Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison II

La madrasa ‛Âdiliya

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : E. 3. 5.

2Monuments : n° 32.

3Cf. Madrasas, p. 6 ; Revue de l'Académie Arabe de Damas, 1921, p. 36-38 ; Bourgoin, Précis de l'art arabe, I, pl. 19.

  • 1 L'Émir Djaffar el-Hasani, conservateur du Musée National, a bien voulu m'accorder, avec la plus am (...)

4Cet édifice, l'un des plus remarquables de Damas à bien des égards, abrite depuis 1919 l'Académie Arabe et le Musée National : leur installation a entraîné des travaux de « restauration » à tout le moins dépourvus de la discrétion requise. Bien entendu, on ne fera pas état ici des modifications introduites à cette occasion dans la disposition primitive des lieux1.

5Le plan. — La surface construite (plus de 1.600 mètres carrés) est notablement supérieure à celle des monuments décrits jusqu'ici. Le plan, de même, est plus complexe (fig. 42).

6Le centre de la composition est occupé par une grande cour carrée (A), jadis pourvue d'un bassin à ablutions. Tout autour se distribuent les locaux suivants :

7B : salle de prière, accessible par 5 baies.

8C : salle funéraire à coupole.

9D : entrée (portail, vestibule, porche intérieur).

10E : grand iwan.

11F : petit iwan.

12G : chambres d'habitation.

Fig. 42. — MadrasaÂdiliya : plan.

  • 2 Madr. Noûriya, Ṣâḥibiya, etc. — Cf., supra, madr. Raiḥâniya (p.. 52 suiv.) et ‘Aḏrâwiya (p. 57 sui (...)
  • 3 La bibliothèque étant située dans une autre partie du bâtiment (cf. ci-dessous, p. 82 et n. 174).

13L'angle Sud-Ouest de la construction (H) a été refait à une date incertaine. Par analogie avec d'autres monuments comparables2 on restituera là une petite pièce communiquant avec la salle de prière et servant vraisemblablement de dépôt pour le matériel en rapport avec le lieu de culte3 : nattes, tapis, balais, lampes et huile, cierges, parfums.

  • 4 Du moins ne relève-t-on sur ses parois ni traces de charpente ni arrachements de voûtes. Cf. en ou (...)

14La disposition et la destination originelles de la salle J sont moins évidentes. Pourvue d'un mihrab et accessible directement de la rue par une porte particulière, cette salle est dépourvue de toute communication avec le reste de la madrasa ; il se peut qu'elle ait été autrefois couverte par une coupole4 qui aurait constitué un pendant au grand dôme de la salle funéraire. — Ni le plan de cette salle, ni l'agencement ordinaire des madrasas ne permettent d'y reconnaître un petit masdjid, qui aurait été ouvert à tout venant (l'oratoire C étant réservé à l'usage exclusif de la madrasa) : l'hypothèse la plus simple, et la plus plausible, est celle qui placerait là un local de réunion pour les soufis, dont l'association avec une madrasa serait toute naturelle. L'agencement de la salle conviendrait bien à une telle restitution, qui demeure toutefois invérifiable dans l'état de la documentation.

  • 5 Ce remaniement peut avoir eu pour but d’effacer les traces de l’incendie allumé par les Mongols (I (...)

15Le plan primitif des locaux occupant les angles Nord-Ouest et Nord-Est (K, L), transformés au xve siècle en deux « qâ‘a » cruciformes5, est de même douteux.

  • 6 Cf. l'association de l'escalier et des latrines à la madr. Ṣâḥibiya de Damas (Monuments, fig. 43), (...)

16Il semble toutefois possible de placer dans l'angle Nord-Est un organe qui, dans un monument de cette importance, est le complément nécessaire du bassin à ablutions, dont l'absence, par conséquent, ne saurait être que fortuite : les latrines. On observera en effet, comme autant d'indices à retenir à l'appui : que les locaux occupant cet angle de la construction sont dépourvus de toute communication directe avec la cour, que leur accès prend son origine dans le vestibule (si bien qu'ils se situent en définitive en dehors de la madrasa proprement dite, qu'ils sont séparés des locaux d'enseignement et d'habitation), enfin que la présence de l'escalier M conduit à leur attribuer un rôle de service6.

  • 7 Plus exactement : de la partie Nord de la face Est, l'autre partie étant occupée par la coupole de (...)
  • 8 ALEP : madr. Kamâliya-‛Adîmiya et Ẓâhiriya hors-les-murs.
  • 9 Pour la restitution du plan on a le choix entre deux dispositions également vraisemblables : — a ( (...)

17La restitution de l'angle Nord-Ouest est commandée par cette observation importante : que l'édifice comportait aussi des pièces à l'étage. Le fait est indiscutable, comme la seule justification possible de la hauteur donnée aux faces Ouest et Est7 de la cour, et de la présence de fenêtres dans la partie supérieure de leurs parois (pl. XIX, 1). Des exemples parallèles8 nous fixent avec certitude sur la destination et l'ordonnance de ces pièces hautes : c'étaient là des chambres d'étudiants, dont le nombre correspondait à celui des fenêtres percées sur la cour, et dont les portes étaient desservies par un couloir9.

18L'élévation de la face Nord de la cour montre que ces chambres étaient séparées en deux groupes distincts par le vide du grand iwan : à l'escalier M, donnant accès au groupe Est, devait donc correspondre un second escalier, donnant accès au groupe Ouest, escalier pour lequel on ne voit pas d'autre emplacement possible que l'angle Nord-Ouest de la construction. La disposition de ce dernier, incertaine dans le détail, se serait ainsi trouvé répondre à celle que l'on observe dans tant de khans syriens du Moyen-Age.

  • 10 Autobiographie d'Abou Châma, dans H. Crois. Or., V, 208 : wa huwa bi-l-madjlisi l-kabîri lladî li- (...)
  • 11 Ṣadr. Sur le sens de ce mot cf. J. Sauvaget, Perles choisies, p. 212.
  • 12 A l'hôpital de Noûr ad-Din, de même, c'est sous le grand iwan qu'étaient conservés les livres (A. (...)

19Le plan ainsi restitué est complet, et identique à celui des grandes madrasas syriennes de l'époque ayyoubide, dont on retrouve ici tous les organes essentiels. Par un heureux hasard, l'histoire anecdotique nous permet même de préciser un point important : l'emplacement de la bibliothèque qui, selon un auteur digne de foi10, aurait été placée « au fond et dans l'axe de l'iwan »11. La grande niche qui se creuse là aujourd'hui était donc sans doute à l'origine le placard où l'on enfermait les livres12.

Fig. 43. — MadrasaÂdiliya : élévation de la façade Est (état actuel).

  • 13 Hauteurs notées : 52, 53, 54, 55 centimètres. — A la partie supérieure des murs de la cour se renc (...)

20La construction. — La calotte de la salle funéraire paraît être en briques ; les voûtes, d'arêtes du vestibule et de la salle de prière sont en moellons. Dans le portail figurent quelques assises de basalte. Tout le reste des maçonneries est construit en pierre de taille, les assises étant réglées sur une hauteur moyenne de 53 centimètres13. Le parement a été exécuté suivant deux techniques différentes :

  1. La face apparente de chaque bloc est dressée à la boucharde ; les bords en sont ensuite repris au marteau à dents fines14, sur une largeur de 6 à 11 centimètres, pour permettre un appareillage plus précis15. Chaque bloc présente ainsi une partie centrale piquetée, encadrée sur les bords d'une bande lisse (pl. XVII, 4).
  2. La surface du bloc est entièrement dressée au marteau à dents fines. Les stries parallèles laissées sur la pierre par l'instrument sont invisibles à quelque distance, si bien que l'effet produit est celui d'une surface lisse (pl. XVII, 3).

21Dans les maçonneries ainsi dressées les joints sont pincés avec un soin extrême ; dans celles qui ont été traitées à la boucharde ils sont beaucoup plus lâches.

  • 16 Le portail est construit lui aussi en appareil lisse mais la présence de ce dernier n'a pas ici la (...)

22La répartition de ces deux types de taille et d’appareillage apporte une indication intéressante. En effet les façades extérieures Sud et Est sont seules à présenter des maçonneries à parement lisse, et cela seulement sur une hauteur de dix assises à compter du sol, et sur la fraction de leur développement qui correspond à la salle funéraire ; tout le reste de leurs parois, en plan comme en élévation, est constitué par des maçonneries bouchardées, posées, légèrement en retrait par rapport au nu du parement lisse (fig. 43 et pl. XVI, 1). Cette observation établit, d'une manière irréfutable, que le monument n'a pas été bâti d'un seul jet, mais bien en deux campagnes distinctes, auxquelles correspondent les deux types distincts de taille et d'appareillage que l'on a signalés16. — On reviendra plus loin sur ce point.

Fig. 44. — MadrasaÂdiliya : coupe schématique.

  • 17 Nous entendons : du parti de construction, considéré dans son ensemble, et non du système de la co (...)

23Contrairement à la coutume, la coupole de la salle funéraire est établie sur quatre massifs d'angle en encorbellement, offrant chacun l'aspect d'un glacis triangulaire de surface plane, chargé d'alvéoles (pl. XIX, 2-3) ; à la zone de raccord entre la calotte et sa base octogonale correspond à l'extérieur un tambour unique, octogonal, en pierre de taille. L'ensemble ne repose pas directement sur les murs de la salle, mais coiffe une sorte de grand puits carré vertical, ménagé au centre d'une voûte d'arêtes qui, elle, porte sur les parois et sur quatre gros piliers posés dans les angles de l'espace à couvrir (fig. 44 et pl. XIX, 2-3). En somme, cette coupole se présente à la façon d'une grande lanterne. — L'origine de ce système original de couverture17 réside évidemment dans les dimensions exceptionnelles de la salle funéraire (12m,40 de côté), qui ont amené le constructeur à mettre en œuvre une combinaison de divers types de voûtes, pour réduire le diamètre de la calotte centrale. La solution adoptée est heureuse à la fois sous le rapport de la stabilité et sous le rapport de la valeur esthétique.

  • 18 Cette observation a été faite par M. Fr. Anus, architecte du Service des Antiquités, par les soins (...)

24Deux coupoles alvéolées, accolées l'une à l'autre, et dont les sommets sont occupés par deux coupolettes côtelées monolithes, couvrent le défoncement du portail (fig. 45). En façade, la partie supérieure de celui-ci s'amortit en deux petits arcs trilobés, qui n'ont en réalité qu'une valeur décorative ; ces arcs ne sont qu'une forme ornementale, privée de toute fonction d'ordre structural. Du point de vue de la construction, le couronnement de la baie est effectivement constitué par un arc en plein cintre à clé pendante (fig. 45 et pl. XVII, 1). L'appareillage en a été réduit au minimum : deux sommiers, deux énormes claveaux, une clé, quelques pierres de remplissage. Les trilobés auxquels on a fait allusion ne sont que l'effet de découpures pratiquées dans les divers éléments de cet arc en plein cintre. Les faces latérales de la clé avaient été recouvertes d'une couche de plomb qui pût amortir la pression développée par les deux claveaux, lorsqu'ils se rabattraient sur elle au moment de sa mise en place18. — Tout cet ensemble, arc à clé pendante et coupoles alvéolées, est un chef-d'œuvre de stéréotomie et d'appareillage, un véritable tour de force : il constituerait à lui seul un témoignage irrécusable de l'habileté professionnelle des constructeurs de la ‛Adiliya.

25Salle de prière couverte par des voûtes d'arêtes, dont il ne reste que les sommiers (pl. XVIII, 2).

  • 19 Ces baies, actuellement d'une forme insolite, se ramenaient ainsi originellement au type qui a été (...)

26Le bois jouait également un rôle dans la construction : aux baies percées dans les façades de la salle de prière et des cellules, une rangée de poutres jointives, engagées dans les piédroits à chacune de leurs extrémités, formait linteau (pl. XVIII, 1 et XIX, l)19 ; le grand iwan, le porche intérieur et les cellules étaient, d'autre part, couverts par des plafonds que portait un solivage ; à la partie supérieure des parois de la cour, chaînage de poutres formant linteau des fenêtres hautes (pl. XVIII, 1-2 et XIX, 1).

Fig. 45. — MadrasaÂdiliya : le portail.

27On retiendra, comme un fait dont on verra plus loin l'intérêt, que la décharge des linteaux de maçonnerie est assurée par trois procédés différents :

  1. Fenêtres de la salle funéraire (fig. 43 et pl. XVI, 1) : segment d'arc en plein cintre de faible rayon, découpé dans un monolithe ;
  2. Porte de la salle J (fig. 43 et pl. XVI, 2, à droite) : segment d'arc en plein cintre de grand rayon ;
  3. Porte d'entrée (fig. 45 et pl. XVII, 1) : solution de continuité en forme de fente horizontale ménagée dans la maçonnerie au-dessus de la plate-bande appareillée servant de linteau20.
  • 21 Le décor d'alvéoles qui charge le cul de four du mihrab dans la salle de prière n'est pas antérieu (...)

28Le décor. — Dans l'état actuel, les seuls éléments décoratifs que l'on trouve à signaler sont : au portail, les coupolettes alvéolées et les deux arcs trilobés dont il a été question, des moulures (cadre d'une inscription sous la niche, et bandeau de demi-octogones étoilés débordant en façade : pl. XVII, 1 et 2) et un discret effet de polychromie (encadrement de la porte en basalte et calcaire ; incrustation de stuc noir formant décor géométrique au-dessus du linteau) ; — dans la cour, les vestiges d'un remarquable dallage en pierre noire et rose (fig. 46) ; — une moulure formant cadre autour de la porte du tombeau ; — dans la salle funéraire, les alvéoles qui chargent les pendentifs et forment bandeau à la naissance de la calotte ; — à l'iwan et au porche intérieur, des arcs outrepassés ; — aux mihrabs, des colonnettes (disparues)21.

Fig. 46. MaduasaÂpimya : détail du dallage.

  • 22 Cf. à damas : mosquée des Hanbalites (Rev. Arts Asiat., 1934, pl. XVII), madr. Mâridâniya, madr. D (...)
  • 23 Cf. à Damas : hôpital de Noûr ad-Din, mosquée des Hanbalites.
  • 24 Cf. à Damas : mosquée des Hanbalites, madr. Mâridâniya.
  • 25 Cf. supra, p. 44 et 71.

29Il se peut qu'à l'origine l'édifice ait reçu une ornementation plus riche : panneaux sculptés dissimulant les linteaux de poutres aux baies de la salle de prière22, claustra de plâtre ajouré obturant les fenêtres surmontant les portes des cellules et de l'oratoire23, vitraux aux fenêtres hautes de l'oratoire24 et de la salle funéraire25.

30Quoi qu'il en soit, l'existence d'un tel décor n'aurait pas considérablement modifié l'aspect du monument, dont la valeur esthétique est essentiellement d'ordre architectural.

  • 26 Damaskus : E. 3. 4. — Monuments : n° 40.
  • 27 Description, mai-juin 1894, 423 (« en face de la Zâhiriya, dont elle est séparée par le chemin »), (...)
  • 28 Ainsi qualifiée pour la différencier d'une autre madrasa du même nom, à laquelle il a été fait all (...)
  • 29 Description, mai-juin 1894, 485, n. 251. – Il n'y a pas contradiction avec un autre passage de la (...)

31Identification. — A défaut de toute inscription (le cadre préparé, sous la niche du portail, pour recevoir le texte de fondation est demeuré vide, et la salle funéraire a perdu ses tombes), ce sont les sources historiques qui permettent d'identifier le monument. Il se dresse en effet exactement en face de la madrasa funéraire du fameux sultan Baïbars26 — les deux portails se font vis-à-vis de chaque côté de la rue — soit là où les auteurs27 placent la principale madrasa chafeïte de Damas : la Grande 'Adiliya28, achevée en 620 H. = 122329, qui abritait le tombeau du sultan ayyoubide al-Malik al-‘Adil Saif ad-Din Abou Bakr, frère de Saladin, le « Saphadin » des Croisés.

32L'identification, toutefois, me paraît assurée moins par cette coïncidence (car elle n'offre en soi rien de probant) que par certains faits archéologiques qui, rapprochés de la documentation historique, détruisent tout ce qu'une telle attribution peut avoir de spécieux dès l'abord.

  • 30 Cf. n. 191.

33J'ai dit que le monument n'était pas venu d'un seul jet. Or les textes30 nous enseignent qu'al-Malik al-‛Adil, pour assurer sa sépulture, s'était borné à poursuivre la construction d'une madrasa fondée par l'atabeg Noûr ad-Din et laissée par lui inachevée. Précisément la disposition de l'édifice anonyme que nous venons de décrire est identique à celle de la madrasa funéraire de Noûr ad-Din (fig. 47) : les affinités sont assez étroites et assez flagrantes pour qu'on ne voie dans les deux monuments que deux réalisations légèrement divergentes d'un même plan-type. Par surcroît les caractères de la maçonnerie (procédés de taille et d'appareillage, dimensions des blocs, décharge des linteaux) dans les parties les plus anciennes de notre madrasa se laissent comparer très exactement à ceux que l'on observe dans les deux grands monuments bâtis à Damas par Noûr ad-Din : son hôpital et sa madrasa funéraire.

Fig. 47. — Madrasa Noùriya : plan (état actuel).

34L'identification proposée peut donc être tenue pour acquise : l'édifice, fondé par Noûr ad-Din au milieu du xiie siècle et demeuré un temps en attente, fut achevé au début du xiiie siècle par al-Malik al-‘Adil, dont il reçut le tombeau.

35Caractères et particularités. — Le trait saillant de cette madrasa, celui que l'on doit mettre immédiatement, en évidence, est son caractère monumental.

36De l'architecture de la Syrie ayyoubide on n'avait décrit jusqu'ici que des productions de second ordre : des édifices qui, pour présenter quelques réussites de détail, étaient surtout attachants à cause de leur simplicité un peu fruste et de l'intérêt documentaire qui s'attachait à eux ; à tout prendre, des constructions sommaires, ne témoignant ni d'une grande originalité, ni de beaucoup de recherche, ni d'un profond sentiment artistique. Avec la madrasa que nous étudions il n'en va plus de même : sous quelque aspect qu'on l'envisage, elle se distingue pas la science et le soin qui ont présidé à sa construction, à tel point que peu de monuments de Damas laissent autant l'impression d'une œuvre achevée.

  • 31 Les cotes relevées nous ont paru établir l'existence de rapports simples entre les dimensions des (...)

37Le plan est clair, et vise à distribuer les divers organes de la fondation non seulement selon la logique, mais encore d'une manière telle qu'ils composent autour de la cour centrale un groupement harmonieux de façades aux proportions étudiées31, et soigneusement axées. A cet égard il est significatif que l'accès à la cour se fasse par la seule de ses faces qui soit asymétrique, si bien que cette asymétrie échappe tout d'abord à celui qui pénètre dans le monument.

  • 32 Madrasas, fig. 1 à 8. — Cf. plan danichmendide de 552 H. ap. A. Gabriel, Monuments turcs, II, 122 (...)

38Damas ne fournit qu'un seul plan comparable à celui-ci : c'est celui de la madrasa Noûriya. Alep, par contre, nous livre, avec ses grandes madrasas ayyoubides32, une profusion de monuments conçus dans le même esprit. On est ainsi fondé à rattacher ce type monumental, non pas à Damas elle-même, mais à une tradition architecturale qui a laissé dans la Syrie du Nord les plus remarquables et les plus nombreuses de ses productions.

  • 33 Cf. Syria, 1930, 224 (Citadelle). On le retrouve encore à Damas dans quelques monuments de la fin (...)
  • 34 Cf. Rev. Arts Asiat., 1934, 38.
  • 35 Machhad ad-Dakka (Syria, 1928, 236), Machhad d'al-Ḥosain (Syria, 1928, 322), Khânaqâh de Fârafrâ.
  • 36 Dergâh Nord de la Citadelle (Syria, 1930, 77 et la fig. 14).
  • 37 Supra, 19, 42, 59 et la n. 41. — Alep : oratoires voûtés à la Grande-Mosquée de la Citadelle, aux (...)
  • 38 Un autre exemple à Damas, à la madrasa Qilidjiya, mais sa date (ach. en 1253) oblige à l'écarter d (...)
  • 39 Sarre et Herzfeld, Euphral und Tigris, II, 202 sq.
  • 40 La couverture de locaux au moyen d'un solivage est rare à Alep ; on en trouve cependant un exemple (...)

39L'étude des techniques amène à la même conclusion. Si l'emploi de la boucharde pour parementer la pierre est une pratique spéciale à Damas (du moins à l'époque considérée), les procédés de taille et d'appareillage mis en œuvre dans la partie inférieure des façades Sud et Est de la salle funéraire sont spécifiquement alépins ; de même de la méthode adoptée dans cette même partie de la construction pour décharger les linteaux des fenêtres. De même du mode de construction de la coupole (glacis d'angles et tambour unique en pierre) qui, exceptionnel à Damas33, est le procédé normalement employé dans la Syrie du Nord pour racheter le carré34. De même encore de la voûte d'arêtes formant lanterne, type rare de couverture dont Alep fournit trois beaux exemples35 contre un autre seulement à Damas, médiocre et vraisemblablement dû à des constructeurs alépins36. De même aussi de la salle de prière voûtée, d'un usage constant en Syrie Nord, alors que Damas préfère le toit à deux rampants37. La clé pendante nous ramène elle aussi d'une part vers la madrasa Noûriya de Damas38, et d'autre part vers les régions plus septentrionales : Hama (mosquée de Noûr ad-Din), Alep (palais d'Ibn ad-Dâya) et surtout Mossoul39. — En regard de tant d'éléments originellement étrangers à Damas, on ne trouve guère à citer comme procédés spécifiquement locaux que la décharge des linteaux de la porte d'entrée et de la salle J40. De cette analyse comparative il n'est qu'une conclusion à dégager : que du point de vue des techniques notre madrasa relève de l'architecture de la Syrie Nord.

  • 41 Liste comparative dans Syria, 1930, 223.
  • 42 Madr. Ẓâhiriya hors-les-murs, Kamàliya-‛Adîmiya, Charafiya.
  • 43 Hôpital de Noûr ad-Din, Machhad d'al-Ḥosain, minarets de la Citadelle et de la Vieille-Tannerie.

40Cette conclusion est pleinement confirmée par l'étude du décor : c'est encore dans les monuments ayyoubides d'Alep que l'on retrouve cette prédilection pour les grandes alvéoles41, les panneaux d'entrelacs géométriques surmontant le linteau42, les moulures vigoureuses et originales que l'on observe ici dans le portail43, enfin — et surtout — ce goût pour une architecture volontairement dépouillée, qui n'atteint à l'effet monumental que par la qualité des matériaux, la perfection des techniques, la justesse des proportions, et la décision avec laquelle l'accent se trouve mis sur le rôle structural de chaque élément (pl. XVI à XIX). — La seule formule décorative propre à Damas que l'on trouve ici à citer est la bichromie de l'appareil dans l'encadrement de la porte d'entrée.

41C'est donc en définitive à l'école architecturale de la Syrie du Nord que se rattache cet édifice et on peut considérer comme certain qu'il est dû à un constructeur alépin.

Fig. 48. — Bain de Sittiaḏrâ : plan d'ensemble.

Fig. 49. — Bain de Sittiaḏrâ: plan des voûtes.

Notes

1 L'Émir Djaffar el-Hasani, conservateur du Musée National, a bien voulu m'accorder, avec la plus amicale obligeance, toutes les facilités désirables pour l'étude du monument : je le prie de bien vouloir trouver ici l'expression de ma gratitude. — Je dois aussi à l'amabilité de M. Creswell, d'avoir pu reproduire les photographies prises par lui au cours des travaux de 1919.

2 Madr. Noûriya, Ṣâḥibiya, etc. — Cf., supra, madr. Raiḥâniya (p.. 52 suiv.) et ‘Aḏrâwiya (p. 57 suiv.).

3 La bibliothèque étant située dans une autre partie du bâtiment (cf. ci-dessous, p. 82 et n. 174).

4 Du moins ne relève-t-on sur ses parois ni traces de charpente ni arrachements de voûtes. Cf. en outre l'existence d'un dispositif analogue à la madrasa Noûriya (salle occupée par le tombeau d'Aq-qouch al-Nadjîbi : fig. 47), dont le plan présente des analogies étroites avec celui du monument qui nous retient pour l'instant. — J'ignore à quoi fait allusion le terme de « Haupt-Kuppel » par lequel MM. Watzinger et Wulzinger (Damaskus, loc. cit.) désignent la coupole de la salle funéraire de la ‘Âdiliya : l'édifice n'en comporte pas d'autre dans son état actuel. Il est vrai que les auteurs n'ont pu y pénétrer.

5 Ce remaniement peut avoir eu pour but d’effacer les traces de l’incendie allumé par les Mongols (Ibn Ṭouloun, Loma‘ât, 72), mais aussi avoir été en rapport avec l'installation dans la madrasa du tribunal du cadi-suprême chafeïte (Ibn Baṭṭouṭa, I, 218).

6 Cf. l'association de l'escalier et des latrines à la madr. Ṣâḥibiya de Damas (Monuments, fig. 43), à la Mâridâniya.

7 Plus exactement : de la partie Nord de la face Est, l'autre partie étant occupée par la coupole de la salle funéraire.

8 ALEP : madr. Kamâliya-‛Adîmiya et Ẓâhiriya hors-les-murs.

9 Pour la restitution du plan on a le choix entre deux dispositions également vraisemblables : — a (type de la Ẓâhiriya d'Alep) : couloir le long du mur d'enceinte, éclairé par des trémies ; chambres du côté de la cour, éclairées chacune par une fenêtre ; — b (type de la Kamâliya d'Alep) : chambres le long du mur d'enceinte, couloir du côté de la cour, éclairé par les fenêtres ménagées chacune en face de la porte d'une cellule. Dans les deux cas, les murs séparant les chambres se superposent aux murs du rez-de-chaussée.

10 Autobiographie d'Abou Châma, dans H. Crois. Or., V, 208 : wa huwa bi-l-madjlisi l-kabîri lladî li-l-kutub, fî ṣadri l-iwân, bi-l-madrasati l-‛Adiliyya ; wa huwa l-mauḍi‛u lladî yadjlisu fîhi ghâliban li-l-falâwâ wa ghayrihâ.

11 Ṣadr. Sur le sens de ce mot cf. J. Sauvaget, Perles choisies, p. 212.

12 A l'hôpital de Noûr ad-Din, de même, c'est sous le grand iwan qu'étaient conservés les livres (A. Issa-Bey, Histoire des Bimaristans, 6, où le terme iwan a été traduit fautivement par « vestibule »). Sur le rôle dévolu à- l'iwan dans l'enseignement, cf. Rev. Arts Asiat., 1934, 36.

13 Hauteurs notées : 52, 53, 54, 55 centimètres. — A la partie supérieure des murs de la cour se rencontrent des pierres d'un échantillon plus réduit, mais cette modification du calibre des blocs n'est décelée que par un examen minutieux et n'affecte en rien l'allure générale de la maçonnerie.

14 Sur ces instruments, cf. P. Deschamps, Le Crac des Chevaliers, p. 178.

15 Ce procédé avait évidemment pour but d'assurer une économie de main-d'œuvre. Sur chaque bloc, un trait au ciseau délimitait soigneusement la surface qui devait être reprise.

16 Le portail est construit lui aussi en appareil lisse mais la présence de ce dernier n'a pas ici la même signification : elle était simplement requise pour l'exécution du décor sculpté.

17 Nous entendons : du parti de construction, considéré dans son ensemble, et non du système de la coupole, sur lequel on reviendra plus loin.

18 Cette observation a été faite par M. Fr. Anus, architecte du Service des Antiquités, par les soins duquel cette clé à été remplacée en 1932, à la suite de la chute de son extrémité, provoquée par un défaut dans la pierre. Le bloc ainsi détaché ne pesait pas moins de 1.200 kilos.

19 Ces baies, actuellement d'une forme insolite, se ramenaient ainsi originellement au type qui a été étudié plus haut (p. 21). Les saignées des piédroits dans lesquelles reposaient les extrémités des poutres ont été oblitérées par les travaux de 1919, mais on les distingue nettement sur les photographies de M. CRESWELL que nous reproduisons (pl. XVIII, 2).

20 Sur le parement intérieur du mur, la clé de cette plate-bande est appareillée à crossettes.

21 Le décor d'alvéoles qui charge le cul de four du mihrab dans la salle de prière n'est pas antérieur à l'époque des Mamelouks. — L'existence de colonnettes de chaque côté des mihrabs atteste qu'ils devaient présenter un aspect monumental, mais on est privé de toute indication sur la nature de leur décor (pierre, marbre, bois, plâtre).

22 Cf. à damas : mosquée des Hanbalites (Rev. Arts Asiat., 1934, pl. XVII), madr. Mâridâniya, madr. Djahârkasiya (supra, p. 44) ; — à Alep : madr. al-Firdaus (B. E. I., 1931, 84 n°31), Khânaqâh de Farâfrâ.

23 Cf. à Damas : hôpital de Noûr ad-Din, mosquée des Hanbalites.

24 Cf. à Damas : mosquée des Hanbalites, madr. Mâridâniya.

25 Cf. supra, p. 44 et 71.

26 Damaskus : E. 3. 4. — Monuments : n° 40.

27 Description, mai-juin 1894, 423 (« en face de la Zâhiriya, dont elle est séparée par le chemin »), sept.-oct. 1895, 248 (« vis-à-vis de la Ẓâhiriya »).

28 Ainsi qualifiée pour la différencier d'une autre madrasa du même nom, à laquelle il a été fait allusion (supra, p. 19).

29 Description, mai-juin 1894, 485, n. 251. – Il n'y a pas contradiction avec un autre passage de la même source (mai-juin 1894, 423) selon lequel le fondateur y avait été enterré dès 619 = 1222, ce qui établit qu'à cette date la salle funéraire était achevée : divers travaux portant sur le détail de l'aménagement ont pu être exécutés par la suite.

30 Cf. n. 191.

31 Les cotes relevées nous ont paru établir l'existence de rapports simples entre les dimensions des pleins et des vides de ces façades, mais nous ne ferons pas davantage état de ce fait, faute d'avoir pu étalonner la mesure linéaire qui a réglé l'implantation de l'édifice.

32 Madrasas, fig. 1 à 8. — Cf. plan danichmendide de 552 H. ap. A. Gabriel, Monuments turcs, II, 122 et fig. 80.

33 Cf. Syria, 1930, 224 (Citadelle). On le retrouve encore à Damas dans quelques monuments de la fin de la période ayyoubide : madr. Qilidjiya, tombeau de Saif ad-Din al-Qaimari, tombeau non identifié de Ṣalḥiyé (Monuments, n° 97).

34 Cf. Rev. Arts Asiat., 1934, 38.

35 Machhad ad-Dakka (Syria, 1928, 236), Machhad d'al-Ḥosain (Syria, 1928, 322), Khânaqâh de Fârafrâ.

36 Dergâh Nord de la Citadelle (Syria, 1930, 77 et la fig. 14).

37 Supra, 19, 42, 59 et la n. 41. — Alep : oratoires voûtés à la Grande-Mosquée de la Citadelle, aux madr. Ẓâhiriya dans-les-murs et hors-les-murs, Kâmiliya, Châḏbakhtiya, du Firdaus, Kamàliya-‛Adîmiya, Charafiya, aux machhads d'al-Ḥosain et d'ad-Dakka, etc

38 Un autre exemple à Damas, à la madrasa Qilidjiya, mais sa date (ach. en 1253) oblige à l'écarter de la discussion, comme une reproduction possible des exemples cités ci-dessus.

39 Sarre et Herzfeld, Euphral und Tigris, II, 202 sq.

40 La couverture de locaux au moyen d'un solivage est rare à Alep ; on en trouve cependant un exemple dans l'iwan d'un monument que nous aurons encore à invoquer : l'hôpital de Noûr ad-Din (Rev. Ét. Isl., 1931, 77 n° 17), ce qui enlève à l'emploi ici de ce procédé toute force comme argument.

41 Liste comparative dans Syria, 1930, 223.

42 Madr. Ẓâhiriya hors-les-murs, Kamàliya-‛Adîmiya, Charafiya.

43 Hôpital de Noûr ad-Din, Machhad d'al-Ḥosain, minarets de la Citadelle et de la Vieille-Tannerie.

Table des illustrations

Légende Fig. 42. — Madrasa ‛Âdiliya : plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 43. — Madrasa ‛Âdiliya : élévation de la façade Est (état actuel).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 44. — Madrasa ‛Âdiliya : coupe schématique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Fig. 45. — Madrasa ‛Âdiliya : le portail.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Fig. 46. Maduasa ‛Âpimya : détail du dallage.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 47. — Madrasa Noùriya : plan (état actuel).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende Fig. 48. — Bain de Sitti ‛aḏrâ : plan d'ensemble.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Légende Fig. 49. — Bain de Sitti ‛aḏrâ: plan des voûtes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3804/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 692k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.