari'a Court Registers », p. 165.

138 Establet C. et Pascual J.-P., Familles et fortunes, p. 170-187.

139 À la fin du xvie siècle, soixante chameaux étaient réservés aux pauvres dans la caravane damascène; vingt d'entre eux transportaient de la nourriture tandis que les autres étaient prévus pour les pèlerins en cas de nécessité. Quand la caravane s'arrêtait, une tente spéciale était dressée pour eux et un repas chaud leur était, normalement, servi. On leur fournissait aussi quelque argent ainsi que des vêtements et des chaussures ; cf. Faroqhi S., Pilgrims and Sultans, p. 43.

140 Sur le coût du pèlerinage, cf. Rafiq A.-K., « Qāfilat al-ḥağğ al-šāmī », p. 5-28 ; « New Light on the Transportation of the Damascene Pilgrimage », p. 127-135.

141 Thieck J.-P., « Décentralisation ottomane », p. 158.

142 Reilly J., « Property, Status and Class », p. 10.

143 Reilly J., « Status Groups and Propertyholding », p. 520.

144 Reilly J., « Status Groups and Propertyholding », p. 533, n. 18.

145 Les Druzes ne sont d'ailleurs pas individualisés comme le sont les chrétiens, les Turcomans, les Égyptiens et les Maghrébins, dans l'étude de A.-K. Rafiq, « Bāb al-Mūṣāllā », p. 42-44.

146 Bakhit M., Ottoman Province, p. 62 ; Bakhit M., « Safad et sa région », p. 104.

147 Cette piastre, le qurš, est subdivisée en miṣriyya. À la fin du xviie-début du xviiie siècle, un qurš vaut entre 43 et 44 miṣriyya (Establet C. et Pascual J.-P., « Damascene Probate Inventories », p. 377); en 1721, il en vaut 40 (Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 660), de même qu'en 1731 (64/128/230) ; à la fin du mois de rabī‘ I 1161/fin mars 1748, le gouverneur de Damas, As‘ad Pacha al-‘Aẓm, annonce que le qurš ne vaut plus désormais que 36 miṣriyya (BudayrĪ A., Ḥawādit, p. 108) ; il est à nouveau équivalent à 40 miṣriyya lorsque Volney visite la Syrie en 1784 ; il note alors que para, médin et miṣriyya désignent la même monnaie (Volney, Voyage, p. 384).

148 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 17

149 Pour plus de détails, cf. Marino B., «Les monnaies utilisées à Damas aux xviiie et xixe siècles ».

150 A.-K. Rafiq (« Siğillāt al-tarikāt », p. 189) considère que ce phénomène indique une volonté d'utiliser l'argent disponible en raison de la rapide dévaluation des cours monétaires. Mais il se peut aussi que, dans une certaine mesure, les héritiers s'emparent aussi parfois d'une partie des pièces avant la liquidation des successions.

151 BudayrĪ A., Ḥawādiṯ, p. 105-106 ; Rafiq A.-K., « Economie Relations », p. 660.

152 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 43.

153 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 52.

154 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 471.

155 Issawi Ch., The Economic History of the Middle East, p. 521.

156 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 476-477.

157 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 471.

158 Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 480.

159 Issawi Ch., The Economie History of the Middle East, p. 523.

160 Gibb H. et Bowen H., Islamic Society and the West, 1/2, p. 57.

161 DimaŠqĪ M., Ḥawādiṭ, p. 47, p. 109-110 ; Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 474, p. 476.

162 Koury G., Province, p. 177-178.

163 Au milieu du xviiie siècle, les valeurs des biens fonciers et immobiliers sont exprimées en qurš fīḍḍa ṣaḥīḥa.

164 Les données monétaires que contient cette chronique (Lubnān fī ‘ahd al-umarā' al-šihābiyyīn) sont exposées par Sa‘Īd ‘A.-A., Taṭawwur al-milkiyya al-‘aqāriyya fī ğabal Lubnān fī ‘ahd al-mutaṣarrifiyya, p. 274-275.

165 Gerber H. et Gross N., « Inflation or Déflation », p. 354, p. 355.

166 Gerber H. et Gross N., « Inflation or Déflation », p. 356.

167 Sur cette monnaie, qui commence à se répandre à partir de 1730, cf. Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 23-25. On ne la trouve pratiquement pas dans les actes de succession de la fin du xviie siècle (cf. Establet C. et Pascual J.-P., « Damascene Probate Inventories », p. 380) mais elle représente en revanche 30 % des pièces dans nos documents de la seconde moitié du xviiie siècle. Ici, au début du xixe siècle, il s'agit sans doute du thaler autrichien qui, à partir de 1788, est connu au Caire sous l'appellation riyāl farānsa ; cf. Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 25.

168 Volney, Voyage, p. 384.

169 Establet C. et Pascual J.-P., « Damascene Probate Inventories », p. 383. Quelques petites variations sont toutefois notées, non seulement entre les provinces mais aussi entre des villes situées dans une même province ; cf. Volney, Voyage, p. 384 ; Gibb H. et Bowen H., Islamic Society and the West, 1/2, p. 57 ; Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. 17 ; Yahia H., Les relations administratives et économiques, p. 472, p. 476.

170 Raymond A., Artisans et commerçants, I, p. LIV.

171 Cuno K., The Pasha's Peasants, p. 214.

172 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 64.

173 Rafiq A.-K., « Economic Relations », p. 673.

174 D'après Rafiq A.-K., « Ġazza », p. 81-82; d'après Baedeker K., Palestine et Syrie. Manuel du Voyageur, Leipzig, 1893, p. XXX.

175 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 42.

176 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 33.

177 Hinz W., al-Makāyīl wa al-awzān, p. 20.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Registres des tribunaux des grandes villes de Syrie conservés au Centre des archives historiques de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre TABLEAU 2. Actes de succession et cas "ordinaires" dans les registres des deux qisma jusqu'en 1830
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre TABLEAU 3. Composition du corpus de l'étude
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre TABLEAU 4. Liste des registres du Tribunal du Mīdān jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre TABLEAU 5. Localisation des biens immobiliers mentionnés dans les transactions enregistrées dans les divers tribunaux de Damas
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre TABLEAU 6. Liste des registres d'actes de succession de Damas jusqu'en 1830 (en gras figurent les registres examinés dans le cadre de cette étude)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3836/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search