Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison III

La madrasa Mâridâniya

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DN. I. b.

2Monuments : n° 96.

  • 1 Des boutiques de construction récente dissimulent malencontreusement la façade Sud : je table ici (...)

3Situé au bord du Nahr Ṯawrâ, tout près du « Pont Blanc » (al-Jisr al-Abyaḍ), l'édifice est affecté au culte, en qualité de mosquée, et son état de conservation est exceptionnellement satisfaisant, bien que des maisons d'habitation aient envahi son angle Nord-Est1.

4Le plan. — Les locaux (fig. 70) s'ordonnent autour d'une cour à ciel ouvert, carrée, pourvue d'un bassin à ablutions, au fond de laquelle s'ouvre la salle de prière. A droite et à gauche sont deux iwans de dimensions inégales. Une salle funéraire, d'où le cénotaphe a disparu, et un minaret se placent respectivement aux angles Sud-Est et Nord-Ouest. Enfin, la partie antérieure de la construction est occupée par le couloir d'entrée et par des latrines, modernes dans leur état actuel, situées à gauche de ce couloir, dans l'angle Nord-Est du bâtiment.

5Cet ensemble n'est pas homogène. La salle de prière, la salle funéraire et la porte d'entrée remontent indubitablement à l'époque ayyoubide, comme l'attestent l'aspect de leurs maçonneries et les détails de leur construction et de leur décor. Mais, si l'on s'en rapporte aux mêmes critères d'attribution chronologique, il s'avère que le reste des bâtiments n'est pas antérieur à l'époque mamelouke, et plus précisément aux dernières années du xive siècle.

6Une restitution de l'état des lieux avant ce remaniement ne peut être proposée avec certitude : on ne dispose pas d'indices suffisants. Il faut cependant noter que la façade et le mihrab de la salle de, prière ont été rigoureusement axés sur la porte d'entrée, au prix d'une dissymétrie notable dans l'agencement intérieur de la pièce : la cour offrait donc dès l'origine la même surface qu'aujourd'hui. Quelle qu'ait été la disposition de ses alentours, nous sommes une fois de plus en présence d'une madrasa constituée par une petite mosquée à laquelle est accolée une salle funéraire.

Fig. 70. — Madrasa Mâridâniya : plan.

7La construction. — Toutes les parois anciennes conservées sont faites de pierre de taille appareillée suivant une hauteur d'assises uniforme, et d'un échantillon assez grand (env. 45 centimètres).

8La coupole de la salle funéraire, sur deux zones polygonales (pl. XXII, 2), répond au type déjà cité plusieurs fois, mais ici les deux tambours sont construits en pierre, ou revêtus de pierre sur leur parement extérieur, la calotte seule étant en brique.

  • 2 Damaskus : DN. VIII, c ; Monuments, n° 90.

9La salle de prière est couverte par un toit à deux rampants, formé d'une chappe de terre battue que porte une charpente. Il se peut que cette dernière soit, dans son état actuel relativement récente, mais comme elle repose sur deux pignons de maçonnerie dont l'ancienneté n'est aucunement douteuse (pl. XXII, 1) et que, d'autre part, un système de charpente exactement semblable existe à la mosquée des Hanbalites2, il est aisé de se convaincre qu'elle reproduit le mode primitif de couverture : si elle a été modernisée, on lui aura conservé le même dispositif. Elle consiste en une série de fermes très rapprochées les unes des autres (écartement : env. 3 mètres), comportant un entrait tirant, deux arbalétriers, un poinçon dont l'extrémité inférieure a été sectionnée au lieu d'être rendue solidaire de l'entrait, et deux contrefiches (pl. XXIII, 1). Ni poutre faitière, ni pannes : l'ensemble n'est raidi que par les chevrons, jetés horizontalement d'une ferme à l'autre et très rapprochés, et par des pièces de bois formant étrésillon entre deux poinçons voisins. Les poutres maîtresses des fermes sont seules équarries ; celles qui constituent les entraits ont été habillées de planches sur celles de leurs faces qui étaient exposées aux regards.

Fig. 71. — Madrasa Mâridâniya : décharge du linteau de la salle de prière (croquis).

10Le bois se retrouve au linteau de la porte d'entrée, dissimulé en façade par un arc outrepassé qui n'est en réalité qu'un trompe-l'œil, sans rapport avec la structure véritable de la baie.

11Les linteaux des fenêtres, sur la façade Sud, sont déchargés par un segment d'arc en plein cintre ; celui de la salle de prière par une combinaison que montre la fig. 71.

Fig. 72. — Madrasa Mâridâniya : gouttière de la façade Sud.

12Le décor. — Comme dans la plupart des monuments précédemment décrits, le décor proprement architectural, créé par les grandes lignes de la construction ou pris dans le gros œuvre, est réduit à sa plus simple expression : arc brisé de la porte d'entrée, ordonnance symétrique (trois baies surmontées de fenêtres : pl. XXIV, 1) de la façade de la salle de prière, niches aveugles et fenêtres alternant sur les deux tambours de la coupole, corniches de couronnement que complétaient peut-être à l'origine des merlons décoratifs, gouttière creusée de godrons (fig. 72). Le tambour supérieur de la coupole est orné de ces défoncements couronnés d'une conque qui ont déjà été signalés, mais ici la coquille a été taillée dans la pierre, au lieu d'être modelée en mortier sur un bâti de briques, ce qui a conduit à amaigrir et à multiplier ses cannelures (pl. XXII, 2). Des coquilles analogues sont placées, dans la salle funéraire, sous les niches d'angle du tambour inférieur, pour dissimuler l'encorbellement (pl. XXII, 3).

  • 3 Le dallage de la cour, en basalte et pierre rose (mezzi), est une œuvre récente, d'ailleurs bien v (...)

13Un intérêt particulier s'attache au bassin à ablutions, pourvu à chacun de ses angles, selon la coutume de l'époque, d'un redan semicirculaire (pl. XXIV, 4)3.

14Réduit à ce que nous venons d'énumérer, le monument présenterait cependant la même pauvreté d'aspect que la plupart de ses congénères. Mais il a conservé des éléments intéressants d'un riche décor rapporté : à eux seuls, ils suffiraient à prouver que la nudité actuelle des monuments ayyoubides de Damas est purement accidentelle.

Fig. 73, — Madrasa Mâoidâniya : composition du linteau de la porte d'entrée.

15Le linteau de la porte d'entrée est recouvert d'un panneau de bois sculpté, en partie dissimulé aujour-d'hui par des planches (pl. XXV, 1). Selon la technique habituelle, l'ornement est taillé dans de petites plaques de bois, qui s'assemblent par l'entremise de baguettes moulurées formées de menus éléments se raccordant en sifflet, et dessinant un entrelacs géométrique rudimentaire. Ici, ces rubans géométriques se réduisent à une combinaison de la plus grande simplicité : deux lignes brisées coupant quatre droites normales aux grands côtés du cadre rectangulaire, et déterminant par leur entrecroisement un hexagone régulier (au centre du panneau), deux types de pentagones, et de petits polygones de remplissage (fig. 73).

Fig. 74. — Madrasa Mâridâniya : sculptures du linteau de la porte d'entrée.

16Ces figures ont été remplies d'un décor floral qui se ramène pareillement à des schémas très simples, dont la spirale constitue l'élément essentiel (fig. 73), mais que l'examen montre dépourvu d'homogénéité. Le tracé de l'entrelacs et le détail de l'ornement conduisent à distinguer :

  1. L'hexagone central (fig. 74), dont la combinaison ne s'ordonne pas suivant les axes de la figure polygonale, mais bien suivant deux axes perpendiculaires coïncidant avec ceux du linteau, si bien que deux des sommets de l'hexagone ne sont meublés que par des spirales secondaires, issues de deux des spires essentielles : le tracé de l'entrelacs est donc indépendant de la forme géométrique qui l'encadre. De plus, les tiges s'amortissent en figures qui sont toutes asymétriques ;
  2. Dans les autres polygones (fig. 74), la combinaison serre de plus près la forme du cadre ; elle s'ordonne suivant l'axe vertical de la figure, de part et d'autre duquel elle se répète par simple réflexion ; les terminaisons des tiges sont symétriques, et certaines d'entre elles sont refouillées, au burin, de nervures qui disparaissent malheureusement sous des couches accumulées de peinture.

17On dira plus loin l'intérêt que présente cette observation.

18La porte de la salle de prière est, elle aussi, en menuiserie d'art. Ses quatre vantaux portent sur leur face extérieure un assemblage de plaquettes et de moulures dessinant des combinaisons géométriques élémentaires (pl. XXIV, 1). A l'intérieur, ils sont revêtus de seize panneaux rectangulaires de bois sculpté, montés dans un encadrement lisse ; identiques les uns aux autres, ces panneaux sont simplement juxtaposés, à raison de quatre par vantail (pl. XXIII, 2). Chacun d'eux comprend, dans une bordure chargée d'un rinceau, un entrelacs géométrique simple formé de rubans unis tressés les uns dans les autres, entre lesquels sont taillés des ornements. Ceux-ci présentent, dans leur esprit comme dans leur exécution, toutes les caractéristiques de ce « décor à défoncement linéaire » dans lequel on cherche à tapisser entièrement une surface, sans solution de continuité, en encastrant des formes les unes dans les autres avec le minimum d'intervalle, ce dernier se réduisant à un sillon étroit, de section triangulaire (pl. XXV, 2).

19La salle de prière a également conservé deux vitraux anciens, formés de plaques de verre de couleur serties dans les vides d'une armature de plâtre selon des combinaisons ornementales. Dans le pignon Est, un œil-de-bœuf (pl. XXIV, 2) groupe, autour d'un cercle lobé central rouge et vert, six cercles lobés en verre blanc, distribués suivant les sommets d'un hexagone régulier, et s'enlevant sur un fond bleu entouré d'une bordure jaune. Dans le pignon Ouest, la claire-voie de plâtre de l'une des fenêtres jumelées dessine un décor floral de grande échelle : deux rinceaux parallèles s'enroulant de part et d'autre d'un axe vertical, contre lequel ils se réunissent pour donner naissance à des fleurons (pl. XXIV, 3 et fig. 75). La composition et les détails, malgré la schématisation qu'imposait la technique employée, sont directement apparentés aux bois sculptés et aux peintures de l'époque ayyoubide, ainsi qu'aux beaux vitraux de la mosquée des Hanbalites, de l'hôpital de Noûr ad-Dîn, de la madr. Châmiya et de la mosquée du Repentir : comme l'oculus, ce travail remonte donc, indubitablement, à la fondation du monument. Ici encore, les couleurs (rouge, jaune, vert, bleu) sont crues et violemment heurtées, mais la luminosité de la matière et l'irradiation atténuent assez sensiblement le contraste pour que l'ensemble paraisse d'une tonalité équilibrée. — Les neuf autres fenêtres hautes ne possèdent plus que des vitrages en culs-de-bouteille d'une date plus récente, sans valeur artistique, qui ont dû remplacer d'anciennes claires-voies décoratives analogues aux deux qui ont été conservées.

Fig. 75. — Madrasa Mâridâniya : vitrail à armature de plâtre (1 : rouge. — 2 : bleu. — 3 : vert. — 4 : jaune).

20Au sommet de la coupole, vestiges du motif de couronnement en cuivre.

21Identification et date. — L'édifice est anépigraphe : les cartouches à queues d'aronde préparés sur les linteaux de la porte de la salle de prière et de la baie Nord de la salle funéraire (ce dernier ménagé en relief sur le nu de la paroi, et non en creux : fig. 76) sont restés sans inscription. Une attribution peut cependant être proposée avec toutes les garanties de vraisemblance.

  • 4 Description, septembre-octobre 1894, 282 sq.
  • 5 Description, mai-juin 1894, 386.
  • 6 Description, mars-avril 1894, 259.

22Parmi les monuments qui s'élevaient en ce point de la ville, un seul datait de l'époque ayyoubide : « la madrasa de (la princesse) de Mardin » (al-madr. al-Mâridâniya), située « sur le bord du Ṯawrâ, contiguë au Pont Blanc »4. Or, non seulement le bâtiment que nous avons décrit est la seule construction ayyoubide qui existe dans ces parages, mais encore il est connu sous une dénomination (el-Mârdâniyè) qui répond très exactement à celle qui était attachée à cette madrasa. Les indications topographiques données par les sources à propos des édifices voisins, Is'irdiya5 et Dolâmiya6, ne contredisent point cette identification, qui s'accorde d'autre part avec certaines particularités architecturales de notre monument.

Fig. 76. — Madrasa Mâridâniya : cartouche de la baie Nord de la salle funéraire.

  • 7 C'est Ibn Chaddad qui donne son nom sous la forme la plus correcte : Akhchâ’oû, à lire probablemen (...)
  • 8 La transformation de l'édifice en mosquée, avec adjonction d'un minaret, devant servir, de prétext (...)

23Construite à partir de 610 = 1213 par une princesse ortokide de Mardin épouse du souverain de Damas al-Malik al-Mo‛azzam7, la madrasa Mâridâniya fut constituée wakf en 624 == 1226-7, mais la fondatrice n'y reçut pas sa sépulture : partie pour la Mecque ou pour Mardin, elle ne revint pas à Damas et le tombeau qu'elle s'était préparé demeura vide jusqu'à ce qu'un émir mamelouk, Achank ( ?) b. Özdemur, eût jeté sur lui son dévolu pour s'y faire enterrer. On s'explique ainsi que notre monument ait subi à l'époque mamelouke des remaniements8, et que les inscriptions qui devaient donner le nom de la fondatrice n'aient jamais été sculptées.

24Caractères et particularités. — Après les exemples déjà présentés de madrasas funéraires offrant l'aspect d'une salle à coupole accolée à une petite mosquée, le plan n'appelle aucune observation particulière. La construction, de même, est en tous points conforme à l'usage du xiiie siècle, caractérisé par la place plus grande donnée à la pierre de taille : ce goût nouveau explique ici la substitution de la pierre à la brique dans les tambours de la coupole, et la hauteur uniforme, et assez considérable, donnée aux assises des parois.

25Le décor présente ce grand intérêt d'être conservé d'une manière assez complète pour que nous puissions restituer par la pensée la richesse d'aspect que présentaient originellement ces monuments ayyoubides de Damas dont les dégradations n'ont laissé subsister qu'une carcasse architecturale louable, mais austère. En outre, il offre certaines particularités instructives.

Fig. 77. — Madrasa Mâridâniya, linteau de la porte d'entrée : détails de fleurons et feuilles asymétriques.

  • 9 Révue des Arts Asiatiques, 1930, pl. 48.
  • 10 Monuments, pl. II.
  • 11 Supra, fig. 17 et 18.
  • 12 A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie orientale (Paris, 1940), passim : ce sont des c (...)

26On a vu que le linteau sculpté de la porte d'entrée accuse, sous une apparente uniformité d'aspect, deux partis décoratifs différents : dans l'un, l'entrelacs s'adapte à son cadre et les fleurons ont reçu une silhouette symétrique ; dans l'autre il n'y a pas correspondance entre le tracé de l'ornement et la forme de la surface qu'il doit remplir, et les terminaisons des tiges sont asymétriques (fig. 77). La première formule est celle que l'on trouve appliquée d'une manière courante à Damas aux xiie et xiiie siècles, et les panneaux pentagonaux du linteau en question montrent l'arabesque classique des monuments ayyoubides de la ville : il n'est qu'à les comparer, par exemple, à ceux du cénotaphe de Saladin9, de la mosquée des Hanbalites10, ou du tombeau de Farroukh-Châh11, et même aux vitraux de la salle de prière, pour reconnaître qu'ils se ramènent à un type courant de production artistique, d'ailleurs remarquable par son souci de régularité dans les figures, d'équilibre entre les pleins et les vides, autant que par le fini de l'exécution. La seconde formule est insolite à Damas à l'époque considérée. Pour trouver des termes précis et exacts de comparaison avec l'hexagone central du linteau, ce n'est point l'art de la Syrie ayyoubide qu'il faut interroger, mais bien celui de la Haute-Mésopotamie. C'est dans les monuments de Mardin, Donaïsir, Mayyafariqin, Diyarbekir et Mossoul12 que l'on retrouve, employées avec une nette prédilection, ces terminaisons asymétriques, aux formes volontiers baroques (fig. 78), et ces arabesques dont l'exubérance un peu incohérente se plie mal au cadre de la surface à remplir.

Fig. 78. — Fleurons et feuilles asymétriques de Mardin, Donaïsir, Mayyafariqin et Diyarbekir.

Fig. 79. — Samarrâ : décor « à défoncement linéaire ».

  • 13 E. Herzfeld, Der Wandschmuck der Bauten von Samarra, ornement n° 125.
  • 14 Fr. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise im Euphral-und Tigris-Gebiet, II, fig. 276 (Penjâh (...)
  • 15 Son hôpital de Damas, qui sera décrit plus loin ; sa grande-mosquée de Hama (E. Herzfeld, dans Enc (...)
  • 16 Les rapports entre la Syrie des Zenguides et la Haute-Mésopotamie sont mis en relief d'une manière (...)
  • 17 Damas : mosquée des Hanbalites (Monuments, n° 90 ; Rev. des Arts Asiatiques, 1934, pl. XVII, d), h (...)

27Les sculptures des vantaux de la salle de prière imposent la même conclusion. Si le décor « à défoncement linéaire » trouve son origine dans l'art de Samarrâ, si les ruines de cette ville ont livré (fig. 79) une composition ornementale assez voisine de celle de la Mâridâniya13, si même ce type de décor a été connu de l'Égypte toulounide et fatimide, il est peu vraisemblable qu'à la date (xiiie siècle) et dans le cadre politique qui nous intéressent, sa présence, dans un monument de Damas, puisse être justifiée par un emprunt direct à des sources d'inspiration aussi désuètes. D'autant plus que certains monuments de Mossoul contemporains de notre madrasa14 renferment des panneaux décoratifs, exécutés avec la même technique, qui constituent de bons points de comparaison avec les sculptures de la Mâridâniya de Damas (fig. 80) : les entrelacs de rubans et les motifs meublant les polygones sont, ici et là, assez voisins les uns des autres pour que le rapprochement ne paraisse pas forcé. Et comme plusieurs constructions syriennes de l'atabeg Noûr ad-Din montrent des échantillons remarquables de « décor à défoncement linéaire »15, on se trouve une fois de plus amené à regarder vers la Haute-Mésopotamie, berceau de la puissance des Zenguides, comme vers la région qui a exercé une influence sur l'art syrien du temps des Croisades16. Les panneaux de la Mâridâniya ne dériveraient ainsi de l'art de Samarrâ que d'une manière indirecte, par l'intermédiaire de l'art de la Haute-Mésopotamie, et les autres échantillons de « décor à défoncement linéaire » que conservent les monuments de Damas et d'Alep17 doivent sans doute être expliqués de la même façon. On notera, d'ailleurs, combien l'ornement syrien reste supérieur à ses modèles mésopotamiens, en ce sens qu'il accuse plus de régularité dans le tracé des compartiments, moins de sécheresse dans les lignes, et une plus grande aisance dans le remplissage des surfaces.

Fig. 80. — Mossoul : ornements sculptés à la grande-mosquée (en haut) et à Penjāh ‛Ali (en bas).

28La madrasa Mâridâniya, par ailleurs si parfaitement typique des tendances propres à l'école architecturale de Damas au xiiie siècle, nous apporte donc un nouveau témoignage de ces influences mésopotamiennes que nous avions déjà cru déceler à plusieurs reprises.

  • 18 On en trouve des l'époque omeyyade à Khirbet el-Minyé : A. M. Schneider et P. Puttrich-Reignard, E (...)

29Quant aux vitraux de verre coloré, ils se rattachent à une vieille tradition de l'art islamique18, adaptée au goût artistique du moment.

Notes

1 Des boutiques de construction récente dissimulent malencontreusement la façade Sud : je table ici sur des observations antérieures à leur édification.

2 Damaskus : DN. VIII, c ; Monuments, n° 90.

3 Le dallage de la cour, en basalte et pierre rose (mezzi), est une œuvre récente, d'ailleurs bien venue. Il se peut qu'il reproduise l'aspect du dallage ancien (cf. supra, fig. 56 ; Syria, 1930, p. 373, fig. 1 bis), et c'est à ce titre que je l'ai fait figurer sur le plan.

4 Description, septembre-octobre 1894, 282 sq.

5 Description, mai-juin 1894, 386.

6 Description, mars-avril 1894, 259.

7 C'est Ibn Chaddad qui donne son nom sous la forme la plus correcte : Akhchâ’oû, à lire probablement Ökhchaghou, en turc « joujou » ou « femme » (Brokelmann, Mitteltürk. Wörterb., 130).

8 La transformation de l'édifice en mosquée, avec adjonction d'un minaret, devant servir, de prétexte à la constitution d'un nouveau wakf.

9 Révue des Arts Asiatiques, 1930, pl. 48.

10 Monuments, pl. II.

11 Supra, fig. 17 et 18.

12 A. Gabriel, Voyages archéologiques dans la Turquie orientale (Paris, 1940), passim : ce sont des croquis faits sur place qui m'ont fourni les éléments de la fig. 78.

13 E. Herzfeld, Der Wandschmuck der Bauten von Samarra, ornement n° 125.

14 Fr. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise im Euphral-und Tigris-Gebiet, II, fig. 276 (Penjâh ‛Ali) ; t, III, pl. 91 (grande-mosquée de Mossoul).

15 Son hôpital de Damas, qui sera décrit plus loin ; sa grande-mosquée de Hama (E. Herzfeld, dans Enc. Isl., art. arabesque, pl. II, 2 et 4).

16 Les rapports entre la Syrie des Zenguides et la Haute-Mésopotamie sont mis en relief d'une manière éclatante par l'étude de la biographie des principaux personnages du temps, émirs ou cheikhs. En matière d'architecture, on n'oubliera pas que l'hôpital de Noûr ad-Din à Alep a été construit par un homme de Mossoul : Répertoire, n° 3312.

17 Damas : mosquée des Hanbalites (Monuments, n° 90 ; Rev. des Arts Asiatiques, 1934, pl. XVII, d), hôpital d'al-Qaïmari (Monuments, n° 100 ; Rev. des Arts Asiatiques, 1934, pl. XVII, c). — Alep : machhad ad-Dakka (Syria, 1928, pl. 72, 2), couvent de Yoûsouf II (Revue des Études Islamiques, 1931, p 86 en haut). – Cf. n. 257.

18 On en trouve des l'époque omeyyade à Khirbet el-Minyé : A. M. Schneider et P. Puttrich-Reignard, Ein frühislamischer Bau am See Genesareth (Cologne, 1937 ; Paläs-tine-Hefte des Deutschen Vereins vom Heiligen Lande, 15), 33.

Table des illustrations

Légende Fig. 70. — Madrasa Mâridâniya : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Légende Fig. 71. — Madrasa Mâridâniya : décharge du linteau de la salle de prière (croquis).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 72. — Madrasa Mâridâniya : gouttière de la façade Sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 73, — Madrasa Mâoidâniya : composition du linteau de la porte d'entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 74. — Madrasa Mâridâniya : sculptures du linteau de la porte d'entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 75. — Madrasa Mâridâniya : vitrail à armature de plâtre (1 : rouge. — 2 : bleu. — 3 : vert. — 4 : jaune).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 76. — Madrasa Mâridâniya : cartouche de la baie Nord de la salle funéraire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 77. — Madrasa Mâridâniya, linteau de la porte d'entrée : détails de fleurons et feuilles asymétriques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 78. — Fleurons et feuilles asymétriques de Mardin, Donaïsir, Mayyafariqin et Diyarbekir.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 79. — Samarrâ : décor « à défoncement linéaire ».
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 80. — Mossoul : ornements sculptés à la grande-mosquée (en haut) et à Penjāh ‛Ali (en bas).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3809/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search