Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison III

Tombeau anonyme

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : manque.

2Dans les jardins au Nord de la ville, au bord du chemin séparant l’une de l’autre la madrasa Chibliya et la khânaqâh de Chibl ad-Dawla, à 100 mètres environ à l’Ouest de cette dernière (v. fig. 84, 2). Malgré son état de dégradation, sa simplicité et son anonymat, ce petit monument présente un intérêt certain pour la connaissance de l’architecture ayyoubide de Damas, et c’est pourquoi il a paru nécessaire de lui consacrer dès maintenant quelques lignes.

Fig. 85. — Tombeau Anonyme : plan.

Fig. 86. — Tombeau Anonyme : le cénataphe

3Le plan. — C’est une petite construction rectangulaire (fig. 85), dont la façade ne mesure pas plus de 7m,50 de développement, et dont l’intérieur est occupé par. un espace central carré, couvert par une coupole, que prolongent à droite et à gauche deux profondes niches, couvertes par un berceau ; trois fenêtres fermées par des grilles de fer s’ouvrent en façade, mettant bien en vue la tombe, demeurée en place sous la coupole (fig. 86) ; la porte s’ouvre sur la face opposée ; des niches servant de placards occupent dans le reste des parois une position symétrique à celle des baies.

4La construction. — Les façades extérieures sont exécutées en pierre de taille débitée en blocs hauts d’une quarantaine de centimètres et parementée à la boucharde, mais si légèrement que la face du mur paraît lisse. La paroi intérieure des murailles est faite de moellons de petites dimensions, qui appelaient évidemment un enduit de plâtre.

  • 1 Cf., p. ex., à la Citadelle, la coupole de l’entrée Nord (Syria, 1930, 77 et la fig. 14).

5La coupole a disparu sans laisser de traces : étant donné son faible diamètre, on ne peut lui attribuer le dispositif usuel que nous avons mentionné à plusieurs reprises, mais seulement, selon une règle immuable à Damas, un dispositif plus simple : un tambour unique, octogonal, portant directement la calotte1.

Fig. 87. — Tombeau Anonyme : détail de la fenêtre axiale.

6Pour le mode de décharge des linteaux, v. fig. 87 et 89.

  • 2 Dans cette restitution, le seul élément douteux est la hauteur du tambour de la coupole : la façad (...)

7Le décor. — La corniche terminale, qui présente le profil habituel, une tabula ansata anépigraphe sur le linteau de la fenêtre axiale et au-dessus un placage de basalte simulant un appareillage à encastrement (fig. 87) sont les seuls éléments décoratifs que conserve la façade, mais il faut restituer au sommet de cette dernière un couronnement crénelé dont plusieurs éléments se trouvent déposés à l’intérieur, auprès de la tombe : ce sont des merlons profilés de telle sorte que les pleins et les vides du couronnement répètent, en l’inversant, la même forme (fig. 88). La silhouette originelle de l’édifice peut ainsi être rétablie (fig. 89) avec une entière sécurité2.

Fig. 88. — Tombeau Anonyme les merlons.

8Identification et date. — L’inscription de la façade n’a jamais été sculptée et la tombe est dépourvue d’épitaphe. Les sources, d’autre part, ne m’ont fourni aucun élément d’attribution, mais l’édifice est trop simple pour avoir abrité la tombe d’un personnage notoire : on n’a aucun moyen de percer son anonymat.

9Par contre, la comparaison avec les autres monuments de Damas permet de le placer dans la première moitié du xiiie siècle, et plus précisément aux alentours de 1230, si l’on en juge d’après le type du cénotaphe et l’aspect de la clef de basalte qui surmonte la fenêtre axiale.

Fig. 89. — Tombeau Anonyme : élévation restituée.

  • 3 Damaskus : DN. III. f.
  • 4 Damaskus : DN. II. d ; Monuments, n° 107 (où il faut lire « Koutchkoun » au lieu de « Katchkar »).
  • 5 Supra, 10-11 et la fig. 2.
  • 6 Damaskus, DN. VIII. a ; Bourgoin, Précis de l’art arabe, I, pl. 18.

10Caractères et particularités. — Le plan, moins usuel que la salle carrée à coupole, n’est pas isolé : l’époque ayyoubide en a laissé d’autres exemples3, et l’époque mamelouke ne rejettera pas absolument ce type de monument funéraire4 que nous avons déjà rencontré à l’époque seldjoukide5. Ni la construction ni le décor n’appellent d’observations particulières ; ce qui fait l’originalité de ce petit monument c’est la possibilité qu’il nous offre de rétablir, à son sommet, le couronnement crénelé qui a disparu de presque tous les monuments de Damas : quelques merlons d’une forme plus simple, plus lourde, moins décorative, sont seuls à avoir subsisté çà et là6, comme autant d’épaves, qui nous attestent du moins que, sur ce point, les édifices ayyoubides n’avaient pas abandonné une ancienne tradition de l’architecture islamique qui s’affirme dès l’époque omeyyade. L’intérêt des merlons de notre tombeau anonyme, c’est que leur forme. moins sommaire annonce déjà les découpages compliqués qui caractériseront les crénelages décoratifs des monuments mamelouks, et que cette forme elle-même se rattache à une tendance bien connue de l’art islamique à composer des bordures ou des bandeaux en juxtaposant à l’infini le même motif, tantôt droit, tantôt inversé. La restitution que nous donnons ici montrera bien, d’autre part, combien la présence de ce couronnement ornemental transforme heureusement la silhouette d’un édifice, en atténuant la sécheresse de la ligne horizontale de la terrasse, et l’opposition entre le cube de base et la coupole qui le coiffe : il y a là une recherche que l’on ne doit pas oublier lorsque l’on cherche à apprécier la valeur esthétique de ceux des monuments ayyoubides qui sont aujourd’hui découronnés.

Notes

1 Cf., p. ex., à la Citadelle, la coupole de l’entrée Nord (Syria, 1930, 77 et la fig. 14).

2 Dans cette restitution, le seul élément douteux est la hauteur du tambour de la coupole : la façade elle-même est conservée intégralement, y compris l’assise profilée à son sommet.

3 Damaskus : DN. III. f.

4 Damaskus : DN. II. d ; Monuments, n° 107 (où il faut lire « Koutchkoun » au lieu de « Katchkar »).

5 Supra, 10-11 et la fig. 2.

6 Damaskus, DN. VIII. a ; Bourgoin, Précis de l’art arabe, I, pl. 18.

Table des illustrations

Légende Fig. 85. — Tombeau Anonyme : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 86. — Tombeau Anonyme : le cénataphe
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende Fig. 87. — Tombeau Anonyme : détail de la fenêtre axiale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 88. — Tombeau Anonyme les merlons.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 89. — Tombeau Anonyme : élévation restituée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 953k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search