Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison II

La madrasa Raiḥâniya

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : E. 4. 11.

2La porte d'entrée me parut longtemps être la seule partie ancienne de cet édifice : l'intérieur, occupé par une école, semblait avoir été entièrement reconstruit à une date récente. Mais un nouvel examen, fait dans des conditions exceptionnellement favorables — au cours de travaux d'entretien qui avaient amené un ravalement de tous les enduits — me permit de reconnaître que si le monument avait effectivement fait l'objet d'une reconstruction, celle-ci avait du moins utilisé les maçonneries anciennes, qui subsistaient en partie, tantôt réduites à leur première assise, tantôt conservées sur une hauteur assez considérable.

  • 1 Ce couloir ne figure pas sur les plans donnés ici ; son implantation, en effet, n'est pas orthogon (...)

3Le plan. — La disposition actuelle des lieux est la suivante (fig. 29) : au centre de l'édifice, une cour carrée, dallée et pourvue d'un bassin à ablutions de facture médiévale ; à l'Ouest un iwan avec mihrab ; au Sud une salle largement ouverte sur la cour ; à l'Est un long vaisseau, dont la façade comporte une grande baie centrale encadrée de deux baies plus petites, surmontées de fenêtres ; au Nord, une salle offrant ce même type de façade, mais de dimensions égales à la salle Sud. Un couloir long de 4 mètres environ rattache cet ensemble à la rue voisine1.

4La manière dont ces locaux se distribuent autour de la cour centrale paraît ne correspondre à aucun type défini de plan, mais ce n'est là qu'un effet de remaniements tardifs effectués sans discrétion On croit pouvoir restituer dans ses lignes essentielles l'aspect originel du monument (fig. 30).

Fig. 29. — Madrasa Raiḥaniya: plan (état actuel)

  • 2 Damas : madr. ‛Âdiliya, ‛Aḏrâwiya, ‛Atâbakiya, ‛Azîziya, Bâḏirâ’iya, Châmiya hors-les-murs, Chibli (...)

51° Dans les madrasas médiévales de Syrie le mihrab est habituellement placé, non pas sous l'iwan, mais bien dans une salle de prière qui se développe — comme il est logique — sur la face Sud de la cour2. Il n'est aucune raison de supposer que l'édifice qui nous retient actuellement ait fait exception à cette règle générale ; précisément l'examen du mihrab actuel suffit à attester qu'il n'offre aucun caractère d'ancienneté.

Fig. 30. — Madrasa Raiḥâniya : plan restitué.

6On restituera donc sur la face Ouest de la cour un iwan, analogue à celui qu'on voit là aujourd'hui mais dépourvu de mihrab, et sur sa face Sud une salle de prière, pourvue d'un mihrab axial. Les parois de ces locaux présentaient le même tracé que les murs actuels, qui conservent tous des vestiges, parfois infimes mais en place, de maçonneries médiévales.

  • 3 Dans aucun iwan ayyoubide de Syrie l'arc de tête de la voûte ne repose sur des pilastres en sailli (...)
  • 4 V. Madrasas, p. 24. — La Ṣâḥibiya de Damas (Monuments, n° 99 et fig. 43) est la seule madrasa de c (...)
  • 5 Cf. supra,-p. 15-17.

72° Il ne reste de la façade ancienne de la salle de prière que deux antes. Leur présence interdit d'imaginer qu'il s'ouvrait là un second iwan3, dont l'existence serait d'ailleurs en contradiction avec la disposition usuelle des madrasas ayyoubides4. On restituera donc là, en tenant compte des dimensions des antes et de l'ordonnance des deux autres faces de la cour5, un groupe de trois baies identique à celui des corps de bâtiment Est et Nord.

83° La longueur actuelle du vaisseau Est est hors de proportion avec les dimensions des autres locaux ; en outre, dans l'état actuel des lieux rien ne vient épauler de ce côté les arcs des faces Nord et Sud de la cour. Originellement ce vaisseau démesuré devait être divisé en trois pièces par deux murs de refend ayant un rôle de butée : la restitution est d'autant plus vraisemblable qu'elle réduit la salle de l'Est à une superficie égale à celle des salles Nord et Sud.

  • 6 La disposition que nous attribuons à ces pièces, d'après la formule généralement reçue à l'époque, (...)
  • 7 Dâr al-ḥadith de Noûr ad-Din (supra, p. 21).

94° Enfin il paraît nécessaire, pour ramener l'ensemble à un quadrilatère régulier, de restituer au Nord et au Sud de l'iwan deux petites pièces symétriques6, analogues à celles qui occupent les angles Nord-Est et Sud-Est de la construction. L'une de ces pièces d'angle abritait vraisemblablement, selon la coutume, le tombeau du fondateur ; deux autres pouvaient servir de bibliothèques, comme nous l'avons suggéré à propos d'un autre édifice7.

10La construction et le décor. — L'état de ruine du monument ne permet pas d'observations précises sur ces points.

  • 8 Hauteur moyenne des assises : 0m, 64. Dimensions du linteau de la porte d'entrée : 2m, 70xOm, 69. (...)

11Les maçonneries sont faites de pierres de taille dont les grandes dimensions8 s'expliquent par leur qualité de remploi : les blocs en ont été arrachés au mur d'enceinte du Temple antique, distant d'une vingtaine de mètres ; les claveaux des arcs de la cour sont naturellement d'un calibre plus petit.

  • 9 Supra, p. 21 et suiv.
  • 10 Supra, p. 6 et 29.

12La face Est de la cour s'est conservée sous son aspect primitif : les baies latérales, selon la formule signalée plus haut9, ont leur linteau formé de deux lits superposés de madriers, et une fenêtre en arc brisé les surmonte. — De même on a déjà relevé les détails caractéristiques de la porte d'entrée (fig. 31) : arc de décharge, appareillage à crossettes, bande de basalte dissimulant le joint médian10.

Fig. 31. — Madrasa Raiḥàniya : la porte d'entrée (a : niveau actuel du sol).

  • 11 Répertoire, n° 3342.
  • 12 Description, sept.-oct. 1894, p. 259 et suiv. : « dans le voisinage de la madrasa Noûriya, un peu (...)

13Identification et date. — Une belle inscription en neskhi ancien11, sculptée sur le linteau de la porte d'entrée (pl. XIV, 3), indique que l'édifice est une madrasa hanéfite, constituée wakf an 575 H. = 1 180 par un eunuque noir : l'émir Djamâl ad-Din Raihân, qui occupa des charges importantes au service de l'atabeg Noûr ad-Din. La localisation attribuée par les sources12 à la madrasa Raiḥâniya correspond, d'autre part, à l'emplacement du monument que nous avons décrit.

  • 13 Cf. la liste chronologique des madrasas de Damas dans Madrasas, 27-30 (quelques dates doivent être (...)
  • 14 Cf. supra (dâr al-ḥadith de Noûr ad-Din, p. 15 et suiv.) et infra (madr. 'Aḏrâwiya, p. 57).

14Caractères et particularités. — Il est peu d'enseignements à tirer d'un édifice aussi délabré. Tout l'intérêt qu'il présente se concentre sur son plan qui, pour être en partie hypothétique, semble pouvoir être retenu dans ses grandes lignes. Il nous révèle un type nouveau de madrasa (cour, salle de prière, iwan, deux salles de cours, bibliothèques (?), tombeau du fondateur) auquel sa date relativement ancienne13 et le succès qu'il a connu, au moins dans les plus modestes de ces fondations14, confèrent une certaine valeur documentaire.

Notes

1 Ce couloir ne figure pas sur les plans donnés ici ; son implantation, en effet, n'est pas orthogonale et l'état des lieux ne m'a pas permis d'effectuer les mensurations qui eussent été nécessaires pour le rattacher à la partie centrale de la construction. Cette lacune est d'ailleurs sans gravité, puisqu'elle porte sur un élément extérieur au plan de l'édifice propre--ment dit. La présence de ce couloir d'accès semble attester que dès sa fondation la madrasa se trouvait entourée de toutes parts par des maisons d'habitation.

2 Damas : madr. ‛Âdiliya, ‛Aḏrâwiya, ‛Atâbakiya, ‛Azîziya, Bâḏirâ’iya, Châmiya hors-les-murs, Chibliya, Djahârkasiya, Khâtouniya, Qilidjiya, Mâridâniya, Noûriya, Roukniya hors-les-murs, Ṣâḥibiya ; dâr al-ḥadith de Noûr ad-Din.
Alep : madr. Châdbakhtiya, Charafiya, du Firdaus, Ḥallâwiya, Kâmiliya hors-les-murs. Kamâliya-‛Adîmiya, Moqaddamiya, Ẓâhiriya, Ẓâhiriya hors-les-murs ; khânaqâh de Farâfrâ ; machhads d'al-Ḥosain et d'al-Moḥassin.
Ma‛arra : madrasa chafeïte.
Bosra : « mosquée el-Mebrak » (madr. de Gumuchtegin).
Cf. Madrasas, p. 24. — Les iwans pourvus d'un mihrab (Damas : madr. Djauziya) sont généralement doublés d'une salle de prière.

3 Dans aucun iwan ayyoubide de Syrie l'arc de tête de la voûte ne repose sur des pilastres en saillie sur la paroi.

4 V. Madrasas, p. 24. — La Ṣâḥibiya de Damas (Monuments, n° 99 et fig. 43) est la seule madrasa de cette époque dont la salle de prière offre l'aspect d'un iwan :

5 Cf. supra,-p. 15-17.

6 La disposition que nous attribuons à ces pièces, d'après la formule généralement reçue à l'époque, les prédisposait à être, plus facilement encore que le reste du monument, aliénées au profit des immeubles contigus (cf. infra, madr. Noûriya et ‛Adiliya).

7 Dâr al-ḥadith de Noûr ad-Din (supra, p. 21).

8 Hauteur moyenne des assises : 0m, 64. Dimensions du linteau de la porte d'entrée : 2m, 70xOm, 69. Les deux piédroits de cette porte sont monolithes : leur hauteur primitive ne peut être chiffrée actuellement en raison de l'exhaussement du sol de la rue (les proportions données à la baie sur la fig. 31 sont le fruit d'une restitution), mais elle n'est pas inférieure à 1 m. 77.

9 Supra, p. 21 et suiv.

10 Supra, p. 6 et 29.

11 Répertoire, n° 3342.

12 Description, sept.-oct. 1894, p. 259 et suiv. : « dans le voisinage de la madrasa Noûriya, un peu vers l'Ouest ».

13 Cf. la liste chronologique des madrasas de Damas dans Madrasas, 27-30 (quelques dates doivent être corrigées).

14 Cf. supra (dâr al-ḥadith de Noûr ad-Din, p. 15 et suiv.) et infra (madr. 'Aḏrâwiya, p. 57).

Table des illustrations

Légende Fig. 29. — Madrasa Raiḥaniya: plan (état actuel)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 30. — Madrasa Raiḥâniya : plan restitué.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Légende Fig. 31. — Madrasa Raiḥàniya : la porte d'entrée (a : niveau actuel du sol).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.