Version classiqueVersion mobile

Le faubourg du Mīdān à Damas à l’époque ottomane

 | 
Brigitte Marino

Avant-propos

Texte intégral

1Les allusions au Mīdān, que l'on trouve dans diverses publications sur Damas à l'époque ottomane, présentent ce faubourg comme le repaire des janissaires locaux et la concurrence pour la commercialisation des céréales du Hawrān est avancée comme facteur explicatif des luttes urbaines qui s'y déroulent, notamment au xviiie siècle. Ainsi, c'est dans la perspective d'apporter un éclairage sur le rôle des janissaires locaux dans la commercialisation des céréales que j'ai envisagé, dans un premier temps, d'aborder l'étude de ce faubourg ; les archives des tribunaux, reconnues pour être une source de toute première importance pour l'étude de l'histoire économique et sociale des villes ottomanes, me paraissaient pouvoir fournir de précieuses informations à ce sujet. Mes investigations dans les archives des tribunaux de Damas ont fait apparaître le contraire et ce, pour deux raisons : d'une part, aucun document ne concerne exclusivement des transactions portant sur des produits agricoles et d'autre part, la distinction entre les militaires appartenant aux différentes troupes est très rarement établie. Quelques informations sur les implications des citadins dans la campagne peuvent être glanées dans divers types de documents, notamment les actes de succession et les actes d'achat et de location de biens en milieu rural, mais elles n'autorisent pas une étude approfondie du rôle des diverses troupes de militaires dans la commercialisation des céréales.

2D'autres perspectives de recherche sur le Mīdān existaient toutefois.

3Dans les années 1930, Jean Sauvaget avait tracé les grandes lignes de la croissance urbaine de Damas ; on supposait ainsi que le faubourg du Mīdān (qui tire son nom du maydān, hippodrome autrefois situé à la périphérie méridionale de Damas), ne s'était véritablement développé qu'entre le xvie et le xixe siècle et il paraissait souhaitable de donner quelques précisions sur les étapes de cette croissance.

4De la population du Mīdān, nous connaissions surtout les paysans et les bédouins qui fréquentaient ce faubourg et les militaires turbulents qui y étaient installés ; chacune de ces deux catégories de population retenait l'attention des voyageurs occidentaux ou des chroniqueurs locaux mais nous ne disposions d'aucune information sur l'ensemble des habitants de ce faubourg. Les archives des tribunaux, notamment les actes de succession, pouvaient apporter un éclairage sur la richesse de ceux-ci tout en les situant dans l'ensemble de la société damascène.

5La diversité des situations économiques de la population du Mīdān se reflétait dans l'architecture domestique : des zones de résidence luxueuses — deux en particulier — se distinguaient en effet au sein d'un habitat plus modeste. A une époque où l'architecture domestique damascène ne nous était connue que par quelques rares descriptions de grandes demeures, il paraissait intéressant de montrer la diversité de l'habitat au sein même du faubourg.

6Mon étude aborde ainsi le Mīdān sous plusieurs angles : son développement, la richesse de ses habitants et leur lieu de résidence. Outre les sources narratives locales — médiévales et ottomanes — et les recensements ottomans des xvie et xixe siècles, je me suis pour cela fondée essentiellement sur les archives des tribunaux de Damas, en considérant surtout trois types de documents : les actes de succession, les investissements en milieu rural et les transactions immobilières.

7La période choisie pour cette étude a été largement déterminée, comme je le détaillerai dans la présentation des sources, par la documentation existante. Les deux premiers registres du Tribunal du Mīdān qui nous sont parvenus datent l'un de 1727-1729 et l'autre de 1737-1739, mais ce n'est qu'à partir de 1742 que nous pouvons constituer un corpus relativement important pour une période donnée, la décennie 1742- 1752 en l'occurrence. La seconde décennie pour laquelle nous disposons également d'informations abondantes est 1820-1830. Le début de la période étudiée, 1742, est ainsi légèrement antérieur au gouvernorat d'As'ad Pacha al-'Aẓm (1743-1758) et la fin de celle-ci légèrement antérieure à l'occupation égyptienne de la Syrie conduite par Ibrāhīm Pacha en 1831.

  • 1 Wulzinger K. et Watzinger C., Damaskus, p. 100-102.
  • 2 Thoumin R., Géographie humaine, p. 248.
  • 3 Sack D., Damaskus, p. 81.

8Dans les archives des tribunaux de Damas, le faubourg du Mīdān n'apparaît pas comme une entité spatiale "pré-définie" pour le chercheur ; il appartient donc à celui-ci de fixer les limites de l'espace qu'il veut étudier. K. Wulzinger et C. Watzinger considèrent que le Mīdān commence au sud de la Mosquée Murādiyya1, et R. Thoumin estime que « la topographie actuelle permet de définir ainsi le Meidan : une longue rue d'environ 2 km. 300 (depuis le carrefour de la rue Mograbi) sensiblement orientée Nord-Sud et où se succèdent les fondations pieuses et les entrepôts de grains »2. Si l'on prend uniquement en considération ce critère topographique central qu'est la route menant vers le Ḥawrān et vers La Mekke, on est en effet tenté de concevoir l'ensemble de ce faubourg comme une unité. D. Sack considère de même que la rue du Mīdān commence à la Mosquée Murādiyya3, et c'est également ainsi que j'ai délimité l'espace de mon étude.

9Le faubourg du Mīdān, ainsi défini, correspond aux trois quartiers (maḥalla) de Bāb al-Mūṣāllā, Mīdān et Qubaybāt ; je parlerai donc des quartiers de Bāb al-Mūṣāllā, du Mīdān et des Qubaybāt pour désigner chacun de ces trois espaces, et du faubourg du Mīdān pour désigner l'ensemble de ces trois quartiers. Le terme maydān désignera quant à lui l'hippodrome à proximité duquel ce faubourg s'est développé.

10Pour localiser les noms de rues rencontrés dans les documents d'archives, j'ai eu recours aux plans cadastraux établis dans les années 30, à l'époque du mandat français sur la Syrie. Le quartier de Bāb al-Mūṣāllā, tel qu'il se définit dans les documents d'archives à partir des noms de rues qui lui sont rattachées, correspond aux circonscriptions de Tayāmina et de Bāb al-Mūṣāllā ; le quartier du Mīdān correspond aux circonscriptions de Mawṣilī et de Sūq al-Mīdān ; le quartier des Qubaybāt correspond aux circonscriptions de Ḥaqla, Sāḥa, qā'a et Mīdān Sulṭānī.

11Un grand nombre de toponymes ont changé depuis le milieu du xviiie siècle : ainsi, parmi la centaine de rues mentionnées dans les documents d'archives, seulement une vingtaine ont pu être repérées sur ces plans. En recoupant diverses informations, on parvient à situer certaines d'entre elles mais la plupart demeurent non localisées. Malgré cela, il m'arrive d'y faire référence ; les informations dont on dispose à leur sujet pourront sans doute prendre toute leur signification lorsque des recherches ultérieures nous auront permis de les situer. Mais, dans ces conditions, j'ai dû renoncer à cartographier de nombreux phénomènes et les cartes établies demeurent approximatives.

12En ce qui concerne la translittération des toponymes contenant des noms propres, j'ai adopté un système correspondant à l'usage dialectal dans lequel le nom propre est figé au cas sujet même s'il est, en fait, en état d'annexion (exemple : Zuqāq Banū al-Mawṣilī au lieu de Zuqāq Banī al-Mawṣilī, selon les règles de l'arabe classique). Toujours en ce qui concerne la question de la transcription dans le cas d'une annexion, il faut préciser que les noms propres des tribunaux comportent un terme sous-entendu qui justifie la forme de transcription adoptée (exemple : Maḥkamat (al-Madrasa) al-Nūriyya, Maḥkamat (Sūq) al-Buzūriyya, Maḥkamat (Maḥallat) al-Sināniyya). Par ailleurs, on pourra s'étonner de voir le mot dukkān accompagné d'un adjectif accordé au féminin ; c'est la forme utilisée dans les archives et que j'ai, par conséquent, conservée.

13Je dois enfin signaler que, depuis la soutenance de ma thèse, en décembre 1994, de nouvelles informations sont venues compléter, voire modifier, certains points du texte initial, notamment en ce qui concerne la localisation du maydān et des zāwiya Mawṣiliyya ; ce sont, bien entendu, ces nouvelles données qui doivent être désormais retenues.

Notes

1 Wulzinger K. et Watzinger C., Damaskus, p. 100-102.

2 Thoumin R., Géographie humaine, p. 248.

3 Sack D., Damaskus, p. 81.

© Presses de l’Ifpo, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search