Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison III

La madrasa Chibliya hors-les-murs

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DN. XVIII. a.

2Dans les jardins au Nord de la ville, à proximité de la Badriya et de la Hâfiziya (v. fig. 84). Abandonné, et en ruines, le monument a fait récemment l'objet d'une restauration partielle, due à une initiative privée.

  • 1 Les colonnes elles-mêmes ont disparu, mais l'emplacement de leurs bases est encore reconnaissable.

3Le plan. — Un mur d'enceinte délimite un enclos à ciel ouvert de 32 mètres X 14 mètres, de forme légèrement irrégulière (fig. 81). A une extrémité de cet enclos se développe une salle de prière avec mihrab, précédée d'un portique couvert1. A l'autre extrémité se dresse une construction funéraire offrant l'aspect d'un édicule carré, isolé, percé de trois larges baies sur chacune de ses faces et coiffé d'une coupole.

4L'examen des lieux montre que ce plan, très simple, est complet et se suffit à lui-même : il n'y a donc pas lieu d'envisager l'hypothèse de constructions annexes aujourd'hui disparues.

5La construction. — L'encadrement des baies ménagées dans le mur d'enceinte est en pierre de taille (hauteur des assises : 0m,40), mais la muraille elle-même est faite d'une maçonnerie de brique crue posée sur un socle de pierre. Les arcs qui couronnent le mihrab et les fenêtres de la salle de prière sont en brique, sans qu'il soit permis de garantir l'ancienneté de ce dispositif. Pour le procédé employé pour décharger les linteaux, v. fig. 82.

6La salle funéraire a été construite selon le même procédé mixte que le mur d'enceinte : pierre de taille jusqu'à la hauteur de l'extrados des arcs marquant l'axe, de chaque face, brique au-dessus de ce niveau (pl. XXVI, 1). Les vestiges de la couverture, insignifiants (première assise des niches d'angle, et petit glacis masquant l'encorbellement sous le fond de ces niches : pl. XXVI, 1) suffisent néanmoins à établir que la coupole était établie selon la formule usuelle : sur deux tambours à huit et seize côtés.

7Le décor. — Rien n'en subsiste qu'une rosette à rais gironnants sculptée sur le linteau de la porte d'entrée, une clef découpée de pierre noire au-dessus de celle-ci (fig. 82), et le cénotaphe. Fait de pierre de taille appareillée et appartenant à un type déjà connu (pl. XXVI, 2), ce dernier offre une valeur décorative moins à cause de quelques ornements sculptés (écoinçon à décor floral et rinceau de feuillages, rosettes à six pétales et rang de perles et pirouettes : fig. 83 et pl. XXVI, 2) qu'à cause des belles inscriptions, d'une calligraphie vigoureuse et semées de quelques fleurons (fig. 83 et pl. XXVI, 3), dont il est chargé : l'une d'elles donne l'épitaphe du défunt, les deux autres des versets coraniques qui figurent habituellement sur les tombes (C. II, 256 sur la caisse ; C. IX, 21, à une extrémité du couvercle).

8Il faut noter, comme un détail absolument insolite, la forme donnée aux arcs outrepassés bandés sur les baies latérales de la salle funéraire : leur plus grande ouverture est supérieure à la largeur de la baie sur laquelle ils sont construits, si bien que le vide de l'arc dépasse de chaque côté l'aplomb des piédroits (pl. XXVI, 1).

  • 2 Répertoire, n° 3950 (au lieu de « stèle », lire : « à l'extrémité Est du tombeau »).

9Identification et date. — L'épitaphe enseigne que ce monument funéraire recouvre la tombe de Chibl ad-Dawla Kâfoûr, eunuque noir au service d'un neveu de Saladin, qui mourut en Rajab 623 = juillet 12262.

  • 3 Description, septembre-octobre 1894, 263, et mars-avril 1895, 281.

10Toutefois, ce document épigraphique n'apporte aucune indication positive sur la nature de la fondation. Il ne se rapporte, en effet, qu'à la tombe proprement dite : or Chibl ad-Dawla avait construit là, côte à côte, une madrasa, une khânaqâh (couvent de soufis), un édifice funéraire (tourba), un passage couvert (sâbâṭ), une fontaine publique et un réservoir d'eau3. Il s'élevait donc là, édifié par un même personnage, un ensemble monumental dont nous ne tenons qu'un élément.

Fig. 81. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : plan.

Fig. 82. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : la porte d'entrée.

Fig. 83. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : détails de l'épitaphe.

11Laissant naturellement de côté le passage couvert, la fontaine et le réservoir, qui ne peuvent entrer ici en considération, et devaient d'ailleurs se présenter comme de simples dépendances des autres bâtiments, il s'agit de déterminer si l'édifice que nous avons décrit s'identifie à la madrasa ou au couvent de Kâfoûr. Le monument funéraire ne constituait pas à lui seul une construction indépendante ; la tombe se place dans un enclos pourvu d'une salle de prière, et d'autre part le catalogue très complet que nous avons des monuments de Damas ignore le tombeau de Kâfoûr en tant que construction ayant une existence autonome : il ne lui consacre aucune notice particulière, et ceci suffirait à prouver — même si nous ne l'avions pas retrouvé dans un complexe architectural — que, selon un usage courant de l'époque, il avait simplement été incorporé à l'une des fondations pieuses du personnage : sa madrasa ou son couvent.

Fig. 84. — Madr. Chibliya hors-les-murs : croquis de situation (1. mad, Chibliya. — 2. khânaqâh de Chibl ad-Dawla. — 3. madr. Badriya. — 4. Le « pont de Koḥaïl » sur le N. Ṯawrâ. — A : vers eṣ-Ṣàlḥiyé. — B : vers Damas.

  • 4 Ibid., sept.-oct. 1894, 263.
  • 5 Répertoire, n° 3949 : à la ligne 2, la mention des « soufis dépourvus de tout » autorise à restitu (...)
  • 6 Ses dimensions montrent qu'il a appartenu à un portail, et d'autre part toutes les baies de notre (...)

12Les caractères du plan fournissent un premier élément de décision : nous savons en effet que la khânaqâh de Kâfoûr n'était autre que sa maison d'habitation, érigée par lui en wakf au profit des soufis4, et l'ordonnance qui a été décrite — et qui est, il faut le répéter, complète — ne peut convenir à une habitation. D'autre part, l'inscription commémorative de la construction de la khânaqâh a été retrouvée au voisinage immédiat de notre monument (en 2 du plan de la fig. 84)5. Le linteau sur lequel elle est sculptée ne peut provenir de celui-ci6 : il appartenait donc à un autre bâtiment, distinct de celui qui abrite la tombe, et dont quelques pierres demeurées en place montrent l'emplacement : de l'autre côté du chemin qui longe la façade de notre enclos. Ce dernier ne peut donc être que la madrasa Chibliya extra-muros, construite, comme l'indiquent les textes, « à côté » de la khânaqâh Chibliya.

13Caractères et particularités. — Cet édifice est donc un nouvel exemple, plus net encore que les précédents, de ce type de madrasa offrant l'aspect d'une petite mosquée dans lequel, en l'absence de tout local spécialisé, l'enseignement était donné dans la salle de prière.

  • 7 Supra, 9.

14L'ordonnance de l'ensemble, aujourd'hui unique, n'est point absolument isolée, puisque nous avons dit que la khânaqâh Ṭâwoûsiya devait présenter un dispositif comparable7.

  • 8 Samarra : qoubbat aṣ-Ṣolaïbiya (E. Herzfeld, Erster vorläufiger Bericht, 28 sqq.) ; Damas, tombeau (...)
  • 9 On notera que cette ordonnance est précisément celle des façades des salles de prière dans la plup (...)
  • 10 Dar al-hadith de Nour ad-Din (supra, pl. IX), tombeau de Zaïn ad-Din, tombeau des princes de Qarqi (...)

15Cette observation permet sans doute d'atténuer sensiblement le caractère exceptionnel que l'on attribuerait de prime abord au plan du monument funéraire et au mode de construction qui y a été mis en œuvre. On connaît d'autres exemples, peu nombreux il est vrai, de coupoles funéraires dont les parois sont percées chacune d'une large baie8 : si aucune d'elles ne montre l'ordonnance adoptée ici (un grand arc au centre, entre deux petites ouvertures couronnées elles aussi d'un arc9), le rapport avec notre tombeau n'en est pas moins évident. L'emploi de la brique, crue ou cuite, pour construire la partie haute des parois, l'absence d'arcs formerets reportant sur les angles la charge développée par la coupole sont également des anomalies à la date considérée, mais restent conformes à la règle suivie dans certains monuments antérieurs10. Cette remarque et le rapport relevé entre le plan de l'ensemble et celui de la Ṭâwoûsiya amènent à supposer que les caractères aberrants de la Chibliya ne sont, à tout prendre, que des caractères archaïques, et que l'édifice, loin de constituer une exception originale, se rattachait effectivement à une série architecturale plus ancienne dont il resterait le seul témoin conservé.

  • 11 A la Citadelle (M. Sobernheim, in Der Islam, XII, 1921, pl. II, 1) ; sur un tombeau aujourd'hui dé (...)

16Du bandeau de perles et de pirouettes, dont on a d'autres exemples à Damas à la même époque11, je ne saurais dire s'il se rattache à une lointaine tradition conservée depuis l'époque omayyade, ou s'il doit être mis au compte d'une copie directe de fragments de sculptures antiques.

Notes

1 Les colonnes elles-mêmes ont disparu, mais l'emplacement de leurs bases est encore reconnaissable.

2 Répertoire, n° 3950 (au lieu de « stèle », lire : « à l'extrémité Est du tombeau »).

3 Description, septembre-octobre 1894, 263, et mars-avril 1895, 281.

4 Ibid., sept.-oct. 1894, 263.

5 Répertoire, n° 3949 : à la ligne 2, la mention des « soufis dépourvus de tout » autorise à restituer [khâna]kâh ; à la ligne 5, ma copie ajoute le mot sana.

6 Ses dimensions montrent qu'il a appartenu à un portail, et d'autre part toutes les baies de notre monument sont complètes.

7 Supra, 9.

8 Samarra : qoubbat aṣ-Ṣolaïbiya (E. Herzfeld, Erster vorläufiger Bericht, 28 sqq.) ; Damas, tombeau d'Ibn al-Moqaddam (Kh. Moaz, in Mélanges de... l'Institut Français de Damas, I, 1929, 67 sq.) ; Damas, mosquée du tombeau d'al-Mosajjif, à Mezzé, lui aussi d'époque ayyoubide.

9 On notera que cette ordonnance est précisément celle des façades des salles de prière dans la plupart des monuments ayyoubides (supra, fig. 7, fig. 23, fig. 30, fig. 32) : la contamination paraît évidente.

10 Dar al-hadith de Nour ad-Din (supra, pl. IX), tombeau de Zaïn ad-Din, tombeau des princes de Qarqisiyâ, etc. La maçonnerie de brique crue ou cuite sur socle de pierre se retrouve néanmoins, au xiiie siècle, à la mosquée des Hanbalites, à la mosquée du Repentir, et sur la face Nord de l'enceinte de la ville.

11 A la Citadelle (M. Sobernheim, in Der Islam, XII, 1921, pl. II, 1) ; sur un tombeau aujourd'hui détruit (J. Bourgoin, Précis de l'Art arabe, !, pl. 18). On trouve aussi des oves, notamment sur des tombes du cimetière de Bâb Ṣaghîr.

Table des illustrations

Légende Fig. 81. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 82. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : la porte d'entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 83. — Madrasa Chibliya hors-les-murs : détails de l'épitaphe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 84. — Madr. Chibliya hors-les-murs : croquis de situation (1. mad, Chibliya. — 2. khânaqâh de Chibl ad-Dawla. — 3. madr. Badriya. — 4. Le « pont de Koḥaïl » sur le N. Ṯawrâ. — A : vers eṣ-Ṣàlḥiyé. — B : vers Damas.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search