Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison II

La madrasa ‛Aḏrawiya

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Le monument que nous étudierons sous cette dénomination, transformé de longue date en maison d'habitation, disparaissait complètement au milieu des constructions adjacentes : la porte d'entrée seule en était visible mais ne paraissait s'accompagner d'aucun vestige ancien. C'est a la suite d'un incendie qui dévasta le quartier, en octobre 1925, que je pus en relever les derniers débris : ceux-ci ayant a leur tour disparu au cours de travaux d'urbanisme, les documents que nous livrons ici seront seuls désormais a en conserver le souvenir.

  • 1 Sur ce mode de groupement des portes d'entrée des immeubles, Rev. Él. Islam., 1934, p. 453, 452 (f (...)

2Le plan. — Comme la Raiḥâniya, l'édifice n'était pas construit sur la rue mais bloqué dans un pâté de maisons. En conséquence on n'y accédait que par un étroit couloir ménagé entre deux immeubles adjacents ; la porte extérieure, celle qui signalait le monument au dehors, constituait dans la réalité l'entrée d'une petite impasse sur laquelle ouvraient en même temps la porte de la madrasa et celles des habitations voisines1.

  • 2 L'argumentation a été développée plus haut a propos de la Raiḥâniya (supra, p. 52).

3Une cour, dallée et pourvue d'un bassin à ablutions, occupait le centre de la composition (fig. 32). Tout autour se distribuaient : au Sud une salle de prière avec mihrab et façade a trois baies, a l'Ouest un iwan, au Nord une salle semblable a l'oratoire quant a sa disposition, a l'Est un corps de bâtiment que j'ai trouvé entièrement ruiné a l'exception de deux antes, mais dont l'aspect primitif, pas plus que la restitution a chaque angle d'une petite pièce (dont une abritant la tombe de la fondatrice), ne saurait prêter matière a discussion2.

Fig. 32. — MadrasaAḏrawiya : plan et détail d'un angle du bassin.

4Le plan ainsi tracé paraît complet : seule demeure hypothétique la profondeur des ailes Est et Ouest.

  • 3 Aucun élément de maçonnerie en petit appareil n'était demeuré en place : la hauteur des assises co (...)

5La construction. — Maçonnerie de pierre de taille a deux hauteurs d'assises : grand appareil traité a la boucharde dans l'encadrement des baies et l'arc de tête de l'iwan, petit appareil dans le reste des parois3.

Fig. 33. — MadrasaAḏrawiya la porte d'entrée.

6Arcs de l'iwan et des deux portes d'entrée outrepassés (fig. 33) ; les deux derniers ne sont pas extradossés, contrairement a la coutume. — Linteaux de bois aux baies de la cour ( ?).

  • 4 Supra, n. 41.

7L'état des lieux ne permettait pas de préciser le mode de couverture adopté, mais la faible épaisseur des murs et l'aspect des claveaux de l'iwan, taillés pour demeurer visibles sur trois de leurs faces, amènent à supposer que tout l'édifice était couvert en charpente. Dans cette hypothèse la salle de prière aurait eu un djamaloûn, selon la règle4 ; les autres locaux auraient été plafonnés.

  • 5 Même provenance des chapiteaux du mihrab aux madr. ‛Omariya, Khatouniya hors-les-murs, a la mosqué (...)

8Le décor. — Il n'en restait que de misérables épaves : un décor de lobes aux angles du bassin (fig. 32), et les chapiteaux du mihrab (fig. 34). Ces derniers n'avaient pas été exécutés pour les colonnettes de marbre qui les portaient et leurs volutes avaient du être retaillées pour trouver place dans le retour d'angle du mur : ces deux anomalies trahissent un remploi de matériaux provenant (le type des feuilles qui chargent la corbeille en fait foi) de quelque église des Croisés5.

Fig. 34. MadrasaAḏrawiya : chapiteaux du mihrab.

9A la porte d'entrée, une clef de basalte pourvue latéralement de deux tenons semi-circulaires (fig. 33).

  • 6 Cf. supra, p. 20-21 et 5 2 suiv.
  • 7 Cf. supra, p. 21 suiv. et 28.

10Identification et date. — Le monument était anépigraphe et aucune dénomination ne lui était plus appliquée en raison de l'oubli ou l'avait fait tomber son abandon. Si les caractères de son plan et de son architecture apportent quelques éclaircissements sur la nature de la fondation (madrasa)6 et l'époque a laquelle elle peut être attribuée (seconde moitié du xiie siècle)7, c'est par une étude de la topographie des lieux au Moyen-Age qu'on assurera l'identification de cette ruine anonyme.

  • 8 Description mai-juin 1894, p. 413-414.
  • 9 Description, mai-juin 1894, 425 et sept.-oct. 1894, 268.
  • 10 Et non « fille » de Saladin comme l'indique fautivement une rubrique (Description, loc. cit., 425 (...)
  • 11 Cf. Syria, 1930, 3 7 8 et pl. LVIII. — Damaskus, D. 4. 6. Description ci-dessous, p. 93 suiv.

11Des deux madrasas ayyoubides que les sources placent dans cette région de la ville, l'une, la Sârimiya (622 H. = 1225)8, est trop récente pour être prise en considération. La seconde, la ‛Aḏrâwiya9 (ainsi appelée du nom de sa fondatrice, une nièce10 de Saladin : ‛Iṣmat ad-Din ‛Aḏrâ-Khatoun, fille de Châhanchâh) pourrait être retenue en raison de sa date (580 H. = 1184-85) ; en raison aussi du voisinage d'un beau hammam ancien (xiie-xiiie siècles) auquel était attachée la dénomination de « bain de Sitti ‛Aḏrâ »11.

12Ces rencontres chronologique et onomastique sont assurément dignes d'attention, mais elles n'apportent en faveur d'une identification de notre monument a la ‛Aḏrâwiya rien d'autre que des présomptions : l'argument décisif est ailleurs.

  • 12 Description, mai-juin 1894, 425 : « Dans le voisinage du Dâr al-‛Adl, a laquelle une porte qui s'y (...)
  • 13 Description, mai-juin 1894, 392 et 460 (n. 75) ; sept.-oct. 1895, 266.
  • 14 H. Cr. Or., II, 305 ; al-Badri, Nozhat al-Anâm (Description, mai-juin 1896, 426).
  • 15 Sur le rôle du Dâr as-Sa‛âda dans la vie administrative, v. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l'épo (...)

13On sait12 que la ‛Aḏrâwiya était contiguë a l'ancienne demeure des princes ayyoubides de Baalbekk13, transformée par Nour ad-Din en un Palais de - Justice (Dâr al-‛Adl)14, qui devint au temps des Mamelouks, sous le nom officiel de « Palais de la Félicité » (Dâr ar-Sa'âda), la résidence des gouverneurs et le centre de l'administration provinciale15. Une porte ménagée dans la madrasa mettait les deux bâtiments en communication directe : la localisation exacte de la ‛Aḏrâwiya doit donc être liée à la recherche de l'emplacement sur lequel s'élevait le Palais de la Félicité.

  • 16 Al-Badri, toc. cit. ; Description, mai-juin 1894, 425.
  • 17 Ibn Touloun, ach-Cham‛a al-moudl’a, 6 (d'après ad-Asadi) ; Porter, Five Years in Damascus, I, 49 ; (...)

14Ce dernier était situé tout contre une des portes fortifiées de la ville, la Porte de la Victoire (Bâb an-Nar), a laquelle ce voisinage fit bientôt donner le nom de « Porte du Palais de la Félicité » (Bâb Dâr ar-Sa ‛âda)16. Elle a disparu mais son site est connu17 : il correspond a l'extrémité occidentale de l'actuel Soûq des Grecs (S. el-Arwâm).

Fig. 35. — Madrasa ‛Aḏrâwiya : croquis de situation. A Madrasa ‛Aḏrawiya. — B « ḥammâm Sitti ‛Aḏra ». C Madrasa Qadjmasiya. — D Poterne de la Citadelle. E Emplacement de la Porte de la Victoire — F Emplacement du Palais de la Félicité.

  • 18 Ibn Chaddâd, dans Ibn Ṭouloun, Cham‘a, 4.
  • 19 Les trois autres portes de la Citadelle mentionnées par le texte correspondent respectivement a l' (...)
  • 20 Syria, 1930, pl. XXXIX, ou la porte est indiquée par la bretèche a mâchicoulis qui la surmonte (en (...)

15D'autre part il y avait dans la Citadelle « une porte donnant accès au Palais de la Félicité »18 : elle se confond sans aucun doute19 avec la petite poterne que l'on voit encore entre deux tours du front Sud de la forteresse, tout près de son angle Sud-Ouest, a quelques dizaines de mêtres de l'emplacement de Bâb an-Naṣr20.

  • 21 Description, sept.-oct. 1894, 273.
  • 22 Damaskus, D. 4. 3, qui place là la ‛Aḏrâwiya, en contradiction avec ce que nous avançons ici, et a (...)

16Vers l'Est, le Dâr ar-Sa'âda n'était séparé que par une ruelle de la madrasa de Qadjmâs21, que l'on reconnaît sans difficulté dans un petit édifice mamelouk anonyme, et fort délabré, dont l'attribution a la fin du xve siècle peut être tenue pour certaine22.

  • 23 Description, sept.-oct. 1894, 273.

17Si l'on reporte sur un plan de.la ville ces points de repère on constate que le Palais de la Félicité s'étendait immédiatement au Nord du monument que nous avons décrit. L'identification de celui-ci a la madrasa de ‛Aḏrâ-Khatoun peut alors être tenue pour certaine : elle s'impose même a qui cherche a concilier toutes les indications topographiques des sources, y compris celle qui précise que la ruelle séparant la Qadjmâsiya du Palais de la Félicité est « le chemin conduisant a la ‛Aḏrâwiya »23.

  • 24 Cf. ses dimensions modestes (Infra, fig. 48).

18Caractères et particularités. — Dans son état actuel de mutilation, le monument n'appelle guère d'observations. On croit cependant devoir revenir ici sur un détail de son agencement qui est signalé par les sources : la porte qui le mettait en communication avec le Palais de la Félicité. On s'explique mal qu'un tel passage ait pu être pratiqué entre mie école et l'hôtel du gouverneur, si bien que l'on est amené à en chercher la raison d'être dans un état antérieur des lieux. Avant d'abriter l'administration provinciale ou le Palais de Justice, le Dâr as-Sa'âda était en effet la résidence des princes ayyoubides de Baalbekk, c'est-a-dire des parents immédiats de ‛Aḏrâ-Khatoun, la fondatrice de la madrasa. D'autre part, le hammam auquel est demeuré attaché le nom de la princesse, semble avoir été à l'origine un bain privé24. Dans de telles conditions, on peut supposer sans invraisemblance que le monument dont on a décrit les vestiges était originellement l’habitation particulière de ‛Aḏrâ-Khatoun — communiquant avec celle de son frère, et pourvue d'un bain, comme toutes les grandes demeures de l'époque — habitation qui aurait été constituée wakf et transformée en madrasa par disposition testamentaire de la princesse. Une telle procédure est assez courante à l'époque envisagée pour écarter toute objection de principe. Mais, d'autre part, notre ignorance des types d'habitation au temps des Ayyoubides est telle qu'il serait vain d'attendre des ruines une confirmation de cette hypothèse.

Notes

1 Sur ce mode de groupement des portes d'entrée des immeubles, Rev. Él. Islam., 1934, p. 453, 452 (fig. 8) et pl. V, b.

2 L'argumentation a été développée plus haut a propos de la Raiḥâniya (supra, p. 52).

3 Aucun élément de maçonnerie en petit appareil n'était demeuré en place : la hauteur des assises courantes est donnée par l'appareillage des arcs des portes d'entrée (fig. 33).

4 Supra, n. 41.

5 Même provenance des chapiteaux du mihrab aux madr. ‛Omariya, Khatouniya hors-les-murs, a la mosquée des Hanbalites ; tables d'autel à l'hôpital de Noûr ad-Din et a la madrasa Sibâ'iya (ces dernières utilisées antérieurement dans un autre édifice). Mêmes remplois au Caire : Madrasas, p. 53 suiv.

6 Cf. supra, p. 20-21 et 5 2 suiv.

7 Cf. supra, p. 21 suiv. et 28.

8 Description mai-juin 1894, p. 413-414.

9 Description, mai-juin 1894, 425 et sept.-oct. 1894, 268.

10 Et non « fille » de Saladin comme l'indique fautivement une rubrique (Description, loc. cit., 425 ) : son ascendance est établie par des sources dignes de foi : une inscription de son affranchi Ṣârim ad-Din Djauhar, le fondateur de la Sârimiya (dans Description, mai-juin 1894, 413 ) ; Ibn Khallikan (trad. DE SLANE, I, 615-616 ) ; Ibn Kaṯîr et Al-‘Ilmawi (dans Description, loc. cit., 426). — ’Aḏrâ était donc sœur de Farroukh-Châh, dont le tombeau a été décrit ci-dessus (p. 27 suiv.). — Cf. ZAMBAUR, Manuel de Généalogie et de Chronologie, p. 101, ou son nom figure sous la forme 'Oḏra, qui paraît moins satisfaisante que celle que nous adoptons ici (‘Aḏrâ’ = « vierge »).

11 Cf. Syria, 1930, 3 7 8 et pl. LVIII. — Damaskus, D. 4. 6. Description ci-dessous, p. 93 suiv.

12 Description, mai-juin 1894, 425 : « Dans le voisinage du Dâr al-‛Adl, a laquelle une porte qui s'y trouve donne accès ».

13 Description, mai-juin 1894, 392 et 460 (n. 75) ; sept.-oct. 1895, 266.

14 H. Cr. Or., II, 305 ; al-Badri, Nozhat al-Anâm (Description, mai-juin 1896, 426).

15 Sur le rôle du Dâr as-Sa‛âda dans la vie administrative, v. Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l'époque des Mamelouks,- LV.I, 170 s. — Cf. Ibn Battouta, I, 223, et la note précédente.

16 Al-Badri, toc. cit. ; Description, mai-juin 1894, 425.

17 Ibn Touloun, ach-Cham‛a al-moudl’a, 6 (d'après ad-Asadi) ; Porter, Five Years in Damascus, I, 49 ; Syria, 1927, 47 et 1930, 230. C'est la « porte murée » de Qalqachandi (Gaudefroy-Demombynes, op. cit., 33).

18 Ibn Chaddâd, dans Ibn Ṭouloun, Cham‘a, 4.

19 Les trois autres portes de la Citadelle mentionnées par le texte correspondent respectivement a l'entrée Nord (Bâb al-Ḥadid ; cf. Syria, 1930, 79 suiv.), a l'entrée Est (« la porte qui ouvre vers la ville » ; cf. Syria, 1930, p. 82 suiv.) et a la « Porte privée » (Bâb as-Sirr ; cf. Syria, 1930, 220) ; cette poterne est donc la seule qui puisse être prise en considération.

20 Syria, 1930, pl. XXXIX, ou la porte est indiquée par la bretèche a mâchicoulis qui la surmonte (entre les tours J et K).

21 Description, sept.-oct. 1894, 273.

22 Damaskus, D. 4. 3, qui place là la ‛Aḏrâwiya, en contradiction avec ce que nous avançons ici, et avec les caractères architecturaux du monument.

23 Description, sept.-oct. 1894, 273.

24 Cf. ses dimensions modestes (Infra, fig. 48).

Table des illustrations

Légende Fig. 32. — Madrasa ‛Aḏrawiya : plan et détail d'un angle du bassin.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 33. — Madrasa ‛Aḏrawiya la porte d'entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 34. Madrasa ‛Aḏrawiya : chapiteaux du mihrab.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 35. — Madrasa ‛Aḏrâwiya : croquis de situation. A Madrasa ‛Aḏrawiya. — B « ḥammâm Sitti ‛Aḏra ». C Madrasa Qadjmasiya. — D Poterne de la Citadelle. E Emplacement de la Porte de la Victoire — F Emplacement du Palais de la Félicité.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search