Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident

 | 
Helmut Ruppert

Chapitre I. Les traits géographiques significatifs du développement urbain

Texte intégral

A. L’HISTOIRE DE LA VILLE JUSQU’À LA SECONDE MOITIÉ DU xixe SIÈCLE

1Comme pour de nombreuses villes d’Orient, il est difficile d’établir avec précision l’âge de Beyrouth. Nous ne savons rien de l’établissement initial de Beyrouth ou d’une éventuelle occupation antérieure. Les plus anciennes sources mentionnant Beyrouth sont les lettres de Tell el-Amarna du début du xive siècle avant J.-C, qui décrivent des villes syriennes, palestiniennes et l’Egypte. A cette époque, Beyrouth n’était qu’un établissement peu significatif qui, peu à peu, apparut dans le sillage des puissantes villes du littoral comme Alexandrette, Ras Shamra, Tripoli, Byblos, Sidon, Tyr, et Acre (Wirth 1966, p. 167).

2La côte orientale de la Méditerranée ne favorisant pas vraiment l’établissement de ports, la topographie a dû jouer un grand rôle dans la fondation de la ville. Une faible importance doit être accordée au fleuve qui se jette dans la mer à l’est de la ville. Sur cette côte orientale de la Méditerranée d’orientation généralement méridienne, la rive nord d’un cap saillant vers l’ouest constituait une situation bien plus décisive. Le port était ici protégé des vents du sud et du sud-ouest, ainsi que des vents d’ouest, grâce à une petite avancée rocheuse dans la mer au nord de Minet el-Hosn (voir fig. 2).

3C’est d’abord durant la domination romaine sur Beyrouth (de 64 av. J.-C. à 633 apr. J.-C.) que s’accrut l’importance de la ville. Sous l’empereur Auguste en particulier, Berytus, dénommée officiellement Colonia Augustus Julia Felix, devient un centre prépondérant de la civilisation romaine en Syrie. Dans le même temps, son développement en tant qu’importante place commerciale et comme principal port d’attache syrien de la flotte contrôlant la Méditerranée orientale assura aussi à Beyrouth son essor. La ville romaine présentait déjà à l’époque une superficie qui ne s’est pratiquement pas étendue jusqu’à la première moitié du xixe siècle (voir fig. 3).

4Cette courte période de prospérité fut brutalement interrompue lorsqu’en 551 apr. J.-C, la ville fut presque entièrement détruite par un grand tremblement de terre accompagné d’un raz de marée. L’exode de la population signifia pour Beyrouth le début d’une période d’insignifiance qui dura plusieurs siècles. Peu de temps après la prise de Damas par les

5musulmans en 635 apr. J.-C, Beyrouth tomba également entre leurs mains. Durant l’histoire mouvementée des croisades, la ville fut sans cesse occupée par différents adversaires et détruite à plusieurs reprises.

6Beyrouth traversa une période d’une certaine opulence, lorsque l’émir druze Fakhr-ed-Dine (1595-1634) qui y avait son siège put, tout en demeurant sous la domination turque, mener sa propre politique et développer notablement le commerce grâce à une alliance avec Venise. À cette époque vivaient aussi à Beyrouth deux importantes colonies, l’une vénitienne, l’autre chypriote, dont on peut considérer que l’action préfigurait l’influence stimulante qu’exerceraient ultérieurement les Européens tant dans le domaine de la culture que celui de l’économie.

  • 1 Une importante activité commerciale régnait à Bab Idriss et à Bab Saraya. qui constituent aujourd’ (...)

7Au xviiie siècle, Beyrouth dépérit à nouveau. Puis elle est occupée de 1831 à 1840 par les Égyptiens sous l’autorité de Mohammed Ali Pacha, ils sont à leur tour délogés par les Turcs avec l’aide des Anglais. A cet instant, Beyrouth est une localité d’environ 5 000 habitants, dont les maisons sont tassées le long de ruelles étroites et sales à l’intérieur d’une enceinte déjà partiellement démantelée. L’extension nord-sud atteint environ 570 m et l’extension ouest-est d’environ 370 m (voir fig. 5). Beyrouth était déjà à cette époque une place commerciale de quelque importance, dont l’activité économique se localisait essentiellement dans les souks et autour de sept portes1 qu’on fermait durant la nuit. Seules quelques petites maisons se dressaient au-delà du mur qui abritait au nord-est un château, non loin d’une tour de garde située à l’angle sud-est de l’actuelle place des Martyrs, et d’une caserne qui préfigurait le Grand Sérail édifié en 1883-1884. La ville était entourée de jardins et de cimetières, bientôt transformés en champs de mûriers et d’oliviers ou parfois en terrains vagues (Comte du Mesnil du Buisson 1921, p. 235 et suiv.).

Β. LE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE DE 1860 À NOS JOURS

1. Les moteurs de la croissance urbaine

8Durant le siècle dernier, Beyrouth a connu un accroissement spatial (voir fig. 3) et démographique important. À l’intérieur du Moyen-Orient, cet accroissement prend une dimension particulière ; il n’y a en effet pas de ville - à l’exception peut-être de Kuweit-City - qui se soit autant étendue et si profondément remodelée en un laps de temps aussi court. La ville s’est développée pour atteindre sa taille et son importance actuelles à travers des cycles d’ampleur croissante où alternent des phases de développement explosif et des phases de consolidation plus calmes. Les forces qui ont influencé positivement le développement de Beyrouth relèvent avant tout de la géographie culturelle et de l’histoire politique, alors que la géographie physique se révèle plutôt contraignante.

Fig. 1 : carte de localisation des circonscriptions administratives, des noms de quartiers et de rues.

9La position de Beyrouth à l’est de la Méditerranée sur un littoral caractérisé généralement par son étroitesse et limité à l’est par les pentes vertigineuses de la montagne libanaise apparaît réellement défavorable pour l’établissement de liaisons avec l’ arrière-pays. Tandis que pour les autres places commerciales et portuaires la barrière montagneuse est aisément contournée, la route et la ligne ferroviaire reliant Beyrouth à Damas doivent franchir un col culminant à 1540 m, soit 200 m de plus que le Brenner (Wirth 1966a, p. 167 et suiv.).

10Si comme nous l’avons vu, la situation topographique était loin d’être idéale, elle s’est toutefois avérée suffisante pour l’installation d’un port et d’une ville. Une butte calcaire séparée du Mont Liban par une faille géologique forme, en lien avec la région des dunes qui l’entoure, un site suffisamment large pour recevoir l’extension spatiale d’une ville de la taille de Beyrouth, dont le développement n’aurait pu qu’être difficile en tout autre point du littoral qui est partout étroitement limité par la montagne libanaise et la Méditerranée.

11Beyrouth se présente à beaucoup d’observateurs comme un amphithéâtre dont la scène serait occupée par la vieille ville. On peut distinguer trois niveaux de terrasses qui sont séparés par des falaises mortes inégalement marquées (Vaumas, 1946, p. 9 et suiv). La terrasse inférieure s’étire comme un étroit ruban au nord du cap et accueille le vieux noyau urbain ; la terrasse moyenne dessine un large arc s’étendant du Grand Sérail jusqu’à Ras Beyrouth à l’ouest et elle se poursuit, après une interruption, vers l’est ; la terrasse supérieure enfin est formée de deux grands plateaux à l’ouest et à l’est, où se trouve, à Achrafieh, le point culminant de la ville, à 100,8 m au-dessus du niveau de la mer. Le fait que l’un des plateaux se termine en à-pic au-dessus de la mer, et l’autre en à-pic au dessus du fleuve renforce la disposition symétrique du site, la vieille ville en étant le point de convergence et la rue de Damas jouant le rôle de ligne de symétrie (voir fig. 2). Tandis qu’au nord la mer marque la limite, les dunes littorales anciennes et récentes bordent au sud les plateaux déjà évoqués.

12Dans cette région façonnée par la géographie culturelle, il faut s’attacher en premier lieu à certains groupes religieux ou sociaux, aux immigrants et aux minorités, à la prospérité économique et aux relations commerciales.

13Par ailleurs, certains événements de l’histoire politique ont fortement marqué l’évolution de la ville. Ainsi, le massacre des chrétiens en 1860 ou certaines décisions et mesures politiques allant de l’octroi de certaines fonctions administratives à l’amélioration de l’infrastructure, ainsi que l’inspiration libérale encore en vigueur de la constitution de l’État qui est fondée sur la tolérance réciproque des nombreuses communautés religieuses.

14C’est par le jeu d’un ensemble de causes interdépendantes que nous pouvons rendre compte de l’intense développement de Beyrouth depuis un siècle. On peut signaler que la tradition commerciale du Liban, depuis longtemps reconnue, a donné à Beyrouth une place particulière au sein du monde arabe. Cependant elle est longtemps restée à la traîne des puissantes villes côtières de Tyr, Sidon et Tripoli ; ce n’est qu’au milieu du xixe siècle, alors que Tripoli est encore considérée comme une sérieuse concurrente de Beyrouth, que s’engage une réelle lutte pour l’hinterland syrien qu’on ne pouvait atteindre depuis les deux villes que par caravane. Avec la construction d’équipements portuaires modernes, de la route postale vers Damas et de la liaison ferroviaire par la Compagnie française ottomane de la Route de Beyrouth à Damas, tout est mis en place dès le début du xxe siècle : Beyrouth prend le dessus sur Tripoli.

15Lors de la création de l’État d’Israël, les ports palestiniens firent défaut à Γ arrière-pays arabe, cela provoqua le renforcement de l’attractivité commerciale de Beyrouth. A cela vint s’ajouter la croissance toujours plus forte de la population de l’agglomération beyrouthine et de sa banlieue, qui constituait déjà en elle-même un important marché.

16Le contact précoce avec l’Occident fit de Beyrouth une des têtes de pont des firmes européennes et américaines en Orient. Ce rôle se renforce d’autant plus qu’aujourd’hui la principale rivale de Beyrouth, le Caire, sous régime socialiste, n’offre pas les facilités qu’attendent les sociétés occidentales. Les firmes européennes et américaines ne sont pas rares à s’installer à Beyrouth, où la politique économique et financière libérale, ainsi que la garantie du secret bancaire et postal, offrent de bonnes conditions pour un développement prospère. Aujourd’hui, Beyrouth est la base de nombreuses firmes étrangères et - en liaison avec un port en perpétuel développement ainsi qu’un aéroport moderne - le pôle d’éclatement des activités d’import-export de nombreux pays arabes.

Fig. 2 : la situation topographique de Beyrouth.

2. Les principales phases de l’extension urbaine

a. La période 1860-1876

17Dès avant 1860, les murs d’enceinte furent détruits : un important obstacle au développement de la ville était ainsi levé. Désormais, on pouvait déborder sur les franges des espaces déjà bâtis, hors des ruelles non carrossables et insalubres des souks, qui s’étendaient presque tous jusqu’à la zone portuaire (Dodge 1958, ρ. 14).

18La croissance fut intense durant la persécution des chrétiens par les druzes dans la montagne, l’intervention protectrice des puissances européennes garantissant, vis-à-vis de l’Empire ottoman, les intérêts des chrétiens arabes et leur assurant à Beyrouth une certaine sécurité. Américains et Européens exerçaient les fonctions de missionnaires ou de professeurs, ils concluaient des affaires et apportaient au marché beyrouthin de nouveaux produits. Lorsqu’en 1863, la liaison entre Beyrouth et Damas fut achevée, remplaçant l’ancien chemin de mule, l’arrière-pays devint accessible dans un temps beaucoup plus court et sur des voies plus confortables. A cela vint s’ajouter, en 1869, l’ouverture du canal de Suez qui donna une importance nouvelle à la Méditerranée orientale. L’ensemble de ces événements explique les raisons pour lesquelles Beyrouth entra dès cette époque dans une ère de prospérité, alors que beaucoup d’autres villes orientales restaient en sommeil.

19En conséquence, c’est précocement que Beyrouth commence à s’étendre. Les sorties vers Tripoli (rue Gouraud), Damas (rue de Damas) et Sidon (rue Basta) deviennent les axes principaux de l’urbanisation. Alors qu’au sud, dans le quartier Basta, se construisent des habitations le plus souvent modestes, les parties est et ouest de la ville connaissent un tout autre développement. L’est de la ville est une zone résidentielle essentiellement occupée par les grecs-orthodoxes et les chrétiens maronites, où le bâti est extrêmement varié, depuis les simples maisons rurales jusqu’à de luxueuses villas. L’est de la ville comporte plusieurs missions et écoles chrétiennes d’Europe parmi lesquelles on peut signaler tout particulièrement l’Université Saint-Joseph et le vaste couvent Notre-Dame de Nazareth situé au sud-est.

20On trouve une concentration encore plus forte d’écoles, de missions, de dispensaires, à l’ouest de la ville qui accueille en outre la plupart des consulats accrédités à l’époque ainsi que des hôtels qui s’échelonnent jusqu’à la mer. L’ouest de Beyrouth acquiert pour cette raison durant le siècle passé un prestige réel au sein de la ville, qui subsiste encore aujourd’hui malgré les extensions successives des quartiers périphériques. Comme en avant-poste, s’élève, loin à l’extérieur de la ville, le premier bâtiment de l’Université américaine, site écrasé de soleil, qui n’est relié à la ville que par un sentier de mule et où, la nuit venue, les chacals hurlent au pied des falaises (Dodge 1958, p. 14).

21La partie dense de la ville se limite en fait seulement à un noyau central et aux zones qui y sont immédiatement contiguës, notamment aux sorties de la ville. Ce noyau est bordé au nord-ouest, sud et nord-est, par trois cimetières musulmans, alors que les cimetières chrétien et juif sont installés plus loin sur la route de Damas. Les habitations des quartiers périphériques sont dispersées, entourées de jardins verdoyants, sur les pentes qui surplombent le cœur de la ville et font face à la mer.

b. La période 1876-1920

22À cette époque, Beyrouth commença à atteindre une position hiérarchique d’un rang comparable à celui de Damas, elle fut élevée sous le sultan Abdul Hamid au rang de capitale de vilayet et obtint ainsi des fonctions administratives supérieures. Entre 1890 et 1895, l’aménagement du port, énergiquement mené, offrit de nouvelles opportunités au commerce extérieur et la liaison ferroviaire de Beyrouth à Damas fut effectivement achevée en 1895.

23Les transformations dans le centre-ville sont marquées non seulement par la construction du Grand Sérail en 1883-1884, mais aussi par la démolition d’une grande partie du quartier insalubre du souk, en 1916 sous la domination turque. La zone de construction dense commence à s’agrandir de manière radiale autour du noyau central. Le mouvement touche d’abord le sud-ouest, où le quartier musulman de Basta prend de l’ampleur et se densifie ainsi que le nord-ouest, où des hôtels et les premiers établissements de loisirs s’installent. De grandes parties du sud et de l’est de la ville présentent encore au contraire une urbanisation lâche, les habitations étant entourées de vastes jardins.

24Les quartiers périphériques commencent à s’étendre en doigts de gant. A l’ouest, le long de la rue Bliss, une zone densément bâtie, tangente à l’Université américaine, atteint le phare. Elle devient alors une zone résidentielle appréciée des résidents européens à Beyrouth. Parallèlement à cette zone, nous trouvons au sud une extension dans la direction de la mosquée Koreïtem, c’est ici que se développe le quartier résidentiel le plus recherché des couches sunnites aisées. On peut considérer ce phénomène comme étant le premier pas d’une differentiation des quartiers d’habitat en fonction du statut social de leurs habitants.

25Le long des rues de Damas, Saint-Élie et el-Ouzaï, les espaces bâtis gagnent du terrain et s’étendent assez loin vers le sud. À l’intérieur même de ces espaces les modes de valorisation sont très diversifiés : dans la première rue nommée on trouve l’école russe et les bâtiments d’une caserne, le long de la rue el-Ouzaï une zone sunnite pauvre jouxte la faculté de médecine, tandis qu’au nord du Bois des pins, le long de la rue de Damas, se côtoient l’hippodrome et le Haut Commissariat Français. Dans la partie la plus au nord-est naissent, après la réalisation du tramway et la construction de la gare de marchandise, les premières entreprises de type industriel et la raffinerie. Nous trouvons également, dans le voisinage immédiat de l’ancienne Quarantaine, l’abattoir.

26Les habitations à l’extérieur de Beyrouth commencent à se concentrer, les maisons de campagne isolées cédant la place à des structures villageoises. Autour d’une église comme point central se rassemblent les quartiers maronites de Furn el-Chebback et de Sin el-Fil.

27Le sentiment que procure Beyrouth au tournant du siècle se trouve décrit synthétiquement par la citation suivante : « Pour l’émerveillement des yeux, Beyrouth n’offre que peu de chose. La vieille ville ne contient que d’étroites ruelles irrégulièrement pavées. Le bazar présente un caractère davantage européen qu’oriental. A l’emplacement de la place des Canons aménagée en jardin s’élèvent le nouveau sérail, une caserne et de nombreux cafés, d’où l’on peut observer les faits et gestes des autochtones. Les nouvelles zones urbanisées, qui s’étirent en particulier à l’ouest sur le flanc de Ras Beyrouth et à l’est en montant vers la colline Saint-Dimitri se signalent par des rues larges bien aérées, de belles maisons de campagne individuelles et des jardins. » (Baedeker 1904, p. 245).

c. La période 1920-1935

28Après la première guerre mondiale, en 1920, Beyrouth fut proclamée capitale du Grand Liban. Ainsi débute la période du Mandat français, qui connaît son apogée autour de 1935, suite à la création d’une zone franche au port en 1933 et à l’achèvement d’un nouveau bassin en 1934. De plus, la ville s’accroît de nombreux réfugiés arméniens originaires de Turquie : ils formeront une nouvelle population laborieuse.

29Sur une période de 15 ans, on constate une activité relativement intense du secteur de la construction aussi bien dans le centre de la ville que dans les quartiers périphériques. La place de l’Étoile aménagée selon un modèle français devient après la place des Martyrs le centre de la vieille ville qui se rénove entièrement en de nombreux endroits. Le centre de Beyrouth donne à ce moment-là l’impression d’un chantier inextricable. Les anciennes maisons délabrées tombent, victimes des pioches. Les souks pittoresques, mais sales et insalubres, disparaissent tandis qu’à leur place surgissent de belles maisons modernes (Les guides bleus 1932, p. 1).

30En plus de la tendance à la densification qui s’étend progressivement, de manière radiale à partir du centre-ville, les espaces du pourtour se comblent et sont annexés : de nouvelles couches de population s’y installent. A l’ouest, des Européens et des Libanais aisés implantent leurs pavillons ; au sud, on assiste à une extension par à-coups du quartier essentiellement musulman de Mazraa ; au sud-est, ce sont des chrétiens aisés de la ville qui s’installent sur l’arête sud de la colline d’Achrafieh, alors qu’à l’est se produit, à travers l’immigration des Arméniens, une évolution quasi « révolutionnaire ». Baraquements et cahutes miséreuses font du quartier Medawar un « quartier du prolétariat » (Marthelot 1963, p. 45), tandis que l’urbanisation sur la rive droite du fleuve est plus planifiée. Parmi les banlieues, Furn el-Chebbak connaît une croissance particulièrement importante.

31Les nombreuses casernes et campements militaires en bordure de la ville constituent un marqueur typique du développement de l’époque, qui s’explique par la présence militaire des forces mandataires de la France : on en dénombre six au sud-ouest et cinq au sud-est.

d. La période 1935-1950

32La seconde guerre mondiale épargna Beyrouth de toute destruction. Le commerce et l’industrie furent au contraire particulièrement stimulés, grâce à la présence militaire des troupes alliées. Avec l’afflux des réfugiés palestiniens, à partir de 1948, un problème nouveau fit son apparition à Beyrouth.

33À l’est, les industries se développent en imbrication avec les zones résidentielles. Les quartiers habités par les Arméniens s’agrandissent, notamment au sud, Mazraa continue de s’étendre et accueille les premiers réfugiés palestiniens. Les quartiers périphériques de Furn el-Chebbak, Tayouné et Chiyah connaissent une urbanisation intense.

34En même temps, la récupération des anciennes zones d’urbanisation peu denses donne de la place aux nouvelles constructions. Alors que le nombre d’habitants de Beyrouth triple de 1920 à 1950, la surface bâtie ne double même pas : on construit en effet toujours plus en hauteur, et la montée générale du niveau des prix fonciers fait disparaître les nombreux jardins de jadis.

Fig. 3 : le développement spatial de Beyrouth.

e. La période 1950-1967

35L’ouverture en 1950 de l’aéroport de Beyrouth-Khaldé, situé au sud de la ville, offre à Beyrouth une amélioration de sa position internationale. Elle devient de plus en plus la plaque tournante du trafic aérien entre l’Europe et l’Asie et le lieu d’implantation principal de nombreuses firmes étrangères dans le monde arabe ; c’est l’occasion pour elle de prendre le dessus sur sa rivale, Le Caire.

36La croissance spatiale modérée reste à cette période contenue dans les limites de l’agglomération. C’est seulement à l’ouest, dans le quartier de Raouché, que des immeubles modernes progressent sur des espaces jusque là non bâtis et atteignent la mer. Au sud-ouest, on commence à utiliser la région des dunes, où l’on a construit des routes asphaltées et installé des réseaux électriques, des conduites d’eau, des canalisations et l’éclairage public. Bien que l’éloignement du centre économique de la ville soit conséquent, l’urbanisation s’avance largement jusqu’à la côte.

37Le versant sud et la colline d’Achrafieh sont également urbanisés au cours des dernières années ; à cela s’ajoutent encore les banlieues étendues de l’est et du sud-est de la ville, qui se trouvent certes à l’extérieur de la limite administrative de la ville, mais qui sont étroitement liées à Beyrouth dans toutes leurs fonctions. Les immeubles de grande taille confirment le caractère urbain de ces communes. L’évolution vers un Grand Beyrouth est déjà en marche.

C. LES TYPES DE MAISON COMME MARQUEUR DES PHASES DU DÉVELOPPEMENT URBAIN

38Chacune des périodes historiques de l’extension spatiale de Beyrouth s’est inscrite non seulement dans la dimension horizontale mais aussi dans la dimension verticale. Les changements des matériaux de construction et du contexte foncier, les innovations techniques, combinés avec les mutations de l’appartenance sociale des maîtres d’ouvrage comme de leurs références intellectuelles, déterminent l’apparition de différents styles. Ainsi, à chaque période du développement spatial de la ville, on peut faire correspondre des types historiques de maison qui marquent encore aujourd’hui le paysage urbain.

1. La « maison libanaise »

39Il s’agit d’un type de maison qui a déterminé la physionomie de Beyrouth jusqu’à la première guerre mondiale. Cette construction en pleine pierre calcaire se développe, selon l’usage, sur deux niveaux, et est dotée d’un toit de tuile rouge - importation italienne d’une élégance particulière. Elle se différencie ainsi fortement du restant des bâtiments de cette époque, maisons généralement de plain-pied, au toit plat, le plus souvent en argile. Grâce à l’alignement des façades des massives maisons libanaises sur la rue, le centre-ville de Beyrouth offre relativement tôt une apparence urbaine, tandis que les mêmes constructions - enfouies dans les jardins - font la réputation d’élégance de la ceinture de la ville (photo 1).

40Au centre de la maison se trouve le liwan, une grande salle de séjour et de réception, qui est reliée à d’autres pièces semblables. L’ouverture du liwan du côté de la mer est caractéristique : trois percements jointifs en ogive, séparés par des colonnes, laissent entrer l’air et la lumière dans la grande pièce.

41Bien que l’on doive considérer la maison libanaise comme un genre de maison ottomane, elle est aussi influencée par des éléments de style étranger. En particulier, on retrouve dans l’architecture des villas élégantes des fenêtres de forme mauresque ou des stocatures ; d’une manière plus lointaine, certains perrons de marbre, somptueux et larges, ainsi que des sculptures rappellent les palais de la noblesse italienne. Ces villas sont situées au milieu de grands jardins et sont souvent entourées de murs ou de magnifiques grilles en fer forgé.

2. Le type de maison des premières années du Mandat français

42L’influence française se fait sentir en tout premier lieu par une transformation architectonique. Certes, des éléments essentiels de la maison libanaise se maintiennent encore quelques années, comme le liwan ou la haute façade à trois fenêtres. De même, les pièces conservent leur grande hauteur sous plafond, pour assurer une meilleure circulation de l’air. Pourtant, les nouvelles constructions à trois ou quatre niveaux, avec un nombre de fenêtres sensiblement plus élevé, aux arcades de plus en plus aplaties montrent une tendance nette à l’imitation de l’architecture des grandes villes françaises de cette époque.

43Les enduits de façades aux coloris variés, les volets de couleurs vives et les balcons finement ciselés, en partie encore dotés d’une rangée de colonnes, donnent toutefois aux maisons une note particulière, de même que les hautes et étroites cages d’escalier lovées en leur flanc.

44Les bâtiments commerciaux du centre-ville couvrent le trottoir d’une galerie à colonnade et ombragent les boutiques situées au rez-de-chaussée. Souvent aussi, durant cette première période du Mandat, on trouve encore du stuc sur la façade des maisons.

3. Le type de maison de la fin du Mandat français

45Pour cette période d’entre-deux-guerres, on peut généraliser et dire que plus la construction est tardive, plus sa conception se simplifie. L’immeuble de rapport à trois ou quatre niveaux contient des pièces plus petites, les fenêtres deviennent rectangulaires,

46les volets restent ; le stuc sur les façades des maisons disparaît totalement ; aux balcons, de simples balustrades en fer ou en pierre remplacent leurs devancières façonnées avec tant de finesse. À la sobriété extérieure correspond, de même, une distribution intérieure s’alignant sur le modèle occidental. Désormais, on ne trouve plus de liwan dans aucune de ces constructions. Les maisons à deux niveaux, alignées en rang serrés, construites par les Arméniens à Bourj Hammoud ou à Achrafieh, qui sont les premiers logis en dur de ces réfugiés, représentent une simple variation sur ce modèle.

4. Le type de maison datant d’après la seconde guerre mondiale

47Alors qu’après la seconde guerre mondiale le béton s’est définitivement imposé, on se lance dans la construction en hauteur et dans l’édification d’immeubles locatifs et d’appartements en propriété. Grâce aux appareils à air conditionné, on peut réduire la taille des pièces. Les ascenseurs rendent possible l’élévation des constructions.

48Après différents types de transition durant les quinze premières années de la période, le haut immeuble qu’on construit aujourd’hui pour le logement aussi bien que pour le bureau ne se différencie plus en rien des modèles occidentaux, et parfois même cherche à les dépasser par un style particulièrement avant-gardiste. L’uniformisation de la construction ne va d’ailleurs pas sans certains inconvénients, dans la mesure où on ne tient pas toujours assez compte des conditions climatiques locales. En particulier, les larges baies vitrées orientées vers l’ouest des immeubles de Ras Beyrouth sont exposées, l’été, aux rayons les plus chauds et l’hiver, aux vents froids du large et aux averses. De même, l’étroitesse des balcons qui ont à peine un mètre de large offre trop peu de dégagement au Libanais assoiffé d’air pur. Les architectes formés en Europe ont appliqué à Beyrouth, souvent sans modification, les leçons apprises là-bas (Salam 1966).

5. La dispersion des types historiques de maisons dans la ville contemporaine

49Nous avons déjà remarqué en commençant que chacun des types de maison que nous avons repéré peut être rattaché à une période historique donnée. On s’aperçoit pourtant que les phases d’extension de la ville ont conduit non seulement à l’intégration des bâtiments de la périphérie, mais également à une forte densification à l’intérieur. Dans ce mouvement, selon un délai variable, nombre de maisons anciennes sont rasées puis remplacées par de nouvelles constructions. Les deux processus font qu’on trouvera rarement à Beyrouth une unité de style dans un quartier anciennement habité. La règle est bien plus la juxtaposition chaotique de types allant de la maison la plus ancienne à l’immeuble le plus moderne. À l’inverse de Damas, Alep ou Bagdad, Beyrouth n’est pas composée majoritairement de quartiers homogènes, mais de zones où se mélangent plusieurs styles et qui se transforment constamment, dans un cycle de destruction et de reconstruction.

50Ce fait est encore renforcé par l’extrême libéralisme de la réglementation foncière et du code de la construction à Beyrouth. Ce sont moins les urbanistes que les hasards du marché foncier qui décident où sera construit le nouvel immeuble dernier cri. Il existe certes une loi relative à la destruction des immeubles qui dénaturent le paysage urbain, mais personne n’est prêt à l’appliquer ; les maîtres d’ouvrage peuvent ainsi facilement imposer leurs intérêts personnels à ceux de la collectivité. Les prescriptions régissant la construction sont périmées pour le Beyrouth contemporain, puisqu’elles remontent à 1930 et dérivent d’une réglementation élaborée en 1880 (Salam 1966). Par conséquent, les bâtiments qui poussent partout ne font l’objet d’aucun contrôle. Les espaces libres consacrés à la détente sont beaucoup trop petits, et l’absence de normes sur le recul ainsi que la cherté du foncier ont pour conséquence la juxtaposition des constructions sur le moindre espace disponible.

51Un quartier d’habitat à l’ouest du quartier Rmeil, situé directement entre la limite sud-est de la vieille ville et le quartier de villas de Mar Nicolas, dont nous avons inventorié le bâti, illustre cette manière peu orthodoxe de construire, dont le résultat est un tissu urbain totalement hétérogène. Ce quartier a été choisi parce qu’il est occupé depuis l’époque ottomane, sans jamais avoir connu jusqu’à aujourd’hui de phase dynamique : on peut y observer de la meilleure façon possible l’interpénétration régulière et progressive des types anciens et nouveaux (voir fig. 4).

52Un lâche alignement de villas appartenant aux grandes familles grecques-orthodoxes au nord de notre carte jouxte, au sud, le noyau initial de simples maisons ottomanes (voir fig. 4). Dès les premières années du Mandat français, certaines des plus vieilles demeures sont rasées et remplacées par des constructions modernes pour l’époque, qui respectent toutefois l’alignement sur la rue. De même, les constructions de la fin du Mandat et de l’immédiat après-guerre se substituent, après démolition, aux anciennes bâtisses. Une partie d’entre elles sont même édifiées dans les anciens et vastes jardins qui entouraient notamment les villas, et que leurs propriétaires avaient vendus ou avaient été dans l’obligation de céder aux membres de leur famille pour leur assurer un logement. Dans ce quartier d’occupation ancienne, dès la destruction des maisons les plus vieilles, on édifie les constructions les plus modernes. Or même un bâtiment de vingt ans est considéré comme vieux dans cet espace pourtant peu dynamique. Les hasards du marché foncier produisent un tissu totalement hétérogène : il est rare qu’on réussisse à acheter plusieurs parcelles voisines et à édifier un îlot homogène.

Fig. 4 : les types historiques de maison d’un quartier résidentiel à l’ouest du quartier Rmeil.

Notes

1 Une importante activité commerciale régnait à Bab Idriss et à Bab Saraya. qui constituent aujourd’hui les extrémités ouest et est de la rue Weygand et qui sont demeurées jusqu’à aujourd’hui les centres d’une activité commerciale intense.

© Presses de l’Ifpo, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search