Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison I

La madrasa Djahârkasiya

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DN. VI, e.

2Monuments : n° 91.

3Seules, les façades Sud et Est du monument, le long desquelles se développent des rues, sont dégagées : des habitations sont appliquées contre ses autres faces, en interdisant dans leur plus grande partie l’accès et l’étude.

4Le plan (fig. 23). — L’édifice se compose de plusieurs locaux, accolés l’un à l’autre suivant un axe de direction Est-Ouest : deux salles funéraires à coupole et une petite salle de prière, auxquelles il faut ajouter des vestiges inexpressifs d’autres constructions aujourd’hui disparues.

Fig. 23. — Madrasa Djahârkasiya : Plan (état actuel)

5Cet ensemble n’a pas été élevé d’un seul jet. Des solutions de continuité dans les maçonneries indiquent un écart chronologique entre ses différentes parties ; l’étude du plan, d’autre part, fixe l’âge relatif des différentes constructions.

6A) Le bâtiment primitif. — À la période la plus ancienne appartiennent, dans l’état actuel des lieux, la salle de prière et la coupole qui lui est attenante en direction de l’Est. À ces deux locaux s’adjoignaient certainement autrefois des dépendances, aliénées au profit des constructions parasites dans lesquelles le monument est engagé. L’existence d’une salle de prière implique en effet celle d’une cour enfermant un bassin destiné aux ablutions rituelles ; d’autre part, l’ordonnance qui a été donnée au mur Nord de cet oratoire montre que, loin de se suffire à lui-même, il ouvrait sur un ensemble de bâtiments. S’il est impossible, faute d’indices, de restituer le plan de ceux-ci, il est clair du moins qu’ils ne débordaient pas sur la face Nord de la salle à coupole car celle-ci, heureusement accessible, ne montre aucune trace d’arrachements de murs.

7On est ainsi amené à attribuer au monument primitif un plan inorganique, formé par la juxtaposition pure et simple de deux corps de bâtiment de profondeur inégale : une petite mosquée précédée d’une cour, et une salle à coupole attenante à l’oratoire.

8B) Les adjonctions. — L’élément essentiel en est, dans l’état actuel des lieux, une seconde salle à coupole plaquée contre la première. Des autres bâtiments, il ne reste que des portes dont il est difficile de tirer beaucoup de renseignements : tout au plus leur distribution semble-t-elle provenir d’un agrandissement apporté à la construction primitive par l’édification d’annexes contre la face Ouest de la salle de prière et la face Nord des deux salles funéraires à coupole.

  • 1 On n’y relève pas de pierres traitées à la boucharde.
  • 2 Les calottes sont effondrées, mais les vestiges conservés en sont suffisants pour assurer ce point (...)
  • 3 Soit un toit en terrasse, selon la disposition actuelle, soit un toit a deux pentes (Cf. supra, p. (...)

9La construction. — Elle est en tous points conforme aux procédés décrits à propos des monuments précédents : chaînes d’angles et claveaux des arcs en moyen appareil1, le reste de la maçonnerie en blocs de petit calibre. Coupoles côtelées2 sur deux tambours, du type déjà décrit, en brique. Intérieur enduit de plâtre. Linteaux de bois aux baies ménagées dans le mur Nord de la salle de prière ; cette dernière couverte par un toit3.

  • 4 Même particularité a la Citadelle de Damas : Syria, 1930, 65.

10Je signalerai encore, comme un détail dont je ne puis ni fournir une explication ni garantir l’ancienneté, que les joints de la maçonnerie de pierre sont recouverts par places d’un bourrelet de ciment (pl. XII, 1) en saillie sur la paroi4.

11Le décor. — Comme le mausolée de Farroukh-Châh décrit ci-dessus, l’extérieur de l’édifice doit son caractère à sa grande simplicité (pl. X, 2), et au jeu de volumes que crée le mode de construction des coupoles, et qu’accentuaient encore les côtes dont étaient pourvues les calottes. Dans cet effet de plastique monumentale, quelques discrets détails décoratifs seulement trouvent place : niches à conque des tambours supérieurs (pl. X, 2 et XII, 1), inscriptions des linteaux de la coupole Ouest, tables à queues d’aronde (demeurées anépigraphes) et pierre moulurée antique remployée dans la coupole Est. La grande baie adjointe à l’extrémité occidentale de la façade est un arc brisé outrepassé.

MADRASA DJAHARKASIYA : Détails (croquis).

MADRASA DJAHARKASIYA : Détails (croquis).

Fig. 24. — Ecoinçons des niches du tambour inferieur, et fleurons (A) au sommet des arcs.

Fig. 25. — Restes de vitraux.

  • 5 Décors comparables a la citadelle de Damas : cf. Syria, 1930, 85, fig. 18 ; pl. XXXVI, et p. 219, (...)

12À l’intérieur, l’enduit de plâtre à reçu par places un décor modelé : des lobes (fig. 24) dans les écoinçons des tambours inférieurs5, et des fleurons (fig. 24, A) au sommet des arcs portant la coupole. À chaque angle des salles à coupole, un bloc de pierre en saillie dissimule aux regards la partie du fond de la niche d’angle qui dessine un encorbellement : ces blocs de pierre ont reçu un décor d’alvéoles rudimentaires que l’accumulation des enduits laisse mal discerner. Les fenêtres des tambours étaient autrefois closes par des vitraux, formés de plaques de verre diversement colorées serties dans une dalle de plâtre ajourée : il n’en reste plus que des éléments de bordures (fig. 25). Les tombeaux, dont l’effet décoratif est remarquable (pl. XII, 3), seront décrits plus loin.

13Dans la salle de prière, les linteaux de poutres des trois baies du mur Nord étaient cachés par un revêtement de panneaux de bois sculpté, encastrés dans des baguettes moulurées qui composaient un entrelacs géométrique élémentaire : ce cadre mouluré subsiste seul aujourd’hui. Deux chapiteaux d’une facture sommaire, souvenir lointain des acanthes corinthiennes, couronnent les deux colonnettes d’angle du mihrab (pl. XII, 2).

  • 6 Description, septembre-octobre 1894, p. 300, n. 32.
  • 7 Sa biographie dans Ibn Khallikân, trad. de Slane, t. I, 347. Cf. H. Cr. Or. indices.

14Identification. — Une inscription6 qui se répète deux fois sur les linteaux des fenêtres Sud de la coupole Ouest indique que cette dernière abrite le tombeau de l’émir Fakhr ad-Din Djahârkas, commandant des mamelouks de Saladin, qui joua un rôle de premier plan dans les événements politiques dont la Syrie fut le théâtre à la mort de ce souverain, et qui mourut le 20 Radjab 608 = 29 décembre 12117.

  • 8 Description, septembre-octobre 1894, 249 - 251. Les indications topographiques sont exactes : « au (...)

15Les sources historiques apportent un heureux complément d’information  : elles apprennent en effet que ce monument funéraire était une madrasa — hanéfite et chafeïte selon les uns, hanéfite seulement selon d’autres — construite après la mort de Djahârkas par son mamelouk Khoṭlobâ, qui fut enterré avec son maître, après avoir rempli auprès du fils de celui-ci le rôle d’un régent8.

16Ces renseignements ne jettent point par eux-mêmes toute la clarté requise sur l’histoire du monument : ils n’apportent la solution de ce problème que par une voie indirecte, en rendant possible l’identification des pierres tombales abritées par les coupoles.

  • 9 Cf. Syria, 1928, pl. LXXII, 2 et LXXIII ; Rev. Arts Asiat., 1930, p. 168.
  • 10 Par suite d’une erreur, les bobéchons de l’une des tombes (fig. 26 a droite) ont été figurés tous (...)

17Les tombes. — On en compte quatre : deux par salle funéraire. Toutes sont de dimensions notables, en grandes pierres de taille dressées et appareillées avec soin. Elles reproduisent toutes, avec quelques variantes dans les formes et les proportions, mais toujours avec sobriété, un même modèle : une caisse rectangulaire posée sur un socle, à laquelle viennent s’adjoindre, dans la plupart des cas des bobéchons d’angles et un couvercle. On reconnaît la, copié en pierre, le type usuel du cénotaphe, habituellement exécuté en bois9. On notera la fantaisie charmante apportée dans le traitement des bobéchons (fig. 27), dont les aspects divers se ramènent en définitive à un type unique, réduction pleine d’esprit d’une grande forme architecturale : la coupole côtelée sur tambour octogonal ou sur double tambour10.

18Toutes ces tombes sont demeurées anépigraphes et c’est à leur nudité austère, qui met en relief la qualité de la matière et la perfection de la technique, que ces cubes de pierre doivent de produire un effet aussi saisissant.

19Nous connaissons par les sources deux des personnages ensevelis dans ce monument : Djahârkas et son mamelouk Khoṭlobâ.

20La tombe du premier est évidemment, en vertu d’une règle à laquelle on ne voit pas d’exception, celle qui se dresse au centre de la coupole dont les fenêtres portent l’inscription donnant le nom de l’émir (coupole Ouest).

  • 11 Cf. les tombeaux des émirs Qaimari : Monuments, n. 103.
  • 12 Cf. Supra, p. 39 (Farroukh-Châhiya et Amdjadiya).

21L’identification de la tombe de Khoṭlobâ me paraît assurée par les considérations suivantes. Des quatre cénotaphes, trois sont à peu de chose près semblables entre eux (dimensions égales, caractère monumental, bobéchons). Le quatrième est beaucoup plus bas et plus simple. Cette différence dans l’échelle et la magnificence des tombes me paraît en rapport avec une différence dans le rang social de leurs occupants : les plus belles, celles qui sont pourvues de bobéchons, seraient des sépultures d’émirs (rang social indiqué par les caractères de la tombe de Djahârkas), la plus humble celle de Khoṭlobâ, auquel sa qualité de mamelouk — donc d’esclave ou d’affranchi — interdisait de reposer dans le tombeau familial sous un monument semblable à ceux de ses maîtres. Le type même de la pierre tombale que nous lui attribuons semble un indice favorable à notre hypothèse car il connaît une vogue toute particulière à la date que les sources assignent à la mort de Khoṭlobâ (635 = 1237-38). — Les deux autres défunts, sur lesquels les renseignements nous manquent, ne seraient autres que les fils de Djahârkas, ensevelis l’un à côté de son père (coupole Ouest, tombe Sud : fig. 26, en haut)11, le second dans une salle à coupole construite spécialement contre le mausolée paternel12.

Fig. 26. — Madrasa Djahârkasiya : Les tombes de la coupole Ouest.

Fig. 27. — Madrasa Djahârkasiya : Détail des bobéchons des tombes.

Fig. 28. — Madrasa Djahârkasiya : Les tombes de la coupole Est.

22Histoire et date du monument. — On possède désormais tous les éléments nécessaires pour suivre l’évolution de l’édifice, que l’on peut arrêter de la façon suivante :

23apr. 608 = 1211 : construction par Khoṭlobâ de la madrasa funéraire de Djahârkas (coupole Ouest et masdjid attenant).

24? ensevelissement d’un fils de Djahârkas à côté de son père,

  • 13 L’importance du monument funéraire inciterait a l’attribuer plus particulièrement a celui des fils (...)

25av. 635 = 1237 : construction, contre la madrasa précédente, du monument funéraire (coupole Est et annexes) d’un second fils de Djahârkas13.

26635 = 1237 : ensevelissement de Khoṭlobâ dans ce monument.

  • 14 Damaskus : DN. XI. d ; Monuments, n° 95.

27Caractères et particularités. — Le monument funéraire de Djahârkas se compose, on l’a vu, d’une salle à coupole juxtaposée à une petite mosquée. Un tel plan n’est pas isolé : c’est aussi en particulier celui de la Roukniya hors-les-murs (621 = 1224)14.

  • 15 Dans le cas du tombeau de Djahârkas, l’existence de ce chemin a provoqué en outre la duplication d (...)

28L’agencement des deux parties de la construction diffère ici et la, parce qu’il a été commandé par la position du monument par rapport au grand chemin, qui réglait l’alignement de la façade principale15, mais le parti de plan est le même dans les deux cas.

  • 16 Cf. Supra, p. 35 et 39.
  • 17 Tenir compte, d’autre part, de l’importance du wakf, connu par Description, loc. cit.

29On ne retrouve dans cette composition aucun des éléments caractéristiques de la madrasa : il faut donc admettre ou bien que les sources ne méritent aucune créance lorsqu’elles attribuent à l’édifice une fonction d’enseignement, ou bien que les cours avaient lieu simplement, en l’absence de tout local spécialisé, dans la salle de prière de la mosquée16 : cette explication est apparemment la plus admissible, l’association d’un tombeau et d’un oratoire paraissant inusitée en Syrie à l’époque considérée17. Il se peut d’ailleurs que l’évolution architecturale de la construction se soit accompagnée d’une évolution parallèle de l’institution qu’elle abritait : qu’a une madrasa modeste accompagnant le tombeau de Djahârkas soit venue s’adjoindre, lors de l’édification de la seconde salle funéraire, un édifice d’enseignement plus caractérisé : celui dont on ne voit plus aujourd’hui que des vestiges, incohérents sans doute, mais que leur annexion à un tombeau conduit, ici encore, à attribuer à une madrasa. L’incertitude qui subsiste sur l’école de jurisprudence à laquelle était affectée la fondation serait même un argument en faveur de cette thèse : elle pourrait provenir de l’adjonction d’une madrasa chafeïte (du fils de Djahârkas) à une madrasa hanéfite préexistante (construction primitive) ; les indications divergentes des auteurs se justifieraient par le fait qu’elles ne se rapportent pas toutes au même stade du développement de la fondation.

  • 18 « Celui qui a combattu pour la foi, le champion de la guerre sainte..., le gardien des places-fron (...)

30Quoi qu’il en soit, il convient d’insister sur certains détails de l’aménagement, éminemment caractéristiques des préoccupations auxquelles répond la construction de pareils monuments : la duplication des fenêtres ouvertes sur le grand chemin, assurant une meilleure visibilité de la tombe et par conséquent des chances supplémentaires d’intervention pieuse en faveur du défunt, et la localisation sur la façade qui longe la voie publique des inscriptions rappelant les titres du personnage à la sollicitude de la communauté islamique et incitant les passants à prier pour lui18.

  • 19 Cf. Syria, 1930, p. 377-78.
  • 20 Cf. Bell, Ukhaidir, pl. XIII et XXVIII ; Sarre et Herzfeld, op. cit., t. II, 310 et fig. 286 ; cou (...)
  • 21 Sur l’origine de ce type de tombe, dont on trouvera plus loin de nombreux exemples, cf. notre étud (...)

31Après ce qui a été dit précédemment, il n’est sans doute pas nécessaire de s’appesantir sur les caractères de la construction et du décor : on notera seulement que la coupole à côtes, qui figure si fréquemment dans les monuments de Damas jusqu’au second quart du xiiie siècle19, est une formule qui paraît spécifiquement mésopotamienne20, comme les autres formes lobées. Les tombes elles-mêmes nous semblent d’un type originellement étranger à la Syrie21.

Notes

1 On n’y relève pas de pierres traitées à la boucharde.

2 Les calottes sont effondrées, mais les vestiges conservés en sont suffisants pour assurer ce point important.

3 Soit un toit en terrasse, selon la disposition actuelle, soit un toit a deux pentes (Cf. supra, p. 19).

4 Même particularité a la Citadelle de Damas : Syria, 1930, 65.

5 Décors comparables a la citadelle de Damas : cf. Syria, 1930, 85, fig. 18 ; pl. XXXVI, et p. 219, fig. 23. Cf. supra, p. 31 et fig. 14.

6 Description, septembre-octobre 1894, p. 300, n. 32.

7 Sa biographie dans Ibn Khallikân, trad. de Slane, t. I, 347. Cf. H. Cr. Or. indices.

8 Description, septembre-octobre 1894, 249 - 251. Les indications topographiques sont exactes : « au bout du Souk, de l’autre côté du Nahr Yazid, auprès de la Grande Mosquée Nouvelle (pour la situation de cette dernière, Damaskus, DN, V I, e, Monuments, n° 88 ). Son emplacement est très connu ». C’est évidemment de ce monument, et non comme on le croit communément, d’une prétendue colonie de Tcherkesses, que tire son appellation la partie centrale de l’agglomération d’eṣ-Ṣâlḥiyé : ech-Charkasiyé. D’autres quartiers de Damas sont de même connus sous le nom de leur édifice le plus remarquable (Qaimariyé, Derwichiyé, Sinâniyé).

9 Cf. Syria, 1928, pl. LXXII, 2 et LXXIII ; Rev. Arts Asiat., 1930, p. 168.

10 Par suite d’une erreur, les bobéchons de l’une des tombes (fig. 26 a droite) ont été figurés tous semblables : ils appartiennent en réalité à deux types distincts, alternant (pl. XII, 3, à droite, et fig. 27, à gauche).

11 Cf. les tombeaux des émirs Qaimari : Monuments, n. 103.

12 Cf. Supra, p. 39 (Farroukh-Châhiya et Amdjadiya).

13 L’importance du monument funéraire inciterait a l’attribuer plus particulièrement a celui des fils de Djahârkas qui succéda a son père comme commandant des forteresses du Liban Sud, celui-là même qui eut pour régent Khoṭlobâ, ce qui expliquerait d’autre part l’emplacement de la tombe de ce dernier.

14 Damaskus : DN. XI. d ; Monuments, n° 95.

15 Dans le cas du tombeau de Djahârkas, l’existence de ce chemin a provoqué en outre la duplication des fenêtres Sud, qui permettaient de voir la tombe depuis l’extérieur, et déterminé la position des inscriptions donnant le nom du défunt.

16 Cf. Supra, p. 35 et 39.

17 Tenir compte, d’autre part, de l’importance du wakf, connu par Description, loc. cit.

18 « Celui qui a combattu pour la foi, le champion de la guerre sainte..., le gardien des places-frontière des Musulmans, l’exterminateur de ceux qui associent a Dieu d’autres divinités... ; il est mort après avoir prêté son assistance à ceux qui combattaient pour la religion... Dieu veuille avoir pitié de quiconque implorera la miséricorde divine en sa faveur et en faveur de tous les Musulmans ! ».

19 Cf. Syria, 1930, p. 377-78.

20 Cf. Bell, Ukhaidir, pl. XIII et XXVIII ; Sarre et Herzfeld, op. cit., t. II, 310 et fig. 286 ; coupoles « plissées » de Mossoul et de Mardin. Cf. H. Terrasse, op. cit., 138-141.

21 Sur l’origine de ce type de tombe, dont on trouvera plus loin de nombreux exemples, cf. notre étude Un monument ortokide d’Alep : la tombe de l’émir Balak (dans Ars islamica, t. V ).

Table des illustrations

Légende Fig. 23. — Madrasa Djahârkasiya : Plan (état actuel)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre MADRASA DJAHARKASIYA : Détails (croquis).
Légende Fig. 24. — Ecoinçons des niches du tambour inferieur, et fleurons (A) au sommet des arcs.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 25. — Restes de vitraux.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 26. — Madrasa Djahârkasiya : Les tombes de la coupole Ouest.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 27. — Madrasa Djahârkasiya : Détail des bobéchons des tombes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 28. — Madrasa Djahârkasiya : Les tombes de la coupole Est.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3798/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.