Version classiqueVersion mobile

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison I

Le tombeau de Farroukh-Châh et de Bahrâm-Châh

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DW. 4.

2Monuments : n° 24.

3L’édifice se compose de deux constructions à coupole, de dimensions inégales (fig. 11). Le manque de liaison dans leurs maçonneries, certaines particularités de plan et d’élévation, enfin les caractères différents de leur architecture (pl. XI) montrent que ces constructions ne sont pas contemporaines l’une de l’autre : la plus ancienne est la plus grande, celle du Nord, a laquelle on a accolé par la suite une seconde salle plus petite.

4On décrira successivement les deux parties de l’édifice dans leur ordre chronologique.

(A) LE TOMBEAU DE FARROUKH-CHÂH

5Il a été gravement mutilé en 1926-27, au cours d’une transformation en mosquée due a une initiative privée : à cette occasion, les parois intérieures et le tambour de là coupole ont été entièrement recouverts d’un enduit de plâtre qui dissimule tout le décor ancien. Je n’ai donc pu compléter les renseignements présentés ici, ni reprendre certains croquis exécutés antérieurement a ces travaux malencontreux.

Fig. 11. Tombeau de Farroukh-Châh (en haut) et de Bahrâm-Châh (en bas) Plan (état actuel)

6Le plan. — La construction forme un carré de 8 m. 70 de côté hors œuvre, dans lequel s’inscrit une salle, également carrée, percée d’une baie sur chacune de ses faces : une coupole couvrait ce local, dont un tombeau, aujourd’hui disparu, occupait le centre.

7La construction. — Elle procède du même systeme mixte qui a déjà été signalé : pierre et brique, la première ayant servi à bâtir les parois de la salle funéraire, la seconde constituant les deux tambours et la calotte de là coupole.

Fig. 12. — Tombeau de Farroukh-Châh et de Bahrâm-Châh : Coupe schématique.

8Comme dans les édifices précédents, les assises de pierre sont réglées sur deux hauteurs : grand appareil (44 cm.) pour la base du mur et les chaînes d’angles, petit appareil (25 cm.) pour la partie haute du mur (pl. XI, 2).

9Le grand appareil est taillé d’une façon très particulière, qu’on retrouve dans de nombreux monuments de Damas : le parement de chaque bloc ayant été fait a la boucharde, les bords seuls en ont ensuite été dressés au ciseau sur une largeur de quelques centimètres, pour permettre un appareillage précis : le centre de la pierre, laissé tel quel, offrant une surface piquetée.

10Un enduit de plâtre habille entièrement l’intérieur du monument ; son existence sur les parois extérieures est plus incertaine : il est possible que seules les parties construites en brique aient été enduites.

  • 1 Sur ces niches, cf. supra, p. 5 et 11.
  • 2 Ce premier tambour octogonal est seul conservé ici. On notera comme une singularité que son pareme (...)
  • 3 La coupe schématique présentée ici pour montrer l’ordonnance de l’architecture et la répartition d (...)

11Le système de là coupole est aujourd’hui incomplet ; ses restes montrent du moins qu’il ne s’écartait en aucune sorte de celui qu’on relève dans l’immense majorité des monuments ayyoubides de Damas : le passage du carré au cercle par l’intermédiaire de deux zones polygonales superposées. Quatre niches voutées en cul-de-four, posées à 45° sur les angles de la salle1, créent une zone octogonale qui constitue un premier tambour2 ; sur celui-ci est assis un second tambour a seize côtés, moins haut que le premier, d’ou l’on passe sans difficulté au plan circulaire. Quatre grands arcs ménagés dans les parois de la salle a couvrir reportent sur les angles de la construction le poids des tambours et de la calotte. Ce système, très simple dans son principe et très heureux dans son effet, est le procédé normalement employé a Damas (et a Damas seulement) aux xiie et xiiie siècles pour construire les coupoles : le rapport des deux zones polygonales entre elles varie peu3, seul leur décor change.

  • 4 Cette bande de pierre noire n’est qu’un placage dissimulant le joint médiant : ses bords sont en e (...)

12Le décor. — L’extérieur de l’édifice est de la plus grande simplicité : on n’y relève point d’autres motifs proprement ornementaux qu’une clé de pierre noire4 a l’arc de décharge de la porte d’entrée (fig. 13), la table a queues-d’aronde qui encadre l’inscription, et un décor lobé, modelé dans l’enduit sur les faces obliques du tambour inférieur (pl. XI). Toute la valeur esthétique de la construction réside dans un effet de plastique monumentale qui dépend du procédé de construction de là coupole.

13Tout d’abord, le cube de base se dégradant progressivement vers la demi-sphère de la calotte par l’intermédiaire des deux zones polygonales, on évite l’opposition brutale de volumes simples présentée par tant d’autres combinaisons. En même temps, il y a correspondance exacte entre l’aspect extérieur et la disposition intérieure. Les deux zones polygonales forment une transition heureuse, et accusent aussi, de la façon la plus franche, le procédé de construction : solution satisfaisante à la fois pour l’œil et pour l’esprit.

  • 5 Bien qu’un seul tambour du monument soit conservé, on expose ici toutes les considérations général (...)

14D’autre part, les deux zones polygonales5 sont pourvues de petites baies qui constituent un véritable décor architectural à la fois par leur aspect et leur répartition. Dans la zone octogonale, elles occupent, géminées, les faces du tambour placées entre les niches ; ces dernières n’apparaissent pas sur la paroi extérieure, un défoncement occupant la face du tambour qui leur correspond. Dans la zone supérieure, les baies sont percées dans le tambour suivant les deux axes et les deux diagonales de la salle ; les autres faces sont occupées, extérieurement et intérieurement, par de petites niches. Chacun de ces défoncements est couronné d’un petit arc.

15A l’intérieur, l’effet obtenu par cette ordonnance architecturale était complété par un ensemble décoratif exécuté sur l’enduit suivant deux procédés : le modelage et la peinture.

Fig. 13. — Tombeau de Farroukh-Châh : La porte d’entrée.

16Le décor modelé est réparti d’une façon telle qu’il met en valeur, en les soulignant, les grandes lignes de l’architecture (fig. 12) : des bandeaux plats, en faible saillie sur le nu du mur, encadrent complètement chaque paroi et suivent l’arête des arcs qui portent là coupole : un décrochement de ces bandeaux forme, a hauteur d’appui, une bande horizontale tout autour de la salle. Des combinaisons géométriques très simples, formant pan coupé, meublent les angles supérieurs du cadre (fig. 14) ; du sommet des arcs jaillissent de beaux fleurons complexes, taillés dans le plâtre (fig. 15) ; un disque en relief, chargé de polygones étoiles, et taillé lui aussi dans le plâtre, marque le centre de chaque tympan (fig. 16). Chaque face du tambour est encadrée du même bandeau plat que les parois.

Tombeau de Farroukh-Châh : Détails du revêtement de plâtre.

17Le décor peint, du moins dans l’état actuel des lieux, ne se rencontre que dans les niches d’angles du tambour : chacune d’elles comportait autrefois un grand médaillon d’entrelacs floraux, tracé en bleu de cobalt sur le fond blanc de l’enduit. Comme au tombeau de Ṣafwat al-Molk, ce décor tirait de sa répartition stricte et de l’intensité de la couleur, a laquelle le fond blanc de l’enduit conférait un éclat remarquable, la majeure partie de son effet.

Fig. 17. — Tombeau de Farroukh-Châh : Médaillon peint dans une trompe.

Fig. 18. — Tombeau de Farroukh-Châh : Médaillon peint dans une trompe.

  • 6 Étant donné l’état de mutilation de ces panneaux décoratifs, il n’a pas été possible de reproduire (...)

18Les ornements des niches Nord étaient seuls conservés6 : ils offraient tous deux l’aspect d’un médaillon qu’enveloppait une bordure, circulaire sur la plus grande partie de son développement mais s’amortissant en pointes selon l’axe vertical ; a l’intérieur, des tiges chargées de fleurons et de feuilles s’enroulaient en spirales disposées symétriquement de part et d’autre de l’axe. Dans l’un des médaillons, un entrelacs géométrique curviligne très simple se posait sur l’entrelacs floral, qui couvrait le champ sans respecter le compartimentage créé par ces rubans géométriques : simple superposition de deux genres de décor sans lien organique, dont bien des œuvres du même temps apportent d’autres exemples. L’autre médaillon, au décor purement floral, est remarquable par la fréquence des motifs en forme de trèfle. Dans l’un comme dans l’autre, les fleurons et les feuilles sont peu variés, se ramenant en définitive a un seul type qui se reproduit avec quelques variantes (fig. 19).

Fig. 19. — Tombeau de Farroukh-Châh : Fleurons et feuilles des médaillons peints (la flèche indique, dans chaque cas, la modification apportée au type initial).

  • 7 V. H. Cr. Or., indices.
  • 8 Les historiens le placent en 578 ( = 1182-3) : je donne naturellement la préférence a la date donn (...)

19Identification et date. — Une inscription qui surmonte la porte d’entrée indique que c’est la le tombeau d’al-Malik al-Manṣour Mo‛izz ad-Din Farroukh-Châh, fils de Châhânchâh, prince ayyoubide connu : seigneur de Baalbekk et gouverneur de Damas au nom de son oncle Saladin, il joua un rôle dans la lutte contre les Croisés7. C’est a sa mère qu’est due la construction, qui suivit vraisemblablement de très près la mort du personnage fixée par le texte épigraphique en 30 Djoumada I 579 = 20 septembre 11838.

  • 9 Description, septembre-octobre 1894, 272.

20Les textes historiques nous apprennent en outre que l’édifice abritait une madrasa affectée a l’école hanéfite9.

  • 10 De la peut-être l’indication discordante d’un auteur (Al-Asadi, dans Description, septembre-octobr (...)

21Caractères et particularités. — C’est dans cette dernière indication que réside, je crois, la particularité la plus remarquable du monument, car il est bien évident, a l’examen du tombeau lui-même et de ses alentours, qu’il n’a jamais comporté d’autres bâtiments que la salle à coupole qu’on vient de décrire : il faut donc admettre que l’enseignement était donné sous cette coupole, dans le local même qui abritait la pierre tombale. La madrasa citée par les sources n’est donc pas un immeuble spécialisé, construit aux fins d’enseignement, mais seulement une institution n’ayant pas d’autre abri que le tombeau du fondateur10 ; ce qui la constitue, c’est essentiellement un wakf dont le revenu servait a rétribuer un professeur, autour duquel quelques disciples venaient se grouper dans un coin de la salle funéraire.

22Après ce qu’on a dit plus haut, il n’est pas nécessaire de revenir sur les caractères de la construction, conformes en tous points à l’usage du xiie siècle, mais on voudrait rappeler l’intérêt qui s’attache au systeme de là coupole. La composition en apparaît à l’examen comme extrêmement savante. Tres simple dans son principe, le procédé adopté n’offre pas seulement sur les autres l’avantage d’adoucir la silhouette de l’édifice grâce à l’introduction de deux zones polygonales et un jeu de proportions adroitement calculées. Il atteint aussi, grâce a la déclivité inégale des diverses faces des tambours, grâce a la répartition des baies qui crée une alternance régulière de pleins et de vides, grâce a la multiplication des niches qui accrochent des ombres, grâce au profil des défoncements qui répète sur une échelle toujours plus réduite les formes architecturales essentielles mises en œuvre, grâce enfin — et surtout — a la résolution avec laquelle l’accent y est mis sur le rôle constructif de chaque élément, un effet monumental indéniable, en dépit des dimensions très modestes du bâtiment.

  • 11 Pour d’autres exemples de coupoles sur deux tambours, a huit et seize côtés, mais dépourvus de l’o (...)
  • 12 Je n’en connais pas un seul exemple en Syrie du Nord, ou l’on emploie d’autres procédés. Cf. Rev. (...)

23Cette formule n’est, a tout prendre, qu’un développement de là coupole mésopotamienne sur niches d’angles et tambour octogonal, mais un développement très remarquable dans le sens du perfectionnement. Serait-ce une trouvaille proprement syrienne ? Je ne saurais l’affirmer : je n’ai point souvenir de l’avoir vue signalée dans l’architecture des pays avoisinants11, mais il sera sans doute plus sage d’attendre, pour risquer une conclusion, que des inventaires plus systématiques nous aient fourni assez de points de comparaison. En tout cas, en Syrie même, cette formule n’est employée qu’à Damas et dans sa région12, et elle s’y maintient avec une stabilité remarquable jusqu’au milieu du xiiie siècle.

  • 13 Fouilles du palais d’Al-Walîd a Khirbet el-Minyé (ZDPV, LIX, 1936 ; 214 sv.- A.-M. Schneider et 0. (...)

24Le décor peint appellerait sans doute bien des observations : on aimerait rechercher l’origine du type d’entrelacs qui orne les niches, et celle de ses fleurons caractéristiques. Mais nous ne croyons pas l’heure favorable a de telles études : au moment ou l’on écrit ces lignes, des trouvailles heureuses13 sont en voie de bouleverser nos connaissances traditionnelles sur l’art musulman des trois premiers siècles de l’Hégire ; si bien qu’il nous paraît superflu de construire là-dessus des théories dont le destin serait de se trouver périmées des l’instant de leur publication.

  • 14 Cf. Rev. Arts Asiat., 1930, 170 sv.

25C’est pourquoi on se bornera a souligner les affinités étroites que présentent entre eux, malgré leur composition différente, les deux médaillons conservés du décor peint. Ces affinités portent moins sur l’identité de forme du champ — dépendant d’un parti décoratif d’ensemble dont ces médaillons ne sont que des éléments — que sur le tracé de l’entrelacs, qui le ramène a des spirales régulières, sur la distribution des masses, qui vise a l’équilibre entre les pleins et les vides, et sur le type des fleurons et des feuilles : toutes particularités qu’on retrouvera sans modifications appréciables dans le décor des monuments ayyoubides de Damas14. On y retrouverait même les motifs globulaires qui chargent les tiges et les palmettes, schématisation — rendue nécessaire par le moyen d’expression de l’artiste, — des vrilles si fréquentes dans la sculpture sur pierre et sur bois du xiiie et du xiiie siècle.

  • 15 Cf. Rev. Arts Asiat, 1930, 170 et les fig. ; Monuments, fig. 17, 18 et pl. II. Ici même, les fleur (...)
  • 16 Cf. Syria, 1928, 228 (fig. 2) et 325 ; Rev. des Arls Asiat., 1934, 39 (fig. 11).
  • 17 Pour Alep, cf. Syria, 1928, 231 (fig. 6) et 232 (fig. 7). Pour Damas, peintures de la Badriya.

26On notera encore deux faits dont il n’est pas possible aujourd’hui de tirer des conclusions offrant une valeur générale, mais qui prendront sans doute quelque intérêt lorsqu’on pourra introduire une classification rationnelle dans l’ornement oriental du Moyen-âge. L’un des panneaux est composé exclusivement d’entrelacs floraux distribués suivant une composition dont la fig. 20 montre les lignes essentielles : on voit que les spirales et les feuilles qu’elles projettent, et qui forment a leur tour de nouvelles spirales, s’ordonnent de part et d’autre de l’axe de manière a former une série de figures tréflées. Ce parti est extremêment fréquent dans le décor des monuments ayyoubides de Damas ou il arrive même parfois, par sa seule répétition suivant un axe vertical, a constituer en soi toute la combinaison ornementale15. L’autre panneau comporte un feston géométrique superposé à l’entrelacs floral, composition insolite a Damas, mais au contraire assez largement usitée a Alep pour caractériser a première vue la production artistique de cette dernière ville16. — Observons enfin, pour en finir avec ces peintures, que les médaillons qui les enferment ne sont pas isolés dans le répertoire de formes de la Syrie ayyoubide : Damas et Alep fournissent des exemples comparables17.

Fig. 20. — Tombeau de Farroukh Châh : Schéma de l’entrelacs d’un médaillon peint.

  • 18 Cf. supra, p. 12.

27Quant au décor de lobes qui orne les faces obliques du tambour, il faudrait, a-t-on dit, en chercher l’origine en Mésopotamie18.

(B) LE TOMBEAU DE BAHRÂM-CHÂH

28Le plan. — Identique a celui du grand tombeau, mais de dimensions moindres (6m, 5 0 de côté hors œuvre).

29La tombe (fig. 21), en pierre de taille, est conservée au centre du local.

  • 19 J’ai omis de la noter : par comparaison avec certaines hauteurs d’assises relevées sur le grand ma (...)

30La construction. — Même système mixte que dans le grand tombeau, mais ici la pierre est débitée en blocs d’une hauteur uniforme, plus considérable19, et ne présente pas la taille a la boucharde qui a été signalée plus haut.

31Même procédé de construction de là coupole, dont la calotte est ici percée d’une série de trous circulaires, disposés sur un même plan horizontal et obtenus par l’insertion de tuyaux de poterie dans la maçonnerie de briques.

32Le décor. — Pas d’autre décor que des bandeaux encadrant les faces des deux zones polygonales, a l’intérieur, et des conques d’un type particulier ornant, a l’extérieur, les niches du second tambour.

33Identification et date. — Les deux cadres ménagés a chaque extrémité de la pierre tombale pour recevoir l’épitaphe sont demeurés vierges ; il n’existe pas davantage d’inscription sur les linteaux des fenêtres. C’est a une particularité du plan que l’on doit de pouvoir proposer une attribution du monument. Il a été, on l’a dit, accolé au tombeau de Farroukh-Châh, et ceci d’une façon telle qu’il ne possède pas d’entrée particulière, mais est accessible seulement par le bâtiment préexistant auquel on l’a juxtaposé. Cette particularité semble établir qu’il existe entre les deux édifices un rapport que leur caractère de monuments funéraires incite à rechercher dans un lien de parenté entre les personnages dont ils abritent les sépultures.

Fig. 21. — Tombeau de Bahrâm-Châh : La tombe.

  • 20 Description, mai-juin, 1894, 392 et 460, n. 76 ; septembre-octobre 1894, 272.
  • 21 Sa biographie dans Enc. Islam, s. v.
  • 22 Description, mai-juin, 1894, 393 et 460.

34De fait, les textes20 placent « a côté de la madrasa Farroukh-Châhiya » le tombeau d’al-Malik al-Amdjad Bahrâm-Châh, fils de Farroukh-Châh et prince de Baalbekk, assassiné a Damas en 627 = 1229-3021. Selon d’autres indications22, ce personnage « fut enterré dans la madrasa de son père » ou « dans sa madrasa, sise a côté de celle de son père ». Ces renseignements s’accordent avec ceux que fournit l’étude du plan et avec l’indice chronologique qu’apporte le caractère de l’appareillage ; on peut reconnaître à coup sur dans ce monument anonyme le tombeau de Bahrâm-Châh ; la date de sa construction dut suivre de prés celle de la mort du prince (1229-1230).

  • 23 Description, mai-juin 1894, 392.

35Caractères et particularités. — Comme dans l’édifice précédent, on notera l’absence de tout local spécialisé pour l’enseignement : la qualité de madrasa du monument n’est cependant pas douteuse, puisque nous connaissons la liste des professeurs qui y enseignèrent23.

36Il est peu d’indications a tirer d’une construction offrant un tel caractère de simplicité et se ramenant aussi exactement au type de coupole qu’on a étudié plus haut et dont on a déjà dit comment il pouvait effectivement constituer une madrasa. Son intérêt particulier réside presque tout entier dans sa juxtaposition a un édifice du xiie siècle, qui met bien en évidence l’évolution subie par la taille de la pierre et les procédés d’appareillage entre les dates respectives des deux bâtiments (pl. XI).

  • 24 G. Marcais, Manuel, t. I, 32, 34, 148 et 184, et les références. Cf. Der Islam, V, 358sv. ; G. Bel (...)

37Il faut cependant signaler un détail, important parce que significatif : le décor des niches sur la paroi extérieure du second tambour (fig. 22). Dans leur partie inférieure, ces niches sont de section rectangulaire, mais leur partie haute est formée d’une conque a cinq cannelures modelée en mortier et placée en porte-à-faux sur le fond de la niche : c’est encore la une forme mésopotamienne, dont le domaine s’étend, avec le rayonnement des influences orientales, jusqu’a la Tunisie et la Sicile24.

  • 25 A l’origine, l’éclairage n’était assuré que par les trois fenêtres ménagées dans les murs de la sa (...)

38Un autre détail pose un petit problème dont je ne saurais proposer actuellement la solution. On a dit que là coupole était percée d’une série de petits trous circulaires : quel est le rôle de ces ouvertures ? A première vue, elles paraissent destinées a apporter au local un supplément de lumière25, mais les orifices en sont d’un diamètre si faible (+10 cm.) qu’il est incompatible avec une telle fonction. Est-ce la un organe de ventilation ? Il paraîtrait superfétatoire. Faut-il admettre que ces ouvertures sont en rapport avec la répugnance que marque l’Islam orthodoxe pour l’installation d’un toit au-dessus des tombes, que ce serait la un subterfuge destiné a tourner une interdiction traditionnelle ? Cette interprétation ne va pas sans soulever de nouvelles difficultés, et je ne la propose ici que comme une solution désespérée, sur la valeur de laquelle de nouvelles observations apporteront peut-être un jour quelque lumière.

Fig. 22 Tombeau de Bahbâm-châh : Niches du tambour supérieur (croquis)

Notes

1 Sur ces niches, cf. supra, p. 5 et 11.

2 Ce premier tambour octogonal est seul conservé ici. On notera comme une singularité que son parement extérieur est a l’aplomb de l’arête de la moulure qui couronne le cube de base, donc en encorbellement sur le nu des parois.

3 La coupe schématique présentée ici pour montrer l’ordonnance de l’architecture et la répartition du décor ne donne pas les hauteurs exactes : on trouvera dans les notices suivantes des relevés précis qui permettront l’étude des proportions.

4 Cette bande de pierre noire n’est qu’un placage dissimulant le joint médiant : ses bords sont en effet verticaux, au lieu d’irradier du centre de l’arc de décharge, comme dans le cas ou la pierre jouerait un rôle effectif dans l’appareillage.

5 Bien qu’un seul tambour du monument soit conservé, on expose ici toutes les considérations générales, valables pour toutes les coupoles de ce type. Par la suite, pour éviter des redites, on ne signalera plus que les particularités des coupoles ainsi construites.

6 Étant donné l’état de mutilation de ces panneaux décoratifs, il n’a pas été possible de reproduire tels quels les calques que nous en avions exécutés : ils n’auraient donné qu’un dessin incohérent. J’ai du procéder a de nombreuses restitutions auxquelles le système rigoureux de l’ornement enlevait tout caractère arbitraire

7 V. H. Cr. Or., indices.

8 Les historiens le placent en 578 ( = 1182-3) : je donne naturellement la préférence a la date donnée par l’inscription (Répertoire, n° 3381), document de première main.

9 Description, septembre-octobre 1894, 272.

10 De la peut-être l’indication discordante d’un auteur (Al-Asadi, dans Description, septembre-octobre 1894, 314, n. 137) selon lequel le tombeau et la madrasa de Farroukh-Châh auraient constitué deux édifices voisins, mais distincts. Cf. contra : Description, septembre-octobre 1894, 272, 393 et 460, n. 76 et ci-dessous p. 39

11 Pour d’autres exemples de coupoles sur deux tambours, a huit et seize côtés, mais dépourvus de l’ordonnance régulière de baies et de niches des coupoles syriennes, v. Sarre et Herzfeld, op cit.., t. II, 234 (Mossoul : Chaikh ach-Chatt), et G. Bell, Amurah to Amurath, fig. 118 (Wâné).

12 Je n’en connais pas un seul exemple en Syrie du Nord, ou l’on emploie d’autres procédés. Cf. Rev. Arts Asiat., 1934, 38.

13 Fouilles du palais d’Al-Walîd a Khirbet el-Minyé (ZDPV, LIX, 1936 ; 214 sv.- A.-M. Schneider et 0. Puttrich-Reignard, Ein frùhislamischer Bau am See Genesareth, Cologne, 1938), du bâtiment omeyyade de Khirbet el-Mefdjer (Quart, of Department of Antiquilies of Palestine, V, 1936, 132 sv.) et surtout du palais de Hicham a Qaṣr el-Ḥair (C. R. AC. I. B. L., 1937, 134-139) ; étude des bois sculptés de Tekrit dans Ars islamica, IV (1937), 293 sv

14 Cf. Rev. Arts Asiat., 1930, 170 sv.

15 Cf. Rev. Arts Asiat, 1930, 170 et les fig. ; Monuments, fig. 17, 18 et pl. II. Ici même, les fleurons sculptés qui marquent le sommet des arcs, sont ainsi composés (fig. 15).

16 Cf. Syria, 1928, 228 (fig. 2) et 325 ; Rev. des Arls Asiat., 1934, 39 (fig. 11).

17 Pour Alep, cf. Syria, 1928, 231 (fig. 6) et 232 (fig. 7). Pour Damas, peintures de la Badriya.

18 Cf. supra, p. 12.

19 J’ai omis de la noter : par comparaison avec certaines hauteurs d’assises relevées sur le grand mausolée, je l’évalue, d’après la photographie a ±40 cm.

20 Description, mai-juin, 1894, 392 et 460, n. 76 ; septembre-octobre 1894, 272.

21 Sa biographie dans Enc. Islam, s. v.

22 Description, mai-juin, 1894, 393 et 460.

23 Description, mai-juin 1894, 392.

24 G. Marcais, Manuel, t. I, 32, 34, 148 et 184, et les références. Cf. Der Islam, V, 358sv. ; G. Bell, Palace and Mosque al Ukhaidir, pl. XXVI ; LI, 2 ; XCI, 1 ; H. Terrasse, op. cit., pl. III, a gauche.

25 A l’origine, l’éclairage n’était assuré que par les trois fenêtres ménagées dans les murs de la salle : les baies du tambour étaient fermées, comme le montre l’exemple de bien d’autres monuments, par des vitraux multicolores qui les empêchaient de jouer un rôle effectif dans l’éclairage de la salle.

Table des illustrations

Légende Fig. 11. Tombeau de Farroukh-Châh (en haut) et de Bahrâm-Châh (en bas) Plan (état actuel)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 12. — Tombeau de Farroukh-Châh et de Bahrâm-Châh : Coupe schématique.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Fig. 13. — Tombeau de Farroukh-Châh : La porte d’entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Tombeau de Farroukh-Châh : Détails du revêtement de plâtre.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 17. — Tombeau de Farroukh-Châh : Médaillon peint dans une trompe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Légende Fig. 18. — Tombeau de Farroukh-Châh : Médaillon peint dans une trompe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 19. — Tombeau de Farroukh-Châh : Fleurons et feuilles des médaillons peints (la flèche indique, dans chaque cas, la modification apportée au type initial).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 20. — Tombeau de Farroukh Châh : Schéma de l’entrelacs d’un médaillon peint.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 21. — Tombeau de Bahrâm-Châh : La tombe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 22 Tombeau de Bahbâm-châh : Niches du tambour supérieur (croquis)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3797/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search