Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison III

Le tombeau de Miṯqâl

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DN. VI. d (où la rubrique n'est pas entièrement correcte). Monuments : n° 92.

2Sur le penchant du Qâsiyoûn, immédiatement au Nord du Nahr Yazîd, qui longe la façade Sud de la construction, et à l'Est de la Tourba Khâtoûhiya (les façades des deux édifices ne sont séparées que par la rue). L'édifice est abandonné, et déjà fort délabré.

Fig. 64. — Tombeau de Miṯqâl : plan.

Fig. 65. — Tombeau de Miṯqâl: coupe.

3Le plan. — Le plan (fig. 64) est de la plus grande simplicité : une salle carrée, dont la tombe occupe le centre, et dont chaque ; paroi est percée d'une baie axiale : porte sur la face Nord, fenêtres sur les autres faces (cf. fig. 65).

  • 1 Madr. ‛Aḏrâwiya (v. p. 57).

4Postérieurement à la construction de la salle funéraire, un petit portail a été accolé à l'extrémité Nord de sa façade, mais il est impossible qu'il ait donné accès à des annexes de quelque développement : la largeur insignifiante de ses piédroits montre en effet qu'il n'y avait là rien d'autre qu'une porte, et non pas l'amorce d'un corps de bâtiment important. Gomme dans un autre cas1, il faut reconnaître dans ce motif l'entrée monumentale d'une étroite impasse sur laquelle ouvrait la porte de la salle funéraire. Telle est encore aujourd'hui, d'ailleurs, la disposition des lieux.

5L'édifice se réduisait donc à une salle unique, de forme carrée et de petites dimensions (côté intérieur : 4m,75).

  • 2 Supra, p. 29, 82 ; cf. pl. XVII, 4.

6La construction. — Toute la bâtisse est en pierre. Dans les parements extérieurs, dont les assises d'appareil sont réglées sur une hauteur uniforme voisine de 0m,45, seul l'encadrement des baies a été complètement poli : le reste des maçonneries montre ce même procédé mixte de dressage, à la boucharde et au ciseau, qui a été signalé précédemment2. Le parement intérieur et la voûte d'arêtes qui couvre la salle sont simplement faits de moellons.

7On notera le système de décharge des linteaux au moyen d'un joint plus large, qui introduit une solution de continuité dans la maçonnerie (pl. XXI, 1).

Fig. 66. — Tombeau de Miṯqâl : la porte au Nord de la façade.

8L'arc outrepassé du petit portail, extradossé, a été tracé selon un procédé que les cotes relevées permettent de retrouver avec certitude (fig. 66).

9Le décor. — Les façades extérieures sont nues. En dehors de la corniche terminale, on n'y relève point d'autre décor que celui qui charge le linteau des fenêtres Ouest et Sud, portant chacune une inscription qu'enferme une table à queues d'aronde ; celle-ci est pourvue de quatre écoinçons ornementaux, où s'enroulent des entrelacs sommaires de feuillages stylisés (fig. 67, à droite), et cantonnée de quatre rosettes à huit rais gironnants (fig. 67, au milieu) ; une tresse à deux brins (fig. 67, à gauche) encadre le tout. Extrêmement simple dans son principe, ce décor n'en produit pas moins un effet très riche, du fait que, vigoureusement sculpté, il s'enlève au centre d'une façade rigoureusement lisse (pl. XXI, 1). Au-dessus, les deux blocs de pierre qui surmontent la fenêtre portent un décor géométrique légèrement gravé au trait qui simule un appareillage à encastrement.

10Originellement l'ensemble était sans doute complété, selon l'usage, par un couronnement de merlons ornementaux. Ils n'ont laissé aucune trace : présentaient-ils la forme simple que j'ai figurée à titre d'indication (fig. 65), ou bien le profil plus compliqué que d'autres monuments nous font connaître ?

  • 3 Il se ramène exactement, aux dimensions et à l'ornementation près, au type du cénotaphe de Bahrâm- (...)

11L'intérieur de la salle a perdu le revêtement de plâtre qui dissimulait, à n'en pas douter, ses maçonneries de moellons et qui pouvait avoir reçu une ornementation sculptée ou peinte. Rien n'y attire plus l'attention que le cénotaphe de pierre de taille posé au-dessus de la tombe : sa forme3, sa masse, les galons chargés d'un gracieux rinceau de feuillage (fig. 68) qui s'y enroulent suivant une trame géométrique autour de fleurons sculptés (fig. 68), enfin — et surtout — la belle inscription qui occupe ses deux extrémités (pl. XXI, 2) lui donnent une valeur décorative incontestable.

Fig. 67. — Tombeau de Miṯqâl : détails de la fenêtre Ouest.

  • 4 Répertoire, nos 3907-8.
  • 5 Ibid., nos 3910 et 3909. Ce dernier est à compléter ainsi : « Dieu ait pitié de quiconque implorer (...)

12Identification et date. — Le monument est identifié et daté par trois textes épigraphiques : deux, d'une teneur identique, sur les linteaux des fenêtres Ouest et Sud4, le troisième constituant l'épitaphe5. Ils indiquent que c'est là le tombeau de Sâbiq ad-Din Miṯqâl, djamdâr de Saladin, et qu'il fut construit en Rabi II 621 = mai 1224.

13Caractères et particularités. — Cette modeste construction n'est point de celles qui appellent un long commentaire.

Fig. 68. — Tombeau de Miṯqâl : détails du tombeau.

Fig. 69. — Tombeau de Miṯqâl: gouttière de la façade Sud.

  • 6 Cf. Répertoire, nos 3893, 3895, 3916.

14Elle est cependant intéressante en tant qu'elle relève d'un type peu usuel de tombeau, dans lequel la salle funéraire, au lieu d'être coiffée d'une coupole, est simplement couverte par une voûte d'arêtes, qui ramène à un cube la silhouette de l'édifice. La pauvreté d'un tel extérieur est certainement la cause pour laquelle cette formule (qui reparaît, à Damas même, à la madr. Châmiya hors-les-murs et à la madr. Ṣâḥibiya) ne fut appliquée qu'occasionnellement, en un temps où l'on cherchait par tant de moyens à attirer l'attention sur la tombe, pour multiplier les occasions d'intervention pieuse en faveur du défunt. Les mobiles psychologiques auxquels répondait la construction de l'édifice n'en sont pas moins accusés, et d'une manière plus énergique qu'à l'ordinaire, par l'inscription du cénotaphe, où l'on trouve — comme un écho de la plus ancienne épigraphie sémitique — une série de malédictions contre ceux qui ne respecteraient pas la sépulture. En même temps, le rappel du rôle joué par le défunt dans certaines rencontres importantes avec les Croisés et les invocations en faveur de Saladin, « qui a conquis Jérusalem »6, sont de nouveaux témoignages de Fardent esprit de guerre sainte qui anime la Syrie de l'époque ayyoubide.

  • 7 Cf. à Alep : madr ; Ẓâhiriya hors les-murs, madr. Kamâliya-‘Adîmiya, mosquée de la Citadelle, etc.

15Pour le reste, construction et décor sont parfaitement caractéristiques de l'architecture de Damas au début de notre xiiie siècle : on en retiendra spécialement le soin apporté à la taille et à l'appareillage de la pierre (celui-ci effectué sur une seule hauteur d'assises, et non plus en blocs de deux dimensions comme dans l'usage du xiie siècle), et la sobriété voulue de l'ornementation. C'est à peine si l'on peut signaler comme une influence possible de l'école architecturale d'Alep le décor gravé de la façade : ce mode d'ornementation est en effet particulièrement fréquent dans les monuments de la Syrie Nord7.

Notes

1 Madr. ‛Aḏrâwiya (v. p. 57).

2 Supra, p. 29, 82 ; cf. pl. XVII, 4.

3 Il se ramène exactement, aux dimensions et à l'ornementation près, au type du cénotaphe de Bahrâm-Châh, qui a été décrit ci-dessus (p. 38) : je ne crois donc pas nécessaire d'en reproduire le détail.

4 Répertoire, nos 3907-8.

5 Ibid., nos 3910 et 3909. Ce dernier est à compléter ainsi : « Dieu ait pitié de quiconque implorera sa miséricorde en faveur d'al-Malik an-Nâ[ṣir], le conquérant de Jérusalem. J'étais à son service et dans son armée à Tell-Hattîn, et aux prises d'Acre, d'Ascalon, de Jérusalem, de Tibnin, de Safad, de Jablé, de Lattakieh, de Bourzaih, de Choghr et Bakâs, de Saône, de Barbsâk et de Baghrâs ».

6 Cf. Répertoire, nos 3893, 3895, 3916.

7 Cf. à Alep : madr ; Ẓâhiriya hors les-murs, madr. Kamâliya-‘Adîmiya, mosquée de la Citadelle, etc.

Table des illustrations

Légende Fig. 64. — Tombeau de Miṯqâl : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 65. — Tombeau de Miṯqâl: coupe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 66. — Tombeau de Miṯqâl : la porte au Nord de la façade.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 67. — Tombeau de Miṯqâl : détails de la fenêtre Ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 68. — Tombeau de Miṯqâl : détails du tombeau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende Fig. 69. — Tombeau de Miṯqâl: gouttière de la façade Sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3808/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search