Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison II

Trois bains ayyoubides de Damas

Michel Écochard

Texte intégral

I. BAIN DE SITTI ‛AḎRÂ

  • 1 Les relevés des bains de Sitti ‛Aḏrâ et du soûq el Bzoûriyé ont été effectués avec M. Claude Le (...)

1En 1929, lorsque nous fîmes1 les relevés de ce bâtiment, seule existait la partie intérieure d'un bain ; les annexes, telles que : salle de déshabillage, chaudière, cendrier et services, avaient disparu.

2Le plan (fig. 48). — A première vue ce bain comporte les pièces caractéristiques des bains de Damas, savoir : couloir d'accès en A, latrines en B, salle froide en C, salle tiède en D, salle chaude en E. Les fondations marquaient encore l'emplacement des chaudières en F, et derrière cette salle venaient certainement se placer les divers services d'alimentation du feu, en G.

3Quant à la salle de déshabillage, son emplacement originel est fixé par des restes de maçonnerie encore en place et par la comparaison avec le type normal.

4Incrusté dans les habitations, comme la plupart des bains, celui de Sitti ‛Aḏrâ n'aurait pu présenter en façade que les faces Nord et Est de la salle de déshabillage, les faces Ouest et Sud étant accolées aux services du feu et à l'entrée du bain intérieur.

  • 2 Il fut démoli en 1936.

5Tel qu'il se présentait à nous2, ce bâtiment n'avait subi, depuis sa construction, que peu de transformations : il se pourrait en effet que la salle E1, ait été primitivement rattachée soit à la salle C, soit au passage A, en qualité de salle d'épilage, mais aucune preuve positive ne nous permet de conclure. Par contre, d'autres transformations ne laissent subsister aucun doute : les murs 7 et 2 montrent, par les solutions de continuité visibles sur les maçonneries adjacentes, qu'ils sont des additions postérieures ; la niche 3, que l'on retrouve d'ailleurs aux trois autres extrémités de la pièce, a été défoncée pour créer un passage allant de la pièce D1 vers E. Après obturation de la porte 7, un passage fut créé entre D et D4 par l'abattement du mur. Ces constatations permettent de restituer un état plus ancien du bain (fig 49).

Fig. 50. — Bain de SittiAḏrâ : coupe suivant LM.

Fig. 51. — Bain de SittiAḏrâ : coupe suivant HI.

Fig. 52. — Bain de SittiAḏrâ : coupe suivant JK.

Fig. 53. — Bain de SittiAḏrâ : coupe suivant NO.

6Les pièces de ce bain sont disposées suivant trois axes faisant entre eux 90° (fig. 54 à gauche) :

  1. De la salle de déshabillage à la salle froide C ;
  2. De la salle froide C à la salle tiède D ;
  3. De la salle tiède D à la salle chaude E et au service du feu.
  • 3 Les plans de ces bains seront publiés dans une étude de MM. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de (...)

7Ces nombreux changements d'axe de circulation, peu conformes à l'utilisation pratique d'un bain et dûs probablement aux difficultés du terrain, rendent ce plan un peu confus. Nous connaissons toute une série de plans postérieurs à celui-ci et comportant les mêmes dispositions. Ils dérivent d'un plan type dont les pièces s'échelonnent le long d'un seul axe. Nous pouvons facilement en rétablir le schéma (fig. 54, à droite) en nous basant sur les bains tels que ceux d'el-Qaimariyé, es-Souroûdjié, etc.3, dont les plans s'apparentent nettement à celui de Sitti ‛Aḏrâ.

Fig. 54. — A gauche : circulation du bain de Sitti ‛Aḏrâ. A droite : circulation du bain-type dont dérive le bain de Sitti ‛Aḏrâ.

  • 4 Maqṣoûra (dans un hammam) : petite pièce qui ne tire sa raison d'être que de sa dépendance avec un (...)

8C'est seulement en regardant ce schéma de plan, où la circulation se fait le long d'un seul axe, que l'on peut comprendre l'utilisation des salles D2 et D3 de Sitti ‛Aḏrâ. Elles seraient en effet, d'après le plan type, des maqṣoûras4 identiques aux maqṣoûras D1 et D4 et dépendantes de la salle D, mais qui, dans la destination actuelle du bain (fig. 54, à gauche) ont perdu leur raison d'être puisque D1 n'est plus qu'un passage faisant communiquer la salle froide C avec la salle tiède D.

9La construction. — Les murs, d'épaisseur variable, allant de 80 centimètres -à lm30, sont faits de briques posées à plat ou parfois verticalement, de moellons au centre des maçonneries trop épaisses, et de petites dalles de calcaire tendre posées à plat et en saillie sur le nu du mur, afin de former des bandeaux en relief soulignant le départ des voûtes.

10Ces voûtes, d'une épaisseur de 20 centimètres environ, sont construites en briques appareillées ; à l'intérieur de ces voûtes et dans le sens des rayons sont noyés des éléments cylindriques en poterie qui traversent les voûtes de part en part et reçoivent, à la partie où ils affleurent l'extrados des voûtes, des ampoules de verre soufflé permettant au jour de pénétrer à l'intérieur des salles.

  • 5 Si la salle couverte par cette voûte est, sans contredit, de la même époque que l'ensemble, il est (...)

11Toutes les salles sont couvertes soit par des coupoles hémisphériques, soit par des voûtes en plein cintre, exception faite pour la salle froide dont la voûte présente, en section verticale, une demi-ellipse très aplatie et outrepassée à sa base5.

  • 6 La continuité dans les méthodes de construction ne nous permettra jamais de tirer argument de la c (...)

12Les briques entrant dans la construction du bain sont de gabarits très divers (20 x 12,5 x 4,5 ; 17,5 x 12,5 x 4 ; 22 x 13 x 4 ; 24 x 17,5 x 5), et pourtant elles ne peuvent être que de l'époque de la construction du bain puisqu'elles furent trouvées à l'intérieur des maçonneries6.

13Le décor. — Comme dans tous les autres bains de Damas, les éléments décoratifs sont rares et le caractère monumental de l'édifice dérive uniquement des divers systèmes de rachat pour la pose des coupoles. Ces systèmes sont assez variés ; nous allons simplement les énumérer en renvoyant au plan des voûtes (fig. 49) et aux coupes (fig. 50 à 53).

14Salle froide C : berceau terminé par deux demi-coupoles et porté aux quatre angles par des glacis sur lesquels sont gravées de larges alvéoles sans fonction constructive.

  • 7 Voir plus loin, page 103, et fig. 58 en A1.
  • 8 J. Sauvaget : Un bain damasquin du xiiie siècle, dans Syria, 1930, p. 377, et ci-dessous p. 106 su (...)

15Salle tiède D : coupole portée aux quatre angles du carré par des niches. La complication des formes de ces niches (pl. XX, 2) ne répond pas uniquement à un but décoratif et nous pourrons en avoir l'explication en les opposant à un autre système de rachat employé dans les bains du soûq el-Bzoûriyé7 et d'Osâma (fig. 55 et pl. XIV, 2)8.

16Si nous considérons les plans de ces deux systèmes de rachat (fig. 55), nous les trouverons à peu près semblables, et tous deux donnant passage du carré au dodécagone ; au contraire, les élévations sont très différentes au premier abord. Le passage du carré au dodécagone s'effectue dans le système qui nous intéresse (fig. 55, à droite) par l'intermédiaire d'une seule zone polygonale ; dans le second (fig. 55, à gauche) par une zone polygonale sous laquelle est placée une alvéole d'angle. Les deux systèmes ayant la même projection horizontale, sans avoir la même élévation, il semble bien que le système le plus court en élévation (une seule zone polygonale) a été obtenu par compression (fig. 55, à droite) d'éléments qui restent différenciés dans les deux zones du système le plus long (zone polygonale et alvéole).

Fig. 55. — A gauche : Bain d'Osâma, système de rachat à deux niveaux. A droite : Bain de SittiA, système de rachat à un seul niveau.

17Après cette constatation, il ne semble pas osé de dire que le système employé dans le bain de Sitti ‘Adrâ (fig. 55, à droite) dérive de celui employé dans les bains du soûq el-Bzoûriyé et d'Osâma (fig. 55, à gauche).

18Salle D2 : niches d'angle en forme de conque, de plan semi-circulaire, d'un dessin très large et d'un grand effet décoratif (fig. 50, pl. XX, 1). Dans le tambour octogonal, quatre de ces niches sont disposées suivant les diagonales du carré et répondent à leur but constructif. Les quatre autres, sur les quatre faces de la salle, ne sont qu'un creux dans le mur en imitation de niches, et n'ont qu'un rôle décoratif.

19Salles D3, D4 et E1 : même système, mais sans conque dans les niches.

20Salles D1 et D6 : encorbellements formés par des pierres posées horizontalement à 45° sur les angles des pièces et supportant directement la voûte.

21Salle E : aux quatre angles, encorbellements en forme de glacis soutenant une bande d'alvéoles très peu profondes, faisant le tour de la salle et continuant la coupole à la manière d'un feston, sans interposition de moulure (fig. 51 et 52, à droite).

  • 9 J'ai compté par endroits sept couches qui donnaient une épaisseur totale de 6 cm.

22Étant donné les nombreuses couches de plâtre9 qui sont venues successivement altérer les profils des moulures, il est impossible d'étudier ces dernières.

23Le seul décor visible est un dessin d'épis de maïs gravé et très stylisé (pl. XX, 1). Il est impossible d'assigner une date à cet élément décoratif.

24Dans les salles C et D (fig. 49) les seules dont les coupoles soient en place, on a tiré un parti décoratif de l'emploi des culs de bouteille.

25A signaler encore dans la salle E, une niche de plan rectangulaire couverte par une sorte de conque (fig. 51).

26La décoration du sol n'a pu être étudiée car le dallage du bain avait complètement disparu.

  • 10 Supra, p. 60.

27Identification et date. — La proximité de la madrasa de ‛Aḏrâ Khatoun10 et le nom que ce bain a conservé encore de nos jours (Sitti ‛Aḏrâ) semblent devoir en faire attribuer la construction à cette princesse. Sans que les éléments de construction et le décor puissent nous fixer exactement, ils ne viennent pas à rencontre de cette identification.

  • 11 J. Sauvaget : op. cit., page 374.
  • 12 Cf. supra, page 39.
  • 13 Cf. supra, page 43.

28En effet, le passage du carré au cercle par l'intermédiaire d'une zone dodécagonale est employé dans le bain d'Osâma11. On retrouve les niches en forme de conque dans cet édifice, ainsi d'ailleurs que dans plusieurs monuments damasquins d'époque ayyoubide : mausolée anonyme du Dahdâh (592/1196), ‘Azîziya (608/1211/12), mausolée d'Ibn Salâma (624/ 1227), Maridâniya (628/1230-31), tombeau de Bahrâm-Châh (1229-30)12 et madrasa Djahârkasiya (608/1211)13.

29Nous pouvons donc attribuer au bain de Sitti ‛Aḏrâ la date limite de 593/1196, année de la mort de ‛Aḏrâ Khatoun.

II. BAIN DU SOÛQ EL-BZOÛRIYÉ

30Ce bain encore en fonctionnement est dans un état de conservation remarquable. Les quelques transformations qu'il a subies au cours des siècles n'ont pas altéré suffisamment son fonctionnement primitif pour que l'usager actuel du bain l'utilise différemment que ses premiers clients.

31Il se trouve au Sud de la Grande-Mosquée, et ouvre dans le soûq des Grainetiers (soûq el-Bzoûriyé) dont il tire son nom actuel.

32Le plan (fig. 56). — Il comporte les mêmes éléments constitutifs que le bain de Sitti ‛Aḏrâ, plus une salle de déshabillage. Tous ces éléments fonctionnent parfaitement ; toutefois, dans le cadre des monuments ayyoubides, qui est celui de notre étude, nous ne nous intéresserons qu'à la partie du bain représentée par le schéma ci-dessous (fig. 57).

33Nous ne pouvons tenir compte de la salle de déshabillage qui ne présente aucun caractère d'ancienneté : en effet, les disproportions entre les rapports de profondeur des iwans, la petitesse des claveaux de leurs arcs de tête, et surtout les pendentifs soutenant la coupole par l'intermédiaire d'un tambour très haut et percé de fenêtres, sont autant de caractéristiques de l'époque ottomane. Quant aux latrines, l'étude de leurs voûtes nous conduit à les attribuer à la même période.

Fig. 56. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan (état actuel).

34La maqṣoûra, rattachée à la salle chaude, côté des chaudières, semble être ancienne ; nous la considérerons comme faisant partie du plan primitif, sans toutefois l'affirmer.

35Si maintenant on examine le plan des voûtes (fig. 58), on se rendra compte que ces voûtes imposent, sans discussion possible, la restitution d'un mur en 7 et 2 et la suppression de ceux qui existent actuellement en 3 et 4.

36On restituera de même le mur 5 quand on aura constaté que les déformations des niches d'angle 6 et 7 de la salle a et 8 et 9 de la salle A, ont été causées par l'ouverture d'une arcade ayant ses piédroits en 10 et 77 ; la coupe (fig. 60, à gauche) montre en effet comment les tambours, supportant les coupoles des salles A et a, ont été coupés par l'ouverture de cette arcade.

Fig. 57. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan restitué.

37Ainsi restitué, le plan se présente comme une composition groupée autour d'un octogone formant centre, l'octogone étant la salle tiède B (fig. 57) et faisant communiquer la salle froide A avec la salle chaude C. Ce caractère central du plan est encore affirmé par quatre niches disposées sur les diagonales de cette salle tiède et ouvertes jusqu'au niveau du sol. Dans les quatre autres côtés de cette salle centrale sont percées, sur l'axe Est-Ouest, les communications vers la salle froide et la salle chaude. Sur l'axe Nord-Sud, deux grandes ouvertures donnant sur deux salles latérales viennent, à la manière d'exèdres, amplifier l'impression monumentale du plan de cette salle.

38La salle chaude C est un simple rectangle posé transversalement sur l'axe du bain. La salle froide (A, A1) est formée d'une partie carrée (A) donnant de plain-pied dans la salle tiède et d'une partie surélevée (A1) appelée maṣṭaba. Cette maṣṭaba devait contenir primitivement la cuve d'eau froide située actuellement en d dans la salle a.

Fig. 58. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan des voûtes.

39Cette salle a, isolée de la salle froide par la restitution du mur 5, devait alors servir soit de salle d'épilage, soit de latrines.

40La construction. — Les méthodes de construction des bains, ainsi que les matériaux employés, ayant toujours été les mêmes, nous renvoyons, pour ce paragraphe, à la notice précédente.

41Nous signalerons cependant une particularité dans la construction des coupoles de la salle froide A1 et de la salle tiède B : des procédés de construction identiques à ceux des autres coupoles y sont employés et leur forme est seulement dictée par une volonté décorative.

  • 14 Sur les niches du tambour de la salle tiède, existent des décors récents qui seront étudiés dans l (...)

42Le décor. — Au cours de son long fonctionnement, le ḥammâm el-Bzoûriyé a reçu des couches successives d'enduits, aussi ne devons-nous tenir aucun compte des décors rapportés sur ces stucs14. Seules, les formes architecturales des niches, alvéoles ou trompes, qui, tout en s'avachissant sous ces revêtements successifs, gardent en général leur aspect primitif, doivent retenir notre attention. Comme pour le bain précédent, nous allons énumérer ces divers systèmes (fig. 58).

43Salle a : niches d'angles de plan semi-circulaire, voûtées en quart de sphère, dans un tambour octogonal. Les quatre niches disposées sur les deux diagonales de la salle sont en encorbellement, les quatre autres sont creusées dans les quatre faces des murs.

44Salle A : même type de niches, déformées par des altérations postérieures.

  • 15 C'est ce système qui, en évoluant, donnera les niches du bain de Sitti ‛Aḏrâ, salle D (cf. supra, (...)

45Salle A1 : coupole à côtes sur zone dodécagonale alvéolée, amortie par quatre grandes alvéoles d'angles ménagées dans un encorbellement en saillie15.

46Salle B : la salle étant de plan octogonal, le passage au cercle, se trouvant à la base de la coupole à côtes, s'effectue par un seul tambour à seize côtés, décoré de défoncements de faible profondeur.

47Salles B1 et B2 : ces salles, de plan rectangulaire, sont couvertes chacune par deux coupoles reposant sur des encorbellements horizontaux. Ces encorbellements sont soutenus, dans la partie médiane de la salle, par un arc transversal.

48Salle C : berceau terminé par deux demi-coupoles et porté aux quatre angles par des encorbellements en forme de glacis. Entre ces encorbellements et la voûte, file, tout autour de la pièce, une moulure en boudin.

  • 16 IbnAsâkir, I., p. 250.

49Identification et date. — Ibn ‘Asâkir cite « le bain de Noûr ad-Dîn, dans le souk au Blé qui est le souk des Grainetiers (Soûq el-Bzoûriyé) 16. Il semble donc que l'on puisse identifier le bain que j'ai décrit avec celui de Noûr ad-Dîn.

  • 17 Répertoire, n° 3293.

50Une confirmation de cette identification est donnée par l'inscription de la madrasa Noûriya, construite par Noûr ad-Dîn, en 567/1172, qui établit que ce souverain avait constitué wakf en faveur de sa fondation « la totalité du bain nouvellement construit dans le soûq au Blé »17.

Fig. 59. — Bain du Soûq. el-Bzoûriyé : coupe suivant AB.

51De plus, aucun élément constituant l'ensemble étudié n'infirme cette conclusion ; au contraire, même à défaut des textes cités plus haut, on devrait reconnaître dans ce bain un monument d'époque ayyoubide. En voici les preuves :

  • 18 J. Sauvaget, op. cit., p. 377, 380, 373.

52Les coupoles à côtes (salles A1 et B) de notre bain sont d'un emploi courant à l'époque ayyoubide et disparaissent dans les premières années du xiie siècle18.

Fig. 60. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : coupe suivant AB (détail des salles A, B, C).

  • 19 Voir plus loin, p. 106 suiv. et fig. 62.

53Son plan est presque identique à celui du bain d'Osâma (601/1204-5)19, et cette ressemblance est encore accusée par le dessin de leurs voûtes respectives, coupoles à côtes et, dans la salle A1 du bain d'el-Bzoûriyé (fig. 58) et la salle 3 du bain d'Osâma (fig. 62), même système de rachat du plan carré au plan dodécagonal.

  • 20 M. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de Damas ; à paraître.

54Le principe d'évolution des bains, que nous étudierons par ailleurs20, nous permet, dès maintenant, d'affirmer que ce bain est un des plus anciens de Damas.

55Nous pouvons donc affirmer que ce bain n'a pu être construit qu'entre les années 1154 et 1172, qui marquent l'arrivée de Noûr ad-Dîn à Damas, et l'achèvement de la madrasa Noûriya.

III. RESTITUTION DU PLAN DU BAIN D'OSĀMA

  • 21 J. Sauvaget, op. cit., p. 372.

56Ce bain a déjà fait l'objet d'une étude dans laquelle sa date a été élucidée21. La comparaison avec les deux bains précédemment décrits nous permet d'apporter un certain nombre de précisions sur sa disposition originelle.

57Le plan donné dans cette étude est le plan actuel du bain (fig. 61), après de sérieuses modifications du plan primitif au bénéfice de la maison contiguë.

58Dans l'exposé qui va suivre, nous laisserons donc de côté la salle de déshabillage (en 8), dont l'origine récente est indiscutable, le service du feu (en 7), dont la date ne peut être précisée, et les isoloirs des latrines (en a) créés aux dépens de la quatrième niche de la salle octogonale.

Fig. 61. — Bain d'Osâma : plan actuel.

  • 22 ḥ. es-Souroûdji, ḥ. el-Djôzé.

59Pour le fonctionnement, nous savons par les deux plans étudiés plus haut, et par beaucoup d'autres bains de la même époque22, qu'outre la salle de déshabillage, les latrines et les organes producteurs de vapeur, les bains comportent trois parties principales : la salle froide, la salle tiède.et la salle chaude ou étuve : dans son fonctionnement actuel, le bain d'Osâma possède la salle tiède (en 2, fig. 61), avec des dépendances en / et 3, et l'étuve en 5 avec deux dépendances en 4 et 6. Il manque une salle froide.

60Si maintenant nous comparons ce plan avec celui du bain du soûq el-Bzoûriyé (fig. 57), nous sommes frappés par toutes les similitudes aussi bien dans les proportions des pièces que dans les détails de construction.

61Les deux salles tièdes, octogonales et de mêmes dimensions (côté de lm,70), sont couvertes chacune par une coupole à seize côtés supportée, dans chacun des cas, par un tambour à seize côtés. Les niches percées dans ces tambours sont semblables, et semblablement disposées. Les proportions en coupe des deux salles sont les mêmes, et les quatre grandes niches ouvertes jusqu'au sol sont construites dans les deux bains avec un double défoncement.

  • 23 Cf. supra, page 97.

62Si l'on compare ensuite l'étuve du bain d'Osâma (en 5 et 6) avec la salle froide du bain du soûq el-Bzoûriyé (salles A et A1), les ressemblances sont encore plus frappantes, car elles portent non seulement sur chaque pièce, mais sur leur juxtaposition et leurs proportions relatives. La salle 5 du bain d'Osâma possède exactement les mêmes voûtes que la salle A du bain d'el-Bzoûriyé ; la salle 6 a exactement la même coupole à douze côtés que la salle A1 ; une petite différence existe pourtant dans le système employé pour racheter dans ces deux salles le passage du carré au dodécagone : au bain du soûq el-Bzoûriyé, le système comporte une alvéole sous le tambour, tandis qu'au bain d'Osâma, le système ne comporte qu'un tambour23.

63Comme nous l'avons vu plus haut, ces systèmes dérivés l'un de l'autre peuvent être considérés comme semblables, et, puisqu'ils résolvent de manière identique le même problème, le second, plus récent, marque seulement une évolution de technique.

64Remarquons enfin que la salle 4 du bain d'Osâma possède, comme la salle a du bain du soûq el-Bzoûriyé, une coupole lisse portée par des niches d'angle de plan circulaire, et qu'elle est séparée par un mur de la salle 5 comme l'est la salle a de la salle A.

65Sans pousser plus loin nos comparaisons, nous pouvons, sans risque d'erreur, affirmer que le plan du bain d'Osâma n'a pas été inspiré par celui du soûq el-Bzoûriyé, mais sûrement copié sur ce dernier depuis les dimensions jusqu'aux détails d'élévation.

66Ce point acquis, une question se pose : pourquoi au bain d'Osâma, l'étuve et ses dépendances (5 et 4-6) ressemblent-elles tant aux salles A et A1-a — salle froide et dépendances — du bain du soûq el-Bzoûriyé ? La seule réponse possible est que toutes deux doivent être soit des étuves, soit des salles froides. Puisque la question d'une étuve à cet emplacement ne peut se poser pour le bain du soûq el-Bzoûriyé, qui est complet dans son plan et dans son fonctionnement, nous devons admettre que les salles 5 et 6 du bain d'Osâma sont à l'emplacement de la salle froide primitive, et la salle 4 à l'emplacement de la salle d'épilage ou des latrines.

67Le plan ainsi reconstitué, il nous suffit d'ajouter une étuve à l'Ouest de la salle tiède 2 en 9 (fig. 62) pour obtenir un plan complet et qui fonctionne normalement. Cette étuve restituée comble la solution de continuité qui existait entre la madrasa et le bain, et permet de penser que l'on se trouve en présence du bain privé de la maison du fondateur, transformée plus tard en madrasa.

Fig. 62. — Bain d'Osâma : plan restitué.

68L'entrée du bain ne pouvait alors se trouver que dans la salle 4 en b.

IV. CARACTÈRES ET PARTICULARITÉS DES TROIS BAINS

69Ayant étudié par ailleurs les autres bains de Damas, nous avons pu nous rendre compte, d'une manière plus exacte, de l'intérêt archéologique des trois bains que nous venons de décrire.

  • 24 Ces trois bains sont les plus anciens de la ville, exception faite pour le bain de la Citadelle (X (...)
  • 25 Princeton Exp., II, A, fig. 7.
  • 26 The Excavations at Dura-Europos. Preliminary Report, VIth Season (New Haven, 1936), p. 84-105.
  • 27 On trouvera de nombreux plans de ces bains dans : S. Gsell, Les Monuments antiques de l'Algérie, e (...)

70Le bain de Sitti ‛Aḏrâ, d'une part, ceux du soûq el-Bzoûriyé et d'Osâma, d'autre part24, se présentent à nous comme deux types de réalisation d'un même programme architectural. Ce programme ne nous semble pas d'origine médiévale. C'est le programme du bain provincial romain adapté à l'Orient, tel qu'on en voit un exemple dans les thermes de Chahba25 et ceux de Doura26. Comparés aux grands thermes impériaux27, les bains d'Orient sont de proportions modestes, la plupart, même, ayant perdu les piscines et palestres, ne comportent plus avec leurs services qu'une salle froide, une salle tiède et une étuve. C'est là le programme exact de nos bains damasquins, programme qui ne variera plus jusqu'au xviiie siècle.

71Dans cette évolution, que je crois continue, les deux types de bains énoncés plus haut tiennent une place centrale. Si nous comparons leurs plans, nous voyons que ces deux types ont un programme identique, que les rapports de proportion entre les salles sont les mêmes, mais que l'expression de chaque plan est différente.

72Au bain d'Osâma et au bain du soûq el-Bzoûriyé, on se trouve en présence d'une composition centrale où toutes les pièces viennent épauler la salle octogonale tiède. Au bain de Sitti ‛Aḏrâ, ou du moins dans le plan type que nous en avons dégagé, c'est une composition en longueur qui se présente à nos yeux avec une série de pièces carrées ou rectangulaires qui se suivent, groupées sur un seul axe.

73Ces différences de composition auraient pu être attribuées aux constructeurs qui, partant d'un même principe, auraient chacun traité leur bâtiment suivant leur fantaisie. Il n'en est rien, et la comparaison avec les autres plans de la même époque montre que l'on se trouve devant deux types de bains nettement différenciés dans leur composition et d'une forme rigidement fixée, où la liberté personnelle de l'architecte est liée à des formules reçues et ne peut évoluer que dans un cadre restreint.

74La présence simultanée, à la même époque, de deux formules de plan pour un même programme peut paraître surprenante, aussi avons-nous tenté de rechercher quelles influences premières ont été assez fortes pour permettre à deux types de plans de bains construits dans la même ville, et souvent à côté l'un de l'autre, de conserver leurs caractères distinctifs pendant plusieurs siècles.

75Si nous pouvons suivre d'une manière ininterrompue l'évolution des bains à Damas, du xiie au xviiiie siècle, il existe un grand trou dans nos connaissances entre le viie siècle, période omeyyade, et le xiie. Nous n'avons donc pas encore la possibilité de définir aussi exactement que nous le voudrions les phases de cette évolution. Nous allons tout de même donner les conclusions générales qui nous sont suggérées par la comparaison avec les thermes antiques, quittes à modifier quelque peu ces conclusions dans la suite de nos études.

76Reprenons le plan du bain du soûq el-Bzoûriyé et comparons-le avec un plan byzantin (fig. 63). Nous y voyons, sinon une similitude de programme, du moins une ressemblance frappante dans les éléments de composition.

  • 28 Cette constatation est d'ailleurs renforcée par l'évasement en plan de la baie faisant communiquer (...)

77-Dans les deux plans nous trouvons comme élément principal : une salle octogonale, épaulée, dans le bain byzantin, par quatre petites salles carrées, et, au bain du soûq el-Bzoûriyé, par deux salles rectangulaires. Cette petite différence s'élimine même, si l'on constate que chacune des salles rectangulaires du bain du soûq el-Bzoûriyé correspond exactement à deux salles carrées du bain byzantin dont on aurait supprimé la cloison28.

78Dans le bain du soûq el-Bzoûriyé, dans celui d'Osâma, et divers autres bains de Damas, cet élément — octogone et dépendances — est le centre de toute la composition, tandis que dans les bains byzantins, il n'est souvent qu'un des éléments de composition, puisqu'on trouve quelquefois plusieurs octogones dans le même bain.

Fig. 63. Un élément d'un bain d'Antioche.

79La survivance, dans les bâtiments arabes du xiie siècle, d'éléments d'architecture byzantine plutôt que des principes mêmes de sa composition, nous montre, non la continuation d'une architecture antérieure, mais l'emprunt d'éléments qui subsisteront très longtemps, du fait même de leur isolement dans une architecture différente.

80C'est un fait psychologique notable que, tant que la raison d'une forme de construction n'est pas expliquée et comprise, elle ne peut être changée, car il n'existe pas alors de raison valable à ce changement.

  • 29 K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture. Oxford, 1932, p. 253 et suiv.

81Pour le type du bain de Sitti ‛Aḏrâ les influences semblent tout autres et nous ne pouvons nous permettre de rapprochement qu'avec les plans de bains omeyyades, à la différence toutefois que les bains omeyyades, que nous connaissons, sont construits en moellons de pierre29.

82Pour résumer : en esquissant très largement la question, nous dirons qu'au xiie siècle il existait à Damas deux types de bains : le type de celui du souk el-Bzoûriyé, à plan centré, et le type de celui de Sitti ‛Aḏrâ, construit le long d'un axe. Le premier dériverait d'influences byzantines, ou plus exactement d'une architecture ayant ses sources profondes et les plus anciennes dans les pays d'Orient, avec transposition de l'architecture de pierre à l'architecture de brique. Le second dériverait d'influences omeyyades sur un programme plus directement venu de Rome et adapté à la construction en briques influencée par l'Irak.

83Ces trois bains, construits en briques et très influencés dans leur construction par les méthodes mésopotamiennes (conques et coupoles à côtes), peuvent, en raison de l'identité de leurs matériaux, s'étudier ensemble du point de vue de la technique de la construction.

84Nous constatons en effet au bain du soûq el-Bzoûriyé, qui a été le premier construit, l'emploi des systèmes suivants de rachat des surfaces de plan aux coupoles :

  1. Encorbellement plat,
  2. Encorbellement en forme de glacis,
  3. Niche d'angle à plan circulaire,
  4. Rachat à 2 niveaux du carré au dodécagone,
  5. Tambour à 16 côtés passant de l'octogone, à la coupole.

85Au bain de Sitti ‛Aḏrâ, qui vient ensuite, nous trouvons employés les systèmes 1, 2, 3. Le système 4 se perfectionne en un nouveau procédé (6) de rachat à un niveau du carré au dodécagone, et un nouveau système (7) de conques stylisées est introduit.

86Enfin, le bain d'Osâma, dernier en date, copiera intégralement le plan du bain du soûq el-Bzoûriyé et, bénéficiant des nouveautés de construction de celui de Sitti ‛Aḏrâ, emploiera conjointement les cinq solutions du premier et les deux solutions nouvelles (6) et (7) du second.

87La comparaison des dates-limite de construction de ces bains (1172, 1180, 1200) et le fait que ces monuments, situés à peu de distance les uns des autres, ont dû être construits par les mêmes maçons ou du moins par des maçons de la même corporation, nous permettent de constater dans ces trois bâtiments une évolution régulière et intelligente des techniques d'emploi de la brique, technique venue d'Irak, mais que cette évolution même montre comme très parfaitement assimilée dans le pays.

88Ils doivent aussi retenir l'attention par l'équilibre de leurs plans, la parfaite proportion de leurs volumes et de leurs détails architecturaux.

89Remarquons enfin que ces trois monuments de la fin du xiie siècle, pourtant représentatifs d'une architecture arabe déjà parfaitement définie, gardent très fortement, et avec toute la complexité des apports encore mal définis d'Orient et d'Occident, le souvenir de l'architecture antique.

Notes

1 Les relevés des bains de Sitti ‛Aḏrâ et du soûq el Bzoûriyé ont été effectués avec M. Claude Le Cœur, architecte D. P. L. G.

2 Il fut démoli en 1936.

3 Les plans de ces bains seront publiés dans une étude de MM. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de Damas.

4 Maqṣoûra (dans un hammam) : petite pièce qui ne tire sa raison d'être que de sa dépendance avec une grande salle sur laquelle elle ouvre.

5 Si la salle couverte par cette voûte est, sans contredit, de la même époque que l'ensemble, il est possible que sa couverture ait été refaite.

6 La continuité dans les méthodes de construction ne nous permettra jamais de tirer argument de la construction pour dater un bain.

7 Voir plus loin, page 103, et fig. 58 en A1.

8 J. Sauvaget : Un bain damasquin du xiiie siècle, dans Syria, 1930, p. 377, et ci-dessous p. 106 suiv.

9 J'ai compté par endroits sept couches qui donnaient une épaisseur totale de 6 cm.

10 Supra, p. 60.

11 J. Sauvaget : op. cit., page 374.

12 Cf. supra, page 39.

13 Cf. supra, page 43.

14 Sur les niches du tambour de la salle tiède, existent des décors récents qui seront étudiés dans la publication générale des bains de Damas.

15 C'est ce système qui, en évoluant, donnera les niches du bain de Sitti ‛Aḏrâ, salle D (cf. supra, page 97 et pl. XX, 2).

16 IbnAsâkir, I., p. 250.

17 Répertoire, n° 3293.

18 J. Sauvaget, op. cit., p. 377, 380, 373.

19 Voir plus loin, p. 106 suiv. et fig. 62.

20 M. Écochard et Cl. Le Cœur, Les Bains de Damas ; à paraître.

21 J. Sauvaget, op. cit., p. 372.

22 ḥ. es-Souroûdji, ḥ. el-Djôzé.

23 Cf. supra, page 97.

24 Ces trois bains sont les plus anciens de la ville, exception faite pour le bain de la Citadelle (XIe s.) découvert lors de travaux, en 1936, et qui n'a pas encore été fouillé.

25 Princeton Exp., II, A, fig. 7.

26 The Excavations at Dura-Europos. Preliminary Report, VIth Season (New Haven, 1936), p. 84-105.

27 On trouvera de nombreux plans de ces bains dans : S. Gsell, Les Monuments antiques de l'Algérie, et mieux encore dans l'ouvrage de D. Krencker et Kruger ; Die Trierer Kaiserthermen. Augsburg, 1929.

28 Cette constatation est d'ailleurs renforcée par l'évasement en plan de la baie faisant communiquer la salle octogonale du Bain du soûq el-Bzoûriyé avec ses salles annexes (fig. 57).

29 K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture. Oxford, 1932, p. 253 et suiv.

Table des illustrations

Légende Fig. 50. — Bain de Sitti ‛Aḏrâ : coupe suivant LM.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende Fig. 51. — Bain de Sitti ‛Aḏrâ : coupe suivant HI.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 52. — Bain de Sitti ‛Aḏrâ : coupe suivant JK.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 53. — Bain de Sitti ‛Aḏrâ : coupe suivant NO.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Légende Fig. 54. — A gauche : circulation du bain de Sitti ‛Aḏrâ. A droite : circulation du bain-type dont dérive le bain de Sitti ‛Aḏrâ.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 55. — A gauche : Bain d'Osâma, système de rachat à deux niveaux. A droite : Bain de Sitti ‛Aḏrâ, système de rachat à un seul niveau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Fig. 56. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan (état actuel).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 57. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan restitué.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Fig. 58. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : plan des voûtes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Légende Fig. 59. — Bain du Soûq. el-Bzoûriyé : coupe suivant AB.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 60. — Bain du Soûq el-Bzoûriyé : coupe suivant AB (détail des salles A, B, C).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 61. — Bain d'Osâma : plan actuel.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 62. — Bain d'Osâma : plan restitué.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 63. Un élément d'un bain d'Antioche.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3805/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.