Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les notables de Palmyre

 | 
Jean-Baptiste Yon

Sommaire détaillé

Texte intégral

CHAPITRE PREMIER - L’IDENTITÉ CIVIQUE DE PALMYRE

1Le Tarif et son formulaire (p. 9), les magistrats (p. 9-10), le laconisme des décrets (p. 10-12), honneurs à Hatra et au Proche-Orient ancien (p. 12-13), les textes détaillés (p. 13-14), les motifs et l’honneur (p. 14-15), l’utilisation du datif (p. 15-16), le mot « statue » (p. 16), l’expression ευσεβής και φιλόπατρις και φιλότειµο∑ et ses traductions (p. 17-21), le « courage » et les formules rares (p. 21), particules et adverbes (p. 22), isolement de Palmyre (p. 22-23), bilinguisme, les théories (p. 23-24), le latin, langue des étrangers ? (p. 24-25), le début du grec à Palmyre et les regravures (p. 25-27), le trilinguisme et Haîran, fils de Bônnê (p. 27-28), traduction et translittération du vocabulaire officiel (p. 28-29), le cas des Phéniciens de Grèce et de Pétra (p. 29-30), Leptis Magna et Palmyre (p. 30-31), Conseil et Peuple, l’ordre des mots dans leurs décrets (p. 31-32), localisation des textes (p. 32-33), le Conseil, le Peuple, le gbl et l’ethnique « Palmyréniens » (p. 33-34), le Conseil et le Peuple (p. 34-35), usage des langues (p. 35-36), mention des fonctions (p. 36), le petit nombre de magistrats (p. 36-37), la rareté des cursus honorum (p. 37-38), le cas de Worod (p. 38-39), agoranomes et stratèges (p. 39-40), les rapports entre magistratures civiles et religieuses. Taîbbôl, Worod et Odainat (p. 40-42), la personnalité de Worod (p. 42), symposiarchie et culte impérial (p. 42-43), famille de Bônnê (p. 44), la place de Haîran (p. 44-45), le destin de ses descendants (p. 45), de ses ascendants (p. 45), Ahophalî (p. 46-47), généalogie de la famille (p. 47), famille de Nashûm (p. 47-48), Iulii Bassi à Palmyre (p. 48), retour de la famille au IIIe siècle (p. 49), Nashûm et Zénobie (p. 49-50), famille de Shoraîkô (p. 50), Benê Aabeî, diversité des occupations (p. 50-51), tribus et fonctions civiques (p. 51-52), l’ethnique « palmyrénien » et les tribus (p. 52-53), l’ethnique hors de Palmyre... (p. 53), ... et à Palmyre (p. 53-54), l’instauration de la πόλις (p. 54), la vie civique et les notables (p. 54-56), l’assemblée du Peuple (p. 56).

CHAPITRE II - L’IDENTITÉ ETHNIQUE DE PALMYRE

2L’originalité de la cité de Palmyre (p. 57), les règles des généalogies (p. 57-58), la longueur des généalogies (p. 58), le mot bar et son omission (p. 59), les noms perses (p. 59-60), famille Bageshû (p. 60), les noms grecs, procédés d’équivalence (p. 60-61), le cas de Ogâ Séleukos (p. 61-62), rareté des noms grecs (p. 62), caractéristiques sociales (p. 62-63), bilinguisme onomastique (p. 63), les surnoms (p. 63-64), clan et tribus, le clan Hashash (p. 64-65), les Benê Mazîn et les Benê Iedîbel, Baalshamîn et Allât (p. 65-66), tribus civiques et traditionnelles (p. 66-67), les trois tribus d’Inv X, 61 (p. 67-68), la φυλή Κλαυδιάς et le clan Haumal (p. 68-69), le nom des quatre tribus et le témoignage d’Arsû (p. 69-71), les sanctuaires tribaux et la question d’Allât et Baalshamîn (p. 71-72), les Benê Zabdibôl et la famille de Shoraîkô dans la Colonnade transversale (p. 72-73), la Colonnade et les sanctuaires (p. 74), les honneurs pour la famille de Shoraîkô (p. 74-75), la place de la famille (p. 75), les Benê Mathabôl et la famille de Bartê (p. 75-77), leurs offrandes à Arsû (p. 77), solidarités tribales et localisation (p. 77-78), Malê Agrippa et les Benê Mazîn (p. 78-79), le sanctuaire de Bel, centre pour les tribus (p. 79-81), le sanctuaire de Nabû et ses bienfaiteurs (p. 81-83), l’opposition entre la famille d’Elahbel et celle de Belshûrî (p. 83-84), le sanctuaire de Nabû et l’installation de la Grande Colonnade (p. 84-85), le sanctuaire de Nabû et les nouveaux rapports sociaux (p. 85-86), les dédicaces et les honneurs dans les sanctuaires (p. 86-87), Palmyre et Tanukh (p. 87-88), l’influence arabe et araméenne à Palmyre (p. 88-89), Hatra entre nomades et sédentaires (p. 89-90), « Arabes » à Hatra (p. 90-91), « Arabes » et « nomades » à Palmyre (p. 91), le peuplement sédentarisé de la Palmyrène (p. 91-92), les inscriptions safaïtiques de Palmyrène (p. 92-93), le bilinguisme safaïtico-araméen du Wadi Hauran (p. 93-94), tribus à Hatra et Palmyre (p. 94-95). Araméens et Arabes à Palmyre (p. 95), la société de Palmyre, les nomades, les Bédouins (p. 95-96), l’occupation de la Palmyrène (p. 96-97).

CHAPITRE III - LES ACTIVITÉS DES NOTABLES

3Les métiers et les activités des Palmyréniens, la faiblesse des sources (p. 99-100), les grands caravaniers (p. 100-101), les synodiarques (p. 101), différences sociales et carrières (p. 101-102), spécialisation familiale (p. 102), Odainat et le commerce (p. 102), άνακομίζω et αναβαίνω (p. 102-103), synodiarques, caravanes et marchands (p. 103-104), archemporoi (p. 104), géographie du commerce (p. 104), les marchands de Séleucie et Babylone (p. 104-105), Palmyréniens au service de Rome et des souverains du Golfe (p. 105), Soados et les grands notables (p. 105-106), les Palmyréniens à Doura (106-107), le sanctuaire de la nécropole (p. 107-108), le sanctuaire des Gaddé et la famille d’Odainat (p. 108), les archers palmyréniens (p. 108), la Cohors XX Palmyrenorum (p. 109), une province de Palmyre (p. 109). Soados et la Mésopotamie (p. 110), les honneurs de Soados (p. 110-111). M. Ulpius Iarhaî et sa famille (p. 111-112), les dangers du désert (p. 112-113), la présence militaire et le commerce (p. 113-114), les stratèges et la milice de Palmyre (p. 114-115), la surveillance des nomades (p. 115-116), stratèges et caravanes (p. 116), la défense des caravanes (p. 116-117), les notables et le contrôle du désert (p. 117-118), les carrières dans l’Empire romain (p. 118-119), Dacie, Afrique. Egypte. Rome (p. 119-120), officiers palmyréniens (p. 120), le retour des expatriés (p. 121), la place de Palmyre dans l’Empire (p. 121). Soados et le culte impérial à Vologésias et Palmyre (p. 122), les félicitations officielles (p. 122-123), les dédicaces impériales (p. 123-124), les citoyens romains (p. 124), les fonctionnaires et officiers romains à Palmyre (p. 124-125), l’origine de la fortune de Palmyre (p. 125-126), l’exploitation ancienne de la Palmyrène (p. 127-128), les notables de Palmyre en Palmyrène du nord-ouest (p. 128-129), les travaux d’irrigations (p. 129-130), l’exploitation du sel (p. 130).

CHAPITRE IV - L’INFLUENCE SOCIALE DES NOTABLES

4Le costume des Palmyréniens (p. 132), celui des prêtres (p. 132-133), la place des prêtres dans la société (p. 133-134), Palmyre et Zeugma-Hiérapolis (p. 134-135), la spécificité de l’art de Palmyre (p. 135), la culture en Syrie-Mésopotamie, grec et araméen (p. 135-136), l’influence perse (p. 136-137), les Manichéens et les influences « orientales » (p. 137). Palmyre et les Juifs (p. 137), le cercle de Zénobie (p. 138), les Sévères, Émèse (p. 138), Longin et les mosaïques (p. 138-139), les dédicaces « pour le salut de... » à Doura (p. 139), pour Zénobie (p. 139-140), le poids des notables (p. 140-141), les textes honorifiques et les dédicaces « pour la vie de... » (p. 141-142), la concurrence des notables (p. 142-143), la famille d’Odainat, « maîtres » et « patrons » (p. 143), Worod, Apsaios. les « patrons » (p. 143-144), patronage et corporation (p. 144-145), la montée et la prééminence de la famille d’Odainat (p. 145), les notables et « l’amitié » (p. 145-146), l’ambiguïté du bilinguisme (p. 146-147), l’amitié dissymétrique (p. 147-148), Worod et Haîran (p. 148), les titres de Haîran et Odainat (p. 148-149), le nom de Worod et celui des grands notables (p. 149-150), les nouveaux maîtres de Palmyre (p. 150), la construction des sanctuaires de Bel et de Nabû. les magistrats et les bienfaiteurs (p. 151), Malê Agrippa et Baalshamîn (p. 152), l’évergétisme classique et les constructions (p. 152), Taîbbôl et la summa honoraria (p. 153), les constructions religieuses de la Colonnade transversale et de la Grande Colonnade (p. 153-154), construction pour les empereurs (p. 154), dédicaces à des divinités (p. 154-155), le culte d’Arsû dans la Grande Colonnade (p. 155-156), la transformation de Palmyre à l’époque romaine (p. 156), la construction des colonnades (p. 156-157), de nouvelles formes d’évergétisme (p. 157), la présence des princes de Palmyre et le palais de Zénobie (p. 157-158), les grandes maisons (p. 158-159), les maisons « orientales » (p. 159), les constructions par fragments (p. 159-160), les dépenses des notables (p. 160-162), les traditions familiales, les fondations (p. 162), les banquets publics (p. 162-163), les caractères de l’évergétisme et de l’urbanisme de Palmyre (p. 163-164), les caractères particuliers de la culture de Palmyre (p. 164).

CHAPITRE V - FEMMES, AFFRANCHIS ET ESCLAVES DE NOTABLES

5La place des femmes en Asie Mineure (p. 166), les femmes dans la vie publique de Palmyre (p. 166-168), le cas de Thomallachis (p. 168), l’expression « Bat + nom masculin » (p. 168). Zénobie et sa famille (p. 168-169), l’absence des prêtresses (p. 169), les femmes et la vie religieuse à Hatra et Palmyre (p. 169-170), le rôle des veuves (?) Lp. 170]. le culte au dieu anonyme et les femmes (p. 171), les sculptures funéraires (p. 171-172), le costume des femmes et le problème du voile (p. 172), la résistance à l’acculturation et les valeurs familiales (p. 172-173), l’onomastique des femmes (p. 173-174), les femmes et les concessions de tombes (p. 174-175), la priorité aux héritiers mâles (p. 175), la monogamie et la matronymie à Palmyre (p. 175-176), les femmes remariées (p. 176-177), les filles de Wardan, fils de Refabôl (p. 177), les mariages entre proches (p. 177-178), le cas de la famille d’Elahbel (p. 178-179), les alliances entre tribus (p. 179-180), les femmes des grands notables (p. 180-181), Zénobie et Mavia (p. 181), oncles et neveux paternels (p. 181-182), la famille maternelle (p. 182-183), honneurs en famille (p. 183-184), honneurs publics et privés (p. 184), la place des familles (p. 184), lignées familiales (p. 185), les ancêtres d’Odainat (p. 185-186), esclaves et affranchis à Palmyre (p. 186), les noms gréco-latins des affranchis (p. 186-187), les noms sémitiques (p. 187), le mot « affranchi » en grec (p. 187-188), les noms des affranchis, l’omission du mot « affranchi » (p. 188), les noms sans patronymes... (p. 188-189), ...en Palmyrène (p. 189), ... à Zeugma (p. 189-190), le mot « ṭly’ » (p. 190-191), les serviteurs en Palmyrène (p. 191), Odainat et la Palmyrène (p. 191-192), un cas d’affranchi évergète (p. 192), les affranchis hors de la tombe de leur maître (p. 192-193), l’analphabétisme (p. 193), « pour leur vie » ou « pour la vie » des maîtres (p. 193-194), relations maîtres-serviteurs (p. 194), les nourrices à Palmyre (p. 194-195).

CHAPITRE VI - DES MONUMENTS POUR L’ÉTERNITÉ

6La documentation épigraphique et figurée (p. 197-198), le plus ancien tombeau connu (p. 198), les stèles funéraires (p. 198-199), les plaques de fermeture de loculi (p. 199), le nombre de personnes enterrées (p. 199), l’évolution des hypogées (p. 199-200), l’exemple de la tombe C de la nécropole sud-est (p. 200-201), les subdivisions dans la tombe de Iulius Aurelius Malê (p. 201-202), les noms latins dans l’hypogée de Zabdateh et Moqîmû (p. 202-203), les tombes des fonctionnaires romains (p. 203-204), la reconstitution des familles d’après les textes funéraires (p. 204), la prééminence d’Elahbel (p. 204-205), les citoyens romains de la famille (p. 205), les frères d’Elahbel (p. 205-206), la disparition de la famille (p. 206), la tour (n° 164) d’Obaîhan, citoyen romain (p. 206), la famille d’Obaîhan et la fierté généalogique (p. 206-207), esclaves et affranchis dans les textes funéraires à Palmyre et Ostie (p. 207-208), les tombes pour les descendants de la famille étroite (p. 208-209), hiérarchie familiale dans les tombes (p. 209), l’abandon des tombes et le déplacement des tombeaux de familles (p. 209-210), les tours des Benê Baâ (p. 210-211), le temple funéraire n° 36 (p. 211-212), les langues des textes de fondation (p. 212), le temple funéraire n° 86 et l’urbanisme de Palmyre (p. 212-213), le quartier du sanctuaire d’Allât et les tombeaux n°s 86 et 173 (p. 213), une concession de temple funéraire (p. 213-214), le tombeau d’Aaîlamî et Zebîdâ (p. 214-215), l’influence romaine et les changements artistiques et sociaux du milieu du IIe siècle (p. 215), les nécropoles de Palmyre (p. 215), la nécropole nord (p. 215), Juifs de Palmyre (p. 216), les pratiques funéraires des gens modestes (p. 216-217), les nécropoles d’Elaioussa-Sebasté (p. 217), la prospérité et la montée des classes moyennes (p. 217), les reflets de la rivalité des notables (p. 217-218), tribus et nécropoles (p. 218-219), l’origine des textes de Palmyrène (p. 219-220), la disparition des tribus (p. 220-221), les stèles funéraires des classes moyennes (p. 221), les rivalités de localisation sur Umm Belqis et le prestige familial (p. 221-222), les textes de fondation et de concession (p. 222-223), les langues utilisées (p. 223-224), la prédominance de l’araméen (p. 224), les textes grecs et bilingues (p. 224-225), la formule άλυπε χαίρε (p. 225), les traditions familiales (p. 225-226), les textes de fondation comme textes publics (p. 226), le vocabulaire des tombeaux (p. 226-227), le caractère laconique de ces textes (p. 227-228), la notion d’éternité (p. 228-229), interdictions et malédictions (p. 229), différences linguistiques, sociales et type de textes (p. 229-230), le coût des tombeaux et des amendes (p. 230-231), influence occidentale et permanence des coutumes locales, les notables et leurs tombeaux (p. 231-232).

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540