Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison I

Le dar al-Ḥadith de Nour ad-Din

Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : E. 3. 9.

2Monuments : n° 20.

3L’édifice est en ruines, à la suite d’un incendie récent qui est venu achever l’œuvre de plusieurs siècles d’abandon : il est néanmoins facile d’en reconnaître, au moins dans leurs lignes générales, la disposition et les caractères.

4Le plan (fig. 7). — L’ensemble forme un carré parfait, de surface tres réduite (16 m. 30 x 17 m. 20 hors œuvre : c’est l’un des plus petits monuments de Damas), dont le centre est occupé par une cour, carrée elle aussi, pourvue d’un bassin a ablutions. Au fond de la cour, se développe dans le sens transversal, parallèlement au mur Sud, un oratoire pourvu d’un mihrab. Le long du mur de façade s’ordonnent, de part et d’autre de l’entrée, quatre petites pièces voutées dont deux communiquant à la fois avec le vestibule d’accès et la cour, et deux autres occupant les angles antérieurs de l’édifice.

5Entre ces deux corps de bâtiment le plan présente, dans l’état actuel des lieux, une solution de continuité : les deux constructions qui règnent sur les faces latérales de la cour sont entièrement modernes. L’une d’elles, la face Est, conserve cependant a son extrémité Nord un piédroit ancien qui assure la restitution de la disposition originelle.

6En effet, il répond exactement, à la fois sous le rapport de l’emplacement et sous celui des dimensions, aux deux antes de la salle de prière et aux piédroits d’angle de la face Nord de la cour : sa présence autorise donc a restituer aux deux extrémités de la façade qui le conserve, encadrant un motif axial, deux petites baies identiques aux baies latérales des deux autres faces de la cour.

Fig. 7. — Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din : Plan (les faces latérales de la cour sont restituées).

  • 1 L’ordonnance de l’une quelconque de ces faces peut donc être, en théorie, reproduite indifféremmen (...)
  • 2 Madr. Raiḥâniya (575 = 1179), Madr. ‛Aḏrâwiya (580 = 1184).
  • 3 Pas de traces d’arrachements de voutes, mais l’objection essentielle me paraît celle que je présen (...)
  • 4 Cf. madr. Raihâniya et ‛Adrâwiya ; Madrasas, fig. 2, 4, 5, 6 et 8 ; madr. Nouriya de Damas, ‛Adili (...)

7La restitution de la baie centrale est moins évidente car — la cour étant carrée et ses deux faces conservées, légèrement différentes en élévation, se révélant rigoureusement semblables en plan1 — on peut la concevoir soit sous l’aspect d’une exèdre voutée comme celle qui occupe l’axe de la face Nord, soit sous celui d’une baie rectangulaire a linteau comme celle qui occupe le centre de la façade de l’oratoire. Je crois cette dernière restitution la meilleure pour plusieurs raisons : 1° dans d’autres monuments comparables a celui-ci a la fois par leur date et par leur destination2, c’est toujours la façade pourvue d’une baie centrale a linteau qui se trouve répétée sur les autres faces de la cour ; 2° la restitution sur la face Est de la cour d’une exèdre axiale voutée entraînerait, pour des raisons d’équilibre, la restitution d’une série de pièces voutées analogues a celles de la face Nord, disposition qui semble peu satisfaisante3 ; 3° les corps de bâtiment occupant les faces latérales de la cour communiquaient avec deux pièces voutées occupant les deux angles antérieurs de la construction : or l’expérience prouve que, dans les monuments de cette époque, de telles pièces dépendent toujours d’une vaste salle, formant un vaisseau unique occupant toute une face de la cour4. Pour toutes ces raisons, on restituera le long du mur Est de notre édifice un corps de bâtiment identique par son plan, et par l’ordonnance de sa façade, a celui qui se développe le long du mur Sud. Cette restitution est valable également pour le corps de bâtiment accolé au mur Ouest, puisqu’il communiquait lui aussi avec une des pièces d’angle antérieures, et qu’il est symétrique au bâtiment Est par rapport au grand axe de la composition, et d’une surface équivalente. Si notre interprétation est exacte, le monument se composait d’un oratoire, d’une entrée flanquée de deux pièces, et de deux longues salles communiquant chacune avec une pièce attenante, le tout groupé autour d’une cour pourvue d’un bassin a ablutions. Le caractère marquant de ce plan est une recherche tres poussée de la symétrie, qui s’avère totale de part et d’autre de l’axe principal de la construction, imparfaite, mais néanmoins tangible (plan des faces de la cour), de part et d’autre de l’axe transversal.

8La construction. — Les matériaux et les procédés mis en œuvre sont plus variés encore ici que dans le tombeau de Ṣafwat al-Molk.

9L’encadrement de la porte d’entrée (pl. VIII, 2) et les piédroits de la salle de prière sont en pierre de taille de dimensions assez remarquables (haut, minima : 54 cm.), circonstance explicable par leur qualité de remplois : ce sont des matériaux arrachés au Temple antique, tout voisin, et retaillés. Le reste des parois est en maçonnerie de petit appareil d’un échantillon plus uniforme (haut. : 17 cm. et 22 cm.).

Fig. 8. — Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din : Coupe restituée.

  • 5 A l’exception des deux baies latérales de la salle de prière, qui sont clavées en pierre.

10Par contre, c’est la brique (d’une mauvaise qualité, mal cuite et friable) qui a servi a monter les voutes et a claver les arcs bandés au-dessus des ouvertures5, mais la clé de ces arcs est en pierre. Presque toujours les dimensions de ces briques (26 x 17 x 6cm.), considérables par rapport au rayon de l’arc, ont nécessité l’emploi d’une grande quantité de mortier (pl. IX).

11Le bois, enfin, joue aussi son rôle dans la construction. Chacune des baies est traversée par un linteau formé de poutres jointives s’engageant dans la maçonnerie, ou reposant par leurs extrémités sur des pièces de bois logées dans une saignée horizontale des piédroits (fig. 8).

  • 6 Mosquées des Omeyyades, du Repentir, de Djarrâḥ, de Yelboghâ, de Tingiz, des Hanbalites, madrasa M (...)

12D’autre part, il semble bien que les trois plus grands vaisseaux de la construction : oratoire et salles latérales, aient été couverts en charpente, car l’ordonnance de leurs façades paraît peu apte a buter un système de voutes ; on ne retrouve d’ailleurs aucun arrachement sur les parois de ces salles, dont la faible largeur aurait au surplus facilité grandement l’exécution d’un toit en charpente. Selon l’hypothèse la plus simple, les salles latérales auraient été couvertes par une terrasse, portée par un solivage jeté en travers du vaisseau et régnant au même niveau que celle des pièces voutées ; la salle de prière, au contraire, selon un usage a peu prés constant a Damas6, aurait eu un djamaloûn, un toit a deux pentes, a charpente apparente.

13Ici encore un enduit de plâtre devait dissimuler le manque d’homogénéité des maçonneries.

14Le décor. — Les seuls éléments décoratifs actuellement conservés sont le cul-de-four du mihrab, fait d’une conque antique remployée (pl. VIII, 3), la moulure vigoureuse qui encadre la porte d’entrée (fig. 9) et la « tabula ansata » qui surmonte celle-ci (fig. 10 et pl. VIII, 2).

15Identification et date. — Le monument ne renferme aucun document épigraphique. Sa date et sa destination peuvent néanmoins être fixées à coup sur.

Fig. 9. — Moulure de la porte d’entrée.

Fig. 10. — La porte d’entrée. Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din.

  • 7 Description, mai-juin 1894, 424.
  • 8 Présentée dans Damaskus (E. 3. 8) comme les restes d’un bain « bâti par Saif ad-Din (sic) en 669 = (...)
  • 9 Description, mai-juin 1894, 424 ; mars-avril 1894, 306, n. 84 (d’ap. Ibn Kaṯî ).
  • 10 Description, mars-avril 1894, 280 sv.

16En face de sa porte, de l’autre côté de la rue, se dresse une petite façade du xiiie siècle qu’une inscription7 désigne comme les restes de la petite ‘Adiliya, madrasa8 fondée par la princesse ayyoubide Zahrâ-Khatoun, fille d’al-Malik al-‛Adil. Or, on sait que cette madrasa s’élevait vis-à-vis9 de l’école de tradition prophétique (dar al-hadith) construite par l’atabeg Nour ad-Din10 cette école se confondrait donc avec le monument anonyme qu’on a décrit, le seul qui puisse entrer en considération en raison de son site, sans par ailleurs que les caractères généraux de son plan et de son architecture, qu’on étudiera plus loin, constituent un obstacle a une telle assimilation.

17La date précise de la construction n’est pas connue : elle se place en tout cas entre la prise de possession de Damas par Nour ad-Din (549 = 1164) et la mort de ce dernier (569 = 1174).

  • 11 Pour Damas, v. Description, chap. I I, mars-avril 1894. Pour Alep, J. Sauvaget, Les Perles choisie (...)
  • 12 Damaskus : F. 4. 22 ; Monuments, n° 44.
  • 13 Ibn Al-Aṯir, dans Description, mars-avril 1894, 281 ; cf. Description, loc. cit., 306, n. 83. La c (...)

18Caractères et particularités. — Les bâtiments spécialement affectés a l’enseignement du hadith n’ont jamais été nombreux dans les villes syriennes11, ou les madrasas se comptaient par dizaines : a Damas même, un autre seulement est intégralement conservé, qui date de l’époque mamelouke12. D’autre part, selon certaines sources13 le dar al-hadith de Nour ad-Din serait le plus ancien monument de ce genre qui ait été élevé en pays d’Islam. Si cette affirmation était un jour vérifiée (l’état actuel de notre documentation n’autorise ni a la recevoir ni a la rejeter), il faudrait considérer l’édifice décrit plus haut comme un prototype auquel s’attacherait un intérêt exceptionnel. Pour l’heure, sa valeur réside dans sa qualité d’exemple ancien, et parfaitement explicite, d’un type monumental intéressant et encore a peu prés inconnu.

  • 14 Madr. Raiḥâniya ; madr., ‛Aḏrâwiya.
  • 15 Madrasas, 24 ; Rev. Arts Asial., 1934, 36.
  • 16 Comme on l’a dit, le manque de hauteur et l’absence d’escalier ancien interdisent la restitution d (...)

19Le fait saillant, celui qu’il convient de signaler des l’abord, c’est la parenté qu’on observe entre son plan et celui des plus anciennes madrasas de Damas, dont on trouvera plus loin des spécimens14, parenté assez étroite pour que seules les proportions tres réduites et l’absence de l’iwan, l’élément typique de la madrasa15, évitent une méprise sur la nature de l’institution abritée par l’édifice. Cette parenté et les indications fournies par l’étude du plan permettent de préciser le rôle dévolu aux différentes pièces : au fond de la cour, l’oratoire, — de part et d’autre de l’entrée, deux locaux de service (logement du gardien et magasin), — enfin, sur les deux faces latérales, les salles de cours, pourvues chacune d’une pièce annexe servant soit de bibliothèque, soit de logement pour le professeur, la première hypothèse étant d’ailleurs la plus vraisemblable16.

20Moins importante en apparence, l’ordonnance des quatre faces de la cour me paraît éminemment digne de retenir quelques instants l’attention.

21Elle est caractérisée, on a pu le voir sur le plan, par trois baies : une baie centrale, plus large, et deux autres plus petites, égales entre elles et disposées symétriquement a droite et a gauche (pl. X, 1). Sur leurs piédroits sont bandés des arcs, mais on a dit que chaque ouverture est pourvue d’un linteau de bois qui interrompt son développement en hauteur, si bien que son aspect est celui d’une porte rectangulaire surmontée d’une fenêtre en arc brisé de même largeur que la porte.

  • 17 Cf. Madrasas, pl. I B, II, IV B, et p. 24.
  • 18 Alep : maqâm d’Abraham, dans la Citadelle, 563 = 1168. Hôpital de Nour ad-Din, +560 = 1164. Palais (...)

22Les architectes qui ont élevé les monuments syriens du xiie et du xiiie siècle ont employé ce type de baie avec une prédilection marquée, le plus souvent en le répétant symétriquement de part et d’autre d’un motif axial17 : iwan, porte rectangulaire ou — comme ici — baie du même type18. Presque toujours les linteaux sont en bois, rarement en pierre ; plus rarement encore ils sont constitués d’un rang de poutres chargées d’une assise de pierre de taille.

23Si cette disposition n’appelle aucune observation lorsque le linteau est en pierre, elle apparaît comme singulièrement illogique lorsqu’il est en bois, ou en bois et pierre, car elle a pour effet d’affaiblir la solidité des maçonneries en y introduisant des matériaux d’une résistance moindre, et ceci en un point particulièrement critique : celui qui reçoit la charge des arcs. Et, par surcroît, la largeur des baies considérées est toujours assez réduite (0 m. 85 et 1 m. 35 dans le cas présent, 1 m. 50 dans l’exemple de la fig. 23) pour qu’une dalle de pierre ait pu être posée sur l’ouverture sans aucune difficulté. La substitution du bois a la pierre dans les linteaux ne se justifie donc pas.

24Je crois pouvoir présenter de cette anomalie une explication vraisemblable. Irrationnel dans l’architecture de pierre, ce type de baie est au contraire parfaitement logique dans l’architecture de brique, ou l’emploi d’un linteau de bois engagé dans les piédroits constitue le seul procédé qui permette d’obtenir une ouverture rectangulaire. Il se pourrait donc que l’on fut en présence d’un élément architectural originellement exécuté en brique, puis transcrit — d’une manière peu intelligente — en matériaux différents.

  • 19 Mchattâ (K. A. C. Creswell, Early Muhammedan Architecture, t. I) ; Kharâné (Jaussen et Savignac, C (...)

25Et voici qui donne quelque poids a ce raisonnement théorique : ces baies cintrées a linteau de poutres se retrouvent dans des monuments, antérieurs a celui qui nous occupe pour l’heure19, ou la maçonnerie est faite de brique ou de blocage, ou l’emploi du bois est par conséquent satisfaisant.

  • 20 Cf. supra, p. 10 et suiv. et ci-dessous, p. 39-40, 43 et 50.

26Or, ces mêmes monuments relèvent des traditions architecturales de la Mésopotamie ; d’autre part, dans les premiers édifices syriens ou apparaît ce type de baie, on note d’autres particularités importantes qui se rattachent, elles aussi, a l’architecture de l’Irak : emploi de la brique pour les éléments montés sur cintre, coupoles sur niches d’angles, dômes d’alvéoles, formes lobées, conques en porte-à-faux, etc.20. Il est impossible qu’il n’y ait la qu’une coïncidence : il faut admettre que le type de baie qui nous a retenus est, lui aussi, un motif mésopotamien adopté tel quel par l’architecture syrienne.

27Mais cette conclusion ne résout pas entièrement le problème : elle explique la forme du motif, mais non pas son mode d’exécution ; elle est insuffisante pour rendre compte de la mise en œuvre d’un procédé aussi défectueux.

  • 21 Cf. Rev. Arts Asiat, 1934, 21-22 et 38.

28Aussi bien n’est-ce pas la seule défaillance technique qu’on observe dans ces édifices. Pendant tout le vie siècle H. = xiie siècle, les monuments de Damas sont bâtis exclusivement en matériaux légers ou de petit calibre : pierres de dimensions minuscules, moellons, briques, blocage, mortier et bois. Ils s’opposent par la a la tradition architecturale syrienne qui affectionne plus que tout autre chose, au cours des siècles antérieurs comme durant ceux qui vont suivre, la pierre de taille débitée en blocs aussi gros que possible et appareillée d’une façon impeccable, voire avec une recherche de la difficulté21. Comme ces édifices sont, en général, bien conçus, qu’il se trouve même parmi eux de grandes compositions monumentales très réussies, on ne saurait attribuer ces défaillances techniques a un manque d’habileté professionnelle de la part de leurs constructeurs.

29Mais l’antinomie se résout, a la lumière de l’histoire, aussitôt que l’on observe : d’une part, que les monuments ou se marque cette régression des techniques de la pierre que nous considérons comme proprement syriennes sont en même temps ceux ou l’on relève le plus grand nombre d’éléments mésopotamiens typiques, reproduits presque sans altération ; — d’autre part, que ces mêmes édifices sont soit des madrasas, soit des écoles de tradition prophétique, c’est-a-dire des types monumentaux inconnus jusqu’alors de l’architecture syrienne et dont l’origine doit être cherchée dans les régions orientales du monde islamique : Perse et Irak ; — enfin, que c’est précisément de ces mêmes régions que viennent les princes qui en ordonnent la construction ; c’est de la qu’ils ont amené le programme politique — la restauration de la Sunna — dont la fondation de tous ces bâtiments spécialisés n’est que la trace matérielle et la transcription dans le plan architectural.

  • 22 C’est ainsi que la population d’Alep s’oppose par la force a la construction de la première madras (...)

30Et pour ces constructions, les princes ne peuvent, au moins pendant le xiie siècle, ou leur emprise sur le pays est encore incertaine, absolument pas compter sur la population syrienne, pour laquelle madrasa et dar al-hadith constituent, en même temps que des innovations auxquelles elle se montre résolument hostile22, des programmes architecturaux inusités. Dans de telles conditions historiques, sera-t-il trop aventuré de conclure que ces princes ont du agir en matière de construction comme en matière d’administration ou d’enseignement : faire appel à des architectes de l’Irak, rompus à l’exécution des types monumentaux qu’ils voulaient introduire en Syrie, et par surcroît acquis à leurs idées politiques ?

31Je ne le crois pas : je mettrai même en avant, a l’appui de cette théorie, le manque d’harmonie qu’on observe, dans le dar al-hadith de Nour ad-Din, entre la conception du plan et sa réalisation : d’un côté, une composition claire, simple, logique, savante par certains de ses aspects, de l’autre une exécution maladroite et discutable dans ses procédés : sureté de la conception, s’opposant a la gaucherie de la technique. Un tel déséquilibre s’accorderait bie avec l’hypothèse d’un architecte venu de l’Irak, obligé, faute de trouver sur place les matériaux usuels de son pays d’origine, de traiter sa construction en pierre, quitte a ramener celle-ci a un échantillon aussi voisin que possible de la brique et a employer aussi largement que faire se pouvait les matériaux qu’il était accoutumé a manier : brique, mortier et bois.

32Étendue aux autres monuments syriens du xiie siècle, cette même hypothèse rendrait compte, dans les meilleures conditions, en même temps de l’introduction massive de formules mésopotamiennes dont témoigne l’architecture de cette époque, et des dispositions illogiques que nous avons signalées. Les unes et les autres s’expliqueraient, suivant les circonstances, tantôt par l’intervention d’architectes mésopotamiens transcrivant dans des matériaux nouveaux pour eux leurs formules traditionnelles, tantôt par l’activité d’architectes syriens copiant d’une manière plus ou moins servile des types monumentaux étrangers a la fois par leur nature, leur plan et leurs techniques, et s’efforçant de reproduire, soit tels quels, soit en les adaptant aux procédés locaux, des motifs architecturaux qui leur paraissaient indissociables de ces types nouveaux d’édifices.

Notes

1 L’ordonnance de l’une quelconque de ces faces peut donc être, en théorie, reproduite indifféremment, et sans aucune modification, sur n’importe laquelle de ses autres faces.

2 Madr. Raiḥâniya (575 = 1179), Madr. ‛Aḏrâwiya (580 = 1184).

3 Pas de traces d’arrachements de voutes, mais l’objection essentielle me paraît celle que je présente sous la rubrique suivante (3°). La hauteur du corps de bâtiment est, par ailleurs, insuffisante pour permettre la restitution de deux étages superposés de petites pièces.

4 Cf. madr. Raihâniya et ‛Adrâwiya ; Madrasas, fig. 2, 4, 5, 6 et 8 ; madr. Nouriya de Damas, ‛Adiliya (Monuments, fig. 22) ; madr. de Gumuchtegin a Bosra (Brünnow et Domaszewski, Provincia Arabia, t. III, fig. 923).

5 A l’exception des deux baies latérales de la salle de prière, qui sont clavées en pierre.

6 Mosquées des Omeyyades, du Repentir, de Djarrâḥ, de Yelboghâ, de Tingiz, des Hanbalites, madrasa Mâridâniya, etc.

7 Description, mai-juin 1894, 424.

8 Présentée dans Damaskus (E. 3. 8) comme les restes d’un bain « bâti par Saif ad-Din (sic) en 669 = 1270-71 ». Les textes placent en effet approximativement a cet endroit le bain d’Ibn Mousik (Description, mars-avril 1894, 306, n. 84), mais le monument porte une inscription qui apporte des indications catégoriques sur la nature de la fondation : visiblement ce texte n’a pas été lu ou a été mal lu. L’architecture n’a rien de commun avec celle d’un hammam, par ailleurs.

9 Description, mai-juin 1894, 424 ; mars-avril 1894, 306, n. 84 (d’ap. Ibn Kaṯî ).

10 Description, mars-avril 1894, 280 sv.

11 Pour Damas, v. Description, chap. I I, mars-avril 1894. Pour Alep, J. Sauvaget, Les Perles choisies d’Ibn ach-Chihna, 133-134.

12 Damaskus : F. 4. 22 ; Monuments, n° 44.

13 Ibn Al-Aṯir, dans Description, mars-avril 1894, 281 ; cf. Description, loc. cit., 306, n. 83. La chaire en fut attribuée des l’origine au fameux ḥâfiṭ Ibn ‘Asâkir, puis a ses deux fils Qâsim et Zain al-Oumanâ’, puis a son petit-fils Tâdj, fils de Zain al-Oumana’. On a dit ailleurs (Monuments, p. 14) comment ce fait réagit sur l’histoire de la prise de Damas par les Arabes et les controverses sur le partage de l’église principale entre Musulmans et Chrétiens.

14 Madr. Raiḥâniya ; madr., ‛Aḏrâwiya.

15 Madrasas, 24 ; Rev. Arts Asial., 1934, 36.

16 Comme on l’a dit, le manque de hauteur et l’absence d’escalier ancien interdisent la restitution d’un étage qui aurait été dévolu a des pièces d’habitation. L’hospitalité accordée au voyageur andalou Ibn Djobair dans cette école n’est pas en contradiction avec notre manière de voir ; on sait combien les Orientaux du Moyen-âge, plus encore que ceux de nos jours, étaient peu exigeants en matière de mobilier : une couverture et un coussin dans un coin de l’une des salles de cours, il n’en fallait pas plus pour doter le voyageur de tout le confort voulu.

17 Cf. Madrasas, pl. I B, II, IV B, et p. 24.

18 Alep : maqâm d’Abraham, dans la Citadelle, 563 = 1168. Hôpital de Nour ad-Din, +560 = 1164. Palais d’Ibn ad-Daya, ±560 = 1164. Madr. Châḏbakhtiya, 589 = 1193. Madr. Soulṭâniya, 6 2 0 = 1223. Madr. Ẓâhiriya hors-les-murs, 6 1 4 = 1217. Madr. Kâmiliya hors-les-murs, ± 6 1 0 = 1213. Madr. al-Firdaus, 6 3 3 = 1 2 3 5. Khânaqah de Farafrâ, 6 3 5 = 1237.
Damas : Hôpital de Nour ad-Din, 5 4 9 = 1148. Dar al-ḥadith de Nour ad-Din, ± 5 66 = 1170. Madr. Nouriya, 5 6 8 = 1172. Madr. Raihâniya, 575 = 1179. Madr. Khatouniya hors-les-murs, 577 = 1182. Madr. ‘Adrâwiya, 580 = 1184. Madr. Châmiya hors-les-murs, av. 587 = 1191. Mosquée des Hanbalites, 599 = 1202. Madr. Djahârkasiya, 608 = 1211. Madr. Mâridâniya, 610 = 1213. Madr. ‘Adiliya, ach. 619 = 1222.
Ma’arrat An-No’man : Madr. chafeite, 5 9 5 = 1199.
Bosra : Madr. de Gumuchtegin, 530 = 1136.
Comme on le voit, cette liste comprend les plus remarquables des monuments ayyoubides de Syrie.

19 Mchattâ (K. A. C. Creswell, Early Muhammedan Architecture, t. I) ; Kharâné (Jaussen et Savignac, Châteaux arabes) ; Ukhaidir (G. Bell, Ukhaidir) ; Rakka (Sarre et Herzfeld, op. cit., t. II).

20 Cf. supra, p. 10 et suiv. et ci-dessous, p. 39-40, 43 et 50.

21 Cf. Rev. Arts Asiat, 1934, 21-22 et 38.

22 C’est ainsi que la population d’Alep s’oppose par la force a la construction de la première madrasa de la ville (première moitié du xiie siècle) : v. J. Sauvaget, Perles choisies, 108.

Table des illustrations

Légende Fig. 7. — Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din : Plan (les faces latérales de la cour sont restituées).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Légende Fig. 8. — Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din : Coupe restituée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Légende Fig. 9. — Moulure de la porte d’entrée.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 10. — La porte d’entrée. Dar al-Ḥadith de Nour ad-Din.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.