Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison II

La madrasa ‛Izziya hors-les-murs

Michel Écochard et Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DW. 5.

2Monuments : n° 33.

3A l'Ouest de la ville, dans un jardin (fig. 1).

  • 1 En 1936 des travaux d'urbanisme ont imposé un léger recul du portail (jusqu'en A du plan, fig. 36) (...)

4Le plan. — Une salle funéraire à coupole (pl. XIII et XIV, 1) et un portail (fig. 36), situés à 20 mètres l'un de l'autre1, sont tout ce qui reste de l'édifice. Pour misérables que soient ces vestiges, ils n'en apportent pas moins certaines indications sur l'aspect primitif des lieux.

Fig. 36. — MadrasaIzziya hohs-les-murs plan.
A : emplacement actuel du portail.
B : plan d'écoulement d'eau.

  • 2 Le sol accuse en cet endroit précis une dénivellation brusque et importante (pl. XIV, 1) qui empêc (...)

5L'existence d'une porte d'entrée monumentale impose la restitution d'une clôture sur tout le périmètre de la construction. L'implantation des quatre faces de ce mur d'enceinte peut être fixée de la façon suivante : au Nord, dans l'alignement du portail ; au Sud, à l'aplomb de la façade Sud de la salle funéraire, comme l'indiquent à la fois un arrachement de muraille et la nature du terrain2 ; à l'Ouest, à l'aplomb de la façade Ouest de la salle funéraire ; à l'Est, en l'absence de tout indice, on en déterminera le site en supposant que le portail occupait, comme dans tant d'autres monuments, l'axe de la composition. — La surface inscrite dans ce tracé en partie hypothétique est bien en rapport avec les dimensions modestes des éléments architecturaux conservés, qui révèlent, d'une manière approximative, l'échelle de la construction.

Fig : 37. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs plan de la salle funéraire.

  • 3 Supra, p. 52 et n. 105.
  • 4 Les proportions de la salle de prière ainsi restituée sont sensiblement celles que l'on observe da (...)
  • 5 La profondeur du portique, comptée jusqu'au parement intérieur du mur d'enceinte, est exactement d (...)

6La salle funéraire (fig. 37) n'était pas isolée à l'intérieur de l'enclos. L'absence d'une corniche de couronnement sur ses faces Nord et Est en apporte une première preuve, en établissant que ces deux faces de la salle funéraire s'appuyaient à des corps de bâtiment d'une certaine élévation. D'autre part, le terrain wakf sur lequel se dressent les ruines possède encore aujourd'hui un « droit d'eau » important, particularité qui demeure inexplicable si l'on n'admet pas qu'il y avait là autrefois un bassin à ablutions, et aussi, par un corollaire inéluctable, une cour et une salle de prière, à placer, selon la règle3, l'une au centre de l'édifice, entourant le bassin, l'autre sur la face Sud de la cour, contre le mur d'enceinte4. Sur les trois autres faces de la cour se développait vraisemblablement un portique couvert. Sans doute son existence n'est-elle assurée que pour la seule face Ouest (où quelques claveaux, demeurés en place dans la façade Nord de la salle funéraire, imposent la restitution d'arcades portant le plafond d'un riwâq) mais il paraît difficile d'admettre que cette ordonnance n'ait pas été reproduite sur les deux autres faces de la cour5. — Il semble donc que le monument ait primitivement offert l'aspect d'une petite mosquée, dans un angle de laquelle s'enlevait la coupole de la salle funéraire.

  • 6 La très grande hauteur de ces fenêtres au-dessus du sol, et la place de l'inscription (au-dessus d (...)

7Celle-ci, qui a conservé son cénotaphe en pierre de taille (fig. 38), ne se distingue des bâtiments de ce type déjà décrits que par un détail : son mur Sud est percé de deux fenêtres au lieu d'une seule, particularité que l'on doit évidemment mettre en rapport avec le désir de ménager une vue vers un paysage agréable : la vallée du fleuve et les fondations pieuses du cimetière des Soufis6.

Fig. 38. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs : le cénotaphe.

  • 7 Supra, p. 29 et 38.

8La construction. — Le système de la coupole, le choix et le traitement des matériaux (coupole et tambours en brique, parois en pierre de moyen appareil) sont conformes en tous points à l'usage du xiiie siècle7 et n'appellent aucune observation particulière (fig. 39).

Fig. 39. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs : la salle funéraire (coupe Nord-Sud et élévation de la face Ouest).

9On notera le soin apporté à la décharge des linteaux, au moyen d'une fente horizontale (portail) ou d'un segment d'arc en plein cintre (fenêtres), et une particularité imposée par la nature du terrain : le talus appareillé plaqué contre la déclivité du sol pour procurer une assiette stable à la façade Sud de la coupole.

Fig. 40. — Madrasa ‛Izziya hors-les murs : le portail. — A : inscription.

  • 8 Supra, p. 19 et n. 41.

10Par ailleurs il convient de rappeler que, si notre restitution schématique n'est pas arbitraire, la salle funéraire devait être la seule partie voûtée du monument : la salle de prière aurait été, selon la coutume, couverte par un toit à deux pentes, le portique par un solivage portant une terrasse8.

11Le décor. — Le portail est de la plus grande simplicité. Une baie rectangulaire s'ouvre dans une cloison de maçonnerie qui aveugle un arc bandé dans le mur d'enceinte. Sur le linteau et dans le tympan de cet arc se distribuent quelques éléments décoratifs : l'habituelle table à queues-d'aronde, qui porte l'inscription de fondation, — un bloc de basalte, de forme hexagonale, à mortaises semi-circulaires, où se lit la profession de foi sunnite, — un verset coranique sculpté à même le parement, immédiatement au-dessus de la décharge de linteau, — enfin, surmontant les éléments que l'on vient d'énumérer, une assise profilée, ornée à chaque extrémité d'une petite rosette, et posée en saillie sur la façade. Cette assise, le seul relief vigoureux de l'ensemble, en s'enlevant sur le grand nu de la paroi, barre énergiquement d'une ombre horizontale toute la composition du portail, lui donnant un accent très personnel.

12La surface extérieure de la coupole avait reçu un décor peint (fig. 39 et pl. XIII) : toute sa partie supérieure avait été recouverte d'un enduit d'un rouge vif (un vermillon légèrement teinté de carmin), cependant qu'à sa base un bandeau de fleurons de la même couleur s'enlevait sur une large zone blanche. On dira plus loin quel intérêt s'attachait à ce décor.

  • 9 Coran, 55, 26.
  • 10 On notera comme un indice à l'appui de notre explication que le texte coranique se suffit à lui-mê (...)

13A l'intérieur de la salle funéraire un ornement sculpté dans l'enduit de plâtre qui habille entièrement le local se détache sur le tympan du mur Sud (fig. 41 et pl. XV) : un médaillon circulaire, à bordure de fleurons, chargé d'un entrelacs floral distribué suivant une trame géométrique régulière. Au-dessous, un fragment de verset coranique9, fréquemment cité dans les inscriptions funéraires. — Les autres parois de la salle ne montrent rien de semblable, sans qu'il soit nécessaire de mettre leur nudité sur le compte d'une mutilation : l'ornementation intérieure d'un édifice de caractère religieux est volontiers réservée à son mur Sud, considéré comme la paroi noble puisqu'il marque la direction de la qibla10.

  • 11 Supra, p. 30 et 35-36.
  • 12 Supra, p. 39-40 et 43.

14Pour le reste, la coupole se rattache purement et simplement au type que l'on a décrit et commenté11. Quelques variantes d'une importance très restreinte portent sur le traitement des faces obliques du tambour inférieur (pourvues ici, extérieurement, de niches jumelées), des décors de lobes meublant à l'intérieur les écoinçons de ce même tambour (pl. XVI, 4), et sur l'aspect des alvéoles posées en saillie sur les angles de la salle pour masquer l'encorbellement dessiné par le fond des trompes. — Des vitraux à armature de plâtre, dont il ne reste que des débris, fermaient les fenêtres des tambours ; on retrouve en outre ici les conques en porte-à-faux, modelées en mortier, qui ont été signalées antérieurement12.

Fig. 41. — MadrasaIzziya hors-les-murs : médaillon de plâtre sculpté de la salle funéraire (1/10).

15Le motif terminal, en cuivre, qui couronnait la coupole est partiellement conservé (pl. XIII).

  • 13 Répertoire, n° 3914.
  • 14 Description, sept.-oct. 1894, 269 ; cf. Ibn Khallikan, trad. de Slane, II, 430.
  • 15 Ainsi nommée pour la différencier d'une autre madrasa fondée par le même 'Izz ad-Din Aïbeg (et par (...)
  • 16 Description, sept.-oct. 1894, 269.

16Identification et date. — L'inscription du linteau13 indique que le monument est une madrasa constituée wakf en 621 H. = 1224, « au profit des jurisconsultes et des étudiants en droit de l'école du plus grand des imams..., Aboû Ḥanîfa..., et au profit des récitateurs du Coran, des traditionnistes et de leurs auditeurs », par l'émir Aboû l-Faḍâïl ‛Izz ad-Din Aïbeg, major-dome d'al-Malik al-Mo‛azzam, puis commandant de la citadelle de Salkhad au nom de ce même souverain14. — Les sources littéraires selon lesquelles la ‛Izziya hors-les-murs15 aurait groupé une madrasa et un dâr al-hadith16 trouvent dans ce texte épigraphique leur confirmation.

  • 17 Madr. Djahârkasiya (supra, p. 41 et suiv.).
  • 18 Madr. Roukniya hors-les-murs, Mâridâniya, etc.
  • 19 Cf. Madrasas.
  • 20 Cf. Rev. Arts Asial., 1934, 43. — A Damas, p. ex. : mosquées de Ghars ad-Din Khalil at-Taurîzi (Da (...)

17Caractères et particularités. — L'ordonnance de l'édifice (hypothétique, sans doute, mais restituée avec des garanties suffisantes de vraisemblance pour être prise en considération) n'est pas isolée : on a déjà présenté17 et on présentera encore18 d'autres exemples de madrasas funéraires composées d'une salle à coupole, abritant la tombe, accolée à une petite mosquée jouant le rôle de local d'enseignement. L'intérêt qu'offrent ces monuments n'est pas seulement de nous révéler un dispositif nouveau19 et bien caractérisé de madrasa, mais aussi de nous instruire sur l'origine véritable d'une des formules-type de l'architecture mamelouke : la grande mosquée funéraire20. Loin d'être le fruit d'une conception originale et neuve, celle-ci n'apparaît plus que comme un simple prolongement d'une formule connue et mise en œuvre durant les siècles antérieurs ; les seules innovations dont elle témoigne ne portent pas sur le type de plan lui-même mais bien sur l'échelle relative des divers organes, et le rôle qui leur est dévolu : de la double destination qui était la sienne à l'origine, le masdjid ne conserve plus, sous les Mamelouks, que le rôle proprement cultuel auquel son plan se rapportait, sa fonction première de local d'enseignement et de propagande sunnites étant rendue sans objet désormais par le triomphe total, et définitif, de l'orthodoxie.

  • 21 Les autres coupoles ornées de fleurons peints que l'on voit à Damas ne sont pas antérieures au XVe(...)

18Dans un autre ordre d'idées, la ‛Izziya hors-les-murs nous donne une indication particulièrement précieuse, parce que unique, avec les peintures qui chargent l'extrados de sa coupole. De tous les monuments ayyoubides de Damas c'est le seul où l'on relève, sur les parois extérieures, des traces certaines d'une polychromie obtenue par un autre moyen que l'opposition du basalte et du calcaire dans les assises des maçonneries. L'ancienneté de ces peintures étant incontestable21, on doit admettre que la simplicité extérieure (pour ne pas dire l'austérité) qui caractérise tant de monuments ayyoubides n'est peut-être qu'accidentelle : d'autres que celui-ci ont pu, eux aussi, recevoir sur la surface extérieure de leurs coupoles des peintures qu'auront fait disparaître les réfections périodiques destinées à assurer l'étanchéité des couvertures, soit qu'elles aient été ravalées avec les matériaux rapportés qui leur servaient de support, soit qu'elles aient été dissimulées par de nouvelles couches d'enduit. Il est peu probable, en effet, que la ‛Izziya, si parfaitement caractéristique par ailleurs de l'architecture du xiiie siècle, ait, sur ce point précis, constitué une exception. — L'observation, on le voit assez, est importante.

19Il serait assurément nécessaire, pour lui conférer sa pleine valeur, de distinguer la tradition artistique de laquelle procède cette coutume de rehausser de peintures les parois extérieures des monuments : mais, ici encore, notre documentation est trop parcimonieuse pour permettre une réponse décisive. On croit sans doute que l'origine d'un tel genre de décoration pourrait être logiquement cherchée auprès d'écoles architecturales accoutumées à mettre en œuvre, non pas de la pierre de taille, mais des matériaux tels qu'il fût indispensable à la fois de les masquer par un enduit, et de charger celui-ci d'ornements propres à meubler les grands nus monotones que son emploi entraînait : la brique, crue ou cuite, et le blocage. On se trouverait ainsi regarder une fois de plus vers l'Irak et la Perse, qui ont effectivement développé largement par la suite le décor polychrome de leurs extérieurs par l'emploi de la faïence émaillée : mais on ne saurait voir dans un tel raisonnement, en l'absence de toute documentation archéologique utilisable, autre chose qu'une hypothèse gratuite.

20On remarquera encore la composition très caractéristique du médaillon sculpté dans le plâtre sur la paroi Sud de la salle funéraire, où la richesse apparente de l'ornement n'est obtenue, en définitive, que par la répétition systématique, sur un canevas géométrique d'une régularité parfaite, de fleurons peu nombreux et peu variés dans leur aspect, et par une prédominance marquée des pleins sur les vides.

  • 22 On serait tenté de l'attribuer à des nécessités d'ordre constructif, d'admettre que l'arc aveugle (...)

21La composition du portail, par contre, est absolument insolite dans l'architecture ayyoubide de Damas. A l'ordinaire, la porte d'entrée des édifices de cet ordre s'ouvre, si elle est rectangulaire, sous un défoncement de la façade couronné par un arc ou une voûte alvéolée ; si elle s'ouvre directement dans le parement extérieur du mur d'enceinte, la baie reçoit la forme d'un arc. La disposition adoptée ici est donc exceptionnelle, mais il est difficile d'en donner quelque explication22. De même l'assise profilée posée en saillie dans le tympan demeure un parti exceptionnel : à l'époque considérée, des moulures d'un profil identique et d'une saillie comparable forment habituellement les corniches de couronnement des murs, mais elles ne se détachent jamais sur le nu des parois. On ne sait comment justifier l'insertion de cette moulure dans la façade de la ‛Izziya : l'hypothèse d'un souvenir de l'architecture des Croisés n'est pas absolument exclue.

  • 23 Description, chap. IV, 269 et X, 399. — Cf. ibid., ch. XII, 451, 470, 473 et IbnAsâkir, I, 226.

22Enfin, un détail de construction, d'apparence épisodique, apporte une indication très précieuse pour la topographie historique de Damas. Contre le mur Ouest de la salle funéraire un plan d'écoulement d'eau, en maçonnerie soignée, a été ménagé sur la déclivité que présente en ce point le terrain (pl. XIV, 4). On pourrait y reconnaître une canalisation destinée à l'évacuation des eaux usées du bassin à ablutions, si son aspect ne rappelait très exactement celui des conduites qui procurent habituellement aux moulins la force motrice. Parmi les moulins mentionnés par les descriptions anciennes de la ville, il n'en est aucun qui puisse être localisé aux alentours immédiats de la madrasa ‛Izziya, mais celle-ci se trouvait située « au-dessus de la papeterie » (al-Warrâqa)23. Il est donc vraisemblable que le plan d'écoulement d'eau ait servi à actionner non pas un moulin à farine, mais un moulin à papier.

Notes

1 En 1936 des travaux d'urbanisme ont imposé un léger recul du portail (jusqu'en A du plan, fig. 36) ; la salle funéraire a été remise en état à la même occasion, grâce au zèle éclairé du Cheikh el-Qasimi, directeur des Wakfs de Damas, qui ne néglige aucun effort pour assurer la sauvegarde des monuments anciens dont il a la charge. — M. Zeki Amir a prêté largement son concours aux travaux de relevé et de restauration.

2 Le sol accuse en cet endroit précis une dénivellation brusque et importante (pl. XIV, 1) qui empêche de supposer que l'édifice ait pu s'étendre davantage en direction du Sud : le fragment de mur conservé à l'angle Sud-Est de la salle funéraire ne peut donc être qu'un reste du mur d'enceinte, et non celui de quelque bâtiment situé à l'intérieur de l'enclos.

3 Supra, p. 52 et n. 105.

4 Les proportions de la salle de prière ainsi restituée sont sensiblement celles que l'on observe dans les autres monuments ayyoubides de Damas : l'implantation proposée ci-dessus, d'une manière purement théorique, pour la face Est du mur d'enceinte paraît donc plausible.

5 La profondeur du portique, comptée jusqu'au parement intérieur du mur d'enceinte, est exactement de 5 mètres : reportée sur les deux autres faces de la cour, cette dimension est suffisante pour laisser place, entre la cour centrale et le mur d'enceinte, à une série de locaux (iwans et salles). On pourrait donc envisager l'hypothèse d'un plan asymétrique, mais la juxtaposition dans un même édifice d'un portique à arcades et de locaux fermés est absolument inusitée dans les madrasas de Damas : il faut donc opter, sans intervention possible d'un moyen terme, pour l'une des deux formules usuelles de ce type monumental : cour à portique, ou cour entourée de pièces.

6 La très grande hauteur de ces fenêtres au-dessus du sol, et la place de l'inscription (au-dessus de la porte, en façade) interdisent, ici, de justifier cette disposition par les mêmes considérations que dans le cas de la madrasa Djahârkasiya (supra, p. 49 et n. 100). — Même recherche d'un panorama au maristan d'al-Qaimari, à Damas (infra), à Alep (Syria, 1928, p. 227 et J. Sauvaget, Perles choisies, p. 119, n. 1), à Mardin (madr. du sultan ‛Isâ et madr. Qâsimiya : A. Gabriel, Voyages archéologiques, sous presse).

7 Supra, p. 29 et 38.

8 Supra, p. 19 et n. 41.

9 Coran, 55, 26.

10 On notera comme un indice à l'appui de notre explication que le texte coranique se suffit à lui-même et n'appelle aucun complément.

11 Supra, p. 30 et 35-36.

12 Supra, p. 39-40 et 43.

13 Répertoire, n° 3914.

14 Description, sept.-oct. 1894, 269 ; cf. Ibn Khallikan, trad. de Slane, II, 430.

15 Ainsi nommée pour la différencier d'une autre madrasa fondée par le même 'Izz ad-Din Aïbeg (et par conséquent connue elle aussi sous le nom de ‛Izziya) à l'intérieur du rempart (Description, sept.-oct. 1894, 270).

16 Description, sept.-oct. 1894, 269.

17 Madr. Djahârkasiya (supra, p. 41 et suiv.).

18 Madr. Roukniya hors-les-murs, Mâridâniya, etc.

19 Cf. Madrasas.

20 Cf. Rev. Arts Asial., 1934, 43. — A Damas, p. ex. : mosquées de Ghars ad-Din Khalil at-Taurîzi (Damaskus : B. 7. 1 ; Monuments, n° 59), de Barsbay (Damaskus : B. 1. 4 ; Monuments : n° 62).

21 Les autres coupoles ornées de fleurons peints que l'on voit à Damas ne sont pas antérieures au XVe s. (Monuments, nos 53 et 55) : la date du décor de la ‛Izziya est établie non seulement par les caractères de l'ornement, très différents de ceux des exemples que l'on vient de citer, mais aussi par ce fait que l'on n'observe dans le monument (le fait est rare !) aucune trace de remaniements effectués postérieurement à sa construction.

22 On serait tenté de l'attribuer à des nécessités d'ordre constructif, d'admettre que l'arc aveugle surmontant la baie n'avait d'autre raison d'être que de rejeter à droite et à gauche une charge jugée excessive pour le linteau, par exemple celle qu'auraient développée un petit minaret construit au-dessus de la porte, ou un décrochement vertical de la façade. Mais ni l'une ni l'autre de ces interprétations ne cadrerait avec la règle fixée par l'examen des monuments.

23 Description, chap. IV, 269 et X, 399. — Cf. ibid., ch. XII, 451, 470, 473 et IbnAsâkir, I, 226.

Table des illustrations

Légende Fig. 36. — Madrasa ‛Izziya hohs-les-murs plan.A : emplacement actuel du portail.B : plan d'écoulement d'eau.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Fig : 37. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs plan de la salle funéraire.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 38. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs : le cénotaphe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Fig. 39. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs : la salle funéraire (coupe Nord-Sud et élévation de la face Ouest).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 40. — Madrasa ‛Izziya hors-les murs : le portail. — A : inscription.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Légende Fig. 41. — Madrasa ‛Izziya hors-les-murs : médaillon de plâtre sculpté de la salle funéraire (1/10).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search