Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les monuments Ayyoubides de Damas

 | 
Jean Sauvaget

Livraison I

Le tombeau de Ṣafwat al-Molk

Michel Écochard et Jean Sauvaget

Texte intégral

1Damaskus : DW. 6.

2Monuments : n° 17.

  • 1 Damaskus : A. 2. 1. — Monuments, n° 53.
  • 2 Damaskus : DW. 5. — Monuments, n° 33.

3Dans un jardin a l'Ouest de la ville, au lieu dit zqâq es-Sakhr (fig. 1), sur la lèvre de la dénivellation qui marque vers le Nord la limite de la vallée d'érosion du fleuve. A 70 mètres a l'Ouest de la Khânaqah Younousiya1 et a 160 mètres a l'Est de la madrasa ‘Izziya hors-les-murs2.

Fig. 1. — Tombeau de Ṣafwat al-molk : Croquis de situation.
A Tombeau de Safwat al-Molk.
B Khanaqah Younousiya.
C Madrasa Izziya hors-les-murs.
D Lycée officiel.
E Faculté de Droit.

4Le monument n'existe plus. Il a du être abandonné a la démolition il y a quelques années en raison de son état de stabilité précaire : sa conservation n'aurait pu être assurée qu'au prix d'une reconstruction totale, opération des plus onéreuses, en même temps que critiquable dans son principe et dans ses résultats. Ce sont les relevés détaillés exécutés avant cette démolition qui ont servi de base à la présente étude.

5Le plan. (fig. 2). — L'édifice (pl. I), très simple dans sa disposition et très modique dans ses dimensions, forme un rectangle de 9 m, 3 0 x 6m, 45 hors œuvre.

Fig. 2. - Tombeau de Ṣafwat al-Molk : Plan.

6Le centre en est occupé par une salle carrée : les proportions de ce local, et d'autres considérations qui seront développées plus loin, amènent a restituer la comme couverture une coupole qui n'a laissé aucune trace. Sur le carré central s'ouvrent, suivant le grand axe de la construction, deux exèdres rectangulaires couvertes chacune par une demi-coupole, circonstance qui explique les proportions qu'elles ont reçues : 1 x 2 = un demi-carré.

Fig- 3. — Tombeau de Ṣafwat al-molk : Coupe suivant le grand axe. 4

7Au milieu de la face Nord s'ouvre la porte d'entrée, a laquelle correspond une fenêtre sur la face Sud ; les petites faces sont percées chacune d'une fenêtre et d'une petite lucarne ménagée a la naissance de la voute.

8La construction. — La maçonnerie des murs est faite d'un moellonage grossier (ou entrent des matériaux hétéroclites, évidemment en remploi : calcaire, basalte, marbre blanc, table « a queues-d'aronde » antique, etc.) liaisonné par des longrines de bois (pl. VIII, 1).

Fig. 4. - Tombeau de Ṣafwat al-molk : Détail de construction du mur Sud.

  • 3 Les arcs des monuments qui seront étudiés ici étant presque constamment brisés, leur profil ne ser (...)

9Les voutes sont en briques de deux échantillons différents (23 x 15 x 4 cm. et 26x19x6 cm.). Les demi-coupoles sont assises sur une zone polygonale rachetant le carré (pl. II) : deux niches voutées en quart de sphère, posées a 45° sur les deux angles de l'exèdre, créent un demi-octogone régulier, d'ou l'on passe au cercle aisément en raison des faibles dimensions de l'espace a couvrir, qui réduisent a presque rien les encorbellements. Ces demi-coupoles sont constituées (fig. 3), depuis leur base jusqu'a la moitié de leur développement dans le sens de la hauteur, par deux rangées de briques accolées l'une a l'autre, et donnant une épaisseur totale de 45 cm. (19+26 cm.), la partie supérieure étant constituée par une seule rangée de briques (épaisseur : 26 cm.). Ce système permet a la courbe des pressions de passer complètement dans l'épaisseur de la voute : il a été mis en œuvre également (fig. 4 et pl. VIII, 1) dans les arcs3 construits a la partie supérieure des murs Nord et Sud, dans le but évident de porter la coupole centrale. Ce procédé de construction révèle une étude de la stabilité.

10On remarque, d'autre part, qu'a la partie supérieure des demi-coupoles, les briques ne sont pas clavées suivant le rayon de la courbe, mais inclinées fortement sur ce rayon (pl. II, a droite), de telle sorte que la voute put être montée sans cintre. Dans les arcs des murs Nord et Sud, les briques sont au contraire clavées suivant le rayon de l'arc, mais ici le tympan formait un cintre permanent qui facilita la construction.

11Le mortier est partout abondant, dans le moellonage comme dans les parties en briques : il comporte une forte proportion de cendre.

12Un enduit de plâtre très fin habillait complètement l'intérieur de l'édifice, et l'extérieur dans sa quasi-totalité, de manière à dissimuler le caractère hétérogène des matériaux employés.

  • 4 Cette clé avait disparu, de même que l'inscription qui la surmontait et le linteau de la porte : s (...)

13Le décor. — Le décor architectural est extrêmement restreint : les procédés de construction adoptés s'y prêtent peu : en dehors de quelques éléments constructifs (exèdres voutées et leurs niches d'angles à resauts) qui créent un jeu de volumes, on ne trouve a signaler, dans l'état actuel de l'édifice, d'autre ornement pris dans le gros œuvre qu'une série de lobes semi-circulaires, en relief dans le tympan du mur Sud (pl. VIII, 1 ), et une clé de pierre noire a l'arc de décharge de la porte d'entrée (fig. 5), encore cette dernière ne joue-t-elle aucun rôle effectif dans la construction4. Le décor rapporté, a l'exécution duquel l'enduit de plâtre était éminemment favorable, est beaucoup plus développé. Sous les exèdres, des entrelacs de rubans en relief se développent sur les parois (fig. 3) ; au-dessous, sur le mur Sud, un cadre rectangulaire enferme un petit mihrab couronné par un arc dont des enroulements symétriques de feuillages meublent les écoinçons. Au-dessus de la fenêtre Sud, règne un panneau chargé de petites arcatures en relief. Mais les éléments les plus remarquables de la décoration relevaient d'une technique différente : dans les trompes et les niches axiales des demi-coupoles, s'enlevaient sur le plâtre fin et blanc de l'enduit des inscriptions ornementales peintes en bleu de cobalt (mêlé de quelques touches de noir), d'une pureté de ton et d'une intensité de coloris extraordinaires (pl. III-VII).

Fig. 5. — Tombeau de Ṣafwat al-Molk : La porte d'entrée (d'âpres M. van Berchem).

  • 5 Les dessins publiés ici ont été exécutés en partant de deux calques distincts, pris par chacun de (...)

14Leur état de mutilation5 et la disparition a peu prés totale de deux d'entre elles n'empêchent point d'en reconnaître la teneur. On lit :

15(A) يصلويت عا.هم أسى (B) بسم الله اليبهى اأمجت[م *أن اللح و فيلاةمح] ح

16ر ( ألدس أدنورا (ص]ل[ و)ا ( عليد ومل) م( و) إ ( ذ ،،ز]نياا .صدقا ممه الع]فلما (C)[ يأ ايها

17الحد لل عل أضالذ] ومح~ را لا ح [ عل محتد و ١ له (D)

18Trad. :

  • 6 Coran, 33, 56.

19Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. « Dieu et ses anges bénissent le Prophète : à vous qui croyez, bénissez le et appelez sur lui la paix »6. Dieu Tout-Puissant dit la vérité.

20Louanges à Dieu pour ses bienfaits et que Dieu bénisse Mahomet et sa famille !...

21Chaque panneau de ce décor épigraphique comporte trois registres superposés : la zone inférieure est réservée au texte épigraphique proprement dit, clairement écrit et dépourvu de ces modifications arbitraires qui sont parfois données aux caractères dans un but ornemental et qui ont le plus souvent pour effet de les rendre indéchiffrables ; dans la zone médiane, qui est de beaucoup la plus développée, les hampes des lettres s'entrelacent en combinaisons géométriques simples qui se répètent sur toute la largeur du panneau suivant un rythme régulier ; dans la zone supérieure, les terminaisons des hampes apparaissent dégagées, distribuées symétriquement par groupes de deux.

Fig. 6. — Tombeau de Ṣafwat al-Molk : Trace a la pointe sèche des inscriptions peintes.

22Les panneaux conservés relèvent de deux combinaisons géométriques différentes : l'une, a entrelacs curviligne, basée sur l'hexagone ; l'autre, a entrelacs rectiligne, basée sur l'octogone. Chacune d'elles est répétée deux fois. Les vestiges d'un autre panneau révélaient une troisième combinaison, a entrelacs rectiligne et basée sur l'octogone.

23Pour l'exécution de ces peintures, l'artiste s'est guidé sur un tracé directeur, dessiné a la pointe sèche sur le plâtre frais, qui lui indiquait les lignes de base essentielles de l'écriture, et les axes des rubans géométriquement entrelacés (fig. 6).

  • 7 Disparue. Publiée dans Répertoire, n° 2942, d'âpres les copies de M. van Berchem.
  • 8 Le texte publié porte : at-turba qubba ( ?) qui ne donne aucun sens ; je lis al-turba fîhi... A la (...)

24Identification et date. — La date et la destination de l'édifice étaient autrefois fixées par une inscription coufique, sculptée sur trois dalles de marbre blanc surmontant la porte d'entrée7. Elle précisait que « l'ordre de bâtir ce monument funéraire (machhad) et le mausolée qu'il renferme »8 avait été donné en 504 = 1110-1111 par la princesse Ṣafwat al-Molk, mère de Doqaq, fils de Toutouch et prince seldjoukide de Damas (488-497 H.= 1095-1104).

  • 9 Ḏail ta’rîkh Dimachq, éd. Amedroz, 201, en haut.
  • 10 Sur le site de l'Hippodrome Vert, v. Rev. Acad. Arabe Damas, 1922, 148 ; M. Gaudefroy- Demombynes, (...)

25L'historien Ibn al-Qalânisi, particulièrement bien renseigné sur Damas au xiie siècle, nous apprend de son côté que cette même princesse, morte en 513 = 1119, « fut enterrée prés de son fils, dans la coupole qu'elle avait bâtie sur la hauteur dominant l'Hippodrome Vert »9, soit sur un site qui correspond précisément a celui du monument qu'on vient de décrire10.

26Ces indications sont précieuses non seulement parce qu'elles fixent avec certitude la date de la construction, mais aussi, et surtout, parce qu'elles attestent qu'originellement l'édifice que nous avons sous les yeux n'était pas isolé.

  • 11 Ibn 'Asâkir, I, 228 ; Ibn Chaddâd, dans Description, mars-avril 1895, 305, n. 69 ; Description, no (...)

27Doqaq ayant précédé sa mère dans la tombe, on pourrait imaginer que le corps de Safwat al-Molk avait été déposé côte a côte avec celui de son fils, mais la construction décrite plus haut ayant été bâtie sept ans seulement après la mort de Doqaq, cette hypothèse ne peut être retenue. L'inscription de la fondatrice, document de première main s'il en fut, n'établit-elle pas, d'ailleurs, que son tombeau était compris dans un « machhad », un monument funéraire ? Enfin, nous savons que la coupole funéraire de Doqaq s'accompagnait d'un grand oratoire11, qu'on chercherait vainement ici et dont l'absence suffit a montrer que la tombe de la mère et celle du fils occupaient deux édifices distincts.

  • 12 Description, mars-avril 1895, 282, 283 et les références indiquées dans la note précédente.
  • 13 Description, mars-avril 1895, 287 ; Damaskus, DW. 5 ; Monuments, n° 33.
  • 14 Description, mars-avril 1895, 296 ; Damaskus, A. 2. 1. ; Monuments, n° 53.
  • 15 Description, novembre décembre 1895, 460 (vraisemblablement d'après Ibn Ghaddad) ; Ibn 'Asâkir, I, (...)
  • 16 Description, mars-avril 1895, 283.

28Mais les auteurs sont unanimes a placer la coupole funéraire du prince seldjoukide, appelée « coupole des Paons » (Qoubbat aṭ-Ṭawâwîs), dans un couvent connu sous une dénomination identique (Khânaqah Ṭâwousiya)12, qui s'élevait entre la madrasa ‛Izziya hors-les-murs13 et le couvent de Younous le Dawâdâr14, soit exactement la ou nous avons retrouvé le monument funéraire de la mère du prince (fig. 1), a laquelle ces mêmes sources attribuent tantôt la fondation du couvent lui-même15, tantôt seulement « des constructions » qu'elle y aurait élevées16.

  • 17 Tombeau de Chibl ad-Daula, madr. Djahârkasiya, madr. Roukniya hors-les-murs.
  • 18 Description, mars avril 1895, 284 ; H. Cr. Or., t. V, 189.

29Rapprochés du texte de l'inscription, ces renseignements établissent qu'il s'élevait la jusqu'en 504 = 1110-11 un groupe monumental composé d'un oratoire, de la coupole funéraire de Doqaq, peut-être aussi (quoique ce point soit plus douteux, l'oratoire suffisant a cet usage) d'un lieu de réunion pour les soufis : a ce groupe monumental, s'identifiant au « couvent des Paons » proprement dit, s'adjoignit en 504 = 1110-11 la coupole funéraire de Safwat al-Molk. On peut sans invraisemblance attribuer a cet ensemble, par comparaison avec d'autres monuments plus récents qu'on décrira ci-dessous17, la disposition suivante : un enclos dont une extrémité était occupée par l'oratoire et le tombeau de Doqaq, accolés l'un a l'autre, et dans lequel la coupole funéraire de la mère du prince fut élevée plus tard, a l'abri du mur d'enceinte, mais détachée des autres constructions. Cette interprétation, qui concilie toutes les données des textes reprises ci-dessus, est confirmée dans une certaine mesure par l'examen de l'édifice étudié, ou l'on ne relève pas d'arrachements qui permettent de le rattacher a un autre bâtiment, et par le fait qu'il échappa a l'incendie qui détruisit le reste du « couvent des Paons » en 626 = 122918

30La coupole funéraire de Safwat al-Molk était donc le dernier vestige conservé d'une fondation des princes seldjoukides de Damas.

  • 19 Quelques vestiges de la Citadelle sont à attribuer a la même époque (Syria, 1931, 148, corrigeant (...)

31Caractères et particularités. — En plus de l'intérêt historique qui s'attache à lui de ce chef, ce modeste édifice présente une importance hors de pair pour l'étude de l'architecture syro-musulmane : sa date en fait le plus ancien monument de Damas postérieur aux Omeyyades que nous connaissions autrement que par une inscription déracinée, une pierre tombale isolée, ou des fragments de décoration. Il devient ainsi le premier terme d'une série architecturale, le point de comparaison auquel on devra obligatoirement rapporter les monuments postérieurs pour apprécier exactement le sens et la portée de l'évolution qui affecte Fart de construire a l'époque considérée19.

  • 20 Cf. Revue des Arts Asiatiques, 1934, 27-28.

32Ses caractères propres sont plus malaisés a dégager, d'une part en raison du manque de documents archéologiques antérieurs, d'autre part parce que les richesses monumentales de l'Orient musulman sont encore, quoiqu'on en pense souvent, trop superficiellement connues pour que l'on discerne avec une entière sécurité quels sont les procédés techniques propres a chaque région, et quels sont les traits spécifiques des grands courants artistiques qui se sont développés dans les divers pays de l'Islam. Mais, autant qu'il soit possible de se prononcer dans de telles conditions, il semble bien que la coupole funéraire de Ṣafwat al-Molk témoigne d'influences étrangères a la tradition architecturale syrienne, influences dont l'origine devrait être cherchée en définitive, selon la logique de l'art musulman20, dans des régions plus orientales, celles-là même d'ou venaient les princes seldjoukides eux-mêmes : l'Irak et la Perse.

  • 21 J. Strzygowski avait soutenu de son côté l'origine « asiatique » des coupoles reposant sur deux de (...)
  • 22 Monuments, n° 19. — A Alep, c'est la disposition du bâtiment couvrant le puits de la Citadelle, am (...)
  • 23 C'est celle qui couvre le fameux mausolée de Zobaida, a Bagdad, dont l'ancienneté a été mise en do (...)
  • 24 Damaskus : E. 4. 13 ; Monuments, n° 22.

33On croit en trouver un premier symptôme dans le plan lui-même21. Il est en effet troublant de constater que la disposition de notre édifice, avec sa coupole centrale épaulée par deux exèdres latérales couvertes par des demi-coupoles, ne se rencontre pas ailleurs a Damas en dehors du vestibule de l'hôpital de Nour ad-Din22, bâti moins de cinquante ans plus tard, ou le carré central est précisément coiffé d'une de ces hautes coupoles coniques recouvertes d'alvéoles qui apparaissent comme une formule typiquement mésopotamienne23. La madrasa funéraire du même Nour ad-Din24 présente, avec le même type de coupole, une disposition voisine, quoique légèrement différente. A cause du caractère exceptionnel de ce plan, sa présence dans trois monuments différents, de dates voisines, peut difficilement passer pour fortuite : il semble plus rationnel d'y reconnaître un parti architectural défini, inséparable du type de coupole auquel on a fait allusion. Si cette conclusion est correcte, il faudrait restituer sur le carré central du tombeau de Ṣafwat al-Molk une voute en brique, de forme conique, chargée

  • 25 A Sergiopolis, dans la grande église connue sous le nom de « basilique », des niches d'angle en pi (...)
  • 26 E. Herzfeld, Samarrâ, p. 5.
  • 27 J. Rosintal, Pendentifs, Trompen und Stalaktiten, p. 36.

34C'est encore en Irak qu'il faut chercher l'origine du procédé employé ici dans la construction des demi-coupoles pour passer du plan carré au plan circulaire. Sans doute ce procédé, en rapport étroit de parenté avec la trompe d'angle perse, a-t-il été usité en Syrie avant la période islamique25, mais il n'en reste pas moins que c'est dans un monument musulman, le Dâr al-Khalîfa de Samarrâ26, qu'il se montre pour la première fois27 sous l'aspect qu'il présente ici : celui d'une niche semi-cylindrique, voutée en quart de sphère, dont les arêtes et le fond sont en encorbellement sur les parois et l'angle de la pièce a couvrir.

35C'est encore a l'Irak que reporte l'emploi systématique de la brique, qui n'apparaît jamais en Syrie que dans des œuvres architecturales élevées sous l'emprise de techniques étrangères, sassanides peut-être, mais plus surement byzantines (constructions de Justinien, palais omeyyades) ; a l'époque considérée, l'influence byzantine ne devant pas entrer en ligne de compte, on ne peut expliquer cette anomalie que par un emprunt a l'Irak, terre classique des briquetiers, en même temps que centre culturel et politique doué d'un rayonnement puissant dans tout l’orient islamique

  • 28 Beaux exemples dans G. Bell, Palace and Mosque al Ukhaidir, pl. XXI, 1 ; E. Herzfeld, op. cit., p. (...)
  • 29 H. Terrasse, L'Art hispano-mauresque, p. 127.
  • 30 Cf. ci-dessous, 21 et suiv. - Nous ne mettons pas en avant l'enduit de plâtre, dont l'Irak a toujo (...)

36L'arc lobé lui-même est assez spécifiquement irakien28 pour que son adoption dans d'autres pays musulmans ait pu déceler des influences mésopotamiennes29. Dans la réalité, il s'agit la d'un procédé décoratif intimement lié a un procédé technique : la construction en brique, mais sa présence n'en est pas moins probante d'un emprunt a une école étrangère dont on a adopté en bloc les formules : plan, matériaux, procédés de construction et de décoration30. D'autres monuments de Damas contemporains du tombeau de Ṣafwat al-Molk apporteront de nouvelles preuves à l'appui de cette opinion.

  • 31 Exemples in M. van Berchem, Epigraphie des Atabeks, dans Florilegium M. de Vogué, p. 29-42.
  • 32 P. ex. : Ghazni, xie siècle (Syria, 1925, pl. IX) ; Marâgha, 542 = 1147-8 et 563 = 1167-8 (Alhâr-é (...)

37Le décor épigraphique relève bien, par la forme de ses caractères, de l'épigraphie seldjoukide et bouride de Damas31, mais s'apparente étroitement dans son esprit a certains bandeaux a inscriptions de régions plus orientales32 ou les hampes s'entrelacent de même en ornements géométriques régulièrement distribués.

38En résumé, cet édifice révèle par de multiples détails, une influence profonde et nette des régions orientales de l'Islam sur l'architecture syrienne.

  • 33 Premiers exemples datés : Mosquée des Omeyyades, 503 = 1109 (Monuments, p. 25) ; tombeau de Ṣafwat (...)
  • 34 Cf. Rev. des Arts Asiatiques, 1934, 45-40.
  • 35 Les champs de basalte les plus proches de Damas sont ceux d’al-Kiswé, a 10 kilomètres au Sud de la (...)

39En regard de tant de formules d'importation, on ne trouve guère a citer comme élément proprement syrien que l'étroite bande de pierre noire qui constitue la clé du petit arc déchargeant le linteau de la porte d'entrée. On trouve la première et la plus timide manifestation de cette bichromie de l'appareil33 qui va, au cours des siècles suivants, envahir progressivement toute la façade de l'édifice, pour se compliquer et se développer encore au temps des Mamelouks34. Il semble bien que ce soit la un procédé de décoration purement damasquin à l’origine, dont on trouve aisément la genèse dans la proximité des immenses coulées de lave basaltique du Hauran35.

Notes

1 Damaskus : A. 2. 1. — Monuments, n° 53.

2 Damaskus : DW. 5. — Monuments, n° 33.

3 Les arcs des monuments qui seront étudiés ici étant presque constamment brisés, leur profil ne sera spécifié que lorsqu'il offrira quelque particularité.

4 Cette clé avait disparu, de même que l'inscription qui la surmontait et le linteau de la porte : seul un croquis de M. van Berchem, exécuté en 1894, en a conservé le souvenir. Cette bande de basalte n'était sans doute qu'un placage (cf. ci-dessous, n. 61).

5 Les dessins publiés ici ont été exécutés en partant de deux calques distincts, pris par chacun de nous a plusieurs années d'intervalle, dont la confrontation levait toutes les incertitudes qui auraient pu subsister sur quelques points douteux.

6 Coran, 33, 56.

7 Disparue. Publiée dans Répertoire, n° 2942, d'âpres les copies de M. van Berchem.

8 Le texte publié porte : at-turba qubba ( ?) qui ne donne aucun sens ; je lis al-turba fîhi... A la ligne 4, de même, lire waffaqahâ au lieu de waqqafahâ. Ces deux corrections avaient d'ailleurs été indiquées par M. van Berchem lui-même.

9 Ḏail ta’rîkh Dimachq, éd. Amedroz, 201, en haut.

10 Sur le site de l'Hippodrome Vert, v. Rev. Acad. Arabe Damas, 1922, 148 ; M. Gaudefroy- Demombynes, La Syrie à l'époque des Mamelouks, 36 ; Al-Badri, Nuzhat al- Anâm, 71 et 74 ; Rev. Et. Islam., 1934, 460 et pl. VII.

11 Ibn 'Asâkir, I, 228 ; Ibn Chaddâd, dans Description, mars-avril 1895, 305, n. 69 ; Description, novembre-décembre 1895, 460.

12 Description, mars-avril 1895, 282, 283 et les références indiquées dans la note précédente.

13 Description, mars-avril 1895, 287 ; Damaskus, DW. 5 ; Monuments, n° 33.

14 Description, mars-avril 1895, 296 ; Damaskus, A. 2. 1. ; Monuments, n° 53.

15 Description, novembre décembre 1895, 460 (vraisemblablement d'après Ibn Ghaddad) ; Ibn 'Asâkir, I, 228.

16 Description, mars-avril 1895, 283.

17 Tombeau de Chibl ad-Daula, madr. Djahârkasiya, madr. Roukniya hors-les-murs.

18 Description, mars avril 1895, 284 ; H. Cr. Or., t. V, 189.

19 Quelques vestiges de la Citadelle sont à attribuer a la même époque (Syria, 1931, 148, corrigeant Syria, 1930, 87), mais ils sont de peu de secours dans une étude comparative en raison de leur nature particulière et de la simplicité de leur construction.

20 Cf. Revue des Arts Asiatiques, 1934, 27-28.

21 J. Strzygowski avait soutenu de son côté l'origine « asiatique » des coupoles reposant sur deux demi-coupoles latérales (M. van Berchem, J. Strzygowski et G. Bell, Amida, 264), mais ses comparaisons portent indifféremment sur des compositions de ce type et des triconques, qui relèvent d'une conception architecturale totalement différente.

22 Monuments, n° 19. — A Alep, c'est la disposition du bâtiment couvrant le puits de la Citadelle, aménagé par Malik-Châh (M. SobernheiM, dans Der Islam, XV, 1926, n° 30), en Perse, celle du tombeau de Karrar a Bouzoun (M. B. Smith et E. Herzfeld, dans Archäologische Mitteilungen aus Iran, VII, 1935).

23 C'est celle qui couvre le fameux mausolée de Zobaida, a Bagdad, dont l'ancienneté a été mise en doute (Fr. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise im Euphral- und Tigris. Gebiet, t. II, 173 sv., pl. L et CXXXIII ; G. BELL, Amuralh to Amuralh, fig. 113) et bien d'autres monuments funéraires de la même ville. Sur d'autres coupoles d'alvéoles de types divers, v. Fr. Sarre et E. Herzfeld, op. cit., I, 233, 239 ; II, 179, 310, 311, 321 ; L. Massignon, Mission en Mésopotamie, pl. LIV et LX-LXI.

24 Damaskus : E. 4. 13 ; Monuments, n° 22.

25 A Sergiopolis, dans la grande église connue sous le nom de « basilique », des niches d'angle en pierre appareillée, dont l'arc de tête retombe sur deux colonnettes (Fr. Sarre et E. Herzfeld, op. cit., pl. LX ; Spanner et Guyer, Rusufa, pl. 18. Même aspect dans un monument médiéval d'Alep ; v. Syria, 1928, pl. LXV, 2) supportaient les coupoles de deux tours flanquant le chœur. Je n'ai pas souvenir d'avoir vu les auteurs traitant de ces ruines faire état de ce détail important. L'exemple de niches d'angles cité par A. CHOISY, Art de bâtir chez les Byzantins, pl. XXI, 1, tombe a faux, puisqu'il se rapporte a une œuvre musulmane tardive.

26 E. Herzfeld, Samarrâ, p. 5.

27 J. Rosintal, Pendentifs, Trompen und Stalaktiten, p. 36.

28 Beaux exemples dans G. Bell, Palace and Mosque al Ukhaidir, pl. XXI, 1 ; E. Herzfeld, op. cit., p. 20-21 (Ctésiphon et Samarrâ).

29 H. Terrasse, L'Art hispano-mauresque, p. 127.

30 Cf. ci-dessous, 21 et suiv. - Nous ne mettons pas en avant l'enduit de plâtre, dont l'Irak a toujours fait un large usage, comme l'indice d'une influence mésopotamienne, car son emploi, dans ce cas au moins, aurait pu être commandé par un désir spontané de masquer le caractère hétérogène des matériaux employés.

31 Exemples in M. van Berchem, Epigraphie des Atabeks, dans Florilegium M. de Vogué, p. 29-42.

32 P. ex. : Ghazni, xie siècle (Syria, 1925, pl. IX) ; Marâgha, 542 = 1147-8 et 563 = 1167-8 (Alhâr-é Iran, I, fig. 86, 92 et 93-94) ; Mardin, madrasa du sultan 'Isa, 787 = 1385 (A. Gabriel, Voyages archéologiques, sous presse) ; Konia, m. de Kara-Tay, 649 = 1250 (Encycl. Islam, art. Arabesque, planche) ; Golpaigan (Athâr-é Iran, I, fig. 133 à gauche) ; Sivas (A. Gabriel, Mon. turcs d'Anatolie, t. II, pl. XXXVIII) ; Nakhtchevân (Fr. Sarre, Denkmäler pers. Baukunst).

33 Premiers exemples datés : Mosquée des Omeyyades, 503 = 1109 (Monuments, p. 25) ; tombeau de Ṣafwat al-Molk, 504 = 1110-11 ; Citadelle de Damas, ± 505 = 1111-1112 (Syria, 1930, 87, et 1931, 148) ; Palmyre, 527 = 1132-33 (Syria, 1931, 148).

34 Cf. Rev. des Arts Asiatiques, 1934, 45-40.

35 Les champs de basalte les plus proches de Damas sont ceux d’al-Kiswé, a 10 kilomètres au Sud de la ville.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Tombeau de Ṣafwat al-molk : Croquis de situation.A Tombeau de Safwat al-Molk.B Khanaqah Younousiya.C Madrasa Izziya hors-les-murs.D Lycée officiel.E Faculté de Droit.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Légende Fig. 2. - Tombeau de Ṣafwat al-Molk : Plan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende Fig- 3. — Tombeau de Ṣafwat al-molk : Coupe suivant le grand axe. 4
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Fig. 4. - Tombeau de Ṣafwat al-molk : Détail de construction du mur Sud.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5. — Tombeau de Ṣafwat al-Molk : La porte d'entrée (d'âpres M. van Berchem).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 6. — Tombeau de Ṣafwat al-Molk : Trace a la pointe sèche des inscriptions peintes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Presses de l’Ifpo, 1950

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.